Les Crises Les Crises
24.septembre.201924.9.2019
Article LesCrises

Propagande : Quand le Parlement européen manipule l’Histoire

Voici l’incroyable résolution votée la semaine passée par le Parlement européen – qui a défaut de faire l’Histoire, tente de la réécrire… Je vous renvoie vers cet article qui donne une analyse plus générale. On voit bien le danger de laisser un Parlement, quel qu’il soit, s’emparer de l’Histoire. Voici donc la résolution, commentée par […]
Merci 1320
J'envoie

Voici l’incroyable résolution votée la semaine passée par le Parlement européen – qui a défaut de faire l’Histoire, tente de la réécrire…

Je vous renvoie vers cet article qui donne une analyse plus générale.

On voit bien le danger de laisser un Parlement, quel qu’il soit, s’emparer de l’Histoire.

Voici donc la résolution, commentée par mes soins… OB

Résolution du Parlement européen du 19 septembre 2019 sur l’importance de la mémoire européenne pour l’avenir de l’Europe (2019/2819(RSP))

Source : Parlement européen, 19/09/2019

Le Parlement européen,

– vu les principes universels des droits de l’homme et les principes fondamentaux de l’Union européenne en tant que communauté fondée sur des valeurs communes,

– vu la déclaration effectuée le 22 août 2019 par le premier vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, et par la commissaire Věra Jourová, dans la perspective de la «Journée européenne du souvenir» pour la commémoration des victimes de tous les régimes totalitaires et autoritaires,

– vu la déclaration universelle des droits de l’homme des Nations unies, adoptée le 10 décembre 1948,

– vu sa résolution du 12 mai 2005 sur le soixantième anniversaire de la fin de la deuxième guerre mondiale en Europe (8 mai 1945)(1),

– vu la résolution 1481 sur la nécessité d’une condamnation internationale des crimes des régimes communistes totalitaires, adoptée par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe le 26 janvier 2006,

– vu la décision-cadre 2008/913/JAI du Conseil du 28 novembre 2008 sur la lutte contre certaines formes et manifestations de racisme et de xénophobie au moyen du droit pénal(2),

– vu la déclaration sur la conscience européenne et le communisme, adoptée à Prague le 3 juin 2008,

– vu sa déclaration sur la proclamation du 23 août comme Journée européenne de commémoration des victimes du stalinisme et du nazisme, adoptée le 23 septembre 2008(3),

– vu sa résolution du 2 avril 2009 sur la conscience européenne et le totalitarisme(4),

– vu le rapport de la Commission du 22 décembre 2010 sur la mémoire des crimes commis par les régimes totalitaires en Europe (COM(2010)0783),

– vu les conclusions du Conseil des 9 et 10 juin 2011 sur la mémoire des crimes commis par les régimes totalitaires en Europe,

– vu la déclaration de Varsovie du 23 août 2011 sur la Journée européenne de commémoration des victimes des régimes totalitaires,

– vu la déclaration commune du 23 août 2018 des représentants des gouvernements des États membres de l’Union en l’honneur des victimes du communisme,

– vu sa résolution historique sur la situation en Estonie, en Lettonie et en Lituanie, adoptée le 13 janvier 1983 à la suite de l’«Appel baltique» lancé par 45 ressortissants de ces trois pays,

– vu les résolutions et les déclarations sur les crimes des régimes communistes totalitaires adoptées par plusieurs parlements nationaux,

– vu l’article 132, paragraphes 2 et 4, de son règlement intérieur,

A. considérant que 2019 marque le 80e anniversaire du début de la Seconde Guerre mondiale, qui a causé des souffrances humaines d’une ampleur sans précédent et conduit à l’occupation de pays européens pendant de nombreuses décennies;

B. considérant qu’il y a 80 ans, le 23 août 1939, l’Union soviétique communiste et l’Allemagne nazie ont signé un pacte de non-agression, connu sous le nom de pacte germano-soviétique ou pacte Molotov-Ribbentrop, dont les protocoles secrets partageaient l’Europe et les territoires d’États indépendants entre les deux régimes totalitaires selon des sphères d’influence, ouvrant la voie au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale;

OB : Moi qui croyait que c’était d’abord la conséquence du Traité de Versailles, de la volonté nazie (exprimée dans Mein Kampf), de la crise de 1929, du chômage te de la misère, de l’absence de réaction face aux multiples violations du Traité de Versailles, des accords de Munich et du refus par les franco-anglais de traiter sérieusement la proposition d’alliance soviétique… (entre autres…)

C. considérant que, parmi les conséquences directes du pacte germano-soviétique et du traité germano-soviétique d’amitié, de coopération et de délimitation du 28 septembre 1939 qui s’ensuivit, l’on compte: l’invasion de la République de Pologne, d’abord par Hitler, puis par Staline deux semaines plus tard, qui a brutalement privé le pays de son indépendance et représenté un drame sans précédent pour la nation polonaise; le déclenchement par l’Union soviétique communiste d’une guerre d’agression contre la Finlande le 30 novembre 1939; l’occupation et l’annexion en juin 1940 par l’Union soviétique de parties du territoire roumain, qui n’ont jamais été restituées; et l’annexion des républiques indépendantes de Lituanie, de Lettonie et d’Estonie;

OB : Et peut-être l’invasion de l ‘URSS aussi, non ?

D. considérant qu’après la défaite du régime nazi et la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’après-guerre a été synonyme, pour certains pays d’Europe, de reconstruction et de réconciliation, tandis que d’autres sont restés, pendant un demi-siècle, soumis à des dictatures, parfois sous l’occupation ou l’influence directe de l’Union soviétique, et privés de liberté, de souveraineté, de dignité, de droits fondamentaux et de développement socio-économique;

E. considérant que si les crimes du régime nazi ont été jugés et punis lors du procès de Nuremberg, il reste urgent de sensibiliser l’opinion publique, de dresser un bilan moral de cette période et de mener des enquêtes judiciaires sur les crimes du stalinisme et d’autres dictatures;

OB : « urgent » ?

F. considérant que, dans certains États membres, la loi interdit les idéologies communiste ou nazie;

OB : Par chance, ils ne sont plus « privés de liberté, de souveraineté, de dignité, de droits fondamentaux… surtout les communistes locaux, donc.

G. considérant que l’intégration européenne a constitué, dès l’origine, une réponse aux souffrances causées par les deux guerres mondiales et la tyrannie nazie qui a conduit à l’Holocauste, ainsi qu’à l’expansion des régimes communistes totalitaires et non démocratiques en Europe centrale et orientale, et que cette intégration a permis de surmonter de profondes divisions et de vives hostilités grâce à la coopération et à l’intégration, de mettre un terme à la guerre et de garantir la démocratie en Europe; considérant que, pour les pays européens qui ont souffert de l’occupation soviétique ou d’une dictature communiste, l’élargissement de l’Union européenne à partir de 2004 a marqué leur retour au sein de la famille européenne, à laquelle ils appartiennent;

OB : Il faut quand même reconnaître que, plus c’est gros, plus ça passe…

H. considérant qu’il convient d’entretenir la mémoire du passé tragique de l’Europe, afin d’honorer les victimes, de condamner les auteurs de crimes et de jeter les bases d’une réconciliation fondée sur la vérité et l’œuvre de mémoire;

I. considérant que la commémoration des victimes des régimes totalitaires, la reconnaissance et la prise de conscience des séquelles, communes à toute l’Europe, laissées par les crimes commis par les dictatures communistes, nazie et autres revêtent une importance cruciale pour maintenir l’unité de l’Europe et de ses peuples et construire une Europe à même de résister aux menaces extérieures contemporaines;

OB : la manipulation de la mémoire…

J. considérant qu’il y a 30 ans, le 23 août 1989, à l’occasion du 50e anniversaire du pacte germano-soviétique, en mémoire des victimes des régimes totalitaires, deux millions de Lituaniens, de Lettons et d’Estoniens se sont donné la main pour former la «Voie balte», une chaîne humaine et manifestation sans précédent qui allait de Vilnius à Tallinn en passant par Riga;

K. considérant que bien que le Congrès des députés du peuple de l’URSS ait condamné, le 24 décembre 1989, la signature du pacte germano-soviétique ainsi que les autres accords conclus avec l’Allemagne nazie, en août 2019, les autorités russes ont rejeté toute responsabilité dans ce pacte et ses conséquences et promeuvent désormais une théorie selon laquelle la Pologne, les États baltes et l’Europe de l’Ouest sont en réalité les véritables instigateurs de la Seconde Guerre mondiale;

OB : Euh, primo, il est clair que le sort dramatique de la Pologne après la guerre ne l’exonère en rien de son attitude avant la guerre, qui a, comme d’autres élément, concouru à la survenance du drame

Secundo, il faut aussi se rappeler que la Russie n’est pas complètement l’URSS – Staline était géorgien, et je ne pense pas que la Géorgie s’excuse plus que la Russie…

Et puis : « En 2009, invité pour les commémorations des 70 ans de l’invasion de la Pologne, Vladimir Poutine, à l’époque Premier ministre russe, avait qualifié les pactes conclus avec les nazis entre 1934 et 1939 de «moralement inacceptables», condamnant ainsi l’accord Ribbentrop-Molotov… mais aussi les accords signés par les autres puissances de l’époque avec les nazis.

«Nous devons admettre ces erreurs. Notre pays l’a fait. Le Parlement russe a condamné le Pacte Molotov-Ribbentrop. Nous sommes en droit d’attendre la même chose des autres pays qui ont également conclu des accords avec les nazis», avait-il déclaré. […]

En 2009, la Russie a rendu publiques des archives soviétiques dépeignant une Pologne d’avant-guerre très hostile à l’URSS et plus favorable à l’Allemagne nazie. L’ambassadeur de Pologne à Washington aurait ainsi déclaré en 1937 au cours d’une réunion avec un haut responsable du département d’Etat américain : «La Pologne ne voit pas de menace provenant de l’Allemagne nazie. La priorité est d’isoler l’Union soviétique.»

Le pays aurait aussi, toujours selon ces documents, tenté d’attiser, via des agents, des révoltes de minorités ethniques d’URSS pour provoquer sa dislocation. » (source)

L. considérant que la commémoration des victimes des régimes totalitaires et autoritaires, la reconnaissance et la prise de conscience des séquelles, communes à toute l’Europe, laissées par les crimes commis par les dictatures stalinienne, nazie et autres revêtent une importance cruciale pour maintenir l’unité de l’Europe et de ses peuples et construire une Europe à même de résister aux menaces extérieures contemporaines;

OB : Incroyable, il semble que les députés se soient trompés en faisant un copier coller du I/ précédent, à peine modifié… Jouez au jeu des 7 erreurs, je le remets :

I. considérant que la commémoration des victimes des régimes totalitaires, la reconnaissance et la prise de conscience des séquelles, communes à toute l’Europe, laissées par les crimes commis par les dictatures communistes, nazie et autres revêtent une importance cruciale pour maintenir l’unité de l’Europe et de ses peuples et construire une Europe à même de résister aux menaces extérieures contemporaines;

M. considérant que des groupes et des partis politiques ouvertement radicaux, racistes et xénophobes incitent à la haine et à la violence dans la société, par exemple par la diffusion en ligne de discours de haine, qui conduisent souvent à une montée de la violence, de la xénophobie et de l’intolérance;

1. rappelle que, comme en dispose l’article 2 du traité sur l’Union européenne, l’Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d’égalité, de l’état de droit, ainsi que de respect des droits de l’homme, y compris des droits des personnes appartenant à des minorités; que ces valeurs sont communes à tous les États membres;

2. souligne que la Seconde Guerre mondiale, conflit le plus dévastateur de l’histoire de l’Europe, a été déclenchée comme conséquence immédiate du tristement célèbre pacte de non-agression germano-soviétique du 23 août 1939, également connu sous le nom de pacte Molotov-Ribbentrop, et de ses protocoles secrets, dans le cadre desquels deux régimes totalitaires ayant tous deux l’objectif de conquérir le monde se partageaient l’Europe en deux sphères d’influence;

3. rappelle que les régimes communistes et nazi sont responsables de massacres, de génocide, de déportations, de pertes en vies humaines et de privations de liberté d’une ampleur sans précédent dans l’histoire de l’humanité, qui auront à jamais marqué le XXe siècle; rappelle que le régime nazi est coupable de ce crime abject qu’est l’Holocauste; condamne sans réserve les actes d’agression, les crimes contre l’humanité et les atteintes aux droits de l’homme à grande échelle perpétrés par les régimes totalitaires nazi, communistes et autres;

4. témoigne son profond respect à chacune des victimes de ces régimes totalitaires et demande aux institutions de l’Union européenne et aux parties prenantes de tout mettre en œuvre pour faire en sorte que ces crimes abjects contre l’humanité et ces atteintes graves et systématiques aux droits de l’homme commis par les régimes totalitaires ne sombrent pas dans l’oubli et soient jugés, et garantir que ces crimes ne se reproduisent jamais plus; souligne l’importance d’entretenir la mémoire du passé, car il n’y a pas de réconciliation sans travail de mémoire, et réaffirme qu’il s’élève d’une seule voix à tout régime totalitaire, quelle que soit l’idéologie qui l’étaie;

OB : c’est assez incroyable de lire ça dit comme ça…

5. demande à tous les États membres de l’Union de procéder à une évaluation claire et fondée sur les principes en ce qui concerne les crimes et actes d’agression commis par les régimes communistes totalitaires et le régime nazi;

6. condamne toute démonstration et toute propagation d’idéologies totalitaires, telles que le nazisme et le stalinisme, dans l’Union européenne;

7. condamne le révisionnisme historique et la glorification des collaborateurs nazis qui ont cours dans certains États membres de l’Union; s’alarme de l’acceptation, qui va croissant, d’idéologies radicales et d’une régression vers le fascisme, le racisme, la xénophobie et d’autres formes d’intolérance au sein de l’Union européenne; se dit préoccupé par les informations faisant état de collusions, dans certains États membres, entre, d’un côté, des dirigeants politiques, partis politiques et autorités chargées de faire appliquer la loi et, de l’autre, des mouvements radicaux, racistes et xénophobes ayant diverses étiquettes politiques; demande aux États membres de condamner ces actes le plus fermement possible, car ils ébranlent les valeurs de l’Union que sont la paix, la liberté et la démocratie;

8. demande à tous les États membres de célébrer le 23 août, Journée européenne de commémoration des victimes des régimes totalitaires, tant au niveau de l’Union qu’au niveau national, et de sensibiliser la jeune génération à ces problématiques en incorporant, dans les programmes et manuels scolaires de toutes les écoles dans l’Union européenne, l’histoire des régimes totalitaires et l’analyse des séquelles qu’ils ont laissées; demande aux États membres de soutenir la conservation de traces écrites du passé trouble de l’Europe, par exemple en faisant traduire les comptes rendus des procès de Nuremberg dans toutes les langues de l’Union européenne;

9. demande aux États membres de condamner et de combattre la négation de l’Holocauste sous toutes ses formes, notamment la banalisation et la minimisation des crimes commis par les nazis et leurs collaborateurs, et de veiller à ce que les discours politiques et médiatiques soient exempts de ce type de banalisation;

10. réclame une culture mémorielle partagée, qui dénonce les crimes commis par le passé par les régimes fasciste, stalinien et autres régimes autoritaires, de manière à permettre notamment à la jeune génération d’acquérir la résilience nécessaire pour faire face aux menaces auxquelles la démocratie est confrontée à l’heure actuelle; invite les États membres à encourager l’éducation, par l’intermédiaire de la culture grand public, à la diversité de nos sociétés et à la connaissance de notre histoire commune, notamment les atrocités de la Seconde Guerre mondiale, telles que l’Holocauste, et la déshumanisation systématique des victimes pendant de nombreuses années;

OB : Mais quelles sont donc ces « aux menaces auxquelles la démocratie est confrontée à l’heure actuelle » : je le vois pour ma part surgir régulièrement du Parlement Français macronisé.

11. demande que le 25 mai (anniversaire de l’exécution de Witold Pilecki, héros d’Auschwitz) soit proclamé Journée mondiale des héros de la lutte contre le totalitarisme, ce qui constituera une marque de respect et un hommage à tous ceux qui, en luttant contre la tyrannie, ont fait preuve d’héroïsme et d’un véritable amour du genre humain et indiquera clairement aux générations futures quelle attitude il faut adopter face à la menace de l’asservissement totalitaire;

OB : oui, cette journée mondiale semble clairement à la hauteur de l’enjeu

12. demande à la Commission de fournir un soutien concret aux projets de travail de mémoire et de souvenir historique dans les États membres ainsi qu’aux activités de la plateforme pour la mémoire et la conscience européennes, et d’affecter des ressources financières suffisantes, dans le cadre du programme «L’Europe pour les citoyens», au soutien à la commémoration et au souvenir des victimes du totalitarisme, comme demandé dans la position du Parlement sur le programme «Droits et valeurs» 2021‑2027;

13. déclare que l’intégration européenne en tant que modèle de paix et de réconciliation résulte du libre choix des peuples de l’Europe de s’engager sur la voie d’un avenir partagé et que l’Union européenne a la responsabilité particulière de promouvoir et de préserver la démocratie, le respect des droits de l’homme et l’état de droit, non seulement à l’intérieur mais aussi à l’extérieur de son territoire;

14. fait observer qu’en adhérant à l’Union européenne et à l’OTAN, les pays d’Europe centrale et orientale ont non seulement pu retourner dans le giron de l’Europe libre et démocratique, mais ont aussi réussi, avec l’aide de l’Union européenne, à mettre en œuvre des réformes et à entrer dans une dynamique de développement socio-économique; souligne toutefois que la possibilité d’adhérer à l’Union devrait demeurer ouverte à d’autres pays européens, comme le dispose l’article 49 du traité sur l’Union européenne;

OB : Mais qu’est-ce que vient faire l’OTAN dans ce texte ? Quant au reste, je ne pense pas que la Grèce approuve ce message

15. maintient que la Russie reste la plus grande victime du totalitarisme communiste et que sa transformation en un État démocratique sera entravée aussi longtemps que le gouvernement, l’élite politique et la propagande politique continueront de blanchir les crimes communistes et de glorifier le régime totalitaire soviétique; invite par conséquent la société russe à accepter son passé tragique;

OB : c’est là où on voit que les types ont vraiment perdu pied… Ces irresponsables ne seront heureux que quand on sera définitivement fâchés avec la Russie semble-t-il.

16. s’inquiète vivement des efforts déployés par les dirigeants de la Russie d’aujourd’hui pour déformer les faits historiques et blanchir les crimes commis par le régime totalitaire soviétique; considère ces tentatives comme un élément dangereux de la guerre de l’information qui est menée contre l’Europe démocratique et qui cherche à diviser notre continent; demande dès lors à la Commission d’agir de manière décisive pour contrecarrer ces tentatives;

17. se dit préoccupé par le fait que des symboles de régimes totalitaires continuent à être utilisés dans les espaces publics et à des fins commerciales, tout en rappelant qu’un certain nombre de pays européens ont interdit l’utilisation de symboles nazis et communistes;

OB : Ah, l’Europe libre veut donc interdire, 30 ans après la fin de l’URSS, les symboles communistes…

18. constate que le maintien, dans les espaces publics (parcs, places, rues, etc.) de certains États membres, de monuments et de mémoriaux glorifiant les régimes totalitaires ouvre la voie à la dénaturation des faits historiques relatifs aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale ainsi qu’à la propagation d’un système politique totalitaire;

OB : Donc là ils parlent des communistes – les symboles de l’Armée rouge, ça compte donc là dedans ?

19. condamne le recours croissant par les forces politiques extrémistes et xénophobes en Europe à la dénaturation des faits historiques et leur emploi d’une symbolique et d’une rhétorique qui font écho à certains aspects de la propagande totalitaire, à savoir le racisme, l’antisémitisme et la haine à l’égard des minorités, sexuelles ou autres;

OB : Et à l’évidence, ce Parlement s’y connait en « dénaturation des faits historiques »…

20. invite instamment les États membres à veiller au respect des dispositions de la décision‑cadre du Conseil, afin de lutter contre les organisations qui diffusent des discours de haine et sèment la violence dans l’espace public et en ligne, et à interdire véritablement les groupes néofascistes et néonazis et toute autre fondation ou association qui exalte et glorifie le nazisme et le fascisme ou toute autre forme de totalitarisme, tout en respectant l’ordre juridique national et la compétence nationale en la matière;

21. souligne qu’il convient de continuer de puiser dans le passé tragique de l’Europe l’inspiration morale et politique nécessaire pour relever les défis du monde contemporain, et en particulier pour lutter pour un monde plus juste, bâtir des sociétés et communautés tolérantes et ouvertes qui accueillent les minorités sexuelles, religieuses et ethniques, et s’assurer que les valeurs européennes bénéficient à tous;

22. charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission, aux gouvernements et aux parlements des États membres, à la Douma d’État de la Fédération de Russie ainsi qu’aux parlements des pays du partenariat oriental.

OB : c’est une bonne idée, quand on insulte quelqu’un, de lui envoyer le tas de boue, ça améliore les relations. Attendons la réponse – je parie sur une résolution condamnant Munich, et la colonisation…

Ces gens sont fascinants : on a un début de réchauffement avec la Russie par la Président Macron, et il faut que, sans raison, ces politiciens irresponsables jettent de l’huile sur le feu.

Le Canard Enchaîné de la semaine passée a pourtant bien pointé les risques majeurs :

Comment ces irresponsables vont déterrer la dernière guerre, pour se rapprocher de la suivante – qui sera probablement, pour le coup, « la der des ders ».

 

(1) JO C 92 E du 20.4.2006, p. 392.
(2) JO L 328 du 6.12.2008, p. 55.
(3) JO C 8 E du 14.1.2010, p. 57.
(4) JO C 137 E du 27.5.2010, p. 25.

Source : Parlement européen, 19/09/2019

Voici le détail des votes :

Les Pour :

Les Contre et ensuite les Abstentions :

Certains votes « pour » :

Les 4 seuls Français ayant voté contre :

L’analyse détaillée des votes, par pays et parti, est disponible ici, de façon bien plus conviviale que sur le site du Parlement européen.

La réaction du groupe de gauche au Parlement européen :

EDIT : suite à vos demandes, je vous confirme qu’il semble qu’aucun média n’ait apparemment traité du sujet :

Commentaire recommandé

Fritz // 24.09.2019 à 07h18

L’histoire officielle et otanisée, dans toute son horreur. Le passé recomposé.

Pour le point 17, ayant participé aux Journées du Patrimoine, j’ai dû expliquer avant-hier que l’URSS avait payé le plus lourd tribut pour résister au IIIe Reich et pour l’abattre, car une dame s’étonnait de voir le drapeau soviétique figurer avec les autres drapeaux alliés dans un modeste musée consacré à la Seconde Guerre mondiale. Elle ne s’étonnait pas de voir l’unifolié canadien… alors qu’il n’a été adopté qu’en 1965.

Merci Olivier : vous avez disséqué une entreprise de désinformation historique. Avec l’OTAN, le Parlement européen doit être considéré comme une organisation de guerre.

168 réactions et commentaires - Page 2

  • jack_sosey // 24.09.2019 à 13h09

    Donc l’origine de la seconde guerre mondiale c’est un accord entre deux nations ?
    Si seulement à l’époque il y-avait eu une entité supra-national qui transcende les peuples… et toutes ces co**ries, alors la guerre aurait pu être évité. C’est un peu gros quand même, aucune subtilité.

      +2

    Alerter
  • andrea // 24.09.2019 à 13h12

    Quand les Français envoyaient les Juifs en Allemagne, ce n’était pas un crime? Et les Hongrois, et les Croates, et les Ukrainiens…?
    Quand les Français envoyaient leurs communistes, leurs Tziganes, leurs homosexuels, ce n’était pas un crime?
    Quand les Américains bombardaient et détruisaient des villes françaises et nombre d’habitants, ce n’était pas un crime?
    Et puis, si j’ai bien compris, il faut se souvenir de tout ça pour bien se prémunir de la Russie qui menace notre démocratie?
    Vous pensez qu’ils y croient?
    La France est lavée?

      +5

    Alerter
  • Denis // 24.09.2019 à 13h15

    L’Union Européenne dans toute sa splendeur!
    Ne pouvant proposer un avenir enchanté, il lui est indispensable de trouver
    un bouc émissaire.
    Au hasard: la Russie!
    Pays qui a tous les défauts utiles et nécessaires:
    indépendante,
    autonome,
    immense territoire plein de ressources,
    peu peuplée,
    enfin, pays qui a fait le boulot( avec d’autres) contre
    les nazis.Ce qui est quand même le défaut ultime,vu
    par ceux qui ont mis en place Adolf et ses émules.

    Désormais, la bonne et bienfaisante U E nous a trouvé un ennemi!
    Mais ça risque de coincer: qui va s’attaquer à l’Ours?

    Les mesures prises par le « Camp du Bien » ont montré leur efficacité relatives.
    La Russie est devenue premier exportateur de blé, un des premiers exportateurs
    de pétrole, de gaz et autres minerais indispensables à la fabrication (entre autre)
    d’armes générant une envie irrésistible de Démocratie.

    Mais restons zen, je suis persuadé que l’ U E va faire de son mieux pour nous protéger
    des méchants « barbares » qui viennent de l’Est.

    PS: c’est ma minute d’humour( au kazou) 🙂

      +4

    Alerter
  • LA ROQUE // 24.09.2019 à 14h09

    Keynes doit se retourner dans sa tombe ! Lui qui avait prédit le chaos à venir suite aux accords de Versailles.

      +0

    Alerter
  • captp // 24.09.2019 à 14h32

    « rappelle que les régimes communistes et nazi sont responsables de massacres, de génocide, de déportations, de pertes en vies humaines et de privations de liberté d’une ampleur sans précédent dans l’histoire de l’humanité »

    Les indiens d’Amérique approuvent ce message.

      +9

    Alerter
  • Murat // 24.09.2019 à 14h32

    Je vous remercie de cet article et de cette analyse qui me laisse sans voix. C est à pleurer. Ce pire que de l inculture c’est une insulte aux 20 millions de Soviétiques qui on t donne leur vie pour abattre le nazisme. Il faut les obliger à lire le livre de Jean Lopez et de Lasha Otkhezuri ‘ »Joukov l homme qui a vaincu Hitler: Nommé équivalent de generalisime par Staline….

      +3

    Alerter
    • basile // 25.09.2019 à 18h53

      Joukov ! Combien de français connaissent ce nom ? Moi-même, le connaissant, je l’avais oublié, noyé sous des décennies de noms anglosaxons devenus plus sexy à nos oreilles que les noms en KOV,

      Merci d’avoir cité JOUKOV !

        +0

      Alerter
  • Malbrough // 24.09.2019 à 14h33

    Oui,
    Quand je regarde ARTE , politique étrangère , j’entends ce genre d’arguments . L’Allemagne a toujours eu du mal à accepter ses défaites et reconnaître ses responsabilités .
    Seulement dans cette histoire il ne peut y avoir de malentendu : les nazis étaient résolus dès les années 30 à soumettre l’URSS Staline ou pas Staline .
    De plus dans les années 55 sous l’influence de Kroutchev et de bien d’autres personnalités dont certains écrivains rescapés du goulag et des purges un immense mouvement de déstalinisation a eu lieu qui a conduit entre autre à la chute du rideau de fer .
    Dernière chose Pétrograd ou Leningrad était situé à quelle distance de la Finlande ?
    La suite , le siège de Leningrad , par les nazis , a démontré qu’effectivement cette métropole était totalement vulnérable des deux cotés : Allemagne depuis Barbarossa et Finlande qui a repris la guerre contre l’URSS au moment de l’invasion nazie .

      +4

    Alerter
  • bili // 24.09.2019 à 14h56

    Pendant qu on y est , il aurrais approfondir leur déclaration et inclure les guerres Napoléoniennes et pourquoi pas à l invasion par l Empire Roumain de la Gaule , et de ce qui va devenir l Angleterre…
    C est complètement affligeant, si ce n était pas sérieux on aurrais put croire à un fake.

      +4

    Alerter
  • Louis Robert // 24.09.2019 à 15h03

    Très brièvement 3 points, recoupements, recommandation et hommages.

    1. C’est pratique courante, dans la littérature et le discours occidentaux d’associer URSS=STALINISME=FASCISME=NAZISME=RUSSIE.

    2. J’observe à Hong Kong et dans l’Empire (coïncidence)
    d’innombrables graffitis CHINAZI et des drapeaux rouges avec swastika étoilée.

    3. Je me rappelle avoir noté, en marge de la résolution annuelle de l’ONU contre la glorification du nazisme adoptée par plus d’une centaine de nations, qu’ironiquement «Les USA, le Canada et l’Ukraine refusent de condamner » cette glorification, tandis que « les autres pays européens s’abstiennent… »

    https://www.mondialisation.ca/les-usa-le-canada-et-lukraine-refusent-de-condamner-la-glorification-du-nazisme-les-autres-pays-europeens-sabstiennent/5416040

    Je recommande que « tous les États membres, tant au niveau de l’Union qu’au niveau national, sensibilisent la jeune génération à ces problématiques en incorporant, dans les programmes et manuels scolaires de toutes les écoles dans l’Union européenne » l’histoire de la Grande Guerre Patriotique, insistant sur le fait que les vainqueurs en furent les Alliés d’Occident qui seuls, sur le glorieux Front de l’Ouest, héroïquement écrasèrent le nazisme.

    Malgré mes réserves croissantes, et déjà exprimées, sur les crises.fr, je tiens à rendre hommage à Olivier Berruyer de «sauver l’honneur », une fois encore, en publiant courageusement le texte qui précède.

      +4

    Alerter
  • Gilbert Le Pape // 24.09.2019 à 15h49

    Toujours le même problème dans cette démarche mémorielle : demander aux vivants qui n’étaient même pas nés au moments des faits de se repentir des crimes commis par une infime partie de leurs ancêtres morts depuis longtemps.

    C’est une imposture.

      +5

    Alerter
  • M.Smith // 24.09.2019 à 16h13

    Vu… Vu… Vu…
    Considérant… Considérant… Considérant…

    Les Cons sidérés par les Cons sidérants ont voté un texte digne de 1984 !
    Cela dénote un manque (extra)ordinaire de culture générale ou/et de courage et déqualifie une fois encore les élites qui ne sont que des zélés au service de leurs propres avantages et de l’idéologie ambiante.
    La réalité (Vu que…) est remplacée par l’idéologie (Vu à la TV).

    On attend la palinodie de l’UE :
    – Vu que nous sommes dans une situation démocratique, économique et écologique lamentable.
    – Considérant que le néolibéralisme en est responsable, et qu’il a tué, blessé et rendu misérable plus de personnes que tous les autres totalitarismes réunis, nous annonçons la fin du capitalisme.
    – Vu que nous, UE, sommes parti prenantes de cette idéologie mortifère et guerrière.
    – Considérant qu’il est temps d’agir pour remettre l’humain au centre des décisions, nous nous auto-dissolvons.

      +8

    Alerter
  • moshedayan // 24.09.2019 à 16h30

    Ce Parlement de l’UE poursuit l’oeuvre allemande d’asservissement économique et idéologique de l’Europe de l’Est et construit inlassablement son oeuvre de préparation des esprits à une agression contre la Russie.
    Voilà ce que je pense. Ont-ils si peur d’un retour au communisme ? pour avoir rédigé un texte juridico-politique si provocateur et mensonger ?
    La seule réponse possible des Russes : le mépris, la coopération avec bien d’autres Etats que l’UE, l’attente de la chute de l’UE, le rapprochement avec la Pologne, la Tchécoslovaquie (si récemment méprisées par votre Président dans ses propos)…
    Il vaut mieux ignorer cela, votre Président osera-t-il se rendre à Moscou en 2020 ou trouvera-t-il un prétexte ou une maladresse à faire volontairement ?

      +3

    Alerter
  • L. A. // 24.09.2019 à 17h10

    Cette résolution est ignoble, mais outre la grotesque remise en cause de la vérité historique que chacun constate facilement, on peut y discerner et même y voir écrit en toutes lettres une manœuvre plus préoccupante, destinée à promouvoir plusieurs manipulations :
    1°) une base d’anti-communisme préparatoire forcée (dès l’école) dans les esprits,
    2°) ce qui permet plus facilement un anti-russisme irraisonné et belliqueux pro-OTAN,
    3°) une condamnation maccartyste des pensées déviantes par rapport aux points 1 et 2 (mise à l’index de toute opposition de la vraie gauche),
    4°) ce qui permettra un large assentiment à la chasse aux sorcières, voire l’apparition de pseudo-milices de la bien-pensance.
    La dictature en marche, si on ne l’arrête pas à temps, sera sans doute pire que tout ce qu’on a pu connaître.

      +4

    Alerter
    • Véro // 24.09.2019 à 17h31

      Cela fait déjà un petit moment que la vraie gauche est discréditée par les médias notamment, et qu’on a tendance à la mettre dans le même panier que l’extrême-droite , en utilisant le vocable « les extrêmes » (qui se rejoignent toujours comme chacun sait). Ce qui est très apprécié d’une partie importante de la population parce que ça donne un tableau simple et équilibré, et que cet équilibre presque naturel semble constituer une preuve scientifique que le tableau correspond bien à la réalité : une droite et une gauche, au milieu un centre, tout ça c’est le bien.
      A chaque extrémité, l’extrême-gauche et l’extrême-droite, deux incarnations équivalentes du mal absolu.

        +2

      Alerter
      • L. A. // 25.09.2019 à 10h33

        Il ne s’agit pas de « découvrir » que la vraie gauche est discréditée par les médias, chacun le sait. Savamment noyé sous des considérations historiques, ce texte va plus loin et prévoit sa mise à l’index (dès l’école, c’est écrit), son interdiction, l’interdiction d’en faire la propagande ou d’en défendre les idées, la chasse, physique, au communisme ou à toute idée s’en approchant. C’est de l’avenir dont il est question.
        Quant à dire que pour les capitalistes et leurs sbires “l’extrême-gauche et l’extrême-droite, [sont] deux incarnations équivalentes du mal absolu”, c’est fallacieux. Mis à part le procès de Nuremberg (très parcimonieux) les pro-nazis ainsi que les fascistes et les franquistes (et ce texte ne les cite même pas) ne sont arrêtés qu’au compte-gouttes des décennies après des crimes qu’ils ont effectivement perpétrés, alors que les communistes, les communards, les résistants sont incarcérés, torturés et mis à mort avec leurs familles par paquets simplement pour leurs idées. Le “ni droite ni gauche” n’est jamais prononcé que par des gens de droite. J’ai compris que ce n’est pas votre opinion, mais vous vous trompez en l’attribuant aux capitalistes, leur seul problème est et a toujours été une sérieuse opposition de gauche réelle. Le nazisme, l’extrême droite, ils le tolèrent parfaitement, ils s’en servent et ils l’alimentent comme leur bon chien.

          +2

        Alerter
        • Véro // 25.09.2019 à 12h08

          Oui c’est fallacieux.
          On met les extrêmes dans le même panier, ce que fait entièrement la résolution, parce que ça permet de noyer le poisson, et qu’en plus c’est le genre de raisonnement qui peut faire mouche sur l’opinion publique. Je sais bien que pour la droite, l’ennemi c’est la vraie gauche, et non pas l’extrême-droite même nazie.

            +0

          Alerter
    • Véro // 24.09.2019 à 19h28

      Le choix du héros Witold Pilecki est à cet égard éloquant. Présenté comme héros d’Auschwitz par la résolution du parlement UE, il est même écrit dans le communiqué de presse du parlement UE qu’il a été exécuté à Auschwitz.
      En réalité, sa biographie montre qu’il a combattu contre les nazis effectivement, mais ce sont les staliniens qui l’ont exécuté à Varsovie en 48 pour espionnage. Il peut donc constituer le symbole de la lutte anti-nazie et anti-stalinienne tout à la fois.

        +1

      Alerter
      • L. A. // 25.09.2019 à 10h55

        Quand on regarde TOUTE la biographie de ce personnage, on voit que, né dans une famille d’aristocrates sécessionnistes anti-russes bien avant la Révolution bolchévique, il a toujours été un activiste anti-russe. Il a effectivement été espion pour les ennemis de l’Union soviétique (l’OTAN d’avant la lettre). Il est élevé au pinacle par le régime polonais actuel, le plus anti-russe des anti-russes. C’est à ce seul titre qu’il est monté en épingle par les auteurs de ce texte. Son sort à Auschwitz, ils s’en tapent (la preuve : ils ne se sont même pas documentés correctement là-dessus comme vous l’indiquez).
        Donc, rectifions, il n’était pas anti-stalinien, il était anti-russe, ce qui correspond aux préoccupations actuelles de L’UE et de son maître l’OTAN.

          +0

        Alerter
  • vert-de-taire // 24.09.2019 à 22h11

    Mettons les points sur les i

    Si nous en sommes à « Au moment ou les conditions de vie quotidienne s’aggravent sans en voir la limite, ou les urgences climatiques s’accumulent. »
    c’est la dictature capitaliste qui en est la cause première. non ?
    Laquelle passe en grande partie par la finance étasunienne.
    L’UE n’étant qu’un outil de l’élite financière étasunienne, une mainmise totalitaire (législative exécutive judiciaire).
    Rappel : loi unique au monde, liberté totale des capitaux. ça profite à qui ?
    Aux capitalistes.
    Tous ?
    tous.

      +1

    Alerter
  • Vercoquin // 25.09.2019 à 01h39

    Hors sujet (compte rendu procès Berruyer / Le Monde)

    Le 20 septembre se tenait devant la XVIIe chambre correctionnelle du tribunal de Paris le procès intenté par le blogueur Olivier Berruyer contre Le Monde et plusieurs personnalités qui, selon lui, l’ont diffamé, l’assimilant à un complotiste pour son travail sur son blog Les Crises. Sputnik était présent. Reportage.
    https://fr.sputniknews.com/france/201909241042148947-proces-dolivier-berruyer-contre-le-monde-qui-peut-on-traiter-de-complotiste/

      +1

    Alerter
  • morvan // 25.09.2019 à 04h40

    Message du Ministère de l’Amour :  » Le nobel de la paix 2012, c’était qui, déjà ? »

      +2

    Alerter
  • Kafka // 25.09.2019 à 14h14

    Munich est donc un point de détail de l’histoire…. Munich où la Pologne bénéficia du dépeçage de la Tchécoslovquie….

      +1

    Alerter
  • Julien // 25.09.2019 à 16h16

    C’est pas en Ukraine que l’extreme droite met ouvertement, presque physiquement, la pression au parlement élu ? Et en Croatie qu’on réhabilite les oustachis ? Ah mais non ils sont pas communistes …

      +1

    Alerter
  • Betty // 25.09.2019 à 20h24

    A l’heure où notre société se désagrège, où la liberté de manifester, de penser sont moribondes, il est inouï de constater qu’ils n’auront de cesse de provoquer un conflit avec la Russie. Quant aux simagrées de macron, elles ne trompent personne… du moins je l’espère.

      +0

    Alerter
  • Dominique65 // 25.09.2019 à 21h10

    Bonjour à tous.
    On se rappellera que 3 années de suite de 201 à 2017, cette même « Europe » s’est abstenue de voter pour un texte appelant à la lutte contre la glorification du nazisme largement soutenu par l’ensemble des pays de la planète. Cela me laisse à penser que le nazisme n’est noté dans cette nouvelle résolution du Parlement Européen que comme prétexte. Ce qui est réellement visé, ce n’est même pas le stalinisme, mais la Russie (première victime de Staline).

      +0

    Alerter
  • Antonio // 26.09.2019 à 13h31

    Le groupe Bilderberg n’a-t-il pas eu comme 1er président (de 1954 à 1976) le prince Bernhard des Pays-bas ? Il a été un officier nazi SS travaillant pour le compte du département d’espionnage NW7 opérant à l’intérieur du géant de l’industrie chimique I.G. Farben qui utilisait le camp de concentration d’Auschwitz comme réserve d’esclaves pour ses usines sur place !

    Et le 1er président de la commission européenne, Walter Hallstein (1901-1982), n’était-il pas lui aussi un ancien nazi ? Pourtant Il est un des pères fondateurs de l’Europe, avec Hitler et les grands cartels chimiques allemands ! C’est ainsi qu’Hallstein, devenu secrétaire d’état aux Affaires Étrangères, co-signa le traité de Rome le 25 mars 1957 avec Adenauer.
    http://www.youtube.com/watch?v=nwS0E1N1OCg

    Et que penser de l’alliance en Ukraine de l’otan avec les neo-nazis de Kiev ? Sans doute de la même chose que l’alliance avec les islamistes pour mettre à feu et à sang le Proche et Moyen Orient (Irak, Libye, Syrie, Yemen…. en attente Iran).

    La France européenne en 1941 :
    https://www.dailymotion.com/video/xp1wiw

    Et l’Union Européenne n’épouse-t-elle pas le même idéal hitlérien avec la sélection raciale, l’euthanasie, les enfants naissant sans père (lebensdorf) ?
    https://www.lexpress.fr/actualite/societe/france-1944-la-fabrique-des-enfants-parfaits_763222.html

      +1

    Alerter
  • Laure // 26.09.2019 à 15h02

    L’Union Européenne n’est pas démocratique (on a mis à la poubelle le vote des Français en 2008, en cours en ce moment celui des Anglais…). Au temps de l’empire romain, que reprochait le Christ aux pharisiens ? Matthieu 15:9 : « C’est en vain qu’ils m’honorent, en enseignant des préceptes qui sont des commandements d’hommes. » Et il ajoutait : Jn. 8:44 : «Le père dont vous êtes issus, c’est le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père…. » Durant la royauté, les principes moraux se basaient sur le Nouveau Testament, à partir de 1789 on ne tint compte que des Droits de l’Homme (un remake des commandements d’hommes) : Chaque individu ou collectivité est libre de choisir lui-même ce qu’il croit être bien et ce qu’il croit être mal. C’est exactement la définition du satanisme dans wikiliberal :
    https://www.wikiberal.org/wiki/Satanisme
    Ainsi selon le député Jean Pierre Michel en 2013 : « Ce qui est juste, c’est ce que dit la loi. Voilà, c’est tout. Et la loi ne se réfère pas à un ordre naturel. Elle se réfère à un rapport de force à un moment donné. Et point final. C’est le point de vue marxiste de la loi. »
    https://www.dailymotion.com/video/xxk0ss

      +0

    Alerter
    • Laure // 26.09.2019 à 15h05

      Ce que cela donne :
      De Jean-Louis Touraine (LaREM) en septembre 2019 : « Il n’y a pas de droit de l’enfant à avoir un père. »
      Valérie Pécresse (26/06/2019) : « La laïcité républicaine, c’est la loi au-dessus de la foi. »
      Les Républicains (Principe 9) : « Aucune loi religieuse ne peut et ne pourra jamais être supérieure aux lois de la République. »
      En janvier 2012, devant le Grand Orient de France (GODF), François Hollande déclarait sans ambages : « Mais si l’on croît, comme c’est mon cas, dans la République, à un moment il faut passer par la franc-maçonnerie ! »
      https://www.dailymotion.com/video/x2ixfgv

        +0

      Alerter
      • Carlos // 26.09.2019 à 17h47

        Que penser des révolutions démocratiques à travers le monde ? Notamment en Ukraine avec l’aide des neo-nazis ? A voir absolument pour comprendre notre monde !
        https://www.youtube.com/watch?v=Ssyt9hrQ1Ng

          +0

        Alerter
    • Nicole // 26.09.2019 à 18h13

      L’Union Européenne pas démocratique ? Mais Soros a réussi à tripler le soutien du Parlement européen à « la protection des valeurs démocratiques » et notamment à ses ONG, dans le budget-cadre 2021-2027 de l’UE adopté lors de la session plénière du 17 janvier à Strasbourg, au Parlement européen (1,8 milliards).
      https://reseauinternational.net/bruxelles-donne-18-milliard-a-soros-et-a-ses-ong-pseudo-humanitaires

        +0

      Alerter
  • l’Effaré // 27.09.2019 à 18h18

    « Parasitocrates de Tous les Pays Unissez-vous! Vive la Dictature du Profitariat. La Priorité c’est le Vol » . L’U.E. parlait-elle d’elle-même comme Monsieur Jourdain ferait de la prose lorsquelle fait allusion à la dictature comuniste stalinisme »? . Qu’est-ce qui se rapporche le plus aujourd’hui du Soviet Suprême de l’URSS que le Parlement Européen ? Que sont les Commissaires Européens sinon des Commissaires Politiques? Qu’est-ce que la Commisision Européenne sinon le Politbureau ? Qui est monsieur Jean-Claude Junker sinon une sorte de Gromiko aviné affublé d’une sciatique hépatique ? Qu’est-ce que l’Eurogendfor sinon la copie moderne de la « Puissante-Milice-qui-unit-les-Peuples-de-l’Union-Soviétque? Qu’est-ce que l’Otan agressant les petites Nations comme la Serbie, la Syrie ou l’Irak la Yougoslavie sinon l’Armée Rouge agressant la Finlande (pronazie) ? Qu’est-ce que la langue de bois de nos oligarques médiatiques gavés de privilèges odieux sinon l’écho de leurs homologues soviétiques gavés eux aussi de privilèges odieux ? Que sont les dénis de démocraties en cascade en Italie, en France, en Grèce, à Chypre, sinon des coups de Prague de 1968 à répétition? Quest-ce que la religion de l’Euro triomphant dans l’abime sublime du désastre collectif, sinon la religion du socialisme universel triomphant dans l’abime d’une pénurie généralisée ? La vérité pourrait bien me forcer à dire que nous sommes aujourd’hui les Nouveaux Pays de l’Est de l’Empire Européen.

      +0

    Alerter
  • Jeanne L. // 28.09.2019 à 09h40

    Un article russe à lire absolument: https://news-front.info/2019/09/21/golos-mordora-vskarmlivaya-chudovishhe/
    Très bien traduit par Marianne Dunlop sur le site de Danielle Bleitrach « Histoire et société »:
    https://histoireetsociete.wordpress.com/2019/09/28/russie-un-pas-de-plus-a-ete-franchi-dans-le-revisionnisme-historique/

    Il s’agit d’un roman « d’anticipation »(?) de Victor Pelevine qui nous montre que l’on n’ en est plus à l’étape du vote d’hier: »Dans l’un des romans de Victor Pelevine, dans un avenir relativement lointain, le monde a pleinement reconnu la responsabilité de l’URSS dans le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Une seule question reste à résoudre : comment le NKVD a-t-il incité Hitler à exterminer le peuple juif? »
    Oui: la « faute » n’est même plus partagée …
    La conclusion de cet article mérite la plus grande attention:
     » Ils recommencent à nourrir le monstre.
    Et le monstre grandit et gagne en force. Je n’ai pas envie de penser qu’il faudra nous battre à nouveau contre lui. Et encore une fois – au nom de toute l’humanité, comme dans la première moitié des années quarante du vingtième siècle. »

      +0

    Alerter
  • basile // 01.10.2019 à 06h41

    à propos de la présence de Poutine aux obsèques de Chirac. Le commentateur (BFM ?) explique les liens entre les deux hommes, Chirac qui parle russe,… liens non altérés malgré la guerre de Géorgie et de Tchétchénie.

    Mais depuis, poursuit-il, « il y a eu l’annexion de la Crimée » (sic).

    Ce « vrai journaliste » donc, ne se pose pas la question de l’origine de l’affaire de Crimée. Le coup d’état de Maidan est donc un détail de l’histoire. Probablement un bien nécessaire pour apporter la liberté en Ukraine.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications