Les Crises Les Crises
11.août.201811.8.2018 // Les Crises

Communiqué de presse : EU DisinfoLab, la diffusion scandaleuse d’un démenti mensonger

Merci 1099
J'envoie

Après avoir montré des lacunes méthodologiques dans leur étude, puis leur inconscience dans le traitement de données personnelles sensibles et la création d’un fichage politique, puis leur irresponsabilité dans la diffusion publiques de ces données, voilà maintenant que le DisinfoLab donne dans… la Désinformation et les Fake News.

I. Rappel des faits sur le fichage de EU DisinfoLab

Rappelons que l’association belge EU DisinfoLab (créée le 27 décembre 2017) a acheté un accès à Visibrain, applicatif qui lui donne accès à TOUTE la base Twitter. Avec, ils ont récupéré les 247 701 comptes qui ont fait au moins un tweet ou un retweet sur l’affaire Benalla, et ont aspiré un certain nombre d’informations sur les dilatateurs figurant dans la base.

Ils ont alors créé un autre fichier comprenant les 55 000 comptes qui ont produit plus de 7 (re)tweets, et comprenant de nombreuses informations personnelles sensibles auxquelles ce fichier permet d’accéder instantanément. La plupart figurent dans la Biographie du profil (rédigée par l’utilisateur) ; il est à noter que ces informations permettent de faire une recherche ciblée sur un indicateur de religion, d’orientation sexuelle, d’opinion politique, etc., et de faire des regroupements très facilement. Bien que les données soient indiquées publiquement par le titulaire du compte, il faut savoir qu’il n’est pas possible de les retrouver avec une utilisation “classique” du moteur de recherche Twitter (essayez donc de trouver 200 personnes ayant indiqué être bouddhistes dans leur biographie… C’est impossible pour 99 % des utilisateurs). Il faut payer Twitter pour cela.

EU DisinfoLab a ensuite extrait plus de 3 000 profils qui ont produit plus de 200 (re)tweets, avec les informations précédentes auxquelles s’ajoute une classification réalisée par un algorithme qu’ils ont créé qui donne une couleur politique à ces comptes d’opposants (« Souverainiste », « Extrême Droite » ou « France Insoumise »).

Le 5 août, Nicolas Vanderbiest, fondateur d’EU DisinfoLab, a alors diffusé sur Twitter les 2 fichiers (“Data brutes.csv” pour les 55 000 et “ActeursClassés.xlsx” pour le fichage politique), qui ont alors circulé sur Twitter – ne tenant pas compte des demandes pressantes de suppression du fichier (exemples ici, ici, ici ou ici). Il a fini par supprimer les fichiers 4 jours après, suite à une masse de plaintes à la CNIL, qui s’est saisie du dossier. EU DisinfoLab a alors diffusé, via dl.free.fr, un fichier zip comprenant 2 fichiers « allégés », lien donné sur Twitter (26 fois…) et dans leur étude Benalla, sans données personnelles ni politiques (“Data brutes 1 – 47.xlsx” et “Rumeurs & items.xlsx”), mais comprenant le nombre de rumeurs supposément diffusées par les plus de 3 000 acomptes très actifs, avant de supprimer également ces fichiers sur dl.free.fr le 9 aout à 18h38 (source : étude Benalla DisinfoLab).

eu-disinfo-lab

eu-disinfo-lab

II. Nos tweets du 10 août 2018

Afin que chacun comprenne la problématique de ces fichiers 1/ comprenant des masses de données sensibles, certes fournies publiquement (mais de façon discrète, à sa communauté de followers, généralement limitée) et 2/ du fichage politique réalisé par algorithme EU Disinfolab, nous avons réalisé des tweets avec une extraction (que nous avons anonymisée) de certains profils présentant des informations très sensibles :

Afin que tout soit bien clair, nous avons réalisé un rappel des faits en thread :

Puis nous avons alerté les partis politiques et associations concernées :

N’hésitez d’ailleurs pas à les retweeter.

III. Le Communiqué EU DisinfoLab du 11 août 2018

Nous avons alors eu la surprise de lire ce communiqué de EU Disinfo Lab :

11/08/2018 : Communiqué de presse – Fausses captures d’écran

Nous remarquons qu’une capture d’écran circule actuellement sur Twitter, Facebook et des sites d’information mettant en cause un des fichiers que nous avons transmis. Sur cette capture d’écran apparaissent des mots surlignés qui feraient penser qu’il y aurait des personnes « gay », « lesbienne », « juifs ». Aucune de ces biographies n’est issue du fichier. Tout un chacun pourra le vérifier simplement en faisant une recherche dans les fichiers. Il pourra constater que :

  • Le nombre de tweets affichés sur la capture d’écran est impossible. Seules les personnes avec + de 200 tweets étaient rassemblées.
  • Les localisations ne faisaient pas partie des fichiers que nous avons transmis. Par ailleurs, nous nous étonnons d’une localisation « marié gay en prc »
Par ailleurs, nous rappelons que le premier fichier de 55 000 pseudonymes ne comprenait que les pseudonymes des personnes ayant tweeté sur le sujet et le nombre de tweets. Rien d’autre.
Nous regrettons vivement le climat de désinformation qui règne autour de cette affaire et rappelons que, conformément au RGPD, les personnes concernées peuvent faire valoir leur droits d’effacement légitimes en nous contactant par e-mail à droitdacces@disinfo.eu
Source : Disinfo.eu (archive)
Puis celle de lire ces 7 tweets de cette association nous diffamant de façon stupéfiante (sources : 1, 2 et 2 bis, 3, 4, 5, 6, 7toutes) :

eu-disinfo-lab

eu-disinfo-lab

Ce mensonge fait évidemment réagir :

eu-disinfo-lab

Si, si, la cuisine est nécessaire…

eu-disinfo-lab

Puis vient alors l’instant complotisme délirant :

Ils indiquent donc que nous aurions NOUS-MÊMES créé le fichier, en recopiant à la main via l’API Twitter, 100 par 100, 55 000 profils Twitter (ce qu’elle ne permet pas), et d’ailleurs pour classer correctement et arriver au même fichier qu’eux, ce sont les 4 300 000 (re) tweets qu’il aurait fallu récupérer (et dommage, on ne peut récupérer plus de quelques retweets sans l’API)

Nous plaignons Pierre, ce twittos qui, encouragé par eux, aura passé son samedi après-midi à essayer de voir si ce délire est crédible… Quel manque de respect envers les citoyens vigilants !

Et ils insistent :

eu-disinfo-lab

Comme ils ont fait une erreur sur “mot de passe” (sic.), ils corrigent :

eu-disinfo-lab

Maintenant, pour eux, Visibrain ne permet pas d’extraire autre chose que “l’username et le mot de passe”; oups, “l’username et le nombre de tweets”. Par chance, nous avons exposé le fonctionnement de ce logiciel Big Brother ici dans ce billet (source) :

eu-disinfolab

(voir ici un exemple des données des fichiers produits par Visibrain)

Et on peut aussi exporter tous les followers, en les croisant (source) :

eu-disinfolab

eu-disinfolab

Un autre exemple des données Visibrain…

C’est d’ailleurs ce qu’ils expliquent… dans leur propre étude :

Rappelons que EU DisinfoLab est censé lutter contre la désinformation… Fact-checkons donc ses déclarations !

IV. Fact-checking du scandaleux démenti de Disinfo : “Pourquoi c’est faux”

Vous vous imaginez ce que doit ressentir face à ceci un citoyen lambda qui aurait réalisé le même genre de travaux que nous… Ou tout simplement les twittos fichés qui ont téléchargé le fichier et ont vu de leurs propre yeux ce que DisinfoLab cherche insidieusement à démentir ?

Précisons également que, selon leur site, l’équipe du DisinfoLab est très limitée, que Nicolas Vanderbiest est le cofondateur de l’association, et la seule “caution scientifique” (bien qu’il soit encore étudiant doctorant, diplômé en information et communication). Il a été pratiquement la seule personne à communiquer des informations techniques sur Twitter sur l’étude en cours :

 

Comme il l’avait annoncé, le chercheur a donc diffusé sur Twitter les données détaillées de l’étude DisinfoLab le 5 août (source) (Preuve ici) : (TWEET SUPPRIMÉ par Nicolas Vanderbiest) :

Note : Nicolas Vanderbiest a supprimé de très nombreux tweets “pour cacher ses erreurs” – espérons que la CNIL et la Justice demanderont bien à Twitter l’historique complète de toutes ses suppressions des derniers jours.

Il a donc par ce tweet d’abord partagé publiquement via Dropbox “Data brutes.csv”, le fichier des 55 000 plus gros diffuseurs de Tweets et Retweets (ayant diffusé plus de 7 (re)tweets sur l’affaire Benalla), avec toutes leurs informations personnelles :

eu-disinfolab

Cliquez pour agrandir. On a le nom de l’auteur et on voit les informations sensibles “que EU DisinfoLab n’a jamais eu”

Ce fichier qui n’a jamais existé contient ces 14 données en colonne :

  1. l’username / libellé du compte (le @),
  2. le nom public,
  3. “listed”l’id,
  4. la biographie du profil,
  5. la localisation,
  6. le nombre de followers,
  7. le statut vérifié,
  8. le nombre de comptes suivis,
  9. “listed” (?),
  10. le nombre de tweets du compte,
  11. la langue,
  12. la date de création du compte,
  13. le site internet,
  14. le nombre de Tweets et Retweets sur Benalla

De plus, au vu la gravité la chose, nous avons organisé un réseau de témoins tiers de confiance pour prouver la véracité de ce fichier, en vue de notre plainte à la CNIL, nous doutant bien que les auteurs finiraient par le supprimer, et étaient probablement capables de nier son existence… #PasDeBol

Et nous avons bien fait, vu qu’il est désormais possible au vu de leurs tweets que DisinfoLab ait détruit détruit les preuves de leurs agissements pour faire échec à l’enquête judiciaire et de la CNIL – nous le verrons. Nous tenons si besoin le fichier à la disposition de la CNIL (avant de bien entendu le détruire).

 

Ensuite, Nicolas Vanderbiest a récidivé : il a diffusé publiquement le fichier “ActeursClassés.xlsx” (sourcearchive) :

à savoir un fichier avec les 3 392 plus gros twitteurs sur Benalla (qui sont donc surtout des retwitteurs), auxquels il a attribué une couleur politique via un algorithme qu’il a créé : 1 pour souverainistes (sic. – c’est la droite Républicaine), 2 pour Extrême-droite et 3 pour la France insoumise !

Et son tweet a été “liké” par EU DisinfoLab

Voici le contenu du fichier :

eu-disinfolab

Et ici plus de très gros comptes classés par DisinfoLab comme “France Insoumise” (qui nous excuseront, nous l’espérons, de cette indication) :

eu-disinfolab

Ce fichier qui n’a jamais existé contient ces 13 données en colonne :

  1. l’username / libellé du compte (le @),
  2. le nom public,
  3. le nombre de comptes suivis,
  4. le nombre de followers,
  5. le nombre de tweets du compte,
  6. la biographie du profil,
  7. la “classe” politique attribuée par Disinfo
  8. “Présent russe” (russophile ?)
  9. Présent dans la diffusion “Macronleaks”
  10. Nombre de “Désinfo russe”
  11. nombre de “Rumeurs présidentielle”
  12. “Nombre de rumeurs Benalla propagées”
  13. le nombre de Tweets et Retweets sur Benalla

Ce sont ces deux fichiers que Nicolas Vanderbiest (fondateur du EU DisinfoLab) a supprimés.

Ce n’est qu’ensuite que le compte EU DisinfoLab a publié les 2 autres fichiers – les mêmes mais sans les données personnelles de la biographie ni le classement politiques (fichiers “Data brutes 1 – 47.xlsx” et “Rumeurs & items.xlsx”). Avant de le supprimer rapidement – vu qu’ils comprennent les identifiants des comptes (source) :

Ainsi, il y a bien eu 4 fichiers diffusés par cette officine, pas 3. Plus aucun n’est accessible (il faudrait donc qu’ils arrêtent de dire qu’on peut vérifier facilement dans leurs tweets, jouant de la confusion)

Nous avons déjà expliqué tout ceci dans ce billet de jeudi dernier.

Et Disinfo a publiquement reconnu ce problème de fichiers (source – d’autres exemples ici sur les fichiers “officiels”) :

Ah, il y a des fichiers “non officiels” – qui sortent d’où… ?

Ils avaient même répondu à Aude Lancelin (source) :

eu-disinfolab

Oui un petit “souci de colonne”… Mais c’est à cause de nous peut-être ?

Et ceci ? (source)

Ah, ce fichier Dropbox donc ?

Mais qui donc a bien pu le diffuser ???

Ainsi, en résumé : Nicolas Vanderbiest, le cofondateur et chercheur du DisinfoLab a diffusé 2 fichiers :

  • “Data brutes.csv” : contenant de nombreuses informations personnelles sensibles récupérées des profils publics de Twitter, dont la biographie, pour 55000 comptes ;
  • “ActeursClassés.xlsx” : contenant les mêmes informations personnelles sensibles, complétées d’une classification politique qu’il a lui même réalisée (en indiquant un chiffre 1, 2 ou 3), pour plus de 3000 comptes.

Il les a supprimés au bout de plusieurs jours. Le compte DisinfoLab a ensuite diffusé 2 autres fichiers (“Data brutes 1-47.xlsx” et “Rumeurs & items.xlsx“), avec bien moins de données personnelles, avant, également, de les supprimer.

Afin que tout le monde comprenne la gravité de ce genre de fichiers, nous avons donc réalisé notre tweet avec un extrait des deux premiers fichiers, diffusés par Nicolas Vanderbiest.

V. Fact-checking collaboratif du tableau de notre tweet

Le mieux est de laisser les twittos qui disposent du fichier original “Data brutes.csv” (à ne pas confondre avec le fichier épuré “Data brutes 1 – 47.xlsx”) de vérifier notre travail – que nous republions, en rajoutant les numéros de ligne du fichier original pour une vérification aisée – les voici :

Cliquez pour agrandir.
N.B. attention sur quelques comptes, il y a des sauts de ligne dans la biographie, veillez donc à bien aller au bout de la cellule si besoin. Nous avons explicité dans la capture le titre de la colonne sur les Tweets Benalla (“in filtergetvalue tweet count”)

Nous mettrons les copies d’écran en réponse ici.

VI. Plainte

Le 10 aout, Nicolas Vanderbiest présente ses excuses, retweeté par DisinfoLab :

Au vu de tout ceci, on comprendra notre étonnement quand nous avons reçu ce matin, 11 aout à à 9h00, ce message diffamatoire et menaçant de Nicolas Vanderbiest :

En réponse, je lui ai fait part de mon étonnement, et je lui ai demandé ce qu’il considérait comme faux :

Je n’ai reçu aucune réponse de sa part 8 heures après.

Je reste stupéfait, car, non seulement j’ai vu son fichier “Data Brutes.csv”, mais, plus fort, s’il l’a supprimé sur Dropbox (qui est un hébergement en ligne) depuis 3 jours, il se trouve que j’ai toujours dans mon navigateur l’onglet ouvert sur ce même fichier Dropbox (qui n’a pas encore été effacé, n’ayant pas actualisé la page ; et il est impossible de modifier ce fichier) :

On voit que ce fichier est rempli de données personnelles sensibles de 55 000 personnes – et qu’il comprend le nom du titulaire du compte qui l’a mis en ligne :

 

Bref, comme il me demandait une mise au point publique, elle est donc faite. De rien.

 

Il est quand même stupéfiant que Twitter ait donné 125 000 $ à cette officine pour “lutter contre la désinformation” ! Nous allons leur demander des comptes au vu de l’énorme désinformation produite.

eu-disinfolab

En plus c’était l’argent des publicités achetées à Twitter par RT et Sputnik ! #Kafka

 

Du coup, il est bien évident que nous portons plainte contre l’officine EU DisinfoLab pour diffamation :

Vous pouvez participer aux frais de justice par un paiement à notre avocat ici (même modeste). Merci d’avance.



Pas besoin de compte Paypal, cela permet de réaliser un don par carte bancaire :

  1. Répondez à l’éventuelle vérification de sécurité ;
  2. indiquez le montant du don ;
  3. cliquez sur “Faire un don par carte” ;
  4. indiquez le numéro de votre carte (c’est sécurisé) ;
  5. entrez de fausses fausses informations pour nom/adresse/téléphone/mail… (ce n’est pas utile)

Merci encore !

P.S. au vu de ce comportement hautement suspect, nous continuerons bien entendu nos investigations sur cette officine.

(Billet édité)

Commentaire recommandé

Fritz // 11.08.2018 à 22h32

Bravo ! Belle riposte ! Il faut leur rentrer dans le lard, et leur faire cracher leur mensonge.
Ce n’est plus une histoire belge. C’est le Malin qui montre le bout de son oreille.
Vous portez plainte, nous sommes avec vous ! Ista officina est delenda.

121 réactions et commentaires

  • Fritz // 11.08.2018 à 22h32

    Bravo ! Belle riposte ! Il faut leur rentrer dans le lard, et leur faire cracher leur mensonge.
    Ce n’est plus une histoire belge. C’est le Malin qui montre le bout de son oreille.
    Vous portez plainte, nous sommes avec vous ! Ista officina est delenda.

     146

    Alerter
  • t2lt // 11.08.2018 à 22h56

    La meilleure défense c’est l’attaque ! Nicolas est mal parti, encore un dont la com est à revoir !!
    Bravo Olivier pour la qualité de vos investigations. A une époque ou la multiplication des réseaux (y compris twitter !) nous permettent (sans en passer par des decodex) d’affiner notre perception des rouages de (trop) nombreuses “officines” (j’aime ce nom qui me rappelle les apothicaires et leurs tambouilles d’arrière salle) obscures.

     73

    Alerter
    • Stef1304 // 12.08.2018 à 11h44

      Ce n’est pas juste la « com » du « petit » Nicolas qui est à revoir. C son comportement, ses principes et les catégories intellectuelles qu’il applique au réel.
      J’espère que la sévérité du choc en retour ( plainte, condamnation) va lui remettre les idées à l’endroit. Mais j’en doute, vu le cynisme dont il vient de faire preuve.
      Je crains qu’il apprenne seulement à devenir plus prudent/malin…

       26

      Alerter
      • Veloute // 12.08.2018 à 15h18

        @Stef1304,
        Si, si… Au final ce n’est que de la com.
        Comprenez, “la vérité”, on s’en fout. Ne compte que le réel et le réel : ça se fabrique en jouant sur consensus de fainéants/crédules/ceux qui n’ont pas le temps de réfléchir/chercher/croiser l’info.
        Alors on crée des anathèmes-clés-en-mains. “Fachiste” et autres “populistes” ayant été usés jusqu’à la corde, on nous a fait une grosse campagne sur le “complotisme” ; maintenant “the russian did it”. Des rayons lasers paralysant le débat, discréditer etc. Ce n’est pas ici que je vais faire la leçon sur cette technique.

        Corrélativement, on allume des contre-feux – de plus en plus grossiers, voire ridicules, certes, mais comptant sur la répétition pour les rendre réels : on fait du bruit pour 1/ noyer l’information, 2/ détourner l’attention, 3/ créer la confusion, le désintérêt.

        Ici, notre doctorant communiquant fait ce qu’il sait faire : du bruit, pour noyer le poisson. Bref, de la comm’ de crise.

         9

        Alerter
        • Chalpitek // 13.08.2018 à 03h23

          The point of modern propaganda isn’t only to misinform or push an agenda. It is to exhaust your critical thinking, to annihilate truth.
          Garry Kasparov

           6

          Alerter
      • doudoute // 12.08.2018 à 15h46

        ça me rappel un livre: “Écoute, petit homme !” de Wilhelm Reich.

        https://edenguard.fr/Docs%20NRJ%20Et%20Cie/Wilhelm%20Reich/EcoutePetitHomme.pdf

        bien plus que Twitter ou même nos gouvernants, c’est de ce genre de “héros” que peut provenir le principal danger.

         3

        Alerter
        • doudoute // 12.08.2018 à 15h57

          …et la principale difficulté est de pouvoir les démasquer.

          Bravo Olivier

           3

          Alerter
      • Tepavac // 14.08.2018 à 00h11

        Vous avez raison Stef1304, malheureusement.
        Car relisez la défense de disinfolab, elle confirme vos pressentiments sur la drôle d’équipe aux commandes de cet outil de délation de masse, mué entre leurs mains en une machine de manipulation industrielle de l’information.

        Le comportement découlant des principes ils justifient leur agissement comme la conséquence d’un nombre très élevé d’échange de messages sur une affaire d’État, affaire qu’ils tentent de minimiser et même de la faire disparaître derrière un montage parfaitement huilé.

        Et l’information est là, sous nos yeux, écrite en toutes lettres et qui affirme que le point moyen de normalité servant de base pour juger du caractère anormal du nombre de message est…
        《balance ton porc》
        Et en effet ils se plaignent que la réaction des citoyens soit trois fois supérieur sur une affaire d’État par rapport à une affaire de police, de moral et de discipline.
        C’est en effet risible et un tel argument ne tiendra pas une minute devant un procès publique.
        Pourtant ce qui est à retenir c’est que de leur point de vue, le harcèlement est plus important que la destruction d’un état, ou de sa corruption.

        C’est étrange n’est ce pas…Et c’est pourquoi votre dernière phrase, car même l’idiot du village sait qu’une affaire d’État est bien plus sérieuse que l’indiscipline particulière ou collective de l’humain. Ces personnes sont instruites, intelligentes, parfaitement organisé et ayant des moyens financiers. Par conséquent il devient évident que le message qu’ils tentent de propager tel un virus, est une manipulation de l’information destiné à tromper l’opinion publique sur les valeurs de l’entente des citoyens, de leur obligation, de leur priorité, de leur survie en tant et temps que membre d’une même collectivité, membre d’un écosystème qui lui est propre, par ses sentiments, par sa culture et ses ambitions.

        C’est cela qu’ils tentent de faire, nous nucleariser socialement.

         3

        Alerter
        • Vjan // 14.08.2018 à 04h52

          @Tepavac @Stef1304, Absolument d’accord avec vous.
          Le danger que représentent ces gens et leurs agissements est bien réel et contribue au travail de sape de la société.
          Nous ne sommes pas devant un « jeune doctorant » dont la méthodologie naïve doit être revue et corrigée mais bien face à des personnes adultes, « instruites, intelligentes, parfaitement organisées et disposant de moyens financiers. »
          La saine réaction d’Olivier n’est ni relayée ni saluée par les médias, il fait pourtant œuvre de salut public : éveiller, éclairer et instruire les gens, face à ceux qui brouillent les messages, opacifient les transactions, manipulent les faits et les gens et recherchent leur intérêt personnel au détriment du bien commun.
          Soutenons-le ! Par l’exemple et par la bourse (😁) : soyons vigilants, critiques et affûtés dans nos lectures et nos discours, et versons l’obole afin qu’il puisse poursuivre son travail.

           2

          Alerter
  • Nicolas D. // 12.08.2018 à 00h18

    Bravo Olivier,
    Travail incroyablement rigoureux comme à l’habitude ! Ils ont failli réussir leur manip de l’opinIon. Et tu es en train de leur faire mordre la poussière.

    @tous : soutenez O. Berruyer financièrement. Il fait vivre ce média avec des bouts de ficelle, un peu d’aide et une énergie incroyable.

     72

    Alerter
    • Obole // 12.08.2018 à 13h53

      Nicolas D., vous faites tintinnabuler la sébile.
      Vous avez raison, c’est indispensable, j’y vais de mon obole évidement, car plus on est nombreux plus ça fait les ressources indispensables qui grâce à Olivier, se transforment en actions réelles devant la justice, en études critiques (d’un niveau de qualité impressionnant) et en informations jusque là tues presque partout ailleurs. Pas besoin de beaucoup donner à chaque fois et chacun selon ses moyens.
      Rappelons nous que chaque goutte d’eau tombée du ciel fait le fleuve qui quand nécessaire, peut tout emporter qui s’oppose à son flot.

      Merci Olivier, on te soutient.

       11

      Alerter
  • Sabine FERGUSON // 12.08.2018 à 01h04

    Extrait de leur communiqué (pris à la source, c’est à dire sur leur site)
    “Qui nous finance ?
    L’indépendance c’est de pouvoir analyser en toute liberté les mécanismes qui nous semblent relever de notre mission. Cette liberté doit à la fois être opérationnelle et financière.

    * Twitter :
    à la suite des manipulations survenues pendant la campagne américaine de 2016, et qui impliquait l’achat de publicités par Russia Today et Sputnik, Twitter s’est engagé le 26 octobre 2017 à redistribuer les 1,9 millions de dollars vers des organisations luttant contre la désinformation. À ce titre, le EU DisinfoLab a reçu $125 000 en janvier 2018.

    * Open Society Foundations : [chacun sait qui est le fondateur et financier de ces organismes d’ingérence : George SOROS ]
    dans le cadre d’un projet conçu par l’équipe du EU DisinfoLab au mois de septembre 2017, le EU DisinfoLab a reçu 25 000$ pour observer les phénomènes de désinformation pendant la campagne législative italienne de mars 2018. Le rapport de cette étude est disponible sur le site du EU DisinfoLab”

    http://disinfo.eu/2018/08/09/communique-du-eu-disinfolab/

     32

    Alerter
    • Brigitte // 14.08.2018 à 09h47

      Il fallait bien se douter que cette petite officine n’était pas une simple association d’étudiants chercheurs belges, même gonflés à bloc par l’envie de devenir célèbres ou de servir leur idéal démocratique, l’UE. C’est l’incarnation même de la propagande européiste qui circule masquée et peut compter sur de bons petits soldats.
      J’imagine que Visibrain ça n’est pas donné, donc que le petit Nicolas a reçu des crédits du labo dans lequel il prépare sa thèse, et que le labo a reçu des crédits de l’UE, voire de généreux donateurs étrangers…Bref, il faut aider Olivier à mettre un petit coup de fumigène dans ce nid de frelons!

       0

      Alerter
  • rimbus // 12.08.2018 à 02h05

    Merci M. Berruyer ! Vous avez répondu avec brio aux accusations des petits magouilleurs de Bruxelles, et levé les doutes que ces gens avaient fait naitre dans mon esprit. Vous avez tout mon respect.

     38

    Alerter
  • wesson // 12.08.2018 à 03h09

    Cette affaire Benalla est extraordinaire.
    non seulement elle aura permis de révéler la véritable nature du chef de l’état, et le peu de cas qu’il fait de la république, mais tous ses à cotés auront fait sortir du bois bien du monde. Ainsi, en plus des préfets, des ministres, des hauts fonctionnaires qui mentent sous serment, nous avons aussi l’exposition d’une “ONG” pour ce qu’elle est: un outil de propagande financé par l’UE et très clairement dirigé contre la Russie.

    Que tout ceci est délectable : voir la vrai nature de ces politiques mortifères.

     94

    Alerter
    • Scytales // 12.08.2018 à 12h30

      Cette pseudo-ONG n’a pas fait pas de la “propagande […] dirigé[e] contre la Russie”, mais contre nous ! Citoyens français !

       17

      Alerter
  • Marseillais // 12.08.2018 à 03h25

    Je pensais à un truc… Twitter finance cet organisme (DisinfoLab) qui lui même doit reverser des montants importants à Twitter pour l’accès à Visibrain (j’ai vu passer des chiffres comme plusieurs milliers d’euros par mois). Ou comment laver l’argent sale (booouh qu’il est sale, beurk) gagné par la pub grâce à RT et Sputnik. C’est rigolo non ?

    Sinon merci OB pour votre implication ! On lâche rien !

     41

    Alerter
    • John B // 12.08.2018 à 10h21

      C’est un système qui dans la théorie fonctionne très très bien … sauf quand des citoyens éveillés, attentifs et disposant de moyens techniques mettent à nu leur supercherie. Bravo à Olivier et à ses collaborateurs.

      Au final, sans le travail d’Olivier et ses collaborateurs, qui s’en serait soucié ? Personne, et cette arnaque aurait parfaitement fonctionné …. comme toute les autres au final !

      Ce qu’il manque ? Ben c’est tout [Modéré] … que ces incapables, ces fainéants et ces malhonnêtes de journalistes fassent leur boulot un jour ! Parce que ce genre d’histoire normalement c’est du pain béni pour les journalistes, et c’est quand même grave qu’aujourd’hui sans l’action bénévole et volontaire d’Olivier pour mettre à nu ces arnaques, ben personne ne ferait rien ! On parle même pas de la police ou la justice, qui devrait quand même s’y intéresser un peu … mais non. Parce que c’est des sujets qui emmerdent pas le pouvoir et les élites. Au contraire, ils les servent.

      Bordel mais comment avoir la moindre confiance en ce système quand on comprends dans quel système on vit ??

      Même en allant au bout de cette histoire et en gagnant, ca reviendra à écoper un bateau qui prend l’eau avec une pipette … mais bon, il reste quand même un peu d’espoir, l’espoir que petit à petit, à force de succès dans des affaires comme celle-ci, Les Crises prendra de l’importance et pourra, je l’espère, s’occuper de plus en plus de cas et commencer à vraiment poser des problème(ce qui est déjà le cas en fait, ne minimisons rien). Viendra le moment de voir si l’association continuera sur sa ligne et restera droite dans ses bottes ! J’en ai l’espoir, mais l’expérience m’oblige à rester sur mes gardes. Ce n’est sûrement pas ici que l’on m’en tiendra rigueur 🙂

      Mes sincères remerciements à ceux qui font tourner ce site, acteurs comme spectateurs.

       28

      Alerter
      • Quentin // 12.08.2018 à 14h06

        Par contre dans les articles qui traitent de ce scandale, très peu citent Les crises et Olivier, comme si les journalistes avaient honte que ça ne soit pas sorti par l’un des leurs (ou plutôt que ça se sache)

         18

        Alerter
        • Brian64 // 14.08.2018 à 01h15

          Je l’ai aussi remarqué, c’est pas très honnête. Les dégâts du Decodex

           0

          Alerter
      • Subotai // 12.08.2018 à 20h11

        J’ai mis mon obole. Pas grand chose, mais bon…

         5

        Alerter
      • Subotai // 12.08.2018 à 20h16

        Mais bon sang qui a dit qu’il fallait avoir confiance en quelque “Système” que ce soit?
        La seule confiance à avoir est comme celle qu’on a envers l’eau qui nous porte quand on fait la planche:
        elle nous porte et elle peut nous noyer.
        On peut imaginer que c’est la même confiance que l’albatros porte à l’air qui le soutient… 🙂

         3

        Alerter
      • Tepavac // 14.08.2018 à 00h27

        Même en allant au bout de cette histoire et en gagnant, ca reviendra à écoper un bateau qui prend l’eau avec une pipette …

        Vous avez raison ils travaillent en meute, mais nous gagnerons de façon si éclatante et définitive que cela fera jurisprudence, les huissiers en connaissent très bien la force de loi que cela impose à tout contrevenant…

         0

        Alerter
  • Jiojio // 12.08.2018 à 05h14

    Ces gens sont des branquignolles. Et dans 99% des cas ça suffit pour convaincre les masses. Merci de ces actions Olivier.

     23

    Alerter
  • Fabrice // 12.08.2018 à 05h30

    La meilleure défense c’est l’attaque c’est bien connu, je pense que cette officine illustre bien cet adage.

    Il faut faire attention car une animal blessé devient irrationnel, mais vous avez été à bonne école lors de l’affaire de codex.

    J’espère que les procès en cours se passeront en votre faveur mais je crains que le cercle large qui partage ses intérêts russophobe, europhile,… Ou parrains bienfaiteurs n’organisent un jour une riposte qui fera mal car ils n’aiment pas les grains de poussières dans les rouages.

     29

    Alerter
  • Renard // 12.08.2018 à 05h37

    Bravo Olivier vous venez peut être de tuer dans l’oeuf une large opération de propagande qui s’annonçait autour du story-telling médiatique “les russes déstabilisent notre démocratie”.

     40

    Alerter
  • Christophe Foulon // 12.08.2018 à 05h51

    Félicitations aux crises, à M. Berruyer et à ses collaborateurs, je me régale de ces épisodes de “L’arroseur arrosé”, mais conscient de l’enjeu je vais vous soutenir financièrement.

    Accessoirement vu que cette “guerre qui ne dit pas son nom” a tendance à devenir tentaculaire, ces idiots feraient bien de se méfier, rien ne dit que ces données qu’il suffit d’acheter ne finissent pas dans les mains de résistants qui se mettraient à ficher les collabos 😉

     33

    Alerter
    • Alfred // 12.08.2018 à 09h38

      VOUS vous iriez en prison pour cela. )Pas eux évidement). Ne tentez pas de le faire car le deux poids deux mesures est très bien ancré d’ores et déjà. Vous pouvez facilement prendre un an ou deux fermes si en plus vous laissez penser que vous avez un projet derrière. Il suffit de lire les textes et suivez l’actualité.

       15

      Alerter
  • dissy // 12.08.2018 à 06h25

    Entretien avec Olivier Berruyer : «Le complotisme autorisé, c’est le complotisme anti-russe».(longue ITW vidéo)

    https://francais.rt.com/entretiens/53313-entretien-avec-olivier-berruyer-complotisme-autorise-antirusse

     15

    Alerter
  • Marc Michel Bouchard // 12.08.2018 à 06h47

    Bravo à O.Berruyer et aux Crises et à tous ceux qui en sont. Il est clair que nous sommes en présence de la radicalisation du pouvoir des gouvernements occidentaux en ceci en rappelant l’adage récent que les politiques libéraux et socialistes dans la globalisation se sont séparés des peuples et veulent gouverner selon la République de Platon: en tant que supposés spécialistes et savants et sans les besoins et les consultations des peuples. Platon n’était pas un philosophe de la démocratie. Sur un point précis non dit par Les Crises, un des arguments de l’organe de désinformation de l’U.E consisterait à prendre en chasse les rumeurs concernant l’État mais en fait sur la personne du président Macron. Entre autres, à part la lutte contre les supposés russophiles le -couteau entre les dents-. Or, les rumeurs sur la vie privée des politiciens par YT et réseaux sur le net ou par le bouche à oreille traditionnel font partie des privilèges du pouvoir et des avantages obtenus en sachant que le président et sa famille dans les États d’Europe ne vivent pas dans des loyers à prix modique et que les fonctions des gouvernements sont en moins en faveur des populations dans les sociétés néolibérales, on ne voit pas comment la présidence française doit être si hystérique envers les rumeurs. La liberté d’expression demande une tolérance envers les conneries ou ragots envers le pouvoir et c’est la règle en démocratie. Le président ne poursuivra pas pour offenses de simples citoyens, peut le faire envers des médias confirmés s’il y a calomnies prétendues répétés ou dites. Il en a été ainsi précédemment pour les Hollande et Sarkozy et E.Macron devra simplement apprendre à encaisser sinon il ne devrait pas être en politique.

    Faire la une des magazines est un bénéfice, la critique de presse ou populaire est une composante du même job: président! Ainsi, l’impro fichage de U.E desinformation in english est d’autant à la fois grotesque et sinistre, orwellien.

     9

    Alerter
    • un citoyen // 12.08.2018 à 10h09

      Sauf que je ne pense pas que Platon ait souhaité une République régie par des sophistes au lieu de ‘vrais’ aristocrates. Certes, la démocratie n’est pas selon lui le meilleur des systèmes (d’ailleurs il n’a pas tort, lorsqu’on observe la situation politique en France depuis des décennies) mais un système souverain n’est pas nécessairement démocratique.

       3

      Alerter
      • Tepavac // 14.08.2018 à 00h51

        Platon à été démenti par les Romains qui par leur expérience nous ont apporté de précieuses informations sur les mécanismes d’un tel modèle d’organisations sociale. Dont aujourd’hui encore nous découvrons tous les bienfaits….
        Et les méfaits.

         0

        Alerter
        • un citoyen // 14.08.2018 à 01h29

          Il y a aristocrates et aristocrates, le système romain était surtout dominé par l’argent (*). Par exemple, pour faire une carrière politique et devenir sénateur ou consul, il fallait être riche. La richesse déterminait la classe sociale.
          Je ne pense pas que c’était ce type d’aristocratie qu’aurait voulu Platon.

          (*) Mais je ne suis pas expert et je n’ai pas tout lu ceci dit.

           0

          Alerter
  • Wuwei // 12.08.2018 à 07h21

    Du LREM pur jus (de chaussette) : on sort un gros mensonge mais comme cela ne prend plus on tente de discréditer l’adversaire avec des arguments aussi verreux que ceux employés pour tenter de sauver le séide Benalia. Tout dans cette affaire montre à quel point ces gens sont tordus et méprisables.

     29

    Alerter
    • tepavac // 12.08.2018 à 15h22

      L’affaire “disinfolab” est une tentative de coercition par la force et la violence contre les opposants à la tentaculaire Union Européenne.
      – par la force, en agissant à l’encontre des lois, tant juridiques que morales ou éthiques.

      – par la violence en menaçant de placer la victime sur l’autel des lapidations publiques, les msm pour ne pas les nommer.
      Le gentilhomme AmiCriméen servant d’exemple d’intimidation.
      Enfin on note la défense en la réponse méprisable de N. Van.., pour éviter de répondre sur son forfait il allègue que les accusations à son encontre sont le produit de sites “complotistes” sic. Puis circonstance aggravante, il se lance dans des tentatives répétées de manipulation des preuves et de l’information.

      Cette tentative de mise au pas des populations n’est que la suite ininterrompue d’un programme dictatorial de gouvernance à l’échelle Européenne, nous l’avons vu agir en Grèce avec une insolence digne du meilleur spectacle hollywoodien exprimée par l’acteur Junker. Nous le voyons agir avec l’affaire Benalla où toutes les règles de sécurités publiques ont étés foulées aux pieds par des passes-droits permettant à un intriguant d’agir sous le sceau de l’impunité.
      Nous en sommes témoin par la fête licencieuse à l’Elysée, puis de l’ivrognerie des “eurolâtres” avec tapage nocturne à l’Assemblée Nationale.

      Tout ceci montre et démontre le peu de cas que ces personnes font des institutions Républicaines et démocratiques, c’est à dire des Citoyens.

       12

      Alerter
      • Pinouille // 13.08.2018 à 11h48

        “L’affaire “disinfolab” est une tentative de coercition par la force et la violence contre les opposants à la tentaculaire Union Européenne.”
        Ou pas.
        Elle ressemble plutôt à une tentative maladroite de la part d’un petit groupe d’arrivistes de jouer dans la cours des grands et de se faire un nom en surfant sur les vagues Benalla + russophobie. Et comme la thèse fantaisiste avancée pouvait servir le gouvernement Macron, ce dernier a tout logiquement attrapé la balle au bond. Et comme les journalistes la relayent sans aucun travail de vérification préalable, la population est une fois de plus trompée, et le restera car les MSM sont bien moins prompts à diffuser les démentis qui contribuent à souligner leurs manquements passés.

        Rien ne sert de toujours voir l’exercice d’une force tentaculaire et obscure quand on peut expliquer les choses plus concrètement et simplement.

        Une certaine logique tendrait à présager que cet échec cuisant de disinfolab ramèneraient ses protagonistes dans l’ombre, d’où ils n’auraient jamais dû sortir. Une autre logique tend à identifier ces individus comme maîtrisant les rouages de la mécanique du lobbyiste: maîtrise (certes perfectible) des outils et de la méthode de construction d’argumentaires suffisamment incisifs pour défendre n’importe quelle cause et emporter l’adhésion de ceux qui ne se donnent pas la peine de creuser. Leur avenir professionnel nous dira quelle logique l’emporte. Je suis plutôt optimiste… pour leur avenir.

         3

        Alerter
        • Vjan // 14.08.2018 à 05h17

          Ne pensez-vous pas que la « force tentaculaire et obscure » peut n’être que la conjonction de tous ces individus qui recherchent leur petit profit au mépris des lois civiques et morales et qui s’appuient sur les facilités de tromperie et de manipulation qu’offrent internet et les réseaux de communication ?
          Individuellement, ce sont sans doute des arrivistes plus ou moins adroits.
          Collectivement, leur puissance de nuire devient redoutable ; par le travail de titan et sans cesse à refaire de remise au net des faits, des causes, des conséquences.
          L’intelligence et la clairvoyance sont diluées et engluées dans cet amas opaque, noyées dans un brouhaha d’erreurs et d’à peu près, de médisances et de tromperies. Elle est là, la nébuleuse tentaculaire.

           2

          Alerter
          • Pinouille // 14.08.2018 à 19h06

            “Force tentaculaire et obscure” fait référence à la volonté consciente d’un petit groupe qui tire les ficelles dans l’ombre: selon moi ce n’est rien moins que du complotisme.
            La description que vous faites est bien plus réaliste car cette conjonction n’est pas mue par une volonté propre, mais par l’addition de volontés éparses, qui se rejoignent dans le cynisme et le mercantilisme.
            Pour 1 député européen, il y a à Bruxelles 40 lobbyistes.
            Je vous laisse juge de leur capacité de nuire. Personnellement, je ne suis pas en mesure de la mesurer.
            Il ne faut toutefois pas oublier que ce sont les députés qui votent, et non pas les lobbyistes.

             1

            Alerter
  • Pascal // 12.08.2018 à 08h01

    Je ne suis pas sûr que tout ça, de la part d’un doctorant, donne l’image de rigueur attendue par un jury de thèse. Gageons qu’en bon communiquant, Nicolas Vanderbiest saura trouver une issue. Son sujet portant sur les « crises de réputation », il va pouvoir faire la démonstration de sa capacité à y faire face.

     14

    Alerter
  • gracques // 12.08.2018 à 08h11

    Et voilà comment BERRUYER détruit un bon business qui aurait pu être juteux !
    Ça marchait bien pourtant , subventionné par Tweeter , repris par tous les médias , on aurait été invité en tant qu’expert par toutes les’TV , on aurait eu des clients qui auraient crache au bassinnet pour connaître nos oracles et la ?
    Boum , un’ quidam qui se prend pour don quichote , nous fout notre bon plan en l’air et compromet même celui de Tweeter et celui des patrons des médias qui auraient pu faire de l’informations sur nos recherches tout en licenciant des journalistes devenus inutiles .
    Bon en espérant que nos politiques restent endormis et que tout ça se tasse …… mais’nous on est un peu cramé dans la profession de ‘chien de garde’…. dommage ça s’annonçait bien .

     42

    Alerter
    • Scytales // 12.08.2018 à 12h37

      Il ne faut pas hésiter à envoyer une copie de la plainte à la société qui gère Tweeter.

      Pas sûr que la société en question apprécie d’avoir subventionné une association qui vient de réaliser un coup monté.

       5

      Alerter
  • max // 12.08.2018 à 08h16

    Techniquement, je suis hors-course, mes compétences n’étant pas à la hauteur mais sur la démarche je suis avec Les Crises sur la base de la confiance que j’ai dans le site et qui est simplement et uniquement déontologique.

     21

    Alerter
  • Toony // 12.08.2018 à 08h19

    Désinscrit de Twitter ! 😉
    Trop dangereux !
    Je passe ainsi à Framapiaf qui est libre et décentralisé : https://framapiaf.org/about

    De manière générale, je trouve que les outils libres et décentralisés à la manière de ceux proposés par l’association Framasoft (framasoft.org) pour dégoogliser internet prennent de plus en plus de sens !

     18

    Alerter
    • Chalpitek // 13.08.2018 à 03h42

      Vous n’êtes pas passé à Framapiaf mais à Mastodon. Framapiaf est juste une instance du réseau Mastodon, comme un café d’un réseau de cafés.

       3

      Alerter
    • Tepavac // 14.08.2018 à 01h41

      Ce n”est pas a nous de fuir, mais à eux de sortir de notre sphère de vie, tant personnelle que social.
      Nous leur dénions tout droit à lier l’identité d’un citoyen, qu’elle soit réelle ou par pseudonyme social, a un quelconque détail ayant pour finalité un répertoire qui est soumis à l’autorité du juge, le ministère public étant le gardien de ce répertoire.

      Si ce répertoire venait à être dérobé, cela serait d’une grande menace pour nombre de populations et de familles.

       0

      Alerter
  • Lysbeth Levy // 12.08.2018 à 08h54

    C’est la preuve que le site “Les Crises” et Olivier ont fait un sacré boulot de dissection d’un fichage en règle par une pseudo-ONG ! Une petite vengeance en prétextant “un faux” de la part de cette officine de désinformation-délation-fichage. Bien fait pour eux, du coup ils ne sont pas contents du tout, car les dissections des “Crises” sur le sujet du fichage a un succès monstre, repris partout. Et bravo pour ce boulot en quelques jours, ces “délateurs-ficheurs” ont été débunkés en règle.

     33

    Alerter
  • Rond // 12.08.2018 à 09h01

    [Modéré] a siphonné 55000 compte pour son étude. Pourquoi s’est-il arrêté en si bon chemin ? Qu’est-ce qui prouve qu’il n’est pas allé au bout de ce qui semble si facile : piller la totalité des comptes ?
    Les réseaux “sociaux” n’ont rien de social et peu de gens semblent s’en rendre apercevoir. Pour votre santé et notre avenir, évitez-les.
    Il y a une question de fond sur le fonctionnement de la CNIL ou du moins sur l’étendue de ses prérogatives, ou encore son efficacité : Comment se peut-il que l’officine touiteur puisse VENDRE des fichiers contenant vos données personnelles à n’importe qui en ayant les moyens, sans que la CNIL s’en soucie ? A quoi servent toutes ces nouvelles lois censées nous “protéger” ?
    On pourrait presque dire merci à Benlala d’avoir fauté à l’insu de son plein gré et s’être fait prendre la main dans le pot de confiture.
    Nous vivons une époque moderne, qu’ils disent.
    Tenez bon et ne lâchez rien ! Merci Olivier.
    Soupir …

     20

    Alerter
    • tepavac // 12.08.2018 à 15h38

      A quoi servent toutes ces nouvelles lois censées nous “protéger” ?

      Désolé de la déception, mais cela fait quinze ans que nos protecteurs (magistrats du siège) nous ont averti des dangers de la tournure des lois dites “Sarkozienne” et qui n’ont cessé depuis de se développer sans que la populace réagisse.

       6

      Alerter
  • Eric83 // 12.08.2018 à 09h01

    Heureusement que le “travail” de propagande anti-russe de Disinfo truc a été mené par une vraie bande de pieds nickelés. Grâce à l’analyse très rigoureuse du site Les Crises ainsi qu’à la “capture” des preuves, Disinfo truc a été démasqué et a même aggravé son cas en pratiquant l’inversion accusatoire.

    Cette affaire met en évidence que les informations achetées par Disinfo truc, dans les mains de “professionnels” sont un véritable danger. Car si twitter vend ses données à qui veut bien payer le prix, nul doute que par exemple des services de renseignements étatiques et/ou des “ONG” très puissantes type OSF peuvent se payer l’intégralité de l’historique du contenu de twitter sur un pays ou sur plusieurs.

    Lorsque l’on ajoute à cela que Twitter est accusé de “shadowban” – le fait que les messages semblent envoyés mais n’arrivent pas aux destinataires – alors Twitter, présenté comme un réseau social apparaît surtout comme un outil de subversion et/ou de coercition d’une puissance effrayante.

    Une véritable “ONG” devrait par exemple se pencher sur l’historique du contenu de Twitter lors des révolutions de couleur..ou lors des dernières et récentes manifestations dans différents Etats exigeant le départ de tel ou tel gouvernement et/ou chef d’Etat.

     25

    Alerter
    • calal // 12.08.2018 à 13h45

      vous etes dans une democratie liberale. vous etes libre de choisir de vous informer facon top-down en utilisant twitter ou facebook qui poussent “certaines” infos dans votre bec “gratuitement” ou de rechercher une info alternative qui vous ressemble en consultant un site internet comme celui d’OB.

      apres que des boites cotées en bourse comme facebook et twitter,qui proposent un “service gratuit”,se remunere en vendant des infos sur ses utilisateurs,puis “interdisent” a des gens de se servir de leur outil pour diffuser des idees contraires a leurs interets c’est acceptable pour moi.Vous voulez diffuser vos idees,faites votre blog ou votre propre reseau social voir votre propre journal ou chaine de tele.

      la limite est depasse quand l’etat intervient pour passer des lois anti fake news pour limiter l’expansion de site comme celui d’ OB,si il y avait un refus de vente des infos de twitter au fn par ex ou a fi.

       4

      Alerter
      • Tepavac // 14.08.2018 à 02h19

        Je suis d’accord sur le principe, je ne suis pas contre un outil de développement économique, mais avec un interdit imprescriptible, celui de l’anonymmiser dès l’origine, avant même une quelconque collecte d’informations.

        La raison en est simple, C’est la1ere loi de la Déclaration, l’égalité devant la loi, qu’elle punisse ou qu’elle protège. De facto elle rend l’homme anonyme en le faisant membre d’une collectivité dont tous les participants sont égaux, c’est à dire, dépouillé de leurs attributs personnels.
        En échange la collectivité lui assure quatre droits fondamentaux imprescriptibles;
        Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression.
        C’est la seconde loi.

        On appelle ce membre un citoyen.

         0

        Alerter
  • Caroline Porteu // 12.08.2018 à 09h09

    Bravo Olivier
    Ne laissez pas ces menteurs continuer à publier leurs fake news , mensonges , en toute impunité .
    Cette diffamation doit être relayée et largement diffusée pour montrer quelles méthodes sont actuellement utiliésées pour tromper le peuple . Espérons simplement que la justice ne va pas enterrer le dossier ..

     16

    Alerter
    • Caroline Porteu // 12.08.2018 à 09h20

      P.S. : le lien pour contribuer à l ‘action juridique en cours ne fonctionne pas

       2

      Alerter
      • Scytales // 12.08.2018 à 12h41

        Il fonctionne, maintenant.

         4

        Alerter
  • Gleux // 12.08.2018 à 09h14

    Du coup j’avais raison quand j’ai traduit “EU disinfolab” par “laboratoire de désinformation de l’UE”!

     25

    Alerter
  • some // 12.08.2018 à 09h22

    Mes chers amis, voici la France!

    Des arracheurs de dents en veux tu en voilà.

    Sinon cas pratique de l’inanité de la chose suivante, soit on continue d’accepter et d’utiliser des fichiers non identifiable comme illustré dans cette polémique et dans ce cas là tout le monde peut mentir, soit on demande à ce que toute transmission de fichiers soient signées et authentifiées et dans ce cas là on créé une bases de données géantes de qui-fait-quoi.

    Quoi qu’on veuille le système ne peut plus tourner rond.

     6

    Alerter
    • gracques // 12.08.2018 à 23h00

      Oui , mais non en l’occurrence le des intrus lab trucmuche est Belge !

       0

      Alerter
  • RGT // 12.08.2018 à 10h07

    Beau travail !!!

    Nous avons désormais les preuves irréfutables que :
    – Disinfolab est un laboratoire d’étude de désinformation de masse de la Russie de Poutine,
    – Que cette “ONG” est spécialisée aussi dans la destruction de preuves et la publication de contre-vérités,
    – Qu’ils sont virtuoses pour tirer sur l’ambulance (avec des armes de guerre),
    – Que lorsqu’ils sont pris le doigt dans le pot de confiture, c’est en fait celui que les surprend qui est à blâmer,
    – Que les principes fondateurs de cette association (de malfaiteurs) sont les suivants :
    . – Article 1 : Disinfolab a toujours raison.
    . – Article 2 : Quand Disinfolab a tort, appliquer l’article 1.
    – Qu’ils se foutent royalement des conséquences de leurs “révélations” parce qu’ils seront soutenus par leurs “généreux mécènes”.

    Petite question : Les lecteurs connaissent-ils d’autres “ONG” sœurs qui pourraient servir à tromper notre ennui et stimuler nos esprits pendant ces congés estivaux propices à l’endormissement ?

     24

    Alerter
  • stephane // 12.08.2018 à 10h16

    Bonjour
    Merci pour cet article. Je voulais simplement savoir si les dons pour cette action en Justice étaient déductibles fiscalement, car si ils ne sont pas, il est peut être préférable de faire un don directement à votre site ( ce don est déductible il me semble). Désolé pour cette question purement fiscale.

     11

    Alerter
  • caliban // 12.08.2018 à 10h34

    Merci aux personnes qui montent la garde sur Twitter.

    Vu de l’extérieur (je n’utilise pas cette plateforme), j’ai l’impression d’un théâtre de guerre où la proie est non plus son territoire et ses richesses mais l’humain lui-même. Le dépouiller de sa singularité pour en faire des bits, 0 ou 1.

    Plus prosaïquement, un petit couillon sans scrupules et subventionné s’amuse avec des outils de contrôle et de manipulation de l’information. Que peut la Justice ? Comme Facebook pour Cambridge Analytica, Twitter va présenter ses plates excuses pour un “dysfonctionnement” de leur outil et faire semblant de le corriger.

    J’ai tout de même fait un petit Don Quichotte 🙂

     16

    Alerter
    • Caroline Porteu // 12.08.2018 à 10h54

      C’est plus grave que cela puisque Twitter subventionne cette entreprise de désinformation et de mensonges .

       16

      Alerter
      • Veloute // 13.08.2018 à 15h55

        Twitter s’est offert un bon coup de pub. Ils subventionnent cette officine qui, en retour, et au détour d’un buzz, certes bad mais buzz quand-même, fait la démonstration du potentiel de leur outil à tous les wannabee mastermind français.
        Sérieux, bien joué.

         0

        Alerter
        • Tepavac // 14.08.2018 à 02h28

          Vous avez raison de vous réjouir, avec toutes les amendes que ces co-inculpé vont devoir débourser pour menace à la sécurité nationale…

           0

          Alerter
    • calal // 12.08.2018 à 13h55

      Plus prosaïquement, un petit couillon sans scrupules et subventionné s’amuse avec des outils de contrôle et de manipulation de l’information:
      ca fait partie des effets deleteres de la creation abusive de monnaie par les banques centrales.Une partie de cet argent sert a remunerer des conneries sans noms: un etudiant qui cree une organisation avec 5 potes et qui recoit 125000 dollars, un type de 26ans lieutenat col de gendarmerie…Pendant weimar c’etait pareil,tout devenait du grand n’importe quoi,les plus “malins” s’enrichissaient en magouillant,le couillon qui bossait a l’usine voyait le pouvoir d’achat de son salaire s’effondrer au point qu’il ne pouvait ni se loger ni se nourir meme en ayant un travail.
      la suite c’est le “trickle down”, grosso modo la femme qui se prostitue pour avoir une part de l’argent vole par les magouilleurs et pour nourrir ses gosses…

       10

      Alerter
  • SophieB // 12.08.2018 à 11h02

    Malheureusement les accusations de ce triste sire seront plus relayées que les raisons d’Olivier. Le manque de rigueur de ce « labo » va bien au public en général, accusations sans preuves, raccourcis, pensée facile, le bien est là, le mal est là,…
    il faut bien sûr soutenir Olivier.

     18

    Alerter
  • JPJ41 sur Twitter. // 12.08.2018 à 11h03

    50€ via Paypal sur ton compte chez tes avocats. Gratitude.

     14

    Alerter
  • Fritz // 12.08.2018 à 11h15

    Le Figaro, France Intox, le Parisien [Modéré] : tous ces “grands médias” persistent à parer l’officine du doux nom d’ONG, et tous s’appliquent méticuleusement à passer sous silence l’étude d’Olivier Berruyer.

     19

    Alerter
    • Fritz // 12.08.2018 à 11h46

      Même silence de la part de Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Benalla#Étude_Disinfo_Lab
      Cet article est une foire d’empoigne, je n’ai pas envie d’y contribuer. Les chiens de garde veillent…

      J’essaierai quand même, sans illusion. Un (néo)con aura vite fait de supprimer ma modification, en qualifiant les-crises de « source non admissible ».

       18

      Alerter
    • un citoyen // 12.08.2018 à 12h28

      Pour le Figaro, je n’ai pas vu de reprise de l’étude d’Olivier B. mais une tribune du président Joachim Imad de l’association “Critique de la raison européenne” a été publiée, pour info :
      http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2018/08/09/31001-20180809ARTFIG00172-bots-russes-dans-l-affaire-benalla-en-finir-avec-la-russophobie-pavlovienne.php

       10

      Alerter
      • Fritz // 12.08.2018 à 12h43

        Merci pour cette tribune. Concernant l’article de Wikipédia, j’ai fait deux modifications anodines il y a quelques minutes ; elles tiennent toujours… Jusques à quand ? Suspense !

         9

        Alerter
      • Fritz // 12.08.2018 à 18h27

        Ça tient toujours, et ça m’étonne… Par contre, j’ai voulu ajouter à la page Wikipédia d’Olivier son combat contre EU Disinfo Lab, et ça n’a pas raté : tout a été annulé par le sinistre Lebob. J’ai annulé son annulation, mais sans me faire d’illusions. Affaire à suivre…

        Et bing : « Le blog les Crises.fr et RT ne sont pas des sources admissibles » (Tan Khaerr) :
        https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Olivier_Berruyer&action=history
        Je l’avais parié.

         8

        Alerter
        • Fritz // 12.08.2018 à 18h52

          Tan Khaerr vient de supprimer ma contribution sur Wikipédia (affaire Benalla), nommément le combat d’Olivier Berruyer contre EU Disinfo Lab. Ainsi, la censure est parfaite, personne ne saura le rôle d’Olivier dans la déconfiture de cette officine, à moins de lire les-crises et de regarder RT.

          Tan Khaerr : ce type est un salaud. Je prie la modération de ne pas effacer cette invective, et je demande à Olivier s’il est possible d’envisager une action contre les censeurs de Wikipédia. Ces types sont tout-puissants et se croient tout permis.

           11

          Alerter
          • un citoyen // 12.08.2018 à 20h17

            C’est sidérant qu’ils agissent aussi basiquement, à tel point que je me demande s’ils ont lu l’enquête d’Olivier B. S’ils ne croient qu’en leurs sources et refusent de confronter les sources diverses (car …), cela ne renforcera pas leurs esprits critiques.

            Sinon, y a quelque chose que je vois en rouge, en haut de la page d’Olivier B. : “Les contributeurs sont tenus de ne pas participer à une guerre d’édition sous peine de blocage.
            Cette page a subi récemment une guerre d’édition au cours de laquelle plusieurs contributeurs ont mutuellement annulé leurs modifications respectives. Ce comportement non collaboratif est proscrit par la règle dite des trois révocations. En cas de désaccord, un consensus sur la page de discussion doit être obtenu avant toute modification concernant le même sujet.”
            Je n’ai pas trouvé le règlement intérieur dans wiki (ou peut-être n’ai-je pas suffisamment cherché), la médiation proposée semble être l’issue recommandée.

             3

            Alerter
          • Subotai // 12.08.2018 à 20h22

            Wikipédia n’est pas une divinité. On peut se passer d’eux pour beaucoup de chose…

             4

            Alerter
            • Fritz // 12.08.2018 à 20h46

              @un citoyen : non, ils n’ont pas lu l’enquête d’Olivier. Pour les Tan Khaerr, Lebob et tutti quanti, Olivier Berruyer est une voix qu’il faut discréditer, en commençant par l’isoler. Leur procédé : décréter “non admissibles” les-crises ainsi que les sources secondaires qui parlent d’Olivier (RT, par exemple).
              Quant à la médiation proposée, je n’y crois pas. Ces types ont tout verrouillé, c’est épuisant.

              @Subotai : entièrement d’accord avec vous. Il est d’ailleurs triste que Wikipédia tende à remplacer les livres. L’ennui, c’est que cette référence pratique est utilisée par beaucoup.

              Cela dit, dans l’affaire qui nous concerne, le verrou est au niveau des médias. Si le Figaro, Le Monde, Marianne, le Parisien, etc., avaient daigné, du haut de leur excellence, mentionner le misérable blog d’Olivier Berruyer et son dossier contre l’officine de M. Vanderbiest, les (néo)cons de Wikipédia n’auraient pas pu supprimer mes deux contributions sur cette affaire, puisqu’ils considèrent ces journaux comme des “sources admissibles”.

               9

              Alerter
            • un citoyen // 13.08.2018 à 13h12

              Fritz : Je viens de lire la page de discussions et … j’ai dû m’arrêter tellement c’est insupportable.
              De plus, il n’y a pas que Tan Khaer et Lebob, il y en a d’autres. C’est comme si ils avaient adopté la philosophie des décodeurs, comme par exemple le fait de refuser une source car le site n’est pas fiable selon ‘leurs critères’, même si cette source vaut la peine d’être étudiée. Je note aussi une certaine impatience à essayer d’imposer le consensus préconisé par wiki, en essayant de rabaisser ceux qui ne sont pas du même avis.
              Bref, comme je ne me vois pas adhérer dans wiki et faire une guerre d’usure avec eux en essayant de les raisonner (autant raisonner les décodeurs eux-mêmes), malgré une forte envie, je crois qu’en effet les discussions ne mèneront à rien.
              Les vraies encyclopédies ont toujours été réalisées par de vraies experts, mais comme n’importe qui peut se porter volontaire pour aider à développer wikipedia, on se retrouve (et c’est dommage car l’idée est bonne) avec une pseudo-encyclopédie.

               5

              Alerter
            • Fritz // 13.08.2018 à 13h28

              @un citoyen : merci d’avoir pris la peine de cette lecture effectivement éprouvante. Je suis d’accord avec vos remarques. Tan Khaerr, Lebob et les autres chassent en meute, ils se relaient pour annuler les contributions qui leur déplaisent en contournant ainsi la “règle des trois révocations”, et ils verrouillent parfaitement certains articles sensibles, comme celui sur le gazage de Khan Cheikhoun.
              Et leur muflerie est inimitable.

              Donc, les citoyens lambda ignoreront le rôle joué par Olivier Berruyer dans la déconfiture de l’officine EU Disinfo Lab. Ces messieurs de Wikipédia en ont décidé ainsi. Pour eux, RT est une “source non admissible”… Disons plutôt qu’ils l’ont mise à l’index.

              Dommage, car s’il ne faut surtout pas idolâtrer Wikipédia, ce projet d’une encyclopédie ABC (anonyme, bénévole, coopérative) reste intéressant.

               5

              Alerter
    • Simon COX // 13.08.2018 à 16h56

      Après une rapide recherche dans google Actualités, seule Euronews a évoqué ce site et notre bienfaiteur.

       3

      Alerter
  • Stef1304 // 12.08.2018 à 11h31

    Bravo.
    Travail remarquable.
    Continuez.

    Ps – pour les reactions, en face, je suis frappé de l’amateurisme de la démarche et du cynisme de l’attitude. L’addition des deux est tout bonnement stupéfiant.

     13

    Alerter
  • Nicolas // 12.08.2018 à 11h34

    Excellent, bravo. Ras le c… de ces officines fascistes, j’espère qu’ils y perdront gros et que ça réveillera des milliers de citoyens zombifiés par la propagande euro-impérialiste.

     11

    Alerter
  • René Fabri // 12.08.2018 à 11h34

    A la place de M. Vanderbiest, j’aurais dit tout simplement que les mentions religieuses, genrées, ou politiques du tableau ne viennent que des biographies écrites par certains adhérents de Twitter. Cela aurait suffit pour relativiser l’importance du tableau. Maintenant, en niant, il se retrouve dans une très mauvaise situation. J’espère qu’il se rendra compte que l’argent de M. Soros est du poison.

     12

    Alerter
    • René Fabri // 12.08.2018 à 11h54

      D’ailleurs, c’est surtout le deuxième tableau qui est scandaleux, celui qui porte les chiffres 1, 2 et 3. Il s’agit d’étiquettes discriminatoires inventées par EUDisinfolab, et attribuées par eux à l’ensemble des abonnés de Twitter avec la méthode très contestable décrite dans les autres articles ici.

       10

      Alerter
  • Leïla // 12.08.2018 à 12h17

    L’arbre qui cache la forêt. Que dire des données de santé ? Il semblerait qu’il soit possible de retrouver ds le Dark web les données non anonymisés des patients.
    Etant donné l’incroyable nullité du SIH public (strates de logiciels…), cela m’apparaît fortement plausible.
    Que dire de la sous traitance de ces données à des boites privées. Rappelons aussi que la France a confié à une Start-up américaine des téraoctets d’informations personnelles (DATA) pour traitement (société Palantir) parce que nous ne sommes pas en mesure de le faire. La RGPD ralenti mais ne fait que ça.

     7

    Alerter
  • Julia-Marie // 12.08.2018 à 12h40

    Julia
    Je ne suis pas sur les réseaux sociaux, donc pas concernée, quoique !
    Non le Brexit, ce ne sont pas les Russes, ni POUTINE, mais c’est l’Américain qui veut paralyser l’Europe nous révèle le journal local dans sa Une.
    Et on apprend dans un grand article en page 2 que cet Américain est Steve BANNON. Il a œuvré pour le Brexit notre Steve « le débraillé » Il a posé des jalons dès 2014 en s’alliant au Britannique Nigel FARAGE, chef du parti d’extrême droite UKIP. Et de continuer : Hasard ? Trois mois après le lancement d’un Breitbart London, UKIP s’impose aux européennes. En 2016 au lendemain du vote sur le Brexit, FARAGE jubile « Merci BANNON ! Vous nous avez aidés. Enormément ».
    Et Steve BANNON est à Bruxelles pour ouvrir une fondation baptisée « Le Mouvement » avec l’ambition de fédérer tous les partis d’extrême droite européens pour former un super groupe capable de renverser l’échiquier politique aux élections de mai 2019.
    Il promet de mener une guerre culturelle capable de déstabiliser l’ordre libéral européen. Comment ? En mettant à leur disposition sa « machine de guerre » qui a propulsé Donald TRUMP à la Maison Blanche. Ciblage électoral, réalisation de sondages, conseils en communication, élaboration des programmes de campagne, etc.
    Tiens, « propulsé Donal TRUMP à la Maison Blanche ! Mais ce n’est donc pas la Russie, ni POUTINE !

     11

    Alerter
  • Duracuir // 12.08.2018 à 12h46

    Que la justice, s’il y reste encore au moins deux ou trois magistrats honnêtes et compétents, les écrase comme ils le méritent.

     7

    Alerter
  • Scytales // 12.08.2018 à 12h51

    “Nous avons organisé un réseau de témoins tiers de confiance pour prouver la véracité de ce fichier…”

    Le réflexe : huissier de justice.

    Le recours a un huissier de justice pour réaliser un constat coûte ce qu’il coûte, mais la preuve du fait constaté par un huissier de justice est imparable.

     10

    Alerter
  • Pascal // 12.08.2018 à 13h00

    En fait, même le nom de cette officine est «fake». EU DISINFO LAB. D’abord ce n’est pas un laboratoire, il n’y a pas de chercheurs là-dedans. Un simple doctorant, tout seul. Et ensuite, malgré le « EU » il n’y a aucune affiliation à l’Union européenne si j’ai bien compris. Tout ça c’est juste pour faire façade officielle, genre Ong sérieuse… Yeurk !

     4

    Alerter
    • Aksavavit // 12.08.2018 à 14h30

      Vous exagérez, le mot « Disinfo » est vrai.
      C’est leur activité principale.

       7

      Alerter
  • Alfred // 12.08.2018 à 14h11

    Surtout ne commettez pas l’erreur des américains dans le contre terrorisme: il faut surtout laisser vivre les nuls. Si vous tapez trop fort et que eudesinfitruc ou intoxmachin crèvent ils seront remplacés par de moins nuls )c’est darwinien). Il est bon que leurs positions et leurs méthodes soient défendues et employées par des mauvais. Lutter contre très et leur répondre point par point comme vous le faites mais ne les achevez pas. Ils faut qu’ils occupent l’espace à la place de plus affûtés et dangereux qui les remplaceraient.

     8

    Alerter
    • Sam // 13.08.2018 à 01h14

      Leur restent ils encore des moins nuls ?
      Quand je vois lrem, les barbouzes du dimanche, disinfolab, je me dis que l’oligarchie est en train de tirer ses dernières cartouches, et que c’est pitoyable (et tant mieux).
      Au prix qu’ils coutent, c’est même sidérant.

      Ca me fait penser aux casques blancs : des millions investis pour des vidéos pourries prises par une bande de bras cassés.

      Cynisme et nullité, pour un pognon de dingue. L’arrière garde est foutue.

       3

      Alerter
      • Alfred // 13.08.2018 à 15h25

        Je partage votre avis en particulier sur les casques blancs. Mais n’oubliez pas qu’en face le niveau des citoyens s’est effondré symétriquement. Dans les années 80 les casques blancs n’auraient pu exister avec ce niveau de betise. Ils auraient célèbres comme comiques et rien d’autre. Voyez autour de vous le nombre de crétins qui les prennent pour ce qu’ils ne sont pas. La cerise sur le gâteau étant la série Netflix (à boycotter du coup).
        Nous arrivons dans une époque où le monde se simplifie d’une certaine façon énormément (la fin de multiples cycles et l’arrivée au pouvoir de “fin de lignées” proprement dégénérés). Contrairement à ce qu’on aurait pu penser cela ne rend pas les prises de conscience plus faciles : les enjeux ayant monté en parrallele il est d’autant plus tentant de se voiler la face. Jusqu’à ce que tous les voiles se déchirent. Macron benala et les censeurs semi fini font partie de ce processus de dévoilement accéléré. Remplacer ponctuellement certains de ces “acteurs” par des plus malins retarderait l’échéance (et comme le public s’abbettit et s’emasculle dans le même temps cela retarderait d’autant le télescopage).

         3

        Alerter
  • G. Touch-Elfond ; Jeuk Reuse. // 12.08.2018 à 15h07

    Comment Vanderbiest peut-il croire s’en sortir de manière aussi grossière ? C’est ce qui me sidère, plus que la énième baudruche antirusse.

    Skripal, le Russiagate, le sarin de Bachar… dans ces cas et d’autres, accuser a suffi à condamner, pas besoin de preuve.

    Peut-être Nicolas pense-t-il que ça marchera aussi pour lui, enfant de son temps et de son camp.

     9

    Alerter
  • Olposoch // 12.08.2018 à 16h42

    Et la joyeuse équipe autour de NVDB spécialiste de la veille des bad-buzz s’était fait interviewer par Guillaume Meurice… on voit bien que la déontologie n’est pas dans leur business-model…

    https://www.youtube.com/watch?v=vQNZDGGN1so

     5

    Alerter
  • Fredp // 12.08.2018 à 17h12

    Chapeau, M. Berruyer,

    Quel travail ! Quelle clarté dans vos explications et répliques ! Vous nous faites entrer au cœur d’un sujet énorme et que je comprends enfin.

    Quand à Twitter, j’en pense le plus grand mal et j’arrête. De toute façon, c’est un outil de propagande ou de vanité (beaucoup) qui n’est absolument pas représentatif de la population (qui l’utilise autour de vous ? à part les communicants et les journalistes).

    Et je vous envoie une aide.

    Bravo et merci

     5

    Alerter
  • R.C. // 12.08.2018 à 17h14

    Une fois encore, nous sommes confrontés à des comportements répugnants.
    Je ne suis pas directement concerné par touiteheure, n’y étant pas abonné (encore que, ayant consulté parfois quelques messages mis en lien, je me demande s’ils n’en profitent pas pour pomper l’IP, etc et mettre tout ça en relation avec le contenu desdites pages…), mais je trouve profondément scandaleux que des bases de données aussi nourries qu’indiscrètes soient mises à disposition du premier paltoquet venu – fût-il doctorant !

    Oui, l’affaire Benallon-Macra aura permis de mettre au jour de bien sales manigances ; et gageons que nous ne sommes pas au bout de nos surprises…
    Exhorter à “penser printemps”, comme un mantra, ne met pas à l’abri de quelques tornades

     7

    Alerter
  • FPOLE // 12.08.2018 à 17h20

    Merci Olivier BERRUYER,

    Le journal Marianne a fait un papier sur l’affaire, naturellement il ne vous cite jamais. Cependant, quelques commentateurs ont protesté et renvoyé les curieux sur le site les crises.
    Si même les lecteurs de Marianne lisent les crises, où va-t-on?

     11

    Alerter
    • Yanka // 13.08.2018 à 00h21

      Il y a ici des aficionados du Média et des forcenés de TV Libertés, des cocos et des fachos, pour le dire en mode années 70. Et tout ce petit monde ne se tape pas dessus, ne s’envoie pas les pires tartes au visage. C’en est miraculeux. Jacques Sapir, qui rêve de concilier les souverainistes de gauche et de droite, doit boire du petit lait. À vue de nez, sans Visibrain ni aucun logiciel, je crois pouvoir affirmer que l’animal politique le moins représenté sur “les -crises.fr”, c’est le macroniste, de chair ou de plâtre.

       9

      Alerter
      • Alfred // 13.08.2018 à 15h28

        On ne saurait mieux dire. Il reste à bien analyser les ressorts de ce succès oeucumenique des crises pour comprendre ce qui peut permettre la constitution d’une force politique vraiment rassembleuse et émancipatrice.

         3

        Alerter
    • kinimodo // 13.08.2018 à 18h40

      Europe Israël News avec un article où Olivier et le site Les Crises sont très largement cités :
      https://www.europe-israel.org/2018/08/etude-deu-disinfolab-sur-laffaire-benalla-des-utilisateurs-de-twitter-accusent-lofficine-de-fichage-politique-plaintes-aupres-de-la-cnil/
      Marianne pourrait faire un effort ou simplement du vrai journalisme… Europe Israël news n’étant sans doute pas toujours en accord avec les-crises sur d’autres dossiers.

       1

      Alerter
  • kinimodo // 12.08.2018 à 17h35

    Toujours sur le front de la russophobie et plus précisément ici la poutinophobie.
    C’est France 2 qui s’y colle en la personne de Valérie Astruc au journal de 20 h. Une fake news carabinée d’une chasse au tigre de poutine en Sibérie liée à une photo concernant la réintroduction du tigre de Sibérie…en 2008 !
    Ils prennent des vacances parfois ?
    https://fr-fr.facebook.com/JLMelenchon/

     11

    Alerter
    • grumly // 12.08.2018 à 18h16

      La vidéo du JT en question, le passage sur Poutine est à 24:35. Juste avant il y a un reportage sur les vacances des présidents français, ils ont peut-être voulu meubler en rajoutant quelques mots sur les présidents étrangers.
      https://www.france.tv/france-2/journal-20h00/602009-journal-20h00.html

       4

      Alerter
    • kinimodo // 14.08.2018 à 14h32

      En complément, ce court reportage vidéo de RT France. On y apprend que France 2 avait déjà utilisé cette photo pour la même propagande: Poutine chasse le tigre…Ils nous prennent vraiment pour des billes! et France 2 obligé quand même de s’excuser vu que le fake a été repéré.
      https://www.youtube.com/watch?v=SEqwAF_V528

       0

      Alerter
  • Louis // 12.08.2018 à 18h15

    Comme disait Bernard Lugan: Il est temps de ré introduire le duel en presse et en politique pour les affaires de diffamation.

    Ca avait plus d’élégance et ca n’encombrait pas les tribunaux.

     5

    Alerter
    • Subotai // 12.08.2018 à 20h27

      Attention Louis, Bernard Lugan en référence..? Vous sentez le soufre… 🙂

       2

      Alerter
  • Chalpitek // 13.08.2018 à 03h31

    @OB Bonjour et bravo. Vous devriez générer les hashtags des fichiers pour les identifier de façon certaine. La moindre modification d’un fichier change son hashtag, c’est une sorte de signature sécurisée. De cette manière on sait de quel fichier il s’agit de manière non ambigue. Cordialement.

     1

    Alerter
  • Toff de Aix // 13.08.2018 à 08h58

    Total soutien Olivier, avec vous comme lors de l’affaire decodex… Ils faut qu’ils morflent comme on dit par chez nous..

     7

    Alerter
  • poltron // 13.08.2018 à 10h58

    Ce qui est amusant, c’est d’aller sur le site d’EU DisinfoLab pour lire ça: (je le traduis)
    En quoi croyons-nous?
    – Nous croyons en l’honnêteté….

    – Nous croyons en l’intégrité scientifique…

    Rien qu’après ce cafouillage de fichiers maladroitement dissimulé, ils ont fait preuve de tout le contraire.
    Pour moi, ils ont perdu tout le peu de crédibilité qu’on aurait pu leur prêter.

    C’est quand même dingue qu’ils aient fait des conneries de cette ampleur pour servir une cause aussi noble!

    Source: http://disinfo.eu/aboutus/

     4

    Alerter
  • Cyrène // 13.08.2018 à 12h03

    Bravo pour votre travail admirable. D’aucuns vous considèrent comme une sorte de maniaque obsessionnel, je vous tiens quant à moi pour une de ces vigies de la démocratie, pour un de ces lanceurs d’alerte qui exposent la manipulation des différents rouages d’un système d’asservissement de l’individu par l’abrutissement et la désinformation. Je m’engage donc logiquement à vous faire parvenir un don pour contribuer à vos frais de justice, et vous exhorte à poursuivre ce travail remarquable et ô combien précieux qui est le vôtre.

     7

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications