Les Crises Les Crises
23.mars.201923.3.2019 // Les Crises

Revue de presse du 23/03/2019

Merci 90
J'envoie

ENVIRONNEMENT

La consommation des plus riches est la moins écoresponsable

"Selon la dernière enquête du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc), si les classes supérieures (consommateurs à fort capital économique et culturel) ont une sensibilité environnementale plus développée, en revanche leur empreinte écologique est plus élevée malgré leurs petits gestes du quotidien (produits bio, vrac, circuit court, ...). Les catégories socioprofessionnelles supérieures sont les moins vertueuses parce qu’elles utilisent par ailleurs de très nombreux équipements numériques très énergivore et constitués de matériaux polluants. Mais surtout, ils multiplient les voyages en voiture, ou pire, en avion. "

Source : Le Parisien

3 millions de tonnes par an pour Coca-Cola, 750.000 pour Danone... : quand les multinationales révèlent leur production de plastique

"Certaines multinationales ont accepté pour la première fois de dévoiler la quantité de plastique qu’elles produisaient chaque année - et les chiffres donnent le vertige. Un début de transparence qui ne fait que souligner le besoin urgent de mesures contraignantes, au-delà des promesses vertes et des initiatives volontaires, pour mettre fin aux ravages de la pollution plastique. Le débat sur le plastique et son impact environnemental, notamment sur les océans, a pris énormément d’ampleur ces dernières années. Gouvernements et entreprises, de plus en plus interpellés par l’opinion et les consommateurs, ont multiplié les annonces et les engagements sur le sujet. Dans le cadre d’un programme lancé par la fondation Ellen McArthur, créée par la célèbre navigatrice britannique, certaines grandes multinationales ont même accepté de dévoiler la quantité d’emballages plastiques qu’elles produisent chaque année pour écouler leurs produits. Et les chiffres donnent le vertige."

Source : OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES

EUROPE

Zone euro : quelle riposte face au risque de crise économique

"Le risque de récession est élevé aujourd’hui en Europe. Les prévisions pessimistes se succèdent. L’histoire n’est pas écrite pour autant. A première vue, le panorama des conjonctures nationales demeure hétérogène. Les pays du Sud sont encore dans une séquence de rattrapage, l’Espagne ou le Portugal notamment. Et plus de la moitié des pays de l’UE se maintiennent sur les rythmes supérieurs à 2% de croissance, notamment les PECO. La mayonnaise de la récession européenne, synchrone n’a donc pas encore pris. En revanche, il est clair que le noyau dur, Allemagne, France et Italie, est à la peine. Et que son affaissement spectaculaire depuis un an risque d’embarquer l’ensemble de la dynamique européenne, si rien n’est fait. C’est à ce moment que l’Europe peut jouer son rôle. Le président de la banque centrale européenne ne s’y est pas trompé, lors ses annonces du 7 mars. Il sait que c’est lorsque la mer se retire que surgissent tous les problèmes bancaires et financiers."

Source : XERFI CANAL

FRANCE

La France championne des dépenses publiques : comment fausser un débat

"Les éléments de cadrage sur la fiscalité et les dépenses publiques mis en ligne sur le site du Grand Débat présentent de nombreux biais qui induisent les citoyens en erreur. Loin de tirer le constat du mécontentement social pour remettre en question les priorités de sa politique économique, le gouvernement les pose comme un contexte inébranlable : la France, championne des dépenses publiques, vit au-dessus de ses moyens et les Français ne veulent plus payer d’impôt. Il faut donc réduire les uns et les autres. On demande alors seulement aux citoyens quels impôts supprimer et quelles dépenses couper. Nous souhaitons ici dénoncer quelques idées reçues et rétablir quelques vérités. Loin d’être une charge pour la société, les dépenses publiques constituent autant de revenus pour les entreprises et les ménages tout en assurant des services collectifs essentiels. Les comparaisons internationales se fondant sur les seuls ratios comptables ne sont pas pertinentes car elles ne comparent pas la même chose."

Source : CHRONIQUES DE L'ANTHROPOCENE

Conclure le grand débat : de la cacophonie au fiasco ?

"Fonder le second temps de son quinquennat sur la ressource du grand débat, tout en restant fidèle à la ligne réformatrice engagée, c’est le pari et, l’on pourrait dire, l’injonction paradoxale adressée à Emmanuel Macron. Par nature le matériau du grand débat est protéiforme : 1,4 millions de contributions internet, des cahiers de doléance relayés par les mairies, des conférences dédiées aux corps intermédiaires…. Trier, analyser, arbitrer au plan politique ce moment de démocratie directe relève, c’est un euphémisme, de l’exercice à haut risque, tant le matériau est éclaté. Et tant l’ampleur des champs concernés Fiscalité, transition écologique démocratie, services publics crée une attente considérable de réforme systémique, de refondation du pacte social français. Sauf qu’aucune des conditions préalables à l’accouchement de ce grand plan ne sont réunies."

Source : XERFI CANAL

Jusqu'où pousser l'exemplarité en politique ?

"La politique étant devenue, en grande partie, une affaire d’images, deux d’entre elles ont chahuté le pouvoir exécutif en fin de semaine dernière. La première : Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, repéré par la presse people sur un dance floor, à la veille d’une mobilisation des "gilets jaunes" qui allait s’avérer particulièrement violente. La deuxième : celle du couple présidentiel, en tenue de sports d’hiver, sur un télésiège, dans une station pyrénéenne, quand, au même moment, les forces de l’ordre en décousent avec les blacks blocs. Voilà qui peut paraître anecdotique au regard de la crise politique et sociale que traverse le pays. Mais c’est justement du fait de cette crise que ces images ont eu du mal à passer, l’opposition ne se privant pas d’en faire état pour accuser le gouvernement de ne pas être au travail."

Source : Du grain à moudre - France Culture

GÉOPOLITIQUE

Le retour de Marco Polo ou les complications d'un monde post-impérial

"Lorsque le 22 mars, le président chinois Xi Jinping débarquera à Rome pour une très importante visite, l'esprit de Marco Polo flottera dans l'air. S'il ne fut pas le premier Occidental à emprunter la route de la Soie, le célèbre Vénitien laissa à la postérité la description de la Chine et ses merveilles dans son Devisement du monde. Sept siècles plus tard, le gouvernement italien lance un pavé dans la marre en voulant rejoindre les Nouvelles routes de la Soie, le tentaculaire projet de Pékin visant à intégrer économiquement l'Eurasie, hantise de l'empire américain. Sans surprise, Washington a déjà réagi, en affirmant sans rire que cela "dégraderait l'image internationale de l'Italie". Cette dernière n'est pourtant pas le premier pays européen à adhérer au projet chinois et le fidèle lecteur sait que la Hongrie du grand méchant Orban est sur les rangs depuis trois ans, rejointe ensuite par la Grèce ou encore le Portugal. Mais le poids de l'Italie est autrement important : membre du G7, quatrième pays européen en termes de population et d'économie, sa décision pourrait "briser la glace" pour les autres et entraîner plusieurs pays dans son sillage."

Source : CHRONIQUES DU GRAND JEU

LIBERTÉS

Comment La Poste tente de constituer une base de données géante sur « tous les Français »

"Une entreprise française sait beaucoup de choses sur vous : où vous habitez, quand vous déménagez, de combien de membres se compose votre famille, quel type de colis vous recevez et de qui… Cette entreprise, c’est La Poste, déjà connue pour revendre des fichiers d’adresses à des entreprises pour leurs prospections commerciales. Un nouveau cap pourrait être franchi : La Poste a racheté une start-up grenobloise spécialisée dans l’intelligence artificielle, qui permet de collecter et d’organiser des milliards de données personnelles. Le Postillon, journal local isérois partenaire de Basta !, a enquêté sur ces pratiques. Ou comment l’ex-établissement public utilise sa position pour s’approprier un gigantesque patrimoine de données privées."

Source : BASTAMAG

RÉFLEXION

Chiapas zapatiste : « Ils ont peur que nous découvrions que nous pouvons nous gouverner nous-mêmes »

"Ce sont par ces mots qu’une enseignante évoque la rébellion et la résistance zapatiste telle qu’elle se construit dans les montagnes du sud-est mexicain. Ce sont par ces mêmes mots qu’on pourrait qualifier la hantise de nos gouvernants dont le seul but n’est plus guère que de se maintenir et, avec eux, le capitalisme qui les nourrit. Ils tentent de nous faire croire que sans eux on ne peut rien. Pourtant, comme une lueur parmi quelques autres dans la jungle mercantile, depuis qu’on les entend moins, les zapatistes chiapanèques n’ont eu de cesse de construire leur propre autonomie, sans l’État mexicain. Et si, ailleurs, on s’inspirait des indiens qui se sont montrés masqués pour que le monde les voie afin de se prouver qu’on n’a pas besoin de maîtres ?"

Source : LE COMPTOIR

Néolibéralisme : la lente mort de la démocratie

"Alors que l’attentat ayant visé deux mosquées à Christchurch et causé la mort d’une cinquantaine d’innocents, donne lieu à un débat renouvelé sur le communautarisme, il devient de plus en plus manifeste que la question qui sous-tend absolument tous les débats politiques de premier ordre aujourd’hui, est celle de la capacité des systèmes d’organisation, voire des idéologies, à se réguler, ou à être encadrés par le politique. Cela vaut concernant le néo-libéralisme, que trois ou quatre sociaux-démocrates croient encore pouvoir modérer, ou encadrer par des syndicats, voire de petites mesures redistributives ponctuelles, au mépris des évolutions mondiales du phénomène, qui l’ont rendu de plus en plus impossible à réguler depuis des décennies. Or, pour qui observe avec attention l’évolution du phénomène néo-libéral, il devient de plus en plus difficile de prétendre le réguler, tant sa dimension transnationale, et donc foncièrement en rupture avec la notion même de souveraineté étatique, échappe de plus en plus aux tentatives nationales d’encadrement."

Source : ENTELEKHEIA

Le culte du travail rend les gens malheureux

"Dans son essai de 1930, Economic Possibilities for Our Grandchildren, l’économiste John Maynard Keynes prédisait une semaine de travail de 15 heures pour le XXIe siècle, avec donc l’équivalent d’un week-end de cinq jours. « Pour la première fois depuis sa création, l’homme sera confronté à son problème réel, permanent, » écrivait Keynes, « comment occuper les loisirs. » Ce point de vue est vite devenu populaire. Dans un article paru en 1957 dans le New York Times, l’écrivain Erik Barnouw prédisait que plus le travail deviendrait facile, plus notre identité serait définie par nos passe-temps ou notre vie familiale. « La nature de plus en plus automatique de nombreux emplois, associée au raccourcissement de la semaine de travail [conduit] un nombre croissant de travailleurs à se tourner non pas vers le travail, mais vers les loisirs pour leur satisfaction, leur sens, leur expression », écrivait-il. Ces prédictions n’étaient pas tout à fait fausses. Certains Américains travaillent beaucoup moins qu’avant. L’année de travail moyenne a diminué de plus de 200 heures. Mais ces chiffres ne disent pas tout."

Source : ENTELEKHEIA

ÉCONOMIE

Les entreprises à la merci du droit américain

"En dix ans, les entreprises européennes ont versé plus de 20 milliards de dollars aux agences américaines chargées de lutter contre la corruption et les violations d’embargos. En France, ce sont les amendes record infligées à BNP Paribas et à Alstom en 2014 qui ont alerté les autorités. Alors, quelles sont les méthodes de l’administration américaine pour faire plier les multinationales européennes ? Et comment l’Europe peut-elle contre-attaquer ?"

Source : Les carnets de l'éco - France Culture

Commentaire recommandé

un citoyen // 23.03.2019 à 11h16

Les emballages plastiques, à l’heure où tout le monde est sollicité à faire de l’écologie, dont trier les déchets. Ben, c’est surprenant de voir que ces efforts ne sont pas partagés par les grandes multinationales citées par l’Observatoire des Multinationales (2nd article). Et en plus, si on trie les déchets en plastiques, comme ils seront recyclés pour être ré-utilisés on aura fait un travail non rémunéré. L’impression de travailler pour eux au final.
Peut-être pas pour les mêmes entreprises, j’ignore ce qu’il advient exactement des matières plastiques recyclées, mais cela n’aide pas à se convaincre pleinement du recyclage.
Il suffirait simplement qu’ils changent leurs emballages, éviter de mettre sous plastique chaque gâteau dans une boite de gâteaux, des portions de fromage, de nombreux produits divers, …. Lorsque je fais mes courses dans un supermarché, je suis scandalisé.
Bon, faisons quand même le tri (et pour ma part, essayer de fuir les supermarchés), les océans ne méritent pas ça.

20 réactions et commentaires

  • douarn // 23.03.2019 à 08h23

    “Le culte du travail rend les gens malheureux”

    Je trouve qu’il y a un problème dans l’article : travail et emploi salarié sont 2 notions différentes.
    Un bénévole d’une asso (par ex.) travaille et cela peut être une vocation chronophage et non rémunérée. Ce que je comprend de la prédiction de Keynes est que les gens du XXIe siecle accorderait 15h/sem à un emploi salarié, le reste du temps serait accordé aux loisirs et au travail (s’occuper de ses enfants, aider un ami à déménager, bricolage, …). Le bonheur des gens du XXIe résiderait en définitive, dans leurs interactions sociales (loisir/travail) et non pas dans leurs emplois salariés seulement nécessaires à leurs subsistances matériels.

    Si l’IA n’entraîne pas la baisse de l’emploi salarié, le travail dépeint dans l’article comme une quasi-religion portée par l’imagerie monétaire est aussi une notion physique*. Et comme toute religion est mortelle, j’imagine qu’elle risque de se rabougrir en montrant des signes d’aggressivité, à mesure que l’énergie devient moins accessible.

    *Le travail d’une force est l’énergie fournie par cette force lorsque son point d’application se déplace

      +7

    Alerter
  • calal // 23.03.2019 à 08h36

    “La France championne des dépenses publiques : comment fausser un débat”

    “Loin d’être une charge pour la société, les dépenses publiques constituent autant de revenus pour les entreprises et les ménages tout en assurant des services collectifs essentiels”

    Par chez moi,scandale autour d’un service collectif de collecte et tri d’ordures menageres: on parle de 100 millions de dettes,soit 500 e a eponger par citoyen concerne a vue de nez.

    Oui,c’etait surement une “source de revenu” pour certains…Quand au ” services collectifs essentiels”,ca permet d’interdire aux “consommateurs” de se barrer en courant…Et la responsabilite des donneurs d’ordre…Seul un bon coup de pied au cul electoral leur fera comprendre que “y en a gros” sur la patate.

      +7

    Alerter
  • RGT // 23.03.2019 à 09h01

    “3 millions de tonnes par an pour Coca-Cola, 750.000 pour Danone… : quand les multinationales révèlent leur production de plastique”

    Et ces plastiques se retrouvent bien sûr dans NOS poubelles qui coûtent très cher à la collectivité pour être détruits ou “recyclés”.

    Et ces chiffres ne sont rien comparés aux divers sur-emballages chatoyants destinés à faciliter la mise en rayon et à attirer le gogo comme des mouches (produits de qualité souvent similaire à ce qui attire tant ces diptères).

    Pour “combattre le réchauffement climatique et la pollution” de nombreuses municipalités sont en train de mettre des codes-barre ou des tags RFID sur nos poubelles afin de nous “inciter” à diminuer nos rejets de déchets en nous faisant payer chaque kg de déchet.

    Il faudrait que la loi impose aux grandes surfaces (très friandes de sur-emballages) et aux entreprises qui fabriquent ces produits de placer des bacs à ordures afin que la destruction de leurs déchets soient à leur charge…
    Certes, la destruction serait reportée sur le produit mais au moins le con-sommateur réfléchirait à deux fois avant de procéder à cet achat car les prix connaîtraient une ascension fulgurante.

    Mais bon, on ne va pas “tuer la croissance” avec des mesures “discriminatoires” qui seraient néfastes aux actionnaires.

      +6

    Alerter
    • jp // 23.03.2019 à 15h32

      “ces plastiques se retrouvent bien sûr dans NOS poubelles”

      pas vraiment, il y a plein de bouteilles dans les poubelles des rues commerçantes. Comme je n’achète rien en bouteilles en plastique et comme j’en ai besoin comme contenant pour mes produits maison, je me sers là justement en bouteilles de coca car j’ai remarqué qu’elle sont plus épaisses et dures que les autres bouteilles, donc qu’il y a forcément plus de plastique.

      Pour les puces sur les poubelles, comme fera -t-ton pour les immeubles ?
      Solution que j’avais utilisé pendant une grève des éboueurs : déposer mes déchets par petits sacs dans les poubelles de la principale rue commerçante qui est, elle, toujours bien nettoyée, la mairie choyant les commerçants.

        +0

      Alerter
  • Eric83 // 23.03.2019 à 09h26

    “ThinkerView, la chaîne YouTube qui veut hacker les médias.” Article pour abonnés du monde.
    C’est quoi ce titre qui laisse lourd de sous-entendu ? La chaîne youtube Thinkerview deviendrait-elle à ce point un problème pour les MSM ?

    https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2019/03/22/thinkerview-la-chaine-youtube-qui-veut-hacker-les-medias_5439850_4500055.html

    “Après les Champs-Elysées, des gendarmes accusent”, article de l’Essor, “le journal des gendarmes”.

    “La manifestation des Gilets jaunes du 16 mars a tourné au fiasco pour le maintien de l’ordre. En raison, certes, de la présence des 1.500 black blocs et autres ultras de gauche anti systèmes, mais pas seulement. « Dispositif inadapté », « pilotage inapproprié », accusent les gendarmes spécialistes du maintien de l’ordre.”

    https://lessor.org/operationnel/apres-les-champs-elysees-les-gendarmes-accusent/

    « Le problème, c’est qu’on est dans un état de droit » : la dérive autoritaire de LREM.
    Dans un entretien à France Bleu Touraine [1], le député LREM de la deuxième circonscription d’Indre-et-Loire, Daniel Labaronne, a dévoilé son goût pour l’arbitraire et la répression, désignant au passage un nouvel ennemi intérieur.

    https://larotative.info/le-probleme-c-est-qu-on-est-dans-3214.html

      +7

    Alerter
  • un citoyen // 23.03.2019 à 11h16

    Les emballages plastiques, à l’heure où tout le monde est sollicité à faire de l’écologie, dont trier les déchets. Ben, c’est surprenant de voir que ces efforts ne sont pas partagés par les grandes multinationales citées par l’Observatoire des Multinationales (2nd article). Et en plus, si on trie les déchets en plastiques, comme ils seront recyclés pour être ré-utilisés on aura fait un travail non rémunéré. L’impression de travailler pour eux au final.
    Peut-être pas pour les mêmes entreprises, j’ignore ce qu’il advient exactement des matières plastiques recyclées, mais cela n’aide pas à se convaincre pleinement du recyclage.
    Il suffirait simplement qu’ils changent leurs emballages, éviter de mettre sous plastique chaque gâteau dans une boite de gâteaux, des portions de fromage, de nombreux produits divers, …. Lorsque je fais mes courses dans un supermarché, je suis scandalisé.
    Bon, faisons quand même le tri (et pour ma part, essayer de fuir les supermarchés), les océans ne méritent pas ça.

      +12

    Alerter
    • jp // 23.03.2019 à 15h52

      “on aura fait un travail non rémunéré. L’impression de travailler pour eux au final” peut-être pas, car chez moi, quand je regarde les poubelles jaunes, c’est fou ce qu’il y a qui ne devrait pas y être et dans ce cas, c’est tout le contenant de la poubelle qui passe en déchet ordinaire.
      Donc travail gratuit mais travail mal fait.

        +5

      Alerter
    • vert-de-taire // 23.03.2019 à 17h40

      Allons allons soyez sérieux.
      Vous savez bien que les multinationales sont à notre service et ne font QUE ce que leurs clients exigent.
      C’est toujours pour nous rendre service et nous faire plaisir.

      Au hasard des sites :

      – Nous sommes à l’écoute de nos clients.
      – Améliorer la qualité de vie, et contribuer à un avenir plus sain
      – Chaque jour, nous touchons des milliards de vies. Nous voulons aider à créer un monde meilleur et plus sain pour les individus et les familles, pour nos communautés et pour la planète.
      – Notre fondateur, xxxxxxx était un grand industriel et un mécène du XXe siècle. Ce philanthrope a fait don de pratiquement toute sa fortune …
      – YYYY s’engage à mobiliser tous ses talents. Le principal enjeu pour les RH de YYYY aujourd’hui, est de renforcer l’engagement collectif et faire de chacun un acteur de la réussite et de la transformation de l’entreprise. Pour y arriver, nous devons donner du sens à l’action de chacun au quotidien et libérer les énergies, en s’appuyant sur nos valeurs de Respect, d’Audace et de Performance.
      – ZZZZ crée des liens au sein du système alimentaire mondial pour aider le monde à prospérer. Nous aidons les agriculteurs à pénétrer les marchés, proposons aux clients des solutions durables et nourrissons le monde.
      – Nous pensons nos solutions en termes de valeur pour nos clients.

        +5

      Alerter
    • Le p’tit Timmy // 25.03.2019 à 21h33

      Le recyclage, l’éternel renvoi à une automodération du péquin moyen… Un vrai début de solution relèverait du courage politique : Mettre des taxes assassines sur les emballages plastiques et généraliser la consigne! Mais, {Mode Jean-Michel Complot ON} les lobbys (grande distribution, industries agroalimentaires…) ne laisseront jamais se faire élire quelqu’un qui collerait ça dans son programme…

        +1

      Alerter
  • vert-de-taire // 23.03.2019 à 12h09

    SOUS : La France championne des dépenses publiques : comment fausser le débat
    on lit :
    « Les comparaisons internationales se fondant sur les seuls ratios comptables ne sont pas pertinentes car elles ne comparent pas la même chose. »

    Certes.

    Les comparaisons internationales n’ont pas de fondement sinon de vouloir nous coincer dans le dogme de la concurrence. C’est à dire que les gens qui pensent et ou parlent ainsi sont en guerre perpétuelle, cherchant comment vaincre l’autre. La recherche de puissance d’esprits maladifs qui se projettent dans leur monde de dingues.
    Dans tous les cas c’est la vision de capitalistes qui dévastent nos vies et le monde.
    Il faut les empêcher de toute urgence de nous pourrir la vie, elle est trop courte.

      +6

    Alerter
  • Chris // 23.03.2019 à 12h25

    A propos de néolibéralisme, un entretien chez Thinkerview avec Gaël GIRAUD : Tsunami financier, désastre humanitaire ?
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=106&v=2oFARgqG0NA
    Minute 28 : en 2008 si les gens comprennent ce que nous (financiers) ont fait, ils vont nous massacrer. Description du shadow-banking. Margin Call.
    Sexualité=pouvoir ; pédophilie ; désastre écologique… changer notre style de vie.
    Preuves de la méthanisation ?
    Minute 58 : Réflexions de la sphère financière face au défit écologique (COP21): « ça nous obligerait à détricoter ce que nous avons mis 40 ans à mettre en place, c’est-à-dire la capture du régulateur et de la finance publique, le démantèlement de l’état providence, l’indépendance de la BCE, la privatisation des profits et mutualisation des pertes, etc. On n’est pas prêts à remettre en cause le modèle social hyper inégalitaire qu’on a mis en place. Pour résoudre la question climatique, on compte sur un régime totalitaire comme la Chine pour faire le sale boulot »
    1h04 : Investissement dans le dérèglement climatique de l’ordre du PIB mondial : 80’000 milliards sur 20 ans.
    La sphère financière rejette son financement malgré tous les capitaux qui circulent (240’000 milliards).
    Passionnant et explicite.

      +7

    Alerter
  • Daniel // 23.03.2019 à 13h08

    Concernant l’article sur l’entrée de l’Italie dans le projet des Nouvelles Routes de la Soie,
    plutôt que d’extrapoler sur le pourquoi du comment, je laisse la parole à Michele Geraci, sous-secrétaire d’Etat au ministère du Développement et architecte de la nouvelle politique chinoise du gouvernement italien qui a expliqué les tenants et aboutissants dans une conférence le 13 Mars à Milan :
    “Lorsque le vent souffle, construisez des moulins à vent”
    https://www.institutschiller.org/L-Italie-sur-la-Nouvelle-Route-de-la-Soie.html

      +3

    Alerter
    • Alfred // 23.03.2019 à 13h17

      Et des murets de pierre pour protéger du vent le blé que vous donnerez à moudre dans ces moulins?…

        +3

      Alerter
    • vert-de-taire // 23.03.2019 à 14h16

      Quand un pays peut acheter un autre, il ne s’agit plus de profiter du vent mais de s’en protéger.

      L’argument de la richesse de l’Italie comme rempart à la dépendance est une fable.
      La coopération est à sens unique, je t’apporte mes capitaux en échange de ton travail.
      Je suis propriétaire vous êtes mes vassaux.

      coopération entre celui qui apporte le cirage et celui qui lui cire les bottes.

        +3

      Alerter
      • Daniel // 23.03.2019 à 22h24

        “dans le monde occidental, les gens ne sont même plus capables de concevoir qu’un pays puisse œuvrer dans le sens de l’intérêt commun. ”
        c’était dans le lien que j’avais mis qui montre que quand on est dans une culture pessimiste, on ne peut même plus imaginer quelqu’un proposant une coopération plutôt que la compétition

          +2

        Alerter
      • calal // 24.03.2019 à 08h52

        les chinois utilisent l’arme de la dette comme les banques privees occidentales…

          +0

        Alerter
  • Paul // 23.03.2019 à 23h06

    vous avez oublié un article, trouvé sur https://lecourrier.vn/lancement-de-lassemblee-parlementaire-franco-allemande-a-paris/602342.html

    faut aller chercher loin (au vietnam)

    Assemblée parlementaire franco-allemande : signature de l’accord parlementaire et réunion constitutive

    Lundi 25 mars à 10h45, Richard Ferrand, Président de l’Assemblée nationale, et Wolfgang Schäuble, Président du Bundestag allemand signent l’accord parlementaire franco-allemand.
    Cette cérémonie sera suivie à 11h de la réunion constitutive de l’Assemblée parlementaire franco-allemande puis de l’allocution des représentants des groupes politiques.
    Puis à 15h, Nathalie Loiseau, ministre auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, chargée des Affaires européennes, et Michael Roth, ministre adjoint chargé des Affaires européennes auprès du ministère des Affaires étrangères, chargé de la Coopération franco-allemande feront une déclaration.

    La journée s’achèvera par une séance de questions.
    Cette journée sera retransmise sur le portail vidéo de l’Assemblée
    http://www.assemblee-nationale.fr/lettre/375/

      +1

    Alerter
  • Vercoquin // 24.03.2019 à 01h53

    Dans ma revue de presse perso, je mettrais bien les agissements de Philippe Reltien (France inter):
    Interview de Xenia Fedorova, présidente de RT France.
    https://francais.rt.com/france/60310-infox-menaces-mort-gilets-jaunes-interview-quand-journaliste-france-inter-se-prend-pour-juge
    Que de bassesse, de mépris …
    Il essaie de lui faire avouer les fake news dont RT serait coupable (selon la macronie).
    Une toute petite partie de cet interview est reprise dans l’émission “secrets d’info”
    “La Russie est-elle à la manœuvre pour nous inonder de fausses nouvelles”.
    Que des “on dit”, des rumeurs, suppositions et autres manigances.
    https://www.franceinter.fr/emissions/secrets-d-info/secrets-d-info-23-mars-2019

    Dans ma revue de presse perso, je mettrais bien les agissements de Patrick Cohen, notre très cher Patrick Cohen:
    Le 18 janvier 2017 il reçoit Sabrina Ali Benali, médecin et auteure de “La révolte d’une interne”.
    https://www.acrimed.org/Quand-Patrick-Cohen-calomniait-une-invitee-de-la
    Que de bassesse, de mépris … de lâcheté, de suffisance …

      +9

    Alerter
    • Serge F. // 24.03.2019 à 03h09

      Merci pour cette info concernant la courageuse Sabrina Ali Benali. Patrick Cohen déshonore gravement la profession de journaliste. La fin de l’article d’ACRIMED est consternante :

      « Dans la suite de son livre, Sabrina Ali Benali explique comment elle a été contactée par la Société des journalistes de France Inter, afin de constituer un dossier pour la direction juridique de France Inter, et contraindre Patrick Cohen à reconnaître son erreur et s’excuser. Mais, soutenu par la direction, Patrick Cohen a refusé. Le démenti n’aura jamais lieu. Pire : le médiateur de Radio France s’est enfoncé un cran dans la bassesse, en évoquant notamment les « mensonges de l’interne » et en expliquant que « France Inter (et d’autres médias) a été abusée. Patrick Cohen a eu l’honnêteté de le reconnaître. Mais une vérification aurait dû être opérée en amont. ». »

      Patrick Cohen n’en est pas à sa première infamie. Le 30 mai 2018, il a contesté la nocivité du glyphosate, pourtant vivement remis en cause :

      https://twitter.com/LeMediaTV/status/1004714255801815040

      Si les preuves ne suffisaient pas, le 19 mars dernier, Le Monde a sorti un article intitulé « Le glyphosate et deux insecticides accusés d’augmenter les risques de lymphomes » :

      https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/03/19/lymphome-une-etude-d-ampleur-inedite-souligne-la-presence-de-pesticides-suspects_5438157_3244.html

      On attend toujours un rectificatif du journaliste vedette très soutenu par sa direction.

        +6

      Alerter
  • Eric83 // 24.03.2019 à 14h36

    “Coup d’État britannique: le cabinet de Theresa May en révolte et en train de préparer son renversement imminent.”

    Bon, apparemment ce “coup d’Etat” interne en Angleterre n’intéresse nullement les médias MSM français qui relaient en revanche en boucle la manifestation à Londres visant à obtenir un second référendum.
    https://www.zerohedge.com/news/2019-03-23/uk-coup-erupts-theresa-may-cabinet-revolt-plotting-her-imminent-overthrow

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications