Eh bien, vu la réaction des Décodeurs, je suis contraint de faire un 3e et dernier billet sur le sujet du graphique de Marine Le Pen (que je ne soutiens en rien, je le rappelle… Notez aussi que ce n’est pas moi qui parle de Marine Le Pen toutes les 12 minutes, hein…), car son traitement est pour moi une fantastique illustration du fonctionnement de ces “fact-checkers”.

La presse ayant beaucoup rebondi sur le traitement des Décodeurs et les erreurs de l’article (ce qui a suscité deux articles de ma part ici et ), ils ont mis à jour leur billet.

Bien entendu, un Décodeur ne se “trompe” jamais, il “complète” :

Pour le coup, c’est vrai qu’ils ont complété : l’article est passé de 3 600 caractères à 9 600 ! + 170 %

Je vous laisse le consulter ici.

Quelques commentaires pour rire. Les Décodeurs poursuivent donc notre éducation mathématique… :
samuel-laurent-0

C’est une remarque juste en théorie (on peut manipuler facilement un graphique en ne partant pas de 0), mais c’est faux en l’espèce, car 55 est le niveau en 1974, donc vous avez bien toute la courbe sur une très longue période. Cela permet au contraire de mieux voir ce qui se passe…
samuel-laurent-0

Fascinant, ils sont en train de dire qu’une base 100 est trompeuse…

samuel-laurent-0

Bon déjà, ils se trompent encore la Base 1975 et la Base 1974 mais passons. Et oh, ils démarrent le graphique à 50 et pas à 0 (“trompeur !”). Bon, eh bien on arrive toujours aux mêmes conclusions pour France et Italie hein…

samuel-laurent-0

“Les niveaux de production industrielle français ont connu des variations très proches” : toi aussi, parle le français comme les Décodeurs 🙂

Attention, c’est un article qu’ils ont dû réécrire, ils y ont donc apporté beaucoup de soin, on ne se moque pas.

samuel-laurent-0

Ahhhh les belles “réformes en profondeur” pour entuber ses voisins, c’est génial. Bien sûr que ça a eu un fort effet – car la nécessaire réévaluation monétaire de l’Allemagne après ceci n’a jamais eu lieu !

Ces journalistes ne semblent pas avoir bien compris que si l’euro est néfaste, c’est qu’il empêche les monnaies de “réaligner” les économies divergentes dirons-nous. Mais ce n’est évidemment pas l’euro qui fait diverger en soi les économies ! Ici la réforme Schröder a fait diverger l’économie allemande, sans mécanisme de compensation…

samuel-laurent-0

Ah, ils nous sortent “l’expert” “Karl Benke” (ils n’en ont hélas pas trouvé 4 ou 5 divergents à interviewer pour nous informer sérieusement : ils ont donc seulement pris un texte de 2012).

N’ayant jamais entendu de ce type, “Karl Benke”, je regarde sur Google :

samuel-laurent-0

Rien, juste un joueur de Hockey…. 🙁

Je regarde leur source :

samuel-laurent-0

Ah oui, il s’appelle en fait “Karl Brenke”, ça va mieux en citant correctement le nom du gars…

samuel-laurent-0

Aucune fiche dans le Wikipedia anglais, juste le minimum syndical dans le Wikipedia allemand :

samuel-laurent-0

Du très lourd comme économiste quoi… Alors que les “prix Nobel” Stiglitz, Krugman, Sen ont écrit plein de choses contre l’euro… Pas grave.

D’ailleurs, j’imagine comme ils l’ont trouvé : l’article qu’ils citent est le premier sur Google quand on cherche “Production industrielle France Allemagne”…

samuel-laurent-0

Tiens, d’ailleurs on peut écouter le gars ici :

samuel-laurent-0

Il nous explique à 1a minute 40 que, gros problème, il y a 80 % des réfugiés en Allemagne qui n’ont pas de qualification, et qu’en plus ils ne parlent pas allemand… Du lourd.

Tout comme son analyse de la situation française :

samuel-laurent-0

Il sait donc bien lire un graphique, bravo 🙂

Les Décodeurs reprennent :

samuel-laurent-0

C’est vrai qu’il n’y a clairement aucune corrélation qui saute aux yeux entre la fin du flottement franc/mark (fin des années 90, cela s’étale sur quelques années) et les balances commerciales… 🙂

Ils concluent enfin par ce joli :

Je crois que c’est clair !

En conclusion, on constate bien que vous avez ici un journalisme militant, qui a décidé coûte de coûte de limiter au maximum les critiques contre l’euro, c’est-à-dire d’essayer de conclure sur un débat qui divise beaucoup d’économistes – le tout sans même en interviewer.

Bien entendu, il est en plus orienté, car il est clair qu’ils ne fact-checkeront probablement jamais ces lignes du programme de Macron par exemple :

Bref:

 

124 réponses à [Fake journalisme, True militantisme] Jamais 2 sans 3…

Commentaires recommandés

Kiwixar Le 27 mars 2017 à 02h53

Je vais complotiser, mais c’est un peu comme si LeMonde/LesDecodeurs appartenaient à des milliardaires, qui dicteraient la ligne éditoriale à leur profit (oligarchique), au mépris de toute déontologie et de toute honnêteté.

A propos du “programme” de Macron :
1) la libre-circulation des personnes peut se faire sans EURSS, sans Bruxellocratie et sans perte de souveraineté, par simple accord bilatéral (c’est le cas entre l’Australie et la Nouvelle-Zélande)… cela permet de choisir les partenaires bilatéraux à niveaux de salaire comparables et donc d’éviter le dumping salarial (Roumanie, Bulgarie, etc.)

2) l’UE et son “nationalisme artificiel” est au contraire un risque de guerre sur ses frontières, comme on le voit en Ukraine (et comme on risque de le voir contre la Russie). La Yougoslavie a montré qu’une union entre peuples différents partageant le même pays et la même monnaie n’évite absolument pas qu’ils se mettent soudainement à se faire la guerre. L’Allemagne revendiquant la “région administrative Grand Est”?

3) L’UE est un outil de souveraineté : oui, mais de qui sur quoi? Souveraineté des eurocrates et des financiers sur les peuples, avec une commission non-élue, un Politburo pourri par les lobbys. L’UE c’est l’URSS, mais en URSS il y avait au moins l’emploi garanti, le logement garanti et une éducation de qualité.

  1. Hellebora Le 27 mars 2017 à 02h45
    Afficher/Masquer

    @samuellaurent 25 mars
    “Se comporter en consommateurs passifs de l’info, c’est aussi une part du souci. Croiser les sources, vérifier, c’est déjà agir…”
    Combien de temps ce schizophrène va t-il sévir ?


    • DocteurGrosDois Le 27 mars 2017 à 06h15
      Afficher/Masquer

      Croiser et vérifier les sources c’est normalement le travail d’un journaliste.

      Or, comme les faits peuvent contredire un narratif, il semble que les media aient décidé d’abolir cette besogne, mais les individus (tels Olivier) s’en sont emparés et ne lâchent pas le morceau. Horreur.

      En réponse, on sous-traite à des “décodeurs” le soin de paraphraser le narratif, de remâcher le consensus, d’enfoncer des portes ouvertes, et surtout de faire la leçon et distribuer des bons points et des points Godwin.

      “l’hypocrisie est l’hommage que la vérité paie à l’erreur” – G.B. Shaw


      • Dominique Le 27 mars 2017 à 14h26
        Afficher/Masquer

        « En réponse, on sous-traite à des “décodeurs” le soin de paraphraser le narratif… »

        Pour ceux qui ont lu Gorgias de Platon, on est exactement dans l’affrontement Socrate versus la rhétorique. Socrate explique comment quelqu’un qui manie bien la rhétorique peut gagner (dans un tribunal, par exemple) avec des arguments fallacieux sur n’importe quel spécialiste (un médecin, par exemple), alors que les faits devraient lui donner tort. Eh bien, nos journaux savent se servir de la rhétorique pour nous faire avaler l’idéologie qu’ils servent. De toute évidence, Samuel Laurent manie aussi bien la rhétorique qu’il connait mal ses dossiers. Voilà pourquoi il convient parfaitement à son boulot.


    • MS Le 27 mars 2017 à 11h04
      Afficher/Masquer

      “une part du souci” …
      … Ah qu’en termes galants ces choses-là sont mises…
      A l’évidence nos décodeurs ne sont choisis ni pour leur pratique du français, ni pour leurs connaissances en économie, ni pour leur expertise en mathématiques.
      Quels critères ont donc été pris en compte lors de leur embauche ?


      • tepavac Le 27 mars 2017 à 14h29
        Afficher/Masquer

        “Quels critères ont donc été pris en compte lors de leur embauche ?”

        Juste leur opportunisme financier et leur outrecuidance à proférer des énormités médiatiques!
        Un peu, beaucoup à l’instar de Macron le félon. Néanmoins je reviens sur le sujet principal; l’Euro, étant ignare en la matière je me repose sur les conclusions des experts et je ne conteste en rien l’idée que l’Euro soit un vrais problème pour l’économie Européenne.
        Pourtant un fait demeure, les Pays de “l’union” étant soumis à la même monnaie, pourquoi une telle divergence d’évolution compétitive entre deux Pays de force égale?
        Y-en a t-il un qui triche?
        Ou sommes nous nul en France?
        Ma perplexité peut sembler ridicule, j’aimerais comprendre!


        • Chris Le 27 mars 2017 à 14h57
          Afficher/Masquer
          • tepavac Le 27 mars 2017 à 18h43
            Afficher/Masquer

            Sans doute est-ce clair pour vous, mais je me désole de ne pas en comprendre le sens pratique, ni l’articulation des paramètres pris en compte dans le monde réel.
            Je trouve là des justifications, mais pas d’explication du phénomène!

            Je me sent à l’aise dans mon domaine, cout de production d’une unité de marchandise, de la demande et de l’offre. Là j’en saisi tout le sens pratique et justifié par des critères tangibles. J’en comprend l’inflation dû à la pénurie, ou la baisse des prix dû à la surproduction ou à la baisse des couts de fabrication.
            Mais sur ce point j’ai le sentiment désagréable d’être devant un coup foireux, comme pour la bourse des métaux précieux, ou de l’augmentation soudaine, de produit alimentaires de base, qui ont doublées au proche orient et en Afrique du nord et qui ont conduit à des révoltes populaires. Ou comme la planche à billet de la Fed sans dévaluation du billet vert…tout comme l’UE.

            Autour de moi, sur ce sujet, les personnes ont les yeux aussi rond que les miens, totale perplexité.

            Merci d’avoir essayé Chris. C’est pourquoi je fais confiance au blog sur la question.


            • Omg Le 28 mars 2017 à 10h09
              Afficher/Masquer

              Je vais essayer d’être concret : lorsque des pays disposent de leur propre monnaie, celle-ci peut se voir appréciée ou dépréciée.

              Prenons l’exemple de l’Allemagne : si les investisseurs la trouvent plus compétitive que la France, ils vont y investir plus et par conséquent la monnaie allemande va s’apprécier (elle va coûter plus cher car + de demande). Le mark coûtant de plus en plus cher, il arrive un moment où investir en France, moins compétitive mais avec une monnaie plus accessible, revient au même, le taux de change compensant l’écart de compétitivité.

              L’euro empêche cet équilibrage car l’Allemagne profite d’un euro faible (faible “à cause” de la moyenne des pays de l’UE évidemment) alors que le mark s’apprécierait rendant l’Allemagne de moins en moins attractive.


  2. Kiwixar Le 27 mars 2017 à 02h53
    Afficher/Masquer

    Je vais complotiser, mais c’est un peu comme si LeMonde/LesDecodeurs appartenaient à des milliardaires, qui dicteraient la ligne éditoriale à leur profit (oligarchique), au mépris de toute déontologie et de toute honnêteté.

    A propos du “programme” de Macron :
    1) la libre-circulation des personnes peut se faire sans EURSS, sans Bruxellocratie et sans perte de souveraineté, par simple accord bilatéral (c’est le cas entre l’Australie et la Nouvelle-Zélande)… cela permet de choisir les partenaires bilatéraux à niveaux de salaire comparables et donc d’éviter le dumping salarial (Roumanie, Bulgarie, etc.)

    2) l’UE et son “nationalisme artificiel” est au contraire un risque de guerre sur ses frontières, comme on le voit en Ukraine (et comme on risque de le voir contre la Russie). La Yougoslavie a montré qu’une union entre peuples différents partageant le même pays et la même monnaie n’évite absolument pas qu’ils se mettent soudainement à se faire la guerre. L’Allemagne revendiquant la “région administrative Grand Est”?

    3) L’UE est un outil de souveraineté : oui, mais de qui sur quoi? Souveraineté des eurocrates et des financiers sur les peuples, avec une commission non-élue, un Politburo pourri par les lobbys. L’UE c’est l’URSS, mais en URSS il y avait au moins l’emploi garanti, le logement garanti et une éducation de qualité.


    • Philippe, le belge Le 27 mars 2017 à 09h27
      Afficher/Masquer

      Par rapport à l’exemple yougoslave, il faut se poser la question de la part de responsabilité de son explosion à attribuer à des forces extérieures au pays, dont entre autre l’Union européenne…


      • Alfred Le 27 mars 2017 à 14h09
        Afficher/Masquer

        Exactement. Il se pourrait que la capacité de certains à voir la main du Kremlin partout visant à faire éclater l’UE ne soit qu’une réminiscence de leurs propres actions en ex Yougoslavie…


    • vlois Le 27 mars 2017 à 09h36
      Afficher/Masquer

      Se rappeler du cas d’Aude Lancelin qui a eu des éclairs de lucidité au moment de son licenciement de l’OBS :
      https://www.youtube.com/watch?v=uxLGQy3NdbE

      C’est bon à prendre quand une ancienne collaboratrice du système passe de l’autre côté.


      • Eric83 Le 27 mars 2017 à 15h40
        Afficher/Masquer

        Merci pour ce lien. Les propos sidérants de Aude Lancelin sont accablants pour Hollande.
        L’embarras de Bourdin, sur la complicité du système politique et médiatique, est palpable tant il est hésitant dans ses propos.
        A qui pense-t-il faire croire que lui, l’auto-proclamé chevalier blanc, est indépendant de sa hiérarchie ? Il suffit d’écouter une seule de ses émissions pour comprendre à qui il sert la soupe.


    • Vladimir K Le 27 mars 2017 à 16h48
      Afficher/Masquer

      Sans aller aussi loin que les accords AUS-NZ (qui vous sont plus proches, ce qui est compréhensible), il y avait un truc en Europe que l’on appelait et que l’on appelle encore le Conseil Nordique.

      Bien avant les différents traités européens, le Conseil Nordique proposait déjà des petites “nice-features” comme la libre circulation des personnes, des systèmes de sécurité sociale compatibles, une tentative d’union de défense tuée par l’OTAN…

      Le principe de ce conseil était un meilleur dialogue, sans pour autant édicter des règles, puisque chaque état reste souverain. Ça marchait bien avant l’Union Européenne


    • RGT Le 28 mars 2017 à 08h39
      Afficher/Masquer

      “mais en URSS il y avait au moins l’emploi garanti, le logement garanti et une éducation de qualité”

      C’est bien ce que m’ont dit tous ceux “d’en bas” quand j’étais en Hongrie et en République Tchèque.

      Et pour citer ce que l’un d’entre eux m’a dit : “Les occidentaux ne sont pas tombés assez bas pour comprendre”…

      Le jour où les occidentaux comprendront, Bruxelles risque de perdre d’un coup une très grande partie de sa population qui ira demander “l’asile politique” … Mai où ?

      Vu l’évolution de la situation je pense qu’ils risquent d’être refoulés à la frontière US par Donald en personne qui ne souhaite surtout pas voir ces fouteurs de merde débarquer dans ce pays.

      Où iront-ils donc ?
      Au Canada qui semble désormais leur dernier allié ?

      Ils trouveront bien un job dans les mines de sables bitumineux de l’Alberta.
      En plus, ça sera tout à fait en accord avec leur philosophie de vie.
      Et un bienfait pour l’humanité, ils crèveront tous de cancers assez rapidement.


    • Jiojio Le 02 avril 2017 à 11h20
      Afficher/Masquer

      Pour le point 3) il y a aussi le médecine gratuite qui était très bien en URSS, les sanatorium,..


  3. Rentable Le 27 mars 2017 à 03h06
    Afficher/Masquer

    “Dès le début des années 2000, avant le passage à l’euro donc”
    Si les pièces et billets ont été mis en circulation en 2002, il me paraît bon néanmoins de signaler que l’euro a été introduit au 1er janvier 1999 et sa parité logiquement définie à la même date.


    • olympi Le 27 mars 2017 à 12h04
      Afficher/Masquer

      Sans oublié que les critères de convergences devaient être respectés pour rentrer dans la zone Euro. Critères qui ont été appliqué dans les années 90 en France, c’était la politique du franc fort.
      Donc l’effet Euro date d’avant son introduction…

      Donc que la production industrielle augmente que peu dans les années 90 peu être attribué aussi à l’Euro.

      Mais c’est clairement le dumping social allemand et d’Europe de l’est le problème.
      Ça doit être leur façons à eux de faire converger les économies.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Crit%C3%A8res_de_convergence


  4. Kiwixar Le 27 mars 2017 à 03h31
    Afficher/Masquer

    Désormais il y a 4 types de mensonges : les petits mensonges, les gros mensonges, les statistiques… et les “compléments” des DécoMondeurs.


  5. kasper Le 27 mars 2017 à 05h02
    Afficher/Masquer

    Du coup je ne comprend pas bien ce qu’ils lui reprochent. C’est normal d’organiser un graphique de facon a rendre plus évident ce qu’on veut montrer. C’est fait pour ca, surtout quand on a que 10 secondes pour le montrer.


  6. Silk Le 27 mars 2017 à 05h28
    Afficher/Masquer

    En fait le decodex ne décode rien, il dit juste qu’il n’est pas d’accord avec les conclusions de Marine Le Pen.
    Bref, 3 corrections plus tard, le graphique n’est plus un faux mais c’est la conclusion qui n’est pas la bonne.
    Et les voilà partis dans une défense de l’Euro (qui s’étale déjà à longueur de colonnes du Monde), sous couvert de fact-checking comme s’ils allaient trancher en 9600 signes un sujet qui divise tant d’économistes ….

    (et même qu’une grande partie commence à considérer que ce n’est plus viable dans les conditions actuelles).


  7. Fabrice Le 27 mars 2017 à 05h57
    Afficher/Masquer

    Il est clair que pour un organe se voulant le pourfendeur des fake news bricoler ses données pour pourfendre MLP ne semble toujours pas les gêner.

    Il doivent se dire qu’il faut combattre le feu par le napalm. J’ai hâte de voir Tranquille Emille endosser sa tenue d’avocat (c’est dur parfois certaines vocations de défendre les pauvres d’éthique courage?).


    • Rigolard Gaspard Le 27 mars 2017 à 11h00
      Afficher/Masquer

      Tranquille Emile Le 27 mars 2017 à 09h00
      « J’ai en effet tenté de publier un commentaire mais celui-ci a mystérieusement disparu »

      C’est peut-être, Emile, parce que l’on a suffisamment admiré la tranquillité avec laquelle, dans le dernier billet sur la question (24 mars), vous profériez des énormités.

      Vous avez une théorie selon laquelle ce n’est pas l’euro qui est responsable de ce que l’on observe.
      Il se peut bien que vous ayez raison, on n’a pas les compétences pour en discuter.

      Mais lorsque vous prétendez que la justesse de votre théorie peut être mise en évidence, ou au contraire vicieusement cachée, en redessinant les courbes Le Pen avec un choix malin de la date de référence (base 100), vous confirmez que vous ne comprenez pas ce qu’elles représentent. Ou alors vous vous exprimez très mal.

      Ces sortes de phrases, que vous avez commises, vous jugent :
      « la France restant au dessus de l’Allemagne après l’Euro »
      « L’allemagne n’est repassée au dessus de la France qu’après la crise de 2008 »
      « En base 100/2010, on voit que etc… »

      Tous les graphiques disent exactement la même chose, et l’information pertinente qu’elles veulent présenter ne se voit pas dans les positions respectives des courbes (telle courbe au-dessus de telle autre, telle courbe croise telle autre à telle date), mais dans leur pente, ou, comme le sait même le plus retardé des potaches, leur taux de croissance.

      Et donc quand on voit la courbe de la France, y compris évidemment sur votre graphique fétiche (base 100 en 2010) ramer désespérément pour tout juste parvenir à rester à l’horizontale (= taux de croissance nul, entre 2002 et 2007), pendant que celle de l’Allemagne grimpe allègrement, on évite de dire « la France reste au dessus de l’Allemagne », même si, oui oui, la courbe de la France est au-dessus de celle de l’Allemagne.


    • Tranquille Emile Le 27 mars 2017 à 11h19
      Afficher/Masquer

      @ fabrice:
      visiblement, vous n’êtes pas prêt de me voir endosser une tenue d’avocat. Du moins pas tant que mes propos sont supprimés par la patrouille 🙂


      • Catalina Le 27 mars 2017 à 12h44
        Afficher/Masquer

        Tranquille,
        ça doit être parce ce que dans tous vos commentaires vous critiquez Olivier. ça ne serait que de temps en temps, ça irait et ce serait normal, mais pas à tous les coups.
        Non ?


        • Tranquille Emile Le 27 mars 2017 à 15h25
          Afficher/Masquer

          @Catalina. Qu’entendez vous par “critiquer Olivier” ?

          Je ne pense pas avoir jamais manqué de respect ou été gratuitement critique (c’est à dire sans arguments à l’appui) envers quiconque sur ce blog.

          Je ne me cache par contre pas d’avoir exprimé mon désaccord avec commentaires. Est-il interdit de le faire ?

          Concernant Olivier, je reconnais également volontiers avoir exprimé ma déception à l’encontre de quelques billets. Là aussi, est il interdit de le faire ?
          Et par ailleurs, “quelques” ne signifie pas “tous.”

          J’ajoute également que mon commentaire jamais publié avait pour but d’ouvrir le débat en mentionant d’autres faits que celui qui vous occupe depuis 3 billets. Faits qui à mes yeux avaient parfaitement leur place pour illustrer un traitement différencié de l’information selon la sensibilité politique de leurs auteurs.


          • Subotai Le 27 mars 2017 à 18h56
            Afficher/Masquer

            “”Concernant Olivier, je reconnais également volontiers avoir exprimé ma déception à l’encontre de quelques billets. Là aussi, est il interdit de le faire ?””
            ***********
            Ben non, mais on pourrait comprendre que vous manifestez votre désapprobation comme si Olivier était tenu de vous satisfaire.
            C’est un blog ici et le taulier dit ce qu’il veut. On confronte les idées, mais si on est “déçu” il vaut mieux aller trainer ses guêtres ailleurs.


      • tepavac Le 27 mars 2017 à 14h51
        Afficher/Masquer

        Vous exagérez T. Émile, ayant constaté par vos commentaires que vous vouliez en découdre, je vous ai aimablement ouvert une porte pour que vous puissiez vous défouler.
        Ce que vous n’avez pas manqué. Aussi j’ai une bonne nouvelle pour vous, l’OMS va patronner le site pour son œuvre de charité sociale par le biais de thérapie sociale, où chacun peut venir déverser ses poubelles sans distinction aucune.
        (Riez avec nous de cet humour)

        Pour la “patrouille”, je vous signal que la plus part de nos échanges amicaux sont, à la fin, supprimés.
        C’est pour la clarté du blog qui se veut pédagogique et non problématique, sur des sujets que nous apprécions.

        Ne soyez pas négatif, vous êtes là entre des esprits bien disposés.
        Cdlt


        • Tranquille Emile Le 27 mars 2017 à 15h30
          Afficher/Masquer

          @tepavac: où avez vous vous du négatif dans mes propos ? Si vous parlez de ma réponse à Fabrice, il fallait plutôt y voir de l’humour (le smiley étant là pour le prouver ). C’était en tout cas le sens de mon propos.

          Bien à vous.


  8. Incognitototo Le 27 mars 2017 à 05h58
    Afficher/Masquer

    Je cite : “Ces journalistes ne semblent pas avoir bien compris que si l’euro est néfaste, c’est qu’il empêche les monnaies de “réaligner” les économies divergentes diront-nous.”

    De 1974 à 2000 : 37,01 % de croissance sur 26 ans, c’est-à-dire 1,14 % en moyenne progressive par an, c’est vraiment pas brillant (sauf pendant une brève embellie de 87 à 90 à l’adoption du “franc fort”). C’est moins pire que ce qui se passe depuis 2000, c’est vrai, mais ça ne justifie aucunement une dévotion béate au “c’était mieux avant”.

    De 1974 à 1987, rappels de ce que nous faisions avec notre propre monnaie, nous avions :
    – la plus forte inflation (à 2 chiffres souvent),
    – la plus forte “casse” industrielle,
    – l’augmentation permanente du nombre de chômeurs (pour atteindre 9,1 % en 1987),
    – des spéculateurs qui mettaient régulièrement la Banque de France à genou,
    – la mise en place de la dette structurelle dont nos dirigeants n’arrivent plus à se dépêtrer…

    Alors non pas d’accord, il y a d’autres façons de réaligner des économies divergentes qu’en trafiquant la monnaie… juste dommage que ça ne soit pas mis en place par nos politiques mous du bulbe.
    D’ailleurs, à ma connaissance, sauf explications contextuelles (rente pétrolière, politique fiscale particulière, et cetera) les pays (comme la GB) qui ont leur propre monnaie ne font pas mieux que les autres.


    • Dizalch Le 27 mars 2017 à 06h36
      Afficher/Masquer

      @Incognitototo: Vous le faites exprès? Vous utilisez la même technique que les décodeurs, pour arriver à prouver “vos croyances”. En effet, vous prenez la période 1974 à 2000… Or, comme OB l’a déjà dit dans ses précédents billets sur le sujet, et comme nous l’avons dit également en commentaires, l’Euro n’est pas l’alpha et l’oméga du problème, mais l’une de ses composantes… la Communauté Européenne en étant une autre… or, vous n’êtes pas sans savoir qu’elle date de 92 (adoption du traité en 93), et que donc, le temps que cela se mette en place, c’est en 1995 que tout était opérationnel à 100%… Or, depuis 1995, les productions industrielles des pays de l’UE, chutent… (Insee, Mars 2017, étude 1995-2015).

      D’autre part, vous seriez gentil, de faire le bilan de l’UE… Enfin, il serait bon de ne pas oublier que c’est l’abandon de l’impression de notre monnaie au profit des banques privées, qui a créé le coût “stupide” des intérêts de notre dette… etc. etc.


      • Incognitototo Le 27 mars 2017 à 13h35
        Afficher/Masquer

        Je n’ignore rien des problèmes qu’a engendrés l’UE, et je ne suis pas le dernier à les dénoncer (j’ai écrit 5 articles là-dessus). Je dis juste que compte tenu de ce qui se passait par le passé et de ce que font les autres pays à souveraineté monétaire, je ne vois pas en quoi le levier monétaire aurait démontré sa pertinence.

        La récession de 90 aux USA, + la réunification de l’Allemagne, avec ses réformes structurelles ainsi que la réorientation de ses marchés et des ses sous-traitances vers les pays de l’Est (entre autres évènements de ces années 90), ne sont évidemment pour rien dans la récession jusqu’en 1996…
        Je vous rappelle par ailleurs que de 98 à 2002 (sous Jospin), le chômage et la dette baissaient tandis que le PIB était reparti à hausse ; et je n’en attribue pas plus la cause au passage à l’euro.

        Les faits rien que les faits, donc je ne vois pas où vous pouvez voir une “croyance” dans mes analyses. Si des faits infirment des affirmations, alors c’est qu’elles ne sont pas exactes. Simple, non ?


        • tepavac Le 27 mars 2017 à 15h17
          Afficher/Masquer

          Il me semble que le problème a déjà été exprimé et discuté par le billet sur Pierre Mendes France, il y a un jour.
          Le financiers recherchant une “productivité” de leur investissement, seront toujours enclin à rechercher des lieux d’exploitations qui leur sont favorable, donc un environnement sociale peu “énergivore”.

          La “disparité” des salaires, des impositions est, à mon sens, une contrainte “d’équilibre” économique entre les Pays, bien plus parlante.
          L’Euro, me semble t-il, étant un problème de plus, car il ne permet plus de réajustement par des moyens financiers de la productivité industrielle.

          Le fait d’être des opposants à cette organisation totalitaire, ne doit pas nous faire dire des choses peu éclairantes et résolutoires des inconséquences de l’UE.
          Seuls les “spécialistes” de la question de l’Euro se comprennent entre eux, pour la majorité des Citoyens Européens dont je fais partie, c’est avec la meilleur volonté du monde, totalement opaque.

          Je dis cela, car face à la puissance “néfaste” des médias pro-totalitaire nous perdrons.


          • Incognitototo Le 27 mars 2017 à 22h04
            Afficher/Masquer

            Totalement d’accord, il n’y a rien à redire à cette analyse qui postule des évidences et des faits.

            Cependant, compte tenu de son pragmatisme (celui qui sait concilier les contraires, sans courber l’échine), je suis à peu près persuadé que si Mendès France (ou d’autres de sa trempe comme De Gaulle) était encore parmi nous, il proposerait une “troisième voie”, entre les eurolâtres et ceux qui veulent tout casser. C’est tout ce qui nous manque en France depuis trop longtemps. Olivier, peut-être un jour ?


            • Surya Le 27 mars 2017 à 22h25
              Afficher/Masquer

              “changer l’europe” c’était déjà le slogan du PS en 1979 😀


            • Incognitototo Le 27 mars 2017 à 22h47
              Afficher/Masquer

              Oui, enfin, on sait ce que valent les paroles du PS et depuis toujours, bien avant 79, malheureusement… C’est même sur ce blog qu’on a démontré qu’ils ont libéralisé bien plus que la droite depuis 81…
              D’ailleurs, y a qu’à voir comment ils soutiennent “leur” candidat choisi par leur primaire, pour comprendre qu’il y a comme un problème chez eux… C’est pour ça (entre autres) que Lénine voulait tous les buter ; avec le recul, on le comprendrait presque… 🙂


            • tepavac Le 27 mars 2017 à 22h46
              Afficher/Masquer

              Je pense, mais ce n’est que mon avis, que si Olivier a créé ce site et si nous sommes là, c’est précisément par ce que nul encore n’a présenté cette troisième voie, et que nous la recherchons de concert.
              Peut-être un billet “ouvert” sur la question pourrait stationné sur le blog pour permettre aux intéressés d’en débattre intelligemment. Quitte aux intervenants d’en faire la modération pour soulager les bénévoles et surtout Olivier.

              Mais nous nous égarons, le sujet concerne les propaglandeurs du monde, et je ne peux m’empêcher de penser à ce titre d’O.B. “après les fake news, les fake journalistes”,

              C’est à mourir de rire cette expression. Bravo pour ce moment de détente.


            • Incognitototo Le 27 mars 2017 à 23h05
              Afficher/Masquer

              Bé non, chacun à ses propres motivations pour venir sur ce blog… et je pense qu’elles sont aussi diverses que tout le panel politique français, y inclus ceux qui ne se sentent représentés par personne, comme moi. Tandis que vous ne pourrez jamais convaincre un croyant que son “dieu” n’est pas la solution universelle et encore moins la vôtre ; donc, les “débats” se heurtent forcément à des impossibilités pour trouver des solutions partagées.

              Oui, ils nous font bien rire ces journalistes et aussi rager…


    • DocteurGrosDois Le 27 mars 2017 à 07h01
      Afficher/Masquer

      @Toto

      Très bonne remarque.

      Cependant, toute critique étant ignorée par l’UE et systématiquement punie par les media, discuter de solutions alternatives est quasi-impossible.


      • Incognitototo Le 27 mars 2017 à 14h24
        Afficher/Masquer

        C’est bien ça notre drame. Entre les eurolâtres et ceux qui veulent tout casser, personne ne propose une “troisième voie” qui est pourtant possible. C’est ça notre vrai problème, au point que je ne sais même pas si je vais me déplacer au premier tour, puisque personne ne me représente.


    • calal Le 27 mars 2017 à 08h05
      Afficher/Masquer

      oui par dela l’euro il faut parler du fait que depuis 1974 grosso merdo l’etat n’a plus le droit d’emprunter a la banque de france mais doit le faire aupres de banque privee d’ou l’explosion de la dette de l’etat. car derriere l’abandon de l’euro,ce que mlp propose surtout c’est l’arret d’emprunt ax banques privees.
      et ne venez pas me dire,apres la crise de 2007,que l’etat est incapable de gerer des emprunts ou un montant raisonnable de dettes,parce que les banques avec un ratio capitaux propres/emprunts de 30 ont montre qu’elles n’en etaient pas capables non plus.


      • Incognitototo Le 27 mars 2017 à 14h16
        Afficher/Masquer

        Ça se discute et ce n’est pas aussi évident que cela le laisse paraître au premier abord. Je crois me souvenir que cela avait été analysé sur ce blog, mais je ne me rappelle plus quand, ni où. Donc, n’ayant pas poursuivi mon analyse au bout, je ne sais pas.
        Cela dit la Banque centrale de l’UE, joue déjà indirectement le rôle qu’avait la BDF avant 74 pour le financement des dettes des États de la ZE, en maintenant des taux très bas et en rachetant des dettes. C’est un pansement sur une jambe de bois, tant qu’ils ne voudront pas remettre en cause les problèmes structurels qui génèrent les problèmes, mais c’est ainsi.


        • tepavac Le 27 mars 2017 à 19h16
          Afficher/Masquer

          C’est quoi les problèmes structurels qui génèrent les difficultés?
          C’est une question pour tenter de comprendre vos débats, une demande d’éclaircissement pour les néophytes.


          • Incognitototo Le 28 mars 2017 à 00h12
            Afficher/Masquer

            Exemple, en France :
            – l’assiette des cotisations sociales est assise sur les salaires. Donc forcément, vous ne pouvez pas améliorer les prestations sociales sans augmenter le coût du travail. Si vous augmentez le coût du travail, vous perdez de la compétitivité, donc vous perdez des marchés, donc vous êtes obligés d’augmenter les cotisations…. et cetera. Et c’est pourquoi plein de gens s’imaginent qu’en baissant les salaires (des autres, cela va sans dire), ils régleraient les problèmes de compétitivité… Sauf qu’alors, si on veut maintenir les protections sociales, il faut trouver des financements ailleurs et qui va payer, si on a baissé les salaires ?… Bref, si on ne règle pas ce problème d’assiette, c’est impossible de s’en sortir par le haut.
            Voilà typiquement un problème structurel (parmi cinquante autres) impossible à réformer en France.
            Vous pouvez bien évidemment faire la même chose pour l’UE qui a mis en place des structures totalement dingues pour les pays. La place manque malheureusement…


    • Cédric Le 27 mars 2017 à 08h32
      Afficher/Masquer

      l’autre façon, c’est l’ajustement par le coût du travail ….


      • Incognitototo Le 27 mars 2017 à 13h50
        Afficher/Masquer

        Vous savez, en dévaluant, c’est aussi par le coût du travail que vous ajustez les différentiels de compétitivité, puisque le pouvoir d’achat des salariés baisse, tandis que le coût des matières premières augmente et que vous perdez donc en partie (si ce n’est totalement, selon votre dépendance aux approvisionnements extérieurs) “l’avantage” créé.
        C’est entre autres pourquoi, les politiques monétaires ne fonctionnent pas à moyen et long terme.
        Il y a d’autres solutions, même en augmentant les salaires (comme l’a fait en partie le Danemark) et sans sortir de l’euro, du moins dans un premier temps.


        • Fabrice Le 27 mars 2017 à 18h05
          Afficher/Masquer

          La seule réponse à la course déflationniste des salaires seraient une intervention sur les prix bref fixer “autoritairement” donc définir un niveau de vie pour être plus large or les entreprises crieront à l’intervention étatique au niveau européen.

          Pas sûr que ce soit folichon trop d’état ou pas d’état franchement les deux me laissent dubitatif.


          • Incognitototo Le 27 mars 2017 à 19h15
            Afficher/Masquer

            Non, ce n’est pas la “seule réponse”, il y en a bien d’autres… Y-a-qu’à se baisser pour s’inspirer et ne prendre que le meilleur de ce que chaque pays, qui réussit, a inventé pour faire face à la concurrence déloyale et faussée. Je vous assure, c’est pas très compliqué.


            • Fabrice Le 27 mars 2017 à 20h17
              Afficher/Masquer

              oui je me doutais que cela vous ferait réagir, mais au final il nous reste pas des masses de solutions avec toutes des défauts :

              – Tva prenant en charge tous le poids social contre une baisse équivalente des prix (défavorable au dumping extérieur, relocalisatin mais pb peut-on tout produire, pb de prix pour les ménages à faibles moyens, …),

              – Un euro réparti en 3 zone (ou par pays) dont la valeur serait défini par l’évolution du PIB, de la balance commercial ou autres, en interne mais calculé par une moyenne des valeurs pour les échanges extérieurs (ça promet pour savoir quelle monnaie dépend de quelle valeur),

              – Une sorti de l’euro avec une reprise en main de l’économie par pays (actant l’impossibilité de faire un état lié à une monnaie du fait des abus de la valorisation de l’euro, avec le retour de la spéculation sur la monnaie et une probable inflation),

              on peut retrouver d’autres possibilités, mais franchement je doute que l’on nous laisse beaucoup de marges de manoeuvres pour innover dans le cadre de l’Euro du fait que nous sommes dans une optique de compétition forcenée entre Etat.


            • Incognitototo Le 27 mars 2017 à 23h18
              Afficher/Masquer

              Ho, y a bien plus de solutions que vous n’en énoncez dans vos 3 options (j’en propose plus de 400)… et même des correctifs pour minimiser les effets pervers des solutions ; en sachant que si d’autres l’on fait, pourquoi pas nous, en apprenant également de leurs erreurs.
              Ha oui, c’est vrai, ça fait longtemps qu’on n’a pas vu l’ombre d’une c… d’un politique en France, à se demander comment ils arrivent encore à se reproduire… 🙂


    • Briska Le 27 mars 2017 à 09h04
      Afficher/Masquer

      Bizarre, il me semble que les pays qui ont conservé leur propre monnaie sur le continent se portent mieux, non?


      • Incognitototo Le 27 mars 2017 à 14h00
        Afficher/Masquer

        Oui, et ils sont assez peu nombreux, par rapport à ceux qui échouent. Sauf que quand on analyse d’où ils tirent leur “réussite”, on trouve toujours des rentes (pétrolières ou autres matières premières disponibles) ou des politiques fiscales agressives.
        Si on prend, par exemple, le Danemark qui n’a pas de rente, il a compensé par une politique fiscale particulière, tandis que ça monnaie ne fluctue que de 2,25 % par rapport à l’euro… autant dire qu’elle ne lui sert à rien.


    • SanKuKai Le 27 mars 2017 à 14h31
      Afficher/Masquer

      A noter que, me concernant une inflation à 2 chiffres ne m’importune pas plus que cela si mon salaire est indexé sur l’inflation. Du coup, c’était mieux avant 1974. 🙂
      Et pour exemple, l’Islande a utilisé tous les outils à disposition (y compris la dévaluation) pour se sortir d’une crise sans précédent. Avec l’Euro ils y seraient encore je pense.

      Pour le reste, vous avez raison, le néo-libéralisme forcené et les conséquences qui vont avec (augmentation du nb de chomeurs, casse industrielle, dette, inégalités croissantes, financiariation, etc) a effectivement commencé autour de 1974.

      Mais ce n’est pas une raison pour laisser la cerise sur le gateau, c’est à dire laisser l’Allemagne aspirer mécaniquement des Euros sans les redistribuer (même pas à ses travailleurs pauvres).
      J’ai beaucoup lu vos articles (400 propositions…), et je suis sur que vous n’êtes pas sans savoir que les pays sont astreints à 3% de déficit, (en théorie) mais que les excédents sont AUSSI pénalisés (en théorie encore).
      Il ne s’agit même plus de réaligner les économies, ou de jouer avec la monnaie, il s’agit d’arrêter ce racket. Même les bénéfices de mesures protectionnistes discrètes, telle que votre TVA sociale, ne sont qu’une goutte d’eau par rapport à la taille de cette escroquerie.


      • Incognitototo Le 27 mars 2017 à 22h34
        Afficher/Masquer

        1/2
        Il y a juste un “souci” avec l’indexation des salaires sur l’inflation, c’est qu’avec ce mécanisme (qui fonctionnait très bien avant 1971, c’est-à-dire avant le changement de système monétaire imposé par les USA) vous perdez automatiquement l’avantage compétitif que vous avez créé. Sans compter que vous renchérissez également le coût des matières premières, et selon votre dépendance aux approvisionnements extérieurs, vous annulez tout également cet “avantage”.
        C’est bien pourquoi depuis 1974, même en ayant essayé tous les systèmes monétaires, la France n’a jamais réussi à trouver la “bonne formule”.
        Les solutions sont donc effectivement ailleurs. La fiscalisation des prélèvements sociaux (ainsi que de tous les différentiels de concurrence déloyale) n’est qu’une mesure parmi bien d’autres, pour faire face à ces problématiques.


      • Incognitototo Le 27 mars 2017 à 22h36
        Afficher/Masquer

        2/2
        C’est un choix de l’Islande très courageux… Je les admire vraiment. Cependant, je ne sais pas si d’autres pays seraient prêts à supporter jusqu’à 30 % de baisse de pouvoir d’achat pendant plusieurs années, sans que ça ne déclenche des guerres civiles, juste pour préserver leur indépendance. Néanmoins, rien ne permet d’affirmer qu’avec l’euro, ils auraient subi un tel impact, consécutif à leurs banksters…

        Ha bon, les excédents seraient pénalisés ? Ceux qui “gagnent” plus contribuent plus au budget de l’UE, je ne vois pas, où est le problème. Reste que je suis d’accord sur la trahison de l’Allemagne avec son changement d’alliance (qui se comprend historiquement et que personne n’a anticipé). L’élargissement de l’UE aux pays de l’Est (j’étais viscéralement contre) est un vrai problème que nous n’avons pas fini de payer. Cependant, les mesures (tout à fait légales) que je propose, devraient également rapidement les ramener à la raison.


  9. Catalina Le 27 mars 2017 à 06h06
    Afficher/Masquer

    Il n’y a malheureusement rien à comprendre, ils disent qu’elle ment puis qu’elle ne ment pas. Donc, c’est de l’intox mais cela le restera seulement pour ceux qui gobent la doxa du monde sans réfléchir, ceux qui lisent seulement le titre ( ils sont nombreux : c’est trop long à lire….); si on prenait une par une les affirmations du monde sur tel ou tel sujet, on en arriverait à la même conclusion, à peu de chose près mais bon, il faudrait un temps plein et même plus et c’est bien là-dessus, sur l’absence de vérification que ce journal compte. Et comme en plus, pour la majorité des nouvelles truquées qu’ils nous servent, si il advient que l’info est prouvée truquée, ils ne s’excusent jamais ( là, ils sont obligés, pour le moins, merci Olivier) et on voit ce que ça donne. Des poissons pilotes qui se prennent pour des requins.


  10. Logic Le 27 mars 2017 à 06h18
    Afficher/Masquer

    “Fake journaliste, True militantisme”. Tout est dit.

    Ils sont vraiment ridicules. Le b.a.ba de l’honnêteté intellectuel est de reconnaître ses erreurs lorsqu’on en fait. Et qui n’en fait pas, l’erreur est humaine.
    Les déconnectés du Décodex, qui se veulent omniscients et infaillibles, montrent ainsi leur petitesse morale tout en perdant le peu de crédit qui leur restait. Lamentables Samuel and co.


    • Kiwixar Le 27 mars 2017 à 07h54
      Afficher/Masquer

      Reconnaître une erreur, c’est reconnaître une faute, qui peut être qualifiée de « faute grave », pouvant mener à licenciement sans indemnité. Quelle est la probabilité de retrouver du boulot après avoir montré des difficultés avec l’indice 100, les déciles, l’honnêteté élémentaire, et sans diplôme pour enseigner en crèche ou en maternelle?


      • bob Le 27 mars 2017 à 09h12
        Afficher/Masquer

        effectivement, changer le titre c’est avouer qu’on s’est complètement trompé et donc donner raison à le pen. Ils préfèrent garder l’erreur et laisser le temps et l’oubli faire son oeuvre. Une chose est sûre, ils n’ont clairement pas le niveau.


    • Xero Le 27 mars 2017 à 09h04
      Afficher/Masquer

      Si ce genre de personnes possédait une honnêteté intellectuelle ce genre d’article sans fond ni arguments véridiques n’existerait pas.
      On se retrouve dans une pensée sacro sainte irrévocable et incriticable qu’est l’euro dans l’esprit des décodeurs rejetant tout argument contraire.


    • LPP Le 27 mars 2017 à 09h37
      Afficher/Masquer

      En effet, reconnaitre ses erreurs est une preuve d’intelligence.
      Un critère d’évaluation bien trop souvent oublié de nos jours.


      • Tunkasina Le 27 mars 2017 à 10h39
        Afficher/Masquer

        Voir carrément discrédité, car on dit maintenant de ceux qui reconnaissent leurs erreurs qu’ils sont faible, incohérents, peu clairs …

        Nous voilà donc avec une opposition idéologique profonde :

        -> Ceux qui pensent que l’individu est roi, libre de prendre ses décisions sans influence, et donc, qu’il se doit de les défendre, car cela le défini en tant qu’être. Il n’est pas résultat de sa vie, mais de sa décision, sa volonté. Il ne peut donc pas faire d’erreur qui lui permettrait d’évoluer, car l’erreur est une sanction.

        -> Et les autres, qui, conscient d’être influencé dans leur vie par de nombreux paramètres, l’acceptent, et donc acceptent de remettre en cause leur avis, bref, d’être influencé en fonction des faits sur leur positions.

        Une pensée qui se heurte à la vie, qui va au conflit permanent, et une autre qui s’adapte, évolue.


  11. Xavier Le 27 mars 2017 à 06h22
    Afficher/Masquer

    Schröder est encensé dans plusieurs articles, cherchez le “Schröder français” !…

    Je vous aide : il est donc plutôt jeune, réformateur et sociodémocrate (…)

    Et si vous ne trouvez pas il n’est pas dans un parti (tant il est pour “l’intérêt général et moderne”) !

    Mais non on ne se fiche pas de nous !…


  12. CLEMENT Le 27 mars 2017 à 06h25
    Afficher/Masquer

    “Fake” “true” ne pourriez-vous pas écrire en Français surtout en si gros et en rouge !
    Et Diront-nous, prend un “s” et non pas un “t”. Merci


    • emm69 Le 27 mars 2017 à 09h57
      Afficher/Masquer

      Il faut mettre en avant les différences de sens pour faciliter la pensée et alerter les esprits. C’est une manière de résister à la propagande.
      Je propose d’utiliser ” fallacieux ” pour ” fake ” – surtout pas le mot ” faux ” – car c’est l’intention de tromper qui est le marqueur de la ” fake news “, non qu’elle soit simplement une contre-vérité, idem pour ” fake journalism “.
      Pour le Grand Robert, ” fallacieux ” signifie : qui est destiné à tromper, à égarer.
      Larousse : qui cherche à tromper, à nuire ; perfide.
      Trésor de la langue française : qui est destiné, qui cherche à tromper, à induire en erreur.
      ” Captieux ” convient un peu moins bien, ” perfide ” encore moins.


  13. Dubreuil Le 27 mars 2017 à 07h23
    Afficher/Masquer

    ainsi la peine pensance ne suffirait pas pour avoir toujours raison ?
    Il faudrait parfois réfléchir ?


  14. basile Le 27 mars 2017 à 07h36
    Afficher/Masquer

    moi, si j’étais propriétaire du Monde, si je constatais qu’un type, payé, consacre ses journées, comme un vulgaire troll sur un forum, à essayer de démontrer qu’il a raison au lieu de faire son boulot, je le virerais.

    Je le virerais rien que pour le fait que, si réellement il ne s’est pas trompé, c’est qu’il s’est mal exprimé. Donc c’est un amateur qui n’a pas sa place dans le journal de référence.

    C’est le lot je crois de tous ces [Modéré] de la nouvelle génération qu’on laisse s’exprimer en classe, pour ne pas les brider, pour qu’ils « s’épanouissent », sous le regard attendri du prof. « Ah, celui là, ça va être un bon pour le parti ».


    • Tunkasina Le 27 mars 2017 à 14h31
      Afficher/Masquer

      ” si je constatais qu’un type, payé, consacre ses journées, comme un vulgaire troll sur un forum, à essayer de démontrer qu’il a raison au lieu de faire son boulot, je le virerais. ”

      Moi aussi. Mais c’est à supposer que le proprio en question ne tire aucun avantage de la situation.


  15. LBSSO Le 27 mars 2017 à 07h36
    Afficher/Masquer

    Autodéfense arithmétique 😉

    César (Raimu) explique à Marius (P Fresnay) la réalisation (au moindre coût) du cocktail maison du bar de la Marine.
    –César :tu mets un tiers de curaço.Attention ,un tout petit tiers.
    Un tiers de citron.Tu vois.
    Un bon tiers de Picon.Tu vois.
    Et alors un grand tiers d’eau.
    Voilà.

    -Marius : Et ça fait quatre tiers …

    -César :Et alors ?

    -Marius : Et ben dans un verre il n’y a que trois tiers.

    -César :Mais imbécile ,ça dépend de la grosseur des tiers !

    – Marius :« ça dépend » pas.

    -César :Et pourquoi « ça dépend pas » ?

    -Marius :C’est…, c’est de l’arithmétique ça.

    -César :Ouais. Ne cherche pas à détourner la conversation. La goutte sur le comptoir c’est de l’arithmétique ça ?

    Ici avé l’accent : http://www.dailymotion.com/video/x1e1mq_recette-mandarin-citron-marius_people Une merveille!


  16. Fougnard Le 27 mars 2017 à 07h39
    Afficher/Masquer

    J’ai lu un article récemment sur le dépôt d’une proposition de loi par Nathalie Goulet, sénatrice UDI de l’Orne, en vue de sanctionner les fausses nouvelles (http://www.senat.fr/leg/ppl16-470.html)
    Je pense que l’insistance dont les déconneurs du Monde font preuve pour invalider la présentation du graphique en question par MLP entre tout à fait dans les cas prévus par cette loi pour déterminer ce qu’est une fausse nouvelle. Ces fouilleurs de poubelles, ces cafards, sont obligés de dire qu’ils contestent non pas les faits montrés par le graphique mais l’usage qui en est fait, lorsqu’ils sont débusqués par des gens comme OB. Il n’existe pas de mot pour décrire la veulerie de ces déconneurs vis à vis de leurs maîtres, à part peut-être le mot “ramper”.
    Entre parenthèses, cette loi scélérate s’inscrit dans les nombreuses atteintes à la liberté d’expression que l’on a vues fleurir ces dernières années. Ceci dit, cette loi n’est pas encore passée et les prochaines élections ne vont pas accélérer son arrivée.


    • scorpionbleu Le 27 mars 2017 à 08h11
      Afficher/Masquer

      Ce projet de loi scélérate est une nouvelle provocation dans le contexte actuel, mais il n’aboutira pas,
      trop dangereux pour eux aussi, on connait bien les mécanismes des arroseurs arrosés.

      Mais cela n’enlève en rien l’inquiétude de la situation.


    • basile Le 27 mars 2017 à 08h14
      Afficher/Masquer

      on verra peut-être un jour Olivier traîné devant la 17 ème chambre pour incitation à la haine envers un journaliste du journal de référence.

      Car au fond, c’est ce qu’il fait. Il braque les lecteurs des Crises (qui sans ça ne connaîtraient même pas son existence) contre ce pauvre journaliste qui ne fait que son métier.

      Pour peu qu’un déséquilibré, ou un « Vladimir », lise les Crises, vous imaginez ? C’est passible d’intention d’incitation à la haine


      • tepavac Le 27 mars 2017 à 23h19
        Afficher/Masquer

        Les magistrats du sièges ne risquent pas de se ridiculiser dans une histoire de canards boiteux contre un simple Citoyen qui exprime des opinions sommes toutes très communément admises par les populations.

        Il n’y a que les propaglandeurs pour croire à leur propre folie. Folie balayée par les faits, balayée par leur mensonges, balayée par les preuves indéniables de leur propagande à des fins meurtrières dans six pays. Voilà la vérité.
        Je ne parle même pas d’une particularité du site, qui est le seul à défendre l’entité Citoyenne qui nous ramène à la conception de notre Nation et qui n’est pas pour déplaire au Conseil d’état qui retrouve là sa raison d’être.


  17. Alfred Le 27 mars 2017 à 07h52
    Afficher/Masquer

    Arrêtez Olivier vous voyez bien que quand vous les stressez ils perdent leurs moyens…
    ?


    • Lorraine Le 27 mars 2017 à 11h53
      Afficher/Masquer

      Non encore, il n’y a que Les crises pour me faire pleurer de rire en lisant un article portant tout de même sur l’économie. Ce démontage du ministère de la Vérité est délicieux.


  18. Ardéchoix Le 27 mars 2017 à 08h29
    Afficher/Masquer

    Bon en gros, les gars du decodex sont des imdéciles .


    • thecis Le 27 mars 2017 à 17h24
      Afficher/Masquer

      Je les plains les pauvres gars car :
      – soit ils le font pas exprès, et ils sont incompétents
      – soit ils font exprès, et ils sont incompétents aussi car ça se voit

      Dans tous les cas, ça doit être dur moralement sur un plan personnel. Quand on voit leur agressivité chronique…


  19. Merome Le 27 mars 2017 à 08h35
    Afficher/Masquer

    Typo ici : “mêmes *conclurions* pour France et Italie”


  20. L'aieuil Le 27 mars 2017 à 08h44
    Afficher/Masquer

    Je vous propose Olivier de contacter M. Brenke, vous présenter brièvement, de lui poser une question simple de savoir si l’euro, par un effet de sous-évaluation/sur-évaluation, amplifie les déséquilibres économiques entre les nations européennes.
    Phrasé de façon à ce qu’il n’est qu’à répondre oui ou non (que ça lui prenne pas beaucoup de temps, sachez que les gens répondent quasiment à tous leur mails du moment que c’est pas long à faire): kbrenke@diw.de (il parle anglais de toute évidence).

    Voire carrément une interview…

    Et suivant son opinion là dessus lui expliquer qu’un grand journal français se sert de son nom pour argumenter de l’inverse (vu que c’est un phénomène mécanique, il est douteux qu’il dise l’inverse).

    Après tout il a au minimum droit à un droit de réponse.


  21. Olposoch Le 27 mars 2017 à 08h55
    Afficher/Masquer

    La plupart des gens se foutent de la précision des détails.
    Le but est de créer un flou, un doute, pour graver dans l’opinion que l’argument de MLP a été contesté quelque part, ses opposants sortiront la non-validation du Monde comme les adeptes du Macron vous ont sorti votre classement.
    La minorité continuera de voir clair dans le jeu des fact-checkers à géométrie (et arithmétique) variable, le fait qu’ils soient obligés de revenir sur leur démonstration imparable signifie qu’ils ne maîtrisent en rien les sujets auxquels ils s’attaquent.
    Si les dirigeants de ce journal voulaient un vrai travail, ils auraient pris des pointures en journalisme et en spécialistes.


  22. Claude Le 27 mars 2017 à 09h17
    Afficher/Masquer

    L’économiste international Charles Gave dit “Non à l’Euro” et le démontre…
    https://youtu.be/tRtokzoV5AU


  23. Albert Le 27 mars 2017 à 09h26
    Afficher/Masquer

    Merci pour ce travail. Il faut insister sur ce mot “travail”. Les fact-checkers, longtemps j’ai cru que c’était des fast-checkers, des gens qui vérifient rapidement. C’était pas si faux. Ils sont paresseux, leur horizon de recherche ne dépasse jamais la première page de google, pas un coup de téléphone, ne serait-ce à Krugman, facilement joignable au NYT. Ils sont feignants, l’esprit avachi (je n’ai rien contre les vaches au contraire), penser doit leur faire mal.


  24. Un_passant Le 27 mars 2017 à 09h39
    Afficher/Masquer

    De toute façon, visiblement, l’Occident, sous l’influence des USA, semble incapable d’admettre que l’origine de toutes les crises économiques est monétaires et que si elles se succèdent régulièrement, c’est essentiellement du fait de la disparition d’un système à la Bretton Woods avec : des banques centrales souveraines -ou au moins contrôlable par la politique et avec le bon périmètre frontalier -pardon, économique-, un étalon monétaire et des restrictions sur la spéculation.

    Le plus drôle, c’est quand je vois des articles sur le Canada, la Suède, qui seraient “revenus de loin”, oubliant qu’ils avaient leur propre monnaie.

    Et ce qu’ils reprochent à la Chine ou à la Russie, c’est le l’éloignement du dollar qui va contraindre les USA à revoir leur copie. C’est étrange d’ailleurs comme personne n’évoque les guerres ou sanctions contre l’Iran, l’Irak, la Russie ou la Libye du fait de leur volonté de cesser d’utiliser le dollar comme monnaie pour les transaction pétrolières.


    • Kiwixar Le 27 mars 2017 à 14h34
      Afficher/Masquer

      « l’origine de toutes les crises est monétaire »

      Je ne suis pas vraiment d’accord là-dessus. Pour moi, la désindustrialisation occidentale au profit de la production en Asie est dûe à la globalisation, qui a permis ce transfert de siècles/decennies de savoir-faire. Elle est rendue possible par la fin du contrôle des capitaux, mais elle aurait eu lieu quelque soient les monnaies, avec ou sans euro, même si avec un rythme différent. Par contre, la création monétaire chinoise massive a bien « aidé », en subventionnant leurs exportations et en contenant la hausse du yuan.


      • Un_passant Le 27 mars 2017 à 16h31
        Afficher/Masquer

        Vous oubliez la question de la balance commerciale. Depuis la disparition d’un étalon monétaire indépendant, les déséquilibres de balance commerciale ne sont plus compensés; les banques centrales ne cherchent plus à la rééquilibrer, on le voit avec les excédents Allemands qui ne sont plus compensé par une hausse de feu le Deutsch Mark. En fait, les allemands peuvent même dire merci aux pays cigales de l’UE ayant adopté l’Euro, ce sont eux qui empêchent la surchauffe.


  25. Tranquille Emile Le 27 mars 2017 à 09h51
    Afficher/Masquer

    Olivier, quel est le réel intérêt de ce nouveau billet ? Votre avis a t’il changé sur le sujet ? je crois lire que non. Les conclusions du Monde à ce sujet ont elles changées ? Je crois lire que non également.
    Et est-ce que les modifications que vous citez sont de nature à modifier le raisonnement aboutissant à la conclusion de son auteur ? Je ne le pense pas non plus.

    Vous en êtes maintenant au 3ème billet sur ce même sujet depuis 1 semaine ((22/03 + 24/03 + 27/03)) pour dire la même chose. Pourquoi ne pas simplement faire des ajouts à votre 1er post, comme cela est d’usage ?

    Et puisque vous souhaitez parler de “fake”, pourquoi ne pas changer de crèmerie et comparer, par exemple, le traitement d’un même événement survenu ce WE entre différents médias de sensibilité différente ? Cela me semblerait instructif pour montrer l’éventuelle orientation de l’information que vous soulevez régulièrement.

    Toujours pour le côté Fake, vous pourriez également ouvrir le débat en parlant de la proposition de loi n°470 du Senat. Qu’en pensez vous ?

    Bien à vous.


    • sassy2 Le 27 mars 2017 à 18h33
      Afficher/Masquer

      l’intérêt est de démontrer que les membres des décodeurs ont été peu scolarisés


      • Tranquille Emile Le 27 mars 2017 à 18h45
        Afficher/Masquer

        @sassy2 : mais ça vous le savez déjà depuis le 1er sujet ! Et j’imagine qu’Olivier également !


        • Subotai Le 27 mars 2017 à 19h13
          Afficher/Masquer

          Le combat ne s’arrête que quand l’ennemi a été neutralisé. Principe de base.


    • EAUX TROUBLES Le 27 mars 2017 à 20h31
      Afficher/Masquer

      Au contraire, il ne faut pas lacher la “proie” : elle bouge encore (je crois qu’il s’en serait bien passé). Et de toute façon, que pèse OB face au gros Monde ? Pas grand chose ! Et c’est dommage. Qu’il y revienne et y revienne encore, pourquoi pas ?

      L’un des gros problèmes aujourd’hui est la relation journalisme-politique. Quand un journaliste “couche” avec un politique, il est à peu près sur que le premier se couchera devant le deuxième.

      Pour votre gouverne, “La presse française, de l’atlantisme au pavlovisme” par Frédéric Dedieu : http://www.dedefensa.org/article/la-presse-francaise-de-latlantisme-au-pavlovisme-i


    • Charles Le 28 mars 2017 à 00h25
      Afficher/Masquer

      Je ne comprends pas. Qui est le détenteur de ce blog? De quoi vous mêlez-vous? Si vous n’êtes pas content, allez ouvrir votre propre blog et développer vos propres intérêts plutôt que de discuter ceux des autres.


      • Tranquille Emile Le 28 mars 2017 à 07h10
        Afficher/Masquer

        @Charles:
        Il ne m’a pas semblé lire dans la charte des commentaires que seules les personnes partageant systématiquement l’avis d’Olivier avaient le droit de s’exprimer.
        Mais si la charte est modifiée en ce sens, votre “Si vous n’êtes pas content, allez ouvrir votre propre blog” deviendra alors une réalité.

        Bien à vous.


        • Charles Le 28 mars 2017 à 22h30
          Afficher/Masquer

          Êtes-vous sûr d’avoir lu la charte? Je ne le pense pas. Je vous aide:

          “ceux dont le ton ne correspond pas à la convivialité et au respect mutuel des débats que ce blog souhaite générer – sont en particulier visés ici les commentaires à tonalité méprisante pour un autre commentateur ou l’éditeur du blog. ”

          et

          “ceux qui n’apportent presque rien à la collectivité, (…) parce qu’ils correspondent à des dialogues entre commentateurs sans grand intérêt pour les autres lecteurs.”

          Clairement vous dénigrer notre hôte et pas qu’une fois, et on peut qualifier vos “commentaires” de harcèlement. Un journaliste du Monde ne se comporterait pas différemment.

          En outre:

          “ceux étant à l’évidence du trolling, visant à dénaturer les échanges du blog ; ou étant émis en trop grand nombre ; ou étant émis par des identifiants différents ”

          “qu’ils sont de nature à tirer la discussion dans des directions qui feront perdre aux échanges leur densité (…). Nous ne sommes pas dupes,”

          À bon entendeur!


  26. Patrique Le 27 mars 2017 à 09h54
    Afficher/Masquer

    Je vous propose de montrer la même courbe avec la base 100 en 1989, date du début de la politique du franc fort nécessaire à la création de l’Euro, politique de surévaluation monétaire qui n’a pas cessé depuis.
    On y verra mieux que la stagnation de la production industrielle française a commencé à cette époque.


    • Incognitototo Le 30 mars 2017 à 23h50
      Afficher/Masquer

      ? À ma connaissance, la politique du franc fort a commencé dès 1986 (après la dévaluation) et il y a eu une significative embellie (presque à tous les niveaux) jusqu’en 90, comme on n’en avait pas vu depuis 10 ans de franc fluctuant… Après c’est une autre histoire : récession américaine, réunification allemande, guerre du Golfe, erreurs stratégiques industrielles et politiques françaises, et cetera, sont passés par là…


  27. Toussi toussa Le 27 mars 2017 à 10h49
    Afficher/Masquer

    Pendant des dizaines d’années , avant l’euro ,les dirigeants pouvaient agir sur l’économie : le chômage monte , les stocks s’accumulent ,…? on pratique une dévaluation calculée : exportations facilitées car moins chères, importations diminuées surtout si l’on pratique des fraises de douane .
    La machine s’emballe ?
    Une hausse des taux d’intérêts , ou une réévaluation de la monnaie , histoire d’attirer des capitaux dans le secteur productif .
    Ce n’était pas la catastrophe que l’on nous décrit et notre production servait au marché intérieur et aussi en proportion à l’exportation .
    On nous a vendu la phobie allemande avec ses méga dévaluations d’entre les deux guerres pour nous vendre l’euro fort ou l’euromark …


    • Incognitototo Le 31 mars 2017 à 00h01
      Afficher/Masquer

      Les généralisations sont toujours abusives… De quelles dizaines d’années “faciles” avant l’euro, parlez-vous ? Si (entre bien d’autres maux) ce sont de celles où le chômage de masse s’est intallé pour atteindre 9,1 % en 1987, y a un problème…


  28. peyo Le 27 mars 2017 à 10h53
    Afficher/Masquer

    Ce sont bien des déconneurs, maintenant tout le monde le sait sauf Le Monde.


  29. BrianDuSysCat Le 27 mars 2017 à 11h14
    Afficher/Masquer

    En fait ils s’expliquent à eux-mêmes les erreurs qu’il ne faut pas faire, c’est un monologue exposé au public : bien apprendre ce qu’il ne faut pas faire en terme d’analyse de graphique.


  30. Betty Le 27 mars 2017 à 11h53
    Afficher/Masquer

    Vous renvoyez au “programme” d’Emmanuel Macron en fin de commentaires. Il m’a rappelé un document déclassifié de l’OCDE de 1997 (oui bien sûr tout n’est pas là mais je dirai “l’esprit”): MONDIALISATION ET INTERDEPENDANCE A L’HORIZON 2020 http://www.oecd.org/officialdocuments/publicdisplaydocumentpdf/?cote=OCDE/GD(97)165&docLanguage=Fr
    “Une “nouvelle ère mondiale” dans laquelle tous les pays pourront jouer un rôle actif et Page 23 tous les individus actuellement victimes de la pauvreté pourront aspirer à un bien-être matériel beaucoup plus grand. ” grâce notamment “à la libéralisation des marchés de capitaux et des échanges internationaux” et aux “réformes du marché du travail”… extrapolant par exemple Page 25 : 5% de taux de chômage en Europe. Heureusement pour eux il y a la crise de 2008.


    • Paul Le 27 mars 2017 à 20h20
      Afficher/Masquer

      Bien que le lien m’ait permis de lire les foutaises de ce “document “….une petite erreur ;
      ce truc n’a pas été déclassifié. Mais par-contre il aurait d^u être dégazé ,car son contenu sent la même matière que ” bel gueule Maki baby .
      Cdlt


      • Betty Le 30 mars 2017 à 15h09
        Afficher/Masquer

        Oui désolé…c’est indiqué en haut en gauche de la première de couverture…j’ai confondu avec un autre document. Merci.


  31. ty89 Le 27 mars 2017 à 11h59
    Afficher/Masquer

    Après avoir été le 4éme pouvoir le journalisme est désormais la 5éme roue du carrosse démocratique.


  32. Lapige Le 27 mars 2017 à 12h14
    Afficher/Masquer

    « Fake news » : une sénatrice de Normandie propose une loi contre les fausses informations.
    http://www.normandie-actu.fr/fake-news-senatrice-normandie-propose-loi-contre-fausses-informations_261058/
    Si on va sur son site …
    http://www.nathaliegoulet.fr/
    … et qu’on regarde les tweets relayés dessus, on trouve un certain …
    Samuel Laurent.
    On a donc d’un côté des “journalistes” qui décident de ce qui est vrai ou faux, et de l’autre une personnalité politique qui décide que tout cela est bel et bon et par conséquent nécessite de passer par la voie législative pour l’imposer aux mécréants non convaincus.


    • basile Le 27 mars 2017 à 12h40
      Afficher/Masquer

      je ne peux m’empêcher de faire un parallèle avec l’affaire Volkswagen : des groupes tout puissants qui truquent des infos.


    • Tranquille Emile Le 27 mars 2017 à 17h17
      Afficher/Masquer

      @Lapige:
      J’avais en effet noté la publication récente de cette proposition de loi et avais d’ailleurs sollicité l’avis d’Olivier à son sujet.
      Pour ma part, je suis d’accord avec l’exposé des motifs figurant dans cette proposition.

      Je trouve ensuite qu’elle enrichit positivement la déclaration des devoirs et des droits des journalistes adoptée en 1971 à Munich, sans aller à l’encontre de la loi du 29/07/1881.

      Et je la trouve également plutôt juste et respectueuse des libertés de tous en partie des blogeurs, car elle autorise les erreurs. Tout en les réprimant mais seulement après les avoir incité à mieux vérifier leurs sources (ce qui pourrait de ce fait limiter le phénomène de prolifération/propagation) et leur avoir laissé l’opportunité de corriger leur publication.

      Donc au final, je considère que tout cela va plutôt dans le sens de l’amélioration et suis personnellement favorable à une telle initiative.


      • calal Le 27 mars 2017 à 18h56
        Afficher/Masquer

        vite des normes pour nuire a la concurrence des petits qui veulent bouffer les gros…


      • Subotai Le 27 mars 2017 à 19h22
        Afficher/Masquer

        Dit il de sa douce voix et en tenant des propos trompeusement raisonnable.

        Savez vous quel est le signe de la tyrannie dans tous les pays du monde, dans toutes les civilisations, dans toutes les cultures et tout au long de l’Histoire?
        Des militaires armés dans les rues des cités.
        Vous pensez que je suis hors sujet?
        Il parait qu’il est interdit de dire se réclamer d’Orwell.


        • Tranquille Emile Le 28 mars 2017 à 07h34
          Afficher/Masquer

          @subotai:
          vous dites : “Dit il de sa douce voix et en tenant des propos trompeusement raisonnable”

          Vous m’avez perdu dans votre raisonnement. En tout cas eu égard à mon avis sur cette proposition. Pouvez vous préciser SVP ?


      • raloul Le 27 mars 2017 à 23h28
        Afficher/Masquer

        Bonjour!

        Pardon mais je doute que cette proposition de loi puisse respecter les “libertés des blogueurs”; c’est exactement l’inverse, en fait.

        Ainsi, vous êtes donc favorable à ce que des juges déterminent la véracité d’une “nouvelle”?
        Et si en réalité il n’est pas possible de définir précisément la part d’interprétation dans l’appréciation d’un certain fait par un blogueur, vous souhaitez vraiment que des juges puissent dire ce qui est “publiable” ou non?
        La subjectivité des juges serait-elle supérieure à celle des simples citoyens blogueurs?

        Le meilleur passage de la proposition de loi est quand même: “C’est pourquoi il apparaît indispensable d’ouvrir aux entreprises éditrices de presse et aux agences de presse, la possibilité de se constituer partie civile ainsi qu’aux syndicats de journalistes. La profession devenant ainsi les gardiens de la rigueur et des exigences déontologiques qu’implique l’exercice journalistique.”

        Ah quelle bonne blague…


        • Tranquille Emile Le 28 mars 2017 à 07h30
          Afficher/Masquer

          @raloul:
          cette proposition de loi ne s’intéresse pas tant au caractère mauvais d’une nouvelle qu’au caractère “mauvais” ET de mauvaise foi.
          Et la définition de ces mots (en particulier la mauvaise foi) figurant dans la proposition 407 me semble personnellement présenter toutes les garanties de liberté pour les blogueurs.

          Il sera ainsi par exemple très simple pour un juge de juger objectivement de l’ajout ou non par le blogueur (ou de celui qui tweet pourquoi pas) des mentions annexes de mise en garde mentionnées dans la proposition.

          Enfin, la phrase que vous relevez doit être à mon avis mise en perspective avec les sanctions plus grandes proposées à l’encontre de ces entreprises éditrices en cas de manquement. Et ce genre de phrase serait également (avis personnel) très probablement amendé dans l’éventuelle loi qui en découlerait. ce n’est que de la forme. (vis à vis du fond sur lequel porte la loi)


  33. R. Le 27 mars 2017 à 13h03
    Afficher/Masquer

    Il y a quelque chose que je ne comprends vraiment, vraiment pas. N’y a-t-il rien qu’ils puissent reprocher au FN sans devoir exposer encore et encore leur propre ignorance en matière d’arithmétique (je pense qu’à ce niveau on peut arrêter de parler de mathématiques)?
    Ou sont-ils persuadés à ce point de leur propre sagesse qu’ils sont incapables de se rendre compte de leur médiocrité, de leur ignorance?
    Si moi j’étais un oligarque complotant pour manipuler les résultats d’une élection, je ferais appel à des experts, pas à des billes, surtout que j’en aurais les moyens.
    Un tel niveau d’incompétence échappe à mon entendement.


  34. luc orient Le 27 mars 2017 à 13h23
    Afficher/Masquer

    c’est pas possible des guignols pareils . Le plus hallucinant c’est d’avoir affaire à des incultes qui sont en réalité de grands bigots, qui se font mousser à imaginer qu’ils possède la vérité vraie, comme les prêtres d’une religion, tout cela en se contredisant tous les deux mots.Dans leur épaisseur, ils ne semblent pas connaitre l’effet miroir, parce que les manipulateurs (maladroits), ce sont eux. Une telle mascarade fait peur en démocratie


    • Alfred Le 27 mars 2017 à 14h23
      Afficher/Masquer

      Reconnaissons leur au moins le talent d’être bêtes (et feignants). Ça nous facilite la vie non? À la manière de bhl il vont finir par orienter le lecteur sur la proposition inverse de celle qu’ils défendent tant leur parti pris commencé à être connu.
      Imaginez qu’ils aient seulement un peu de talent et vous mesurez que leur entreprise est quand même bien dangereuse et impossible à contrer.
      Voyez certains hagiographes de Macron en mission ici. Incontrôlables tant ils semblent avoir du temps disponible.


  35. hervé Le 27 mars 2017 à 13h48
    Afficher/Masquer

    “C’est une remarque juste en théorie (on peut manipuler facilement un graphique en ne partant pas de 0), mais c’est faux en l’espèce, car 55 est le niveau en 1974, donc vous avez bien toute la courbe sur une très longue période. Cela permet au contraire de mieux voir ce qui se passe…”
    1)
    Depuis les années 80 et le debut de ma lecture du monde, j’ai toujours pesté contre leur tendance à tronquer systématiquement leurs graphes pour les rendres plus expressifs.
    2) le zéro de ce graphe devrait, dans l’absolu, signifier soit 1974, soit le debut de l’ère industrielle !


  36. Bompas Le 27 mars 2017 à 14h39
    Afficher/Masquer

    Attention, la comparaison avec le Royaume-Uni est valide: si l’Euro est (en grande partie) la cause du problème, pourquoi les courbes UK et FR sont-elles si proches?

    Cela mériterait une série sur ce blog…

    De mon point de vue, l’Euro avantage bien plus l’Allemagne qu’il n’handicape la France. Un Frexit – s´il ne fait pas exploser l’Euro – ne changerait pas grand-chose au problème. Les français perdraient du pouvoir d’achat, mais l’industrie serait à peine plus compétitive.
    Si les Décodeurs étaient un peu intelligents, c’est l’argument qu’il faut avancer contre Marine Lepen.


    • Kiwixar Le 27 mars 2017 à 15h35
      Afficher/Masquer

      Pour commencer à creuser, j’ai trouvé les taux de change moyenne annuelle GBP/EUR =
      31 Dec 1999 1.518977
      31 Dec 2000 1.641533
      31 Dec 2001 1.608037
      31 Dec 2002 1.592554
      31 Dec 2003 1.443022
      31 Dec 2004 1.474036
      31 Dec 2005 1.461216
      31 Dec 2006 1.466612
      31 Dec 2007 1.461786
      31 Dec 2008 1.259467
      31 Dec 2009 1.12246
      31 Dec 2010 1.165737
      31 Dec 2011 1.15258
      31 Dec 2012 1.233263
      31 Dec 2013 1.177964
      31 Dec 2014 1.240494
      31 Dec 2015 1.377982
      31 Dec 2016 1.224833
      27 Mar 2017 1.16255
      (sur http://www.ofx.com)


  37. Dominique Morin Le 27 mars 2017 à 16h22
    Afficher/Masquer

    Bravo, net et sans bavures, comme toujours …

    Pour ma part, je ne suis plus abonné au Monde depuis longtemps, outré par leurs partis pris, mais je vais souvent sur leur site : je lis donc le tiers des articles (environ), et les réactions des lecteurs.

    Je connaissais déjà ce graphique avant que MLP ne s’en empare, car il circulait parmi les sympathisants de l’UPR, dont je fais partie.

    J’avais donc été outré par cet article des décodeurs : non, il n’y a pas de “manipulation graphique”, il n’y a que des faits, qui dérangent, visiblement ….

    Les réactions des lecteurs du Monde laissent pantois : la plupart y voient l’illustration de la duplicité de MLP.

    Tout ceci me rappelle les efforts faits par Frank Zappa pour essayer de contrer à une époque une proposition de loi du PMRC visant à censurer aux USA des chansons au contenu “explicite”.

    Regardez donc cette video, et admirez le calme de F Zappa :

    https://www.youtube.com/watch?v=hgAF8Vu8G0w


  38. kenetbarbie Le 27 mars 2017 à 18h01
    Afficher/Masquer

    Bravo, bravo pour ce boulot…
    Mais le rouleau compresseur Macron avance semble-t-il inexorablement. Ses partisans sont parfois farouches. Convaincus que Fillon payera sa dette à Sens Commun par force empalements…
    L’opinion est tendue mais on en vit d’autres du temps de Miterrand. Les chars russes étaient aux portes.
    Donc tout le monde veut Hollande bis, et d’abord le Monde. Pas trop dérangé par la loi El Khomri, la réforme des collèges ou la déchéance de nationalité. Du bon socialisme plein d’espoir.
    Et le dindon de la farce; Hamon, qui regarde passer les éléphants.
    Nous ne méritons pas autre chose vu la combativité des opposants.
    A part Berruyer, digne rejeton d’Astérix!
    Macrone, sine denta te salutant (de ma cuisine).


    • kenetbarbie Le 27 mars 2017 à 20h15
      Afficher/Masquer

      Sine dentibus semble-t-il. Ah et au fait il paraît que Melenchon a vu Trierweiler avant-hier…


  39. Toff de Aix Le 27 mars 2017 à 22h53
    Afficher/Masquer

    Rien à faire, ils ne voudront JAMAIS enlever leurs œillères. Un peu comme les pro EU actuels qui nous gouvernent : indécrottables, incapables et incompétents, ils préféreront nous emmener dans l’abîme (=cad favoriser jusqu’au bout, jusqu’à l’inévitable, ce qu’ils prétendent vouloir éviter soit l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir) plutôt que de reconnaître qu’ils se sont trompés. C’est ça le vrai visage du militantisme : quelque chose d’extremement borné et d’une incroyable mauvaise foi, regardant la réalité à travers son propre prisme déformant, et la tenant pour vraie jusqu’à la mort s’il le faut.


  40. Fulub Le 27 mars 2017 à 23h12
    Afficher/Masquer
  41. Charles Le 28 mars 2017 à 00h17
    Afficher/Masquer

    L’histoire du 55 et du zéro m’a fait bien rire. Ils seraient bien en peine avec des données relatives (et donc un indice) de nous montrer quand le “zéro” a eu lieu. Et dans tout ce fatras il manque les données les plus importantes: les chiffres réels, bruts des productions respectives.

    Par une recherche (trop) rapide je n’ai trouvé que les chiffres suivants pour une comparaison qui montre la force de chacun dans l’industrie:

    Allemagne : 8 millions de salariés.
    France : 3,1 millions de salariés.
    Source : Wikipédia.

    Bien, on peut tirer le rideau.


  42. Xavxav Le 29 mars 2017 à 17h37
    Afficher/Masquer

    Marrant, The Economist vient de publier un article sur l’Euro. Oublions le fond et regardons le graphique présenté sur l’évolution du PIB/Hab. –> C’est un graphique en base 100 en 1999 ! Et qui en plus est tronqué à partir de l’année 1999 (axe des abscisses) et au seuil 80 (axe des ordonnées) ! Mais que fait le Decodex ?!

    https://www.economist.com/news/special-report/21719194-they-disagree-over-how-members-agree-single-currency-needs-more-integration


Charte de modérations des commentaires