Les Crises Les Crises
31.mars.201731.3.2017 // Les Crises

[Les Décodeurs] L’Orwellisation du Journalisme 2/4 : La Police de la Pensée

Merci 5
J'envoie

Suite de notre série finale sur les Décodeurs. Ce billet est assez complet pour prouver la gravité des faits. Afin d’alléger la lecture, j’ai mis quelques passages sous forme “d’annexes”, qu’on peut afficher et masquer en cliquant sur des boutons, façon “spoilers”.

L’Orwellisation du Journalisme

2/4 : La Police de la Pensée

    1. 12/2016 : Quand ta vie bascule à cause d’un tweet…
    2. 03/2017 : L’acharnement destructeur
    3. 12/2016 : la police de la pensée du Monde à la chasse aux « déviants »
    4. La pression sur l’employeur des déviants (!)

1ère partie : quand les Décodeurs ont “raison”

I. 12/2016 : Quand ta vie bascule à cause d’un tweet…

Le 7 décembre, en plein pic de pollution aux particules, mon collègue des Éconoclastes Nicolas Mie.lh.an (je ne mets pas son nom en clair pour éviter les indexations Google), a le malheur de faire ce tweet le 7 décembre :

Une simple carte en temps réel de la pollution en Europe, montrant la forte pollution habituelle en Europe centrale et orientale avec un commentaire de Nicolas sur les “centrales à charbon allemandes”.

Une semaine avant, au pic précédent, la France avait en effet été traversée par un nuage de pollution venu de l’Est – comme cela arrive très souvent, phénomène où ces centrales ont en effet un (petit) rôle.

Nicolas est très engagé dans la protection de la santé en Europe, et dans la lutte contre le réchauffement climatique. Il travaille énormément sur ces sujets, vraiment énormément. À la rentrée 2016, je me rappelle d’un déjeuner “Éconoclastes” où, très impliqué, il m’avait longuement parlé du rapport du WWF sur les centrales à charbon en Europe – dont a parlé Le Monde en juillet 2016 :

pollution-02

En effet, environ 1 400 Français sont tués tous les ans par les émissions du charbon en provenance des pays voisins :

pollution air particules

C’est donc un vrai problème -sur lequel a même alerté Le Monde. Nicolas est parti en croisade sur ce sujet (comme il le fait aussi en dénonçant le diesel ou le souci de la fausse baisse de nos émissions de CO2…), d’où son tweet du 7 décembre pointant du doigt ce phénomène, qui a une réalité à Paris le 3 et 4 décembre 2016 (jaune pâle) :

pollution air pollution-pays

Mais, pas de bol n°1, la phrase est fausse les jours suivants, la pollution était surtout nationale (vert – mais on n’a eu ces données que plus tard – les passionnés liront ce billet) :

 

pollution air pollution-pays

Ensuite, pas de bol n°2, le tweet de Nicolas a été très fortement tweeté – 2 000 retweets.

Et surtout, pas de bol n°3, les Décodeurs du Monde sont arrivés pour faire la police.

Ils ont fait un article sur le sujet, qui s’en est suivi par une prise de tête entre deux “têtes de pioches” 🙂 , Nicolas (qui a répondu) et Samuel Laurent (qui a re-répondu), querelle dont Internet a le secret – et qui n’a pas grand intérêt à ce stade.

Au final, Nicolas a évidemment reconnu la réalité de la situation :

Le plus formidable dans tout ça, c’est que Nicolas s’est tapé – je n’invente rien – une dépêche AFP le citant, disant que son tweet était donc faux (mais il aurait été bien plus juste d’autres jours dans l’année – vous voyez le souci…), dépêche qui a donc été largement reprise dans des dizaines de grands sites. (L’Express, Sud-Ouest, Le Point, Yahoo, Orange, Arrêt sur Images…) – citant à chaque fois Nicolas, et œuvrant donc à sa gloire numérique pour très longtemps (pas de droit à l’oubli a priori ici) pour un tweet faux (et sans grand intérêt – on est en lutte contre la pollution que “localement” et partout, il nous faut donc faire tous les efforts possibles à Paris). Viendra ensuite Google dans quelques mois, quand ses algorithmes décideront (ou pas) d’afficher tout ça en gros quand on cherchera son nom. Je rappelle au passage, vu l’importance de Google, qu’il est inadmissible de laisser une société privée vendeuse de pub gérer comme bon lui semble notre image numérique sans rendre de comptes. Bref, on voit les conséquences personnelles et professionnelles que tout ceci peut avoir – et dont ces “journalistes” se fichent royalement… Enfin, sauf quand ils ont un petit bobo à leur propre égo :

C’est vraiment l’hôpital qui se moque de la charité

II. 03/2017 : L’acharnement destructeur

Secundo, les Décodeurs font depuis lors preuve d’un incroyable acharnement envers les Éconoclastes – avec une certaine idée du Droit à l’erreur, qu’ils s’accordent pourtant très souvent.

Quand Marine Le Pen (toujours elle…) reparle du sujet en mars 2017, les Décodeurs du Monde en remettent en effet une couche :

libe

libe

Tiens, revenons sur Nicolas pour les “trois mois”. On aura aussi ça pour les “six mois”, pour l’anniversaire”, pour le centenaire du tweet ?

Comme si les Éconcolastes étaient une source de Marine le Pen, alors que je rappelle que ce sujet (réel!) de la pollution allemande est un marronnier très répandu qui revient sans cesse… (comme ici en 2014 et ici en 2015…)

Le traitement de leurs petits clones des Décodeurs de Libération avec Pauline Moullot est aussi éloquent de la paranoïa qui se répand :

libe

Il y a donc ceux qui prennent “le parti du fake” et ceux qui, évidemment à Libération, prennent “le parti de la Vérité”.

libe

Donc bien sûr, Marine le Pen s’occupe des débats entre Les Décodeurs et les Éconoclastes, qui sont, c’est évident, le centre d’attention du pays…

libe

Heu, non. Ce n’est vrai que le jour des 2 pics étudiés. Mais en moyenne, dès qu’on n’est plus le nez sur une route, le trafic automobile est une source très limitée (Source : Airparif). Et les pics ne sont pas très importants, ça attire les journalistes, mais le problème est quotidien…

sources-particules-fines-idf-3

libe

On remet le couvert pour Nicolas…

libe

Et c’est là que la paranoïa apparaît : “anti-fact-checking” ?? “blogueur contre fact-checkers” ? Mais je suis au moins autant fact-checkers que la plupart de ces jeunes journalistes parfois incultes et sans déontologie qui peuplent ces rubriques !

libe

Et zou ! Euh, est-ce à dire que “Marine Le Pen soutient les réseaux sociaux” et donc que quand on lit des articles sur Facebook, on est un nazi ?

Dernier mot sur le “Parti de la Vérité”de Libé ; en décembre, ils ont fait en tout et pour tout 2 articles sur Alep :

libe

Bref, deux articles sur des sujets qui contrarient la Propagande gouvernementale. Et RIEN sur la propagande dans les grands médias – que de grands journalistes ont pourtant dénoncée…

 

Du coup, mi-mars, les Décodeurs ont même rajouté la mention de la polémique sur la fiche Econoclastes du Décodex :

libe

“Et c’est pas fini”, le 15 mars, ils en reparlent en conférence publique (à 3’30) :

On notera toujours la même victimisation limite misérabiliste (“on a été très attaqués par les Éconoclastes” – façon “L’Allemagne a été très attaquée par le Luxembourg” quoi…)

samuel-laurent-4

Pourtant, il semble bien y avoir un acharnement contre les Éconoclastes…

En conclusion, on notera que cette méthode n’est pas limitée à ce sujet.

Au moment des élections américaines, Jacques Sapir a fait un tweet où il annonçait dans l’effervescence un résultat erroné dans un tweet du 13 novembre, comme le rapporte Libération (avec mention réglementaire du FN…) :

libe

Or, Sapir a évidemment corrigé dès le 15 novembre :
libe

libe

A priori, il semble que ces informations n’aient jamais été reprises sur le site de Sapir, Russeurope. Eh bien, pas de souci, cela figure désormais dans la fiche Décodex du site :

libe

Ce qui montre bien que le but est bien de s’en prendre aux personnes, et pas seulement aux sites.

Le point assez incroyable en l’espèce est que le responsable des Décodeurs a tweeté (et laisse sciemment en lignearchive) un de leurs articles où ils annoncent que Clinton a obtenu 6 millions de voix de moins en 2016 qu’Obama en 2012, ce qui est totalement faux, ils ont obtenu le même nombre…

decodex

Bref :

III. 12/2016 : la police de la pensée du Monde à la chasse aux « déviants »

3-1 Du pouvoir à l’Abus de pouvoir

Mais revenons au mois de décembre, pour observer l’attitude de Samuel Laurent, le “chef” des Décodeurs du Monde.

De manière pour moi très attendue, un tel service de “vérification des faits” par le plus grand journal français ne pouvait qu’aboutir à sa transformation insidieuse en une sorte de Ministère de la Vérité qui prétend dire le Vrai. Et là encore, pour moi, de manière totalement prévisible, un tel Pouvoir – en plus clairement laissé sans cadrage ni même contrôle élémentaire par la Direction du Monde – ne peut que suivre une pente très naturelle le conduisant à se doter au plus vite d’une Police de la pensée. Et toute autorité prétendant dire le Vrai ne peut accepter de voir son autorité remise en question, dans le cas où des personnes persistent volontairement dans l’erreur ? Un tel Pouvoir constitué est donc toujours tenté d’abuser de ses prérogatives.

Or, on a vu que Nicolas a été retweeté par de très grands noms du journalisme français, chez BFM ou aux Échos. Et c’est là que cela devient TRÈS intéressant.

Que les Décodeurs aient indiqué la réalité des faits (“la pollution du 7 janvier ne venait pas d’Allemagne”), c’est très bien.

Qu’ils aient indiqué et ciblé à ce point nominativement Nicolas, je trouve cela vraiment problématique pour les raisons précédemment évoquées. Cela tient au fait que les Décodeurs ont gardé leur mentalité et amateurisme d’origine de petits blogueurs sympas (ils n’étaient pas au Monde au départ). On avait alors affaire à quelques petits jeunes animant un petit blog sans prétention.

Mais ils ont désormais le colossal – et donc destructeur – poids médiatique du Monde. Ils ont désormais entre leurs mains un enjeu qui dépasse la simple vérification des faits : ils jouent avec la réputation des gens, leur carrière et donc leur vie. Jeter leur dignité en pâture à des millions de lecteurs n’est pas sans conséquence : il est donc grand temps qu’ils prennent conscience de cette responsabilité et qu’ils gagnent en maturité dans leur activité professionnelle.

3-2 Les amateurs « déviants »

Une bonne façon d’entrer en matière est d’observer la régulière chasse aux déviants. Voici quelques exemples d’interventions plus ou moins musclées pour faire effacer des tweets faux :

samuel-laurent

samuel-laurent

samuel-laurent

samuel-laurent

samuel-laurent

Il faut noter qu’un élément a déstabilisé les Décodeurs : le remue-ménage suite à l’élection de Trump que les médias n’ont pu “empêcher” malgré tous leurs efforts (sic.), ce qu’a pointé Frédéric Lordon dans une forte critique à leur encontre dans un billet du Diplo du 22 novembre 2016 qui les a atteints :

“Mais voilà, les Décodeurs recodent sans le savoir, c’est-à-dire, comme toujours les inconscients, de la pire des manières. Ils recodent la politique dans le code de la post-politique, le code de la « réalité », et les désintoxiqueurs intoxiquent — exactement comme le « décryptage », cette autre abysse de la pensée journalistique, puisque « décrypter » selon ses ineptes catégories, c’est le plus souvent voiler du plus épais brouillard.

Le fact-checking qui, épouvanté, demandera dans un cri de protestation si c’est donc qu’« on préfère le mensonge à la vérité », est sans doute ici hors d’état de saisir l’argument qui n’a rien à voir avec l’exigence élémentaire d’établir correctement des faits, mais plutôt avec l’accablant symptôme, après Trump, d’une auto-justification des médias presque entièrement repliée sur le devoir fact-checkeur accompli. Trump a menti, nous avons vérifié, nous sommes irréprochables. Malheureusement non. C’est qu’un Trump puisse débouler dans le paysage dont vous êtes coupables. Vous êtes coupables de ce qu’un Trump n’advient que lorsque les organes de la post-politique ont cru pouvoir tenir trop longtemps le couvercle sur la marmite politique.” [Frédéric Lordon]

Comme quoi Lordon avait vu juste bien avant moi…

3-3 Les journalistes « déviants »

Alors on a vu ci-dessus comment agit la Police de la Pensée quand un simple particulier est dans l’erreur sur Twitter – ça ne rigole pas du tout…

On imagine donc sans peine ce qui va arriver si, cette fois, ce sont de grands journalistes qui dévient. Car Stéphane Soumier, Jean-Marc Vittori et Dominique Seux ont retweeté Nicolas le 12 décembre :

samuel-laurent

samuel-laurent

samuel-laurent

samuel-laurent

samuel-laurent

De nouveau, l’hôpital qui se moque de la charité…

Et le 13, aucune correction n’avait eu lieu – les tweets étant d’ailleurs perdus dans la Timeline de ces comptes..

Dès 6h00 passées, les Décodeurs peuvent intervenir (à 6h37 – observez la fréquence avec les heures) :

samuel-laurent

samuel-laurent

samuel-laurent

samuel-laurent

samuel-laurent

 

samuel-laurent

samuel-laurent

samuel-laurent

samuel-laurent

Je remets :

samuel-laurent

30 minutes plus tard, aucune réaction (il a des matinées sympa, le gars…) : 1ère sommation :

samuel-laurent

2e sommation 16 minutes plus tard :

samuel-laurent

Dominique Seux dépose alors les armes et se rend alors sans opposer de résistance – savourez les réponses :

samuel-laurent

samuel-laurent

Le conciliant Vittori répond en demandant une trêve :

samuel-laurent

 

samuel-laurent

En passant – une relation de Samuel Laurent, Adrien Saumier (tiens, tiens… on en reparlera), apparaît alors dans la conversation :

samuel-laurent

Magnifique retour de Samuel Laurent, qui poursuit sa leçon de journalisme à Jean-Marc Vittori (quel calme, il doit être bouddhiste…) :

samuel-laurent

Laurent Mimouni, de BFM, n’étant pas du genre à se laisser impressionner par si peu, n’appréciera pas trop à la longue :

samuel-laurent

mais ils ne s’apprécient pas trop il faut dire :

samuel-laurent

samuel-laurent

(N.B. il fait référence au cigare de Mimouni sur sa photo de profil…)

Après cette séquence, Samuel Laurent a rédigé un long papier le 13 décembre, comme d’habitude victimaire et moralisateur, que je ne vais même pas commenter : Comment meurent les faits : autopsie de la propagation d’une intox

Ce qui lui a valu une très ferme – et juste sur le fond – réponse de Stéphane Soumier sur son blog le 15 décembre, évidemment excédé (cf. article @si) :

Note à un factchecker, tigre de papier

soummier-1 soummier-2

Cliquer pour agrandir

Afficher le texte

S’embrouiller avec Samuel Laurent est un jeu risqué. D’abord parce qu’on a autre chose à faire. Lui les internets c’est son métier, et donc on s’expose à un tir de barrage qu’on a du mal à contrôler.

Mais justement. C’est bien pour dire que je n’ai pas l’intention de céder à cette forme d’intimidation numérique, que je prends le temps d’écrire cette courte bafouille

Ensuite parce qu’on ne suit pas non plus ce qu’il fait de manière obsessionnelle. On en revient au premier point. Et démonter ce qu’il fait prend du temps.

Je l’ai fait une fois dans le détail sur la matière que je maîtrise, le papier est là, mal écrit, brouillon (toujours le premier point…) mais bon l’essentiel y est : Samuel Laurent manipule des chiffres qu’il ne maîtrise pas, son équipe se donne une prétention scientifique sans en avoir ni le temps ni les moyens, il use d’arguments d’autorité qui lui font décider que tel critère est pertinent au regard de tel autre.

Il y a peu, j’éprouvais encore une forme de tendresse, tant ce garçon avait besoin d’amour. Ça crevait les yeux. Mais voilà qu’il est devenu très agressif. Toujours le point 1, les règles des internets changent vite, et nous qui ne faisons qu’y passer ne le percevons pas forcément. Jusqu’à peu, ce qui se passait sur twitter restait sur twitter, il faut croire que ce n’est plus le cas, et Trump valide massivement ces changements, dont acte, stop à la déconnade, il s’agit de tenir son rang. Directeur de la rédaction de BFM business je suis, directeur de la rédaction de BFM business je serai donc dorénavant sur Twitter

Mais là je suis chez moi, et donc, cher lecteur, je vais être grossier. Je m’en excuse, et je vais bien isoler le passage pour que tu puisses le sauter allègrement sans avoir à subir ce règlement de compte. Donc…

__________________________________________________________________________

Samuel Laurent, je lis que tu me dénies le droit de diriger une rédaction parce que j’ai eu le malheur de me marrer deux secondes avec tes nuages ? Mais vas te faire voir, pauvre tanche ! Tu as senti l’odeur d’un trou d’obus une fois dans ta vie ? Tu as goûté les larmes d’un gars dont on vient d’abattre le fils ? Tu as mordu l’acier d’un flingue brandi par un pauvre type aux yeux perdus ? Tu as senti tes tripes se vider parce que des émeutiers de banlieue t’avaient repéré ? Je l’espère pour toi. Tu sais alors qu’à ce moment, on n’a plus de leçon à recevoir de personne quand il s’agit de savoir ce qu’est une information, une vraie, et le prix qu’elle peut coûter

Fin du paragraphe.

__________________________________________________________________________

Revenons à nos moutons du fact-checking : mon cher Samuel, va dans une bibliothèque, va lire Deleuze, Foucault, va comprendre qu’une information est une collection de mots d’ordre. Qu’est-ce que ça veut dire ? Que le choix de ton sujet est un biais (pollution, centrales, nucléaire. Pas de nucléaire ? mais bien sûr que si, c’est le sous-jacent de toute cette histoire sans importance) que le choix de tes experts est un biais, que la façon dont tu rédiges est un biais, et que ces biais marquent l’ordre social que tu défends. Et oui, j’en défends un autre.

Ce « post fact era » dont les jeunes urbains progressistes nous rebattent aujourd’hui les oreilles, n’est rien d’autre qu’un ordre social qui se transforme et je t’assure que dans l’ensemble des « mensonges » de Trump factcheckés par tes confrères américains, j’ai vu moi bien souvent des faits qui témoignaient simplement d’un autre angle de vue

Un bon élève de terminale devrait savoir ça, d’où les #culottescourtes

Tu as sans doute raison sur tes particules, mais ton premier papier était justement truffé de biais de présentation, et ton contradicteur les mettait en lumière. Ce qui, je l’avoue, m’a fait marrer. Un pauvre tweet et deux échanges de conversation ? ça fait léger, non, pour déclencher le tir de barrage que tu m’as infligé ?

Tu as forcément suivi la polémique autour du livre de Cahuc, elle dit tout des doutes permanents que l’on peut avoir sur les chiffres. Que les plus éminents experts s’affrontent, non pas sur les chiffres eux-mêmes, mais déjà sur la pertinence de leur utilisation, sur le fait qu’ils suffisent, ou pas, à valider une thèse politique, tout cela ne te fais pas réfléchir sur ta théorisation à l’emporte-pièce du « journalisme non spéculatif » ?

Trump a été élu camarade. Et plus le mainstream journalistique redressait ses erreurs, plus il gagnait en popularité. C’est la faute à Facebook ! c’est la faute à Google ! ben voyons. Et l’orgueil de jeunes urbains progressistes qui ont décidé le vrai du faux, ça n’a joué aucun rôle ?

Je crois que si. Alors je continuerai, moi, à tenter simplement de raconter ce qui se passe. A savoir qu’une information est le produit de ce qui nous produit, à s’efforcer de corriger cela par la rigueur, le travail et l’honnêteté. C’est déjà un beau boulot. Il vaut largement le tien. La vérité est une autre affaire.

Fin de l’affaire – éloquente pour la suite…

On notera enfin que la journée du 13 décembre aura bien été chargée en Tweets pour Samuel Laurent – dur labeur que “journaliste” au Monde désormais :

samuel-laurent

Bref :

samuel-laurent-4

IV. La pression sur l’employeur des déviants (!)

Très brève partie. Mais très importante. Parce que quand le déviant résiste, il faut passer en force – et là, tous les moyens semblent bon à la police du Monde (Source) :

samuel-laurent

Déontologique, hmmm ?

Et cela se confirme, quand attaqué par Sapir, Samuel Laurent annonce qu’il va saisir l’EHESS, son employeur :

Bref, une certaine idée du “journalisme”…

Ainsi se termine cette première partie, fondée essentiellement sur un cas où ils avaient raison (le tweet de départ était factuellement erroné ce jour-là).

Il va donc être très intéressant de voir ce qu’il se passe quand ils ont tort – mais nous prendrons avant du recul dans le prochain billet…

P.S. merci de rester courtois dans vos commentaires ; sinon ils seront tronqués ou supprimés…

Commentaire recommandé

Ben Duval // 31.03.2017 à 02h19

Tout cela bout à bout offre une vision CONS-TER-NAN-TE ! En résumé, il semble bien que les décodeurs du Monde passent un temps fou à twitter pour pourrir la réputation de ceux qui sont en désaccord avec leur “vision” ou qui ont eu l’audace de twitter trop rapidement (ça doit leur être réservé), le tout pour sortir des articles sur “les humanoïdes”, les “noms des salons de coiffure” et les “bingos de soirées foot” !…. Si on pouvait être partagé (ou pas) sur cette “querelle” [décodeurs VS tout le monde], après ce billet (et sa première partie), la messe est dite !
Et heureusement que je suis un indépendant, sans quoi j’aurai peur que SL appelle mon patron suite à ce commentaire !?
CONSTERNANT !!!
PS : il est intéressant de noter qu’il exige de certains la suppression de tweets, puis reproche à d’autres d’en avoir supprimé…

91 réactions et commentaires - Page 2

  • yann 35 // 31.03.2017 à 17h43

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine_Fouquier-Tinville
    in wikipedia : “Le nom de Fouquier-Tinville est resté à la postérité comme le type même de l’accusateur ou de l’intellectuel violemment inquisitoire, arbitraire, sans nuances et sans respect pour les droits de l’accusé.”
    Actualisons ça et remplaçons le nom par Samuel Laurent …
    Franchement, quel crédit prêter à cet infâme marigot qu’est “twitter” ? Il parait que cela veut “gazouillis” … ben franchement, je dirais plus volontiers “croassements” ! Pour rien au monde je ne polluerai mon téléphone avec cet outil de piranhas décérébrés.

      +5

    Alerter
  • Casimir Youlianov // 31.03.2017 à 18h28

    Il serait bien pour ces gens de comprendre comment fonctionne internet, media social et collaboratif avant de s’arroger des prérogatives pour juger le contenu du web entier. Genre, l’effet Streisand , connais pas …
    Si, comme au WSJ, ils s’étaient limité à corriger leurs articles ou les déclarations de personnalité publiques qu’ils publient, personne n’aurait rien eut à dire, mais quand ils se sont mis à jouer dans les jardins des autres , ils se sont pris une volée de bois vert…. à raison.
    Decodex : Not In My Backyard , Trepassers will be shot … Survivors will be shot again !

      +0

    Alerter
  • Betty // 31.03.2017 à 22h22

    Je ne sais pas si vous avez remarqué mais Sam.uel Lau.rent explique (démonstration à l’appui) comment on peut faire un faux tweet…visible sur son fil tweeter le 28 mars dernier…. Il termine en indiquant qu'”il suffira d’une capture d’écran et le tour est joué”… L’objectif?

      +1

    Alerter
  • Guri // 31.03.2017 à 23h27

    Samuel n’aime pas les fake news mais les fake followers ont l’air de beaucoup moins le déranger :
    http://imgur.com/a/gMzwc

      +1

    Alerter
  • juliettedesesprits // 01.04.2017 à 01h21

    Ce Monsieur Laurent a tout du “pervers narcissique”… Regardez la définition et vous trouverez des similitudes troublantes. Malheureusement pour lui Olivier n a pas l air de vouloir rentrer dans son jeu, ce qui le fait enrager. Olivier traitez tout cela par le mépris car ces personnes s acharnent surtout sur ceux qui acceptent de jouer les victimes. Renvoyez le dans sa cour et à ses tweet infantiles!

      +0

    Alerter
  • TuYolPol // 01.04.2017 à 01h23

    SL se crée une vie de conchié, dis donc, c’est impressionnant !
    La fuite en avant du pauvre mec qui accepte le commandement d’une mission qui le dépasse, et qui ne sait plus que sonner le tocsin.
    Combien de temps ?

      +0

    Alerter
  • sg // 01.04.2017 à 13h08

    Un joli exemple de propagande, les analyses des Décodeurs se retrouvent maintenant adoubées par LeMonde.fr:

    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/03/29/presidentielle-les-immigres-les-medias-et-macron-cibles-privilegiees-des-intox_5102894_4355770.html

    «Les Décodeurs ont analysé les fausses infos qui ont circulé depuis le début du mois de février pour apporter quelques éléments de contexte à ce débat. Il en ressort que, si personne n’est complètement épargné par la rumeur, celle-ci a tout de même quelques cibles de choix, qui font l’objet d’attaques récurrentes de la part de groupuscules passés maîtres dans la désinformation.»

    Remarquez comment les controverses sur Macron sont assimilées aux intoxs d’extrême droite sur l’immigration et au conspirationnisme anti-médias…

    Au final, il ressort clairement que cet article, basé uniquement sur le “travail” des Décodeurs, est en fait une opération de communication en faveur de Macron.

      +0

    Alerter
  • Antoine // 02.04.2017 à 18h33
  • Jacques F. // 07.04.2017 à 21h48

    Je pense qu’il y a quelqu’un qui n’a pas compris que Twitter était un outil de communication asynchrone.
    Relancer quelqu’un sous prétexte qu’il n’a pas répondu à un tweet au bout de 30 minutes, c’est vraiment vivre dans un autre monde…

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications