Pour les plus jeunes, voici une formation à la propagande de guerre, dont je rappelle les principes :

  1. Nous ne voulons pas la guerre.
  2. Le camp adverse est le seul responsable de la guerre.
  3. Le chef du camp adverse a le visage du diable (ou « l’affreux de service »).
  4. C’est une cause noble que nous défendons et non des intérêts particuliers.
  5. L’ennemi provoque sciemment des atrocités, et si nous commettons des bavures c’est involontairement.
  6. L’ennemi utilise des armes non autorisées.
  7. Nous subissons très peu de pertes, les pertes de l’ennemi sont énormes.
  8. Les artistes et intellectuels soutiennent notre cause.
  9. Notre cause a un caractère sacré.
  10. Ceux (et celles) qui mettent en doute notre propagande sont des traîtres.

Exercice avec Libération du 11 octobre 2016 :

Libération

Libération

Libération

Libération

(comme on parle de la Russie, on met une photo de Le Pen, normal)

Le GRAND classique : les TRAITRES :

Libération

Libération

(admirez le titre sur Fillon : “Pourquoi lorsque les Américains ont détruit l’Irak, tout le monde s’est tu ?” – grave erreur de propagande, un résistant a dû se glisser chez Libé….)

Et enfin : QUE FAIRE ?

Libération

Libération

Bonne idée, comme ça on pourra donc juger aussi tous ceux qui ont fait parvenir des armes aux djihadistes, et ceux qui les ont financés pour complicité (j’espère que Hollande a un bon avocat).

Libération

Libération

Donc il y a un droit de véto à l’ONU, mais quand la Russie l’utilise, c’est le maaaal. Bon, notez que la France a aussi utilisé son droit de véto à la résolution russe sur la Syrie, mais ça, les médias n’en ont pas parlé…

veto-1

veto-4

veto-2

veto-3

(rejeté = véto en l’espèce, car le véto n’est pas une procédure particulière, “un joker” à sortir : il se produit simplement de facto quand un membre permanent vote non, comme ici avec France, États-Unis et Royaume-Uni. Mais il est vrai qu’on l’emploie généralement plus quand le membre permanent qui vote non est minoritaire).

Mais bon, bonne idée de réforme, ça permettra de condamner enfin Israël, comme on aurait pu condamner la France pour la guerre d’Algérie…

Libé a d’autres “solutions”, sur des sujets d’importance proche comme l’idée 6 :

Libération

ou la 8 :

Libération

Enfin, vous l’attendiez, l’édito de Laurent Joffrin de ce numéro :

Crucial, par Laurent Joffrin

Faut-il se résigner à voir les considérations humaines les plus élémentaires – le droit des gens, la lutte contre les crimes de guerre, la proscription de certains armements – disparaître des relations internationales ?

Faut-il désormais, selon les préceptes de Machiavel, d’Henry Kissinger… ou de Vladimir Poutine, subordonner toute politique étrangère à la stricte défense de l’intérêt national ?

OB ; euhh, ça, c’est juste un principe élémentaire de Diplomatie qui n’a rien de Machiavélique…

C’est la question cruciale posée par la réaction internationale – ou l’absence de réaction – au comportement de la Russie, membre du Conseil de sécurité de l’ONU, dans le conflit syrien.

Le péché originel a sans doute été commis par Barack Obama. Après avoir tracé une ligne rouge – le non-emploi d’armes chimiques par le régime de Bachar al-Assad -, le président américain a brusquement reculé quand la France proposait de riposter par une intervention aérienne.

OB : car il a avoué qu’on lui a dit que les informations sur la culpabilité d’Assad n’étaient pas blindées… (Source : “les informations issues du renseignement sur l’usage du gaz sarin en Syrie, bien que solides, n’étaient pas « exemptes de tout doute » “Je suis très fier de ce moment”)

Ainsi, la parole des États-Unis et, partant, celle des grandes démocraties, était d’un seul coup dévaluée.

OB : “Soumission”

Vladimir Poutine en a profité pour se poser en médiateur dans le conflit. Depuis, il avance ses pions sans opposition notable, tout à la volonté de voir la Russie reconquérir la place éminente naguère occupée par l’URSS sur l’échiquier mondial.

Les bombardements extrêmes infligés aux quartiers rebelles de la ville d’Alep – où l’organisation Etat islamique est absente – sont en grande partie le résultat de ce renoncement.

  1. hein ?
  2. 370 morts (de trop, évidemment) en 2 semaines, on voit la violence fantastique… Ca fait 2 bombardements au Yémen quoi…
  3. comme d’habitude, on se garde malhonnêtement de dire qu’il y a là al-Qaïda et ses alliés…

Comme personne ne pense, à juste titre, enclencher la mécanique d’un conflit armé avec la Russie, il reste un choix cruel : ne rien dire ou bien parler en vain. A moins que… Entre la guerre et la reddition, il existe des moyens intermédiaires, symboliques, mais aussi douloureux pour l’orgueil russe. Des gestes diplomatiques, une mise à l’écart ostensible, ou encore la menace d’organiser le Mondial de football 2018 ailleurs que dans un pays dirigé par un criminel de guerre. Il est temps d’y réfléchir sérieusement.

OB : il fallait oser…

Laurent Joffrin, 11/10/2016

==============================================

Du coup, bonus : Libé expliquait le 28 septembre ce qu’était un crime de guerre :

“Les «infractions graves» aux Conventions de Genève d’août 1949 peuvent être considérées comme des crimes de guerre, «lorsqu’elles visent des personnes ou des biens protégés par les dispositions des Conventions», c’est-à-dire les civils, mais aussi les soldats (on ne peut torturer un soldat ennemi, par exemple). Ces infractions sont nombreuses : homicide intentionnel [OB : comme à Guantanomo] ; torture [OB : comme en Irak] , traitements inhumains et expériences biologiques [OB : comme en Irak] ; causer intentionnellement de grandes souffrances ou porter gravement atteinte à l’intégrité physique ou à la santé [OB : comme au Vietnam]; destruction et appropriation de biens, non justifiées par des nécessités militaires et exécutées sur une grande échelle de façon illicite et arbitraire ; priver intentionnellement un prisonnier de guerre ou tout autre personne protégée de son droit d’être jugé régulièrement et impartialement [OB : comme à Guantanamo] ; détention illégale ; prise d’otages ; déportation… [OB : comme après le 11 Septembre]

L’article 8 liste en outre d’autres raisons de qualifier un acte de crime de guerre. Il peut s’agir du fait «de diriger intentionnellement des attaques contre la population civile en tant que telle ou contre des civils qui ne participent pas directement part aux hostilités» [OB : comme au Vietnam], «d’attaquer ou de bombarder, par quelque moyen que ce soit, des villes, villages, habitations ou bâtiments qui ne sont pas défendus et qui ne sont pas des objectifs militaires» [OB : comme à Hiroshima], «de tuer ou de blesser un combattant qui, ayant déposé les armes ou n’ayant plus de moyens de se défendre, s’est rendu à discrétion» [OB : comme en Irak], «de diriger intentionnellement des attaques contre le personnel, les installations, le matériel, les unités ou les véhicules employés dans le cadre d’une mission d’aide humanitaire ou de maintien de la paix» [OB : comme en Afghanistan], «d’affamer délibérément des civils comme méthode de guerre, en les privant de biens indispensables à leur survie, y compris en empêchant intentionnellement l’envoi des secours» [OB : comme au Vietnam], «de soumettre des personnes d’une partie adverse tombées en son pouvoir à des mutilations ou à des expériences médicales ou scientifiques», ou encore «d’employer des gaz asphyxiants, toxiques ou similaires, ainsi que tous liquides, matières ou procédés analogues [OB : comme à Nagasaki]» (consulter la liste complète ici). On voit bien en quoi le cas syrien peut correspondre à cette notion.

==============================================

Non… L’armée syrienne oui, mais moi je ne vois pas ce que la Russie a fait pour mériter cette accusation d’une violence inouïe et les menaces de saisir la CPI !

cpi-2

Ils sont dingues ! Tout ça pour les forces au sol qui combattent Daech et les autres djihadistes ! Allez avoir des relations diplomatiques normales après…

carte-syrie

Rappel : le gouvernement syrien (rouge) ne combat effectivement pas Daech (en noir) en priorité, même s’il lui a repris Palmyre.
Pour une raison évidente sur la carte : les rouges sont attaqués par al-Qaïda and co (les verts) , et leur urgence stratégique est évidemment de les battre eux, vu qu’ils ont frontaliers…

Et le pire, c’est que, bien sûr, nous faisons pareil… Par chance, Poutine a de l’humour…

civils

civils-2

Bref, ceci montre bien, pour la 50e fois, le besoin impérieux de pouvoir poursuivre de tels propos.

Non pas devant la justice, bien sûr, mais au moins devant une autorité éthique du journalisme. Ce genre de torchon belliciste n’a pas à mériter le titre de “journal”, hautement subventionné.

================================================

Rappel : Article 20 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques de l’Onu de 1966 :

propagande-guerre-1

Toute propagande en faveur de la guerre est interdite par la loi.

avec cette réserve que la France s’est empressée de mettre:

propagande-guerre-2

“Adéquate” comment du coup ?

================================================

Il faut donc arriver à séparer ce qui relève :

  • de la presse d’information, réalisée par des journalistes avec charte éthique, qui doit donner clairement de l’information, ainsi que des opinions, non extrémistes et systématiquement nuancées par des opinions contraires ;
  • et des tracts de l’OTAN and co, de ce style, libres mais où ne peuvent travailler des journalistes avec carte de presse et qui ne peuvent recevoir des subventions…

Il va en effet falloir se demander très rapidement si notre espèce a envie de connaitre un XXIIe siècle ou pas…

84 réponses à Quand je lis Libération, j’ai envie d’envahir la Pologne…

Commentaires recommandés

antoniob Le 17 octobre 2016 à 03h52

ce qu’est devenu la France, càd. les apparatchiks de haut niveau qui font tourner le pays de manière opaque quels que soient les équipes au pouvoir sur le devant de la scène, les partis de gouvernement, et les patrons des 3/4 de la presse laisse sans voix.
Des criminels par association.
La génération ayant grandi sous la Guerre Froide a été bercé dans l’illusion que le Mal était de l’autre côté du Rideau et le Bien l’apanage des états ouest-européens.
Il s’avère que c’était simplement une illusion d’optique et que, comme à l’époque coloniale du 19è s., les “démocraties” sont tout aussi amorales et meurtrières.
L’attitude de Fabius et du clown Hollande relève des crimes de guerre et crimes contre l’humanité et ils ont violé presque chacune des règles internes de l’ONU elle-même.

  1. EchoGmt7 Le 17 octobre 2016 à 03h13
    Afficher/Masquer

    9. …
    10. …
    11. Seul l’ennemi utilise la propagande.
    12. Nous sommes les apôtres de la vérité.


    • JINSA Le 17 octobre 2016 à 14h08
      Afficher/Masquer

      13. ceux qui déjouent efficacement la propagande et proposent une vision plus cohérente des événements par un éclairage sur des intérêts occultés par les médias seront appelés “complotistes”


    • Jean Le 17 octobre 2016 à 20h51
      Afficher/Masquer

      14. “L’ennemi est bête : il croit que c’est nous l’ennemi alors que c’est lui !” Pierre Desproges


      • V_Parlier Le 17 octobre 2016 à 21h42
        Afficher/Masquer

        En quelque sorte, c’est la traduction simplifiée (et au moins drôle) de toute cette inversion accusatoire habituelle, du style de ce que j’ai entendu ce matin: “La Russie devient agressive pour masquer à sa population son déclin économique”. C’était le même invité furieux du “Monde” que l’autre fois, lorsqu’il avait appelé la Clinton a déclarer la guerre à la Russie. (Et cette fois j’ai été attentif au nom: Vincent Giret)

        PS: Voici “les-crises.fr” qui redeviennent comme autrefois, ça fait du bien!


        • Posta Le 18 octobre 2016 à 21h03
          Afficher/Masquer

          OUi, sur France Culture avec l’ineffable Brice Couturier en serre-file!!! Etant sur la route j’ai pris mon courage à 2 mains pour écouter cette émission ignoble, avec intervention de la soi-disant spécialiste (Vassier?) de la Russie…Incroyable de bêtise!


  2. christian gedeon Le 17 octobre 2016 à 03h37
    Afficher/Masquer

    Mdr! Mais faut pas s’énerver comme çà!La commission des droits de l’homme de l’onu est prête à agir!(sous présidence saoudienne) Mais très franchement,je crois que Poutine,çà lui en touche une,çà ne fait pas bouger l’autre,en quelque sorte.


    • silk Le 17 octobre 2016 à 08h53
      Afficher/Masquer

      C’est ce qu’on appelle un conditionnement pour préparer une guerre qui deviendrait légitime.
      Et beaucoup plus de monde lit Libé que les-crises.
      Sachant que les gens n’ont pas le temps de s’informer après le travail, les médias mainstream ont beaucoup plus d’influence sur la population que les sites alternatifs cherchant de l’information.


  3. antoniob Le 17 octobre 2016 à 03h52
    Afficher/Masquer

    ce qu’est devenu la France, càd. les apparatchiks de haut niveau qui font tourner le pays de manière opaque quels que soient les équipes au pouvoir sur le devant de la scène, les partis de gouvernement, et les patrons des 3/4 de la presse laisse sans voix.
    Des criminels par association.
    La génération ayant grandi sous la Guerre Froide a été bercé dans l’illusion que le Mal était de l’autre côté du Rideau et le Bien l’apanage des états ouest-européens.
    Il s’avère que c’était simplement une illusion d’optique et que, comme à l’époque coloniale du 19è s., les “démocraties” sont tout aussi amorales et meurtrières.
    L’attitude de Fabius et du clown Hollande relève des crimes de guerre et crimes contre l’humanité et ils ont violé presque chacune des règles internes de l’ONU elle-même.


    • Viriato Le 17 octobre 2016 à 23h10
      Afficher/Masquer

      Pour aller dans ton sens, je préciserai ceci : lorsque le rideau de fer est tombé nous avons réalisé que tout ce que nous savions sur l’URSS était vrai (organisation, défense, faiblesses) mais également que tout ce que l’URSS disait sur l’impérialisme américain l’était aussi. Tout ceci a été écrit et répété par de très nombreux observateurs, y compris gouvernementaux. Si nos dirigeants nous ont embarqué dans cette voie peu glorieuse, ce n’est pas par méconnaissance de la situation.


  4. Kiwixar Le 17 octobre 2016 à 06h27
    Afficher/Masquer

    A propos des risques de guerre OTAN x Russie, je lis des avis contradictoires entre “on va tous mourir” et “c’est du bluff”. Loin d’être un expert militaire, j’ai quand même l’impression :

    1) que si les US n’auront bientôt plus du tout la supériorité aérienne (F-35, systèmes russes S300/400/500) et que leurs porte-avions sont au fond en 48h, ils sont peut-être à la lisière de faire “pat” : si il faut tenter le coup, c’est maintenant, parce que dans 5 ou 10 ans ce sera trop tard pour contester un îlot aux Chinois ou empêcher les Européens d’acheter du gaz russe

    2) idem au niveau de la prise de conscience des populations occidentales, il y a un bon pourcentage d’ “éveillés” et de “douteurs”, mais il reste encore un bon paquet de zombis à qui on peut faire croire que (au hasard) “l’effondrement des banques occidentales, c’est la faute à Poutine”… si l’oligarchie veut maintenir son pouvoir, il ne faut pas trop qu’elle tarde pour envoyer les gueux au front

    3) idem pour le réchauffement climatique et le pétrole par tête et l’American Way of Life : pour préserver son petit confort de “1%”, il ne devraient pas trop tarder à réduire le nombre de têtes

    4) les dirigeants des pays de l’Otan sont parfaitement bien vassalisés (achetés ou compromis)

    C’est une fenêtre d’opportunité pour lancer une guerre.


    • Georges Clounaud Le 17 octobre 2016 à 08h31
      Afficher/Masquer

      Tout à fait d’accord avec vous. je me permets de rajouter deux autres motifs :
      5) La dédollarisation entamée à marche forcée par la Russie et la Chine qui s’attaquent ainsi au pilier de la domination de l’empire et la constitution d’une vaste zone échange économique eurasienne. Il faut donc détruire toute tentative d’édification d’un monde multipolaire car pour les néo-gros-cons, après avoir “gagné” la guerre froide, nulle puissance ne peut porter ombrage à la domination et à l’exceptionnalisme US.
      6) La prochaine faillite du système économique néo-libéral sous perfusion depuis le coup fatal reçu en 2008. Une guerre “provoquée” par la Russie nous détournerait de ce processus inéluctable.


    • bluetonga Le 17 octobre 2016 à 08h35
      Afficher/Masquer

      Kerry vient d’annoncer que le POTUS Obama “n’exclut aucune possibilité”, y compris militaire, mais qu’il est de leur devoir “d’épuiser toutes les solutions diplomatiques”. L’impression est que Washington préfère talk the talk plutôt que walk the walk. Ils continuent de rouler des mécaniques mais ne se lancent pas dans l’arène.

      En ce qui concerne l’imminence d’une guerre, Alexander Vazuraev fait remarquer que les occidentaux n’ont encore amorcé aucun mouvement pour protéger leurs avoirs et que “les marchés” sont toujours sereins. On trouvera sans doute là le réel baromètre de la situation.

      http://russia-insider.com/en/politics/war-wont-happen-while-stock-markets-are-quiet/ri16950


      • Philou Le 17 octobre 2016 à 18h42
        Afficher/Masquer

        Oui, comme disait Churchill, qui n’était pourtant pas exactement un dégonflé : “jaw-jaw is better than war-war”…


    • Nasir Le 17 octobre 2016 à 17h39
      Afficher/Masquer

      Je vous rejoins sur cette histoire de fenêtre d’opportunité, il est certain que cette possibilité est envisagée par quelque militaires dans chaque camp, cependant n’oublions pas que dans tous les cas ce calcul est perdant pour tout le monde entre puissances nucléaires. Aucun think tank stratégique ou groupe d’expert au sein des armées ne pourrait raisonnablement baser un plan là dessus, et aucun dirigeant politique, si corrompu soit-il, ne pourrait l’avaliser. Les mécanismes de contrôle sont encore assez puissant pour déjouer à l’avance toute planification d’attaque nucléaire dans chaque camp.

      Non, je crois que le seul endroit où il y a un vrai risque, en période de forte tension comme aujourd’hui, c’est l’accident ou l’accrochage, délibéré ou non, qui jetterait tout le monde devant le fait accompli et mettrait en marche le bombardement général. Ce blog a d’ailleurs posté des témoignages très intéressants sur ce thème, montrant par exemple que lors de la crise de Cuba de 1962 le plus grand danger d’affrontement ne venait pas d’en-haut, mais des forces en présence sur le terrain, jamais à l’abri de militaires jusqu’au-boutistes ou endoctrinés cherchant à forcer des évènements qui n’arrivent pas, et empêchés d’agir pour certains seulement à la dernière seconde.


    • Rémi Le 17 octobre 2016 à 18h56
      Afficher/Masquer

      En fait l’OTAn a de beau restes. Mais comme notre industrie est à la ramasse en cas de guerre longue et dure il faudrait commencer par reconstruire les usines.
      Une guerre courte serait éventuellement gagnable sur le papier, mais l’OTAN est avant tout une puissance maritime. C’est à dire une adepte des guerre longue ou l’éconmie s’impose.
      Pas vraiment la configuration qui s’engage.
      Les russes ont beaucoup souffert de la fin de l’URSS et commencent à peine à renouveller leur matériel.
      Bref effectivement la fenêtre d’opportunité se termine.


      • Claudius Le 17 octobre 2016 à 21h50
        Afficher/Masquer

        Pourquoi une guerre longue et dure,obligatoirement une guerre avec la Russie mettrais
        les armes nucléaires tactiques en œuvre et de fil en aiguille les armes stratégiques avec comme conclusion fin de civilisation du moins dans l’hémisphère Nord .
        quand je visualise les effets de la bombinette d’ Hiroshima je me dis que les personnes
        qui activent la russophobie au point de vouloir leur faire la guerre sont des gens à trainer
        devant le peuple pour rendre compte de leur folie et leur passer la camisole sans délai.
        Je signale et répète a envie un seul sous marin type Severodinsk 16 missiles mirvé avec 10 têtes nucléaires a guidage indépendant de 300Kt ce qui fait 48 megatonnes annilerais à lui seul deux Europes si elles existaient il ne faut pas jouer au con avec un risque de cette envergure pour info Hiroschima 15Kt à ce niveau de risque un pétard.


    • aleksandar Le 17 octobre 2016 à 23h43
      Afficher/Masquer

      Il n’y a pas de fenêtre d’opportunité.
      Les USA ont perdu ce qui faisait leur force le “full spectrum dominance” aérien.
      Sans cette domination aérienne, aucune progression sure des troupes au sol n’est possible sans pertes énormes. Au niveau terrestre, l’armée russe reste très puissante, aucune coalition de force présente aujourd’hui sur le théâtre européen n’est capable de battre l’armée russe, aucun char de l’OTAN n’est capable par exemple de résister au T90 modernisé. Les russes menerait un combat dans la profondeur, sur leur territoire, dans ce cas le rapport de force est favorable au défenseur, un rapport de 2/1 est nécessaire au profit de l’OTAN. Pour obtenir un tel rapport de force une préparation et un transport de troupe des USA vers l’Europe nécessiterait au moins 1 an. C’est ce qu’il a fallu pour envahir l’Irak avec un corps expéditionnaire bien plus petit.
      Dernier point et non des moindres, malgré la technologie, la guerre n’est pas un jeu vidéo, il faut des soldats. La Russie peut mobiliser 2 millions d’hommes. Ou l’OTAN va elle trouver 2 millions de soldats ? Les Russes n’étant pas lobotomisés comme nous, se battront jusqu’au dernier, 23 millions de morts entre 1941 et 1945 , ils n’ont rien oublié.
      Non, désolé, il n’y a pas de fenêtre d’opportunité en guerre conventionnelle.


      • aleksandar Le 18 octobre 2016 à 00h00
        Afficher/Masquer

        Mon post fait un peu ” fouillis ” et j’en suis désolé, mais globalement la balance de force est déjà défavorable à l’OTAN en termes stratégiques et tactiques.
        Le ” jeu ” amusant des think tank americains concernant la guerre conventionnelle consiste a mettre face a face les forces globales des uns et des autres et a déclarer l’OTAN vainqueur..
        C’est une vision absolument non militaire parce qu’elle néglige deux aspects du combat qui sont contraignants : les délais et le terrain.


    • david Le 19 octobre 2016 à 15h12
      Afficher/Masquer

      Le soucis principale que je vois à un éventuel conflit : la capacité à mourir des dites population. On constate effectivement que le nombre de douteur est sommes toutes faible et que, en cas de guerre, ils seront tous simplement réduit au silence. Les gens que je croise qui crois la propagande je leur pose souvent cette simple question: êtes vous prêt à mourir dans les plaine de Russie? La réponse est systématiquement non. Il faut voir aussi au niveau des engagés (police, gendarmerie, armée) et au vu des derniers évènements (manifestation de force de l’ordre sur les champs Elysée) je doute qu’il y ai beaucoup de volontaire aussi. Le temps des grandes boucherie de 14 est révolus et pour gagner une guerre, surtout contre la Russie, il va falloir beaucoup de chair à canon (se que nous n’avons plus).


  5. pascalcs Le 17 octobre 2016 à 06h58
    Afficher/Masquer

    La France comme bien d’autres pays n’a qu’un gouvernement de porte-paroles. La gouvernance et son exercice sont diffusés dans ce que l’on nomme l’Etat Profond et qui est un agrégat de diverses personnalités ou organisations souvent très peu connues et peu visibles du grand public.
    Dans ce cadre, le contrôle et le téléguidage de la presse et des médias porteurs est entièrement aux mains de cet Etat profond et de ses réseaux qui veillent.
    Les Fabius, les Hollandes ne décident plus de rien, ils suivent les consignes du plus fort et rabâchent les ondes avec leur évangile tout en préparant leur prochaine élection aux postes de porte-paroles tout en priant pour que l’électeur ne se rende pas compte qu’il est, ni plus ni moins, victime du syndrome de Stockholm en allant aux urnes.


    • V_Parlier Le 17 octobre 2016 à 21h54
      Afficher/Masquer

      Je me demande s’ils sont tant forcés que ça, au point de n’avoir aucun choix. Je me dis que leur motivation apparente (montrée certes sans aucun talent ni compétence) à propager la haine pro-guerre témoigne tout de même d’une adhésion. C’est tout leur orgueil d’énarques au-dessus des gueux qui est en jeu, en plus de la mission: Aller se battre contre des pays trop “réacs” (dans tous les sens définis par la gauche-caviar) pour montrer qu’on ne recule pas, qu’on est un dur de la démocratie. Je suis sûr qu’ils fantasment là-dessus.

      On peut le remarquer aussi en voyant que du côté “LR” ils la jouent plus fine (bien qu’étant tout aussi euro-atlantistes et peu scrupuleux). On ne les entend plus crier haro sur la Russie, alors qu’au PS ça repart de plus belle!


  6. Logic Le 17 octobre 2016 à 07h03
    Afficher/Masquer

    Variation sur le même thème :

    Principes :
    1 La démocratie est le seul système politique garantissant les droits humain lesquelles sont les valeurs universelles.
    2 Etant leur créateur, nous, l’occident, sommes seuls en mesure de les reconnaître.
    3 (1) étant la fin ultime de la civilisation, tous les moyens sont bons pour y parvenir.
    4 En raison de (1) et de (2) nous avons un droit et un devoir universel d’ingérence.

    Application :
    5 Si un pays ne respectent pas (1) nous devons en informer notre population et le monde entier.
    6 Pour ce faire, et en raison de (3), nous pourrons utiliser propagande et désinformation.
    7 Etape suivante : fomenter des troubles contre le dirigeant ou le gouvernement criminel.
    8 Pour ce faire, et en raison de (3), nous utiliserons manipulation et false-flag.
    9 Une fois la guerre civile enclenchée nous serons justifier à intervenir pour y mettre un terme.
    10 Nous mettrons alors en place des dirigeants reconnaissants (qui nous ferons profiter des ressources énergétiques du pays).

    Les plus cyniques se se préoccupent que du point 10. L’erreur des naïfs consiste à croire que (2) est justifié et à ne pas voir que (3) va à l’encontre de (1).


  7. Well Le 17 octobre 2016 à 07h23
    Afficher/Masquer

    je me bornerais à un seul ajout, dont je suis totalement certain : pour tous ces gens là, Poutine n’est qu’un prétexte (et un bon) pour justifier leur haine de la Russie. Sans Poutine, ils trouveraient à coup sûr une autre raison, car leur haine remonte à plus de 100 ans. Car leur haine est d’origine familiale, ou de famille politique, ce qui revient au même, et se transmet de père en fils. D’ailleurs, ils ne se sont pas précipités pour se rapprocher de la Russie à la chute de l’URSS.

    Je l’ai constaté il y a plus de 50 ans, en voyant la moue de petits bourgeois, à la seule évocation que la Russie avait gagné la guerre. C’est à se demander s’ils n’ont pas souhaité celle de l’Allemagne.


    • Well Le 17 octobre 2016 à 07h40
      Afficher/Masquer

      MDR ! Je viens de lire l’encadré 8 d’Aude Massiot : en cas d’intervention contre leurs positions, les Russes répliqueront immédiatement !

      C’est vraiment des méchants, ou ils n’ont vraiment aucun savoir vivre.
      Et cette péronnelle ne se rend même pas compte de l’énormité qu’elle écrit.

      PS : J’espère que le successeur de Poutine aura son envergure. Je ne vois pas trop Medvedev


    • Linder Le 17 octobre 2016 à 07h57
      Afficher/Masquer

      Il n’y a qu’à voir les vidéo d’Henri Guillemin sur Pétain pour comprendre qu’ils sont peu nombreux, en France, à avoir compris qu’entre Staline et Hitler, il fallait choisir Staline. Louis Bartoux l’avait compris dès 1933, d’autres n’ont jamais voulu le comprendre.


      • rey Le 19 octobre 2016 à 10h19
        Afficher/Masquer

        Point de vue excellent mais à préciser : ceux qui ont choisi Hitler ne se sont pas trompé, ils ont fait le choix le plus conforme à leurs intérêts de classe et, dans leur immense majorité, se sont reconvertis aisément sous la houlette de l’ impérialisme étatsunien. Point de détail : Louis Barthou, homme de droite qui semblait faire passer l’ intérêt national avant celui de sa classe, est mort des blessures reçues lors de l’ attentat d’ octobre 1934 contre le roi de Yougoslavie. Selon l’ historienne Annie Lacroix-Riz, cet attentat était un de ceux commandités à l’ époque par le pouvoir nazi (j’ ai la flemme d’ aller vérifier mes références , mais je tiens icelles à la disposition de ceux que cela intéresse).


    • Vinipoukh Le 17 octobre 2016 à 08h37
      Afficher/Masquer

      Tout a fait d’accord Weill ! Ce sentiment de méfiance et de dedein envers la Russie, malgré les FAITS, n’a d’égal que la confiance aveugle que nous avons dans la parole des USA qui ont effrontément menti devant le CS de l’ONU, entre autres (et beaucoup d’autres !).


      • Well Le 17 octobre 2016 à 09h59
        Afficher/Masquer

        @Vinipoukh : D’ailleurs, il suffit de se rendre compte (c’est pas facile) que la Russie subit un boycott culturel depuis des décennies, pour en faire un pays méconnu, donc inquiétant. Et c’est cocasse de voir que ce sont les mêmes qui prônent d’appendre à connaître l’autre pour ne pas en avoir peur (si vous voyez de quoi je veux parler).

        On a eu juste droit sur Arte aux 200 ans du Bolchoï, et aux 100 ans du Sacre du printemps. Et combien de propagande à la gloire de l’occident pendant ce temps ?

        C’est donc pire que dans les années cinquante, où passaient au cinéma des films russes, comme le « destin d’un homme », ou « quand passent les cigognes »….

        un russophobe ailleurs à qui je demandais de me citer un film russe qu’il aurait vu en France, m’a répondu : il n’y en a pas, parce que c’est de la merde.


        • Kikool_ch Le 17 octobre 2016 à 13h11
          Afficher/Masquer

          Ca me semble tout à fait vrai malheureusement.

          Un voyage à Moscou et St Pet. (pourtant il y a presque 15 ans) m’a fait découvrir une partie de la Russie totalement différente de l’image que j’en avais.


        • Krokodilo Le 17 octobre 2016 à 15h36
          Afficher/Masquer

          Très juste, et pourtant la Russie et l’ex-URSS étaient très francophiles : des acteurs comme De Funès et Pierre Richard y étaient et y sont encore très connus. Ce pays est bien plus européen qu’on le croit, tandis qu’à écouter France-info et d’autres, nous sommes quasiment Américains ! Dans mon village y a d’ailleurs depuis peu une fête country chaque année…


        • Perekop Le 18 octobre 2016 à 17h57
          Afficher/Masquer

          Cela dure depuis beaucoup plus longtemps qu’un siècle, messieurs… vous devriez lire, ou relire, la somme consacrée au thème de la russophobie à travers les âges (depuis mille ans !) par le journaliste suisse Guy Mettan (“Russie-Occident, une guerre de mille ans”, éd. des Syrtes) paru l’an dernier.


    • Homère d'Allore Le 17 octobre 2016 à 08h41
      Afficher/Masquer

      Bien sûr que les classes dirigeantes françaises souhaitaient la victoire de l’Allemagne !

      https://m.youtube.com/watch?v=sHAwGQoAN3A


    • Vinipoukh Le 17 octobre 2016 à 08h41
      Afficher/Masquer

      Tout a fait d’accord Well. Ce sentiment de méfiance et de dedein envers la Russie, malgré les FAITS, n’a d’égal que la confiance aveugle que nous avons dans la parole des USA qui ont effrontément menti devant le CS de l’ONU, entre autres (et beaucoup d’autres !).


  8. Duracuir Le 17 octobre 2016 à 07h33
    Afficher/Masquer

    Et le plus insupportable c’est que c’est comme ça sur toutes les télés, toutes les radios, tous les journaux.
    L’AFP et Radio-France étant les organes les plus infestés de propagandistes néocons et hyper atlantistes.

    Mais ce qui m’insupporte le plus, c’est mon peuple d’abrutis. Car ces mensonges, ce n’est pas d”hier.
    On a vu la presse à l’oeuvre d’une manière grossière et grotesque pour le Kosovo. Et chacun a pu voir après, l’étendue de l’énormité des mensonges.
    Puis on l’a vu à l’oeuvre pour nous vendre des ADM en Irak avant de retourner sa veste.
    Puis on l’a vu à l’oeuvre pour la Libye
    Pour tout ça, chacun a pu voir les mensonges et la méthode qui est toujours la même.
    Et bien non, je suis entouré, submergé d’abrutis, de débiles, de veaux et de porcs qui me disent que Poutine ” a l’adn d’Hitler” et quand je leur demande en quoi, incapables de me donner un seul argument.
    Comme ces [Modéré] sont aussi ignorants, et que je leur demande comment un pays pourrait-il concevoir d’agresser une alliance 10 fois plus peuplés, 20 fois plus puissante et 40 fois plus riche, on me répond: “il est fou”.
    Nous sommes devenus des porcs, des moutons et des veaux.


    • Philou Le 17 octobre 2016 à 18h52
      Afficher/Masquer

      Parfois, des moutons enragés se révèlent ou se réveillent… (cf. le site éponyme écolo-rétro-stratégo)… à la longue, mais oui, il nous en faut beaucoup, c’est vrai…


    • Vlois Le 17 octobre 2016 à 21h24
      Afficher/Masquer

      “Une réaction s’est amorcée. La minorité a découvert qu’elle pouvait influencer la majorité dans le sens de ses intérêts. Il est possible de modeler l’opinion des masses pour les convaincre d’engager leur force nouvellement acquise dans la direction voulue. Étant donné la structure actuelle de la société, cette pratique est inévitabl.”

      E.L. Bernays Propaganda 1928


  9. Quéniart Le 17 octobre 2016 à 07h51
    Afficher/Masquer

    le toutou d’hollande veut jouer au guerrier j’ai 1 idée pour lui pourquoi ne va t-il pas sur le terrain lui-même,lui l’inutile aussi idiot que son cousin sarkozy,c’est quoi ces reformes qui veulent jouer aux hommes qu’ils ne sont pas


  10. Vassili Arkhipov Le 17 octobre 2016 à 08h12
    Afficher/Masquer

    Ce qui est à la fois intéressant et inquiétant avec nos médias, c’est leur versatilité et la facilité avec laquelle ils louvoient entre une version et une autre. Rappelez vous, il y a quelques mois après les attentats même les grands médias commençaient à dire que la rebellion modérée et laïque n’existait plus. Aujourd’hui, on resserre les vis, et les rebelles sont redevenus des combattants de la liberté. Ca ne leur pose aucun problème de cohérence, ni à eux ni à leurs lecteurs. Une telle impunité dans le mensonge est à peine croyable, il doit bien y avoir des gens qui s’en rendent compte, mais combien?
    C’est rageant de voir ces gens changer de version selon les opportunités du moment et de les voir s’en tirer aussi facilement.


  11. bluetonga Le 17 octobre 2016 à 08h26
    Afficher/Masquer

    MMMhh la russophobie des donneurs de leçons occidentaux… Quelques intéressantes remarques de Jacques Von Polier, un designer français installé en Russie, critiquant la critique russophobe :

    https://www.youtube.com/watch?v=5WB40Q3MCe0

    Sinon, c’est clair, lire le Monde ou Libération limite la longévité des neurones (et la longévité tout court s’il s’agit d’inciter à la troisième guerre mondiale).


  12. Fabrice Le 17 octobre 2016 à 09h13
    Afficher/Masquer

    Quand on voit le nombre de vente de libération : 76 926 et la fréquentation de votre site Olivier, cela signifie que libération est plus lu aujourd’hui (enfin un passage), par des gens qui savent de quoi il en retourne sur ce journal.

    Ceux qui continuent à lire ce journal (ainsi que d’autres) sont des personnes déjà convaincue dans leur russophobie ou tout du moins atlantisme (moins un vu que vous le lisez).

    Franchement cela serait inquiétant si il progressait en vente mais là personnellement je trouve cela rassurant et que le noyau dur à part peut être ceux qui l’achètent par habitude ou par nostalgie, ne risquent pas de changer d’avis.


    • lvzor Le 17 octobre 2016 à 11h55
      Afficher/Masquer

      Si on déduit les services de presse des administrations nationales et locales et des entreprises, + les élus de toute sorte, il ne devrait pas rester grand chose. Je pense que la majorité des particuliers lit leurs articles sur internet.


  13. Jean Le 17 octobre 2016 à 09h17
    Afficher/Masquer

    Alep : “où l’organisation Etat islamique est absente”

    Il y a une présence de Daesh dans les quartiers Est d’Alep. Pas importante mais elle existe. Une centaine d’homme selon la rumeur.

    Sur ce reportage de RT de la semaine dernière sur la ligne de front, on voit des drapeaux d’al-Nusra et un drapeau de Daesh à 0:35.

    https://www.youtube.com/watch?v=ZxHhw4Hqicg


  14. Ardéchoix Le 17 octobre 2016 à 09h50
    Afficher/Masquer

    Et pendant ce temps là sur France Info , vivez en direct la bataille de Mossoul, mais c’est quoi ce bordel, y a pas de civil à Mossoul ?
    Et pour les merdias qui veulent guerroyer en Russie, je vous suggère un nom pour cette opération ” Barbarossa” (retour prévu dans les salles de rédactions 2019, si tout ce passe bien)


  15. Xfiles72 Le 17 octobre 2016 à 10h40
    Afficher/Masquer

    Il y a depuis quelques semaines une recrudescence de REdiffusions de reportages qui dénigrent la Russie, on a eu entre autre:
    -“Russie, au cœur du goulag moderne” sur LCP
    -“Russie : dictature ou démocratie ?” sur LCP
    -Un reportage sur “l’enfer” carcéral Russe sur RMC

    La machine est en marche!


    • simaqian Le 17 octobre 2016 à 11h12
      Afficher/Masquer

      d’autant que les russes ont créer les colonies pénitenciaires qui sont destinés au crimes mineur (vol, alcoolisme) où les prisonniers sont libre de se balader surveiller par des gardiens non armée et où ils gardent leur argent et leur dignité. Il veut qu’on parle des prisons française?


  16. Boris Le 17 octobre 2016 à 10h40
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    En paralléle de Libération, vous avez l’émission 28 minutes sur Arte tous les soirs à partir de 20h.

    Lorsque le sujet du jour concerne les relations étrangères et plus particulièrement celles avec la Russie, le spectacle devient édifiant. Vous avez le droit à chaque fois à vos deux minutes de la haine. Le dernier en date en est un beau specimen… Parfois un invité essaie de contre-balancer le discours, mais ce n’est pas systématique :
    https://youtu.be/pTA3_33Qnj4?t=12m40s

    Heureusement la commission européenne veille et nous prépare une résolution pour nous protéger de la propagande russe…
    http://www.europarl.europa.eu/news/en/news-room/20161010IPR46530/be-aware-of-russian-and-isis-propaganda-warn-foreign-affairs-meps

    Ca en devient vraiment inquiétant…


    • Catalina Le 17 octobre 2016 à 11h22
      Afficher/Masquer

      Fonctionnement institutionnel de l’UE: Analyse juridique et politique. Par Valérie Bugault

      https://www.youtube.com/watch?v=H8qpT9DASUY


    • Krokodilo Le 17 octobre 2016 à 15h30
      Afficher/Masquer

      Les nouvelles les plus banales servent maintenant à faire du “Poutine-bashing” : avant-hier sur I-télé, un bandeau passant en boucle disait que la Russie venait d’inaugurer un monument en hommage à Ivan le terrible, premier tsar controversé. On mesure l’importance de l’info ! Un peu comme si la Russie signalait que la France venait d’inaugurer une (énième) statue de Napoléon, autocrate constesté par de nombreux pays européens me semble-t’il !
      On trouve d’ailleurs l’info aussi dans L’Express, la Libre Belgique, The Guardian et d’autres, à croire qu’ils se passent le mot (merci les agences de presse)
      Dans cette phrase de L’Express, il suffit de remplacer Ivan le Terrible par Napoléon, ça colle pas mal aussi:
      “(…) laissant le souvenir d’un despote sanglant. Aujourd’hui, certains responsables (russes/français) préfèrent se souvenir d'(…) comme d’un chef d’Etat respecté et puissant.” !
      http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/ivan-le-terrible-revient-a-la-mode-en-russie_1841128.html
      Enfin, du moment que ça permet de taper sur la bête (immonde)


  17. Naz Le 17 octobre 2016 à 10h42
    Afficher/Masquer

    Il serait intéressant de retrouver quelques articles sur la Russie à l’époque de Eltsine, car à ce moment de son Histoire, lui trouvant le ventre mou, je crois me souvenir que la haine était moins grande!


    • Bruno Le 17 octobre 2016 à 14h31
      Afficher/Masquer

      En effet, à cette époque, la Russie était réduite à l’état de serpillère et elle faisait bien rire tout le monde.

      Et puis il y a eu un sursaut et Poutine.


  18. Dahool Le 17 octobre 2016 à 10h59
    Afficher/Masquer

    Bonjour

    Libé ne défend pas les intérêts de la France et encore moins de son peuple. Il est facile de reconnaître qui roule pour qui.

    Il ne faut pas se tromper, les médias ne sont pas de gauche ou pro pouvoir en place, ils sont pro US, pro empire.

    Pareil pour les politiques, je suis sûr que Juppé sera président. C’est l’élu ! C’est Clinton ! Macron vient de le soutenir, les sondages sont largement favorables, les médias itou…

    D’ailleurs, on peut citer les pro US : PS, verts, PC (?) et… Macron et Juppé, les médias, l’Europe. Et les un peu moins pro US : FDG, Sarko, Fillon et… Poisson, je pense que LR sont partagés, FN et divers souverainistes. J’imagine que Sarko sait qu’il a perdu, il n’est pas soutenu par son maître d’antan.

    Je reste persuadé que c’est l’international qui décide pour la France. Les faits sont là.


    • Fabrice Le 17 octobre 2016 à 13h40
      Afficher/Masquer

      Sarkozy qui a dit que grâce à lui quand un américain viendrait en France il ne verrait plus la différence, qui faisait la promotion des subprimes à la française(https://youtu.be/LDyfW0Rzs8c) , qui a fait plaisir aux USA (en plus d’intérêt plus personnel) en déclenchant l’intervention en Lybie passant outre le vote de l’ONU ? Quand à Fillon voyons il a été premier ministre de quand à quand…

      On peut avoir je suppose la liste des young leader :

      https://www.facebook.com/notes/jacques-pollet/liste-compl%C3%A8te-des-young-leaders-fran%C3%A7ais/618351294853602/

      mais qui n’est qu’un petit pourcentage qui explique un peu ce qui se passe (étonnant la liste n’est plus accessible je crois sur le site de la french-american fondation.


      • Dahool Le 17 octobre 2016 à 19h04
        Afficher/Masquer

        Actuellement, il défend la position russe, pour ce qui concerne la Syrie et l’Ukraine.


    • V_Parlier Le 17 octobre 2016 à 13h44
      Afficher/Masquer

      “Je reste persuadé que c’est l’international qui décide pour la France. Les faits sont là.”
      Autant je me suis aussi déjà dit cela, autant nos déchainés politico-médiatiques sont pathologiques au point que je m’interroge parfois sur la possibilité que l’élève ait dépassé le maître qui ne lui en demandait pas tant. Aujourd’hui ils mentent et propagent la haine parce-qu’ils adhèrent pleinement. Il n’y a même plus besoin de les pousser! (Ca inclut nos gouvernants, pas que les journalistes)


  19. simaqian Le 17 octobre 2016 à 11h05
    Afficher/Masquer

    Le plus affligeant dans tout cela, c’est le culot dont on fait preuve, on est réellement imbus de nous même, nous qui avons autant si ce n’est plus les mains couvert de sang que ceux qu’on accuse. Et puis y a toujours cette drôle conception de la démocratie, à quoi cela sert d’avoir un organisme international qui au 3/4 travaille que pour un seul des partie en présence, dans lesquel les deux autre partie sont constamment discrédité car ils ne sont pas d’accord. Si on doit faire sauter la Russie et la Chine de l’ONU, je ne vois plus l’intérêt de voter, puisque les 3 autre pensent pareil, et qu’aucun autre pays n’a son mot à dire. Mais qu’ils le fassent, on finira par se rendre compte à quel point cet organisme n’a rien d’international. Le principe de ce genre d’organisation c’est de concilier toutes les volonté, hors malgré les bonne volonté Sino Russe sur bien des question, l’occident souhaite toujours imposer sa seule volonté.

    Soit on est d’accord soit on ne vote pas, ouais, ,c’est beau la démocratie occidentale.


  20. ChristineG Le 17 octobre 2016 à 11h12
    Afficher/Masquer

    Merci pour cette vidéo très intéressante. Entre autres, elle nous rappelle que Libé appartient maintenant à Rothschild, donc d’une manière, tout s’explique … J’avoue qu’étant expat depuis longtemps je suis vraiment choquée par la tournure qu’a pris Libé.


    • Tonton Poupou Le 17 octobre 2016 à 11h35
      Afficher/Masquer

      Cela fait très longtemps que cette feuille a “tourné” ! D’ailleurs la date limite de consommation est dépassée depuis tout ce temps. Le produit est fortement indigeste et vous risquez une grave intoxication.


      • lvzor Le 17 octobre 2016 à 12h07
        Afficher/Masquer

        Journal fondé pendant la révolution culturelle avec l’appui du parti communiste chinois, passe intégriste atlantiste en 1984, néo-con par la suite… Pas de virage à proprement parler, juste un parcours classique (Barroso) et sans surprise. Ce journal n’a jamais changé son orientation : en fait il représente la forme moderne du pétainisme, la soumission servile à ce qui semble fort.


  21. Amélie Le 17 octobre 2016 à 11h33
    Afficher/Masquer

    Pourquoi pas une pétition contre la propagande des médias français possédés par des milliardaires, entre autre vendeur d’armes ou lié a des pays étrangers belliqueux ?


  22. Pierre Bacara Le 17 octobre 2016 à 12h23
    Afficher/Masquer

    Hala KODMANI

    L’un des deux auteurs de ce papier de Libération sur Vladimir Poutine.

    Journaliste franco-syrienne très active, elle est la soeur de Bassma KODMANI, cofondatrice du Conseil national syrien, une organisation syrienne fondée en Turquie contre le président Bachar el-Assad et dominée par les Frères musulmans. Voici la page Twitter de Mme KODMANI :https://twitter.com/halakodmani?lang=fr. Elle travaille aussi pour France Culture par exemple mais l’on retrouve sa trace sur pratiquement tous les médias classiques français.

    Elle a été lauréate en 2013 du prix de la presse diplomatique après d’autres journalistes français connus comme Lorraine Millot, Marc Epstein, Charles Enderlin, Nathalie Nougayrède, Olivier Ravanello ou Corinne Lesnes. Le siège de l’association qui décerne ce prix est sis au ministère des Affaires Etrangères (bureau n° 18).

    Le 19 décembre 2013, Libération a salué l’attribution de ce prix à Hala KODMANI par cette association : http://www.liberation.fr/planete/2013/12/19/syrie-le-prix-de-la-presse-diplomatique-pour-hala-kodmani_967766

    Je ne trouve aucune information au sujet de cette journaliste sur des médias indépendants.


    • Hellebora Le 17 octobre 2016 à 22h50
      Afficher/Masquer

      Hala Kodmani a son rond de serviette chez Calvi et dans le 28 minutes d’Elizabeth Quin


  23. GUS Le 17 octobre 2016 à 14h14
    Afficher/Masquer

    Libération : diffusion France payée : 76 926 (en août 2016) -20% par rapport à 2015.

    Rappel diffusion France payée 2012 : 119 000 ex

    certes il y a internet, (mais ils y sont aussi) on ne fait pas -20% en un an, sans qu’il y ait un problème de fond (toutes la presse écrite baisse, mais aucun journal ne se prend un tel gadin en si peu de temps)


  24. Greg Le 17 octobre 2016 à 14h18
    Afficher/Masquer

    Malheureusement il manque le point sur les artistes et intellectuels engagés 😉
    Pourtant je suis sûr qu’il y a des perles


  25. BONHENRY Le 17 octobre 2016 à 14h43
    Afficher/Masquer

    “Libération ce journal vendu à tous les pouvoirs”

    Guy Hocquenghem qui fut journaliste à Libé 1986 qualifiait déjà en 1986 dans «Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary» ( éditions Agone) « Libération, cette Pravda des nouveaux bourgeois » et notait :

    Relatant les conclusions des travaux d’un chercheur néerlandais sur la couverture médiatique de la guerre conduite au Nicaragua par les milices d’extrême droite liés à la CIA, Noam CHOMSKY a conclu : « Le journal européen le plus honnête était The Guardian, de Londres ; la presse conservatrice allemande était relativement honnête ; le pire de tous était le quotidien parisien Libération, super-reganien, allant au-delà des pires journaux des ÉTATS UNIS dans son adhésion à la propagande du gouvernement américain »

    çà ne date donc pas d’aujourd’hui !

    Il faut lire et relire ce livre avec les excellents portraits de July, Couchener Cohn-Bendit et tous “ces nouveaux philosophes”


  26. les morets Le 17 octobre 2016 à 14h55
    Afficher/Masquer

    Libération n’est pas seul concerné par la Voix de son Maitre
    Intéressons nous aussi au fameux journal du soir de référence – le Monde – dont le dernier édito au sujet de la Russie le 12.10 véhiculait une bouillie de contre-vérités
    [Modération
    http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/10/11/poutine-et-sa-diplomatie-du-non_5011747_3232.html
    ]


  27. ponsov Le 17 octobre 2016 à 15h13
    Afficher/Masquer

    S’il n’y avait que Libération…Tous les médias dominants présentent les bombardements russes comme crimes de guerre et nous font croire qu’il y a des bonnes bombes celles de l’otan qui ont la capacité surprennante d’épargner les civils.

    M.Johnson a proposé une manif devant l’ambassade de russie en Angleterre: la Russie lui a rapellé que les millions de livres sterling données a l’Arabie saoudite on financé un “carpet bombing” au Yemen qui a tout pulvérisé sur son passage.

    En Irak les bombardements et le bon “embargo” ont tué au bas mot 400000 enfants mais cela était justifié (cf Madelene Albright)

    Il est bien évident que daesh a intéret a se cacher dans les endroits ou il y a des civils et qu’ils ne vont pas se mettre en haut d’une colinne pour se faire anéantir mais nos amis stratèges des médias dominants voient cela autrement: quand ils se cachent parmi les civils a Gaza Israel ou un autre a le droit de tuer, quand ce sont les Russes ils n’ont pas le droit…

    Melenchon et Mariani ont dénoncé ce parti pris anti-russe, les autres c’est silence radio forcément ils ne vont pas se mettre a dos les médias avant les elections.


  28. serge Le 17 octobre 2016 à 15h35
    Afficher/Masquer

    De mon point de vue, Poutine s’en fout. Il a annoncé récemment la couleur un peu plus chaude qu’avant en déployant du matériel de pointe sur l’enclave de Kaliningrad, en Crimée et en Syrie. Des fois que l’OTAN ait des envies de suivre le bellicisme assez étonnamment vigoureux des US ces derniers temps (effet Clinton?).
    Voir en parallèle que la Russie est le premier exportateur de blé (et pas mal placé pour d’autres), qu’elle vient de signer un mégacontrat avec l’Inde pour du pétrole, qu’elle a suivi la décision de l’OPEP de réduire la production permettant d’avoir une augmentation des prix (rentrée de devises), qu’elle avance pas mal dans la dédollarisation des transactions…
    Ce qui est surprenant est cette tendance à ce que nos gouvernants (et les médias avec) ne se rendent pas compte que la Russie a bien d’autres moyens de rebondir que nous. Le plus grand pays au monde (pas facile à “vitrifier”), des ressources qui devraient nous inciter à être humble pour l’avenir (l’UE n’a que dalle en ressources, même l’agriculture est maintenant sinistrée) et une mémoire de résistance certaine vu le nombre qui ont essayé de lui mettre une raclée. C’est malheureusement nous (le peuple) qui payons (voir les difficultés de marchés export) pour les quelques dollars distribués en haut par quelque Think tank non russes…


  29. L'aieuil Le 17 octobre 2016 à 15h59
    Afficher/Masquer

    Il faut tordre le cou au mensonge selon lequel l’Armée Syrienne ne se bat pas contre l’Etat Islamique. “Ils peuvent pas parce qu’ils sont pas à coté” est devenu un mensonge.

    Que ce soit a Deir-e-Zor où l’ISAF frappe régulièrement (le nombre de drones, F-15 et F-16 et la précision de l’armée de l’air de l’État Islamique est très surprenant), sur le front de Palmyre ou dans l’Est de Damas bien sur mais aussi: le flan est d’Alep (le gouvernement tenant depuis le début l’Ouest d’Alep, assiégé et bombardé quotidiennement par les rebelles, mais là on s’en foutait)!
    Al-Qaeda tiens les quartiers Est d’Alep, mais c’est l’EI qui tient les campagnes avoisinantes et donc COOPÈRE pleinement avec les “rebelles” d’Alep (car leur différences ne sont pas idéologiques mais politiques, alliances temporaires et fraternisation locales sont courantes).
    La bataille d’Alep a commencé d’abord et surtout par un grande offensive (coûteuse et violente) contre l’EI destinée à sécuriser le flan Est du siège. L’armée syrienne ayant subit au moins deux (trois?) contre-offensive majeure de l’EI sur ce même flan destiné à aider leurs amis coincés dans Alep…


  30. Fritz Le 17 octobre 2016 à 16h22
    Afficher/Masquer

    LIbé, ce journal qui grenouille autour de Washington…
    Désolé, j’ai une autre image qui me vient à l’esprit, mais elle ne passerait pas la modération.
    Un ministre polonais l’avait employée il y a deux ans pour désigner ce que certains appellent pompeusement la relation transatlantique.

    Une remarque en passant : qualifier de “guerre froide” toute la période des deux blocs (1945 à 1990), c’est déjà se soumettre aux Américains en adoptant leur vision historique. Chez nous, en France, la guerre froide désignait un moment assez bref, autour de la guerre de Corée. Dès les années 1960, dans les années 1970 et même 1980, on parlait de la guerre froide au passé.

    Dans les années 1990, on a adopté la vision américaine : l’alignement historiographique a accompagné le réalignement politico-militaire, la rentrée de la France dans l’OTAN.


  31. Nicolas D. Le 17 octobre 2016 à 16h26
    Afficher/Masquer

    Ca c’est pour Libé. Ce week-end, Le Monde a mis Poutine en Une du journal avec un titre genre le déclin inexorable de la Russie. A l’intérieur, une double page : une carte géante montrant la menace militaire russe sur l’Europe et en vis-à-vis une interview de presque une page de Marie Mendras. Je vous laisse imaginer…

    Ce matin dans Le Figaro : 1 page sur la Russie. On trouve aussi une carte avec la présence militaire russe (décidemment un dada de la presse en ce moment) et un article de près d’une page d’Isabelle Lasserre sur les risques de confrontation Otan-Russie. Tonalité hystérique anti-russe évidemment.

    Et ça marche. L’image de la Russie est aujourd’hui désastreuse auprès d’un tas de gens.


    • Fritz Le 17 octobre 2016 à 16h39
      Afficher/Masquer

      Marie Mendras, ha ha ha ! Isabelle Lasserre, hi hi hi !
      Dans un bouquin paru en 2007, la deuxième dame n’en ratait pas une :
      https://www.franceinter.fr/oeuvres/l-impuissance-francaise-1989-2007-une-diplomatie-qui-a-fait-son-temps

      Libé, Le Monde, Le Figaro… Et si on arrêtait de lire la presse porno ?


    • kasper Le 17 octobre 2016 à 18h42
      Afficher/Masquer

      Combien etes vous pret a parier qu’il y a une agence de relations public dans le coin qui distribue des articles cles en main et des cartes de la menace militaire russe a tous les journeaux ? Le journaleux est humain: si il peut trouver un attache de presse qui propose gentiment de lui fournir sa pige pendant qu’il va se promener au jardin du Luxembourg, il accepte.


  32. Mondran Le 17 octobre 2016 à 16h53
    Afficher/Masquer

    Je ne crois pas au déclenchement d’une guerre contre la Russie. Elle risquerait d’être vraiment la der des der ! Le jeu entre les puissances est beaucoup plus dangereux qu’autrefois. Aujourd’hui de fait les USA n’acceptent plus d’interlocuteurs de même niveau. Vous êtes soit vassal, soit ennemi à discréditer par tous les moyens.
    La stratégie des USA est compréhensible, même si elle traduit plus un désarroi et une position défensive qu’autre chose. Celle de l’Europe est terrible, tant nos élites jouent contre nos intérêts.
    Il serait intéressait d’analyser en théorie des jeux les stratégies possibles de chacun des joueurs. J’avais fait l’exercice pour le cas a priori étrange de l’attaque du Sukoi 24 par les Turcs en octobre 2015. Cela permettait de comprendre cette décision qui a l’époque avait surpris toute le monde.

    http://philippeleroymondr.wixsite.com/letempsdelanalyse/single-post/2015/12/07/Laffaire-du-Soukoï-24


  33. ajave Le 17 octobre 2016 à 18h29
    Afficher/Masquer

    Super billet. On pourrait en avoir un sur le nouvel accord de gazoduc Russie-Turquie (http://www.rferl.org/a/russia-turkey-putin-erdogan-azerbaijan-aliyev-istanbul/28043861.html) ? Ca va changer quoi ? Le gaz représentant 50% du budget de la Russie, c’est le levier numéro un pour faire plier les Russes (et les faire rejoindre l’OTAN dans l’optique d’une confrontation ‘économique’ future avec la Chine).


  34. Frisure Le 17 octobre 2016 à 19h17
    Afficher/Masquer

    Envahir la Pologne…non, juste rattacher Dantzig au Vaterland. Cette ville est depuis toujours partie intégrante de notre nation. Occupation, libération, c est du pareil au meme


  35. RGT Le 17 octobre 2016 à 20h17
    Afficher/Masquer

    La Russie ne reconnaît pas le TPI.

    Les USA non plus (et on comprend pourquoi).

    Par contre la Russie n’utilise pas le TPI pour embastiller les dirigeants qui ne lui plaisent pas (et qui meurent dans les geôles en attente de leurs procès), qu’elle a renversé dans un bain de sang et qui pourraient la mettre en position gênante s’ils pouvaient informer le monde de la bienveillance des libérateurs de leurs peuples.

    Les “Young Leaders” feraient mieux de la fermer, leur fiel commence vraiment à m’incommoder.
    Je vous passe la liste des anciennes recrues de la French-American Foundation, vous devez la connaître par cœur désormais.

    Je vais jouer les langues de vipères :
    Avec une telle production de fiel, je comprends que Laurent Mouchard ait choisi le nom de scène de Joffrin.
    Tout le monde aurait immédiatement décelé la supercherie.

    Mon véritable nom de famille est Languedepute 😉


  36. Lt Anderson Le 17 octobre 2016 à 22h32
    Afficher/Masquer

    Concernant la propagande contre la Russie et Poutine, je lis sur beaucoup de forums des choses diverses et variées sur “la crise économique russe”.
    Qu’en est-il réellement?


  37. Krystyna Hawrot Le 17 octobre 2016 à 23h25
    Afficher/Masquer

    Mais faites, faites… envahissez la Pologne! Vous allez voir que les Polonais qui souffrent de misère depuis la destruction de leur économie, leur culture et leur société en 1989, depuis l’imposition d’une oligarchie folle et violente par les bons soins du FMI (thérapie de choc sous la houlette des Chicago boys et de l’Occident germano- anglo saxon…) les Polonais vous seront reconnaissants! Je ne plaisante pas! Combien de fois les gens en Pologne le disent depuis 25 ans “Mais faites quelques chose pour nous libérer de ces fous furieux” ( ce dit “oszolomy” et signifie l’extreme droite anti russe et anti communiste, complètement folle et prêt à déclarer la 3ème guerre mondiale!). A un tel point que si la Russie débarquait, les Polonais ne se défendraient même pas… Mais les Russes sont trop intelligents. ils ne le feront pas et nous laisseront mariner dans notre jus de folie laissant à l’Occident le soin de régler la facture des dégats.


    • Vu de Varsovie Le 18 octobre 2016 à 22h38
      Afficher/Masquer

      Krystyna, on peut être communiste de conviction, mais il faut garder un minimum d’objectivité. En 1989, Pologne et Ukraine étaient au même niveau de développement. Aujourd’hui, comparez PIB, taux de chômage, niveau de pauvreté…


  38. black micmac Le 17 octobre 2016 à 23h36
    Afficher/Masquer

    Encore plus simple

    Règle 1) nous avons toujours raison.

    Règle 2) si nous avons tort, se référer à la règle 1)


  39. chirurgie tunisie Le 19 octobre 2016 à 11h15
    Afficher/Masquer
  40. Liena Le 19 octobre 2016 à 13h41
    Afficher/Masquer

    En point 8 …un commentaire d’appel à la guerre d’Arnaud Dubien directeur du Think Tank de la Chambre de Commerce Franco-Russe CCIFR.
    Des paroles de chiens de garde, on appelle ça!

    Nos entreprises françaises sont bien représentées avec des responsables tels que celui-ci qui se pavane dans les colonnes de Libé pour appeler à la guerre contre la Russie… puis convenir d’un non possibilité.

    Peur d’aller en premier ligne Monsieur Dubien ou de moins bien en vivre que de la guerre de communication?

    Etre français en Russie… la gêne c’est surtout d’avoir honte de ce genre de représentants à la haine cynique! L’avantage est que maintenant ils révèlent leur vrai visage.
    Personne ne pourra dire qu’il ne savait pas… Les yeux fermés ne s’excusent plus


  41. Etienne Le 20 octobre 2016 à 13h09
    Afficher/Masquer

    “Vladimir Poutine – Comment l’arrêter?”

    Le titre à lui seul est un parfait exemple de rhétorique manipulatrice, et me paraît manquer à la liste d’OB: l’interrogation sur les seuls moyens (comment l’arrêter?), ce qui interdit littéralement de poser la question des fins (pourquoi l’arrêter au fait? et l’arrêter de quoi faire?).

    Cet artifice est certainement le plus efficace et le plus méconnu de l’imposition de la propagande “soft” des média dans les démocraties occidentales: l’imposition du cadre de pensée, et la concentration sur les moyens d’action, et non leur finalité, tout en maintenant la possibilité d’un désaccord ou d’un débat sur les moyens à employer pour y parvenir au mieux, préservant ainsi les apparences du débat contradictoire.

    S’il s’agit bien d’une “noble cause” – ici la mort de civils, mobilisée à chaque fois qu’il faut faire la guerre – l’argument va de soi et n’a non seulement pas à être justifié, mais même pas à être explicité

    On pourrait multiplier les exemples analogues: “la dette, comment la réduire?”, “le terrorisme, comment l’éradiquer?”, “comment sauver l’Europe?”, “les musulmans, comment les intégrer?”…

    Un procédé redoutable pour disqualifier PAR AVANCE toute remise en question du cadre non pas par une analyse argumentée, mais simplement en considérant la question comme étant sans objet ou relevant de l’évidence.


Charte de modérations des commentaires