Dans cet article exceptionnel du Spiegel, traduit pour nous par Etienne, on apprend que des documents du gouvernement allemand récemment publiés révèlent que de nombreuses personnes au sein de la Chancellerie d’Helmut Kohl avaient émis de sérieux doutes à propos d’une monnaie unique Européenne, lorsque celle-ci fut introduite en 1998. Les experts avaient avant tout pointé du doigt l’Italie comme étant le maillon faible de l’Euro.

Reprise d’un article du Parisien du 1/9/13 Jean-Pierre Chevènement, ministre de François Mitterrand, qui, hostile à la guerre du Golfe, préféra démissionner, critique durement la politique syrienne de François Hollande. Sénateur du Territoire de Belfort et président d’honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC), Jean-Pierre Chevènement, 74 ans, a été plusieurs fois ministre dans les [...]

Je poursuis la petite série de textes que je trouve intéressants de Dmitry Orlov, ils aident à la réflexion. Il est né à Leningrad et a immigré aux États-Unis à l’âge de douze ans. Il a été témoin de l’effondrement soviétique lors de plusieurs visites prolongées sur sa terre natale russe entre la fin des années 1980 et le milieu des années 1990. Il est ingénieur et a contribué à des champs aussi variés que la physique des hautes énergies et la sécurité informatique.

Ce texte est la traduction d’une conférence donnée par Dmitry Orlov à Dublin, le 11 juin 2009

Article de Dmitry Orlov d’avril 2012 traduit par Tancrède Bastié

Il y a des projets importants qui doivent être mis en route comme si c’était pour hier, parce qu’ils sont la clef de la survie humaine. Malheureusement, ils ne peuvent être financés par les voies habituelles à cause de la nature tordue de l’économie de marché et de la finance globale, qui dicte que le seul but de l’investissement d’argent est de faire plus d’argent. Le projet d’éviter des conséquences désastreuses n’est pas une affaire lucrative, en soi, et ne se trouve pas financé. Mais importer de Chine des millions de citrouilles d’Halloween en plastique orange chaque année est un pari facile, et donc le marché donne priorité aux citrouilles en plastique orange sur ce qui est essentiel pour nous maintenir en vie. La main invisible du marché, il s’avère, est attachée à un invisible idiot. [Lire la suite de l'article...]

[Article] « Contre la crise financière et écologique, la planification », par James K. Galbraith

James K. Galbraith est professeur d’économie à la Lyndon B. Johnson School de l’université du Texas. Economiste hétérodoxe, il s’inscrit dans une longue lignée marquée par la figure mondialement reconnue de son père, John Galbraith. Comme lui, il rejette de manière radicale la plupart des apports et des méthodes de la théorie économique néo-classique. De passage à Paris, il y a trois semaines, nous l’avons longuement rencontré pour parler de son dernier ouvrage: L’Etat Prédateur (Seuil). Ou comment la droite a renoncé au marché libre. Et pourquoi la gauche devrait en faire autant. Facile d’accès, grand pédagogue, cet homme d’une cinquantaine d’années explique pourquoi la gauche serait bien inspirée de se désintoxiquer et de comprendre enfin que les marchés n’apporteront aucune solution à la crise contemporaine, à la pauvreté, aux inégalités, à la crise écologique, tous ces défis qui appellent au contraire la «planification». Du livre de Galbraith, le très médiatique prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz écrit qu’il «montre comment briser l’emprise magique des conservateurs sur les esprits de la gauche». Tout un programme.

[Article] L’impasse – LA CRISE n°21, par Henri Regnault

  • 29 octobre 2012
  • Commentaire(s) 115

Résumé : Entre gesticulations conjoncturelles impuissantes et agenda structurel au point mort, la crise poursuit inéluctablement son cours, nous rapprochant chaque jour un peu plus de l’irréparable, c’est-à-dire des fractures sociétales qui conduisent aux guerres civiles larvées ou ouvertes et des fractures internationales qui ne peuvent mener qu’à des fuites en avant fatales. [Lire la suite...]

[Article] La population européenne est moins instable qu’en Amérique, par Dmitry Orlov

Interview de Dmitry Orlov par Tancrède Bastié, un de ses fans français… Merci aussi à Murielle pour la traduction

Quelle différence voyez-vous entre l’avenir de l’Amérique et celui de l’Europe ?

Les pays d’Europe sont des entités historiques qui gardent encore des vestiges d’allégeance par delà le domaine monétisé, commercial, tandis que les États-Unis ont commencé comme une entité commerciale, basée sur une révolution qui était essentiellement une révolte fiscale et donc n’avait pas de position de repli. La population européenne est moins instable qu’en Amérique, avec un plus fort sens de l’appartenance régionale, et elle est plus susceptible d’avoir des relations avec ses voisins, de pouvoir trouver un langage commun et de trouver des solutions aux difficultés communes. [Lire la suite...]

[Article exclusif] Barack Obama, Seigneur des drones

Je vous propose aujourd’hui cet édifiant article du New York Times, de Jo becker et Scott Shane, qui a défrayé la chronique fin juin. Il a été traduit pour ce blog par Victor.

Au vu de sa longueur, je vous le propose aussi en pdf, plus simple pour imprimer, en cliquant ici.

Le président Obama dans le Bureau ovale avec Thomas E. Donilon, à gauche, son conseiller à la sécurité nationale, et John O. Brennan, son principal conseiller en matière d’anti-terrorisme.

[Article] La porte étroite – LA CRISE n°20, par Henri Regnault

Résumé : Y a-t-il une issue à la crise de la dette souveraine, autre que la catastrophe de l’effondrement du château de cartes des Etats et institutions financières adossés les uns aux autres ? Dans le pur respect de la lettre des contrats entre débiteurs et créanciers, une issue positive est peu probable : autant essayer de faire passer un éléphant par une porte étroite ! [Lire la suite...]