Les Crises Les Crises
27.mars.202027.3.2020
Article LesCrises

3 études montrent que la Chloroquine aggraverait le Sida, le Chikungunya et la Grippe

Merci 2116
J'envoie

Au vu des débats actuels sur la Chloroquine (en fait l’hydroxy-chloroquine, une version mieux tolérée), il nous a semblé important de vous communiquer les résultats de 3 études montrant une action aggravante de la chloroquine sur 3 maladies virales.

Bien entendu, cela ne signifie nullement qu’elle aggraverait le Covid-19. Nous espérons comme tout le monde que cela sera un bon traitement (nous avons tous envie de reprendre une vie normale). Cette étude montre simplement que ce n’est pas une molécule « magique » qui lutterait contre tous les virus – puisque, au contraire, elle en aide certains. Nous ne disons ni plus, ni moins.

Et force est de constater que, même si nous connaissons cette molécule depuis longtemps, nous n’avons évidemment aucune idée de la façon dont elle interagit avec le Covid-19. [EDIT] C’est comme avec certains anti-inflammatoires, tels les médicaments contenant de l’ibuprofène ou de la cortisone, voire de l’aspirine, qui pourraient interagir avec le Covid-19 (Le ministre conseille le paracétamol, mais attention aussi au surdosage de Doliprane (sans lien avec le Covid-19), ce n’est pas un médicament inoffensif. Bref, dans tous les cas, demandez surtout conseil à votre médecin avant de prendre des médicaments). Cf. l’alerte du ministre :

…pourtant on connait ces substances depuis très longtemps – comme quoi….

De larges essais cliniques sont donc nécessaires.

I. [Royaume-Uni, 07/2012] Chloroquine et Sida

Source : vous pouvez télécharger l’étude complète en pdf ici (lien web)

Les effets de l’hydroxy-chloroquine sur l’activation du système immunitaire et la progression de la maladie chez les patients infectés par le VIH ne recevant pas de traitement antirétroviral : un essai contrôlé et aléatoire.

Nicholas I. Paton, MD, FRCP, Ruth L. Goodall, PhD, David T. Dunn, PhD, Samuel Franzen, BSc, Yolanda Collaco-Moraes, PhD, Brian G. Gazzard, MD FRCP, Ian G. Williams, MA FRCP, Martin J. Fisher, FRCP, Alan Winston, MD, MRCP, Julie Fox, MD, MRCP, Chloe Orkin, MRCP, Elbushra A. Herieka, MRCOG, Jonathan G. Ainsworth, FRCP, Frank A. Post, PhD, FCP(SA), Mark Wansbrough-Jones, FRCP, and Peter Kelleher, PhD, MRCPath, for the Hydroxychloroquine Trial Team

OB : petite explication sur le VIH pour mieux comprendre la suite – même si elle n’est pas indispensable pour notre sujet chloroquine. Le VIH s’attaque à des cellules du système immunitaire appelées lymphocytes T CD4 dont le rôle est de coordonner le système immunitaire. En utilisant ces cellules, le VIH diminue le nombre de CD4 et cause donc un affaiblissement du système immunitaire. Il existe aussi des lymphocytes T CD8 qui expriment un autre marqueur, CD38, dont la surexpression est un aspect saillant de l’infection à VIH. [NB : nous publierons cette étude entièrement traduite plus tard]

Résumé

Contexte
Les thérapies visant à réduire l’activation immunitaire pourraient être utiles au ralentissement de la progression du virus du SIDA.

Objectifs

Déterminer si l’hydroxy-chloroquine diminue l’activation immunitaire et ralentit la chute des cellules CD4.

Concept, cadre et patients

Un essai clinique aléatoire, en double aveugle, contrôlé par placebo, a été réalisé dans 10 cliniques externes du Royaume-Uni entre juin 2008 et février 2011. Les 83 patients participants étaient atteints d’une infection asymptomatique au VIH, ne suivaient pas de thérapie antirétrovirale et présentaient un taux de CD4 supérieur à 400 cellules/μL.

Traitement

Hydroxy-chloroquine, 400 mg, ou un placebo analogue une fois par jour pendant 48 semaines.

Principales mesures du résultat

La principale mesure de résultat était le changement de la proportion de cellules CD8 activées (mesuré par l’expression des marqueurs de surface CD38 et HLA-DR), avec comme résultats secondaires la numération des cellules CD4 et la charge virale du VIH. L’analyse a été réalisée en utilisant des modèles linéaires mixtes.

OB : inutile de rentrer dans le détail ; cela dit qu’on saura si le médicament est efficace si la proportion de cellules CD8 activées change.

Résultats

Il n’y avait pas de différence significative au niveau de l’activation des cellules CD8 entre les 2 groupes (-4,8% et -4,2% dans les groupes hydroxy-chloroquine et placebo, respectivement, à la semaine 48 ; différence, -0,6% ; IC 95%, -4,8% à 3,6% ; P=0,80).

OB : donc la chloroquine n’améliore pas le nombre de CD8, ce médicament ne marche pas pour cette maladie

La baisse du nombre de cellules CD4 était plus significative dans le groupe hydroxy-chloroquine que dans le groupe placebo (-85 cellules/μL vs -23 cellules/μL à la semaine 48 ; différence, -62 cellules/μL ; IC à 95%, -115 à -8 ; P=0,03).

OB : donc la chloroquine dégrade l’état de santé du patient en diminuant les CD4 par rapport au placebo

La charge virale a augmenté dans le groupe hydroxy-chloroquine par rapport a celle du groupe placebo (0,61 log10 copies/mL contre 0,23 log10 copies/mL à la semaine 48 ; différence, 0,38 log10 copies/mL ; IC à 95 %, 0,13 à 0,63 ; P=0,003).

OB : là c’est très problématique aussi : la chloroquine a augmenté le nombre de virus par rapport au placebo

Une thérapie antirétrovirale a été lancée chez 9 patients du groupe hydroxy-chloroquine et 1 du groupe placebo. Le traitement expérimental a été bien toléré, cependant, un grand nombre de patients ont signalé des symptômes grippaux dans le groupe hydroxy-chloroquine par rapport a ceux du groupe placebo (29 % contre 10 % ; P=0,03).

OB : en plus, la chloroquine a triplé la proportion de patients qui ont eu des effets secondaires grippaux.

OB : en conclusion, la chloroquine a aidé le virus du sida à se développer

II. [France, 05/2018] Chloroquine et Chikungunya

Source : vous pouvez télécharger l’étude complète en pdf ici (lien web)

Un effet paradoxal du traitement à la chloroquine augmente l’infection au virus du chikungunya

Résumé

Depuis 2005, le virus du chikungunya (CHIKV) est réapparu et a causé de nombreuses épidémies dans le monde, avant de finalement arriver sur le continent américain en 2013. L’absence de thérapies spécifiques au CHIKV a amené à l’utilisation de médicaments non spécifiques.

La chloroquine, qui est communément utilisée pour traiter les maladies à fièvre dans les tropiques, s’est révélée avoir un effet inhibiteur sur la réplication du CHIKV in vitro.

OB : dans une éprouvette, la chloroquine s’attaque à ce virus

Pour évaluer l’effet de la chloroquine in vivo, deux études complémentaires ont été réalisées : (i) une étude prophylactique chez un primate non humain (PNH) ; et (ii) une étude curative, « CuraChik », qui a été réalisée sur un groupe d’humains pendant l’épidémie de 2006 dans les îles de la Réunion. Les données cliniques, biologiques et immunologiques ont été comparées entre groupe traité et groupe placebo.

L’infection aiguë de CHIKV était exacerbée chez les PNHs traités par administration prophylactique de chloroquine. Ces PNHs ont montré une virémie plus élevée et une élimination du virus plus lente (p < 0.003). Le taux de virémie était corrélé à la réponse des IFN de type I (p < 0.02 and p = 0.04, respectivement).

OB : la chloroquine exacerbe le virus chez les singes

Chez les humains, les traitements à la chloroquine n’ont pas affecté la virémie ou les paramètres cliniques durant le stage aigu de la maladie (J1 à J14), mais ont affecté les niveaux de protéine C-réactive (CRP), de IFNα, IL-6, et de MCP1 dans le temps (J1 à J16). Surtout, aucun effet positif n’a pu être détecté sur la prévalence de l’arthralgie au Jour 300. Bien qu’inhibiteur in vitro, la chloroquine comme traitement prophylactique chez les PNHs augmente la réplication du CHIKV et retarde la réponse cellulaire et humorale.

Chez les patients, le traitement curatif à la chloroquine durant la phase aiguë diminue les niveaux de cytokines clés, et pourrait ainsi retarder les réponses immunitaires adaptatives, comme observé chez les PNHs, sans le moindre effet suppressif sur la charge virale périphérique.

OB : la chloroquine n’a pas le moindre effet suppressif sur le virus chez les humaines, et elle pourrait même retarder la réponse immunitaire

III. [Singapour, 09/2011] Chloroquine et prévention de la Grippe

Source : vous pouvez télécharger l’étude complète en pdf ici (lien web)

La chloroquine pour la prévention de la grippe : un essai randomisé, en double aveugle et contrôlé par placebo

Résumé

CONTEXTE : La chloroquine a une activité in vitro contre la grippe et pourrait être un candidat idéal pour la prévention mondiale de la grippe dans la période entre le début d’une pandémie avec une souche de grippe virulente, et le développement et la diffusion à grande échelle d’un vaccin efficace. Notre objectif était d’évaluer l’efficacité d’une telle intervention.

OB : dans une éprouvette, la chloroquine s’attaque à ce virus

MÉTHODOLOGIE : Dans cet essai randomisé, en double aveugle et contrôlé par placebo, réalisé dans un seul centre à Singapour, nous avons assigné au hasard (1:1) des adultes en bonne santé à recevoir du phosphate de chloroquine (500 mg/jour pendant 1 semaine, puis une fois par semaine jusqu’à 12 semaines) ou un placebo correspondant en utilisant une liste de randomisation générée par ordinateur. Les participants ont rempli un journal en ligne des symptômes chaque semaine, complété par des journaux quotidiens et des prélèvements nasaux auto-administrés en cas de malaise. Les tests d’inhibition de l’hémagglutination pour la grippe A (H1N1, H3N2) et B ont été effectués sur des échantillons de sang prélevés au départ et après 12 semaines. Le principal résultat a été une grippe clinique confirmée en laboratoire, définie par des symptômes spécifiques, s’accompagnant soit d’ARN de la grippe sur des écouvillons nasaux, soit de la multiplication par quatre des titres d’inhibition de l’hémagglutination sur la période d’étude de 12 semaines. L’analyse a été faite en vue de la mise au point d’un traitement. Cet essai a été enregistré auprès de ClinicalTrials.gov, sous le numéro NCT01078779.

CONSTATATIONS : De novembre 2009 à février 2010, nous avons recruté 1 516 participants éligibles. 1 496 (96%) sont parvenus à la semaine 12 et ont été inclus dans l’analyse d’efficacité. Le taux d’adhésion à l‘objet de l’étude était de 97 % et 94 % des journaux hebdomadaires prévus ont été remplis.

Huit (1 %) des 738 participants présentaient une grippe clinique confirmée en laboratoire dans le groupe placebo et 12 (2 %) des 724 participants dans le groupe chloroquine (risque relatif 1-53, 95 % 0,63-3,72 ; p=0-376). 29 (4 %) des 738 personnes présentaient une infection grippale (symptomatique ou asymptomatique) confirmée en laboratoire dans le groupe placebo et 38 (5 %) des 724 personnes dans le groupe chloroquine (1-34, 0,83-2,14 ; p=0-261). 249 (33 %) des 759 participants ont signalé des effets indésirables (pour la plupart bénins) dans le groupe placebo et 341 (45 %) des 757 dans le groupe chloroquine (p<0-0001).

Les céphalées, les étourdissements, les nausées, la diarrhée et la vision trouble étaient plus fréquents dans le groupe chloroquine, mais ont rarement entraîné l’arrêt du traitement. Un événement indésirable grave (hépatite) était peut-être lié à la chloroquine.

INTERPRÉTATION : Bien que généralement bien tolérée par une population communautaire saine, la chloroquine n’empêche pas l’infection par la grippe. Des médicaments de substitution sont nécessaires pour la prévention de la grippe à grande échelle.

OB : là encore, il n’y a pas assez de robustesse statistique pour conclure. Les essais cliniques en cours trancheront.

196 réactions et commentaires - Page 2

  • Lusituationniste // 27.03.2020 à 12h58

    J’ai l’impression qu’OB s’égare. Je ne comprends l’utilité de cet article. Laissons la médecine aux médecins et consorts. Je m’attendrai à autre chose de la part d’OB. Par ex. un comparatif des méthodes de « traitement » du Covid-19 par pays. Que se passe-t-il en Corée du Sud, Suède, Islande, Italie, Russie ? Des chiffres, des courbes…des tendances. Revenir aux fondamentaux de ce site.

      +13

    Alerter
  • Catherine // 27.03.2020 à 13h06

    Ne vous en faîtes pas, l’équipe de Raoult la fait tous les jours la synthèse.

    Comme on commence à l’entendre de plus en plus maintenant sur les plateaux, Raoult c’est pas un zozo.

    Et puis il vient de faire paraître ses premiers résultats, que l’on comprenne bien, PAS EN TANT QU’ETUDE au bénéfice d’un laboratoire bon sang, mais en tant que médecin qui soigne des malades pour les guérir. En cela il obéit au code de déontologie de sa profession, ni plus ni moins.

    701 patients traités, 1 décès

    Çà suffit à personne ici ?

    https://www.mediterranee-infection.com/covid-19/

      +11

    Alerter
    • bab23 // 27.03.2020 à 14h53

      A mon avis, le fait de passer sur les plateaux télés ne signifie pas qu’on est pas un zozo, mais qu’on fait de l’audience

        +0

      Alerter
      • Avlula // 27.03.2020 à 17h22

        Raoult explique très bien dans une conférence (de 2013 : https://youtu.be/thaxON18uJs et là on voit un peu le personnage avec les défauts de ses qualités) qu’un contact direct avec les autorités n’a pas d’effet, ils s’en foutent, par contre ils écoutent/lisent les médias, donc il faut s’adresser aux médias pour obtenir un résultat, ce qu’il fait depuis des années.
        Communiquer avec le public (chaîne YouTube / compte Twitter) c’est autre chose : il ne s’agit pas de « démobiliser » même si ça a pu avoir cet effet, mais de dé-paniquer les plus tendus, parce que quoi qu’il arrive, le stress est toujours un facteur de maladies et d’affaiblissement, et la peur est mauvaise conseillère.

          +0

        Alerter
      • catherine // 27.03.2020 à 23h29

        Raoult n’est jamais venu sur un plateau.

        comment peut-on dire des inventions pareilles ?

        Regardez en haut à droite :

        http://expertscape.com/ex/communicable+diseases

          +0

        Alerter
        • Avlula // 28.03.2020 à 00h16

          Non, non là catherine faut atterrir, c’est pas parce que vous n’avez jamais retenu son nom ou entendu parler de lui avant qu’il n’existait pas. Allez voir sur YouTube, en ce moment tous ses anciens passages médiatiques ont un certain succès, les reportages sur son travail, ses articles de médias dans Le Point, ses livres et autres qui ont créé déjà quelques polémiques… Raoult n’était peut-être pas populaire (connu de la masse), mais c’était déjà quelqu’un d’influent et « controversé » comme ils disent. Y’a qu’à voir tous les soutiens LR qu’il reçoit désormais, et son aura internationale…

          Donc oui il y a eu une grosse poussée d’Internet cette fois-ci pour dire « voilà, c’est ça qu’on veut en gros », mais faut pas dire de bêtises.

          Et ce site, c’est Raoult lui-même qui en a parlé, puisque apparemment ça compte beaucoup pour lui la quantité et la compétition, ceci dit dans l’article précédent OB l’accuse de technique de coucou, c’est pas impossible. Donc faut revenir à la raison, c’est bon, l’opération a eu un résultat, on peut s’arrêter et retrouver un esprit critique.

            +0

          Alerter
          • catherine // 28.03.2020 à 23h23

            Pas de problème, je pensais sur les plateaux depuis l’émergence du covid.

              +0

            Alerter
    • fanfan // 27.03.2020 à 18h11

      Au 27/03/2020

      IHU Mediterranée Infection / AP-HM
      Nombre de tests réalisés : 38 436
      Nombre de patients APHM / IHU testés : 14 101
      Nombre de patients APHM / IHU positifs : 1 577
      Nombre de décès : 11

      A l’IHU Méditerranée Infection
      Nombre de patients traités ( hydroxychloroquine + azithromycine) : 701
      Nombre de décès avec >3 jours de traitement (hydroxychloroquine + azithromycine) : 1

        +2

      Alerter
  • petitjean // 27.03.2020 à 13h25

    ça devient une foire d’empoigne ici !
    l’immense majorité des intervenants n’a aucune compétence scientifique, mais se permet pourtant d’avoir un avis sur tout , y compris notre hôte qui devrait être plus prudent
    Je préfèrerais que nous nous concentrions sur l’incurie du pouvoir face à cette épidémie que je qualifie « d’intensité moyenne »
    Si nous étions confrontés à une crise de très haute intensité, je pense que le pays serait plongé dans un chaos indescriptible
    Donc, puisque gouverner c’est prévoir, pourquoi manque-t-on de tout ; lits, masques, tests de dépistage, appareils respiratoires, produits désinfectant, médecins, infirmières, policiers, etc, etc ….
    ça , ça mérite un débat approfondi !
    les hécatombes dans les EHPAD ça nous intéresse ?
    Et j’apprends ce matin que les passagers arrivant à l’aéroport de Roissy ne font l’objet d’aucun contrôle !
    ça mérite aussi un débat !
    Quant aux quartiers en voir de sécession, ceux ci seront moins contrôlés, le pouvoir à peur d’enflammer ces quartiers
    ça aussi ça mérite un débat………………..

      +17

    Alerter
    • Narm // 27.03.2020 à 14h00

      puisqu’on vous dit que le but a été l’étalement de la propagation.
      sans confinement, tout aurait déjà explosé
      contrôler à l’aéroport ne vaut plus rien par rapport à l’explosition des suites du passage au bureau de vote
      et les ehpad… assassinés à leur sort, en silence, sans masque

        +1

      Alerter
  • Pegaz // 27.03.2020 à 13h32

    Absolument Alan, à charge entaché de mépris et sous-entendu insultant à l’égard du Pr Raoult et de son équipe. Qui bien que menant le même combat que tout le corps médical, eux le ferait sans expérience, discernement voir à l’aveuglette. Alors pour ceux qui en veulent encore d’autres essais négatif, il y a ceux présenté sur ce tableau. Mais l’impartialité de ce dernier présente aussi les essais positifs et montre notamment ceux effectués sur les coronavirus.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Chloroquine#Essais_d'utilisation_de_la_chloroquine_comme_antiviral

      +7

    Alerter
    • Bigtof // 27.03.2020 à 13h53

      Je constate un fait que personne ne peut contester :

      1. Pendant des années ce médicament pouvait être pris sans ordonnance et n’était pas remboursé.

      2. Depuis Janvier, il a été réduit à l’utilisation exclusivement sur ordonnance

      3. Depuis le 25 Mars, même la médecine de ville n’a plus le droit de prescrire ce fameux médoc SI DANGEUREUX !!!

      Il n’y a eu aucune nouvelle étude montrant la dangerosité de la Chlroroquine entre le mois de janvier et le 25 mars. Pourquoi donc en interdire la precription par les médecins de ville comme il értait prévu à partir de janvier ?
      Et qu’on ne vienne pas me dire que le labo qui fabrique jusqu’ici le plaquenil ne peut pas en produire plus !

      PS : ce médicament est tellement dangereux que les femmes enceintes peuvent en prendre sans danger pour leur bébé…
      https://lecrat.fr/spip.php?page=article&id_article=441

        +26

      Alerter
      • Pegaz // 27.03.2020 à 14h18

        Par contre vu les circonstances, depuis le 19 janvier (avant l’affaire Raoult) cela évite l’automédication (ses dangers), complaisance de médecin de famille (là il se met en infraction) et cela devrait permettre une gestion des stocks et distribution selon nécessités.

          +8

        Alerter
    • benito // 27.03.2020 à 16h35

      Un article intéressant sur le sujet, qui explique notamment la « méthodologie » de l' »étude » (si ce torchon mérite le nom d’étude) de Raoult :
      http://curiologie.fr/2020/03/chloroquine/

        +4

      Alerter
  • Arun // 27.03.2020 à 13h51

    Je reconnais le sérieux d’OB, son argumentation a du sens. J’aurai souhaité que pour contrer le professeur Raoult que l’on parle de ces études et qu’on trouve ce genre d’argument, c’est instructif!
    Mais j’observe que ce n’est pas ce qui s’est passé !
    On l’a, je parle d’il y a déjà un mois, simplement ignoré, en tant qu’expert de renommée internationale en début de crise, ce qui est étrange et je pense anormal. Les seuls arguments utilisés ont été d’affirmer que son traitement ne peux pas marcher et ensuite essayer de lui associer l’image d’un charlot, étrangement avec des méthodes similaires de ce qu’a vécu OB…
    Ce n’est que depuis cette semaine que les contradicteurs expliquent un peu plus sérieusement et plus « poliment » pourquoi son traitement ne pourrait pas marcher.
    Je comprends surtout que le ministère de la Santé en période de crise sanitaire était à la ramasse.
    Pour preuve comme vous le dites, les molécules du traitement du professeur seront testées. Le professeur, quoiqu’il arrive des résultats, a me semble’t il joué son rôle d’éminent virologue, de proposer une solution en début de crise. Il met en jeu sa responsabilité pas comme nos membres du gouvernement…
    Les scientifiques peuvent se tromper, ça fait partie de leur métier, d’où ces fameuses études cliniques qui durent en général des mois. J’espère qu’il va réussir, mais s’il echoue ceux qui ont conduit a toute cette polémique c’est bien notre gouvernement qui a sous estimé la pandémie depuis plus d’un mois.

      +17

    Alerter
    • Pegaz // 27.03.2020 à 15h14

      Absolument, après le refus aux prétextes très « scientifique », d’effets secondaires et interactions médicamenteuses (communs à tous médicaments que l’on peut appliquer à ceux proposés). Il aurait pu retourner sagement à Marseille et attendre les ordres. A 68 ans qui aurait pu lui en vouloir ?
      Ce qu’il en pensait au 11 février :
      https://www.youtube.com/watch?v=7N1y4Kv8B2I&t=58s

      3 cas en France le 24 janvier – Début de Discovery, essai clinique européen 22 mars !

        +2

      Alerter
    • Pegaz // 27.03.2020 à 15h49

      Coronavirus ou CoV (du latin, virus à couronne) est le nom d’un genre de virus correspondant à la sous-famille des orthocoronavirinæ (de la famille des coronaviridæ).

      En France le sujet est insuffisamment observé de mon point de vu […] c’est fréquent, c’est grave et largement sous-estimé […] et de tous les virus émergent que l’on a vu depuis 20 ans c’est de mon point de vu les plus inquiétant, parce que l’on en découvre de plus en plus, parce qu’il se recombine et qu’il ont donné des épidémies foudroyantes avec une mortalité considérable dont on a pas bien compris le mode de transmission…
      Une analyse du Pr Raoult et du Dr Gautret du 14 janvier
      https://www.youtube.com/watch?v=ngUqeOufKvk

        +1

      Alerter
  • Dieselit // 27.03.2020 à 13h55

    Polémiquons, polémiquons. Pour information, au sujet du COVID19 et de la crise attenante il y a une procédure en cours:
    Les mécontents de tous bords sont invités à se joindre à elle:
    http://chouard.org/blog/2020/03/27/covid19-procedure-de-refere-liberte-devant-le-conseil-detat-par-regis-de-castelnau/
    et
    https://www.vududroit.com/2020/03/covid19-procedure-de-refere-liberte-devant-le-conseil-detat/

      +3

    Alerter
  • fanfan // 27.03.2020 à 14h09

    British Prime Minister Boris Johnson and Health Secretary Matt Hancock have tested positive for the coronavirus, they announced on Twitteron Friday. After developing mild symptoms such as a high temperature and persistent cough he was tested for the virus on the advice of the country’s chief medical officer, he said in a video message, adding that he was now working from home and self isolating at 10 Downing Street in London.
    https://www.scmp.com/news/world/united-states-canada/article/3077180/coronavirus-latest-g20-leaders-vow-us5-trillion?utm_content=article&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1585308896

      +1

    Alerter
  • HAL34 // 27.03.2020 à 14h13

    Éviter aussi le paracétamol (Doliprane, etc.), notamment parce qu’il est sans intérêt, détruit le foie (dès 2g/j) et dégrade le glutathion nécessaire au système immunitaire, mais aussi parce qu’il réduit la fièvre, qui est notre toute première défense contre les virus et bactéries (que la température tue). De plus, c’est à haute température que le système immunitaire fonctionne le mieux, surtout les cellules spécialisées pour tuer les virus et bactéries.
    Sur le rôle de la fièvre dans l’activation de l’immunité : https://www.youtube.com/watch?v=A4eu-h_owaI

    La dangerosité du coronavirus tient aux complications qu’il induit, notamment sous la forme d’une sur-inflammation (par IL-6) qui noie les poumons, réduit fortement les échanges gazeux (oxygénation et évacuation du CO2) et favorise l’infection bactérienne. La logique incite alors à prendre des anti-inflammatoires.

    Cependant, le coronavirus se multiplie dans les cellules pulmonaires où il s’infiltre à travers le récepteur ACE2. Or, plusieurs substances augmentent le nombre de ces récepteurs sur la membrane de nos cellules. C’est le cas des anti-inflammatoires (cortisone et AINS : Ibuprofène, Advil, Nurofen, Diclofénac, Voltarène, aspirine…) qui inhibent en outre les COX-2, donc la synthèse des prostaglandines nécessaires à la synthèse des anticorps. L’aspirine aggrave aussi la perméabilité vasculaire (exacerbe la nuisance de l’IL-6) et entrave l’activité des cils.

      +1

    Alerter
  • Mike // 27.03.2020 à 14h57

    Sans présumer de l’efficacité ou non de la chloroquine sur l’infection à COVID19, ce n’est pas de la science de présenter 3 études (qui doivent être entièrement lues pour en apprécier la qualité) qui testent la même molécule à des posologies différentes sur des infections virales différentes sur des populations probablement différentes, et avec des critères d’évaluation différents !
    Les molécules magiques n’existent pas en médecine, et vous seriez très étonné de « l’efficacité » sur la morbi/mortalité de médicaments reconnus comme indispensables dans le traitement et ou prévention de plusieurs maladies.
    Maintenant les journalistes découvrent des mots « torsades de pointe » qu’ils se plaisent à utiliser pour prouver la dangerosité du produit…on croit rêver devant ces nouveaux cardiologues autoproclamés.
    Contester les avis Du Pr Raoult est parfaitement normal (encore une fois l’on parle de science), mais faire passer pour un charlatan quelqu’un qui à 2904 occurrences dans PUBMED est juste un SCANDALE ! https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=%22raoult+D%22

      +9

    Alerter
  • handsaway // 27.03.2020 à 15h03

    En l’attente d’une étude revue par des pairs et considérée comme suffisamment solide par la communauté scientifique, on ne peut pas conclure sur le fait que le traitement proposé par le Dr. Raoult soit bon.
    Devant l’urgence de la situation, je vois tellement de commentaires appelant à suivre la recommandation de ce docteur, s’appuyant sur un argument d’autorité. Mais en s’appuyant sur ce même argument d’autorité, on aurait conclu au début de la crise que le COVID-19 est « une petite grippette » qui ne va pas arriver en France. Cela montre bien qu’il ne faut pas s’appuyer sur l’argument d’autorité et attendre de voir le résultat de la recherche scientifique revue par des pairs.

    C’est tout à l’honneur d’OB de rester prudent tout en donnant de nombreuses infos sourcées, comme à son habitude.

      +0

    Alerter
  • jack // 27.03.2020 à 15h17

    oui effectivement.. mais lisez bien les trois dernières lignes du décret du 26….. « Pour l’application du présent article, sont considérés comme établissements de santé les hôpitaux des armées, l’Institution nationale des Invalides et les structures médicales opérationnelles relevant du ministre de la défense déployées dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. ».
    Cela en restreint notablement l’usage.
    Un effet d’annonce supplémentaire qui permet d’apaiser les esprits échauffés?

      +2

    Alerter
  • Jean-François91 // 27.03.2020 à 15h54

    Question subsidiaire :
    Un médicament A est utilisé depuis 70 ans, on connaît forcément assez bien tous ses effets négatifs. On peut donc les citer à foison

    Des médicaments B, C, D, E… sont beaucoup plus récents. On propose de les tester contre le COVID19. C’est très bien. Mais les effets secondaires ?
    Question : combien de temps faudrAIT-il pour qu’on arrive à la même expertise que sur le médicament A.

    Tout ceci, bien entendu sans aucun rapport avec un quelconque manque à gagner au cas où le médicament A se révélerAIT aussi efficace.

      +5

    Alerter
  • tchoo // 27.03.2020 à 16h21

    J’ai lu ce qui est écrit ici sur le personnage, je l’ai écouté aussi
    le portrait fait pat OBerruyer n’en fait pas quelqu’un de spontanément sympathique
    Est ce c’est le personnage qui doit nous faire juger son action ou est ce son action et ses résultats qui priment sur tout le reste?
    j’avoue que j’en reste dubitatif parce que le bonhomme dans ses propos ne me semblent pas toujours très clair
    Mais je crois plus en la stratégie que j’ai cru comprendre qu’il souhaitait
    – dépister massivement
    – isoler et traiter avec son cocktail médicamenteux les cas positifs dès la détection
    – protection pour tout les autres en reprenant une vie « normale »
    Cela me semble nettement plus cohérent que la méthode actuelle où c’est confinement et travail en même temps et atteinte au droit du travail sans toucher à la finance

      +3

    Alerter
  • serge // 27.03.2020 à 16h34

    C’est du même niveau que pour les entreprises qui ont trouvé à importer des respirateurs et à qui on a dit que les cerfa typiquement français n’étaient pas bons. Ou que plein de labos sont actuellement en train de tester plein de solutions mais que, bon, c’est long, il faut attendre. Ou que les cliniques privées, nonobstant une négociation de retour financier (mais bon, 300 milliard immédiats pour « assurer » les prêts des entreprises…) n’ont toujours pas de consigne pour remplir leurs lits de réa. Tout cela participe d’un haut niveau de criminalité.
    Alors, ne pas essayer des solutions, possiblement perfectibles, au motif que le monsieur sent politiquement légèrement mauvais et qui, de plus, ne sont pas mortelles en soi, me laisse légèrement pantois. Peut-être que cela aggrave le VIH, ou autre pathologie, mais n’est qu’une forme de botté en touche, comme notre bon ministère de la santé sait le faire. En sachant que le Sida, le Chikungunya et la Grippe, dont vous parlez n’ont aucunement été éradiquées et sont juste contenues. En attendant la prochaine variante possiblement « sauvage ». Alors les effets secondaires sur des trucs pas guéris…

      +1

    Alerter
  • Yvo // 27.03.2020 à 17h24

    OB je pense que vous devriez lever le pied avec vos articles à charge contre Didier Raoult. Avec les futurs résultats positifs des tests effectués dans le monde entier, de l’utilisation de la chloroquine + anti-biotique pulmonaire, vous allez passez pour un idiot dans peu de temps. Je ne sais pas pour qui vous roulez ? Mais descendez du train à temps.

      +9

    Alerter
  • Theophilus // 27.03.2020 à 18h35

    Interview du Pr Éric Chabrière, collaborateur du Pr Didier Raoult
    https://www.youtube.com/watch?v=LlxvWeZW-38

      +1

    Alerter
  • Mel // 27.03.2020 à 19h14

    Tout un travail qui vise à décrédibiliser une molécule en ce moment. Au moment où il s’agit surtout d’évaluer son impact sur le Covid… comme tout médoc il a des contre indications etc. Et des effets sur certaines maladies. Mon père était dans un état très grave et je pense sincèrement que la chloroquine l’a sauvé.

      +0

    Alerter
  • Zaroips // 27.03.2020 à 19h49

    La chloroquine est un poison extrêmement dangereux et le professeur Raoult est le diable en personne.

    Quant à Olivier Berruyer, la crédibilité de son site en a pris un sacré coup avec des articles de cet acabit…

      +3

    Alerter
  • Denis // 27.03.2020 à 20h21

    Une petite quarantaine du site « Les crises » ne peut nuire!
    Le ridule tue pas, c’est déjà ça!
    Et prenez garde à vous. 🙂

      +1

    Alerter
  • Jerrick // 27.03.2020 à 20h38

    Oui, oui, la nivaquine ou chloroquine ou hydroxychloroquine ça peut-être dangereux. Une partie des effets nocifs les plus importants/graves arrivent après des traitements de plus de 5 voire 20 ans (https://fr.wikipedia.org/wiki/Hydroxychloroquine voir tableau en bas)
    Mon amie est hôtesse, a travaillé chez UTA, Cie spécialisée sur l’Afrique et la Pacifique, puis Air France, secteur Afrique et Amérique du Sud. Elle a pris de la Nivaquine TOUS LES JOURS pendant près de 15 ans. Elle va bien, merci pour elle.
    En revanche, et ceci m’a été prescrit récemment : https://www.vidal.fr/actualites/15683/izalgi_500_mg_25_mg_gelule_paracetamol_poudre_d_opium_nouvelle_specialite_antalgique_de_palier_2/
    J’ai bien-sûr refusé. Car il y a ça :
    https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/02/22/antalgiques-les-chiffres-inquietants-de-l-addiction-aux-opiaces-en-france_5427096_4355770.html
    et encore ça :
    https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/aux-etats-unis-les-opiaces-tuent-plus-que-les-armes-a-feu-et-les-accidents-de-la-route-reunis_2580988.html

    Je veux bien qu’on soit prudent avec l’emballement sur le traitement du Dr Raoult, mais c’est un principe de précaution sur une molécule extrêmement bien connue et documentée particulièrement disproportionné par rapport au laxisme sur les opiacés.

    Et je m’étonne de trouver sur ce site un tel acharnement, digne d’un plateau de BFM WC… je pourrais même dire extrêmement déçu.

      +5

    Alerter
    • dgdfy // 28.03.2020 à 09h57

      Utiliser « le décodeur » du Monde pour appuyer son propos.
      Sur le site les Crises, çà ne manque pas de sel…

        +0

      Alerter
  • dgdfy // 28.03.2020 à 09h54

    cette insistance à vouloir dénigrer le Pf Raoult sur ce site, que je trouvais jusqu’à présent pondéré, m’inquiète.
    Le problème est pourtant simple.
    Peut on attendre la fin de ces tests (biaisés)?
    Vu :
    Le nombre de morts quotidien
    Le peu de risque de ce traitement d’hydroxychloroquine associés à de l’azithromycine.
    A l’évidence : NON
    Après la crise, Nous demanderons des comptes à ce gouvernement.
    Nous vous en demanderons aussi Olivier…

      +1

    Alerter
  • Vincent // 28.03.2020 à 16h41

    Plutôt étonné de constater un tel acharnement avec autant de malhonnêteté et de malveillance.
    Si j’avais de la sympathie pour ce site et son auteur, c’est terminé. Le soutien également.

      +1

    Alerter
  • jcnello // 29.03.2020 à 03h18

    La chloroquine est utilisée contre le palu depuis des décennies …j’en ai gobé pendant un an et demi quand j’étais en Afrique et personne ne s’était assuré que mon état le permettait avant de le prescrire. C’était il y a 30 ans, je n’ai jamais eu aucun souci et je n’ai jamais entendu personne se plaindre d’un quelconque effet secondaire à l’époque ni depuis.
    Je suis extrêmement étonné que l’on puisse seulement se poser la question aujourd’hui…et extrêmement sceptique quand au but de cette polémique… je dois être un inconscient sans doute !

      +1

    Alerter
  • Thunder1205 // 30.03.2020 à 09h57
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications