Les Crises Les Crises
20.février.201920.2.2019 // Les Crises

[Roses-Bruns] Les méthodes douteuses de Simon Blin (1/2)

Merci 182
J'envoie

Libération a publié le 16 janvier dernier cet article qui parle et tente de dresser un portrait de moi.

Je tenais à préciser que je n’avais pas été contacté par le journaliste. Et à lui répondre – en violet dans le texte.

Nous allons analyser ici ses méthodes, dans deux billets.

Plan de l’article :

    1. [Prologue] – Chez Libé, les chasseurs de faux-rouges-bruns étaient de vrais-roses-bruns
    2. “Le « confusionnisme» est-il le nouveau rouge-brun ?” [Libé]
    3. Les “portraits” à la fin de l’article de Libé
    4. Les méthodes de Simon Blin

I. [Prologue] Chez Libé, les chasseurs de faux-rouges-bruns étaient de vrais-roses-bruns

Nous avons un peu tardé à publier cet article, car la vague de la “ligue du LOL” a déferlé, frappant de plein fouet le journal Libération et son Directeur Laurent Mouchard dit Joffrin (ou vice-versa, ça dépend des jours).

On observera, dans la suite de ce billet, à quel point cette éthique “Ligue du LOL” n’est évidemment pas limitée à la génération de journalistes “2008-2013” et qu’elle perdure (le harcèlement anti-fémniniste en moins, apparemment, les gens étant plus prudents), au moins dans certains articles du journal.

Dans cet article du 11 février, il a tenté de faire croire qu’il n’était pas au courant de ce que le tout Paris médiatique savait à l’époque (il était déjà à ce poste) :

Pas de chance, son propre service Checknews a remarquablement osé montrer qu’il mentait ici le 14 février :

On mesure la force de la protection hiérarchique et du sentiment d’impunité dont il faut être assuré pour tweeter ceci après une “remarque” du patron…

D’ailleurs, ils ne s’en cachaient même pas, se moquant publiquement des victimes (lire ici par exemple) :

Et se réfugiant désormais derrière le “ah, non, tout le monde savait, mais pas moi ; et je tweete souvent des trucs sans les comprendre” :

Mais l’exemple vient d’en haut – comme toujours, le poisson pourrit par la tête :

“Juste une fois, au chalet” (référence)

Laurent Joffrin est donc officiellement le premier Directeur de journal dont un mensonge a été fact-checké par son propre journal…

Signalons que Laurent Joffrin et Erwan Cario travaillent toujours à Libération…

Enfin, notons que le 11, Laurent Joffrin terminait même ainsi son papier :

On s’étouffe quand on sait que le fonds de commerce de M. Joffrin est la désignation permanente d’ennemis, depuis des années (relire par exemple son papier du 21 décembre sur Étienne Chouard et François Ruffin)

II. “Le « confusionnisme» est-il le nouveau rouge-brun ?” [Libé]

Source : Libération, Simon Blin, 16-01-2019

Quand le discours critique de gauche se retrouve récupéré par l’extrême droite, les repères politiques se brouillent.

Ce sont les premiers mots de l’article. Le journaliste va donc s’intéresser à un “discours critique de gauche”. Nous y reviendrons donc.

Résultat, l’émergence d’un «confusionnisme» où des revendications démocratiques légitimes alimentent un répertoire complotiste au bénéfice de l’extrême droite.

Le confusionnisme est donc la nouvelle bouillie intellectuelle des journalistes, quand ils se rendent compte qu’ils ne peuvent plus impunément et discrétionnairement accuser les gens d’antisémitisme ou de complotisme, notamment à cause des procès qui se multiplient et de la lassitude de l’opinion publique face à ce genre d’attaques spasmodiques qui, à force, ont perdu tout leur sens…

Deux signaux ont donné l’alerte. Début décembre, l’éditeur d’extrême gauche Eric Hazan déclare dans Mediapart à propos de l’extrême droite : «Les ennemis de mes ennemis ne sont pas vraiment des amis, mais un peu quand même.»

Hmmm. Et ? C’est tout ?

Mais ceci ne relèverait-il pas aussi de “l’ennemi de mon ennemi” ?

Deux semaines plus tard à peine, le député insoumis François Ruffin fait sursauter jusque dans ses propres rangs lors de sa défense d’une proposition de loi visant à instaurer le référendum d’initiative citoyenne, le fameux RIC, en citant Étienne Chouard, professeur d’économie et de droit en lycée à Marseille et blogueur militant controversé pour ses liens avec la fachosphère, notamment l’idéologue antisémite Alain Soral et le complotiste Thierry Meyssan. En pleine crise des gilets jaunes, de telles occurrences de la droite extrême chez deux des personnalités influentes de la gauche radicale interrogent. Comment deux théories fondamentalement incompatibles se sont-elles mises soudainement à coopérer ?

Donc pour M. Blin, Étienne Chouard est « d’estrèmedroite ». On parle bien du blogueur qui dénonce le pouvoir oligarchique, veut une constitution écrite par les citoyens pour supprimer toute forme de tyrannie, veut que les citoyens contrôlent de près le gouvernement, et puissent révoquer les élus qui ne respecteraient pas leur parole ? Un ambassadeur du RIC et de la démocratie directe qui parcourt les ronds-points depuis des semaines pour parler aux plus démunis, qui, par ailleurs, apportent un soutien inconditionnel à ce dernier ?

Monsieur Blin, pouvez-vous nous donner une définition précise de l’extrême-droite, avec des critères clairs et précis ?

En fait, ce qui est problématique avec les journalistes comme Simon Blin, c’est qu’en désignant des personnes « d’estrèmedroite » qui ne le sont pas et ont des propositions intéressantes et censées, ils participent à faire sauter les digues contre la vraie extrême-droite. De fait, les gens se mettent à adhérer à de bonnes idées d’individus présentés comme infréquentables, et donc, se retrouvent à rejeter en bloc la dangerosité même de ce qu’implique l’extrême-droite. Le vrai confusionnisme se situe ici.

Cette étrange alliance des contraires est symptomatique de «l’extension du confusionnisme idéologique», selon le politologue Philippe Corcuff, qui définit la notion en «des passages rhétoriques stabilisés entre l’extrême droite et l’extrême gauche».

Mais M. Blin, qu’appelez-vous donc “alliance” en l’espèce ?

Eh bien il est sûr qu’elle est étrange – vu qu’elle n’existe que dans sa tête…

La formation de cet improbable arc idéologique peut expliquer le brouillage des lignes politiques ces dernières années, sur fond de montée en puissance du nationalisme identitaire.

C’est vrai que l’écriture automatique, ça soulage parfois.

En revanche, on peut se demander si la conversion totale de la “gauche sociale-démocrate” au plus dur des libéralismes n’aurait pas, elle, joué un rôle majeur dans le “brouillage des lignes politiques”…

Aux dépens de la gauche radicale libertaire qui, depuis une vingtaine d’années, se fait grignoter son patrimoine idéologique par la droite. «Les néoconservateurs volent à la gauche en général et à la gauche radicale en particulier une bonne part de leurs postures et de leurs mots», analyse Corcuff.

Critique des banques, de la mondialisation et des médias, reprise des mots «peuple» et «social» sont autant de rapts sémantiques grâce auxquels l’ultradroite dans son ensemble crée des zones d’«intersections confusionnistes».

C’est bô.

On dirait du Didier Barbelivien.

En France, cette anomalie idéologique a été précipitée par l’échec du communisme, les déceptions de la social-démocratie, la libération publique d’une xénophobie sécuritaire sous l’ère sarkozyste et l’entreprise de dédiabolisation de l’extrême droite lepéniste.

Pendant ce temps-là, que devient la gauche radicale de l’après-1995 ? Sa dénonciation du néolibéralisme s’avère trop sommaire pour en faire une ligne de conduite. Pire, comme le fait remarquer Corcuff, sa tradition critique est aujourd’hui réutilisée par les Zemmour, Soral et Le Pen, mais «déconnectée d’un horizon émancipateur». Partout dans le monde, la droite néoconservatrice a préempté le discours critique de la gauche.

Y a-t-il plus pourfendeur que Donald Trump lui-même envers l’establishment ?

Oui, évidemment. Bernie Sanders, Elisabeth Warren, Jill Stein, Tulsi Gabbard, Alexandria Ocasio-Cortez. C’est sûr que ça change des clowns faisandés de gauche-de-droite à la Hillary Clinton que nous vent Libé à longueur d’année.

Passerelle

Difficile de dire où et quand a été employé pour la première fois le mot de «confusionnime».

Dans un drôle de cerveau, à l’évidence.

Probablement dans des blogs antifascistes au début des années 2010 en réaction au relatif succès de Chouard après sa campagne pour le «non» au Traité constitutionnel européen (TCE). Le penseur activiste autodidacte de 62 ans est un personnage incontournable de la sphère confusionniste, ancien électeur socialiste fréquentant aujourd’hui les réseaux de la fachosphère. A ses côtés, l’économiste «hétérodoxe» Jacques Sapir, 64 ans, tente aussi de monter des passerelles idéologiques. Figure bien connue à gauche, il avait jeté un pavé dans la marre en 2015 en appelant une alliance de tous les partis anti-euro, jusqu’au Front national.

Sapir partage sa fibre russophile souverainiste avec Olivier Berruyer, son cadet de vingt ans aux petites lunettes carrées, proche de La France insoumise (LFI) et qui s’est fait remarquer pour son blog d’analyses «les Crises».

L’un et l’autre interviennent régulièrement dans des émissions de débat sur la chaîne pro-Poutine RT France et se relaient par tweets interposés.

Pfiou c’est vrai que j’ai bien dû passer 2 ou 3 fois au journal de RT en 1 an, avec dans les 20 à 30 minutes de temps de parole cumulé.

Sinon, j’y pense le fait que je sois passé 30 ou 40 fois plus longtemps sur BFM Business et France 24, ça ne compte pour rien ?

Sinon, si on retweete Jacques Sapir, on est donc pointé du doigt par Libération ? C’est interdit ? On risque des sévices corporels ?

Je me permets de rappeler à Simon Blin que Jacques Sapir n’est quand même pas tout à fait Pol Pot… Il n’est en tout cas pas du genre à harceler des féministes et des homosexuels – comme certains journalistes de Libération, protégés par leur hiérarchie.

Avec eux autour de la table, la place du patriarche est dévolue au philosophe et essayiste Alain de Benoist qui, depuis les années 70, théorise la «Nouvelle Droite».

PARDON ??????????????????????

Quelle table ? Je n’ai jamais rencontré ce personnage, ni jamais publié rien de lui bien entendu !

Mais, dites, faire des associations très douteuses, est-ce que ce n’est justement pas ça le prétendu “confusionnisme” ?

Chacun appréciera.

Je rappelle qu’on est parti de “Quand le discours critique de gauche etc.” Il a un discours critique de gauche Alain de Benoist ??? Indice :

Ce dernier, qui jouit d’une plus grande reconnaissance intellectuelle et académique que ses partenaires de la confusion, contribue peut-être de la façon la plus invisible à flouter le paysage idéologique français à travers sa revue d’idées Eléments. Homme de «valeurs de droite», qualifié d’extrême droite par d’autres mais aux «idées de gauche» pour Causeur, il estime nécessaire pour l’extrême droite de mener la bataille des idées pour se lancer à la reconquête de l’hégémonie culturelle de la gauche.

«Transfuge»

Reste que dans la petite famille, Chouard se situe comme l’élément clé du confusionnisme actuel, pour toute l’ambiguïté qui plane autour de sa personne. «Transfuge qui veille à maintenir une façade» pour Antoine Bevort, sociologue et blogueur attentif au sujet, il est décrit par le politologue Joël Gombin dans son livre le Front national (Eyrolles, 2016) comme l’un des «leaders d’opinion qui participent à brouiller les lignes politiques, tant sur la topographie générale du champ politique, que sur la comptabilité des thèmes tels que la critique de la démocratie représentative ou des thèses conspirationnistes voire antisémites avec un affichage progressiste». Des éléments qui dessinent les contours d’un «espace hétérogène aux marges du Front national, avec lesquelles ce parti entretient des relations ambivalentes», écrit-il.

Là est le cœur du confusionnisme : avec le référendum d’initiative citoyenne (RIC), Chouard prétend fournir un outil pour favoriser l’émancipation sociale mais participe simultanément à un phénomène antagoniste qui conduit à un glissement stratégique vers l’extrême droite confinant à la théorie du complot.

Les mots en vert permettent donc à Simon Blin de gagner le “Bingo du Chien de Garde” de janvier 2019.

Je suis preneur en tout cas de propos antisémites d’Étienne Chouard, que je rapporterai ici, si Simon Blin daigne me les donner.

Dans ce cas, le confusionnisme serait, en quelque sorte, un conspirationnisme amélioré.

C’est beau de théoriser sur du néant sémantique comme ça

Quand dans le conspirationnisme pur tout ou presque est inventé pour satisfaire la vision d’un monde fantasmé, le confusionnisme colle aux revendications démocratiques ultralégitimes et incontestables, citant à l’occasion les grands noms de la pensée.

Relisez la phrase, c’est savoureux.

Ainsi, sur son blog Chouard idéalise abusivement le tirage au sort en politique. Surtout, il mélange des références intellectuelles comme Castoriadis, Kant, Marx, Tocqueville ou Montesquieu à la promotion de la démocratie athénienne. Un bricolage idéologico-politique paranoïde plus ou moins sophistiqué dans lequel chacun met ce qu’il veut, et qui fait aisément dialoguer Rousseau avec l’idéologue d’extrême droite Soral dans un théâtre de la Grèce antique.

Autre marqueur du confusionnisme : son «anticonformisme» face au «politiquement correct». Une vidéo d’une quinzaine de minutes disponible sur YouTube donne à voir un bel exemple de ce type de renversement de focale. On y voit Chouard affirmer que Soral est un «résistant», «antitotalitaire», «plus à gauche que les fascistes qui nous dirigent». Dans ce genre de raisonnement, l’observation du réel n’assure plus la vérité d’une thèse. Il suffit de penser à contre-courant de ce qui est présenté comme politiquement policé pour s’opposer à «l’ordre établi». «Dans ce conformisme de l’anticonformisme, les significations sont renversées, puisque le stéréotype devient “levée des tabous”, le brouillage confus des repères, “vérité”», analyse Corcuff.

Au-delà de la doublette Chouard-Soral, le goût du politiquement incorrect est caractéristique de la mouvance néoconservatrice, d’Eric Zemmour à Elisabeth Lévy.

Éric Zemmour néoconservateur ?! Donc en fait, il y une passerelle entre les antisémites et Zemmour puis Lévy ? Même combat ? Ca va certainement intéresser Causeur ça.

Tous considèrent que l’antiracisme classique serait trop convenu et que l’esprit critique réclamerait de s’y opposer. Quitte à oublier les combats contre le racisme et l’antisémitisme.

C’est sûr que traiter Chouard d’antisémite, c’est un excellent moyen de lutter contre l’antisémitisme…

Il flotte dans l’air un parfum des années 30, dit-on.

Dans la presse, surtout.

Toutes proportions gardées, l’histoire ne se répétant pas, les positions confusionnistes sont caractéristiques de cette autre époque de crise. L’historien du XXe siècle Pascal Ory, qui réfute une idéologie «proprement confusionniste» (lire page 23), rappelle que si le XIXe siècle a connu la fusion entre certains éléments empruntés à la fois à la gauche et la droite, «le cas Chouard s’apparente à une radicalité qui refuse de se laisser enfermer dans la taxinomie droite-gauche classique. Au reste, le mot essentiel n’est ni droite ni gauche : c’est extrême

C’est d’une clarté tout ce jus de chaussette…

Croyances collectives

Jamais contexte n’a semblé plus favorable à la propagation du confusionnisme. Avec l’explosion des réseaux sociaux, où chaque point de vue a la même valeur, des acteurs hétérodoxes du marché de l’information, des gens qui n’ont pas voix au chapitre dans l’immédiat, s’allient entre eux quand bien même ils ont des divergences idéologiques.

Merci de laisser Simon Blin continuer à croire que son point de vue à la même valeur que celui de Todd ou Onfray…

Ensemble, ils créent les conditions de rapprochements intellectuels improbables. Ces derniers, dont Chouard est l’archétype, contribuent à la formation d’un espace «non euclidien», métaphore socio-géométrique employée par le sociologue spécialiste des croyances collective Gérald Bronner, qui veut que deux parallèles parviennent à se croiser à un moment donné. Au croisement des deux droites, Chouard, désormais ostracisé par les grands médias, fonctionne comme «un lobby à l’extérieur de son réseau, utilisant l’anonymat, explique Bevort.

Si vous comprenez cette phrase,de grâce, ne prenez pas la route dans cet état.

Ses fans, baptisés les “Gentils Virus”, sont en mission pour diffuser sa parole, “le Message”, dans les mouvements balayant le spectre politique». En quelques années, le blogueur militant s’est invité dans des conférences et débats un peu partout, sur un échiquier politique allant du Front de gauche à Nouvelle Donne, dans des mouvements écolo-citoyens comme les Colibris de Pierre Rabhi ou Alternatiba, aussi bien que dans la droite souverainiste et anti-Europe comme l’UPR d’Asselineau.

Dans ces circonstances, pas étonnant que les gilets jaunes dont la première revendication est le RIC, porté sur le web par Chouard depuis plus de dix ans, défient toutes les grilles d’analyses de la mobilisation sociale. «Ce mouvement est une continuation d’Internet dans le monde physique», écrit Bronner dans Philosophie magazine, selon qui les gilets jaunes révèlent sur le terrain «une homologie structurelle manifeste» avec la Toile.

Simon Blin remporte haut la main ce Kamoulox !

Susr le Net, ce confusionnisme ambiant n’est ni une doctrine ni une théorie. C’est un «projet d’extrême droite», insiste Bevort, dont la performance est de laisser présager la formation d’un arc idéologique rouge-brun, davantage national identitaire que révolutionnaire et social.

Quelqu’un a de l’aspirine ?

Dans les Origines du totalitarisme, Hannah Arendt a qualifié ce rôle trouble de «compagnonnage intellectuel» : «Les organisations de compagnons de route entourent les mouvements totalitaires d’un brouillard de normalité et de respectabilité qui trompe les adhérents sur le vrai caractère du monde extérieur, et le monde extérieur sur le vrai caractère du mouvement.»

Elle a aussi dit : « Le résultat d’une substitution cohérente et totale de mensonges à la vérité de fait n’est pas que les mensonges seront maintenant acceptés comme vérité, ni que la vérité sera diffamée comme mensonge, mais que le sens par lequel nous nous orientons dans le monde réel – et la catégorie de la vérité relativement à la fausseté compte parmi les moyens mentaux de cette fin – se trouve détruit. » [Hannah Arendt., « Vérité et politique », dans La crise de la culture, folio poche p. 327-328]

Source : Libération, Simon Blin, 16-01-2019


Ainsi, Simon Blin a réussi l’exploit de faire un article sur le “confusionnisme”, sans parler :

  • d’Emmanuel Macron, et de sa destruction de la frontière entre la gauche et la droite :

  • de Marine Le Pen, et de ses soutiens à Manuel Valls puis à la Majorité Présidentielle sur certaines lois importantes : déchéance de nationalité, immigration, islamophobie…

Mais c’est sûr, à l’évidence, Étienne Chouard, c’est bien plus grave…

III. Les “portraits” à la fin de l’article de Libé

En fait, l’article de Simon Blin ne s’arrête pas seulement au papier que nous avons longuement commenté.

Il se termine par une “Galerie de Portraits”, méthode assez typique des Roses-Bruns, agglomérant tout et n’importe quoi, du moment que “ça tache” (je ne commenterai que le mien). Voici d’ailleurs la mise en page du journal papier, que je vous laisse apprécier :

On note d’ailleurs qu’a été introduit en titre le terme “confusionnisme”, qui n’a guère de sens, mais qui permet de salir, sans trop de risques ni efforts. (suggestion, pour l’étape suivante, inventer et employer le mot choucroutisme).

Voici en tout cas la version Internet à la fin de l’article “Le « confusionnisme» est-il le nouveau rouge-brun ?

“À lire aussi :

Etienne Chouard, l’autodidacte du RIC

Diplômé en droit et professeur en lycée à Marseille, Etienne Chouard, 62 ans, s’est fait connaître en faisant campagne en ligne pour le non à la Constitution européenne, en 2005, avant de retomber dans les méandres du Web, ostracisé pour son rapprochement avec l’extrême droite soralienne. Il connaît un revival inattendu à la faveur des gilets jaunes. Le mouvement demande le référendum d’initiative citoyenne (RIC), principale obsession de cet ancien électeur socialiste. Proposant des assemblées constituantes, il prône le tirage au sort des dirigeants. Sur son blog, «Plan C», qui vise à «instituer une vraie démocratie par une Constitution d’origine citoyenne», il affirme n’appartenir à «aucun parti ou syndicat».

Alain de Benoist Photo DR

Alain de Benoist, le théoricien de la «Nouvelle Droite»

A 75 ans, Alain de Benoist est le véritable ancêtre du «confusionnisme politique». Penseur, philosophe et sociologue, il fonde dans les années 70 la Nouvelle Droite, courant de pensée également connu sous l’acronyme Grece (Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne), destiné à diffuser les idées identitaires et nationalistes. Celui qui se sent proche de Jean-Claude Michéa, ennemi du libéralisme économique et culturel, tente de faire sauter les digues entre penseurs de tous bords via son magazine d’idées Eléments fondé en 1968. Le bimestriel y accueille des intellectuels de gauche et de droite en semant sur son passage la plus grande confusion intellectuelle.

Sapir DR

Jacques Sapir, Le pont entre les extrêmes

De l’extrême gauche au Rassemblement national (RN). Le parcours intellectuel et politique de l’économiste, âgé de 64 ans, directeur d’études à l’EHESS et directeur du Centre d’études des modes d’industrialisation (Cemi), incarne à lui tout seul la possible jonction des extrêmes, passant direct du Front de gauche au FN. Pendant des années, cet «hétérodoxe», spécialiste des questions monétaires, a été une référence pour la gauche française, des communistes aux socialistes. Thuriféraire de la Russie poutinienne et combattant acharné de l’Europe, il prône une sortie de l’euro, comme lors de l’université d’été du FN à Fréjus en septembre 2016 ou au côté de Nicolas Dupont-Aignan lors de congrès du parti souverainiste Debout la France.

Olivier Berruyer Photo DR

Olivier Berruyer, le blogueur russophile

Diplômé en finances et actuaire de profession, c’est en «simple citoyen» autodidacte, de 43 ans, qu’il fonde en 2011 le blog «les Crises» pour partager des analyses et réflexions sur l’économie et la géopolitique. Ses billets portent un regard souvent critique contre ce qu’il qualifie de «propagande» des médias occidentaux, (face à la Russie). Celui qui s’inspire de la pensée de Chomsky, Orwell ou Snowden est régulièrement accusé de relayer des propos conspirationnistes et non sourcés sur son site. Depuis, le Monde estime que «des centaines d’articles ont été mis hors ligne du site sans explication». S’autoclassant à gauche, il a participé au débat «Faut-il dégager les médias ?» pendant l’université d’été de La France insoumise en 2017.

Je me permets donc de commenter ce formidable “portrait” – réalisé sans me contacter

Olivier Berruyer, le blogueur russophile

J’ai du mal à comprendre. Déjà russophile, c’est une insulte ? Il faut être “Russophobe” pour complaire à Libération ? Mais ce n’est pas légal normalement…

Je suis autant russophile, qu’américanophile, ou anglophile, ou sinophile, car, humaniste, j’aime tous les peuples et respecte toutes les cultures. J’appelle en revanche TOUS les peuples à se méfier de TOUS les gouvernements, et d’exiger d’eux systématiquement la preuve de ce qu’ils avancent. À commencer par le gouvernement russe, évidemment, que je ne soutiens en rien.

Diplômé en finances et actuaire de profession, c’est en «simple citoyen» autodidacte, de 43 ans, qu’il fonde en 2011 le blog «les Crises» pour partager des analyses et réflexions sur l’économie et la géopolitique.

Alors je ne sais pas ce que veut dire “«simple citoyen» autodidacte”, car primo, je ne savais pas qu’il y avait des formations de “simple citoyen”, et secondo je suis diplomé d’une école d’ingénieur (avec option complémentaire en Droit) et d’une école de commerce, il y a donc plus “autodidacte” que moi…

Ses billets portent un regard souvent critique contre ce qu’il qualifie de «propagande» des médias occidentaux, (face à la Russie).

C’est vrai que j’abuse un peu…

Et non, la propagande des médias occidentaux ne porte pas que sur la Russie ; elle concerne également TOUS les pays que n’aime pas notre Gouvernement (Russie, Venezuela, Cuba, Syrie, etc. Bientôt la Chine). Mais c’est une règle qui vaut dans tous les pays ; en Russie la propagande des grands médias ne portera pas sur la Syrie mais sur les États-Unis.

Celui qui s’inspire de la pensée de Chomsky, Orwell ou Snowden

Alors ça, bravo, c’est vrai.

Maintenant, bon courage pour faire un lien entre eux et Alain de Benoist…

est régulièrement accusé de relayer des propos conspirationnistes et non sourcés sur son site.

Euh, on peut avoir des SOURCES sur le non-sourçage ? Et les seuls accusés, ce sont les diffamateurs contre qui j’ai porté plaine – dont Libération.

Depuis, le Monde estime que «des centaines d’articles ont été mis hors ligne du site sans explication».

Propos délirants démontés ici, et qui valent à leurs auteurs une plainte en diffamation.

S’autoclassant à gauche,

Je serais VRAIMENT preneur d’une SOURCE de ceci. M. Blin peut-il la fournir ?

il a participé au débat «Faut-il dégager les médias ?» pendant l’université d’été de La France insoumise en 2017.

Gné. Et alors ?


Bref, tout ceci n’est que du travail de sous-propagande.

Si Simon Blin m’avait interrogé, j’aurais précisé avec plaisir que je m’efforce d’être un citoyen honorable, et que je viens même d’une famille honorable, et je ne serais évidemment jamais parti en vacances avec Jean-Marie Le Pen à 25 ans, occupé que j’étais à cet âge à lutter contre ses idées. Une attitude contraire de ma part n’aurait d’ailleurs pu que mériter de vraies accusations de “confusionnisme” :

Laurent Joffrin luttant torse-nu contre “le retour de la bête immonde des heures les plus sombres de l’Histoire”

Laurent Joffrin en infiltration vacancière auprès de “la bête immonde des heures les plus sombres de l’Histoire” pour mieux la combattre (mais il finit d’abord avec la ligue du Lol, merci de patienter 10 ans)

IV. Les méthodes de Simon Blin

Dernier point, important, pour juger du travail du journaliste.

Dans l’édition papier, le portrait est à la fin de l’article.

Dans l’édition web, il est aussi à la fin de l’article Le «confusionnisme» est-il le nouveau rouge-brun ?. OK.

MAIS

Dans l’édition web, Simon Blin a volontairement créé une page dédiée à chacun des portraits, qui se retrouvent donc DEUX FOIS à l’identique – la seconde ayant pour conséquence d’être facilement indexée par Google quand on tapera mon nom… :

Il aura peut-être fallu le rajouter une 5e fois, non ?

De plus, pour quelqu’un qui ose m’accuser de ne pas sourcer mes articles, on observe qu’il n’y a aucune source me concernant, à part la fake news du Monde.

Je sais également que beaucoup d’entre vous se demandent “Quelle importance cet article dans un journal moribond” ?

En soi, bien sûr, un tel niveau d’incompétence et de malhonnêteté intellectuelle prête à rire.

Mais le problème est qu’évidemment , de “bonnes âmes” se précipitent pour salir un peu plus ma page Wikipédia (encyclopédie dans laquelle je ne souhaite pas apparaitre car je n’ai rien à y faire). Et 4 fois en plus, sachant qu’il refusent toute référence à ce site, donc je ne peux jamais répondre :

Avec même des informations centrales, de niveau Encyclopédie Universalis :

Enfin, vous noterez les mots clés indiqués dans le code source de la page par Libération pour permettre à Google d’y voir “plus clair” – ou pas :

Pourrait-on m’expliquer pourquoi Libération a associé mon nom en Mot-clé à “Théorie du complot”, alors que cette expression ne figure même pas dans l’article ?

 

Beaucoup de questions restent à ce stade sans réponse. Mais le billet suivant éclaire tout ceci

Commentaire recommandé

astap66 // 20.02.2019 à 08h02

Ils sont fatigants…Par contre, un journaliste économique, qui se prétend de gôôôche, vient raconter sur les réseaux sociaux que les mères isolées de 3 enfants gagnent 2500 € par mois grâce au RSA et aux allocations (vous entendez la petite musique derrière ?) et ce n’est pas d’extrême droite.
https://twitter.com/Dechiffrages/status/1096791671650557958
De même, on a un premier ministre qui envisage de demander deux heures de travail par jour contre l’octroi du revenu minimum, en oubliant que sous l’ancien régime il existait une loi identique (tout homme “bien constitué” entre 16 et 60 ans qui ne travaillait pas pouvait être envoyé aux galères), et c’est normal, ce n’est pas d’extrême droite.
Enfin, on a un Président de la république qui rend hommage à Pétain, qui parle d’une partie des français comme des riens et considère que les gitans ne doivent pas savoir parler, qui fait voter des lois permettant à l’autorité politique d’interdire préventivement aux gens de manifester et ce n’est pas d’extrême droite.
Drôle de monde

90 réactions et commentaires

  • Fritz // 20.02.2019 à 07h25

    S’il y avait une justice, le diffamateur Simon Blin serait condamné à copier des lignes plusieurs millions de fois, incluant les termes qu’il affectionne : « extrême droite », « théorie du complot », « confusionnisme ». Une saine correction pour un petit flic « s’autoclassant à gauche ».

      +42

    Alerter
    • Alfred // 21.02.2019 à 12h47

      O. Berruyer, il faut provoquer encore plus ces gens là. Par exemple diffuser un article contre le libéralisme ou pour l’écologie de Alain De Benoist. Cet homme n’est pas un monstre, il est clairement inclassable, il est décrié a gauche comme étant un homme étant d’extrême droite et il est décrié a droite comme étant un homme d’extrême gauche ce qui il faut le dire est tout a fait amusant.

        +1

      Alerter
  • astap66 // 20.02.2019 à 08h02

    Ils sont fatigants…Par contre, un journaliste économique, qui se prétend de gôôôche, vient raconter sur les réseaux sociaux que les mères isolées de 3 enfants gagnent 2500 € par mois grâce au RSA et aux allocations (vous entendez la petite musique derrière ?) et ce n’est pas d’extrême droite.
    https://twitter.com/Dechiffrages/status/1096791671650557958
    De même, on a un premier ministre qui envisage de demander deux heures de travail par jour contre l’octroi du revenu minimum, en oubliant que sous l’ancien régime il existait une loi identique (tout homme “bien constitué” entre 16 et 60 ans qui ne travaillait pas pouvait être envoyé aux galères), et c’est normal, ce n’est pas d’extrême droite.
    Enfin, on a un Président de la république qui rend hommage à Pétain, qui parle d’une partie des français comme des riens et considère que les gitans ne doivent pas savoir parler, qui fait voter des lois permettant à l’autorité politique d’interdire préventivement aux gens de manifester et ce n’est pas d’extrême droite.
    Drôle de monde

      +88

    Alerter
    • medmed // 20.02.2019 à 09h22

      Et si l’on parlait des 7500€ des déductions fiscales de ce journalistes JF Couvrat ou des 4 millions d’aides publiques a son journal ?

      Non seulement il fait dans le fake new puant en parlant du RSA, mais en plus il oublie de balayer devant sa porte.

        +49

      Alerter
  • Duracuir // 20.02.2019 à 08h09

    Le vrai fond du problème est que des médias appartenant TOUS à des oligarques proches du régime macronien ne survivent QUE par les subventions accordées directement par le même régime macronien. Que le sacro-saint libéralisme s’exécute et exécute par là même ces feuilles de propagandes oligarchiques.

      +35

    Alerter
    • Patrick // 20.02.2019 à 10h42

      houlà !!! attention !!
      sur France Info , j’entendais dernièrement un journaliste parler de l’antisémitisme qui se répand sur les réseaux sociaux et comme preuve il prenait une vidéo disant que la presse appartient à une poignée de milliardaires … on sent bien l’antisémitisme qui se cache derrière cette affirmation !!

      Ils vont finir par obtenir l’effet inverse en banalisant complètement le terme antisémitisme.

        +28

      Alerter
      • Fritz // 20.02.2019 à 11h07

        Avec le mot « antisémitisme », ces guignols ont trouvé un jouet magique, ils ne peuvent plus s’en passer ! Du coup, dans le cas que vous citez, ils valident l’association milliardaire = juif.
        On parle de milliardaires, et dans leur cervelle tordue ils comprennent « juif ».
        Ces guignols sont marqués par les stéréotypes judéophobes.

          +27

        Alerter
        • Patrick // 20.02.2019 à 14h31

          du coup à ce rythme là on va tous être antisémites , en plus d’être fachos, homophobes , allergiques au gluten …

            +16

          Alerter
    • Yannis // 21.02.2019 à 00h23

      Une nuance : le “politologue” Philippe Corcuff (qui définit la notion en «des passages rhétoriques stabilisés entre l’extrême droite et l’extrême gauche» pour citer l’article de Blin) est bien connu sur Mediapart pour ses tartines théoriques où il étale, avec tout sa réthorique pompeuse, pour le coup un authentique pro du confusionisme politique, qui a en général pour unique but de cribler la FI de flêches – les moustaches d’Edwy ne sont pas loin de cette cuisine indigeste. Il faut lire les commentaires des abonnés, suite aux articles de blog de Corcuff, toujours mis en Une. Ils sont savoureux, remettent ce charlatan à sa place, et sont plutôt drôles tellement la sauce ne prend plus auprès des lecteurs.

      Mais pour les responsables de rédaction qui se disent de gauche, tels Plenel ou Joffrin, c’est une caution intellectuelle. Dans les pétitions grandiloquantes, sans effet réels mais lancées uniquement pour redorer le blason de certaines professions (politiciens, journalistes, philosophes et intellos auto-promulgués, quelques artistes du showbizz parisien aussi), pétitions au texte souvent lapidaire (du genre “Pour la Liberté”) qui servent d’accroche à une liste de chiens de garde longue comme la toge de Macron, venus secourir la bien-pensance de la pensée unique (olala je me mets à faire du Corcuff), ce dernier a toujours son nom bien en vue.

        +3

      Alerter
    • lvzor // 23.02.2019 à 00h24

      “Que le sacro-saint libéralisme s’exécute et exécute par là même ces feuilles de propagandes oligarchiques.”

      Je partage ce souhait, mais je n’oublie pas que la plupart des ultra-libéraux sont rémunérés, directement ou indirectement, sur fonds publics pour prôner l’ultra-libéralisme …uniquement pour les autres.

        +0

      Alerter
  • sassy2 // 20.02.2019 à 08h28

    La diffusion payée 2018 (y compris donc air france + Etat français etc…)
    7 Libération Quotidien 2018 DSH 67 238 -10,68%

    sapir 37k abonnés + vous 35k > libération

    bye bye libé

    notes:
    https://www.zerohedge.com/news/2019-02-19/covington-high-school-student-files-250-million-defamation-suit-against-washington

    https://www.zonebourse.com/ALTICE-EUROPE-23292458/graphiques/#

      +11

    Alerter
    • Owen // 20.02.2019 à 09h31

      Ici la dégringolade des ventes en presque 20 ans.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Lib%C3%A9ration_(journal)#Diffusion
      Si ont tient compte des clients institutionnels comme vous le faites (ajouter les hôtels, les cafés/brasseries, les entreprises, les services des médias…), même pas sûr que cela fasse des dizaines de milliers de français qui vont acheter leur “Libé” (ou qui s’y abonnent).
      Juste un indice: les ventes en 2015 ont baissé de 5,7%, alors que celles en kiosque ont été enregistrée en septembre de l’année à – 26%.

      Quand une grille d’analyse politique et sociétale n’intéresse plus les français, il ne reste que le maintient artificiel pour des besoins de pouvoirs politiques. Notamment la nécessité de maintenir la vision droite-gauche et les procès médiatiques en sorcellerie de la pensée contre ceux qui y échappent ou s’y refusent.

        +27

      Alerter
      • Dominique65 // 20.02.2019 à 23h43

        Même à zéro lecteur, les articles de Libé seront repris dans Wikipedia et d’autres médias. L’État français a donc tout intérêt à continuer de le subventionner.

          +3

        Alerter
  • Ovni de Mars // 20.02.2019 à 08h49

    J’ai peur que cette attaque d’un journal très proche du macronisme ne soit l’une des prémices de l’offensive en préparation de contrôle des opinions sur Internet que souhaite le pouvoir macronien, On a vu que le régime de Macron devenait autoritaire avec la répression des gilets jaunes, je crois qu’il cherche à l’être encore plus en voulant s’occuper des réseaux Internet

      +35

    Alerter
    • Larousse // 20.02.2019 à 14h44

      Vous avez raison, mais même si l’équipe Macron-Philippe réussit à enrégimenter Internet , à imposer des filtres performants (pages non accessibles même) , quel en sera le résultat ? Au début une “grande victoire”, le “château” respirera un temps plus ou moins long. Les Français seront “soumis”. Donc “ils” se diront “Tout va bien !”
      Eh bien, c’est bien mal connaître la nature humaine. La passivité et la soumission des Français provoqueront une accélération de la sclérose du système. Et celui-ci s’effondrera, seulement là ce sera beaucoup plus douloureux, catastrophique pour le “château”.
      La réalité est bien ce qu’elle est : le système est à bout de souffle, il n’y a aucune perspective à moyen terme dans l’UE parce que l’endettement a été conçu comme une “trique” “un fouet” pour demander toujours plus aux peuples au profit de quelques uns seulement. Cette stratégie échouera, elle n’a aucun sens.

        +8

      Alerter
      • Bouddha Vert // 20.02.2019 à 21h14

        Elle n’a aucun sens si vous pensez que le monde va continuer comme au XXème siècle, hélas ou parce que notre monde est fini mais que notre système l’ignore, ou le feint, il va changer, et les propos de Blin servent un possible demain façon ancien régime avec son aristocratie et sa cour.

          +2

        Alerter
  • Veloute // 20.02.2019 à 08h57

    L’un des mots clés, à tout le moins qui m’interpelle dans ce papier est ‘autodidacte’, qui apparaît deux fois, de mémoire (je n’ai pas la force de m’infliger une seconde lecture pour vérifier, pardonnez).

    Chouard et Berruyer sont, donc, qualifiés d’autodidactes. Point commun, en dehors d’aligner les diplômes ? Ils sont blogueurs.

    Ils sont blogueurs et, donc, prennent la parole sans être passés par les écoles de journalisme, sans avoir reçu la formation (le formatage ?) Ad hoc.

    Ici s’origine tout ou partie de la critique adressée par ce chien de garde.

      +41

    Alerter
    • Kiwixar // 20.02.2019 à 10h12

      Ce sont des mentalités de sectes. Des clercs s’émouvant que des personnes n’ayant pas reçu l’ordination se permettent de prendre la parole en contredisant leurs prêches. Au Moyen Âge, ces journal**istes auraient envoyé Berruyer et Chouard au bûcher (après les avoir torturé, évidemment).

      La même engeance. Aujourd’hui, leur religion c’est l’UE et l’euro, et ils jouissent de la souffrance que la Secte inflige aux manants.

        +33

      Alerter
  • antole27 // 20.02.2019 à 09h05

    Trèfle de Faisanderie , rétablissons 2 vérités :

    1) les lunettes du suspect ne sont pas CARRES mais RECTANGULAIRES (j’ARRONDIS volontairement)
    2) le problème est très simple, les RICHES nous ont “EMPRUNTES” l’argent
    et ils ont peur qu’on leur RECLAME le versement des MENSUALITES

      +17

    Alerter
  • Macarel // 20.02.2019 à 09h06

    Ce qui est insupportable c’est de voir des gens se présenter comme journalistes, alors que ce ne sont que des inquisiteurs. Inquisiteurs de la très “Sainte église de la mondialisation néo-libérale”, protecteurs de l’ordre établi, censeurs de “toute pensée déviante”, ex-communicateurs patentés. Adversaires de la liberté de penser, qui est le droit le plus fondamental dans une société qui se proclame démocratique.
    En plein début du XXI ième siècle, revenir à des pratiques dignes des heures les plus sombres du moyen-âge, quel échec pour la civilisation !

    https://www.youtube.com/watch?v=gJzETn73NSQ

      +19

    Alerter
  • Olposoch // 20.02.2019 à 09h08

    En fait le monde du journalisme aujourd’hui n’est qu’une gigantesque ligue du LOL, avec les plus odieux, les “benallas”, les plus actifs, ceux qui voient et se taisent, et ceux qui “ignoraient”…
    Le harcellement est passé des réseaux à la presse subventionnée, avec l’extension parallèle du domaine de l’impunité.
    Il devient urgent de limiter la liberté d’expression (…et de manifester…) des pov’cons, des sans-dents, des illettrés, des inutiles, des remplaçables, et donc aussi des “simples citoyens” selon Simon Blin qui doit penser qu’ils ne sont rien…

      +22

    Alerter
    • Sandrine // 20.02.2019 à 09h29

      Ne nous emballons pas. Il y a tout de meme des journalistes un peu plus profond et mesurés que ce S. Blin, meme dans les médias de service public et/ou subventionnés.

      A ce propos, “Rouge-brun”, est-ce un qualificatif si négatif et infamant que ça?
      https://www.franceculture.fr/emissions/politique/rouge-brun-une-couleur-de-saison

        +0

      Alerter
      • Lysbeth Levy // 20.02.2019 à 11h43

        Et bien justement ce Monsieur Jean Loup Amselle, ethnologue jusque là, a participé à l’élaboration du “nouveau mot diffamant” “rouge-brun” (dit confusionniste) a travers “son livre” ou il tente de discréditer des gens comme Michéa, puis Lordon, et bien d’autres dits souverainistes, marxistes ..Jean Claude Michéa les dénonce https://www.revue-ballast.fr/jean-claude-michea-on-ne-peut-etre-politiquement-orthodoxe/ Il est très clair Boltanski, Corcuff, Amselle, Besancenot, ont permis le discrédit par amalgames, avec une méthode ad Hitlérium ! Il est même passé à arrêt-sur-image invité par Daniel Schneidermann Alexis Corbières, Amselle, Benoît Clément : https://www.arretsurimages.net/emissions/arret-sur-images/le-discours-social-des-fachos-daujourdhui-cest-du-baratin Il fait comme Pierre Marie Taguieff qui a théorisé en France le complotisme, balancé dans tous les médias et feint ensuite de “modérer le débat” ou la qualification de “rouge-brunisme, ou complotisme. Aucune confiance en ces gens qui passent partout sur tous les médias mainstream ” en tant “qu’experts” (ou sont les études sur la question ?) de la question “rouge-brune” ou “confusionniste”. Demain tous rouge-bruns ?

          +11

        Alerter
        • Sandrine // 20.02.2019 à 14h17

          @lysbeth, votre logique « ami-ennemi » est à double tranchant car, du coup, vous pratiquez ce que vous dénoncez.

          Il est certain que Amselle est « contre » ce qu’il appelle les « rouge-bruns ». Le journaliste qui l’interroge, en revanche essaie de lui apporter la contradiction tout en le laissant déployer ses arguments, ce qui est le job d’un intervieweur.
          Et pour moi, à la fin de l’emission, il était clair que les vocables « rouge-brun » et « confusionniste » ne sont que des outils réthoriques permettant d’etayer une certaine position politique, et n’ont pas grande valeur scientifique.
          La position politique en question c’est : les frontières en général et le souverainisme en particulier, c’est le mal

            +3

          Alerter
  • Gabin // 20.02.2019 à 09h12

    Relativisons en soulignant que ce genre de personnages s’enfoncent dans un délire fantasmatique qui relève de la psychiatrie et qu’ils sont déjà bien punis, en quelque sorte. Leur malédiction consiste à devoir vivre jusqu’à la fin de leurs jours en étant ce qu’ils sont :
    Des menteurs pathologiques à moitié dingues…

      +23

    Alerter
    • Kiwixar // 20.02.2019 à 09h44

      “Leur malédiction consiste à devoir vivre jusqu’à la fin de leurs jours en étant ce qu’ils sont : Des menteurs pathologiques à moitié dingues”

      C’est à la fois très vrai, très cruel de le souligner et très triste pour toutes les victimes du journal**isme français (nous)…

        +10

      Alerter
  • Kiwixar // 20.02.2019 à 09h14

    “Euh, on peut avoir des SOURCES”

    La source est le quotidien Libération, journal à la probité irréprochable et à l’honnêteté sans faille, seul rescapé du naufrage de la pressetituée française des années 2000-2020. Grâce à son sérieux, son travail de fond, ses articles à la pointe de la véracité et de la profondeur, le journal est devenu le nouveau “quotidien de référence” français lorsque son prédécesseur à été racheté par un fabricant de papier-toilette souhaitant faire des économies sur les polices de caractère et l’encre noire.

    Évidemment, comme représentant éminent du 4e Pouvoir, Libération est tenu de préserver le secret de ses sources afin de continuer à brillamment défendre notre démocratie des (1) vélléités autoritaires des banksters et de leurs laquais serviles (2) des dérives racistes, antisémites et russophobes (la russophobie étant le palliatif légal des racistes et des antisémites).

      +9

    Alerter
  • Lysbeth Levy // 20.02.2019 à 09h25

    Cette méthode “journalistique” de salir des gens, une personne me laisse pantoise, tant c’est très bas, et en vérité réservée à l’élite “journalistique” car même Jean Yves Camus (expert de l’extrême droite a Fondation Jean Jaurès) a droit lui, a aimer, fréquenter, les très “méchants” comme Alain De Benoist. Il semblerait donc que certains “aient le droit” de fréquenter “tout le monde” du moment qu’il prétende s’inscrire dans un travail de “recherches” sur les radicalités : https://twitter.com/jeanYvesCamus1/status/1097908046150418432 Mr Chouard a depuis refait les unes de médias depuis l’affaire du RIC, souvent en bien mais aussi dans le pire, par le biais des “bons démocrates” qui l’ont attaqué dès le début. Les amateurs de “rouge-brun, confusionniste”, couplé à “complotiste” sont toujours à l’affut du moindre de vos, nos gestes. L’historique de ces mots, maux, est décrypté sur le site anti-néocons : https://anticons.wordpress.com/2015/10/09/ornella-guyet-archetype-de-la-desinformation/ Ils ont inventé la méthode a vous refaire un CV le plus pourri possible. Après ces mêmes journalistes se plaindront que les gens ne les aime pas ! Le cas “Joffrin” est aussi étudié là : https://anticons.wordpress.com/2016/05/19/medias-francais-cinq-cas-de-journalistes-acquis-a-la-doctrine-neoconservatrice/ C’est le règne des “néoconservateurs” qui ont pris le pouvoir dans les années 90 a 2001 lancé par la grande croisade contre le Mal. “Diviser pour règner” voilà ce qu’ils font juste avec des mots ..C’est du stalinisme couplé à du maccarthysme.

      +18

    Alerter
  • fleurda // 20.02.2019 à 09h34

    Finalement, ce qu’il oublie de dire, c’est que le TOUT PREMIER CONFUSIONNISTE c’était bel et bien le général de Gaulle avec son Conseil National de la Résistance…

      +16

    Alerter
    • lon // 20.02.2019 à 14h08

      Quand j’ai commenté sur le blog de Jorion que De Gaulle avait été rejoint à Londres par beaucoup de maurassiens j’ai été censuré . Faut pas rappeler ce genre de choses , ça rend les esprits encore plus confus les pôvres .

        +3

      Alerter
  • Caliban // 20.02.2019 à 09h44

    L’historien Pascal Ory comme caution intellectuelle … pourquoi pas.

    Rappelons quand même que ce monsieur s’est présenté aux élections sous la bannière PS (https://en.wikipedia.org/wiki/Pascal_Ory) et qu’il a dû démissionner d’un poste officiel après une “boulette” sur la réhabilitation de Maurras (https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/03/21/affaire-maurras-la-lettre-de-demission-de-dix-des-douze-membres-du-haut-comite-aux-commemorations_5274427_3232.html).

    Il y a des confusionnistes plus ou moins fréquentables. Pour les départager, généralement il faut se fier à la Légion d’Honneur qu’ils portent à la boutonnière (https://www.youtube.com/watch?v=P-9Rjw7yNDQ) : “En fait la Légion d’honneur c’est comme un anus, c’est petit, c’est rouge, c’est fripé et il y a souvent une grosse m… derrière” 🙂

      +18

    Alerter
  • scipio // 20.02.2019 à 09h47

    Une des perles de l’article:
    “Au reste, le mot essentiel n’est ni droite ni gauche : c’est extrême.»”

    Comme Macron, ni de droite, ni de gauche, mais extrême.

      +15

    Alerter
    • Caliban // 20.02.2019 à 12h18

      Extrême-centre. Celui d’une bourgeoisie crispée sur ses privilèges et qui se pare des atours du bon-sens et du réalisme. Alors qu’ils pataugent en pleine utopie libérale d’un monde infini ordonné par la main invisible du Tout-Puissant Marché …

      Voir ce qu’en dit Bégaudeau par exemple : https://www.youtube.com/watch?v=GPfXLUThC6M

        +8

      Alerter
      • Suzanne // 21.02.2019 à 13h44

        L’interview de Bégaudeau est passionnante, en effet, mais le concept d’extrême-centre, ça vient d’Alain Deneault, un intellectuel de tout premier plan. Voici son entretien sur l’inestimable thinkerview :

        https://www.youtube.com/watch?v=IBdj4Z0FtZU

          +1

        Alerter
  • Dune // 20.02.2019 à 09h53

    Il faut relativiser le pouvoir de nuisance des ces journaloppes qui ne sont plus lus que par des abrutis rendus aux derniers degrés du conditionnement mental ou des chiens de garde du pouvoir.

    Par ailleurs, je note qu’Aude Lancelin, dont les interview sont parfois relayées sur ce site (et il est vrai qu’elle invite parfois des personnes intéressante), divague sur Chouard dans des termes très proches de ceux de Simon Blin.

      +10

    Alerter
    • Owen // 20.02.2019 à 11h41

      Ah, oui, en effet. Et elle y met tout son coeur, on dirait…
      https://twitter.com/alancelin/status/1077158273369993218

      Aude Lancelin est de gauche anti-souverainiste. Et je ne vois pas comment on peut être démocrate en refusant la souveraineté à son pays…

      jacques Cotta (émission “Dans la gueule du loup”), l’aurait certainement invité, mais depuis que Le Média lui a refusé un sujet d’émission qu’il voulait organiser, il est parti.

        +8

      Alerter
      • Suzanne // 21.02.2019 à 13h56

        C’est plus qu’une divagation de la part d’Aude Lancelin (que j’apprécie beaucoup par ailleurs), c’est un dérapage grave, dû à l’ignorance.
        Etienne Chouard parle à tout le monde, est intéressé par tout le monde, sa curiosité inextinguible le pousse à débattre chaque fois que c’est possible. Le Diable croiserait son chemin que Chouard se précipiterait vers lui, en disant : “ça alors, j’aimerais beaucoup comprendre comment vous fonctionnez, vous pouvez me dire pourquoi réellement vous avez pu adopter des principes aussi inhumains que les vôtres? Cela m’intéresse beaucoup”.
        Et quand je parle d’ignorance pour Lancelin, c’est lorsqu’elle prétend que Chouard est une demi-portion intellectuelle. C’est l’habituelle arrogance des proches d’universitaires, incapables de reconnaître la culture (ici très large et très profonde) chez ceux qui ne sont pas dans le milieu vertical de l’université française.

        Se faire une idée soi-même, l’entrevue de (encore) thinkerview avec Etienne Chouard :
        https://www.youtube.com/watch?v=DROqR_7EKvs&t=914s

          +3

        Alerter
        • Suzanne // 21.02.2019 à 20h21

          Une réponse précise de Chouard sur les accusations de “soralisme”, à partir de 5′ dans cette vidéo :
          https://www.youtube.com/watch?v=VdyMcDKVs98
          La réponse, convaincante, est fondée sur deux points, d’abord Chouard, dans ce qu’il dit, fait et écrit a largement démontré qu’il n’était pas raciste et qu’il était contre toute domination. D’autre part, il faut discuter avec les racistes pour les faire changer d’avis, leur démontrer que ce sont des opinions dangereuses. On combat les idées et non les personnes.

            +0

          Alerter
  • Macarel // 20.02.2019 à 10h08

    Le “confusionnisme” prend ses racines avec le virage de la rigueur de 1983, et la conversion au libéralisme économique d’une gauche qui dès lors pratiqua une politique de plus en plus pro-capital, en lien avec sa conversion “européiste”. Avec comme conséquence la destruction de la classe ouvrière, laissée par ailleurs orpheline suite au naufrage du parti communiste (avec comme coup fatal la chute de l’URSS), et comme corollaire la montée du parti de droite extrême nationaliste le FN. FN, qui allait dès lors devenir un très utile repoussoir électoral, pour permettre à une gauche qui n’en avait plus que le nom de se maintenir au pouvoir, ou de le reprendre face à une droite dont plus grand chose ne la démarquait sur le plan économique. Et au bout du chemin, tout ceci culmina dans la fusion macroniste du en même temps de gauche et de droite (en fait de droite, bien plus que de gauche), et dans le mépris partagé par les CSP+ du petit peuple inculte, ignare, raciste, et pour tout dire con si l’on entend les déclarations de certains. Et au final, en réaction, le mouvement populaire inédit des gilets jaunes surgit, comme réponse à ce mépris de classe de l’intelligentsia “macroniste”.

      +13

    Alerter
    • DocteurGrodois // 20.02.2019 à 11h10

      Si j’ai bonne mémoire, le terme de “confusionnisme” est apparu dans les années 80 pour designer une mouvance d’ultra-gauche marginale vaguement réunie autour du libraire-éditeur La Vieille Taupe qui s’est fait remarquer (entres autres) en diffusant un tract négationniste à 60000 exemplaires à quelques jour de l’attentat de la rue Copernic…

      Le mot ayant un sens, si on me demande un exemple contemporain je citerait Francis Cousin et Alain Soral, mais c’est devenu une tarte à la crème. Le sommet de l’absurde fut atteint quand Caroline Fourest s’est fait accuser de confusionnisme pour avoir accusé Tarik Ramadan de confusionnisme…

      Dans le même esprit, j’ai vu Annie Lacroix-Riz qualifiée de “complotiste rouge-brune”, Kuzmanovic de “rouge-brun patriotard”, et Lordon de “confusionniste rouge-brun nationaliste de gauche”.

      Bref, voila ce qui arrive quand on manque autant de culture que d’imagination.

        +4

      Alerter
      • Dominique65 // 20.02.2019 à 23h58

        Autrefois, on était tous le c** de quelqu’un. De nos jours (pardon, faut faire moderne : au-jour-d’aujourd’hui), on est tous le conspi (ou confusionniste, c’est échangeable) d’un autre.

          +3

        Alerter
  • captp // 20.02.2019 à 10h14

    Quel torchon ! C’en est presque incroyable.

      +7

    Alerter
  • Kasper // 20.02.2019 à 10h25

    “c’est en «simple citoyen» autodidacte, de 43 ans, qu’il fonde en 2011 le blog «les Crises»”

    On sent bien que le reproche tapis derrière le mot d'”autodidacte” c’est que vous osez faire un travail de journaliste sans être passé par une école de journalisme et sous les fourches caudines des “vrais” medias. Vous touchez au grisbi. Et ca, c’est impardonnable.

      +21

    Alerter
    • Kiwixar // 20.02.2019 à 10h35

      Des professionnels ont construit le Titanic, un amateur a construit l’arche de Noé.

        +15

      Alerter
    • Patrick // 20.02.2019 à 11h22

      autodidacte , encore ça peut passer , mais “simple citoyen” !!! ça c’est pire que tout !!

        +6

      Alerter
  • Fred79 // 20.02.2019 à 10h42

    Le mot confusionnisme est, à mon humble avis, bien plus adapté à notre époque que celui de complotisme depuis que la gauche politique et intellectuelle actuelle a sombré corps et biens dans le si mal nommé néolibéralisme qui n’est en fait qu’un libéralisme des règles du commerce international imposé aux peuples de pays de plus en plus bureaucratisés.
    Le seul point commun que je vois entre une gauche censée défendre le peuple et le néolibéralisme de droite censé rapporter encore plus d’argent à ceux qui en ont déjà trop et même si ce n’est pas pour les mêmes raisons, c’est le sans-frontièrisme.
    Or si vous permettez aux pauvres des pays pauvres de venir partager les avantages des pauvres des pays riches, vous appauvrissez ces derniers. Comment voulez vous qu’ils ne se réfugient pas vers “l’extrême droite” qui leur promet de rétablir les frontières?
    Il devient alors bien difficile aux intellectuels de gauche de mettre de l’ordre dans leurs pensées face à la réalité subit par les peuples occidentaux et lorsqu’ils s’y égarent en critiquant, par exemple, la très “néolibérale” construction de l’U.E, les chiens de garde du système les envoient directement dans le camp des fascistes.
    C’est mon explication personnelle à l’invention des rouges bruns, maintenant, si vous avez trouvé de l’aspirine pour Olivier, pourriez-vous m’en faire passer aussi?

      +10

    Alerter
  • Le Rouméliote // 20.02.2019 à 10h48

    M’excuse, mais faudrait prévenir avant de montrer des photos de saint Joffrin en vacances chez l’immonde Le Pen : j’ai failli m’étouffer de rire, que ça aurait pu être dangereux.
    Mais que fais-je sur un site russophile, conspirationniste, proche de l’extrême-droite et qui défend, sans aucun doute, la théorie selon laquelle la Terre est plate ? J’ai honte et je me repens devant la très sainte Église européo-macronienne et je vais illico enlever le gilet jaune de ma boîte à gants pour le remplacer par un joli gilet rouge-brun.

      +11

    Alerter
  • Chris // 20.02.2019 à 10h52

    A lire le charabia de la voletaille parigot-pharisienne, dont la principale occupation semble être d’appliquer des étiquettes et de rester en vue, me revient en mémoire la pièce des Précieuses Ridicules version XXIe siècle, surfeuse en 4G et championne du surclassement poubelle.
    Incapables de créer quoique que ce soit, ces courtisans nés s’appliquent inlassablement à générer un monde à leur image : moutonnier, faussaire et futile.
    Pas étonnant que la France aille si mal et si bas avec cette écume d’égouts qui contamine tout.
    Que ne restent-ils pas cantonnés à la presse people et marchande des étagères de superettes, leur vraie place !

      +5

    Alerter
  • guzy // 20.02.2019 à 11h15

    Bon en même temps, est-il nécessaire de passer du temps à lire les délires d’une presse-zombie qui n’est plus lue et serait déjà en faillite sans les subventions de l’Etat ?
    Je n’ai pas les chiffres en tête, mais je me souviens que les résultats de Libé, version en ligne comprise, sont vraiment de plus en plus ridicules.

      +5

    Alerter
  • YH // 20.02.2019 à 11h36

    J’aimerais bien savoir ce que la géométrie non-euclidienne vient faire dans cette galère. À croire que d’aucuns n’ont pas lu Sokal (avec un k !) et Bricmont. Enfin, on nous aura épargné Gödel et l’interprétation de Copenhague de la mécanique quantique, ne boudons pas notre plaisir.

    Quand je pense que ce sont souvent de bons élèves qui passent un concours difficile pour devenir journalistes, je ne peux que me joindre au choeur des pleureuses et verser une larme sur ce que fut l’école républicaine.

    Autodidacte en apprentissage

      +3

    Alerter
    • Wakizashi // 20.02.2019 à 17h11

      En même temps c’est sûr que pour ce qui est de l’interprétation de Copenhague, il vaut mieux éviter Bricmont… D’ailleurs il vaut mieux l’éviter tout court, comme son copain Sokal, et comme tous les adeptes de la chasse aux sorcières en général. Entre ceux qui crient à l’antisémitisme à tout bout de champ et ceux qui crient à l’imposture intellectuelle pour faire passer leur soupe scientiste, c’est bonnet blanc et blanc bonnet. Un jour il faudrait que l’on aborde sur ce site les liens de cause à effet entre scientisme et capitalisme, mais bon, il est peut-être encore trop tôt…

      De toute façon et plus largement, toutes ces idéologies, c’est l’écume des choses. L’homme regarde la fleur, la fleur sourit.

        +1

      Alerter
    • PierreH // 20.02.2019 à 19h10

      Ben elle vient instiller insidieusement une espèce de caution scientifique j’imagine… Tiens, ça fait longtemps aussi qu’on n’a pas vu le chat de Schrödinger d’ailleurs !

        +1

      Alerter
  • cmaud // 20.02.2019 à 11h43

    Je viens de refaire les calculs en utilisant le simulateur de la CAF et les données des organismes officiels :
    – RSA parent isolé sans ressource, sans emploi, 3 enfants de 3 à 24 ans : 1.212 et non 1.414
    – alloc. de soutien familial 345
    – complément familial 256
    TOTAL 1.813
    L’aide à la garde d’enfant de 520 € n’est attribuée par pôle emploi qu’en cas de reprise d’activité, et encore, pendant un an seulement.

      +0

    Alerter
    • astap66 // 20.02.2019 à 12h16

      Pas tout à fait exact, car les AF, l’ASF et le CF sont pris partiellement en compte pour le calcul du RSA.
      Le RSA étant un minimum, il comble la différence entre les revenus pris en compte et son montant fixé par arrêté.

      Voir notamment l’article Article R262-10-1 du code de l’action sociale et des familles, qui dispose :

      I. ― Le complément familial majoré(…) est pris en compte pour la détermination du montant de revenu de solidarité active, à hauteur d’un forfait égal à 41,65 % de la base mensuelle de calcul des allocations familiales (…).
      II. ― L’allocation de soutien familial mentionnée à l’article L. 523-1 du code de la sécurité sociale est prise en compte pour la détermination du montant de revenu de solidarité active, dans la limite d’un forfait égal à :
      1° 30 % de la base mensuelle de calcul des allocations familiales (…);
      2° 22,5 % de la base mensuelle de calcul des allocations familiales déterminée en application de l’article L. 551-1 du même code (…).

      C’est bien expliqué sur le site que le journaliste aurait pu au moins prendre la peine d’aller consulter :
      https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F24585

      A noter que le bénéficiaire du RSA propriétaire d’un actif mobilier ou immobilier qui ne génère pas de revenu (c’est plus fréquent qu’on ne croit: succession non partagée ou autre) se voit appliquer un revenu fictif de 3% (beau placement!) qui est pris en compte comme revenu, qui sera donc déduit du RSA.

        +3

      Alerter
  • Surya // 20.02.2019 à 11h43

    par contre à regarder les résultats des ventes de libé, le chômage guette…

      +1

    Alerter
  • Vudenbas // 20.02.2019 à 12h20

    Bonjour,

    pour aider à la compréhension de cet article, j’ai utilisé le site de traduction en ligne journaliste/simple-citoyen, et pour être sur que tout le monde comprenne j’ai validé l’option sous-citoyen. Au passage je viens de découvrir qu’il y avait des catégories de citoyens.
    Personnellement et cela se traduit par mon pseudo, je suis un sous citoyen. C’est parti.

    “moi citoyen supérieur bien penser car moi formé et payé pour bien penser. Toi simple citoyen pas bien penser car toi penser tout seul. Toi utiliser cerveau. Pas bien cerveau. Moi pas savoir où classer toi. Comme moi pas savoir toi quoi être, donc toi être extrême. Toi pas beau, toi dangereux.”

    Encore un bel exemple de masturbation intellectuelle payée en partie avec les fonds publics pour diaboliser ceux qui ne pensent pas comme il faut.

    A quand les centres de rééducation de la pensée M. Blin ?

      +11

    Alerter
  • Denis Monod-Broca // 20.02.2019 à 12h21

    La confusion des esprits ces temps-ci, dans le domaine politique, est profonde. Elle règne d’abord au sein des “partis de gouvernement” et de la presse mainstream qui s’attachent désespérément à la différence entre gauche de gouvernement et droite de gouvernement, entre presse mainstream de gauche et presse mainstream de droite. En pleine confusion, ils accusent de confusionnisme ceux qui essayent d’y voir clair malgré tout, malgré toutes les obstacles qu’ils y mettent.

      +4

    Alerter
  • Bèbert le fou // 20.02.2019 à 12h29

    Je voudrais pas verser dans le complotisme mais Olivier Berruyer a de petites lunettes carrées, Michel Onfray a de grandes lunettes carrées. J’ai récemment remarqué qu’Emmanuel Todd portait de moyennes lunettes carrées. Bref, je me demande si nous n’avons pas affaire au gang des lunettes carrées ?! Si ça se trouve, ils sont tous dans le même espace vectoriel !

    Est-ce que Monsieur Blin pourrait enquêter sur le sujet ?

      +9

    Alerter
    • Patrick // 20.02.2019 à 12h44

      Bizarre , Poutine n’a pas de lunettes !! ou alors il porte des lentilles pour qu’on ne puisse pas faire le lien avec lui … ça démontre bien le complot.

        +10

      Alerter
      • Fritz // 20.02.2019 à 15h04

        Un complot russe ? John le Carré n’y croit pas.
        Mais quelque chose me dit qu’il en fait partie…

          +4

        Alerter
    • Les-crises // 21.02.2019 à 17h03

      non, j’ai des lunettes rectangulaires. Pas de Fake News svp, on n’est pas chez Libé ici.

        +2

      Alerter
  • Fabrice // 20.02.2019 à 12h45

    Je ne sais plus qui disait “quand on ne peut attaquer les idées, on attaque les personnes” ces cas relèvent évidemment de cet adage.

    Le RIC ne peut être vraiment sérieusement attaqué car les arguments valent contre les élections hier j’en ai eut l’exemple dans “c’est à vous” ou l’on frôlait le ridicule du coup on s’attaque à son plus ardant défenseur soit monsieur Chouard et pour donner plus de poids à leurs propos de chien de garde on ajoute un énième article sur vous Olivier pour diaboliser ce cercle de “complotistes et russophiles” certifiés par le decodex.

    Le cercle lol s’etoffera de ces journalistes qui deshonnorent leur métier et pire le discréditent en crachant sur les individus en se croyant hors d’atteinte.

      +4

    Alerter
  • ima // 20.02.2019 à 14h06

    Le premier confusionnisme, s’il existe, c’est d’avoir osé récupérer le titre d’un quotidien vraiment de gauche, issu de la Résistance pour habiller ce torchon.
    C’est simple, dans la Creuse, on n’enveloppe même plus les salades dans des vieux numéros de cette insanité, de peur de les voir flétrir !
    [modéré]
    Bravo Olivier d’avoir, une fois de plus fait l’autopsie de ces petites saloperies ordinaires, notre devoir, en toute occasion, c’est de ne plus rien laisser passer.

      +7

    Alerter
  • lon // 20.02.2019 à 14h14

    A ce train là la “Russophilie” va devenir un délit pénal et le simple appel à la raison face à l’hystérie russophobe une pathologie munichoise relevant d’un traitement psychiatrique .

      +9

    Alerter
  • Ando // 20.02.2019 à 14h22

    Cette façon de démonter puis de salir une “cible” fait exactement penser à ce qui se pratiquait sous Staline dans les années 30. La Pravda d’alors éditait un article au ton fielleux ou l’opposant présumé (intellectuel, artiste ou politique) était accusé de maux dégradants (trotskiste, agent du capitalisme, ennemi du peuple, saboteur, etc…), sans que la victime ne puisse répondre ou se défendre, sans qu’évidemment aucun commencement de preuve ne soit apporté à ces accusations. Cette attaque avait pour but de délégitimer totalement la cible, de lui signifier qu’elle était justement devenue une cible et que la société soviétique dans son ensemble en était informée. La victime ayant perdu toute forme de soutien ou de protection il ne restait qu’à l’éliminer (si tel était le bon plaisir du Géorgien). Il suffit donc de remplacer “trotskiste”, “agent du capitalisme”, “ennemi du peuple”, “saboteur” par “antisémite”, “extrême droite”, “brun-rouge”, “complotiste” et maintenant “confusionniste”. Eternelle chanson lugubre du crétinisme assumé.

      +7

    Alerter
  • Vladimir K // 20.02.2019 à 14h41

    J’essaie de comprendre cette fixation sur l’âge : que vient faire l’âge de Chouard, Sapir, Berruyer… dans cette affaire ? Ça change quoi ? C’est juste pour faire “plus informé” ?

      +2

    Alerter
    • NICOLE DE NICOMAQUE // 21.02.2019 à 05h19

      Je note aussi l’objet contondant : ” les petites lunettes carrées ” !

      A croire que le journalisme scientifique de “Libération” n’a pas la même perception géométrique des choses et qu’à trop confondre un rectangle avec un carré, le confusionnisme n’est pas loin. Misère du journalisme payé au lance-pierre.

        +1

      Alerter
  • douarn // 20.02.2019 à 15h15

    “les gens se mettent à adhérer à de bonnes idées d’individus présentés comme infréquentables, et donc, se retrouvent à rejeter en bloc la dangerosité même de ce qu’implique l’extrême-droite. Le vrai confusionnisme se situe ici.”

    J’aimerais mettre une pièce dans la tirelire en évoquant une hypothèse : en donnant corps à l’ultra-droite (pas de définition en vue jusqu’à présent, j’attends toujours…) et en la situant sur l’échiquier politique à la droite de l’extrême-droite, les medias et nos élites rendent, de manière artificielle, moralement plus acceptable l’extrême-droite (mais bon pas trop quand même). En effet, pour le second tour des élections présidentielles, il faut se retrouver en face de l’extrême-droite pour s’ériger en rempart et remporter le morceau. Pour fermer le clapet des détracteurs pendant le mandat présidentiel, il faut les faire entrer de force dans la boite “ultra-droite” (Chouard par ex.). Diabolique, non?

      +2

    Alerter
  • remi // 20.02.2019 à 16h13

    Notons que la Ligue du LOL a Libé, c’est aussi et surtout une certaine façon de choisir ses titres et ses priorités dans la couverture de l’actualité.

    Ainsi en février 2013, un chômeur en fin de droit s’est immolé par le feu devant le Pôle emploi de Nantes qui avait cru bon de le radier pour baisser les chiffres du chômage.
    https://www.20minutes.fr/societe/1100143-20130213-nantes-immolation-feu-devant-pole-emploi
    Le jour de ses obsèques, la rédaction du journal a trouvé bon de titrer : “Cannabis, Rallumons le débat”, reléguant cette petite affaire de chômeur aux chiens écrasés.
    http://cannabissansfrontieres.org/liberation-cannabis-rallumons-le,789.html

    “Cannabis, Rallumons le débat” quand un chômeur s’immole, j’ignore qui de Hervaut ou Glad à eu l’idée du titre, mais nul doute que tout le monde s’est bien marré en conférence de rédaction.

      +10

    Alerter
  • Tintin // 20.02.2019 à 19h03

    Quand meme, c’est dingue… Vous pensez qu’il est convaincu de ce qu’il dit ce journaliste? Qu’il troll? Ou qu’il decide de salir, expres, avec un agenda bien a lui?
    Ecrir ca sans avoir peur de passer pour un guignol, ca en montre gros sur le niveau du Francais qui dit Libe.

      +3

    Alerter
    • lon // 20.02.2019 à 20h39

      C’est pas Houellebecq qui dit dans son dernier bouquin que les seuls lecteurs de Libé sont les intermittents du spectacle ?
      loooooolll

      https://next.liberation.fr/livres/2018/12/26/houellebecq-mortes-passions_1699840

        +4

      Alerter
      • NICOLE DE NICOMAQUE // 21.02.2019 à 05h06

        Houellebecq ?….le type qui vomit les hommes et les femmes dans ses livres en les ringardisant et en les faisant passer pour des abrutis tout en affirmant qu’il a voté Macron aux dernières élections car ” il est trop riche pour voter JL Mélenchon ou M.Le Pen ” ? …..C’est bien lui ?

          +1

        Alerter
  • Pinouille // 20.02.2019 à 20h30

    Ce qui est symptomatique dans ce genre de situation (à la fois les articles de S Blin, mais aussi la réaction d’OB), c’est la fermeture à toute possibilité de dialogue. Il me semble pourtant que le meilleur moyen de donner une chance à la situation d’évoluer, c’est que l’un invite l’autre dans un endroit convivial (après tout, vous devez habiter à quelques km l’un de l’autre) et de laisser un ou deux verres faciliter la sincérité et l’ouverture d’esprit. A défaut de changer d’avis, vous aurez au moins certainement gagné en compréhension et en tolérance.
    Je regarderais avec attention cet évènement s’il était enregistré.

      +1

    Alerter
    • Catalina // 20.02.2019 à 22h41

      Pinouille,
      Comment dire ?
      Quel est l’intérêt d’aller échanger avec des fanatiques idiots ?
      Auriez-vous ce temps à perdre car à la lecture de ce pipotron espistolaire (je parle de cette chose que je ne sais qualifier hormis de “pipotron epistolaire, édité par OB), j’ai comme un doute.

        +4

      Alerter
      • Pinouille // 21.02.2019 à 07h18

        “Quel est l’intérêt d’aller échanger avec des fanatiques idiots ?”
        Se donner la possibilité de changer d’avis: Simon Blin est peut-être ni fanatique ni idiot.
        Et le cas échéant, lui donner la possibilité de changer d’avis.

          +0

        Alerter
  • lon // 20.02.2019 à 20h33

    C’est sûr que quand la majorité des commentaires sont à l’opposé de la ligne éditoriale , vaut mieux les supprimer . Chez Le Monde ils ont compris , ils entretiennent une ménagerie de trolls macroniens qui dégainent sur le moindre sujet sensible .

      +7

    Alerter
    • Serge F. // 20.02.2019 à 20h53

      @lon Je remets mon commentaire que j’avais volontairement supprimé pensant qu’il n’avait finalement pas assez d’intérêt. Mais comme il semble que votre commentaire porte dessus, c’est du coup mieux pour sa compréhension.

      Une choses est sûre en ce qui concerne le journal Libération, contrairement aux allégations de leur journaliste concernant Olivier Berruyer, c’est que des centaines de milliers de commentaires ont été supprimés de leur site Internet.

      Tout a commencé au tout début du mois de septembre 2018 quand il devenait impossible de commenter ou de consulter les commentaires des articles de ce journal dans sa version en ligne. Quelques jours après, Cheknews a expliqué qu’il y avait un problème technique qui allait être réglé. Puis, le 28 septembre 2018, Cheknews a annoncé que la direction avait décidé de supprimer la possibilité de commenter les articles “le temps de réfléchir à la place et au rôle des commentaires” (sic) :

      https://www.liberation.fr/checknews/2018/09/26/pourquoi-les-commentaires-sur-le-site-de-liberation-ont-ils-disparu_1681378

      Les lecteurs de Libération ont dû apprécier l’importance que leur journal accordait à la liberté d’expression.

        +7

      Alerter
      • Albert-Nord // 20.02.2019 à 22h31

        J’ai remarqué, comme vous, l’impossibilité de laisser un commentaire sur libé, MSN, Arte, FranceTV et qq autres médias depuis un certain temps (années).
        Comme si le commentaire salissait.
        En tous cas, il renforce l’idée que la critique devient impossible et que le média (médiateur) s’enferme dans la tour d’ivoire de ses convictions.
        Le médiateur ne fait plus passer les messages dans les 2 sens, mais seulement dans un seul : du pouvoir vers les masses.
        A la poubelle les messages des masses vers le pouvoir.
        De la tour d’ivoire à la tyrannie, il n’y a qu’un pas !
        Surtout quand le médiateur devient le Grand inquisiteur général.

          +8

        Alerter
        • Serge F. // 21.02.2019 à 00h15

          Pour de nombreux grands titres, j’ai souvent l’impression que les quelques commentaires opposés à la ligne éditoriale et acceptés sont les plus grossiers, car dès qu’un commentaire est bien argumenté, il semble avoir peu de chance de passer le filtre de la modération. Ca peut permettre au journal de donner l’illusion d’accepter la liberté d’expression, alors que le résultat est que les meilleurs commentaires viennent des “bien-pensants” et les plus grossiers des “mal-pensants”.

            +7

          Alerter
    • Serge F. // 20.02.2019 à 21h08

      J’ai regretté cette suppression, car Libé était l’un des très rares grands titres de la presse écrite qui ne pratiquait pas la censure sous prétexte de modération, contrairement à BFMTV, Le Figaro ou Le Point (pour ne citer qu’eux). Cette pratique est vraiment détestable car elle ne permet pas de confronter les points de vue, ce qui fait pourtant pleinement partie de la vie démocratique. Par contre, comme vous le suggérez pour le journal Le Monde, on a l’impression que ces grands titres pratiquant la censure acceptent trop facilement les commentaires peu argumentés, pour ne pas dire trollesques.

        +2

      Alerter
  • Albert-Nord // 20.02.2019 à 21h09

    « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément» Nicolas Boileau

      +5

    Alerter
  • PhilBee // 20.02.2019 à 21h31

    Un simple message de soutien, merci Olivier.

      +4

    Alerter
  • Catalina // 20.02.2019 à 22h37

    AIe, aie AIE

    J’ai cru lire du bhchelle….
    C’est pire qu’indigeste, plus qu’écoeurant,
    Gerbant ?

      +4

    Alerter
  • NICOLE DE NICOMAQUE // 21.02.2019 à 04h47

    Tandis que le journal “Libération” via ” La Ligue du Lol ” insulte à tout va et organise le pugilat à grande échelle sur la toile… Tandis que de mauvais articles mal ficelés sont écrits dans ” Libération ” et jetés en pâture à un lectorat parisien tendance jupitérienne…. voici que l’économiste Jean-François Couvrat jette à la vindicte populaire, ” la femme française au RSA ayant 3 enfants à charge ” sous le prétexte qu’elle toucherait pendant le temps de sa formation professionnelle – si l’on a bien voulu accepté qu’elle en suive une, ce qui n’est vraiment pas gagné ! – l’équivalent d’un salaire médian, c’est à dire largement moins pour quatre personnes que le salaire de l’unique Jean-François Couvrat qui doit environ tourner autour de 4 075 nets / mois. Bassesse des idéologues Roses-Bruns…et naufrage d’un journal célèbre qui ne tient plus que par les grasses subventions étatiques. La république est bonne fille. Le peuple français un peu moins ces temps-ci. A force d’être insulté par la presse subventionnée par les contribuables, il y a comme une espèce de ” raidissement ” psychologique à continuer de financer un journal détenu par un milliardaire. On se lasse et il est parfois difficile de compatir au confusionnisme rédactionnel du journal ” Libération”. Visiblement le journal Alternatives Économiques avec M.Couvrat ne vaut pas mieux.

      +3

    Alerter
    • NICOLE DE NICOMAQUE // 21.02.2019 à 04h57

      Voici une information que M.François Couvrat n’a pas débusqué :

      Tandis que chaque années, 80 milliards d’euros échappent à l’impôt soit par la fraude illégale, soit par des pratiques d’évasion immorales et tandis que ce phénomène se reproduit à l’échelle de l’Union européenne dans chacun des pays membres avec 1 000 milliards d’euros qui échappent ainsi au budget européen, nous apprenons que le gouvernement Macron & Philippe a récemment signé en catimini avec Jean-Claude Junker une nouvelle convention fiscale entre la France et le Luxembourg. La délocalisation fiscale actée par la majorité LREM à l’Assemblée nationale ouvre de nouvelles possibilités de contournement de l’impôt. Son article 15 prévoit que les dirigeants d’entreprises qui reçoivent des rémunérations pour leur présence dans un conseil de direction ou d’administration situé au Luxembourg ne paieront plus d’impôt en France sur cet argent, même s’ils habitent bien en France ! Les riches qui ne le sont jamais assez, peuvent lui dirent merci. Merci Macron !

        +6

      Alerter
  • Pol ux // 21.02.2019 à 07h20

    ” en Russie la propagande des grands médias ne portera pas sur la Syrie mais sur les États-Unis”

    Ah ? Qu’est ce qui vous permet d’affirmer ceci avec autant de certitude ?

      +1

    Alerter
  • Tardieu // 21.02.2019 à 08h25

    Quand on n’a pas de conscience de classe ou qu’on a adopté l’idéologie du capitalisme mais qu’on ne peut pas l’assumer jusqu’au bout, on fait forcément dans la démagogie en se faisant passer pour démocrate, progressiste, humaniste, de gauche, alors qu’en réalité votre idéologie vous trahit !

      +2

    Alerter
  • Sybillin // 21.02.2019 à 10h08

    Merci pour cet article et pour tous les commentaires qui m.ont bien fait rire!
    Certes je suis autodidacte confirmé puisque j’ai seulement un doctorat, mais je n’ai absolument rien compris à cet article qui me semble confus à la puissance mille. Heureusement que les commentaires d’Olivier apportent une petite lueur !
    Croyez vous vraiment que le bobo parisien (le seul à lire ce genre de littérature) soit allé jusqu’au bout de l’article…et qu’il en ait retenu queque chose d’intéressant si ce n’est que …ce sont tous des méchants !!!
    Personnellement j’ai préféré en rire qu’en pleurer…pourtant il y aurait matière à verser quelques larmes sur cette décadence. Mais je veux espérer dans le bon sens populaire.

      +5

    Alerter
  • Yanka // 22.02.2019 à 22h48

    C’est amusant : dénoncer le confusionnisme en en faisant soi-même à la grosse louche bien débordante, c-à-d pousser les hauts cris à la seule idée de partager un article d’Alain de Benoist ou de se trouver dans la même pièce que lui. La première chose à faire, c’est la chose par ailleurs conseillé : se renseigner soi-même au lieu de crier comme n’importe quel imbécile crie. Alain de Benoist n’a rien d’inquiétant, ni même de sulfureux (original, par contre, oui), et à choisir de rencontrer le soir au coin d’une rue Castaner ou de Benoist, je choisis ce dernier, même flanqué d’un molosse : j’ai l’assurance d’une excellente soirée, au cours de laquelle j’apprendrai plein de choses. Ayez peut-être l’honnêteté de regarder l’une ou l’autre conférence ou interviews du gaillard (celle, longue, publiée en plusieurs volets, produite par TVLibertés et menée par Paul-Marie Coûteaux l’an dernier, serait une bonne introduction à la riche personnalité d’Alain de Benoist.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications