Ouaouh. J’avais loupé ça en début de mois. Et c’est vraiment très important. J’expliquerai pourquoi par la suite.

Jacques Julliard est un journaliste et essayiste français, ancien militant anticolonialiste et ancien membre de la direction de la CFDT. En 2010, il annonce son départ du Nouvel Observateur pour Marianne.

C’est très intéressant, car Jacques Julliard est un symbole de la deuxième gauche rocardienne, de la “social-démocratie”. Bref, Julliard, c’est la majorité du PS. Et c’est là que ça aide à mieux comprendre ce qui se passe (ou plutôt ce qui ne se passe pas…).

Vous notez donc que la vision “de gauche” classique rencontre donc la vision extrémiste “de droite”, et donc que la vaste majorité de l’appareil politique prend désormais un position très obtuse et peu fraternelle envers une masse de citoyens intégrés et paisibles. À tel point qu’il n’y a presque plus de place pour un poencsitionnement fraternel (et lucide sur les problèmes des pratiques extrémistes, bien entendu).
po
En ne réagissant pas face à ces propos d’une autre époque, on va donc faire naître de fortes tensions à terme, donner un sentiment d’humiliation et donc, générer des problèmes plus importants encore. Nous voyons des pompiers pyromanes réalisant des prophéties auto-réalisatrices. Quand des gens vont se rebeller à cause de leurs propos, ils diront “Eh bien vous voyez, on avait raison, on l’avait dit !”…

Petit cours d’auto-défense intellectuelle, donc, sur un des pires textes de propagande haineuse que j’ai lu, caractérisé par un biais psychologique classique : la projection sur l’autre de ses propres déviances…

En tous cas, une chose est sûre : les périodes où on se déchaîne contre des gens qui, comme Todd (ou moi ici) appellent à la paix civile, en les traitant de “collabo”, et où on soutient des personnes appelant et œuvrant à la guerre civile, sont des périodes qui finissent très très mal. On verra donc… (on changera de sujet dans quelques jours, n’ayez crainte…)

I. Le 2 septembre : Contre le parti collabo du “pas d’amalgame”, par Jacques Julliard

RAPPEL : Attention, cet article n’a PAS été écrit par Eric Zemmour, mais par une des figures de “la gauche”

parti-collabo

Par Jacques Julliard, Marianne, le 2 septembre 2016

Chaque fois que la France est menacée dans son existence et dans ses raisons d’être, il se forme dans ses marges un parti collabo. Bourguignons de la guerre de Cent Ans, frondeurs du début du règne de Louis XIV, émigrés de Coblence sous la Révolution, vichystes et pronazis de la Seconde Guerre mondiale. D’ordinaire, ce parti est d’extrême droite et se confond avec la réaction. Aujourd’hui, il est d’extrême gauche.

C’est le parti du « pas d’amalgame » à tous crins ; du « vivre ensemble » à tout prix ; de « la faute aux cathos » quand les islamistes égorgent ; c’est le parti de la minimisation (« quelques actes isolés sans signification »), de la psychiatrisation (« une poignée de déséquilibrés »), de la contextualisation (« des victimes du racisme ambiant »), de la diversion (« les fruits du colonialisme »), de la banalisation (« le burkini est un vêtement comme un autre »). Tout est bon pour suggérer que ces crimes ne sont pas des crimes, mais des conséquences.
C’est surtout le parti de la France coupable. Cette façon de faire son procès quand l’ennemi la calomnie, cette manière de lui tirer dans le dos quand elle est attaquée de face ; ce chauvinisme inversé qui l’accable quand elle est affaiblie ne porte qu’un nom, quels qu’en soient les auteurs : lâcheté ! lâcheté ! Quand la France connut en 1940 les jours les plus noirs de son histoire, le parti de la soumission, avec à sa tête le maréchal Pétain, ne trouva qu’une explication : la France est dans le malheur parce que la France est coupable ! Coupable du Front Populaire, coupable de son esprit de jouissance, coupable de son esprit d’insubordination.

Et aujourd’hui que l’on tue dans les salles de rédaction, que l’on massacre dans les lieux fréquentés par les juifs, que l’on décapite un chef d’entreprise, que l’on assassine des policiers en civil à leur domicile, que l’on égorge un prêtre à son autel, que l’on envoie un camion fou écraser de tranquilles citoyens célébrant la fête de la liberté, que nous susurre le parti collabo ? Que tous ces innocents sont coupables ! Que la France est punie à cause de son passé colonial. Qu’il ne lui reste qu’une chose à faire : se couvrir la tête de cendres, plier l’échine, lécher la main qui la poignarde.
À la tête du parti de la soumission, il y a comme d’habitude les intellectuels. Ce n’est pas ma faute à moi si dans le langage populaire intello rime avec collabo. Oh, je ne suis pas en train de faire le procès des intellectuels en général. Dans l’esprit de la Résistance, les armes à la main souvent, il y a toujours eu, minoritaires, des Marc Bloch et des Albert Camus, des René Char et des Robert Desnos. Mais la masse des autres ? Derrière les quatre grands de la trahison, Brasillach et Drieu, Rebatet et Céline, il y a tous les autres, l’Académie française presque au complet, un grand nombre d’éditeurs, de journalistes et même de dessinateurs.

Pas d’amalgame ! allez-vous encore dire. Vous n’allez pas comparer les complices de l’Allemagne nazie avec d’honnêtes défenseurs de l’islam ! Je ne compare pas des culpabilités, j’examine des états d’esprit. Et je me demande pourquoi tant d’agnostiques convaincus, de non-conformistes patentés, se sont laisser rassoter, cocufier, embobiner, encaquer, tartufier par la religion la plus fidéiste, la plus conformiste, et aujourd’hui la plus sanglante de la planète ? Comment se nomme Tartufe en ce XXIème siècle commençant ? Il se nomme Tarik Ramadan, il ne nous manque, hélas, qu’un Molière pour le dire !*
Car enfin, aujourd’hui, au pays de Voltaire, c’est Tartufe qui triomphe, avec pour couverture non plus le catholicisme, mais l’islam, avec le soutien discret de tous les Homais de l’extrême gauche. Au pays de George Sand et de Simone de Beauvoir, c’est le machisme le plus brutal et la réduction de la femme à l’état de propriété privée qui l’emporte, avec la complicité imbécile de quelques Marie-Chantal du féminisme. Et que dire de ces matamores de la révolte en chambre, de ces insoumis de Quartier latin, de ces hors-la-loi de plateaux télé, affichant à longueur de manifeste leur mépris de la légalité bourgeoise, qui se transforment soudain en juristes pointilleux, en avocaillons pinailleurs, dès qu’il s’agit d’excuser l’islamisme ?

Je ne sais pas jusqu’à quel point la guérilla culturelle qui se mène sur nos plages en burkini à 150 euros a partie liée avec la guerre terroriste de Nice et de Saint-Étienne-du-Rouvray. Je ne sais pas si la première n’est pas la façade civilisée de l’autre. Mais ce dont je suis sûr, c’est que, dans les arrière-greniers de la pensée collabo, l’esprit de soumission est le même. C’est cela qu’avait prophétiquement annoncé Michel Houellebecq dans son dernier roman et c’est cela que le parti collabo ne lui a jamais pardonné.
Mais enfin, ce disant, n’êtes-vous pas en train, autre ritournelle du moment, de “stigmatiser les musulmans” ? Ni plus ni moins que les républicains du début du XXème siècle ne stigmatisaient les catholiques quand ils établissaient les lois de la laïcité, que le monde entier nous envie. Sauf les Américains ! Après l’arrêt du Conseil d’État, comme l’a justement dit Manuel Valls, le combat continue. La bataille de la liberté et de la raison sera perdue ou gagnée sur le front culturel.

Contre le parti intello-collabo, Montaigne, Pascal, Molière, Voltaire, Camus, Simone Weil : au secours !

* Il faudrait que Jean-Luc Mélenchon relise ses classiques. Lorsque Tartufe demande à Dorine de se dévoiler (déjà !), ce n’est pas Dorine que Molière dénonce, mais Tartufe lui-même, grand envoileur.

Marianne N° 1013 du 2 septembre 2016

Par Jacques Julliard, Marianne, le 2 septembre 2016

julliard-godwin

edito-julliard-marianne-1013

II. Le même article commenté…

La propagande implique par nature de faire accepter des idées erronées. Par ailleurs, elle vise principalement des personnes intelligentes (les autres ont bien moins d’intérêt pour un propagandiste). Mais comment faire accepter des idées fausses par un esprit intelligent ? Eh bien par une Stratégie du Choc Émotionnel très NaomieKleinesque, il faut “baffer” l’esprit critique de la victime, en faisant en sorte que sa pensée soit submergée d’émotions, meilleur antidote à la raison. Exemples : des prématurés tués au Koweit pour voler des couveuses, des Soldats de Kadhafi dopés au Viagra pour violer leur peuple, etc… Ou ça :

Contre le parti collabo du “pas d’amalgame”

Chaque fois

[Ici il s’agit de faire croire qu’on annonce une règle absolue ne contenant donc aucun contre-exemple]

que la France est menacée [Peur] dans son existence [Peur] et dans ses raisons d’être [Peur], il se forme dans ses marges

[Ils sont une poignée…]

un parti collabo.

[Insulte]

Bourguignons de la guerre de Cent Ans, frondeurs du début du règne de Louis XIV, émigrés de Coblence sous la Révolution, vichystes et pronazis de la Seconde Guerre mondiale

[Joyeux amalgame des Bourguignons, des “frondeurs” (tiens…), des proNazis, etc. Ne manque que mon voisin ‘qui ne ferme pas la porte de l’immeuble le soir après 22h00’.

D’ordinaire, ce parti est d’extrême droite [Insulte] et se confond avec la réaction. [Insulte] Aujourd’hui, il est d’extrême gauche. [Ca compte “Insulte” ça non… ?].

C’est le parti du « pas d’amalgame » à tous crins ;

[Heureusement, les amalgames et Julliard, ça fait deux comme on a vu]

du « vivre ensemble » à tout prix ;

[certains préfèrent apparemment le “Mourir ensemble”…]

de « la faute aux cathos » quand les islamistes égorgent ;

[Bien sûr vous avez tous entendu plein de gens dire “C’est la faute aux cathos”…]

c’est le parti de la minimisation (« quelques actes isolés sans signification »)

[On ne nous attaque pas non plus tous les matins, c’est un fait, et nous avons été agressés depuis 2 ans quoi ? Une trentaine de personnes ? Si on n’est pas capables de résister à ça, Adieu notre Démocratie…],

de la psychiatrisation (« une poignée de déséquilibrés »),

[On peut quand même se poser la question de la normalité psychique quand on se fait sauter sur une esplanade vide, ou quand, musulman, on écrase plein d’enfants musulmans à Nice],

de la contextualisationdes victimes du racisme ambiant »), de la diversion (« les fruits du colonialisme »), de la banalisation (« le burkini est un vêtement comme un autre »). Tout est bon pour suggérer que ces crimes ne sont pas des crimes, mais des conséquences. C’est surtout le parti de la France coupable.

Bien, on a donc compris où était la référence “intellectuelle” de Valls :

Mais j’y répondrai après, ce point est très important…

Cette façon de faire son procès quand l’ennemi

[“L’ennemi est bête : il croit que c’est nous l’ennemi alors que c’est lui !” {Pierre Desproges}]

la calomnie [Paranoïa], cette manière de lui tirer dans le dos quand elle est attaquée de face

[Paranoïa – mais bel hommage au bourrage de crâne de 1914-1918] ;

ce chauvinisme inversé qui l’accable quand elle est affaiblie [Paranoïa] ne porte qu’un nom, quels qu’en soient les auteurs : lâcheté ! lâcheté !

[Ce billet traitant de collabo des personnes appelant en général au calme, à la raison, à l’intelligence, à la fraternité, à la paix civile est en effet une fantastique preuve d’un courage sans nom…]

Quand la France connut en 1940 les jours les plus noirs de son histoire,

[On va quand même dire “jusqu’à aujourd’hui”, car il y a un potentiel intéressant pour la suite…]

le parti de la soumission, avec à sa tête le maréchal Pétain, ne trouva qu’une explication : la France est dans le malheur parce que la France est coupable ! Coupable du Front Populaire, coupable de son esprit de jouissance, coupable de son esprit d’insubordination.

[Hmmm pas du tout, Pétain en mettait justement pas une responsabilité sur “La France éternelle”, mais bien sur la Gauche du Front Populaire et des Juifs, Blum cumulant les deux. Le discours était très proche de Zemmour (musulman remplaçant juif), qui a repris ce propos de Julliard. #JeDisCaJeDisRien]

Et aujourd’hui que l’on tue dans les salles de rédaction, que l’on massacre dans les lieux fréquentés par les juifs, que l’on décapite un chef d’entreprise, que l’on assassine des policiers en civil à leur domicile, que l’on égorge un prêtre à son autel, que l’on envoie un camion fou écraser de tranquilles citoyens [dont un tiers de musulmans] célébrant la fête de la liberté

[Stratégie du choc émotionnel ; il oublie un “que l’on massacre en masse des musulmans dans le monde, homme femmes enfants, jusque dans des mosquées“]

que nous susurre le parti collabo ?

[Que ça fait du mal de lire ça sous cette plume qui a mené tant de beaux combats…]

Que tous ces innocents sont coupables !

[Ah tiens, si, finalement il l’a dit]

Que la France est punie à cause de son passé colonial.

[et aussi de son présent colonial {Al-Nosra fait du bon boulot toutça toutça}, n’exagérons pas… Ben oui, ça a existé, et les graves erreurs ont toujours des conséquences, qu’y puis-je…?]

Qu’il ne lui reste qu’une chose à faire : se couvrir la tête de cendres, plier l’échine, lécher la main qui la poignarde.

[Non, lui donner la légion d’honneur, simplement – la lèche, ce n’est pas leur genre…]

À la tête du parti de la soumission, il y a comme d’habitude les intellectuels.

[“Je te foutrais tout ça dans un camp, moi…”]

Ce n’est pas ma faute à moi si dans le langage populaire intello rime avec collabo.

[Arf, quelle brillant argument ! Çà rime aussi d’ailleurs avec facho, mytho, menthe-à-l-eau..]

Oh, je ne suis pas en train de faire le procès des intellectuels en général. Dans l’esprit de la Résistance [qu’il incarne si bien présentement…], les armes à la main souvent, il y a toujours eu, minoritaires, des Marc Bloch et des Albert Camus, des René Char et des Robert Desnos [Les pauvres, être récupérés ainsi…] . Mais la masse des autres ? Derrière les quatre grands de la trahison, Brasillach et Drieu, Rebatet et Céline, il y a tous les autres, l’Académie française presque au complet, un grand nombre d’éditeurs, de journalistes et même de dessinateurs. [Eh oui, déjà, #IlsÉtaientCharlie…]

Pas d’amalgame ! Allez-vous encore dire.

[Seulement ceux qui ont du coeur et un cerveau, soyons honnêtes… 🙂 ]

Vous n’allez pas comparer les complices de l’Allemagne nazie avec d’honnêtes défenseurs de l’islam !

[Ben non !! Euh, quoique…]

Je ne compare pas des culpabilités, j’examine des états d’esprit.

[Ah ben si, finalement…]

Et je me demande pourquoi tant d’agnostiques convaincus, de non-conformistes patentés, se sont laisser rassoter, cocufier, embobiner, encaquer, tartufier par la religion la plus fidéiste, la plus conformiste ,et aujourd’hui la plus sanglante de la planète ?

[Oh j’adore ça ! Mais attention #Padamalgam ! On considère donc que le djihadiste applique “la religion”, et donc que le milliard et demi de musulmans tranquilles ne le fait pas… #SoZemmour]

Comment se nomme Tartuffe au XXIème siècle commençant ? Il se nomme Tarik Ramadan, il ne nous manque, hélas, qu’un Molière pour le dire ! car enfin, aujourd’hui, au pays de Voltaire, c’est Tartuffe qui triomphe, avec pour couverture non plus le catholicisme, mais l’islam,

[Meuuuuuh oui, l’Islam triomphe en France, c’est évident… Ca me rappelle quand j’étais passé à Arrêts sur Images sur l’Ukraine en 2014, et que mon interlocuteur du Monde a dit que “En Occident, la propagande russe l’a emporté”. Paranoïa avancée, ou, plus précisément, pour eux, la propagande adverse gagne tant qu’il reste un opposant à leur idées…]

avec le soutien discret de tous les Homais de l’extrême gauche.

[Vieille tactique du “Vous voyez bien que je suis plus cultivé que vous ! Faites moi donc confiance….” : Monsieur Homais est un personnage de fiction créé par Gustave Flaubert dans son roman Madame Bovary ; il se caractérise par sa vanité sociale et ses prétentions scientifiques]

Au pays de George Sand et de Simone de Beauvoir, c’est le machisme le plus brutal et la réduction de la femme à l’état de propriété privée qui l’emporte, avec la complicité imbécile de quelques Marie-Chantal du féminisme.

[“Enfoiré d’Islam” va…]

Et que dire de ces matamores de la révolte en chambre, de ces insoumis de Quartier latin, de ces hors-la-loi de plateaux télé,

[“De toute cette vermine de gauche !!!!” ]

affichant à longueur de manifeste leur mépris de la légalité bourgeoise, qui se transforment soudain en juristes pointilleux, en avocaillons pinailleurs, dès qu’il s’agit d’excuser l’islamisme ?

[Plus “qu’excuser” j’aurais même dit “Soutenir, se réjouir, et reprendre deux fois des moules à chaque attentat”]

Je ne sais pas jusqu’à quel point la guérilla culturelle qui se mène sur nos plages

[avec des armées composées de hordes de Une femme allant se baigner…]

en burkini à 150 euros pièce

[Tssss, mauvais argument Jacques ! Ce sont des arabes, elles ont donc très certainement volé les burkinis ! Je préfère ne pas réagir au racisme de classe sous-tendant cette remarque afin de rester poli…]

a partie liée avec la guerre terroriste de Nice et de Saint-Étienne-du-Rouvray. Je ne sais pas si la première n’est pas la façade civilisée de l’autre.

[Burkini = Terroriste, je crois que c’est clair. #Bistrot]

Mais ce dont je suis sûr, c’est que, dans les arrière-greniers de la pensée collabo, l’esprit de soumission est le même.

[C’est beau comme du Houellebecq]

C’est cela qu’avait prophétiquement annoncé Michel Houellebecq

[Oh ben tiens, qu’est-ce que je disais ! Belle référence pour la gauche ! #JauresSoHasBeen]

houellebecq

houellebecq-2

dans son dernier roman et c’est cela que le parti collabo ne lui a jamais pardonné.

[Alors que le parti de Julliard est d’un humanisme émouvant]

Mais enfin, ce disant, n’êtes-vous pas en train, autre ritournelle du moment, destigmatiser les musulmans?

[Très honnêtement, je ne vois pas quel honnête homme pourrait penser ceci…]

Ni plus ni moins que les républicains du début du XXème siècle ne stigmatisaient les catholiques quand ils établissaient les lois de la laïcité, que le monde entier nous envie.

[Mais enfin, qui ne voit pas que la minorité musulmane est actuellement traitée comme l’était l’infime minorité de Catholiques en 1905 !]

Sauf les Américains !

[“Enfoirés d’Américains va, complices historiques des musulmans” #JCroisQueCEstClair]

Après l’arrêt du Conseil d’État, comme l’a justement dit Manuel Valls, le combat continue.

[… contre les principes des Droits de l’Homme, rappelés par le Conseil d’État, donc.]

La bataille de la liberté et de la raison sera perdue ou gagnée sur le front culturel. Contre le parti intello-collabo, Montaigne, Pascal, Molière, Voltaire, Camus, Simone Weil : au secours !

[Je lui souhaite de devoir rendre des comptes le plus tard possible à tous ces Grands à qui il en appelle – et qui ne resteront pas eux, une note de bas de page dans quelques livres -, car je crains qu’il passe alors des moments difficiles… Bon courage, donc, M. Julliard.]

naufrage

III. “Le parti de la France coupable”

Je reviens sur ce mot dans le texte de Julliard. C’est très important ce “parti de la France coupable” car c’est une manipulation grossière mais très répandue.

Le propagandiste essaie de faire croire que, quand on essaie de comprendre la longue chaîne de causalités, et donc de responsabilités qui aboutit à un tel drame, on serait en train de dire que “La France est coupable” – voire même généralement à l’extrême-droite “Les victimes décédées sont coupables” (Stratégie du choc émotionnel par la violence de l’affirmation). Alors que la vraie conclusion est “Tiens, le Gouvernement a une part de responsabilité dans le drame, évidemment non intégrale, mais suffisante pour l’avoir permis” (un peu comme dans un crash aérien où il faut toujours 7 ou 8 erreurs pour que le crash ait lieu ; une seule de moins, et tout va bien).

“La France est coupable” sert donc à ne pas pouvoir poser ni donc investiguer par exemple la question “Mais comment le conducteur de Nice a-t-il pu ne pas être interpellé pendant ses repérages avec un camion par la vidéosurveillance” ou “Pourquoi n’y avait-il pas de blocs en béton ou herses pour empêcher la circulation” ou “Pourquoi n’y avait-il pas après Charlie un civil de garde en permanence nationale pour autoriser en 5 minutes les militaires à tirer sur des djihadistes, comme au Bataclan” – puisque cet exemple est ressorti timidement ce week-end). Autre exemple pour illustrer : on parle des crimes de la colonisation, on vous sort “assez de repentance” (Stratégie du choc émotionnel : la personne qui l’entend n’a en effet jamais été colonisatrice, donc pourquoi se “repentir” ?), alors qu’il n’y a à se repentir de rien, juste à connaître, comprendre et ne pas oublier les crimes récurrents de Gouvernements en roue libre…

Amusant aussi : si le gouvernement (puisque c’est de lui dont on parle en réalité quand on entend “La France” ou “Nous”) n’avait AUCUNE responsabilité, à travers ses actes ou ses non-actes, si ces crimes arrivent juste parce que des musulmans lambdas (sains d’esprit donc) lisent 3 lignes guerrières du Coran et décident de les appliquer à la lettre pour aller tuer des enfants y compris musulmans (ce qui montre bien à quel point ils sont donc sains d’esprit et appliquent bien le Commandement de Dieu “Tu ne tueras point”) eh bien que peut-on faire alors ? Je ne vois que 2 choses : ou bien on change le Coran (merci de prévoir un délai), ou bien on vide notre territoire des musulmans – ce que propose Zemmour : “choisir l’Islam ou la France” -, en attendant de trouver des “solutions” plus radicales. Car si on ne fait pas ça, il faudrait alors ravaler le terrorisme au rang des catastrophes naturelles inévitables (puisqu’on n’a aucune responsabilité donc aucune marge d’action), comme la foudre qui frappe. Ce qui serait évidemment stupide.

Donc, le discours julliardo-zemourrien ne peut que conduire à l’expulsion des musulmans, ou à tous le moins à de graves chocs avec eux. Alors que, à contrario, si on veut lutter VRAIMENT contre le terrorisme, il ne faut pas faire des débats théologiques ou philosophiques, mais avancer sur des solutions concrètes, simples, pragmatiques et efficaces. Deux exemples déjà défendus ici pour éviter l’accusation de “complaisance avec les islamistes” : combattre fortement les financeurs mondiaux du terrorisme international que sont les élites saoudiennes qataries ou turques ; récupérer la liste des djihadistes français, comme le demande l’ancien chef de la DST…), ce qui implique qu’il en existe, ce qui implique qu’elles n’ont pas été utilisées par le gouvernement, ce qui implique que le gouvernement a une part de responsabilité dans les attentats. Et ce que ne reconnaîtra jamais, par construction, un “chien de garde” (notion déjà définie il y a un siècle par Paul Nizan {le grand-père d’Emmanuel Todd} hélas mort à 35 ans en 1940…).

Mais bon, après, pourquoi faire appel à la raison pour résoudre les problèmes, en écoutant les spécialistes, quand on a des idéologues qui déchaînent les passions ?

trevidic

IV. Re-lecture de l’appel de Julliard en 2010…

On relira utilement les “20 thèses pour repartir du pied gauche” de Jacques Julliard de 2010. Je soutiens totalement la grande masse des propositions où il prenait courageusement le contre-pied du PS (surtout sur la finance). Les premières étaient tellement fortes et réjouissantes que je n’avais pas prêté une grande attention à certaines autres au milieu (j’ai donc été victime de la Stratégie du choc émotionnel, où cette version montre qu’elle peut utiliser un “choc de joie” et non pas comme précédemment un “choc d’indignation”). On relira donc ces thèses “de gauche” avec attention, qui constituent un petit bloc entre deux gros autres très intéressants (raison pour laquelle, je ne vous mets que ce bloc, regardez le reste après chez Libé) :

10. Le risque actuel, c’est un nouveau populisme. Le prolongement de la crise, désormais probable, notamment sous la forme du chômage, crée un trouble politique profond. À la différence de celle de 1929, où la faillite du libéralisme conduisait la droite à envisager des solutions fascistes et la gauche des solutions communistes, le monde politique est aujourd’hui muet. Il en va de même des intellectuels chez qui les droits de l’homme et l’écologie constituent des religions substitutives de salut. L’absence de solution politique favorise le développement de dérives psychologiques : l’envie, la haine de l’autre, le culte du chef, la recherche du bouc émissaire, le culte de l’opinion publique à l’état brut représentent autant de succédanés au vide politique béant de la période.

11. Les droits de l’homme ne sont pas une politique. Ils sont un problème ; non une solution. Ils sont une exigence nouvelle de la conscience internationale ; mais ils tardent à se concrétiser dans un mouvement politique cohérent. D’autant plus que l’alliance traditionnelle entre le libéralisme économique et le libéralisme politique est en train de se déliter. La Chine donne l’exemple inédit d’un grand marché libéral gouverné par une dictature politique intransigeante. La bataille pour les droits de l’homme est de tous les instants ; mais elle a besoin de s’inventer dans une politique internationale nouvelle.

12. L’écologie n’est pas une politique. Pour le système industriel, la défense de l’environnement n’est pas à l’échelle macroéconomique une solution à la crise et au chômage, mais une contrainte supplémentaire. Pas plus que l’informatique hier, elle ne saurait répondre aux problèmes posés par la financiarisation de l’économie et l’absence de régulation à l’échelle internationale. Elle tend à rendre plus coûteuse et plus difficile la relance économique nécessaire pour donner du pain et du travail aux habitants de la planète. L’écologie demeure bien entendu une préoccupation nécessaire ; une ardente obligation économique et sociale, non le prétexte à des opérations politiciennes. (Source : Libération“, 18/01/2010)

Bref, un sympathique chroniqueur de plus chez Marianne, qui recrute à tours de bras…

fourest

redeker

(Source)

V. Et donc le 7 septembre 2016, Zemmour et “le parti collabo”

Eh bien le pompon, Zemmour en septembre 2016 reprenant cette notion :

Journaliste : Vous êtes déçu par le parti qui selon vous avait compris ce qui comptait, l’identité nationale,vous êtes déçu par Marine Le Pen, vous la reniez carrément ?

Zemmour : Je n’ai pas à la renier… Je suis critique.

Journaliste : Ce que vous n’aimez pas c’est la France apaisée, revendiquée, ça manque de virilité selon vous ?

Z : Ça m’amuse parce que l’apaisement, ça a une connotation historique assez forte, c’est la politique de Chamberlain face à Hitler. Tous les pacifistes en France qui disent “il n’y a pas d’amalgame”, c’est l’héritage d’un grand parti collabo qui existe depuis mille ans en France.

Journaliste : Quand on veut la paix, on est lâche et collabo… ?

Z : Exactement !

========================

Éric Zemmour : C’est le pompier pyromane Christiane Taubira. Elle a mis sa petite pioche pour détruire un peu plus la France, et elle vient dire qu’elle est craintive pour la France. C’est l’incarnation de ces gens qui détestent la France et qui ont tout fait pour lui cracher dessus, et qui ont tout fait pour la culpabiliser, qu’elle était coupable de 1000 maux. Christiane Taubira c’est l’incarnation de ce parti collabo qui depuis 1000 ans est toujours contre la France ; Christine Taubira, elle ferait mieux de se taire !

Source : Page Zemmour Watch de ce site, comprenant toutes ses déclarations.

VI. En conclusion : quelques mots sur le vrai “parti collabo”

Jacques Julliard a sans doute raison quant il décrit, au début de l’article l’existence du “parti bourguignon”. Sans en faire un “parti constitué”, il est vrai aussi qu’apparaissent de telles tendances dans l’Histoire de France, Julliard en citant de forts justes, je rajouterais pour ma part la trahison de Bazaine en 1870 et le sabotage de la résistance de Gambetta par les Jules Favre et Adolphe Thiers par la suite.

Ce que Jacques Julliard se garde bien de pointer, c’est que toutes ces trahisons ont pour point commun l’intérêt économique d’une petite coterie de possédants – même si des “intellectuels” comme Maxime du Camp en 1870 ou Drieu La Rochelle en 1941 ont rejoint pour diverses raison ce mouvement.

Il est donc totalement trompeur, d’un point de vue historique, de rapprocher ces trahisons réelles de l’intérêt national de prises de position intellectuelles (certes tout à fait critiquables sur certains points) d’un Edwy Plenel ou d’un Pascal Boniface : ces derniers ne servent en effet nullement les intérêts des possédants.

Si “parti bourguignon” il y a aujourd’hui, il est plutôt dans celui qui défend tous les abandons de souveraineté populaire et tout les sacrifices des intérêts de la population aux lobbies des couloirs du Berlaymont à Bruxelles.

Quant à la comparaison entre les quelques intellectuels résistants et la masse des intellectuels collabos, elle tombe totalement à plat, surtout quand il cite l’Académie Française qui, hier comme aujourd’hui, reste réactionnaire, et vient même d’accueillir Finkielkraut… Peu d’académiciens actuels sont du Parti “Padamalgam” ; en revanche, nombreux sont ceux qui sont proches de la position de l’article de Jacques Julliard.

De plus, Jacques Julliard laisse sous-entendre qu’il y aurait pléthore “d’intellectuels félons adeptes du ‘vivre-ensemble'” (donc, sous-entendu, d’une société multiculturelle) alors que l’on doit compter ces voix sur les doigts d’une main.

En revanche, de la presse de Droite dure jusqu’au Nouvel Obs, on entend plutôt une tout autre musique – et son silence sur l’affaire Zemmour en dit long -, Jacques Julliard tenant donc ce mois-ci le rôle du meilleur soliste d’un concerto pour réacs.

Pour poursuivre sur cette thématique, je renvoie les lecteurs vers l’article de ce site traitant du livre scandaleusement peu connu (et pour cause…) Un paradoxe français : antiracistes dans la Collaboration, antisémites dans la Résistance de l’historien Simon Epstein, qui a analysé le parcours de nombreuses personnalité durant la guerre. C’est éloquent, à l’image du titre…

Enfin, sa définition de “l’extrême-gauche” laisse aussi rêveur. Utilisée naguère pour Lutte Ouvrière ou le NPA, elle s’étend désormais à des gens comme Cécile Duflot, Chrsitiane Taubira, Jean-Luc Mélenchon ou Benoît Hamon, rajoutant même souvent le qualificatif désormais infâmant d’islamo-gauchistes ! C’est comme si Manuel Valls représentait désormais “la gauche” et que toute critique sociale de sa politique était donc “d’extrême-gauche”. Finalement, Michel Rocard, Lionel Jospin, Pierre Joxe, Jean-Pierre Chevènement, qui à l’époque du foulard de Creil avaient eu une position modérée, seraient aujourd’hui considérés comme d’extrême-gauche par Julliard selon les critères de son article.

“C’est sous l’impulsion de Daniel Mayer que la SFIO procédera à sa propre épuration en 1944. Elle le fera avec un courage et une détermination qui manqueront aux autres formations, lesquelles témoigneront d’une indulgence excessive à l’égard de leurs représentants ayant failli, le 10 juillet 1940, à leurs devoirs républicains et patriotiques confondus. La moitié du corps parlementaire socialiste sera exclue du parti. Les non-exclus comprendront des députés ayant voté pour Pétain à Vichy, mais qui se sont rachetés, pour faits de résistance, ou faits d’opposition, pendant la guerre. Douze anciens ministres socialistes du Front populaire, sur un total de dix-sept encore en vie, seront sanctionnés pour leur vote du 10 juillet et pour leur attitude sous l’occupation, et seront exclus du parti. 12 sur 17, c’est une proportion dont le moins qu’on puisse dire est qu’elle n’est pas négligeable. Elle reflète la puissance du courant qui a emporté les leaders et les militants du Front populaire en général, et de la SFIO en particulier, vers le pétainisme et la collaboration sous toutes ses formes. […] Ce fait, pourtant significatif sera assez fréquemment passé sous silence par les historiens du Front populaire.“ [Simon Epstein]

Bref, Jacques Julliard devrait d’urgence relire “Qui est Charlie” d’Emmanuel Todd, et s’arrêter sur sa présentation du “catholique zombie”.

 

Pour conclure, je dirais que, par nature, un résistant se met en danger, et un collabo se met “en confort”, surtout vis-à-vis du pouvoir, et y trouve (temporairement) gloire, plaisir, argent, notoriété, places, estime…

Ainsi, s’il fallait vraiment s’abaisser au point Godwin, pour ma part j’attribuerais bien plus volontiers le terme de “collabo” à tous ceux qui restent taiseux, ou discrets, ou carrément complices bien sûr, devant ceux qui s’abaissent devant les principaux responsables du terrorisme sur la planète, depuis des décennies : Arabie Saoudite, puis Qatar et puis récemment Turquie, et autres pouvoirs gangrenés par le Wahhabisme ou les Frères Musulmans... Ou qui ont réussi à étouffer, juste après les attentats de Paris, ce scandale d’État révélé, excusez-du peu, par l’ancien chef de la DST, ex-responsable de la sécurité du pays : Manuel Valls a refusé la liste des djihadistes français que proposait la Syrie “pour des raisons idéologiques”, nous mettant ainsi sciemment tous en danger !

Toutes ces trahisons se faisant au fond pour toujours la même raison principale : l’argent !

valls-argent-arabie-contrats

“Plus largement, la France n’est pas crédible dans ses relations avec l’Arabie saoudite . Nous savons très bien que ce pays du Golfe a versé le poison dans le verre par la diffusion du wahhabisme. Les attentats de Paris en sont l’un des résultats. Proclamer qu’on lutte contre l’islam radical tout en serrant la main au roi d’Arabie saoudite revient à dire que nous luttons contre le nazisme tout en invitant Hitler à notre table.” [Marc Trevidic, juge antiterroriste français, 15/11/2015]

28-pages

(Source : Le Figaro, 02/02/2015, juste après Charlie, où ce grand leader Démocrate est venu nous alerter, et qu’aucun média n’a relayé : collabos !!!)

Il y a une semaine :

arabie-11-09

Eh oui, aux États-Unis, les Résistants ont lutté longtemps, mais ils l’emportent in fine, comme très souvent, sur le “parti collabo”, qui ne connaît pas de frontières…

« Mon seul adversaire, celui de la France, n’a aucunement cessé d’être l’Argent. » [Charles de Gaulle, 11 décembre 1969, discussion avec André Malraux, cité dans Les chênes qu’on abat, Gallimard]

indignez-vous

P.S. Consigne aux modérateurs : enlevez bien les commentaires de trolls qui relanceront le sujet “Islam”, traité dans plus de 1 000 commentaires cette semaine. En rester à des propos en lien avec ce billet.

202 réponses à Contre le parti collabo du “pas d’amalgame” : quand même Jacques Julliard fait du Zemmour…

  1. Frédéric Le 18 septembre 2016 à 18h17
    Afficher/Masquer

    La trahison de Valls quand il a refusé la liste des djihadistes français que lui proposait le gouvernement syrien prolonge tout simplement la volonté du gouvernement français d’avoir une guerre qui touche le pays, et cela évidemment pour pouvoir faire passer son agenda ultralibéral au travers du toho-bohu des attentats. Sinon comment expliquer l’empressement de Hollande de s’engager derrière les USA dans la guerre contre Daech alors que l’ennemi de la France à l’époque était l’ennemi de Daech, Assad?


    • Pierre Le 18 septembre 2016 à 19h17
      Afficher/Masquer

      Euh…il me semble que Hollande était surtout empressé de suivre les US dans le bombardement du régime d’Assad (sous le fort probable faux-nez de l’attaque chimique sur la ghouta soi-disant perpétré par l’armée gouvernementale). Le refus des informations des services secrets syriens pour raisons “idéologiques” est effectivement un vrai scandale, et on peut rappeler le comportement effrayant du ministre affaires étrangères de l’époque http://www.comite-valmy.org/spip.php?article6880
      Quant à Hollande, après le succès médiatique de l’opération au Mali, il devait certainement tabler sur un effet positif dans l’opinion comme “chef de guerre ferme et décidé”. Pauvre petit homme…
      Pour mémoire, ce témoignage: https://geudens.wordpress.com/2016/03/12/pere-daniel-lettre-ouverte-a-son-excellence-monsieur-didier-reynders-ministre-belge-des-affaires-etrangeres/


      • Pierre Le 18 septembre 2016 à 19h27
        Afficher/Masquer

        Et permettez-moi de rappeler l’excellent article de ce blog à ce sujet, avec des comm’ fort intéressants
        https://www.les-crises.fr/scandale-detat-valls-aurait-refuse-la-liste-des-djihadistes-francais-proposee-par-la-syrie/


      • Moshedayan Le 20 septembre 2016 à 09h43
        Afficher/Masquer

        Tout juste dans le mille ! Le président Hollande vient d’être récompensé comme le meilleur dirigeant international de l’année 2016 pour sa lutte contre le terrorisme par un Institut – Fondation américain – traduction : Voilà votre récompense, pour nous avoir bien ciré les pompes ! (voir Jacques Myard, député républicain, qui fait partie des rares “de gauche ou de droite” qui dénoncent la France inféodée aux Américains…)

        ps : et il est parti chercher son prix !!! tout est dit…


    • Catalina Le 19 septembre 2016 à 05h45
      Afficher/Masquer

      Frederick,

      euh ;;; ? en quoi Assad et la Syrie étaient nos ennemis ? ils nous ont attaqués ? menacés, je ne suis pas au courant, mais vous semblez informé, des liens pour soutenir vos assertions ,?
      L’ennemi de la France, la Syrie, vous êtes bien sûr ?


      • Rémi Le 19 septembre 2016 à 20h34
        Afficher/Masquer

        Oui, il a refusé que les oléoduc se fassent sous le contrôle de notre nomenclatura.
        Ca en a fait l’ennemi des Etats-Unis, de l’Angleterre, de la France… et bien évidement il a comme Sadam ou Kadafi utilisé des armes chimiques. Vous savez tous ceux qui touchent au pétrole sans autorisation sont des utilisateurs d’armes chimiques. (Ca a tellement bien marché en 2001)
        Face à de tels crimes que valent quelques centaines de milliers de morts, Syriens, Irakiens ou Lybiens?
        Franchement nos enfant nous demanderons ce que l’on a fait contre et tout ce que je pourrait leur répondre sera: Quand les traîtres (ou le vrai parti Collabo) controllaient mon pays je n’ai rien pu faire d’efficace.


        • Catalina Le 19 septembre 2016 à 22h00
          Afficher/Masquer

          à ce propos, vous souvenez vous de ce que disait Trump sur l’Irak ?
          Il disait que cette guerre avait coûté 1500 milliards aux usa et il reprochait à l’administration de ne pas s’être installés en Irak, il disait que il fallait que l’Irak rembourse les frais de la guerre et mêmes les morts des soldats us et que le pétrole appartenait derechef aux usa, donc que quitter l’Irak était une mauvaise décision
          Pour ceux qui penseraient que Trump est un candidat anti-guerre


          • Pierre Le 19 septembre 2016 à 22h36
            Afficher/Masquer

            Certes je n’éprouve pas d’affinité particulière avec Trump. Mais enfin, n’oublions pas que, au premier chef, il a déclaré que la guerre en Irak était une stupidité absolue. Je ne le prend pas pour un bisounours, mais il a l’air un peu plus pragmatique que l’illuminée hyllarante. Ceci dit, les déclarations démagogiques de l’un ou l’autre camp ne feront guère de différence quand la réalité économique , cad récession globale , incluant celle des US, ne sera plus masquable (les faits sont têtus, pour plagier quelqu’un de ce blog). J’ai bien peur qu’à ce moment-là, la lutte à mort (à coup d’armes nucléaires) ne soit le dernier voile masquant l’incurie des élites supranationales. J’ai tellement envie de me tromper…


  2. Kaiel Le 18 septembre 2016 à 18h36
    Afficher/Masquer

    Face à ce genre de délire haineux, je me dis que j’ai affaire avec ceux qui refuse le changement nécessaire à la bonne marche du monde et qui se cristallisent (attention quand ça casse) dans des fonctionnements révolus qui nous entraînent à la perte.
    Ne plus jamais perdre de temps à lire la prose de ce monsieur.

    « L’intelligence, c’est la chose la mieux répartie chez les hommes parce que, quoiqu’il en soit pourvu, il a toujours l’impression d’en avoir assez, vu que c’est avec ça qu’il juge. » Descartes


    • marc Le 19 septembre 2016 à 21h16
      Afficher/Masquer

      “Ne plus jamais perdre de temps à lire la prose de ce monsieur.”

      là, je partage ton avis, mais je te rappelle que les-crises.fr continuera à lire la prose de ce monsieur, car c’est un des rôles principaux qu’il s’est donné : surveiller la propagande des grands médias


  3. anne jordan Le 18 septembre 2016 à 18h37
    Afficher/Masquer

    Comment ne pas avoir la nausée devant tous ces propos , étalés sur votre blog ?
    ( notre blog ! )
    Vous êtes , cher Olivier , d’une constitution robuste , soyez en remercié , malgré tout .
    En ces journées du patrimoine , je ne puis m’empêcher de penser que la collaboration , elle aussi , fait partie de notre patrimoine , hélas !
    Depuis mes plus lointains souvenirs je vois autour de moi des lâchetés aussi variées qu’arrogantes :
    “oui , c’est bien joli de lutter contre l’aéroport ! toi tu ne prends jamais l’avion , alors … ”
    ” manger bio ? c’est bon pour les bobos ! ”
    ” bon , ok , c’est pas joli de vendre des armes , même à l’Arabie Saoudite , mais …LES EMPLOIS !!!”
    “Zemmour ? mais il dit ce que tout le monde pense! ” ( celle là , elle est tirée de votre billet ” zemmourwatch”, et elle est fantastique ! )
    enfin , merde , est ce qu’on va bientôt pouvoir se préoccuper de choses plus menaçantes , par ex :
    https://francais.rt.com/economie/26423-wikileaks-tisa-depouille-etats ?
    ce n’est qu’un exemple …


    • Kiwixar Le 19 septembre 2016 à 00h33
      Afficher/Masquer

      enfin , [Modéré] , est ce qu’on va bientôt pouvoir se préoccuper de choses plus menaçantes

      TISA/CETA : les outils fondamentaux de la tyrannie sont en train d’être passés discrètement, et il est vital pour ceux qui sont derrière ça (la botte des corporations écrasées sur les visages des peuples) de faire monter un nuage de fumée pour distraire l’attention : attentats, burkini, zemmour, gueux locaux contre gueux importés, migrants, élections.

      Une fois tout ça en place, l’Organisation de Bruxelles ne sera même plus nécessaire. Une fois tout ça en place, les Résistants à cette tyrannie seront catalogués “terroristes”, et donc envoyés au goulag sans procès.


    • MarieAnne Le 19 septembre 2016 à 08h28
      Afficher/Masquer

      @anne Jordan
      On est bien d’accord. Mais si ” tout le monde” ne pense pas encore, la vague grossit grossit grossit quand même épouvantablement. Ce qui me sidère c’est qu’on s’obstine à ne pas répondre à Zemmour sur le coeur du réacteur de sa propagande mensongère.
      Il a déformé le Coran, il le manipule. C’est la base de son argumentation. Or,JAMAIS personne ne lui a opposé le minimum de connaissance pour démonter ses propos.
      On pourra continuer à s’indigner, ici ou ailleurs, on aura toujours un train de retard sur lui. Tant qu’il pourra être affirmé sans contradiction que : ” c’est dans leur texte”, le ” pas d’amalgame” s’affaiblira, la méfiance grandira et chaque musulman deviendra de plus en plus suspect. ( puisque tout serait dans son ” livre sacré ” !


      • boboss Le 19 septembre 2016 à 09h23
        Afficher/Masquer

        Vous avez lu le Coran et les hadiths, pour dire qu’il déforme ces textes !
        Moi c’est fait !


        • MarieAnne Le 19 septembre 2016 à 16h03
          Afficher/Masquer

          Bobos et Jean de Damas

          Vous confondez, grâce à Zemmour, ét toute la clique derrière lui, la secte Wahabito/takfiriste et l’islam.

          Zemmour ( comme Jean de Damas) ne cite jamais ses sources.. . ( une faute grave ! Traducteur. Éditeur ??)
          Soyez vigilants ! Maxime Rodinson, Jacques Berque … comme références oui. mais Ne lisez pas les morceaux choisis, interprètes et publiés par l’internationale islamophobisante au travail sur internet.

          Bonne nouvelle, les musulmans réagissent ENFIN face à cette entreprise de destruction :
          “De la religion à la politique, l’Arabie Saoudite de plus en plus isolée”
          http://arretsurinfo.ch/de-la-religion-a-la-politique-larabie-saoudite-de-plus-en-plus-isolee/

          Fini la comédie ….

          De plus, faites le calcul, si ” ils devaient nous tuer ” depuis 14 siècles, vu le nombre, nous ne serions plus là pour le raconter.


          • Dhomih Le 19 septembre 2016 à 22h18
            Afficher/Masquer

            Demandez les chiffres de l’esclavage arabo musulmans et vous comprendrez que le nombre de tués est effectivement très élevé.


      • bradest Le 19 septembre 2016 à 14h48
        Afficher/Masquer

        @boboss et Jean de Damas
        Nombre de mes collègues de travail sont musulmans d’origine magrébine, d’immigration récente, certains non français. Ils sont pratiquants, font le Ramadan, mangent Hallal, fêtent l’Aïd et vont à La Mecque en pèlerinage.
        Pour ma part, je suis athée, et ne me prive pas de critiquer les religions en général en leur présence.
        Pourtant, je les considère comme des amis, et la réciproque est semble-t-il vraie.

        Selon vous, je dois donc m’inquiéter ? Ils vont bientôt suivre le Coran et m’égorger (infidèle qui combat Dieu ! quelle horreur) ?

        Vous rendez-vous compte que vous avez la même attitude vis-à-vis du Coran que celle des pires djihadistes ? Et vous rendez-vous compte que vous et vos copains faites tout pour que la lecture pacifique de ce texte, celle de plusieurs millions de personnes en France, se mette à changer ?.


  4. My Le 18 septembre 2016 à 18h43
    Afficher/Masquer

    Oui, j’avais laissé le lien vers cet édito de Julliard dans un commentaire au billet sur les éructations de Zemmour, en précisant d’ailleurs que, pour ma part, je le trouvais bien plus dangereux que les propos zemmouresques.


    • Annouchka Le 19 septembre 2016 à 08h36
      Afficher/Masquer

      Entièrement d’accord avec vous. Julliard est considéré comme un “bien-pensant” par une foule de gens contrairement à Zemmour dont il est de bon ton de se moquer


  5. dan21 Le 18 septembre 2016 à 18h59
    Afficher/Masquer

    Alors pour moi c’est bien simple :
    -J’appellerais ” islamaphophe ” tout intellectuel ( journaliste, blogueur etc ) en tout cas celui qui a une parole public et qui pour une analyse de la situation actuelle ne COMMENCERAIS PAS par dénoncer férocement la complicité ( le mot en faible), la responsabilité de l’occident ( néo conservatisme, ultra libéralisme etc etc ) dans l’apparition d’un islamisme radical. C’est ce que vous faite en conclusion de votre billet ( avec la citation de De Gaulle. en point d’orgue )
    Seule cette attitude peut produire un début de solution et renvoyer dos à dos les ” va t’en guerre” Zemmour et compagnie et les ” tout va bien ” ( je ne met pas Les crises dans cette catégorie, pour l’instant ) qui sont pour moi les mêmes. ( sortir de l’essentialisation communautariste et parler un peu plus du “pétrole et du gaz “)
    Alors exigeons un changement radical de politique étrangère, soutenons de toute force et mettons en avant aujourd’hui et dans l’histoire les ” musulmans progressistes “, création d’un islam réformé
    etc etc bref il est temps de travailler un discours constructif qui éviterait les pièges de l’idéologie libérale ..


  6. Pierre Le 18 septembre 2016 à 19h03
    Afficher/Masquer

    Excellente (et amusante) analyse du texte. J’ai en particulier relevé les points 10 11 et 12 des “20 thèses pour repartir du pied gauche” que vous mettez en exergue et que trouve effectivement d’une stupidité navrante. Dire que les droits de l’homme ou l’écologie, dans le contexte actuel, ne sont pas une politique mais un problème…n’est-ce pas nier l’essentiel de la chose politique ? Alors même qu’il reproche la vacuité du politique actuel.


    • NICOLE DE NICOMAQUE Le 19 septembre 2016 à 20h13
      Afficher/Masquer

      Leur but est le même, faire diversion en trouvant un bouc émissaire tout désigné pour le jeter en pâture à l’opinion publique et à la vindicte populaire. Sauf que l’un et l’autre ne s’adressent pas aux mêmes catégories socio-professionnelles (CSP). A chacun sa marque de fabrique pour mieux racoler et atteindre l’objectif principal. N’est-il pas étrange que ni l’un ni l’autre ne mentionne jamais le fait que les USA et la France depuis plus de cinquante années, arment et financent en sous-mains, les groupuscules dit “djihadistes” avec la complicité de l’Arabie Saoudite et du Qatar pour renverser toutes sortes de gouvernements “indésirables” et bien souvent laïcs (!). Il est plus facile à l’intelligentsia parisienne de braquer le projecteur contre une femme en Burkini sur la plage du sud de la France que de dénoncer la politique étrangère et criminelle de nos gouvernants successifs.


  7. hugues Le 18 septembre 2016 à 19h11
    Afficher/Masquer

    J’ai de plus en plus de mal à vous suivre. Votre combat contre l’argent est louable, mais ce n’est qu’un paravent…vous ne voulez pas admettre que le “peuple” souhaite défendre son identité et qil se sent menacé par la présence de millions de musulmans ayant toujours des liens très forts avec leurs pays d’origine. Rendre illégitime cette défense est irresponsable comme l’attiser


    • Tassin Le 19 septembre 2016 à 10h24
      Afficher/Masquer

      Tout le monde entretient des liens forts avec son pays d’origine, liens qui se diluent générations après générations puisque son pays d’origine devient de plus en plus le pays d’accueil. Rien de nouveau sous le soleil.
      Quand à l’affirmation selon laquelle le “peuple souhaite défendre son identité” :
      1/ Un peuple n’est pas un ensemble homogène (réthorique d’extrème droite)
      2/ Défendre une identité (et donc la figer) est une posture identitaire, c’est à dire une démarche de rejet plus que d’ouverture.


      • hugues Le 19 septembre 2016 à 12h40
        Afficher/Masquer

        connaître son identité et préserver son intégrité, c’est ce que l’homme transmet à ses enfants..le reste n’est que posture.


    • Olivier Berruyer Le 19 septembre 2016 à 10h50
      Afficher/Masquer

      “vous ne voulez pas admettre que le “peuple” souhaite défendre son identité”

      Moi, je me demande comment font certains pour lire des choses que je n’ai jamais écrites…


    • anne jordan Le 19 septembre 2016 à 18h28
      Afficher/Masquer

      croyez vous , cher@hugues , que mon identité soit menacée ?
      ( je ne me suis jamais sentie plus française que lorsque je vivais au milieu de familles maghrébines , avec lesquelles je n’avais d’autre rapports que de voisinage )
      pensez vous qu’O.B soit en train de nous faire le coup de l’angélisme larmoyant des droits de l’hommistes ?
      vous ne connaissez apparemment pas ce blog et son créateur !
      ne pensez vous pas que ce sont ces propos belliqueux et abjects ( ceux de Julliard , de Zemmour , et l’indifférence à peine embarrassée des journalistes ) qui menacent non seulement notre identité de Français , mais aussi la paix civile ?


    • Rémi Le 19 septembre 2016 à 20h38
      Afficher/Masquer

      Monsieur,

      il fallait agir dans les années 70 lorsque le CNPF a fait rentrer de la main d’oeuvre pour limiter les salaires.
      Aujourd’hui il n’est plus possible de renvoyer ces gens chez eux.
      Et bientot, nous ne pourrons plus empécher encore plus de personnes d’entrer vu les masses de réfugiés que notre politique criminelle a générée en Syrie, Lybie… Priez pour qu’ils ne se rendent pas compte de ce que nos gouvernement leur ont fait.


  8. Kaiel Le 18 septembre 2016 à 19h15
    Afficher/Masquer

    Ce monsieur ne comprend sans doute même pas ce qu’il écrit. Osez se prononcer contre les droits de l’homme ou l’écologie alors que ce sont les fondamentaux qui permettront notre éventuelle survie.
    Déclaration des droits de l’homme:

    Article 25
    1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d’invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté.

    En appliquant cela on résoudrait beaucoup de poblèmes, certainement la violence baisserait rapidement.

    La compétition est le pire système jamais inventé par l’homme.


  9. max33 Le 18 septembre 2016 à 19h15
    Afficher/Masquer

    Dans ce contexte obsidional, je salue et remercie davantage encore M. BERRUYER de son expression salutaire.
    Je suis en effet français maghrébin, agnostique, pacsé à une française de “souche” (athée) et père de 2 enfants. Et au regard de l’environnement hystérique de la France actuellement, j’ai peur …et je ne suis pourtant absolument pas croyant.
    J’ai une identité et un physique de type maghrébin et de ce fait je porte inévitablement le visage de l’ennemi, celui de l'”Islam”. En outre, ma mère, pieuse porte le voile et j’apprends que je ne pourrai plus l’emmener à la plage. De multiples choix de Sophie se profilent…
    J’avoue aussi être fatigué de devoir me justifier de mes croyances et opinions, comme je le fait ici, et ainsi, j’abandonne peu à peu des fonctions associatives. A l’instar d’autres connaissances, je réfléchis aussi à partir du pays.
    Je fais en fait partie de ces très nombreux français d’origine maghrébine qui ne souhaitent pas être perçus au prisme du fait religieux mais qui sont inexorablement pris entre 2 radicalités.


    • Annouchka Le 19 septembre 2016 à 08h49
      Afficher/Masquer

      Votre témoignage est intéressant, Max, je me mets à votre place, ça ne doit pas être facile tous les jours.
      J’ai cependant 2 questions:
      – pourquoi dites vous, “j’ai une identité maghrébine”. Est-ce que vous faites référence à votre nom? Et dans ce cas est-ce que vous avez déjà pensé à le franciser?
      – vous dites que votre mère, pieuse, porte le voile. Pourtant, j’ai entendu des spécialistes de l’Islam dire que le port du voile n’était pas un commandement absolu, mais juste une recommandation pour éviter aux femmes d’être importunées dans un contexte social “machiste”. La France offre des solutions de type juridique dans les cas de harcèlement sexuel. En toute logique, le port du voile ne devrait pas être nécessaire au sein d’une société comme la celle de la France. Qu’en pensez-vous?


      • francois Marquet Le 19 septembre 2016 à 09h14
        Afficher/Masquer

        Mais le voile, c’est sa liberté à cette femme, “liberté” qui est inscrite sur le fronton des mairies, il me semble.


        • Annouchka Le 19 septembre 2016 à 10h09
          Afficher/Masquer

          Je vous rappelle que la liberté s’arrête là où commence celle des autres… Si une femme n’a pas ou peu de risque d’être harcelée sexuellement en ne portant pas de voile et qu’en revanche, le port d’un voile angoisse les autres femmes car elles craignent qu’on finisse par les taxer, elles, d’être impudiques et provocantes par comparaison, il me semble qu’il vaut mieux s’abstenir de porter le voile.
          “Un homme, ça s’empêche” disait Camus. La liberté, ce n’est pas faire tout ce que je veux, quand je le veux. Être libre, c’est d’abord être capable de brider son ego (s’abstenir d’exprimer trop fortement ce que l’on considère comme son identité, par exemple) et tenir compte des autres.


          • jp Le 19 septembre 2016 à 13h48
            Afficher/Masquer

            ” Si une femme n’a pas ou peu de risque d’être harcelée sexuellement en ne portant pas de voile”
            hélas non, porter une jupe longue + un foulard qui cache les cheveux et le cou, ça n’a aucun effet sur le harcèlement de rue, elles sont autant victimes que les autres et pas que en banlieue et le soir, ça se passe en plein centre ville en plein jour !


          • devenson Le 19 septembre 2016 à 22h19
            Afficher/Masquer

            Moi, je suis angoissé par vos idées, faut-il les interdire ? Votre raisonnement ne tient pas l’absurde. La liberté ne se négocie pas aux sentiments. On parle de liberté religieuse, de conscience, et même d’intégrité physique. Une femme voilée n’empêche pas une femme (ou un homme) de penser ce qu’elle veut. Elle ne touche pas non plus à son habillement. On a le droit d’être choqué par une femme voilée, on n’a aucun droit de la dévoiler.
            Tenir compte des autres, comme vous dites, est-ce aussi s’abstenir de dire ce qui choque ? Il me semble pourtant que cela fait souvent avancer le schmilblick…


      • tepavac Le 19 septembre 2016 à 10h27
        Afficher/Masquer

        pourquoi ne pas se faire blanchir la peau aussi ?

        vous succombez à la peur Annochka, ou vous provoquez…

        tout ceci me fait inévitablement penser à l’Ukraine,
        Si vous êtes sincère, pourquoi n’iriez vous pas manifester devant, au choix, l’Ambassade de l’Arabie saoudite, des États unis, du Qatar…


        • Annouchka Le 19 septembre 2016 à 11h39
          Afficher/Masquer

          On ne choisit pas sa couleur de peau. En revanche on peut choir de porter ou non le voile.
          La comparaison avec le voile des “bonnes sœurs” ne marche pas non plus (je dis ça, parce que j’entends souvent cet argument). Les religieuses ne portent pas le voile pour éviter d’exciter les hommes. Leur voile est une sorte d’uniforme (qui rappellent d’ailleurs que les ordres religieux chrétiens ont un côté très ” militaire” ). Elles signifient par là qu’elles sont mariées avec le christ.
          Je ne pense pas d’ailleurs que ce serait un grand problème pour elles si le pouvoir civil leur interdisait de porter cet uniforme en public ( les prêtres ont bien accepté de ne plus porter la soutane en ville)


      • max33 Le 19 septembre 2016 à 12h45
        Afficher/Masquer

        Vous êtes l’illustration de ce que je disais : nous sommes engoncés entre 2 radicalités, celle nous enjoignant à l’orthopraxie (pression wahhabite) et celle nous stigmatisant sur nos différences (en l’occurrence ici mon patronyme).
        Et même si je changeais de nom (pourquoi faire ?), mon identité serait tout de même affichée sur mon visage : que me proposez vous ?
        Quant à ma mère, elle porte depuis toujours le foulard, sans doute un vieux fonds culturel mêlé à du cultuel. Mais ma question portait plus largement : si ma mère veut conserver son foulard, et que les institutions l’en interdisent sur la voie publique, devrais-je abandonner ma mère (ou mon frère, ma sœur,…). Ma situation concerne des centaines de milliers de cas en France. Quelles solutions vont-ils nous laisser ?


        • Annouchka Le 19 septembre 2016 à 13h59
          Afficher/Masquer

          Max,
          Je ne comprends pas très bien non plus pourquoi vous dites que vous subissez la pression des wahhabites? En quoi ce courant de l’islam vous concerne-t-il? D’autant plus que vous vous définissez vous même comme très libre par rapport à la pratique religieuse. La seule chose qui devrait vous préoccuper, c’est la stigmatisation éventuelle de vos concitoyens.


        • Pierre Le 19 septembre 2016 à 15h51
          Afficher/Masquer

          Je comprends tout à fait le dilemme concernant votre maman (et le votre), et ce d’autant plus que ma grand-mère (catholique pratiquante) ne sortait que rarement sans un foulard sur les cheveux. Bien sûr, il ne s’agissait là que d’une habitude culturelle. Il est triste de voir les éléments issus de l’immigration qui a contribué à façonner la France les plus intégrés à sa société avoir peur et penser à la quitter. On voit malheureusement également trop de jeunes immigrés très diplômé quitter le pays parce qu’on ne leur propose pas d’emploi (ce n’est pas une généralité, je n’ai pas de chiffre à donner, mais cela existe).


          • anne jordan Le 19 septembre 2016 à 18h32
            Afficher/Masquer

            vous avez raison , @pierre ; et ces chiffres vous pourrez les trouver dans le rapport de Jacques Toubon , publié ce matin .
            Le constat est accablant : des discriminations à l’embauche qui s’exercent tous les jours contre de jeunes maghrébins DIPLOMES !
            ( au nom de la défense de notre identité , sans doute ?)


        • Annouchka Le 19 septembre 2016 à 16h00
          Afficher/Masquer

          En quoi les “pressions wahhabites” vous concernent-elles?? Vous dites vous même que vous êtes non croyant. Cela devrait vous importer aussi peu que les déclarations du dalaï lama


        • Guillaume Le 19 septembre 2016 à 18h48
          Afficher/Masquer

          Mais au fond, qu’est ce que ça peut faire qu’une personne que vous croisez sur un lieu publique porte un foulard, un chapeau, un bonnet ou une casquette à visière plate en mode rappeur US?
          Je comprends tout à fait le problème de max33. Au prétexte d’une extrême minorité on voudrait que sa mère ne se sente plus chez elle en France?
          Je compatis.


          • Annouchka Le 19 septembre 2016 à 20h28
            Afficher/Masquer

            Sauf que le voile est le signe de l’impureté ontologique de la femme considérée comme responsable du pêché masculin alors que le chapeau est un accessoire de beauté.
            Le fait que la mère de Max ne soit peut être pas consciente de cela lorsqu’elle met son voile ne change rien au problème.


        • BendiLaowai Le 20 septembre 2016 à 02h22
          Afficher/Masquer

          Anouchka, j’ai lu plusieurs de vos messages, vous n’êtes pas réaliste : vous en demandez trop, vous demandez en fait l’impossible.

          Si vous avez vécu dans un autre pays, vous vous rendrez compte qu’il est très difficile de “renoncer” à une part de sa culture, en fait quand on émigre dans un autre pays et qu’on a passé le stade de l’adolescence c’est impossible.

          Les français (et les occidentaux en général) ne sont de toutes façons pas les meilleurs pour donner l’exemple. Si vous avez voyagé vous devez avoir constaté à quel point les français expatriés ont “renoncé” à leur culture d’origine. A quel point ils cherchent à ce que leurs gamins abandonnent leur culture d’origine française. C’est ironique évidemment, ils ne le font pas.

          Personnellement je ne sais pas quelle est la bonne attitude à adopter lorsqu’on est immigré, lorsque la culture est vraiment différente. Je suis moi-même immigré français dans un pays de culture très différente. C’est pas évident.


          • Annouchka Le 20 septembre 2016 à 08h54
            Afficher/Masquer

            La plupart des expatriés français, il me semble, ne se projette pas dans une émigration définitive, ce qui peut expliquer leur conservatisme culturel.
            Cependant, quand je parle de cette question avec les Russes (je vis en Russie), ils me disent ne pas comprendre pourquoi la France propose de donner la nationalité aux etrangers au bout de 10 ans de présence sur le sol national. Pour eux, il n’est légitime d’être naturalisé qu’après la troisieme, quatrième génération… Avant, on pourrait prétendre à une citoyenneté politique – mais pas la nationalité.
            Au début, j’étais très choquée par ce type de discours, mais en y réfléchissant, je me dis qu’il y a peut-être une forme de sagesse dans cette attitude.
            Nous, Francais, héritiers du rationalisme et de l’universalisme des Lumières, pensons que l’Homme est une page blanche sur laquelle il peut écrire ce qu’il veut grâce à l’action de sa raison… C’est sans doute tres prétentieux.


  10. Didier Bous Le 18 septembre 2016 à 19h17
    Afficher/Masquer

    Si j’ai bien compris l’analyse d’Olivier, la deuxième gauche passe à l’islamophobie pour dissimuler la responsabilité de son gouvernement. Je ne crois pas, peu de gens audibles le critiquent. La droite, qui pourrait faire quelque chose, se tait car elle également mouillée dans la coopération avec l’Arabie saoudite et le Qatar. Autre argument, Hollande recherche toujours le vote des Français d’origine maghrébine, les accuser maintenant serait suicidaire.
    Mon hypothèse est dérivée des travaux d’Epstein. Cette gauche-là méprise les faibles et rampe devant les forts. En témoigne, son attitude devant Hitler, son comportement en Algérie, ses choix de 1983. Un choc et elle dévoile sa vraie nature. Aujourd’hui, les assassinats par des gens d’origine maghrébine et, sans doute son effondrement électoral, l’amènent à montrer son mépris pour les Français de couleur.
    Nous risquons d’être coincés entre des islamophobes et des racistes. Je plaide toujours pour une islamophobie raisonnable. Par exemple, on interdit fermement le niqab avant que les Français ne s’énervent.’


    • kasper Le 19 septembre 2016 à 01h51
      Afficher/Masquer

      Le niqab est deja interdit depuis la loi “Anti burqa” qui interdit de dissimuler son visage dans l’espace public. Vous voulez sans doute parler du hijab. Ca montre a quel point voys prenez la peine de vous renseigner avant de prescrire des interdictions pour vos concitoyens…

      Pour moi, c’est de légiférer sur la facon dont les gens doivent s’habiller ou pas qui est anti-francais. Liberté, égalité, fraternité, tout ca… On a effectivement le sentiment que la France est en train de perdre ce qui fait son charme. Simplement, pas dans le sens ou on se l’imagine.


      • Lysbeth Levy Le 19 septembre 2016 à 11h17
        Afficher/Masquer

        Et encore faut il ne pas tomber sur des femmes venues du Qatar, ou d’une pétromonarchie venue en France faire ces courses avec sa tenue et qu’on arracherait pour lui sauver la vie, sa dignité de femme, patati patata, la coupable qui sans doute voulais la liberer en a eu pour son compte :http://www.surlering.com/article/article.php/article/juga-e-pour-avoir-arracha-le-niqab-da-une-touriste A Lyon aussi dans la galerie marchande de PD il y a de nombreuses touristes faisant leurs courses et ma foi elles ont du gout pour la fine dentelle made in france !…


    • Olivier Berruyer Le 19 septembre 2016 à 10h54
      Afficher/Masquer

      Vous avez mal compris. Ils succombent à l’islamophobie, point final. Il n’y a pas de calcul.


      • Louis Le 19 septembre 2016 à 11h34
        Afficher/Masquer

        Ça ne s’applique peut être pas dans le cas présent mais cette manière de penser qu’il n’y a jamais de calcul et que tout s’explique par la bêtise est un peu facile. Elle signifierai que au final personne n’est capable de concevoir de plan plus compliqué que ce vous pouvez concevoir vous. C’est très narcissique comme position. A ce titre donc tout ce qui dépasse votre imagination n’est pas possible.

        Personnellement je ne pense pas être la personne capable d’effectuer les raisonnements les plus poussés. Je crois qu’il y a des gens bien plus intelligents que moi capables de comprendre et de prédire bien plus loin que moi. Oh bien sûr il y a très peu de machiavels et 99,99999% de la population fonctionne plus à la bêtise qu’autre chose, mais croire qu’il n’y en a pas c’est une erreur. Quant au mobile du crime, la cupidité et la soif de pouvoir expliquent bien des comportements …


        • Pierre Le 19 septembre 2016 à 16h09
          Afficher/Masquer

          Euh…vous êtes sûr ? Quand je vois not’ bon ministre des affaires étrangères J-M Ayrault déclarer au lendemain du bombardement de soldats syriens à Deir-es-zoor par la coalition (bombardement reconnu par les américains, les anglais et les australiens) que le régime de El-Assad est le premier responsable des atteintes à la trêve, on peut sérieusement douter de ses capacités intellectuelles (le cynisme n’exclut pas de savoir la fermer au bon moment)
          http://www.lorientlejour.com/article/1007850/syrie-le-regime-assad-est-le-premier-responsable-des-atteintes-a-la-treve-ayrault.html
          Sur ce bombardement, permettez-moi de vous proposer ce lien
          http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2016/09/deir-ez-zoor.html


          • RV Le 19 septembre 2016 à 20h12
            Afficher/Masquer

            j’ai eu la même réaction que vous, et puis, je suis tombé sur cette page
            http://alencontre.org/moyenorient/syrie/le-cessez-le-feu-vacille-en-syrie.html
            depuis, je suis plus circonspect . . .


            • Pierre Le 19 septembre 2016 à 22h19
              Afficher/Masquer

              Oui, vous avez raison, ne sombrons pas dans l’angélisme pour l’une ou l’autre des parties, qui ont chacune leur propre agenda. Ce que je voulais dire, c’est lorsqu’on est le ministre des affaires étrangères d’un pays qui a fermé de son propre chef son ambassade à Damas, qui n’est pas censé avoir de ressortissants officiels sur le terrain, et dans le cadre d’un imbroglio tel que celui-ci, qui dépasse franchement les compétences de la France depuis le positionnement de L.Fabius (merci à lui), on ne devrait franchement pas laisser une occasion de fermer sa g**** ! Ayrault, ce type a été nommé premier ministre, maintenant ministre des affaires étrangères, est tout de même censé avoir un peu plus de 3 neurones ! Là, j’ai l’impression d’avoir la vision de la politique étrangère de Lucien du bar-tabac Balto, avec un costard et un langage un peu plus châtié !


          • Silk Le 24 septembre 2016 à 23h43
            Afficher/Masquer

            Sur ce bombardement quelques analyses qui vont plus loin que chroniquesdugrandjeu qui semble se planter pour le coup :
            Tour d’horizon rapide des derniers événements :
            https://blogs.mediapart.fr/pascal-eychart/blog/210916/en-syrie-cest-complique
            Sur le bombardement ce billet est basé sur l’article de l’orient le jour qui n’est clairement pas d’accord avec la thèse de “l’accident” :
            http://www.lorientlejour.com/article/1007902/maintenir-lei-a-deir-ez-zor-pour-une-victoire-a-mossoul.html
            Ce dernier billet explique pourquoi la thèse des chroniquesdugrandjeu est erronée et que celle de l’orient le jour semble beaucoup plus crédible.
            Si on rajoute les articles récents sur l’attaque sur Mossoul et la possibilité de fuite en Syrie (en passant justement par cet axe) qui semble être sur la table, cette “erreur” prend tout son sens.
            Surtout que jamais, au grand jamais, la coalition US n’a attaqué Daech quand l’armée syrienne etait en face pour ne pas risquer d’avantager cette derniere.
            @RV : sans tomber dans l’angélisme pour aucune partie encore moins le régime syrien, si vous regardez le 1er lien, il y a une vidéo qui vient de The telegraph non suspect d’angélisme envers Assad montrant une manif des rebelles contre les convois humanitaires et contre la trêve.


  11. champignon98 Le 18 septembre 2016 à 19h22
    Afficher/Masquer

    Clap, clap, clap. Bravo Olivier.

    En tant que collabo, je recommande également ce texte :

    https://blogs.mediapart.fr/geoffroy-de-lagasnerie/blog/040816/manuel-valls-vous-navez-rien-fait-contre-le-terrorisme-texte-avec-edouard-louis


  12. Emmanuel Florac Le 18 septembre 2016 à 19h23
    Afficher/Masquer

    J’écoutais hier une interview fort intéressante [1], qui soulève par exemple le fait étonnant que les cercles et clubs huppés des bourgeois parisiens (Automobile Club de France, Cercle Interallié, etc) sont en général soit complètement interdits aux femmes, soit voient celles-ci rejetées à un statut de sous-membres (Interallié) sans droit de vote . Quand des musulmanes portent le voile ou le burkini, on n’en dit jamais trop sur le sujet; par contre le sexisme ahurissant des millionnaires, patrons d’industries, hauts fonctionnaires, on n’en entend jamais parler. Étonnant, non?

    Tout ceci bien évidemment “fait système”, comme on le voit avec ces chers Zemmour et Julliard, et le “racisme de salon”.

    [1]: http://www.hors-serie.net/Dans-le-Texte/2016-09-03/Voyage-de-classes-id193


  13. Lysbeth Levy Le 18 septembre 2016 à 19h35
    Afficher/Masquer

    Rôh O. B rajoute une assiette au couvert et tiens de la part d’une féministe islamogauchisto-collabo aussi : http://sisyphe.org/article.php3?id_article=2302 et Pierre Tévanian aussi collabo du “padamalgame” : http://lmsi.net/Un-racisme-post-colonial On est pas sorti de l’auberge avec des gens pareils au pouvoir ..En tout cas pour le pouvoir les seuls bons “arabes” sont ceux du Qatar, Arabie Saoudite, et tout ceux qui ont une bonne bourse.au point d’acheter des plages sans que personnes ne disent rien…


    • Ali Le 19 septembre 2016 à 00h46
      Afficher/Masquer

      Bonjour,

      Je n’avais pas pu répondre à une de vos questions sur un autre article étant donné qu’il n’y avait plus le moyen de répondre.

      A propos d’une société qui se féminise, c’est peut-être le seul point où je peut être d’accord avec zemmour, il suffit de regarder les émissions d’il y a 40/50 ans pour s’en rendre compte. Mais pas qu’une féminisation. Et masculinité ne veut pas dire barbarie, d’ailleurs sur ce point homme et femme se valent, mais avec des armes différents.

      En revanche, et si le combat féministe fut plus que légitime, il y a une égalité de droit qui est bien souvent passé sous silence dans nos sociétés. Le fait que la femme “contrôle” son mari en sous main. Que l’homme ne fait que répéter “virilement” ce que sa femme pense, même s’il n’est pas d’accord. Je me demande pourquoi cette égalité de droit, au désavantage des hommes, n’est pas abordé de la part des féministes (du moins je ne l’ai pas encore vu). Non ?


      • Annouchka Le 20 septembre 2016 à 08h38
        Afficher/Masquer

        @Ali et Aileret,
        Je ne sait pas ce que vous appelez “hyper féminisme”. Il faudra que vous m’expliquiez ou mettre la frontière entre un féminisme raisonnable et l’hyper-feminisme.
        Si vous considérez comme hyper féminisme la pléthore de discours sur la question du genre et les politiques ridicules qui vont avec, je vous reponderais que vous vous trompez profondément sur le sens véritable des débats autour du genre. Les théories du genre ne visent pas à libérer les femmes de leur aliénations réelle ou supposée mais à pousser des “minorités” (tous les types de minorités réelles ou supposées, sexuelles, culturelles, biologiques, etc.) à se sentir en concurrence avec le reste de la société.
        Parce que c’est bon pour la perpétuation de la société capitaliste ultra-libérale.


        • Ali Le 20 septembre 2016 à 10h39
          Afficher/Masquer

          @Annouchka
          “mais à pousser des “minorités” (tous les types de minorités réelles ou supposées, sexuelles, culturelles, biologiques, etc.) à se sentir en concurrence avec le reste de la société.”

          D’accord avec vous si l’on perd de vue l’essentiel. D’ailleurs les violences et autres dominations lié aux inégalités (pour ma part égalité de droit) ont les même racines du mal. Autant donc ne pas se mettre en opposition et s’attaquer à ces racines ensemble pour le bénéfice de tous.

          Sinon on risque de tomber dans le travers que vous dénoncez si l’on ne pense qu’à sa communauté. Donc communauté qui risque par la suite d’oppresser elle aussi, en plus de se mettre dans une logique d’opposition ou de concurrence stérile.


  14. Denis Monod-Broca Le 18 septembre 2016 à 21h12
    Afficher/Masquer

    En 14, il fallait être va-t-en-guerre, les rares pacifistes étaient des affreux. Jaurès fut assassiné.
    En 40, sous l’effet des remords, c’était le contraire, les partisans de l’apaisement tenaient le haut du pavé, ceux qui voulaient poursuivre la guerre étaient des affreux. De Gaulle fut condamné à mort.
    Aujourd’hui, nouveau retour du balancier, il faut être va-t-en-guerre, haro sur les pacifistes…
    Mais où allons-nous ?
    Et si nous cessions de juger autrui en fonction de l’étiquette que nous commençons par lui coller sur le front ? et si nous appliquions les principes que nous avons fait nôtres, à commencer par la fraternité ?


  15. Kaiel Le 18 septembre 2016 à 21h41
    Afficher/Masquer

    Je crois que c’est vrai en général, ce que l’on reproche ou n’aime pas chez un autre est enfoui au fond de nous même dans une de nos nombreuses persona ces masques que l’on revêt pour survivre parce que l’on en ressent le besoin à cause de nos peurs, nos colères et de notre perception incomplète du monde.
    Les cas en questions sont juste plus caricaturaux, plus visibles dans la dérive idéologique des partisans du vieux monde dépassés.


    • Jean de Damas Le 19 septembre 2016 à 10h03
      Afficher/Masquer

      Cela a toujours existé , c’est un des travers les plus profonds du cœur de l’homme . L’URSS le faisait en permanence . Aujourd’hui , c”est le camp “atlantique” , avec ses valets qui ne cesse de le pratiquer . Exemple récent en Syrie : c’est la Russie et son allié syrien qui a , bien sûr , violé le cessez-le-feu . Idem dans le Dombass : silence complice de tous les merdias sur le pillonnage permanent des zones proches de la ligne de front définie par les accords de Minsk , tenus pour un “chiffon de papier” par les néonazis de Kiev (soutenus sur le terrain par des unités islamiques , tiens , tiens , qu’en pense le droitdlhommiste islamophile de service ? )…


      • Catalina Le 19 septembre 2016 à 20h34
        Afficher/Masquer

        non pas “des unités islamiques” mais des mercenaires qui viennent de Syrie et travaillaient pour daesh, des mercenaires pas islamistes du tout.


  16. Jean-Paul B. Le 18 septembre 2016 à 21h45
    Afficher/Masquer

    Bonsoir,
    ce lien n’a strictement aucun rapport avec ce qui précède, mais comme il s’agit de la Syrie je pense qu’il mérite d’être partagé.
    http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2016/09/o-cruelle-ingratitude.html


    • silk Le 18 septembre 2016 à 22h50
      Afficher/Masquer

      Ce qui est intéressant c’est aussi les vidéos montrant les “rebelles de l’ASL” ( ‘turque’ faut préciser) chasser les américains présents, on peut d’ailleurs voir entre autre 2 tanks partir :
      L’article :
      http://arretsurinfo.ch/syrie-les-rebelles-tries-sur-le-volet-par-la-cia-chassent-les-forces-americaines/

      Plus intéressant encore est la vidéo montrant une manifestation à Alep Est CONTRE l’aide humanitaire avec plusieurs personnes interviewées.
      On remarquera qu’il n’y a aucune femme parmi les manifestants, aucune.
      La seule femme (qu’on ne voit pas :/) porte une burka noire ne laissant paraître que ses yeux et est accompagnée par son mari :
      https://youtu.be/qN70jXkc_LM


  17. devenson Le 18 septembre 2016 à 21h50
    Afficher/Masquer

    Dans le genre, y en a d’autres, comme Onfray, qui s’est pas montré sous son meilleur jour.

    http://www.marianne.net/agora-pas-amalgame-200115.html

    Marianne est un repère de ce genre de conneries, quoi qu’ils se soient calmés depuis l’épisode beur FM.


    • Dagobert Le 19 septembre 2016 à 10h17
      Afficher/Masquer

      Je viens de lire ce texte ironique d’Onfray . Il est tellement bon que je l’ai enregistré . Il a tout dit , et sou une forme amusante . En parler comme d’une connerie révèle le degré d’intelligence , ou de déni de réalité du critique …Onfray est un intellectuel libre , et il [Modéré] tous les petits marquis abonnés à la bien-pensance .


      • devenson Le 19 septembre 2016 à 22h39
        Afficher/Masquer

        Quelle belle ironie en effet. Particulièrement fine…. Plus sérieusement, un philosophe n’est-il pas tenu d’élever le débat, confronter les idées ? Onfray, dans ce texte, se transforme en rhéteur, pas en penseur.
        Et je suis dsl, mais se demander si il y a réellement une différence de nature entre un musulman lambda et un terroriste fanatique (car il faut voir les personnes derrière les concepts), c’est s’engager sur une pente pleine de savon noir… Et ensuite, mépriser les arguments contradictoires, c’est un refus de penser, chose tout de même dommageable pour un philosophe…


  18. gracques Le 18 septembre 2016 à 21h53
    Afficher/Masquer

    En meme temps etait ce un texte ? du coup je comprend le defoulement de notre hote….
    Ce truc , je l’ai lu dans Marianne .
    J’ai beaucoup moins l’occasion que M BERRUYER de me defouler par l’ecrit , aussi ma premiere reaction a ce qu’avait commis ce petit monsieur julliard a été de me rendre aux WC… pour vomir ou me torcher , je vous laisse deviner…..
    Mon propre travail intellectuel de critique était bien suffisant , je trouve.


  19. Jusdorange Le 18 septembre 2016 à 22h01
    Afficher/Masquer

    Ce parti de l’étranger se soumet aux PUISSANCES étrangères. Il est donc osé de qualifier Valls d’Armagnac quand celui-ci se vante de vendre des armes à l’Arabie Saoudite , et ne trouve rien à redire à Laurent “fait du bon boulot” Fabius l’ami d’Al nostra.

    Ce parti de l’étranger ne choisit pas n’importe quelle puissance étrangère, mais celle qui vise l’hégémonie. Le parti bourguignon d’aujourd’hui c’est le parti euro-atlantiste qui est un allié, au moins objectif, des fanatiques.

    Julliard souhaite que l’on cesse de déresponsabiliser les terroristes, mais semble vouloir jeter un voile pudique sur les responsabilités de ceux qui sont aux responsabilités… Faut le faire !

    Qu’une partie de la gauche, en cherchant le contre-pied d’une position droitière incohérente, devienne elle-même incohérente sur certains sujets c’est vrai. Mais sa stupidité n’autorise pas, en prenant de nouveau le contre-pied, à retomber dans l’incohérence et à jeter aux chiens notre sens des priorités.


  20. Homère d'Allore Le 18 septembre 2016 à 22h07
    Afficher/Masquer

    “Critiquer un texte en y insérant une remarque sarcastique” n’est pas chose aisée si ledit texte n’appelle pas aux sarcasmes.

    La définition donnée du “Parti collabo” par Julliard ne peut qu’attirer ceux-ci.

    Certes, Olivier pourrait reprendre point par point, bien poliment toutes les problématiques abordées pèle mêle dans ce texte par Julliard mais ça deviendrait assez vite indigeste.

    Je crois, personnellement, que cette définition du “parti collabo” vient de discussions lors de dîners en ville de gens bien en cour.
    Gens qui redoutent par dessus tout que la population s’aperçoive que ce sont eux qui, jour après jour, détricotent la souveraineté populaire pour servir les intérêts des puissances de l’argent.

    Il leur est donc bien utile de préempter la locution “parti collabo” pour la jeter au visage de leurs adversaires. En effet, leur plus grande crainte est de se voir découvrir ainsi.

    Quant à “l’évangile d’apparente commodité” s’adressant aux “instincts paresseusement égoïstes”, il paraît plutôt prêché par ceux qui hurlent avec les loups en 1940 comme aujourd’hui et non par les très rares personnes qui luttent contre la dérive islamophobe actuelle comme Emmanuel Todd ou Olivier Berruyer.

    Ceux-ci, loin d’être “paresseusement égoïstes” n’y gagnent que des coups et des anathèmes.


  21. SWNW Le 18 septembre 2016 à 22h07
    Afficher/Masquer

    Excellent rapprochement. Mais ne voyez-vous pas que cette réactionnite aiguë à chaque pseudo événement entretient le rideau de fumée qui nous dissimule constamment la Réalité ? (Et dans le cas présent, cette critique s’adresse à l’auteur de ses lignes…).

    Faire le jeu des parasites encore et encore n’est pas la solution. Nous savons tous. Enfin ici. A qui nous avons affaire. Quel intérêt de rabâcher et rabâcher encore, sans cesse… Affûtez vos esprit, entretenez vos corps, ne perdez pas votre âme. Le combat ne fait que commencer.


  22. Olympi Le 18 septembre 2016 à 22h15
    Afficher/Masquer

    « La projection désigne un mécanisme de défense introduit par Freud dans le langage de la psychanalyse. Le terme est devenu très général en psychologie et en psychiatrie. Il désigne l’opération mentale (généralement inconsciente) par laquelle une personne attribue à quelqu’un d’autre ses propres sentiments, dans le but de se sortir d’une situation émotionnelle vécue comme intolérable par elle1. La personne n’a généralement pas conscience d’appliquer ce mécanisme, justement car elle n’accepte pas les sentiments, ou sensations, qu’elle « projette » sur l’autre. Il s’agit donc généralement de sentiments négatifs, ou en tout cas, perçus comme tels2. »

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Projection_(psychanalyse)


  23. Louis Robert Le 18 septembre 2016 à 22h16
    Afficher/Masquer

    L’ESSENTIEL consiste à ne pas nous révéler irresponsables.

    *

    “Le propagandiste essaie de faire croire que, quand on essaie de comprendre la longue chaîne de causalités, et donc de responsabilités qui aboutit à un tel drame, on serait en train de dire que “La France est coupable” … Alors que la vraie conclusion est “Tiens, le Gouvernement a une part de responsabilité dans le drame…” “La France est coupable” sert donc à ne pas pouvoir poser ni donc investiguer… la question…

    Il n’y a… juste à connaître, comprendre et ne pas oublier les crimes récurrents de Gouvernements en roue libre… Si le gouvernement (puisque c’est de lui dont on parle en réalité quand on entend “La France” ou “Nous”) n’avait AUCUNE responsabilité, à travers ses actes ou ses non-actes… il faudrait alors ravaler le terrorisme au rang des catastrophes naturelles inévitables (puisqu’on n’a aucune responsabilité donc aucune marge d’action), comme la foudre qui frappe… Si on veut lutter VRAIMENT contre le terrorisme, il ne faut pas faire des débats théologiques ou philosophiques, mais avancer sur des solutions concrètes, simples, pragmatiques et efficaces… Mais bon, après, pourquoi faire appel à la raison pour résoudre les problèmes… quand on a des idéologues qui déchaînent les passions?”


  24. RGT Le 18 septembre 2016 à 22h16
    Afficher/Masquer

    Ne croyez-vous pas que la non-dénonciation de ces manœuvres politico-politicardes seraient faire preuve d’humanisme ?
    Je reconnais que c’est un peu long, mais au moins c’est bien documenté.

    Si vous êtes outré de la colère du “taulier” , vous avez tendance à tirer sur l’ambulance…

    Je sens que ce “petit jeu” va très mal finir…

    Qui est à l’origine de cet afflux d’immigrés, qui les a fait venir suite au pillage de leur pays d’origine pour qu’ils puissent venir concurrencer les français sur le marché du travail ?

    Le problème est d’origine économique.
    Les immigrés sont venus en France à la demande des dirigeants de ce pays qui suivaient les instructions dictées par le CNPF.

    Et maintenant que le problème économique de leur présence apparaît, les décideurs du caca-rente poussent les “grands élus” à trouver des excuses pour les foutre dehors…

    Ces ploutocrates pourraient très bien mettre la main à la poche pour financer le développement et la pacification de leurs pays d’origine.
    Les immigrés seraient sûrement tout contents de retourner “chez-eux” s’ils avaient la possibilité de pouvoir y vivre dignement et en sécurité.

    Avec tout le fric engrangé pendant des décennies ce serait réalisable. Il ne faut pas rêver, avez-vous déjà vu un seul ploutocrate payer pour réparer les conséquences de ses actes ?


    • Vegeto Le 19 septembre 2016 à 00h26
      Afficher/Masquer

      “Le problème est d’origine économique.”

      Non désolé, il est politique avant tout.

      C’est pas “l’économie” qui nous a mis dans cette [Modéré], c’est les politiciens qui sont à la botte d’intérêts autre que l’intérêt général ou la bonne marche d’un pays. Je crois qu’aujourd’hui on a assez de dossier pour affirmer que nos élites n’en n’ont complètement rien à carrer de l’intérêt général. En tout cas au niveau les plus hauts de la gestion du pays.

      On peut prendre n’importe quel sujet, au final on en revient toujours aux politiques car c’est eux et eux seuls qui peuvent prendre des décisions.

      C’est juste mon avis, mais dire que le problème est économique, pour moi c’est un peu comme dire “c’est à cause de la pollution” quand on parle de la mauvaise qualité de l’air en ville. La pollution est une conséquence, pas la source du problème. Et c’est la tout le problème de notre société, on se focalise sur les conséquence et non sur les sources des problèmes …

      (sinon je suis d’accord avec le reste :))


  25. Emmanuel Florac Le 18 septembre 2016 à 22h17
    Afficher/Masquer

    Je ne connaissais pas particulièrement Julliard, et je ne l’avais pas trouvé trop mauvais dans le livre écrit avec Michéa, “la gauche et le peuple”. C’est assez décevant, finalement…


  26. Emmanuel Florac Le 18 septembre 2016 à 22h21
    Afficher/Masquer

    Notre cher Olivier a été très blessé par le déchaînement de haine contre lui ces derniers temps. Il avait pu par chance échapper jusqu’ici aux trolls les plus baveux… Je pense que ce type d’analyse est effectivement une forme de défoulement, mais ce n’est pas si méchant après tout 🙂 Je pense qu’il parviendra à surmonter sa blessure et puis ça ira mieux.

    Dans tous les cas je le remercie de m’avoir fait connaître cette face sombre du sieur Julliard.


    • Dagobert Le 19 septembre 2016 à 10h12
      Afficher/Masquer

      Et nous ? on n’est pas blessés , peut-être , depuis 40 ans que le pays est vendu à des peuplades inassimilables par nos politichiens et journaleux collabos ? non , je vais pas pleurer , et d’autant moins qu’avant ce virage , OB était très bien .


  27. subotai Le 18 septembre 2016 à 22h34
    Afficher/Masquer

    Il a fait où ses Humanités ce type?
    Sortir autant de conneries dès le premier paragraphe, ça monte soit de l’ignorance crasse, soit de la mauvaise foi.
    Je ne sais pas si c’est le lieu mais un peu d’histoire ne peut pas faire de mal pour ceux qui ignorent et pourrait croire au moins à la véracité de cette partie.
    La Bourgogne principauté régalienne, continuité du royaume des Burgondes (Germains) en concurrence territoriale et politique avec le royaume des Francs (tout aussi Germain) sur fond de problèmes d’héritages.

    La Fronde, tentative de rétablissement de l’équilibre des pouvoirs entre les principautés vassales et le Roi de France leur suzerain, suite à leur affaiblissement consécutif aux actions de renforcement du pouvoir royal effectué par Richelieu. Le résultat est que les rebelles ont perdu; ce qui a entrainé en réaction l’absolutisme de Louis XIV et en conséquence (raccourci) la Révolution Française.

    Les émigrés, rien d’autre que des loyalistes respectueux de leur serment de vassalité envers leur suzerain.
    La Coalition, rien d’autre de leur point de vue que le rétablissement de l’ordre des choses sous le ciel et la remise sur son trône de leur cousin – Affaire de famille rejoignant la nécessité politique.
    C’est la Révolution qui a mis en avant le concept de Nation et son unicité et qui, à postériori, a qualifié les contre-révolutionnaires de collabo.


    • Olivier Berruyer Le 18 septembre 2016 à 22h50
      Afficher/Masquer

      Merci !

      Vous voyez, c’est mieux quand ce sont les lecteurs qui font le travail sérieux 😉


    • Jusdorange Le 19 septembre 2016 à 00h02
      Afficher/Masquer

      À Subotai,

      Vous dites que la Révolution a “mis en avant” le concept de Nation. Si cela veut dire qu’elle s’est appuyée sur un sentiment national pour parvenir à ses objectifs, très bien. Si cela veut dire qu’elle l’a inventé, alors je crois qu’il faut nuancer.

      Ce que les révolutionnaires ont accomplit c’est un découplage entre le Roi et la Nation, accusant le premier de trahir la seconde en laissant courir le bruit que Louis XVI était à la solde de la Maison d’Autriche. Ils ont joué sur la fibre patriotique, ils ne l’ont pas inventé.

      La révolution a par la suite consacré le concept de Nation (art 3 ddhc 1789), mais celui-ci était déjà en germe dans le pays grâce à la lente, difficile et incomplète constitution par les Capétiens d’une unité française (territoriale, juridique et linguistique). Cette politique capétienne n’était sans doute pas motivée par un nationalisme, mais elle a animé une forme de proto-nationalisme sur lequel s’appuieront plus tard les révolutionnaires.


      • subotai Le 19 septembre 2016 à 05h49
        Afficher/Masquer

        Le sentiment d’être “français” n’existait pas pas vraiment, on était Picard, Breton, etc, sujet du Seigneur du coin jusqu’au Roi de France.
        Par contre on savait bien que les espagnols, les prussiens ou les savoyards 🙂 sujets d’une autre vassalité n’étaient pas de cheu’nous.
        Aussi la Révolution en abolissant cette échelle de Droits et de Devoirs a du s’appuyer et renforcer cette dualité “Eux // Nous” (bien obligé – J’irai même jusqu’à dire que l’art de propagande moderne a commencé là), pour mobiliser au mieux les énergies.
        L’histoire montre que ça n’a pas été facile…


        • Jusdorange Le 19 septembre 2016 à 08h18
          Afficher/Masquer

          Sur quoi repose votre thèse selon laquelle on ne se sentait pas français ? À quelle époque ?

          Qu’on se comprenne : je ne dis pas que le paysan de 1045 se pensait français, ou reconnaissait dans le paysan d’une région lointaine un compatriote. Ce serait projeter effectivement.

          Je constate cependant qu’il y a une relative constance dans les objectifs politiques des Capétiens. À savoir : éviction des puissances étrangères ; intégrité du territoire ; renforcement du pouvoir central ; unité juridique et sociale. Ce n’est pas une histoire linéaire, il y a sans doute eu des retours en arrière, mais dans l’ensemble l’histoire des Capétiens ressemble furieusement à une histoire de l’Etat-nation ou d’un proto-Etat-nation.

          Si les révolutionnaires ont considéré que l’argument “Louis XVI traître à la patrie !”, pouvait fonctionner, c’est bien que selon eux, le sentiment national était déjà constitué. Ça a fonctionné, j’ai donc tendance à croire qu’ils avaient raison.


          • Milsabor Le 19 septembre 2016 à 12h17
            Afficher/Masquer

            En Vendée, où je réside, les vendéens se sentaient d’abord fils de leur sainte mère l’église, puis sujet de leur roi, puis vendéens, mais français … Pour eux la France n’avait pas de réalité au-delà des marches du poitou. Leur insurrection contre la conscription nationale à l’origine, les a ramenés durement à la réalité.


            • Annouchka Le 19 septembre 2016 à 14h15
              Afficher/Masquer

              En même temps, lors de l’épisode de Jeanne d’arc, il était question de “bouter les anglais hors de France”. La fidélité à la dynastie capétienne, sacralisée par l’église, s’est exprimé donc dés cette époque sous la forme de ce qu’on appellera au XIXe “sentiment national”. Simplement au XIXe, l’idée de nation à remplacé le corps sacré du roi.


          • Yves Le 19 septembre 2016 à 16h03
            Afficher/Masquer

            Il est toujours intéressant de visiter des régions incluses dans l’espace français récemment (disons 3 à 4 siècles) et de se pencher sur leur histoire. Et on peut voir que l’appartenance à la nation n’est pas toujours complète.


          • subotai Le 19 septembre 2016 à 18h35
            Afficher/Masquer

            Ne pas confondre les objectifs des politiciens et leur actions avec le sentiment des populations. Sans les leviers légaux et d’usages de la féodalité, la propagande et la force ont été nécessaire. L’emballement, l’émulation et le chaos ont fait le reste.
            Quand à l’argument de “tenter parce qu’on pense que ça peut marcher” Audiard n’a rien inventé, il n’a fait qu’exprimer une constante de l’humanité.


            • Jusdorange Le 19 septembre 2016 à 22h47
              Afficher/Masquer

              À subotai,

              Le problème de ce genre de débat c’est qu’on n’a pas de source pouvant attester d’un sentiment national populaire. L’alphabétisation date du XIXe siècle, on ne peut donc pas connaître avec certitude le sentiment des classes subalternes avant cette période. Pas à ma connaissance en tout cas.

              C’est aussi le cas pour votre hypothèse d’un sentiment régional ou local etc… Peut-être que le paysan du Xe ou du XVe siècle se sentait chrétien et le reste lui passait par-dessus la jambe.

              On ne peut que spéculer à partir de ce qu’on a. Je propose d’examiner les politiques menées sur le temps long, faute de mieux.

              De la féodalité du Xe à la Fronde des Grands, il existe une expression politique de la fragmentation française. Mais celle-ci n’a eu de cesse de perdre en force au profit d’une politique proto-nationaliste du XIIIe à 1789.

              Une politique sur un temps aussi long a vraisemblablement influencé les mentalités collectives, cad à fabriquer un sentiment national.


          • jpcd Le 20 septembre 2016 à 14h58
            Afficher/Masquer

            C’est la langue qui fait la nation. Pas seulement, mais principalement. D’où le fait qu’un Marc Bloch ait pu parler d’un double sentiment national sous l’ancien régime. A cela venait se superposer l’existence d’une France héritière du droit romain (et de la langue occitane) et de celle qui pratiquait surtout le droit coutumier en langue d’oil.
            http://www.universalis.fr/encyclopedie/nation-l-idee-de-nation/2-le-sentiment-national/

            En forçant le trait, l’ancien régime c’était donc le règne de la double-nationalité 🙂 Ce double mouvement, centriguge et centripète, longtemps structuré par les vassalités dont vous parliez, s’est transformé après 1789 en girondins contre jacobins.
            Linguistiquement, le boulot n’était toujours pas terminé dans les années 1930 où ma mère, par exemple, n’avait pas le droit de dire un mot à l’école de sa langue maternelle, l’occitan qu’elle parlait à la maison, sous peine de punition…
            Comme on dit au PS: l’unité est un combat!


            • jpcd Le 20 septembre 2016 à 15h18
              Afficher/Masquer

              oops… “centriguge” ça ne veut rien dire… “centrifuge” plutôt!


      • anne jordan Le 19 septembre 2016 à 18h49
        Afficher/Masquer

        N’oubliez jamais que le Roi disait ” MES peuples ” quand il parlait de la France !
        il y a là une nuance très importante qui renvoie aux débats d’aujourd’hui sur cette satanée identité :
        je puis être alsacienne ET française , comme bretonne ET française , ainsi que ” d’origine algérienne ” ET française .


        • Dhomih Le 19 septembre 2016 à 22h11
          Afficher/Masquer

          Un peu tiré par les cheveux, vous auriez du écrire algérienne et française et la vous vous seriez rendu compte de l’ineptie. Car algérien, c’est kabyle, berbère, descendant d’envahisseur arabe ?


    • Homère d'Allore Le 19 septembre 2016 à 07h37
      Afficher/Masquer

      @subotai

      On peut quand-même noter que le vassal bourguignon à joué à fond la carte anglaise à la fin de la guerre de Cent ans, que le Grand Condé a livré un port français aux Espagnols contre de l’or lui permettant de financer sa lutte contre Louis XIV, que les émigrés de Coblence ont rejoint des armées étrangères.
      Cette histoire de “fidélité au suzerain” doit quand-même être tempérée par l’existence d’autres intérêts.
      Comme de récupérer les biens et apanages confisqués à la Révolution.

      Des Joseph de Maistre ou Louis de Bonald s’opposeront d’ailleurs à Louis XVIII lorsque celui-ci, dans la charte de 1814, limitera fortement la récupération desdits biens.

      Là aussi, comme plus tard avec le “gouvernement des Jules” capitulard ou Vichy, il est très difficile de séparer l’idéologie de l’intérêt.


    • Annouchka Le 19 septembre 2016 à 09h19
      Afficher/Masquer

      Attention, la Bourgogne du XVe siècle n’est pas la continuité du royaume des Burgonde. C’est au départ un apanage du royaume de France, c’est à dire qu’elle a été confiée à l’un des fils cadet du roi de France (un prince de sang). Tous les apanages avaient vocation à réintégrer la couronne de France en cas d’extinction de la lignée ainsi nouvellement créé , ce qui dans le cas de la Bourgogne fut le cas à l’époque de Louis XI à la mort de Charles le Téméraire. Le parti bourguignon de l’époque de Jeanne D’Arc était bel et bien un parti “collabo” avant l’heure….


      • Annouchka Le 19 septembre 2016 à 09h28
        Afficher/Masquer

        Il est est d’ailleurs troublant de constater que l’une des capitales des États bourguignons du XVe siècle était Bruxelles: la construction européenne, une victoire à posteriori du parti bourguignon?


      • subotai Le 19 septembre 2016 à 18h56
        Afficher/Masquer

        Oui, *
        mais la tentation de l’indépendance politique est une constante des peuples/populations. C’est toujours pour ce qu’on pense être le meilleurs de ses intérêts.
        Elle ne s’arrête qu’avec la mort du derniers de Mohicans.
        Tous les prétextes sont bons, toutes aides sont bienvenues, même l’alliance avec le Diable :-).
        L’Espagnol a longtemps tenu la place qu’a tenu l’URSS et que tiennent les USA (plus pour très longtemps) encore aujourd’hui
        Toute ressemblance avec l’histoire et la politique récente n’est absolument pas fortuite. 🙂

        *Tout comme la France d’aujourd’hui n’est pas la continuité d’une Gaule fantasmée.


        • tepavac Le 21 septembre 2016 à 00h19
          Afficher/Masquer

          Histoire Nation; extrait à propos du billet;

          ” Sur la base du mot «nationalité» on a créé vers 1920 l’adjectif «nationalitaire» qui permet de faire référence à la nation comme à un groupe animé par une volonté d’indépendance politique et non pas par des aspirations à la suprématie sur d’autres groupes distincts par la langue, la culture ou l’histoire. Le patriotisme opiniâtre au sens politique est nationalitaire, et non pas nationaliste.”

          http://www.larevuetoudi.org/fr/story/l%E2%80%99id%C3%A9e-nationale-ses-fondements-ses-avatars


  28. silk Le 18 septembre 2016 à 22h39
    Afficher/Masquer

    Apparemment vous n’avez lu que le point II sans lire les III, IV, V et VI.
    Ou alors vous faites exprès de réduire le travail au point II afin d’exprimer une “pensée défouloir”, par là j’entends un soutien de votre part à ce qu’exprime Zemmour : un défouloir de stigmatisation.

    Par ailleurs même le point II est justifié (commenter toutes les phrases ou paragraphe) par le fait que chaque phrase mérite justement un commentaire.
    Ceux d’Olivier ne sont pas forcément les meilleurs mais ils ont le mérite d’exister.
    Par ailleurs Il s’agit d’une analyse de texte en plusieurs temps.
    I : remettre le texte tel quel
    II : mettre le texte avec ses commentaires.
    III : justifier son point de vue par une longue argumentation
    IV : replacer son argumentation avec des propos tenus il y a quelques années et laissaient déjà entrevoir un raisonnement biaisé sur certains points.
    V : remettre les propos de Zemmour afin de montrer la relation de raisonnement au moins) sur le point du parti collabo.
    VI : faire une conclusion qui est là aussi argumentée.

    Si l’orientation ne vous plait pas, c’est une chose, la méthode est au contraire assez précise pour ne pas pouvoir être qualifiée de “defouloir” (sauf à réduire comme vous le faites au point II).
    C’est une analyse assez complète de ces propos sur le “parti collabo”.


  29. sadsam Le 18 septembre 2016 à 23h02
    Afficher/Masquer

    Merci Olivier pour vos dossiers depuis une semaine sur les brûlots de Zemmour and co.
    Ils permettent de reprendre un peu ses esprits et d’essayer de regarder un peu plus froidement les arguments exposés et les conséquences possibles.

    Les curieux devraient relire la page de Jacques Julliard sur Wiki. On y apprend par exemple que Jacques Jullliard avait été l’un des grands défenseurs de Bernard Lewis en 2006. Il a donc de la suite dans les idées.
    Toujours selon Wiki, il a été parmi ceux qui ont lancé les “nouveaux philosophes” au milieu des années 70. Avec le recul, son itinéraire est vraiment sans surprises.


    • Opps' Le 19 septembre 2016 à 02h03
      Afficher/Masquer

      Petite nuance ,
      Julliard n’a pas été un défenseur spécifique des thèses de Lewis , mais le défenseur de pouvoir faire de l’histoire et donc d’étudier les faits historiques sans être sous la menace de lois qui interdiraient de dire ceci plutôt que cela , et obligeraient donc à être en accord avec une histoire officielle sous peine de poursuite pénale …
      Que la recherche ne soit pas soumise aux politiques est une opinion qui peut quand même se défendre …

      PS/ D’ailleurs , mais c’est un autre aspect de ce genre de problème , on peut reconnaitre la réalité du massacre des arméniens , tout en refusant de le ‘qualifier’ de génocide … en se référant au sens plus ou moins strict de ce mot …


  30. Ali Le 18 septembre 2016 à 23h12
    Afficher/Masquer

    Pourtant il n’a pas tord. Et des arguments sont présents. Peut-être que vous protégez certains en minimisant la critique, en essayant de la “rabaisser”. En voilà une autre qui montre que ces collabos atlantistes et néocons ont envahi l’ensemble des courants politiques pour mieux noyer le poisson et nous diviser. Autant savoir les reconnaître, même s’il faut rester prudent lorsque l’on accuse :

    http://www.electron-libre.org/2016/09/17/guerres-au-mo-europe-islamophobie-lutte-des-classes-economie-tout-est-lie/


  31. Spectre Le 18 septembre 2016 à 23h33
    Afficher/Masquer

    Vous savez ce qu’on dit : la vieillesse est un naufrage…

    Si l’article était anonymisé, on pourrait d’ailleurs spontanément penser qu’il a été écrit par un type d’extrême-droite. Bizarrement, cette proximité intellectuelle n’est jamais interrogée ; on retrouve pourtant, sur certaines questions, un grand arc allant d’une certaine gôche qui a renoncé jusqu’au Front National… Laïcisme autoritaire, course à l’échalote identitaire, propagande sécuritaire, invocation rituelle des “valeurs de la République” (celles-là même qu’un manifestant a pris en pleine tronche jeudi dernier ?…), discours alarmiste face à l’épouvantail du “communautarisme,” refus de toute réflexion critique sur les causes sociales, etc.

    L’ironie de l’histoire, c’est que si on lui soumettait cette réflexion, M. Julliard répondrait très certainement… pas d’amalgame !


    • Max47 Le 19 septembre 2016 à 02h56
      Afficher/Masquer

      Vous avez raison de rappeler l’adage “La vieillesse est un naufrage”. C’est ce à quoi j’ai pensé en premier en lisant la prose de Jacques Julliard. Un des problèmes de la France est qu’il en va du métier “d’éditocrate” comme de celui de politique : on n’en sort que les pieds par devant ! Si bien que le citoyen lambda doit se farcir les discours de gens qui étaient déjà vieux (et fort bien installés) quand lui-même était en babybag. Des décennies passées hors-sol et dans l’entre-soi de “l’élite” politico-médiatique finissent dans un crépuscule de sclérose, de radotage – et aussi de panique latente, me semble-t-il.


  32. Grandpardonneur Le 19 septembre 2016 à 00h22
    Afficher/Masquer

    Cet article est une preuve de plus de la victoire des idées considérés encore comme d’extrêmes droites. Je constate avec tristesse que les débats sont d’une grande pauvreté. Le camp des “bien pensants”, fort de sa morale anti-raciste ne juge pas utile de creuser le sujet, caricature les propos et appelle à l’ostracisation. Malheureusement, le camp opposé étudie l’islam et utilise ses connaissances pour conforter ses partisans et en faire basculer de son coté des journalistes comme Juliard. La victoire de ces idées, guerre civile ou pas, seront inéluctables si la manière de les combattre ne change pas.


    • Milsabor Le 19 septembre 2016 à 12h29
      Afficher/Masquer

      “Le camp des “bien pensants”, fort de sa morale anti-raciste ne juge pas utile de creuser le sujet”

      Il ne s’agit pas tant de morale anti-raciste que de morale de la communication. Parler du djiadisme et du terrorisme sans faire référence à ses causes : les guerres néo-coloniales de l’occident au moyen-orient, la perversion fondamentale de l’ultra-libéralisme triomphant, relève de la dialectique inversée propre aux chiens de garde du système, point-barre.


      • Grandpardonneur Le 19 septembre 2016 à 14h23
        Afficher/Masquer

        Dialogue de sourd. Zemmour and co pensent que le problème est dans le texte sacré, vous leur répondez, colonisation, ultra libéralisme…Cela me rappelle le dialogue de sourd sur délinquance issue dans les banlieues il y a 25 ans.
        D’un coté, les Zemmours de l’époque faisait l’amalgame entre immigration et délinquance, parler d’incompatibilité de culture, sortaient des chiffres… De l’autre coté, les “bien pensants” répondaient “halte au racisme”, pauvreté, illettrisme des parents, circonstance atténuantes…
        Qui a gagné aujourd’hui? Malheureusement, les idées d’extrêmes droites qui ont réussi même à “contaminer” les politiciens de droites mais aussi de gauche.
        Je pense, peut être à tort, que nous sommes en train de suivre la même route.


  33. Charles Le 19 septembre 2016 à 00h52
    Afficher/Masquer

    Ce qui me frappe c’est que des gens comme Zemmour occupent toute la place. Et que les réactions dédiées à ce monsieur continuent à occuper toute la place. Effet Barbara Streisand.

    Et si ce monsieur occupe toute la place, n’est-ce pas qu’il n’y a pas grand monde pour proposer une autre analyse pertinente de l’état de notre société?


  34. Opps' Le 19 septembre 2016 à 01h23
    Afficher/Masquer

    Part 01

    Les temps sont inquiétants.
    Au delà du fait qu’on puisse ne pas être d’accord avec tel ou tel, cette sorte d’exécution de Julliard sans prendre en compte la qualité de son parcours, sa rigueur intellectuelle, son souci humaniste , ou bien en les ramenant à rien au prétexte d’une pseudo révélation subite de son côté ‘sombre’ , est non seulement un peu navrante, mais surtout le signe d’une faille qui peu à peu s’installe entre nous, en France.

    Il n’est plus question , pour beaucoup, de chercher à comprendre les racines d’un doute , d’un malaise , d’une grosse inquiétude qui s’étend.

    En fait , on est en train d’attendre un point d’ incompréhension qui va faire basculer sur des choix bien aventureux , une partie de la population qui, elle aussi ne souhaitait que vivre tranquillement , et qui jusqu’à présent a toujours su traditionnellement, à la longue, intégrer ” l’autre “.


  35. Opps' Le 19 septembre 2016 à 01h24
    Afficher/Masquer

    Part 02

    Cette population n’est pas victime d’une lepénisation , car l’essentiel des médias est très largement anti-lepen . Elle constate simplement une sorte de destruction de ce qu’elle pensait être son identité (Un vilain mot ?) : un ensemble de valeurs partagées, plutôt républicaines héritées par l’école … d’où découlait un mode de vie commun , une sorte de vivre et de penser-ensemble.

    Peu à peu on voit des collègues, amis, proches, souvent à gauche (je dis à gauche , mais peu-importe , c’est juste pour souligner la force de ce mouvement) , bienveillants et compréhensifs ouvertx et respectueux des cultures autres , basculer vers des votes étranges , tout en gardant d’ailleurs leurs valeurs initiales .
    Souvent ce nouveau vote n’est pas de conviction profonde , mais quelque part , excédés , ils migrent peu à peu , en connaissance de cause , vers des zones que le ‘système’ interdit , tant leur angoisse s’épaissit .
    Et malheureusement , la sensation qu’ils ont de ne pas être entendu ni compris , d’être ‘moralisé , d’être réduit à des comportements simplificateurs où il ne se reconnaissent pas , les amènent à une sorte de radicalisation ‘gauloise’ souvent silencieuse et obstinée , et parfois provocatrice.

    J’en resterai là. Je crois que le mal est à présent fait


    • rastignac Le 19 septembre 2016 à 09h37
      Afficher/Masquer

      Voilà, c’est tout simplement ça. pas besoin de zemmour and co. les gens ont l’impression que le sol devient mouvant et se dérobe sous leurs pieds. Comme dans un couloir ou la lumiere s’éteint, n’importe quel quidam tends ses mains ( pas au dessus de la tête) pour retrouver ses marques. cela s’appelle l’identité d’une nation, un socle commun autour duquel on peut évoluer.

      l’enquete de l’institut Montaigne à trop vouloir prouver renforce cette intime conviction.


  36. Cedric Le 19 septembre 2016 à 01h24
    Afficher/Masquer

    Il faut bien approfondir une réflexion…
    http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/08/26/31001-20160826ARTFIG00315-jacques-julliardqu-est-ce-que-l-islamo-gauchisme.php

    Ça m a permit de comprendre la détestation d Emmanuel Todd par certains, il est à la fois islamo-gauchiste et (ou du moins était) judeo-bolchevique, ça commence à faire louche…


    • Homère d'Allore Le 19 septembre 2016 à 06h57
      Afficher/Masquer

      Et de plus, Emmanuel Todd a très bien défini le “catholique zombie”, que nous retrouvons à l’état d’essence sortie de l’alambic à la fin du texte écrit par Julliard dans le Figaro.


  37. Logic Le 19 septembre 2016 à 01h53
    Afficher/Masquer

    Article plus nauséeux que les interventions plus franche et direct de Zemmour. Et donc plus dangereux.
    Le “collabo” est évidemment celui qui collabore avec le pouvoir ou les idées en place et non celui qui n’a pas les même opinions que moi. Or ce ne sont pas les musulmans qui gouvernent la France, ni directement ni indirectement. Il n’existe pas même de lobby musulman. Par contre les pouvoirs de l’argent sur les décisions politiques ne sont pas un fantasme. Les collabos sont à chercher ici pas ailleurs. (Le dernier reportage de Cash Investigation en montre quelques-uns).


    • J Le 19 septembre 2016 à 08h53
      Afficher/Masquer

      Pas de lobby musulman ?? Les musulmans seraient bien [Modéré], alors…

      On a érigé à New York, à deux pas de feu le WTC, un énorme centre islamique. C’est le maire de l’époque, Michael Bloomberg, qui l’a imposé contre l’avis de ses électeurs donc contre son intérêt électoral (il n’a pas été reconduit). Pourquoi ? Parce qu’il dirigeait (dirige toujours je présume) une affaire qui brasse des millions dans les monarchies du Golfe Persique. Qu’est-ce que c’est sinon le résultat, et un succès, d’un lobbying musulman ?

      Peut-être que ces choses seraient impensables en France ?


      • Logic Le 19 septembre 2016 à 16h04
        Afficher/Masquer

        On parlait de la France et de l’Islam. Si vous identifiez wahhabisme et Islam alors effectivement on peut parler de lobby musulman, un peu partout dans le monde, mais il serait plus rigoureux de parler de lobby wahhabiste. Les pétro-dollars ne finance pas un Islam respectueux d’autrui, enraciné dans une culture donnée, mais incite à une uniformisation radicale, pour ne pas dire à un “grand remplacement” (de l’Islam par le salafisme). Car au final le salafisme, dont fait partie le wahhabisme, ne reconnait que lui-même, et les djihadistes massacrent d’abord les musulmans, les chiites comme les sunnites.

        En acceptant de manière aveugle ou inconsidérée les pétro-dollars, non seulement on soutient le terrorisme au Moyen-Orient, mais aussi sa diffusion dans nos sociétés. Or les personnes, ou les Etats, acceptent cette influence, non pas en raison d’un amour pour le wahhabisme, mais pour un amour de l’argent. Le pouvoir dominant est donc bien financier (qu’il soit rattaché ou non à une idéologie). Et les collabos, ceux qui se soumette à ce veau d’or.


      • Pierre Le 19 septembre 2016 à 16h24
        Afficher/Masquer

        Si vous me le permettez, je crois qu’il faudrait plutôt parler de lobby saoudien ou de lobby quatari.


  38. Renard Le 19 septembre 2016 à 01h56
    Afficher/Masquer

    Magnifique papier Olivier, très belle analyse de fond pour démonter les arguments du parti de la guerre civile.

    J’aimerais simplement nuancé la citation du général De Gaulle en fin d’article, il me semble qu’il se donne le beau rôle et se glorifie en prétendant avoir toujours lutté contre l’argent.

    Voici une citation de François mauriac montrant une version tout à fait différente : “Ce que le général n’a pas fait, et ce qu’il ne dépendait pas de lui de faire, c’est d’obliger à lâcher prise ces mains, ces quelques mains, oui ce petit nombre de mains qui tiennent les commandes secrètes de l’Etat, qui assurent les immenses profits de quelques-uns et qui font de chacun de nous les têtes d’un troupeau exploitable, exploité” (Bloc-note de François Mauriac, 23 septembre 1966)


    • Beaudoin Le 19 septembre 2016 à 10h41
      Afficher/Masquer

      Evidemment , si on se soumet à l’identité heureuse , au “lâche soulagement” , ‘y aura pas de guerre . Mais les collabos paieront de toutes façons .


      • tepavac Le 20 septembre 2016 à 04h29
        Afficher/Masquer

        Renard
        “Ce que le général n’a pas fait, et ce qu’il ne dépendait pas de lui de faire”
        Est-ce que cela veut dire que ça ne dépendait pas de lui ?


  39. Perret Le 19 septembre 2016 à 07h38
    Afficher/Masquer

    Quand on globalise, on ne peut pas s’en sortir. Et cela vaut aussi bien pour Julliard que pour Olivier qui semble ne pas voir que l’islam en France compte un nombre considérable de wahhabites salafistes et de Frères musulmans, certes probablement encore minoritaires (mais la plus grande mosquée des Frères musulmans en France, construite grâce au soutien intéressé de Juppé, est à bordeaux).
    Donc on a deux islams en France, l’un modéré et majoritaire (accusé par les autres d’être de faux musulmans), l’autre radical et minoritaire (financé pour la partie wahhabite par les pétromonarchies et pour la partie FM par la turquie, les deux étant soutenus par l’un ou l’autre des clans américains).
    Zemmour globalise à tort, mais son discours est inattaquable quand il s’applique à l’islam des wahhabites ou des Frères musulmans en France. Le problème, c’est qu’il contribue, en globalisant, à l’expansion de ceux qu’il dénonce. Même chose pour Julliard.
    Il n’est pas crédible de continuer à présenter l’islam en France soit comme globablement modéré, soit comme globalement extrémiste. Les deux coexistent et c’est à la question de savoir comment on peut aider les modérés sans renforcer les extrémistes qu’il faut répondre.


    • Ali Le 19 septembre 2016 à 08h15
      Afficher/Masquer

      @Perret
      “Il n’est pas crédible de continuer à présenter l’islam en France soit comme globablement modéré, soit comme globalement extrémiste. ”
      Il n’y a 12 000 à 15 000 salafistes sur une popualtion musulmane estimée à 5 000 000. Soit 0,3% de la communauté musulmane. Donc il parait bien plus crédible de globaliser en disant que les musulmans français sont modérés, que le contraire. Je crois que c’est ce qui est reproché à zemmour.

      “la question de savoir comment on peut aider les modérés sans renforcer les extrémistes qu’il faut répondre.”
      C’est en effet la bonne question. Elle rejoint au moins une immigration qui a mal été géré, donc notre politique migratoire et d’intégration. L’influence whahabite qui utilise le prosélytisme via un financement du culte musulman dans le monde. Une laïcité qui a été dévoyée et qui fait monté l’islamophobie. Un manque de débat constructif sur l’immigration qui frustre certains. Maintenant aussi la problématique du terrorisme. Elle rejoint des tactiques politiciennes dans le but de se faire élire. Etc.


      • Ali Le 19 septembre 2016 à 08h16
        Afficher/Masquer

        @Perret (suite)
        En gros le problème est lié aux politiques, c’est eux qui donnent l’orientation. Lorsque ce ne sont pas les politiques qui ont intérêt à voir monter l’islamophobie (intérêt qui touche tous les bords, de droite à gauche en passant par les extrêmes).

        C’est d’ailleurs l’autre reproche que l’on pourrait faire à zemmour. Le fait qu’il retourne le problème vers la communauté musulmane, au lieu de le tourner vers les responsables, c’est à dire les politiques qui sont les plus responsables de la situation.

        En ce sens zemmour pourrait être vu comme un bon petit soldat du système qu’il défend aux avantage de certains au lieu de le remettre en cause. Peut-être est-il sincère mais aveuglé par son islamophobie et le climat délétère depuis des dizaines d’années en France sur ce sujet, dans ce cas qu’il se remette en question. Dans tous les cas ça ne fait pas avancer le débat dans le but de trouver des solutions pertinentes à la question que vous posez.


      • JOUFFLU Le 19 septembre 2016 à 09h42
        Afficher/Masquer

        Il n’y a pas 10 à 15.000 salafistes mais presque 30% des musulmans et principalement les jeunes. (Enquête Montaigne)


        • Ali Le 19 septembre 2016 à 10h46
          Afficher/Masquer

          “Il n’y a pas 10 à 15.000 salafistes”
          Si :
          http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2014/10/31/31003-20141031ARTFIG00311-surestimation-du-nombre-de-musulmans-en-france-le-decryptage-de-michele-tribalat.php

          Je parle bien du raccourci islam=islamisme. L’institut Montaigne parle encore d’autre chose.


        • Jean Le 19 septembre 2016 à 12h27
          Afficher/Masquer

          L’institut Montaigne est une officine radicalisée de l’ultralibéralisme qui a les mêmes objectifs que le wahhabisme : Créer le chaos pour en tirer profit.


          • Ali Le 19 septembre 2016 à 16h54
            Afficher/Masquer

            Oui, d’autant plus que leur étude est grotesque, les questions orientées, sans parler du panel. Ils montrent ceux qui veulent manger halal comme anti républicains.

            Bientôt être républicain c’est être uniforme, athé et sans rien qui dépasse. Tout le contraire de ce que voulait nos Pères lorsqu’ils ont mis en place la laïcité, c’est la France qui n’est plus républicaine.

            Ridicule et triste, sans compter que ces conneries nous divisent au profit de certains.

            Maintenant j’imagine que certains vont la faire à l’envers de mon commentaire.


      • anne jordan Le 19 septembre 2016 à 18h56
        Afficher/Masquer

        @ali , vous serez peut être content de savoir que ces 0, 3% ont été désavoués officiellement
        à Grozny:
        http://www.yawatani.com/index.php/religion/12837-le-wahhabisme-salafisme-exclu-du-sunnisme-lors-du-congres-

        par les plus hautes autorité de l’Islam sunnite !


        • Surya Le 19 septembre 2016 à 22h40
          Afficher/Masquer

          à par le grand mufti d’égypte qui n’est une autorité qu’en égypte, il n’y a aucune “autorité sunnite” vue que l’autorité sunnite est par essence le calife.


          • Ali Le 20 septembre 2016 à 11h10
            Afficher/Masquer

            @Surya
            Il n’y avait pas que le mufti d’Egypte (déjà bien écouté) :
            “Elle a réussi à rassembler quelque 200 dignitaires religieux, oulémas et penseurs islamiques, venus d’Egypte, de Syrie, de Jordanie, du Soudan et d’Europe.”

            Ce n’est pas rien niveau “autorité”.


      • Guillaume Le 19 septembre 2016 à 19h23
        Afficher/Masquer

        J’ai trouvé, mais il y a plusieurs réponses:
        – l’Arabie Saoudite
        – Daesh
        – Al Qaida

        Comme le gouvernement Français les soutient, j’en conclus (d’après votre commentaire) que le gouvernement Français représente un risque pour notre démocratie.

        Mais quel est le rapport avec les Français d’origine étrangère. Ils ne sont pas au gouvernement eux…


      • Perret Le 20 septembre 2016 à 07h27
        Afficher/Masquer

        @ Ali : D’où tenez-vous votre chiffre de 0,3 % ? Rien que chez les Maliens (au moins 300 000 en France), l’islam wahhabite (cheik Haïdara) devient dominant. Regardez du côté des Sénégalais, vous serez surpris. Pour les ressortissants d’Afrique sub-saharienne, la radicalisation de faisait, jusqu’il y a une dizaine d’années, dans les banlieues françaises et les conséquences en étaient décalées au retour au pays. Aujourd’hui, les financements des pétromonarchies permettent d’avoir, dans les madrassas africaines, des imams pakitanais ou afghans qui apprennent le djihad aux anfants. Quand ils arrivent en France, ils sont déjà radicalisés. L’image d’un islam africain matiné d’animisme et modéré doit être revue : cet islam est vigoureusement contrebattu par les wahhabite salafistes. Pour l’islam d’Afrique du Nord et du Proche-Orient, il faut voir les choses nationalités d’origine par nationalité d’origine.


        • Surya Le 20 septembre 2016 à 08h07
          Afficher/Masquer

          Les religieux locaux (au Mali) sont formés en Arabie Saoudite puis reviennent au pays.


        • Ali Le 20 septembre 2016 à 10h30
          Afficher/Masquer

          @Perret
          “D’où tenez-vous votre chiffre de 0,3 %”
          Je remet deux commentaires en un :

          Il n’y a 12 000 à 15 000 salafistes sur une popualtion musulmane estimée à 5 000 000. Donc 0,3%.
          http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2014/10/31/31003-20141031ARTFIG00311-surestimation-du-nombre-de-musulmans-en-france-le-decryptage-de-michele-tribalat.php


          • Perret Le 21 septembre 2016 à 07h17
            Afficher/Masquer

            @Ali Ce chiffre, très contestable, ne tient pas compte des wahhabites. Il tient encore moins compte des Frères Musulmans.
            En outre, et c’est une question de fonds car elle engage l’islam de France tout entier sans que cela émeuve les défenseurs patentés de la liberté de conscience : lors de l’accord passé avec le ministère de l’intérieur en 1999 (JP Chevênement), le droit de changer de religion a été retiré sur intervention de l’UOIF comme indiqué dans le rapport du Sénat, publié le 5 juillet 2016, sur l’organisation, la place et le financement de l’Islam en France et de ses lieux de culte, page 87
            https://www.senat.fr/rap/r15-757/r15-7571.pdf
            Ayant eu à connaître du cas d’une franco-marocaine, menacée de mort par ses frères gardiens de la paix à Paris car voulant se convertir au catholicisme, je crois qu’il s’agit d’une question d’une extrême gravité.


            • Ali Le 21 septembre 2016 à 09h01
              Afficher/Masquer

              @Perret
              “Ce chiffre, très contestable, ne tient pas compte des wahhabites. Il tient encore moins compte des Frères Musulmans.”

              Même si vous le multiplier par 10 on arrive à 3%, donc encore une minorité.

              “je crois qu’il s’agit d’une question d’une extrême gravité”
              Je suis d’accord avec vous. Je ne comprend pas cette décision de l’UOIF qui date de 1999. Je connais moi même ce problème mais du point de vue inverse. C’est à dire que pour des raisons personnelles je me suis converti à la religion musulmane lorsque j’étais à l’étranger. Et j’ai connu toute sorte de pressions et d’accusations ou encore de prétendus véélités (notamment de terrorisme) suite à cette conversion. Menaces de mort plus ou moins directs comprises.

              Tout ça pour dire qu’il existe une minorité d’extrémistes et de cons dans chaque communauté ou groupe sociale, le problème ne touche pas que les musulmans. On ne peut rien y faire, et force est de constater qu’il existe toujours des eratz de guerre de religion dans nos sociétés. On peut aussi penser que le climat actuel et la montée de l’islamophobie n’y est pas pour rien dans ce que je viens de vous relater.


  40. obermeyer Le 19 septembre 2016 à 08h13
    Afficher/Masquer

    Hormis les extrémistes et les croyants modérés , vous semblez oublier l’immense partie des musulmans français qui ne pratiquent pas , ne croient pas , ne mangent pas hallal , ne suivent ni les djihadistes ni les imams de quartier et qui ne sont pas plus musulmans que les français seraient chrétiens . Ceux là on ne les entend jamais dans les médias .


    • rastignac Le 19 septembre 2016 à 09h29
      Afficher/Masquer

      l’immense majorité ? hum! hum! voir l’enquete de l’institut Montaigne qui ne peut pas être taxé d’islamophobie.


      • Jean Le 19 septembre 2016 à 13h01
        Afficher/Masquer

        La fonction de l’institut Montaigne est de répandre l’idéologie libérale qui s’accommode fort bien du wahhabisme.


  41. valles Le 19 septembre 2016 à 09h11
    Afficher/Masquer

    Il suffit de voir les commentaires de cet article sur Atlantico pour constater que Zemmour n’est qu’un détail dans la construction de l’islamophobie Française.

    http://www.atlantico.fr/atlantico-light/c-700-plaintes-apres-passage-eric-zemmour-dans-emission-2816725.html


    • Spartacus Le 19 septembre 2016 à 09h32
      Afficher/Masquer

      Je ne comprends pas pourquoi on n’aurait pas le droit d’avoir peur d’une religion. Pour ma part, TOUTES les religions me font peur. Dès que quelqu’un essaye de m’expliquer ce qui est bien et mal pour moi, ce que je dois faire, manger, penser, etc. Et bien mon premier réflexe, c’est de partir en courant. Les religions ne sont que le terreau de l’ignorance …


      • rastignac Le 19 septembre 2016 à 10h06
        Afficher/Masquer

        oui et non. ce qui est détestable c’est le prosélytisme forcené. J’ai une personne de ma famille qui fait la même chose avec la religion catholique. c’est d’un pénible ! Et là aussi ce sont jupes longues bleu marine, corsages blanc col claudine…:) . toute discussion familiale autour d’un repas se terminant par…la nourriture spirituelle….crise de foi (e)….


      • Django Le 19 septembre 2016 à 11h32
        Afficher/Masquer

        Et quand c’est l’Etat qui te dis ce qui est bien ou mal, et ce que tu dois penser, tu es plus à l’aise ? Pourtant, il n’y a pas de religion derrière ! Quoique l’intégrisme “républicain” (mot fourre-tout derrière lequel se cache les politiques) n’en est pas très loin…


      • valles Le 19 septembre 2016 à 13h11
        Afficher/Masquer

        Je suis pour la peur d’une religion si dans les faits elle représente une menace réelle, les attentats n’étant pas l’oeuvre de l’Islam mais d’une bande de fous furieux qui terrorisent aussi la majorité des musulmans et que j’ai appris notamment sur ce site qu’il ne faut pas écouter n’importe qui, je ne vois pas pourquoi je devrais avoir peur du monde musulman.
        Je pense que dans notre vie de tous les jours, il y a des idéologies “laïque” bien plus néfastes et que l’islam est un bon épouvantail occulter les vrais débats.


        • RV Le 19 septembre 2016 à 20h46
          Afficher/Masquer

          qu’entendez vous par idéologie laïque ?
          la laïcité c’est la possibilité de vivre ses croyances ou ses incroyances librement
          et c’est la non reconnaissance de la religion par l’Etat
          nous en sommes loin, sans doute . . .


          • valles Le 20 septembre 2016 à 08h44
            Afficher/Masquer

            Ce n’est pas le terme que je dénigre, car comme beaucoup d’appellation générique leur définition est déformée par la propagande politicienne, le laïque qui ne supporte pas les convictions des autres et leur impose la dissimulation publique (port du voile), le laïque qui m’oblige à défendre le concept d’émancipation par le culte de l’argent en parlant de justice et d’égalité alors qu’il n’est même pas capable de valoriser les femmes autant que les hommes alors lui je l’en…..
            Le laïque Occidental d’aujourd’hui défend ces intérêts avant tout et n’a rien d’un architecte du progrès social.


  42. christian gedeon Le 19 septembre 2016 à 09h27
    Afficher/Masquer

    Sur ce coup là,cher Olivier,je ne sais pas trop quoi penser.Je ne participe pas de l’ambiance de ce que vous appelez la France rance,et mon inquiétude grandit de jour en jour face à la montée de ce qu’il est convenu d’appeler la “parole libérée” et bien souvent inconséquente. Mais ne le prenez pas mal,je trouve que cet article est très exactement ce qu’il ne faut PAS faire. Trop agressif,trop méprisant,et sur certains points,trop ouiouisant en quelque sorte.Je rejette totalement la pensée selon laquelle l’islamophobie( comprise comme haine des musulmans de France et des musulmans en général) serait devenue un courant majoritaire,ou presque. Je le constate tous les jours…Non les français ne sont pas devenus des islamophobes racistes! Islamistophobes,oui..islamopohobes,non! En fait,j’ai bien peur que tombiez exactement dans les mêmes travers que ceux que vous reprochez à Zemmour ou Julliard…Nous attendons de vous que vous gardiez la hauteur de vues qui vous caractérise généralement…et as que vous vous livriez à un combat douteux de catch dans la boue…s’il vous plaît.


    • Spartacus Le 19 septembre 2016 à 10h04
      Afficher/Masquer

      100% d’accord avec vous ! Que Charlie sorte du corps d’Olivier 🙂 Et vivement que nous retrouvions ses analyses pertinentes habituelles étayées par de magnifiques données numériques.


    • Homère d'Allore Le 19 septembre 2016 à 10h44
      Afficher/Masquer

      Vous avez raison sur ce point Christian Gédéon, les Français ne sont pas devenus des islamophobes racistes.

      Mais certains éditorialistes de presse, si.

      Et l’on sait bien qu”à terme, les derniers ont une influence sur la pensée des premiers. C’est le principe de la propagande, toujours justement dénoncée sur ce blog.


      • christian gedeon Le 19 septembre 2016 à 11h06
        Afficher/Masquer

        Homère,faite donc confiance au peuple que tant de gens méprisent aujourd’hui… c’est mon message de tous les jours…les “gens ” du peuple son t beau coup moins couillons que les parigots ne le pensent… et moi qui vis dans le monde “normal”,je le vois tous les jours….les éditorialistes parisiens,tout le monde s’en bat les [Modéré]. Vous savez bien que Paris est devenue une “ville monde” [Modéré]…mais le reste de la France s’en fout….nous voulons vivre en paix!Basta …


    • Balthazar Le 19 septembre 2016 à 11h13
      Afficher/Masquer

      Bonjour, pour rebondir sur vos propos.
      Mon avis est que les français ne sont pas “devenus” racistes, ils l’ont toujours été. Et cela vaut pour la grande majorité des pays. Et encore j’écris raciste pour reprendre l’injure mais j’ai plus xénophobe en tête.
      La mondialisation heureuse, le melting-pot, le multiculturalisme : des thèmes pour permettre la mise en concurrence de la plèbe.
      La fabrique des cretins, la fin de l’école gratuite, l’assurance santé de plus en plus chère pour ceux qui la financent et qui en viennent à ne pas se soigner ou à des délais exagérément longs, création de taxes nouvelles pour financer l’investissement (soit disant hein), immobilier hors de prix, j’en passe et des meilleures…
      Et l’on s’étonne que la populace se décomplexe ? Arrête de courber l’échine et se rebelle ?
      Bien sûr que l’étranger est le bouc émissaire. Oh, c’est pas nouveau.
      A nous de montrer qui profite de cette situation et comment rétablir un équilibre harmonieux.


  43. Oncle Bob Le 19 septembre 2016 à 09h28
    Afficher/Masquer

    Merci Olivier de porter votre raisonnement jusqu’au bout – c’est courageux.
    Ce n’est pas ici de la liberté d’expression d’un seul homme qu’il s’agit comme on peut le lire ici et là… ce serait un peu naïf de le penser, et hypocrite de feindre le penser… mais de l’expression de toute une classe politico-médiatique qui essaye en période de crise sociale de détourner à tout prix le débat vers des aspects communautaires et religieux.
    Pour nous empêcher de nous poser des questions sur leurs agissements en termes de confiscations de pouvoir, de destructions des protections sociales, et plus généralement à propos de leur néolibéralisme aveugle qui ne sert qu’une frange de la société… Cette même frange qui pousse à la guerre partout – pour les ressources- au mépris des risques encourus par nous, les clampins moyens.
    Aussi pour nous empêcher de nous fédérer pour combattre les causes de ces souffrances communes bien comprises.
    Ne tombez pas dans le panneau, regardez le nombre de micros et de caméras qui se tourne vers ce petit homme pétri de paranoïa et de ressentiment, ce n’est pas tant sa parole obsessionnelle et simplificatrice qui est problématique mais les moyens mis en oeuvre pour la diffuser. Ignorer la machine de propagande qui nous tape dessus en permanence n’est pas la bonne façon d’arriver à une pensée critique qui nous libèrera du vrai « parti des collabos ».


  44. christian gedeon Le 19 septembre 2016 à 09h34
    Afficher/Masquer

    Pardonnez moi de poursuivre…il y a quelque jours s’est déroulé la réunion du PIR,qui porte bien son nom…comme le Cran d’ailleurs,qui fait penser au couteau. La “philosophie de ces mouvements est ouvertement raciste,à mon sens. Voire “fascisante ” à certains points de vue… interdit aux français “non colorés “… c’est de la folie pure. Et certains propos de Mmes Bouteldja ou Diallo sont de la folie pure… Si vous voulez que votre message soit audible,il faut qu’il soit équilibré…et rien n’a été dit sur cette réunion ouvertement raciste. pas plus que sur certains propos de Poutou,qui semble avoir pété les plombs. Soyez équilibré,de grâce,sinon vous perdrez votre crédibilité…bien à vous.


    • Homère d'Allore Le 19 septembre 2016 à 10h49
      Afficher/Masquer

      Si ces réunions (PIR, CRAN) étaient interdites aux “français non colorés”, ce serait, en effet, totalement scandaleux !

      Toutefois, je n’ai rien trouvé sur la Toile qui confirme cela. Auriez-vous un lien qui confirme vos dires ?


      • Gaël Le 19 septembre 2016 à 11h15
        Afficher/Masquer

        @Homère

        Il s’agit du “camp d’été décolonial” organisé par Sihame Assbague, et interdit aux personnes “non racisées”.

        https://ce-decolonial.org/


      • NICOLE DE NICOMAQUE Le 20 septembre 2016 à 19h11
        Afficher/Masquer

        Donc des cercles “interdits aux hommes ” ont existé dans les années 70 et cette liberté de ton a permis de libérer une parole féminine étouffée auparavant. Les cercles ” anti-blancs ” existent bel et bien. L’idée m’a choqué mais n’étant pas la proie du racisme quotidien et ne souffrant pas des insultes et des brimades ordinaires, il m’est difficile de ne pas comprendre que certaines personnes qui subissent le racisme aient besoin d’endroits où la parole sera libre et ne vexera pas non plus les “blancs amis ” qui, s’ils étaient présents pourraient être froissés. Pour être libre, il faut un “espace à soi ” inviolable. Après avoir été choqué, j’ai fini par évoluer sur ce point et sur ce seul point uniquement. Une lutte singulière et contemporaine qui emprunte donc aux luttes des années 70. On ne peut pas reprocher aux exclus, aux personnes qui subissent le racisme en France de se regrouper entre elles pour lutter contre ce phénomène néfaste. Après tout le Medef n’invite pas les syndicats quand il décide avec ses membres de sa future stratégie anti-sociale…


  45. thmos Le 19 septembre 2016 à 10h00
    Afficher/Masquer

    Perte de sang froid national, çà fait partie de l’éfondrement général, rien d’anormal. Lire “Un paradoxe français ” de Simon Epstein pour découvrir à quoi la peur panique mena la MAJORITE des dirigeants anti racistes de la Lica ( qui deviendra Licra ) pendant l’occupation… Julliard pense t il que l’Islam s’est naturellement mué en un dogme rigoriste et perché ? Pas de géopolitique ni d’histoire géo par l’historien … zemmour a raison de soupçonner cette génération des papy boomers d’avoir cru “sortir de l’Histoire” et des excès de la vile multitude pour ériger le surhomme individualiste (consommator), l’impeccable bobo n’a pas creé un monde d’égos lib lib épanouis mais aura détruit une nation en autant de communautés qui se déchirent… Si le blog se perd à décrire la débâcle individuelle des people on s’éloigne des faits têtus …


  46. jim Le 19 septembre 2016 à 10h13
    Afficher/Masquer

    Il faudra un jour régler ce problème de la “fraternité”, car c’est devenu n’importe quoi : hypocrisie, mensonges, réseaux d’intérêts, fossilisation intellectuelle, “communautarisme” de facto (si si), etc

    Que de décadences depuis 1789!!! Quel gâchis!


    • Ali Le 19 septembre 2016 à 10h56
      Afficher/Masquer

      Du n’importe quoi ? On est bien d’accord. Surtout un manque de communication direct qui doit peut-être en arranger certains.


      • jim Le 19 septembre 2016 à 11h04
        Afficher/Masquer

        Les tares qui se sont accumutéeset exacerbées au point qu’ils sont à présent le contraire de ce qu’ils prétendent pompeusement défendre font que cela va bien au delà d’un simple problème de communication.


  47. Homère d'Allore Le 19 septembre 2016 à 10h53
    Afficher/Masquer

    Par ailleurs, on remarquera que les correcteurs de presse de Marianne ont perdu toutes les références de la culture classique.

    Tartuffe prend deux F.


    • Charles Le 19 septembre 2016 à 17h18
      Afficher/Masquer

      On trouve les deux. Même que l’Académie français ne reconnaît que la version avec un seul “f”.


  48. Louis Le 19 septembre 2016 à 10h54
    Afficher/Masquer

    Rien de très étonnant dans les positions de ce monsieur. Il rejoint les Badinter et consorts avec leur “il ne faut pas avoir peur d’être islamophobe”. Très Charlie au début avec un sticker “padamalgam” collé sur les fesses et puis petit à petit on dévoile des positions bien différentes quand on voit que la colère des français monte avec le nombre de morts.

    Ni le premier ni le dernier à faire son coming out. Ça va se multiplier. Côté gouvernement il suffit d’admirer le mutisme total de Valls et Hollande. Ils ne disent rien, ne font rien et espèrent bien que la colère monte contre les immigrés ou descendants d’immigrés. Dès que Valls aura quitté ses fonctions ils fera son coming out aussi …


  49. bout de choux Le 19 septembre 2016 à 11h49
    Afficher/Masquer

    Il y a des jours où je me dis que Edouard Drumond à fait école …


  50. Ali Le 19 septembre 2016 à 12h17
    Afficher/Masquer

    D’un autre côté ça démontre bien la mentalité de certains dans notre pays. On cherche pas à régler les problèmes, mais à avoir la plus grosse.

    En même temps ça démontre aussi notre degré de civilisation, donc pas très avancé sur le coup. Mais si ça peut en rendre heureux certains.



Charte de modérations des commentaires