Les Crises Les Crises
28.septembre.201828.9.2018 // Les Crises

Affaire Benalla : « Avec les données utilisées par DisinfoLab, vous pouvez facilement ficher la population ». Par Olivier Berruyer

Merci 130
J'envoie

Source : Regards, Olivier Berruyer, Loïc Le Clerc, 25-09-2018

Paris vu de l’espace. CC NASA’s Marshall Space Flight Center

Peu de temps après l’affaire Benalla, EU DisinfoLab sortait une base de données visant à monter que la “russosphère” avait gonflé l’affaire sur les réseaux sociaux. Olivier Berruyer, animateur du site les-crises.fr, répond à nos questions.

Regards. Rappelez-nous en quoi consiste cette étude de DisinfoLab sur la désinformation par rapport à l’affaire Benalla ?

Olivier Berruyer. Dans cette histoire, on trouve plusieurs choses, qui sont toutes des scandales. Au début, comme tout le monde, j’ai vu sortir par BFM le 1er août le contre-feu sur le gonflage numérique sur Twitter de l’affaire Benalla. Un gonflage d’une info qui vient du Monde, reprise par tous les médias, c’est un peu ridicule. Rapidement, c’est repris politiquement par Frédéric Lefebvre. L’Opinion puis l’AFP embrayent, sur le côté “tiens, c’est la russosphère”. Plus je regardais l’étude, plus je voyais, avec d’autres, qu’elle ne tenait pas la route deux secondes.

Ce qui est rare, c’est que DisinfoLab semble avoir un accès illimité à la base de données de Twitter. Ce qui est très rare dans de telles conditions. Je regarde le profil de Nicolas Vanderbiest (auteur de l’étude, NDLR) qui n’est pas du tout un scientifique. Je m’attendais à trouver un spécialiste du big data, mais non, il est prof de media training à Louvain. Ce qu’il sort, c’est qu’il y a 1% des comptes qui ont sorti 44% des tweets. Conclusion : il y a un gonflage numérique. Sauf que c’est une caractéristique d’Internet. Si vous regardez Wikipédia, 1% des contributeurs ont fait 60 voire 70% des contenus. Sur Twitter, la plupart des gens ne publient pas et d’autres publient énormément. Le plus gros compte de son étude a fait 12.000 retweets sur l’affaire Benalla en dix jours. Mais, ça ne sert à rien ! Qui va regarder 12.000 tweets ?

DisinfoLab affirme que la “russosphère” a influencé l’affaire Benalla, qu’en dites-vous ?

Ce qui est ridicule, c’est sa définition de la russosphère : les gens qui ont retweeté du Russia Today pendant trois semaines en mai 2017. Donc il y a tout […]

Suite à lire sur : Regards, Olivier Berruyer, Loïc Le Clerc, 25-09-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Le Belge // 28.09.2018 à 08h58

Très bons commentaires de votre part. Je vous tire mon chapeau pour le travail de titan que vous effectuez. J’ai la désagréable impression (voire un sentiment diffus de malaise) qu’on prépare quelque chose de très mauvais dans les cabinets secrets de l’OTAN, organisation terroriste s’il en est une, et l’Union-Européenne, organisation de pillage et de destruction de l’Europe millénaire. Avec, naturellement, la complicité d’Emmanuel Macron (et d’autres encore) et de ses séides, clones des somnambules de 1914. Hélas pour nous, les Belges, notre pays abrite les sièges de ces organisations. Lorsque ça chauffera, j’ai bien l’impression que nous allons passer un très, mais alors très, mauvais moment.

Je serais français, je voterais pour les souverainistes. J’ai appris que Monsieur Charles Gave se présentait sur les listes de Debout La France pour les “élections” européennes. Une petite lueur, peut-être ? Mais, bon. Qui suis-je pour donner des instructions de votes aux Français ? Un petit Belge qui ne peut que très peu.

29 réactions et commentaires

  • Ledufakademy // 28.09.2018 à 08h32

    « Mais je suis tombé de ma chaise quand j’ai vu que n’importe qui pouvait payer pour avoir accès à tout ça  »

    Alors tu es trés naïf.
    Désolé mais , il faut que tu parles avec des architectes ou urbanistes des systèmes d’informations … sinon tu vas souvent tomber, Olivier.
    Au passage superbe boulot sur ce billet.

     12

    Alerter
  • Le Belge // 28.09.2018 à 08h58

    Très bons commentaires de votre part. Je vous tire mon chapeau pour le travail de titan que vous effectuez. J’ai la désagréable impression (voire un sentiment diffus de malaise) qu’on prépare quelque chose de très mauvais dans les cabinets secrets de l’OTAN, organisation terroriste s’il en est une, et l’Union-Européenne, organisation de pillage et de destruction de l’Europe millénaire. Avec, naturellement, la complicité d’Emmanuel Macron (et d’autres encore) et de ses séides, clones des somnambules de 1914. Hélas pour nous, les Belges, notre pays abrite les sièges de ces organisations. Lorsque ça chauffera, j’ai bien l’impression que nous allons passer un très, mais alors très, mauvais moment.

    Je serais français, je voterais pour les souverainistes. J’ai appris que Monsieur Charles Gave se présentait sur les listes de Debout La France pour les “élections” européennes. Une petite lueur, peut-être ? Mais, bon. Qui suis-je pour donner des instructions de votes aux Français ? Un petit Belge qui ne peut que très peu.

     34

    Alerter
    • Interimlover // 29.09.2018 à 16h31

      La Belgique, rentrée de bon gré et de A à Z dans le giron allemand, suivra tout bonnement l’inflexion adoptée par l’Allemagne.

      Les terres belges ont toujours été prospères, je ne m’inquiète particulièrement de rien… Me désoler par contre de notre absence désormais absolue de vision propre, de souveraineté (pas seulement politique)… : ça oui.

       2

      Alerter
    • Interimlover // 29.09.2018 à 16h52

      Concernant la Belgique, c’est bien simple : il n’y existe pas le moindre parti digne d’être qualifié de “souverainiste”.

      Même le Vlaamse Belang est officiellement devenu UE-compatible… Quant à la NVA, lol…

      Les francophones, n’en parlons pas…

       3

      Alerter
  • DocteurGrodois // 28.09.2018 à 10h26

    Disinfolab ressemble beaucoup à une version très amateur de Bellingcat qui, sur le papier, est une structure indépendante financée par le crowdfunding et qui produit des analyses basées sur des données ouvertes et publiques.

    Or Bellingcat perçoit des fonds (entre autres) de la NED, Google, et de l’Open Society Foundation. Leurs travaux semblent le plus souvent se baser sur des bases de données privilégiées, des informations d’initiés, voire de documents fuités d’on ne sait où. A ce sujet, voir leurs dernières “révélations” sur l’affaire Skripal basées sur des copies d’une base de données passeports russes sensées identifier l’un des deux russes de Salisbury comme étant un colonel du GRU.

    Ceci dit, Disinfolab me semble plus intéressé à faire du fric dans la niche des “fake news”, ce qui consiste d’un coté à soutirer des subventions de certaines ONG et d’entreprises qui distribuent les chèques comme des petits pains depuis l’élection de Trump, et de l’autre de vendre leurs services, aussi médiocres soient-ils, aux media et d’être rémunérés sur le circuit des conférences de think-tanks.

    Au fond, le rôle d’une petite officine comme Disinfolab est simplement d’ajouter au bruit de fond des chiens de garde “fake-news-Poutine-cacapabo” et peut prospérer du moment qu’elle reste en retrait au sein de son propre écosystème. Malheureusement ils ont mis le doigt dans l’affaire Benalla… Ils auraient dû savoir que la politique française est un nids de serpents.

     27

    Alerter
    • RGT // 28.09.2018 à 20h58

      Je serais plus pragmatique sur les motivation des “actionnaires” et des “salariés” de Disinfolab.

      En fait, ce sont des petits malins qui ont saisi l’opportunité (l’aubaine aurait dit Proudhon) de se faire un maximum de fric sans trop se fatiguer en surfant sur la vague de la russophobie et des crédits illimités de l’Otan, du père Soros et des néocons.

      Le seul problème qu’a bien mis en évidence Olivier, c’est que ces clowns (pas drôles du tout) ont démontré que n’importe qui pouvait s’asseoir sur la vie privée de millions de personnes et de balancer des données personnelles qui peuvent être utilisées par n’importe qui et en dehors de tout contrôle.

      Si ces pratiques perdurent et ne sont pas sanctionnées sévèrement ne vous étonnez pas si demain en changeant la tapisserie de votre salle de bains vous trouvez des caméras et des micros installés “légalement” par leurs successeurs.

      FUCK la CNIL !!!

       5

      Alerter
  • basile // 28.09.2018 à 10h38

    au delà du problème soulevé par OB, moi qui ne connait rien de tweeter, je m’interroge sur le fait que des individus s’affichent (*) comme juif, ou comme gay. ?! Dans quel but ? Ce n’est donc plus le message qui compte, mais son auteur, en fonction de son CV ? Bonjour le communautarisme.

    (*) osent s’afficher, en fait, par un retournement de l’Histoire, pour en tirer quel bénéfice ? Des followers ?

     3

    Alerter
    • kriss34 // 28.09.2018 à 12h55

      Twitter, pas Tweeter. La chose: Twitter (Inc). Le verbe : tweeter. Les gens : twittos.
      Les twittos tweent leurs tweets sur Twitter.

       5

      Alerter
  • Toff de Aix // 28.09.2018 à 10h46

    Le but est double : à la fois de maintenir les masses passives (soit 95% de la population, qui est dépolitisée et ne pense qu’à son plaisir immédiat) mais aussi de prévenir au maximum tout mouvement d’humeur incontrôlé face aux troubles qui s’annoncent.

    Car oui, ce genre d’officine, et ce n’est pas la première, est là pour aider nos bons dirigeants, qui se rendent bien compte que la colère monte de plus en plus dans la population. La crise, quoi qu’on en dise, continue…

    Alors, il faut vite scruter tout ça attentivement, et au lieu d’évoquer des bêtises telles que “démocratie” et ” vie privée”, maintenir absolument tout sous contrôle. Le rêve de tout Big Brother qui se respecte est là : reconnaissance faciale + Big data + IA + flicage et fichage généralisé, quel terroriste pourra échapper à ça ?

    Aussi, avant que les masses ne se tournent vers les vrais responsables, il faut leur en trouver d’autres… Ces chers russes, qui sont accusés de tout et n’importe quoi, feront très bien l’affaire.

    Ah, on me dit dans l’oreillette que les chinois commencent aussi à en faire l’expérience. En même temps, tout le monde sait que les brutaux russes et les fourbes chinois se sont alliés contre le monde occidental libre et juste, dans lequel tout le monde vit heureux et content.

     27

    Alerter
    • Suzanne // 28.09.2018 à 13h49

      Toff, super message mais les 95%, souvent, ce n’est pas leur plaisir immédiat qu’ils cherchent. C’est survivre, ne plus avoir cette angoisse permanente des factures, arriver à se projeter dans l’avenir sans y voir constamment des huissiers ou la peur de devenir SDF. C’est plus ça, je crois, qui empêche les gens de s’engager dans une révolte construite. S’engager c’est se projeter dans l’avenir, et l’avenir, les gens en ont terriblement peur. Mais pas à cause des guerres ou de la politique directement, mais parce qu’ils ont peur d’être à la rue, de crever tout seuls dans leur coin. C’est pour ça qu’ils sont dépolitisés.

       16

      Alerter
      • V_Parlier // 28.09.2018 à 16h45

        Ce ne sont pas encore 95% des gens qui sont dans cette situation quand même. Et j’en connais pas mal qui vivent encore très bien tout en restant très indifférents (voire approbateurs) par rapport à la tournure que prennent les événements.

         13

        Alerter
  • Lucho Blanc // 28.09.2018 à 13h29

    DisinfoLab affirme que la “russosphère” a influencé l’affaire Benalla, qu’en dites-vous ?

    Benjamin Griveaux, pour se soustraire par la diversion à une question qui concernait les liens de “En Marche !” avec la finance, affirma sur RMC que la plupart des candidats autres que M. Macron étaient des agents du Kremlin. La preuve de cette vision pour le moins manichéenne est apportée, insista Benjamin Griveaux, puisque -selon lui- “les sites d’information russes RT et Sputnik écrivent uniquement sur Emmanuel Macron”. Cette russophobie n’est pas sans rappeler la stratégie de communication qui consiste à utiliser des mots épouvantails, en l’occurrence ici “Kremlin”, afin de diaboliser les adversaires. Ce type de sophisme nous vient tout droit d’une période de l’Histoire américaine appelée “Peur rouge”, qui est qualifiée fréquemment de chasse aux sorcières. Et il est certain qu’il y a toujours chez les atlantistes, des réminiscences de cette période.

    Vu ici : https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/l-arnaque-emmanuel-macron-de-a-a-z-190316

     7

    Alerter
    • vert-de-taire // 28.09.2018 à 19h23

      Pas que américains.
      Le terme les rouges en parlant de juges, maires, députés syndicalistes … est toujours en vigueur.
      C’est à peu de chose près le diable d’autrefois. L’ennemi qui se niche partout, y compris les esprits.
      Nos cerveaux légèrement influencés par les messages dont ils sont les cibles sont maintenus dans des circuits réactifs courts, qui enferme la pensée. Les mots ayant perdu leur sens précis, les pensées aussi.

       3

      Alerter
      • RGT // 28.09.2018 à 21h22

        Je vous approuve.

        Je me souviens, dans ma jeunesse, lorsque je travaillais l’été en job d’étudiant pour me payer quelques “extras” (boulot de merde dans des boîtes souvent dirigées par des cons) l’un des dirigeants m’avait mis en garde contre les autres salariés en ayant un regard effaré : “Vous qui faites des études, méfiez-vous des ouvriers, ce sont TOUS DES ROUGES !!!”.

        En fait les “rouges” étaient tous des types très sympathiques, serviables, consciencieux mais qui avaient le gros défaut de ne pas vouloir être pris pour des cons ni de travailler pour des prunes et qui le faisaient savoir.

        Il était où le problème ?

        Maintenant c’en est un semble-t-il.
        Pour les actionnaires du moins.

         9

        Alerter
        • Interimlover // 29.09.2018 à 15h55

          Je connais peu de choses qui soient pragmatiquement plus idiotes, aussi peu constructives, que de “se méfier des ouvriers”!

          Si je devais épingler ma plus grande qualité professionnelle, en tant que cadre et universitaire, ce serait d’ailleurs et sans l’ombre d’un doute d’avoir toujours mobilisé leurs savoir, retours, conseils, ressentis…!

          Se méfier de celui qui fait, produit, connaît, pratique…et qui d’ailleurs, le plus souvent même, chérit son outil de production… : quelle absurdité!

           5

          Alerter
  • Fabrice // 28.09.2018 à 13h58

    Quand je vois Samuel L. être commentateur à C à vous on peut voir que les récompenses sont valables quelle sera celle de Nicolas V. Je suis dubitatif sur l’ampleur des déséquilibres qui existent entre les deux poids eu mesures qui séparent leur monde et le notre où la tolérance nous est de moins en moins accordé pour le moindre écart.

    Très bon interview qui hélas ne permet pas de développer les mécanismes qui sont en place et rétrécissent de plus en plus nos libertés d’être informés et de penser tout simplement hors du cadre dans lequel on cherche à nous enfermer.

     10

    Alerter
  • LBSSO // 28.09.2018 à 14h21

    Notre système de vote HS ?

    “Des chercheurs du CNRS et de l’EHESS ont analysé près de 60 millions de tweets politiques émis pendant la campagne présidentielle de 2017. À partir des « fake news » signalées par le projet Decodex du Monde, ils ont constaté qu’elles n’ont représenté que 0,1 % des contenus circulant sur Twitter, et que deux communautés politiques ont relayé 73 % d’entre elles. Cette étude est publiée le 19 septembre 2018 dans la revue PLOS ONE”.

    http://www2.cnrs.fr/presse/communique/5693.htm
    https://www.franceinter.fr/emissions/la-une-de-la-science/la-une-de-la-science-28-septembre-2018

     6

    Alerter
    • LBSSO // 28.09.2018 à 20h19

      L’étude ici : https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0201879 article en anglais.

      Pour info , le “Projet Politoscope, CNRS Institut des Systèmes Complexes Paris Ile-de-France ” https://politoscope.org/
      “Le Big Data comme bien commun. A l’instar des partis politiques, qui utilisent les masses de données issues des réseaux sociaux pour analyser les opinions de leurs concitoyens, le Politoscope met les outils de la recherche à la disposition des citoyens pour analyser les prises de parole des candidats à la présidentielle et de leurs communautés.”

       2

      Alerter
      • RV // 28.09.2018 à 21h51

        merci pour ce lien vers “politoscope”
        à explorer . . . !

         1

        Alerter
  • christiangedeon // 28.09.2018 à 17h03

    ben oui,nous sommes fichés et archifichés et même surfichés. C’est vrai. Et nous serons de plus en plus fichés,et traqués. J’ai retiré quelque liquidités de mon compte en banque voici quelques jours…sans rire la préposée m’a demandé pourquoi et quelle en serait l’utilisation. Estomaqué,j’ai répondu aller aux “p…es ” et jouer au casino. Nous en sommes là…on vous demande ce que vous faites de votre argent! Incroyable,non?

     10

    Alerter
    • RV // 28.09.2018 à 21h59

      “on vous demande ce que vous faites de votre argent”
      et en plus vos dépôts ne sont pas totalement garantis !
      100 000 € garantis par personne et par établissement . . .
      http://www.garantiedesdepots.fr
      contact@garantiedesdepots.fr

       2

      Alerter
      • Interimlover // 29.09.2018 à 15h18

        Sur fonds propres, ce dispositif est pour l’heure en mesure de garantir…30.000 comptes, il me semble. Dixit ladite Garantie des Dépôts (Cf. in FAQ).

        C’est rassurant :o)

         2

        Alerter
      • Interimlover // 29.09.2018 à 15h39

        Et j’avoue spontanément n’avoir que peu d’intérêt (quelle erreur…) pour le monde banquier. Ni donc de réelle compréhension de ses logiques profondes.

        Je crois tout de même avoir été dépucelé par l’absurde au jour où, convié à une audience chez mon banquier (lequel comptait me proposer de faire fructifier mes dépôts), je lui répondis le plus candidement du monde envisager, peut-être, d’acheter de l’or… Panique à bord aussitôt! ; un premier commercial d’abord, le commercial n°1 du siège social ensuite, et enfin même le responsable de l’agence, tous bientôt appelés à la rescousse… Tout y passa pour me soigner de ce (fort vague…) projet : l’or, c’est de l’argent qui ne fructifie pas… acte anti-patriotique… je misais sur la faillite du système… J’en passe et des meilleures. Avec le temps, j’ai fini par comprendre pourquoi l’on m’avait fait tant d’honneur…et surtout combien ce mécano banquier tenait à la candeur de gens comme moi…non moins qu’à des trésors d’intox et de conditionnement.

        Je ne m’étais jusqu’alors jamais intéressé à tout cela… Dans la semaine, je soldais l’intégralité de mes comptes.

         3

        Alerter
    • Subotai // 29.09.2018 à 01h32

      Vous auriez pu répondre :” pour acheter une bombe atomique en forme de suppositoire et la mettre au cul de Poutine” – ou Trump, au choix. 🙂
      çutété rigolo.
      Je réserve cette phrase pour la prochaine question de ce genre. 🙂
      Au fait quelle a été la réaction?

       0

      Alerter
      • christian gedeon // 29.09.2018 à 16h34

        Atterrée…carrément. D’autant que j’avais répondu avec le plus grand sérieux!

         2

        Alerter
    • Interimlover // 29.09.2018 à 16h41

      Fichés, archifichés… J’ai pu en juger depuis un cas non point vécu, mais observé puis confirmé : un collègue malgré lui compromis, sali, par la diplomatie de son pays…et auquel la moindre porte se ferma définitivement dans les secteurs de la finance, des assurances et de la sécurité.

      Hasard ou pas, en tout cas je fus en première ligne pour en juger : ces acteurs susmentionnés collaboraient précisément, et pas un peu, en matière de partage de données.

       1

      Alerter
  • keg // 29.09.2018 à 08h33

    Une statistique peut en cacher une multitude, selon le côté d’où vous la bordez. Apprenez à decodex les statistiques, surtout quand c’est le pouvoir qui vous les offre. Ce sont en général des remises pourries….Elle sentent le souffre et vous amènent à cracher au bassinet ave le sourire (jaune)

    https://wp.me/p4Im0Q-2yU

     2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications