Série : Le naufrage des Décodeurs du Monde

================================================

Voici le détail des principaux propos à retenir de Snowden sur les Fake news :

« Le problème des “Fake News” (fausses nouvelles) ne se résout pas en espérant faire intervenir un arbitre, mais plutôt parce que nous, en tant que participants, en tant que citoyens, en tant qu’utilisateurs de ces services, nous nous aidons mutuellement.

La réponse aux fausses informations, ce n’est pas la censure. La réponse aux fausses informations, c’est plus d’informations, discutées en commun.

Trop de gens dépendent d’une seule source, comme Facebook, pour s’informer. Lorsque vous allez sur votre page Facebook, c’est Facebook qui décide quelles nouvelles vous voyez sur votre page. Ils créent plus de silence qu’ils ne créent d’informations.

Vous comprenez à quel point il est dangereux qu’une entreprise puisse avoir assez de pouvoir pour remodeler notre façon de penser.

Nous devons mettre en pratique et répandre l’idée que la pensée critique est aujourd’hui plus importante que jamais, étant donné que les mensonges semblent devenir très populaires. » [Edward Snowden, Newsweek, Periscope,  Youtube et The Independant – 11/2016]

 

Je désépère toujours de voir que la France ne lui donne pas l’asile politique… Et la nationalité française. alors qu’il a sacrifié sa qualité de vie pour nos libertés…

=======================================================================

Edward Snowden : Il faut combattre les “Fake News” avec la vérité, pas la censure

Source : Newsweek, le 13/12/2016

Jack Dorsey, de Twitter, a rencontré l’ancien employé de la NSA et évoqué Donald Trump, les “fake news” et la possibilité d’une remise de peine.

Par Max Kutner, le 13 décembre 2016

Edward Snowden, le lanceur d’alerte controversé des documents de l’Agence de sécurité nationale (NSA), a déclaré mardi que la solution pour débarrasser l’Internet des “fake news” est la publication d’informations fiables, et non pas la censure.

Ses propos ont été tenus lors d’une interview avec Jack Dorsey, PDG de Twitter et Square, via un lien vidéo qui a été diffusé en direct sur Periscope à travers le compte Twitter @PardonSnowden.

Vêtu d’un blazer et d’une chemise sombre, Snowden a répondu aux récentes affirmations selon lesquelles des “fausses nouvelles” publiées sur des réseaux sociaux tels que Facebook ont contribué à influencer l’élection présidentielle de novembre en faveur de Donald Trump. Il n’a pas dit s’il était d’accord avec ces allégations, mais a fait remarquer qu’il craint que les entreprises technologiques utilisent les « fausses nouvelles » comme raison pour censurer le contenu des utilisateurs.

Edward Snowden parle lors d’une conférence de presse, par liaison vidéo, le 14 septembre. Le 13 décembre, il a été interviewé par Jack Dorsey, PDG de Twitter et Square.
BRENDAN MCDERMID/REUTERS

« Le problème des “Fake News” (fausses nouvelles) ne se résout pas en espérant faire intervenir un arbitre, mais plutôt parce que nous, en tant que participants, en tant que citoyens, en tant qu’utilisateurs de ces services, nous nous aidons mutuellement, » a-t-il déclaré. “La réponse à l’expression mensongère, ce n’est pas la censure. La réponse à l’expression mensongère, c’est plus d’expression. Nous devons mettre en pratique et répandre l’idée que la pensée critique est aujourd’hui plus importante que jamais, étant donné que les mensonges semblent devenir très populaires. »

Ces derniers mois, les partisans de Snowden ont demandé au président Barack Obama d’accorder le pardon à ce natif de Caroline du Nord, qui vit comme un fugitif en Russie et fait l’objet de poursuites judiciaires aux États-Unis. En 2013, Snowden a divulgué des informations sur les programmes de surveillance généralisée de la NSA, qui a eu accès aux données privées des citoyens. Pour lui, les bornes avaient été dépassées (il considérait cela comme un excès de pouvoir). Le ministère de la justice des États-Unis l’a accusé de vol de biens appartenant au gouvernement ; de divulgation non autorisée de renseignements sur la défense nationale, et de divulgation volontaire de rapports et de renseignements confidentiels à une personne non autorisée.

Depuis que les premières histoires sur Snowden sont parues dans la presse, l’ancien prestataire dit qu’il a essayé de se battre contre ce qu’il appelle les « fausses nouvelles » et autres « allégations bidons ». Il a dit au PDG de Twitter qu’il voulait publier des informations sur lui-même car il trouvait que les articles qui sortaient étaient erronés. « Quand on est le seul à vraiment savoir ce qui se passe, ce qui est vrai et ce qui n’est pas vrai, dit-il, on veut prendre la parole, on veut dire quelque chose. »

Snowden a rejoint Twitter en 2015 et est suivi par plus de 2 millions de personnes. Dorsey a souligné que Snowden ne suit qu’un seul compte : la NSA.

Les militants qui demandent la grâce de Snowden espèrent que le président Obama l’accordera à cet homme de 33 ans avant qu’il ne quitte son poste en janvier. « Snowden devrait être salué comme un héros, » affirme le site web de la campagne. “A la place, il est exilé à Moscou, et encourt des décennies de prison sous des chefs d’accusation datant de la Première Guerre mondiale qui le considèrent comme un espion.”

Le site web compte des dizaines de supporters, dont des leaders de l’industrie technologique tels que Dorsey, le cofondateur d’Apple Steve Wozniak et le co-fondateur de Kickstarter Perry Chen, ainsi que des écrivains, des acteurs et d’anciens officiels du gouvernement des États-Unis. L’Union américaine des libertés civiles (ACLU), Amnesty International et Human Rights Watch collaborent avec « Pardon Snowden » (https://www.pardonsnowden.org/).

Comme Newsweek l’a déjà indiqué, Obama n’a montré aucune intention de lever ou de réduire les accusations qui pèsent sur Snowden. Si le président ne le gracie pas dans les prochaines semaines, il est peu probable que la prochaine administration soit plus conciliante. Le président élu Donald Trump a tweeté sur Snowden plus de trois douzaines de fois, l’appelant « un traître et une honte », « un menteur et un faussaire » et « un déchet humain ». Il a aussi tweeté que Snowden “devrait être exécuté“.

Depuis la Russie, Snowden s’est concentré sur la promotion d’une presse libre. Il est maintenant directeur de la Freedom of the Press Foundation (Fondation pour la liberté de la presse), un organisme sans but lucratif basé à San Francisco qui soutient le journalisme d’intérêt public. Il a déjà parlé lors d’événements similaires à celui de mardi à travers des liens vidéo.

Interrogé mardi sur la façon dont l’administration Trump pourrait le traiter, Snowden a dit qu’il n’était pas inquiet. « Je suis très à l’aise avec les décisions que j’ai prises. Je sais que j’ai fait ce qu’il fallait. »

Source : Newsweek, le 13/12/2016

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

===================================

En bonus, l’analyse d’Un Odieux Connard – où un particulier avec beaucoup d’humour montre qu’il comprend mieux les problèmes que la plupart des journalistes…

================================================

Série : Le naufrage des Décodeurs du Monde

P.S. Merci de vous modérer si vous commentez. Les commentaires déplacés ou insultants seront comme d’habitude supprimés.

17 réponses à (5) Edward Snowden : Il faut combattre les “Fake News” avec la Vérité, pas avec la Censure

Commentaires recommandés

georges glise Le 07 février 2017 à 10h32

d’abord merci à edward snowden pour ce qu’il est, pour ce qu’il a fait, et pour ce qu’il dit maintenant. personnellement, j’ai toujours refusé les réseaux dits sociaux, qui n’ont évidemment rien de social, les fesse de bouc, les twitter et tous les autres. lorsque j’étais étudiant, notre syndicalisme se référait à la charte de grenoble, élaborée par des étudiants engagés dans la résustance, et qui définissait l’étudiant comme jeune travailleur intellectuel, solidaire des autres jeunes et de tous les travailleurs, et en tant qu’intellectuel, il devait se consacrer à la recherche de la vérité, car c’est là la mission la plus sacrée de l’intellectuel. aujourd’hui, à 75 ans, je n’ai pas changé de point de vue. et si nous fréquentons le site “les crises”, d’olivier berruyer, c’est bien parce que nous avons la certitude d’y découvrir des vérités qu’on ne trouve nulle part ailleurs, ou presque!

  1. numaroumestan Le 07 février 2017 à 07h31
    Afficher/Masquer

    Un peu d’optimisme. Il n’y a qu’un siècle – depuis 1917 – que la méthodologie religieuse à base d’idéalisme social éructé par des escrocs qui veulent faire rêver le bétail humain sur son futur merveilleux, trompe les lettrés.
    Dans d’autres zones culturelles, l’internationale financière a su, jusqu’à un certain point, aliéner les autochtones au moyen du recrutement de Cipayes (les larbins locaux au services des assassins étrangers).
    Mais tout finit par lasser. Il faut féliciter le bulletin paroissial dénommé “le monde” pour être retourné, volontairement, aux niaiseries pieuses du type de celles que des cagots jacassaient dans l’Empire Romain, après que l’Empire eut imposé les dogmes monothéistes. Cela va accélérer la moquerie, le rire libérateur de tous ceux qui pensent et surtout ne dépendent pas des prébendes de l’internationale financière.


  2. Antoine Le 07 février 2017 à 08h14
    Afficher/Masquer

    Pour ceux qui veulent en savoir plus sur l’homme, je recommande l”excellent documentaire “Citizenfour” de Laura Poitras. C’est de ce documentaire que s’est largement inspiré le film hollywoodien romancé “Snowden”.


  3. Catherine Le 07 février 2017 à 09h27
    Afficher/Masquer

    Il y aura toujours des fausses nouvelles lorsque les nouvelles auront pour objectif (toujours à sens unique) de servir un intérêt au lieu de la vérité.

    Pour savoir de quels intérêts il s’agit, il suffit d’observer de qui émane ces nouvelles.

    C’est au plus haut niveau de la direction de la structure qui dispense ce nouvelles que nous pouvons deviner de quels intérêts il s’agit.

    Ce peut être des intérêts politiciens, financiers, industriels, idéologiques.

    C’est peut-être sur ceux-là qu’il faudrait faire “un point”.

    Le problème pour eux c’est qu’avec la pluralité de l’information qui s’est développée avec internet, les dispensateurs de fausses nouvelles n’ont plus le champ libre et ils voudraient bien le reconquérir.

    Mais c’est trop tard, nous sommes rentrés dans la période des révélations et le mouvement ira crecendo et je me joins au site pour rendre hommage aussi au sacrifice de personnes comme Snowden et d’autres.


  4. vlois Le 07 février 2017 à 09h28
    Afficher/Masquer

    Sur le dicocitation du Monde :

    Louis Adolphe Thiers…nous enseigne l’art de mentir enseigné aux journalistes et politiques.

    http://dicocitations.lemonde.fr/auteur/4319/Louis_Adolphe_Thiers/10.php

    “On peut, dans les moments de crise, construire des mensonges au moyen de quelques faits et de quelques propos légèrement recueillis, follement interprétés”


  5. Lysbeth Levy Le 07 février 2017 à 09h38
    Afficher/Masquer

    Il faut dire qu’en amont cette censure “déguisée” a bien été préparée par des communicants proche du pouvoir, de la Fondation Jean Jaurès : https://www.franceinter.fr/emissions/l-instant-m/l-instant-m-10-novembre-2016
    Depuis des années que cela dure et qu’on pouvait voir venir ce qui se tramait dans leurs têtes bien faites : censurer le net ou les réseaux sociaux accusés de faire voter les mauvaises personnes, d’attaquer la démocratie par le bais du populisme.https://www.franceinter.fr/emissions/l-instant-m/l-instant-m-10-novembre-2016..
    Bref l’inversion accusatoire est de rigueur.


    • LBSSO Le 07 février 2017 à 12h39
      Afficher/Masquer

      Bonjour Lysbeth Levy.
      C’est aussi une guerre économique entre ancienne presse en phase de reconvertion (coûteuse) et nouveaux entrants. ( lien pour les diapo citées en fin).

      Tous les media (internet compris) ont vu leur crédibilité chuté (Diapo 8) Toutefois, le recours à Internet progresse (diap 20) malgré la méfiance à son égard(diap 16)

      -Sur internet, les sites et applications mobiles de la presse écrite et les réseaux sociaux prennent une place grandissante : respectivement +7 points et +6 points (diap 21 22)
      Se déroule donc une compétition économique entre les sites internet que la presse papier a développé et « l’internet nouveau ». Les premiers ,plus importants en part de marché, ne progressent pas plus vite que les sites non issus de cette presse malgré leur notoriété .Arbitre et compétiteur simultanément, existe-t-il meilleure situation pour battre un concurrent entrant ?


    • Vladimir K Le 08 février 2017 à 16h56
      Afficher/Masquer

      Ce qui m’inquiète, c’est la participation de plus en plus prononcée de ces jeunes milliardaires High-Tech (Zuckerberg, Page/Brin, Cook, etc.) et je ne serais pas surpris de voir l’un d’eux avoir des vues, se présenter aux prochaines élections.

      Et ça donne quoi quand le fondateur d’une compagnie qui en sait plus sur le monde entier que le KGB sur la population soviétique, se présente aux élections ?

      Je ne suis pas certain de vouloir le savoir.


  6. georges glise Le 07 février 2017 à 10h32
    Afficher/Masquer

    d’abord merci à edward snowden pour ce qu’il est, pour ce qu’il a fait, et pour ce qu’il dit maintenant. personnellement, j’ai toujours refusé les réseaux dits sociaux, qui n’ont évidemment rien de social, les fesse de bouc, les twitter et tous les autres. lorsque j’étais étudiant, notre syndicalisme se référait à la charte de grenoble, élaborée par des étudiants engagés dans la résustance, et qui définissait l’étudiant comme jeune travailleur intellectuel, solidaire des autres jeunes et de tous les travailleurs, et en tant qu’intellectuel, il devait se consacrer à la recherche de la vérité, car c’est là la mission la plus sacrée de l’intellectuel. aujourd’hui, à 75 ans, je n’ai pas changé de point de vue. et si nous fréquentons le site “les crises”, d’olivier berruyer, c’est bien parce que nous avons la certitude d’y découvrir des vérités qu’on ne trouve nulle part ailleurs, ou presque!


  7. Fox 23 Le 07 février 2017 à 12h31
    Afficher/Masquer

    Je pense qu’il est indispensable de replacer l’article sur Snowden dans l’EXCELLENTE série sortie ce jour par Olivier.
    C’est une alerte lourde de dangers pour l’avenir, y compris proche et il serait sans doute nécessaire qu’une mobilisation au niveau du risque encouru par notre liberté d’expression se mette très rapidement en place.
    Je ne sais sous quelle forme elle doit débuter,mais elle le doit, je pense, le plus vite possible.
    Olivier, vous êtes le plus médiatiquement présent, que pouvez-vous fédérer autour de cette bataille essentielle, y compris en voyant large, sans blocage psychologiques, parce qu’eux, ils n’en font pas de blocage pour nous faire TOUS taire !


  8. christophe LO Le 07 février 2017 à 16h45
    Afficher/Masquer

    Le Washington Post, avant Monde, a publié et fait la promotion d’un liste noire de sites de propagande “pro-russe”. Identifying & Combatting Russian Online Propaganda. On y trouve par exemple :
    Antiwar.com
    PaulCraigRoberts.com
    CounterPunch.com
    ZeroHedge.com …etc
    https://www.washingtonpost.com/business/economy/russian-propaganda-effort-helped-spread-fake-news-during-election-experts-say/2016/11/24/793903b6-8a40-4ca9-b712-716af66098fe_story.html?utm_term=.61001c17308b
    http://www.propornot.com/p/the-list.html?m=1

    Philippe Grasset de dedefensa en fait une critique très pertinente.
    http://www.dedefensa.org/article/la-blacklist-de-wapo-et-moi-et-moi-et-moi

    Les listes de dénonciations sont très à la mode en ce moment.


  9. christophe LO Le 07 février 2017 à 16h52
    Afficher/Masquer

    En novembre dernier le Washington Post promouvait une liste noire de site de propagande russe au USA dans laquelle se trouvait des sites comme :
    ZeroHedge.com
    Infowars.com
    PaulCraigRoberts.com
    https://www.washingtonpost.com/business/economy/russian-propaganda-effort-helped-spread-fake-news-during-election-experts-say/2016/11/24/793903b6-8a40-4ca9-b712-716af66098fe_story.html?utm_term=.61001c17308b
    http://www.propornot.com/p/the-list.html?m=1
    Philippe Grasset de dedefensa en fait une bonne critique.
    http://www.dedefensa.org/article/la-blacklist-de-wapo-et-moi-et-moi-et-moi

    La dénonciation est très à la mode en ce moment!


  10. David Le 07 février 2017 à 18h26
    Afficher/Masquer

    “Je désépère toujours de voir que la France ne lui donne pas l’asile politique… Et la nationalité française. alors qu’il a sacrifié sa qualité de vie pour nos libertés…”

    C’est sûr qu’il doit avoir une gommette rouge lui aussi : https://m.youtube.com/watch?v=oQKwLl5PLt4


  11. Dizalch Le 08 février 2017 à 07h01
    Afficher/Masquer

    Snowden, Assange, et tous les autres, ceux dans la finance, dans le médical, etc. etc. sont des “héros”, n’en déplaisent aux MSM et autres politiques qui voudraient les “museler_contrôler_censurer”… L’Information est un droit et un Devoir dans des Démocraties dignes de ce nom… chose que certains journalistes et politiques semblent volontiers mettre de côté lorsque cela les arrange… Encore mieux, ils s’orientent maintenant vers un “listing” de “qui est susceptible de dire “leur” (la) vérité”…
    Lorsque l’on en est là, et que la cote de popularité des uns et des autres, est au plus bas dans le baromètre de la confiance… c’est qu’il y a bien quelque chose qui cloche… et ce n’est certainement pas en appliquant de tels procédés que cela va s’arranger…
    Le Libre Arbitre messieurs, souvenez vous en… on ne lutte pas contre avec de tels méthodes… sauf à considérer que vous n’êtes pas censé “informer_représenter” les citoyens de vos pays respectifs… mais bien les “modeler”…


Charte de modérations des commentaires