Les Crises Les Crises
21.octobre.202021.10.2020 // Les Crises

Les journalistes sont tous des Julian Assange – par Robert Parry

Merci 137
J'envoie

Source : Consortium News, Robert Parry
Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Le journaliste d’investigation Robert Parry avait bien compris les enjeux de l’affaire Assange dès 2010, alors que l’administration Obama envisageait encore activement de l’inculper.

Voici son article du 16 décembre 2010 :

Les journalistes sont tous des Julian Assange

Quels que soient les aspects inhabituels de l’affaire, le plan annoncé par l’administration Obama d’inculper le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, pour avoir conspiré avec le soldat Bradley Manning afin d’obtenir des secrets américains, frappe au cœur du journalisme d’investigation sur les scandales de sécurité nationale.

En effet, le processus par lequel les journalistes obtiennent des informations classifiées sur des crimes d’État implique le plus souvent qu’un journaliste persuade un fonctionnaire du gouvernement d’enfreindre la loi, soit en lui remettant des documents classifiés, soit au moins en lui parlant d’informations secrètes. Il y a presque toujours un certain niveau de « conspiration » entre le journaliste et la source.

Contrairement à ce que certains non versés dans ce domaine pourraient croire, il est en fait assez rare que des documents sensibles arrivent simplement « à la traverse » sans avoir été sollicités. En effet, au cours de trois décennies de reportages sur ce genre de sujets, je ne me souviens que de quelques documents secrets qui me sont parvenus de cette manière.

Dans la plupart des cas, j’ai joué un rôle – grand ou petit – pour localiser les informations classifiées ou convaincre un fonctionnaire du gouvernement de divulguer certains secrets. Le plus souvent, j’ai été l’instigateur de ces « conspirations ».

Mes « co-conspirateurs » étaient généralement des fonctionnaires bien intentionnés, conscients de certains méfaits commis sous le couvert de la sécurité nationale, mais ils n’étaient jamais désireux de mettre leur carrière en danger en parlant de ces infractions. Je devais généralement les persuader, soit en faisant appel à leur conscience, soit en leur fournissant une justification raisonnable pour qu’ils apportent leur aide.

Assange : il a fait ce que font les journalistes.

D’autres fois, j’ai sournoisement extirpé du contrôle gouvernemental des informations classifiées dignes d’intérêt. En effet, en 1995, Consortiumnews.com a été lancé comme un moyen de publier des informations secrètes et top-secrètes que j’avais découvertes dans les dossiers d’une enquête du Congrès clôturée pendant la période chaotique entre la victoire des Républicains aux élections de 1994 et leur prise de pouvoir effective au Congrès début 1995.

En décembre 1994, j’ai demandé et obtenu l’accès à des dossiers prétendument non classifiés laissés par un groupe de travail qui avait examiné les allégations selon lesquelles la campagne de Ronald Reagan avait saboté les négociations du président Jimmy Carter avec l’Iran en 1980.

À ma grande surprise, j’ai découvert que les enquêteurs, apparemment dans leur hâte de terminer leur travail, n’avaient pas réussi à purger les dossiers de tout le matériel classifié. Alors, pendant que mon « gardien » ne faisait pas attention à moi, j’ai passé une partie du matériel classifié au photocopieur et je l’ai laissé dans un dossier. J’ai ensuite écrit des articles sur ces documents et en ai publié certains sur Internet.

Un tel comportement – qu’il s’agisse de cajoler un fonctionnaire nerveux pour qu’il révèle un secret ou d’exploiter un accès non autorisé à des documents classifiés – fait partie de ce que fait un journaliste d’investigation pour couvrir les abus en matière de sécurité nationale. La règle de base traditionnelle est que le gouvernement doit cacher les secrets et que le boulot d’un journaliste est de les découvrir.

« Le processus par lequel les journalistes obtiennent des informations classifiées sur les crimes d’État consiste le plus souvent à persuader un fonctionnaire du gouvernement d’enfreindre la loi, soit en remettant des documents classifiés, soit au moins en évoquant des informations secrètes. Il y a presque toujours un certain niveau de « conspiration » entre un journaliste et la source ».

À la suite de fuites importantes, le gouvernement tente souvent de convaincre les responsables de l’information de mettre de côté ou de diluer les articles « pour le bien du pays ». Mais c’est à l’organe de presse qu’il appartient de décider en dernier ressort s’il doit se conformer à la loi ou publier.

Historiquement, la plupart de ces fuites ont causé au gouvernement un certain embarras à court terme (bien qu’elles soient généralement accompagnées de hurlements de protestation exagérés). À long terme, cependant, le public a été servi en étant informé de certains abus du gouvernement. Les réformes suivent souvent, comme ce fut le cas lors du scandale Iran-Contra que j’ai contribué à dénoncer dans les années 1980.

Le précédent de Nixon

Pourtant, dans l’affaire WikiLeaks – au lieu de se contenter de se plaindre et de passer à autre chose – l’administration Obama semble aller dans une direction qui n’a pas été prise depuis que l’administration Nixon a cherché à bloquer la publication de l’histoire secrète de la guerre du Vietnam dans les documents du Pentagone en 1971.

Ce faisant, l’administration Obama, qui est arrivée au pouvoir en promettant une nouvelle ère d’ouverture, envisage une nouvelle stratégie pour criminaliser les pratiques journalistiques traditionnelles, tout en essayant d’assurer aux grands organes de presse américains qu’ils ne seront pas entraînés dans la traînée Assange-Manning.

Le New York Times a rapporté jeudi que les procureurs fédéraux examinaient la possibilité d’inculper Assange de conspiration pour avoir prétendument encouragé ou aidé Manning à extraire « des fichiers militaires et du département d’État classifiés d’un système informatique gouvernemental ».

L’article de Charlie Savage dans le Times note que si les procureurs déterminent que M. Assange a apporté une certaine aide dans le processus, « ils pensent qu’ils pourraient l’inculper de conspiration dans la fuite, et non pas seulement de réception passive des documents qui ont ensuite été publiés ».

« Parmi les documents que les procureurs étudient figure un journal de discussion en ligne dans lequel le soldat Manning affirmerait avoir communiqué directement avec M. Assange en utilisant un service de conférence Internet crypté alors que le soldat téléchargeait des fichiers gouvernementaux. Le soldat Manning aurait également affirmé que M. Assange lui avait donné accès à un serveur dédié pour télécharger certains d’entre eux sur WikiLeaks.

« Adrian Lamo, un ancien pirate informatique à qui le soldat Manning s’est confié et qui l’a finalement dénoncé, a déclaré que le soldat Manning a détaillé ces interactions dans des conversations par messagerie instantanée avec lui. Il a déclaré que le but du serveur spécial était de permettre aux soumissions de Manning d’être « placées en haut de la liste d’attente pour être examinées ». Selon M. Lamo, le soldat Manning s’en est vanté « comme preuve de son statut de source de premier plan pour WikiLeaks ».

Bien que certains éléments de cette collaboration présumée entre Assange et Manning puissent être techniquement uniques en raison du rôle d’Internet – et cela peut être un soulagement pour les organes de presse plus traditionnels comme le Times, qui a publié certains des documents de WikiLeaks – la réalité sous-jacente est que ce que WikiLeaks a fait est essentiellement du même tonneau que le journalisme d’investigation diffusé via le nouveau média qu’est Internet.

« Dans la plupart des cas, j’ai joué un rôle – grand ou petit – pour localiser les informations classifiées ou convaincre un fonctionnaire du gouvernement de divulguer certains secrets. Le plus souvent, j’ai été l’instigateur de ces « conspirations ».

En rejetant WikiLeaks comme un hybride journalistique déviant, les grands organes d’information américains peuvent respirer plus facilement aujourd’hui mais peuvent se trouver pris dans un nouveau précédent juridique qui pourrait leur être appliqué plus tard.

Quant à l’administration Obama, sa soudaine agressivité dans la détection de nouveaux « crimes » dans la publication d’informations véridiques est particulièrement étonnante lorsqu’on la compare à son approche « Ne voyez aucun mal » à l’égard des crimes ouvertement reconnus commis par le président George W. Bush et ses subordonnés, y compris des délits majeurs tels que la torture, l’enlèvement et la guerre d’agression.

Le geste de Holder

Holder : Préparation de l’acte d’accusation

La possibilité d’une mise en accusation d’Assange ne me semble plus être une paranoïa rampante. Au départ, je ne pensais pas que l’administration Obama était sérieuse dans sa volonté d’élargir la loi pour trouver des moyens de poursuivre Assange et de faire fermer WikiLeaks.

Mais ensuite, il y a eu la pression exercée sur les fournisseurs de WikiLeaks tels qu’Amazon.com et PayPal, ainsi que les menaces de personnalités politiques américaines de premier plan, qui ont tenu un discours sur Assange comme étant un « terroriste » comparable à Oussama ben Laden et une cible digne d’être assassinée.

Normalement, lorsque les gens tiennent de tels propos violents, ce sont eux qui attirent l’attention de la police et des procureurs. Dans le cas présent, cependant, l’administration Obama semble s’incliner devant ceux qui parlent librement de l’assassinat d’un homme qui dit la vérité.

Le procureur général Eric Holder a annoncé la semaine dernière qu’il avait pris des mesures « importantes » dans l’enquête, une référence possible à ce qu’un avocat d’Assange a dit avoir appris des autorités suédoises au sujet d’une réunion secrète du grand jury en Virginie du Nord.

Le Times a rapporté que « les fonctionnaires du ministère de la Justice ont refusé de discuter de toute activité du grand jury. Mais dans des entretiens, des personnes connaissant bien l’affaire ont déclaré que le ministère semblait être attiré par la possibilité de poursuivre M. Assange en tant que co-conspirateur de la fuite, car il subit une pression intense pour faire de lui un exemple afin de dissuader toute nouvelle fuite massive de documents électroniques sur Internet.

« En évitant de considérer WikiLeaks comme un hybride journalistique déviant, les grands médias américains peuvent respirer plus facilement maintenant mais peuvent se retrouver pris dans un nouveau précédent juridique qui pourrait leur être appliqué plus tard ».

« En engageant des poursuites contre M. Assange en tant qu’organisateur de la fuite du soldat Manning, le gouvernement n’aurait pas à faire face à des questions gênantes sur la raison pour laquelle il ne poursuit pas également les organes de presse traditionnels ou les journalistes d’investigation qui divulguent également des informations que le gouvernement dit devoir garder secrètes – y compris le New York Times, qui a également publié certains documents obtenus à l’origine par WikiLeaks ».

En d’autres termes, l’administration Obama semble désigner Assange comme un cas particulier dans la communauté journalistique, lequel est déjà considéré comme un paria. Ainsi, les personnalités des grands médias peuvent être invitées à se joindre à sa persécution sans penser qu’elles pourraient être les prochaines.

Bien que les journalistes américains puissent naturellement vouloir trouver une couverture protectrice en prétendant que Julian Assange n’est pas comme eux, la réalité est que – que cela nous plaise ou non – nous sommes tous des Julian Assange.

Robert Parry a publié de nombreux articles sur l’Iran-Contra dans les années 1980 pour Associated Press et Newsweek. Il a fondé Consortium News en 1995.

Source : Consortium News, Robert Parry, 27-09-2020
Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Traroth // 21.10.2020 à 07h37

Non, la plupart des « journalistes » sont juste des carpettes qui vendent leur temps d’antenne au plus offrant pour faire croire des mensonges à la population. Anne-Sophie Lapix ou Patrick Cohen n’ont STRICTEMENT AUCUNE CHANCE de se retrouver un jour dans la même position que Julian Assange !

9 réactions et commentaires

  • Fabrice // 21.10.2020 à 06h52

    Il est clair que si Assange n’est pas libéré mais au contraire livré aux américains et emprisonné pour y finir sa vie, les pays occidentaux ne pourront plus regarder les régimes autoritaires pour leur faire la morale.

    ils auront prouvé la même volonté de faire taire les journalistes indépendants qui informent les citoyens des dérives des régimes qui s’éloignent de plus en plus de leur prétention à se prévaloir des valeurs démocratiques rejoignant ceux qu’ils s’amusent à pointer du doigt à longueur d’année.

      +24

    Alerter
    • Castor // 21.10.2020 à 07h48

      « les pays occidentaux ne pourront plus regarder les régimes autoritaires pour leur faire la morale »

      Je dirais plutôt qu’ils ne « devraient plus ». La vérité est que les gouvernement occidentaux continueront de faire la morale à la terre entière. Le fait de parler beaucoup de quelque chose (l’occident défenseur de la démocratie par exemple) témoigne de l’absence de cette chose dans la réalité.

      Pour le reste, je suis entièrement d’accord avec votre propos.

        +20

      Alerter
  • Traroth // 21.10.2020 à 07h37

    Non, la plupart des « journalistes » sont juste des carpettes qui vendent leur temps d’antenne au plus offrant pour faire croire des mensonges à la population. Anne-Sophie Lapix ou Patrick Cohen n’ont STRICTEMENT AUCUNE CHANCE de se retrouver un jour dans la même position que Julian Assange !

      +38

    Alerter
    • RGT // 21.10.2020 à 10h19

      La plupart des « journalistes » sont de simples salariés qui suivent sans rechigner les instructions de leurs employeurs.

      Comme la « presse » et les « médias indépendants » sont désormais la propriété de milliardaires qui ne souhaitent que continuer à prospérer en profitant des « bienfaits » des « dirigeants démocratiques » (voir même qu’ils influencent l’opinion publique en fonction de leurs intérêts quand le gouvernement souhaite limiter leur pouvoir) aucun « journaliste » ne tentera de mordre la main qui le nourrit sous peine de se retrouver sous un pont car il ne retrouvera plus jamais de travail (pas cons les « actionnaires », ils ne vont pas embaucher un type qui pourrait révéler des faits qui pourraient aller à leur encontre).

      N’oublions jamais que le monde du travail est une affaire de subordination totale de l’employé vis à vis de son employeur et a la stricte interdiction, comme tout employé (salarié ou non) de mordre la main qui le nourrit.

      Et dans le cas des services de l’état, cette subordination n’est pas envers le peuple qui paye ses services (les ploutocrates ayant depuis longtemps fait voter des lois qui les dispensent de ces « injustices ») mais envers les « dirigeants » et les « hauts fonctionnaires » qui ne suivent que leur propre intérêt.

      Ne vous étonnez donc pas si l’Immonde suit le « bon vouloir » de BNP (Bergé Niel Pigasse), que « Libération » (de gôôôche) est dévoué à Drahi (après l’avoir été à Rothschild !!!) ainsi que tous les organes de la « grande presse » (hormis Médiapart et surtout le « Canard » – mais pour combien de temps encore ?), et que tous les « médias audiovisuels » soient sous la coupe d’individus qui se foutent royalement de l’intérêt commun.

      Croyez-vous sincèrement que ces divins « capitaines d’industrie » (parasitaire) iraient permettre à leurs esclaves de risquer de les mettre en danger en publiant des informations qui pourraient compromettre leur « petites affaires » ?

      Moi non, ce serait se tirer une balle dans le pied.

        +11

      Alerter
  • TEROUINARD // 21.10.2020 à 09h17

    Est ce un article humoristique ?
    Que dévoilent les journalistes ?
    Des « affaires » , pour alimenter les « combats de coqs » des politiciens.
    Mais rien sur les « maîtres » des politiciens.
    Regardez, bons gens, comment nous les journalistes nous vous dévoilons les « affaires » cachées !
    Journalistes et pharisiens, c’est un pléonasme.
    Un journaliste qui fait du journalisme est un journaliste au chômage,
    ou devenu un journaliste « retourné »

      +10

    Alerter
  • Patrick // 21.10.2020 à 09h17

    Le gars qui a écrit ça n’a jamais vu un journaliste français 🙂
    Pourtant ,il est américain , il a les mêmes à la maison dans toutes la presse mainstream.

      +9

    Alerter
  • Quark // 21.10.2020 à 09h59

    Bonjour. Bravo et merci, MAIS :
    Je conçois bien votre urgence en traduction pour l’avoir partagée déjà dans l’équipe bénévole, mais suis vraiment navré de relever encore une inversion radicale de sens (qui m’a heureusement sauté d’évidence à l’entendement dans le contexte général de l’article, avant même d’aller chercher la source originale), dans un encadré important qui plus est :
    « By SHUNNING WIKILEAKS AS some deviant journalistic hybrid, mainstream U.S. news outlets may breathe easier now but may find themselves caught up in a new legal precedent that could be applied to them later.” »
    est traduit par deepl par :
    «  »En REJETANT (littéralement « en fuyant », « se détournant de », « évitant »…) WIKILEAKS COMME un hybride journalistique déviant, les grands organes d’information américains peuvent respirer plus facilement maintenant mais[…] ». »
    C’ est évident dans le contexte de l’article et si l’on connaît un minimum l’affaire, à l’opposé exact de ce qui est publié :
    « « EN EVITANT DE CONSIDERER (où est-on aller chercher ce  » de considérer »?!) WIKILEAKS COMME un hybride journalistique déviant,[…] »
    So what’s the fuck?! Some CIA’s theme translation hacking, or what?!

      +6

    Alerter
  • Marie Colin // 21.10.2020 à 13h41

    « Vous avez eu à choisir entre la guerre et le déshonneur vous avez choisi le déshonneur, vous aurez la guerre ».

    Même si la citation est réputée apocryphe, elle illustre bien le propos

      +0

    Alerter
  • Grd-mère Michelle // 21.10.2020 à 14h52

    Cet article tape sur le clou de la situation effrayante, affolante, que nous connaissons.
    En passant, il rend justice à ce gars(R.Parry) qui semble vouloir partager un peu la relative notoriété de J.Assange(qui, malgré le « narcissisme » dont il est régulièrement affublé, s’en serait certainement bien passé).
    La véritable question est: pendant combien de temps supporterons-nous, au nom de notre « sécurité », et de la « défense » de notre pays, de payer(par nos taxes/impôts) des services secrets qui sont de vraies bandes de malfaiteurs, mafias organisées au service de la folie de « PUISSANCES » qui ne le deviennent que par la domination, l’exploitation et la soumission apeurée des peuples laborieux?

      +3

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications