Les Crises Les Crises
13.mars.202013.3.2020
Article LesCrises

« Chaque journée compte » : comment la France risque de condamner de nombreux Français par son inaction face au Coronavirus

Merci 8042
J'envoie

Nous vous proposons aujourd’hui un important billet face à l’épidémie de Coronavirus qui est en pleine explosion dans notre pays.

En effet, les actions bien trop timorées de notre pays face à ce dangereux virus mettent en danger la vie de très nombreux français – il est évident que la France figure en bonne place parmi les pays visés par le Directeur général de l’OMS, qui a déclaré hier Covid-19 comme une pandémie :

Pour comprendre la situation en France, nous allons d’abord présenter d’importantes informations sur le Virus, puis faire un bref tour d’horizon mondial pour analyser ce qu’ont fait les autres pays très touchés. Nous pourrons alors en tirer des conclusions sur notre situation – et vous comprendrez alors pourquoi elles sont très pessimistes.

I. Le Coronavirus SARS-Cov-2

Nous avons déjà longuement présent le Virus responsable de l’épidémie dans ce billet, que nous vous recommandons de lire : Épidémie de Coronavirus Covid-19 : explications, analyses et conseils.

Pour les besoins de ce billet, nous allons nous intéresser à 2 choses majeures : le cycle de morbidité, et la mortalité du SARS-Cov-2 (que nous abrégerons en CoV-2).

1-1 Caractéristiques de la morbidité du CoV-2

Comme pour tout virus pathogène, on distingue 2 grandes phases dans la maladie, suite à la contamination :

  • la phase d’incubation : qui est la période durant laquelle le virus se développe dans l’organisme avant l’apparition des premiers symptômes.
  • la phase de maladie symptomatique : pendant laquelle la maladie s’exprime. Les symptômes ressemblent à ceux de la grippe, avec généralement de la fièvre, une toux sèche, de la fatigue, des courbatures et des difficultés respiratoires pouvant évoluer en pneumonie et en un syndrome de détresse respiratoire aiguë, c’est-à-dire une défaillance des fonctions respiratoires. Il est à noter que certains malades restent cependant asymptomatiques.

Ensuite survient la fin de la maladie : l’immense majorité des malades guérissent, quelques autres meurent.

Comme nous l’avons vu dans le billet dédié, une étude chinoise sur près de 45 000 malades a analysé la virulence de la maladie (source) :

  • dans 81 % des cas, elle est bénigne ;
  • dans 14 % des cas, elle est grave ;
  • dans 5 % elle est critique, la moitié de ces malades étant morts.

Voilà ce que l’on sait sur les périodes précédentes :

  • la phase d’incubation a pour durée médiane environ 5 jours (comme pour le SRAS, plus que les 1 à 2 jours de la grippe). Elle dure moins de 2 jours dans 2 % des cas, et moins de 11 jours dans 97 % des cas. Même si elle dure un peu plus de 14 jours dans 1 % des cas, la quarantaine actuelle de 14 jours semble appropriée. (source)
  • la phase de maladie symptomatique avant guérison dure en moyenne environ 22 jours (source, allant de 18 à 83 jours dans cette étude) ; il fallait en Chine en moyenne 5 jours après les premiers symptômes pour qu’un cas soit confirmé par un test (source) et 3 jours après les premiers symptômes pour être hospitalisé (de 10 à 15 jours) dans les cas le nécessitant (source). Les patients hospitalisés seraient contagieux entre 8 et 37 jours (source)
  • la phase de maladie symptomatique avant décès dure en moyenne de 14 à 22 jours (et de 12 à 82 au total dans les études – source), soit environ 17 jours entre l’apparition des symptômes et le décès, et, à partir du chiffre précédent, environ 12 jours entre le résultat positif du test et le décès. (voir aussi ici)

Pour la suite de notre analyse, nous retiendrons donc ces 5 chiffres très importants :

  • entre la contamination et l’apparition des symptômes : 5 jours ;
  • entre l’apparition des symptômes et l’hospitalisation éventuelle : 3 jours ;
  • entre l’apparition des symptômes et le résultat du test : 5 jours ;
  • entre le résultat positif du test et le décès : 12 jours ;
  • entre la contamination et le décès : de 19 à 27 jours – nous garderons 23 jours.

1-2 Contagiosité du CoV-2

Il est maintenant clair que le coronavirus est assez contagieux : chaque malade contaminerait en moyenne entre 2 et 3 personne ; c’est un taux de contagion comparable au Sras de 2002 (3 personnes) et légèrement supérieur à la grippe saisonnière (1,3 personne). (source) Le virus est présent dans différents fluides corporels, dont la salive, le mucus nasal et bronchique, ainsi que les selles, ce qui multiplie les possibilités d’infection des autres personnes. La contamination entre les personnes, dite “interhumaine”, se fait par l’intermédiaire des gouttelettes de salives expulsées dans la respiration lors de la toux et des éternuements (mais aussi des baisers), sans être pour autant le principal mode de contamination ; la majorité des contaminations se feraient par l’intermédiaire d’objets du quotidien contaminés, comme les poignées de porte, boutons d’ascenseur… et les objets partagés (couverts, brosses à dents…). (source)

La particularité du nouveau coronavirus, en comparaison au Sras ou au virus Mers, c’est sa contagion. « Le coronavirus du Sras n’était contagieux que quelques jours après le début des symptômes, 4 jours après. Ce qui laissait le temps de diagnostic et d’isoler les malades avant qu’ils aient contaminé d’autres personnes. Avec le Sras, tous les malades avaient des formes sévères donc ils étaient tous identifiés, on ne passait pas à côté de formes bénignes qui auraient pu être inaperçues. Avec ce coronavirus, la contagion commence avec le début des symptômes et parfois chez des gens qui n’ont pas de symptômes » a expliqué le Pr Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l’Institut Pasteur. (source) La personne asymptomatique peut aussi transmettre le virus à d’autres personnes.

Une publication du Lancet vient répondre à une incertitude : la durée de contagiosité des malades. Le suivi attentif des 191 premiers malades infectés et hospitalisés, à Wuhan montre que nombre d’entre eux restent contagieux après leur guérison clinique. En effet, alors que la durée moyenne d’hospitalisation des patients guéris est de 21 jours (17 à 25 jours) après le début de la maladie, une excrétion du coronavirus est observée chez un tiers d’entre eux jusqu’à 4 semaines après les premiers symptômes. La détection de l’ARN viral est observée en médiane pendant 20 jours (16 à 23 jours) après le début de la maladie. (source)

Enfin, une étude vient tout juste de montrer que les patients faiblement atteints sont en fait extrêmement contagieux : « La présente étude montre que le Covid-19 peut souvent se présenter comme une maladie courante semblable au rhume. Le SARS-CoV-2 peut se répliquer activement dans les voies respiratoires supérieures, et être excrété pendant une période prolongée après la fin des symptômes, y compris dans les selles. » (source) « L’excrétion de pointe », c’est-à-dire le moment où une personne atteinte de Covid-19 est la plus contagieuse, se produit généralement dans les 5 jours suivant l’apparition de la maladie, et les patients émettent 1 000 fois plus de virus que lors de l’excrétion de pointe d’une infection de type SRAS). Ce taux très élevé contribue à expliquer pourquoi le virus s’est répandu si rapidement dans le monde entier, avec plus de 120 000 personnes dans plus de 100 pays désormais infectées, selon les chercheurs. En comparaison, le SARS-CoV, un coronavirus étroitement apparenté, a infecté quelque 8 000 personnes et en a tué 800 en 2002-2003. (source)

1-3 Létalité du CoV-2

Nous avons également appris dans le billet dédié que l’étude chinoise menée sur près de 45 000 malades a aussi analysé la létalité de la maladie (source) :

Létalité par âge (« case fatality rate » : 2,3 % en moyenne) :

Cette létalité se compare ainsi aisément avec celle de la grippe saisonnière :

Soulignons que cette létalité du Coronavirus restera à confirmer à la fin de l’épidémie.

Mais l’Italie a également fourni ses statistiques le 9 mars (source) :

réactualisées 2 jours après (source) :

Ce qui donne ceci en synthèse :

Notez que, pour chaque tranche, la létalité est inférieure en Italie ; mais au global, elle est supérieure ! La différence vient du fait qu’il y a beaucoup plus de personnes âgées contaminées en Italie – en raison d’un âge moyen de la population plus élevé.

Mais il faut être très prudents sur ces chiffres. Beaucoup de personnes soulignent qu’ils sont surestimés, car on ne tient pas compte des personnes peu malades qui ne sont plus testées, et a fortiori des asymptomatiques ; ce qui est vrai. Mais un autre phénomène joue dans le sens inverse en sous-estimant les chiffres : l’effet retard. Par exemple, on compare ici les 619 morts aux 11 538 cas (dont 932 personnels soignants, au passage). Mais les 632 morts correspondent à des patients malades depuis longtemps ; tous les malades testés depuis 2 jours n’ont aucune chance de mourir et modifient les chiffres. Comme il se passe 12 jours entre le test et le décès, il faudrait prendre le total des malades à cette date ; si on prend un recul de seulement 6 jours, on arrive à un total de malades de 3 089 malades – ce qui ferait une mortalité apparente de ce groupe de 20 % – et dans les 50 % de létalité des plus de 80 ans… Nous tenterons plus loin de quantifier cet effet retard avec l’exemple chinois.

Délirant ? Pas tellement, car nous avons eu un test en nature : comme nous l’avons expliqué ici, le virus s’est introduit dans un Ehpad dans la région de Seattle aux États-Unis, devenant un des foyers de l’épidémie. Voici le bilan :

 

Ainsi, sur 120 résidents, 63 ont été atteints par le Coronavirus (ainsi qu’environ 70 des 180 membres du personnel) et hospitalisés en 20 jours, et 26 sont décédés dont 13 de façon certaine par le Coronavirus et probablement 6 de plus qui n’ont pas été testés, ce qui représente une létalité de 20 à 30 % dans cette population très âgée, et une mortalité de 10 % à 20 % de la population totale, cohérente avec notre propos sur la sous-estimation de la mortalité par l’utilisation d’une létalité brute tant que l’épidémie n’est pas finie.

C’est donc un exemple à limiter au maximum. Mais l’Ehpad de Louveciennes a aussi été touché : déjà 2 morts sur 5 contaminés…

II. Début de l’épidémie en Chine

Nous vous renvoyons tout d’abord au billet dédié sur le suivi de la crise en graphiques.

La Chine est donc la source de l’épidémie, son « pays-zéro ».

Nous disposons désormais d’une étude très complète sur le début de l’épidémie, indispensable pour percevoir un autre effet-retard. En effet, nous suivons – ou suivions – l’épidémie en fonction du nombre de cas. Mais ces cas étaient les cas confirmés après un test, ce qui implique que le malade a été contaminé, puis a incubé la maladie, puis a développé la maladie, puis est allé à l’hôpital, puis a subi un test, dont le résultat a été communiqué aux autorités. Durée : une dizaine de jours. Et pendant ces jours, l’épidémie se développe évidemment exponentiellement.

Voici donc un graphique majeur, qui affiche les 44 000 premiers cas confirmés de la région du Hubei (capital Wuhan d’où est partie l’épidémie) en fonction de la confirmation du diagnostic (ce sont donc les chiffres que nous avons l’habitude de suivre au jour le jour) – en jaune – mais surtout la répartition de ces mêmes cas cette fois en fonction de la date d’apparition des premiers symptômes (source : cette étude, fig. 1, qui se base en fait sur cette autre étude, fig. 3B) :

La différence entre les deux courbes montre donc clairement « l’effet retard » entre les symptômes et la confirmation du diagnostic, qui, au début de l’épidémie, a été de 8 à 10 jours. Cela donne ceci :

Attention : à partir du confinement, on ne doit plus utiliser le ratio pour les chiffres français, vu que notre gouvernement n’a pas agi

En fait, la gouvernement chinois, bien plus compétent que le nôtre à l’évidence, a réagi très vite, car les 20-21 janvier, il a vu qu’il avait quelques dizaines de cas diagnostiqués, mais savait que cela voulait dire des milliers réels et des dizaines de milliers dans les prochains jours s’il ne réagisssait pas.

Ainsi, le gouvernement chinois a terriblement écrasé la pédale de frein et tiré le frein à main (confinement de la population le 22 janvier) dès 100 cas connus représentant 2 000 cas réels.

L’épidémie a immédiatement été enrayée, dans les jours qui ont suivi. Mais hélas, un pays est un véritable paquebot, qui ne « pile » pas à la demande. Rappelons que la province du Hubei compte 60 millions d’habitants, c’est à peu près peuplé comme la France métropolitaine.

L’épidémie dans l’Hubei est aujourd’hui bien contrôlée, il n’y a presque plus de nouveaux cas. Mais, au bout de presque 50 jours de confinement, on a néanmoins presque atteint le chiffre de 70 000 contaminés, et plus de 3 000 morts.

III. Estimation du nombre de contaminés en France

Nous allons utiliser l’exemple Chinois pour tenter de réaliser prudemment une – difficile estimation du nombre de contaminés en France à ce jour.

Si le détail du calcul ne vous intéresse pas, allez directement au 3-4

Nous avons besoin pour cela de 3 paramètres.

3-1 Ratio nombre de malades symptomatiques / nombre de cas diagnostiqués dans de bonnes conditions

Ce ratio est le plus simple à déterminer, car il figure dans l’étude chinoise. Pour l’appliquer au cas français, il faut le prendre juste au moment du confinement (après ce n’est pas possible, vu qu’il n’y a pas de confinement chez nous) – chiffres en rouge.

Nous retiendrons donc par prudence un ratio R1 compris entre x 3 et x 7

3-2 Ratio nombre de contaminés / nombre de cas malades symptomatiques

Celui-ci est plus dur à déterminer. Mais nous savons que l’incubation dure 5 jours, parfois beaucoup plus, alors que la durée « de l’apparition des symptômes au résultat du test » est comme nous l’avons dit, de 5 jours également. Il ne faut cependant pas employer strictement le même ratio, car on n’est pas immédiatement contaminateur. Il y a cependant des personnes qui vont rester asymptomatiques et être de « super-contaminateurs ».

Nous retiendrons donc par prudence un ratio R2 compris entre x 2 et x 4

3-3 Ratio nombre de cas diagnostiqués dans de bonnes conditions / nombre de cas réellement diagnostiqués

En raison d’une politique très française, « casser le thermomètre », cela fait plusieurs jours que le ministre de la Santé a décidé de ne plus tester les cas suspects, mais simplement les cas graves – ce qui est une décision dramatique, sur laquelle nous reviendrons.

On ne peut donc utiliser directement le chiffre officiel de cas confirmés (« les cas réellement diagnostics », en pratique), il faut le redresser pour savoir ce que serait le résultat si on testait aussi la plupart des cas suspects (« cas diagnostiqués dans de bonnes conditions »). Et c’est très difficile, et cela rajoute encore une incertitude dramatique.

Au vu de la croissance des courbes, et du fait que 80 % des cas sont bénins, nous retiendrons donc par prudence un ratio R3 compris entre x 2 et x 5 (et de x 1,5 à x 2 avant la décision du ministre).

3-4 Ratio nombre de contaminés / nombre de cas réellement diagnostiqués

Ce ratio qui nous intéresse est donc égal à R1 x R2 x R3.

Partant du chiffre publié par le ministère, on aura une estimation raisonnable du nombre de Français contaminés, en le multipliant par un nombre compris entre x 12 et x 140 ; et nous retiendrons une moyenne prudente de x 45 (en pondérant 3 fois plus l’hypothèse basse).

Signalons que ce chiffre n’a rien de délirant ; le professeur Caumes, de la Pitié Salpétrière, a parlé hier sur LCI face au ministre d’un possible ratio de x 100 – je vous recommande ce grand moment de télévision, surtout qu’il ne faisait pas partie des « pessimistes » il y a encore une semaine :

3-5 Résultat : estimation du nombre de contaminés en France

Le résultat est donc assez simple, vu qu’il y à ce soir environ 2 876 cas diagnostiqués :

À cause de l’inaction du gouvernement, il y a donc assez probablement aujourd’hui entre 35 000 et 400 000 contaminés au Coronavirus SARS-CoV-2 en France.

Nous retiendrons au final par prudence une hypothèse d’un ordre de grandeur actuel de 100 000 contaminés, soit 0,15 % de la population française, et x 30 environ sur les chiffres confirmés.

Le gouvernement agissant peu, on pourra d’ailleurs, hélas, affiner nettement cette fourchette dans une dizaine de jours en fonction du nombre de cas.

BIEN ENTENDU, il faut rester très prudents, l’incertitude est énorme.

3-6 2e méthode d’estimation du nombre de contaminés en France

Le 12 mars, le bilan était en France de 61 personnes décédées et 129 en réanimation pour 2 876 cas confirmés (source).

On a actuellement 129 personnes en réanimation, plus 61 décédée qui ont du y passer, plus des personnes guéries sorties de réanimation. Arrondissons à 200 entrées au total.

Rappelons ceci sur les proportions :

200 cas critiques représentent 4,7% de tous les cas – donc on peut estimer qu’ils correspondent à 4 200 cas.

Or, le délai entre l’apparition des symptômes et l’hospitalisation est en moyenne de 3 jours ; rajoutons en 3 pour passer en réanimation, 3 de durée moyenne de réanimation (ce qui est faible) et les 5 d’incubation, et on arrive à une estimation de 14 jours entre la contamination et la période moyenne en réanimation.

Or, il y a 14 jours, il y avait 18 cas confirmés. On aurait donc un ratio élevé, de 4200/ 18 = x 230 (là où nous avons pris x 55).

Si on fait la même chose au niveau des décès on a 61/3,4% soit 1 800 cas. Comme nous avons retenu 23 jours entre contamination et décès, on est ramené à 23 jours en arrière, où il n’y avait que 12 cas. 1800/12 donne un ratio de x 150

Mais il faudrait encore les majorer pour tenir compte de la proportion réduites de personnes testées (ratio R3, donc doubler à quintupler).

On a vu en Chine qu’au début de l’épidémie, le ratio est très élevé – il décroit ensuite,

Bref, notre ratio de x 55 ne semble pas excessif… Cette méthode marchera encore mieux au fil des jours.

3-7 Validation

Ces estimations apparaissent ainsi raisonnables, et cohérentes avec les estimations de certains médecins, comme celle du professeur Caumes (x 100).

Et enfin, même si nous n’étions qu’à 40 000 contaminés, on serait à 100 000 dans quelques jours.

Le gouverneur de l’Ohio a indiqué hier, que son Directeur de la Santé estimait à 1 % la part de la population de l’État déjà infectée par le COVID-19 (sources ici, et ) :

Elles ne visent à aucun sensationnalisme, mais à sensibiliser l’opinion à l’épidémie en cours, vu qu’elle a été endormi par les ministres, la plupart des « experts » et les médias – qui avaient tous pour but « de rassurer » et d’éviter la panique.

Résultat : ce soir, nous avons la panique ET les contaminés.

 

Revenons sur nos 100 000 contaminés, soit 0,15 % de la population française. Pouvons-nous essayer de valider cet ordre de grandeur ?

Eh bien prenons un groupe témoin national : l’Assemblée Nationale.

Nous avons ce soir 10 députés reconnus comme contaminés. Cela signifie qu’au moins autant doivent être contaminés sans encore de symptômes. Ils sont 577, cela feraient donc au moins 3 % des députés contaminés au total. Soit 20 fois plus que notre estimation de la population française. Les députés ayant été particulièrement sensibilisés, et donc prudents, on constate que notre estimation semble cohérente. Surtout si on pense qu’au moins 3 % du gouvernement a été aussi contaminé à ce jour…

 

Enfin, rappelons que nos 100 000 contaminés seraient à comparer à la province du Hubei, de la même taille que la France, qui a sévèrement freiné à 2 000 contaminés réels, terminant à 70 000 cas (x 35 après le freinage donc !) et 3 000 morts.

Notons aussi au passage qu’il est donc tout à fait possible que nous ayons déjà plus de contaminés en France, que ce qu’il y en a eu en Chine au final…

Nous allons voir ce soir si Emmanuel Macron se décide enfin à freiner ou pas. Emmanuel Macron a donc simplement levé les pied de la pédale de l’accélérateur ce soir, et, en accordant simplement un peu de vacances aux élèves, il a peine effleuré le frein.

Au vu du nombre de cas en France, et des explosions en cours en Espagne et Italie, en maintenant les élections municipales après avoir demandé aux personnes âgées de rester chez elles, il apparaît clairement que nous avons de très loin le gouvernement (mais soyons juste, plus généralement « le personnel politique ») le plus irresponsable de tous les pays touchés – que nous suivons de très près.

Ce virus est passé en un peu plus d’un mois de 10 cas à probablement 100 000 cas (x 10 000) – alors que l’attention de la population a été fortement attirée sur ce virus. Cela représente un doublement des cas tous les 3 jours.

Si des politiques drastiques ne sont pas prises, nous passerons très vite à 1 million (x 10) ou 10 millions (x 100) de contaminés, ce virus étant à l’évidence terriblement contagieux.

Face à des progressions exponentielles, chaque jour compte, ce qu’a oublié ce gouvernement de technocrates à courte-vue, plus préoccupé par le CAC40 que par la vie de ses citoyens.

Mais il est déjà trop tard : la France a déjà perdu la guerre contre la diffusion du virus dans notre pays.

Nous ferons demain un premier billet sur la situation dans les autres pays, puis également demain un important billet pour comprendre les raisons de cette défaite et de la victoire d’autres pays, et en estimer les conséquences.

Olivier Berruyer, actuaire, 12/3/2020

P.S. nous essayons de vous informer au mieux, mais nous avons besoin pour cela de votre aide, en particulier pour participer à des traductions depuis l’anglais et l’Italien (mais d’autres langues seraient utiles, si quelqu’un veut bien y faire une veille), des graphistes/cartographes, des rédacteurs, des gens pour la veille dans la presse, des rédacteurs WordPress, des gens pouvant aider, etc. Vous pouvez nous contacter ici (« Contacter l’auteur » puis mettez en objet ce à quoi vous pouvez aider). Merci d’avance !

Commentaire recommandé

Renard // 12.03.2020 à 22h43

L’essentiel des mesures annoncées ce soir concernaient l’économie. Ne pas paralyser l’économie semble également la principale raison du peu de mesures destinées à freiner la diffusion du virus.
Il est terrible de constater qu’une dictature (peut-être éclairée mais quand même) se révèle plus soucieuse de la population de son pays que des démocraties électives. Mais cela se comprend assez facilement.
Il est possible à Monsieur Xi de paralyser l’économie de son pays quelques semaines : c’est une économie essentiellement de production. Une fois la crise passée, on remet tout le monde au boulot et ça repart.
Tandis que chez nous, la richesse est majoritairement issue de spéculations et manipulations financières. Si ça s’arrête, tout s’écroule.
Un peu comme la différence entre une voiture et un scooter : à l’arrêt seule la première reste en équilibre.
Donc, il faut comprendre les dirigeants occidentaux. Dans le grande cirque capitalistique où nous vivons, quoi qu’il arrive, quoiqu’il en coûte, show must go on !
Nous sommes tous leurs trapézistes.

211 réactions et commentaires - Page 2

  • Benny // 14.03.2020 à 13h30

    Car là ils ont déjà dit (faut le piger ainsi du moins) « ceux qui seront confiné seront sauvé grâce à nos mesures, et ceux qui décéderont seront lié à leurs prise de risques de sortir malgré confinement et donc pas état responsable!!! » !!! Sauf qu’on a pas dit que c’était plus qu’une « grippeTte » jusque là !??? Donc allez récupérer les gens idiots de ce pays qui s’informent que par BFM TV poubelle !!!! Bref ça va être 150k/3M de morts sans confinement ici … donc soyez prudent communiquez sur ces vérités ici et là !!! Merci

      +0

    Alerter
  • anti mondialiste // 14.03.2020 à 14h39

    La stratégie de Macron : miser sur « l’immunité de groupe » pour arrêter le coronavirus.
    C’est un article du Figaro dans sa version payante, nous allons donc le résumer, car il présente la stratégie choisie par le Président pour enrayer l’épidémie. Or, il s’agit justement de ne pas enrayer l’épidémie, de la laisser se développer en tentant de la contrôler, d’étaler sa dangerosité en quelque sorte, afin de pouvoir faire face aux milliers, au dizaines de milliers ou aux centaines de milliers de cas qui vont se présenter dans nos hôpitaux et qui auront besoin d’assistance respiratoire.

    « En d’autres termes, décision a été prise de laisser l’épidémie suivre son cours et de ne pas tenter de l’arrêter brutalement. Cela ne veut pas dire ne rien faire : les pouvoirs publics mettent désormais toute leur énergie à ralentir la propagation du virus pour éviter l’engorgement des services d’urgence. Il s’agit “d’aplanir” la courbe épidémique, en limitant les contacts entre les gens, notamment, pour l’étaler dans le temps. Allonger sa durée pour limiter son ampleur à un instant T. C’est le seul moyen de limiter l’engorgement des hôpitaux. »

      +2

    Alerter
  • anti mondialiste // 14.03.2020 à 14h39

    C’est ce qu’explique le médecin dans l’interview de Contrepoints: l’idée est d’éviter un pic, d’accepter un étalement, pour ne pas avoir à choisir entre ceux qui vont vivre et ceux qui vont mourir. C’est dit un peu brutalement, mais c’est ce qu’on nous propose. Voici maintenant l’explication du concept d’immunité de groupe :

    Il faudra ensuite attendre, peut-être plusieurs mois, qu’un nombre suffisant de personnes soient infectées pour atteindre l’“immunité de groupe”. Le seuil au-delà duquel le virus ne parvient plus à circuler, car il n’y a plus assez de gens à contaminer. C’est aussi la stratégie adoptée par la Grande-Bretagne et l’Allemagne, de manière plus officielle. Angela Merkel s’attend à ce qu’il faille que 60 à 70 % des Allemands soient infectés ! Idem en Grande-Bretagne. On comprend mieux les mots soigneusement choisis par Emmanuel Macron pour préparer les Français.

      +1

    Alerter
  • anti mondialiste // 14.03.2020 à 14h41

    Sur le modèle de la grippe espagnole, qui avait frappé trois fois, les dernières vagues étant les plus dures puisque le virus avait muté et les gens étaient affaiblis, on peut s’attendre à au moins deux vagues de coronavirus. La Dépêche précise en 2009 ce qui s’est passé il y a un siècle :

    « La pandémie de grippe espagnole de 1918-19, qui a fait au moins quarante millions de morts dans le monde, s’est déroulée en trois vagues, dont une première au printemps comme aujourd’hui, avant deux flambées très meurtrières pendant l’automne, puis l’hiver suivant. […]

    Pendant cette première vague, « les taux de personnes malades étaient élevés, mais les taux de mortalité, dans la plupart des lieux, n’étaient pas nettement au-dessus de la normale », selon ces experts. […]

    Une deuxième vague, survenue de septembre à novembre 1918 simultanément dans les hémisphères Nord et Sud, a été très meurtrière. Une troisième vague, entraînant aussi une forte mortalité, a suivi début 1919, ce qui correspondait à l’hiver dans l’hémisphère Nord. […]

    Le taux de mortalité parmi les personnes souffrant de la grippe espagnole a dépassé 2,5 %, alors qu’il est resté inférieur à un pour mille (0,1 %) pendant d’autres pandémies grippales, rappellent MM. Tautenberger et Morens. »

    https://youtu.be/BgQQpxvEXfk

      +2

    Alerter
    • Arthur Lepic // 14.03.2020 à 16h36

      Merci d’être factuel même si ça fait froid dans le dos

      La vidéo est cependant nulle puisqu’il ne tient pas compte de la propagation interpersonnelle par rapport aux cas importés pour le coronavirus 1918-1920 ni le nouveau. Aujourd’hui les gouvernements des pays « chauds » ont compris et interdisent peu à peu les entrées en provenance des pays à forte concentration de virus, à savoir ceux qui afichent entre 30-50% d’humidité et 5-11°C de température moyenne : remarquez au passage qu’en Europe on monte vers le Nord (Pays-Bas, Danemark, etc.) à mesure que le printemps s’installe plus au Sud
      Je suis au tropique Nord et le nombre de masques par rapport au nombre de transmissions inter-personnelles me fait rire
      Ici à plus de 25°C et 80% d’humidité le virus ne survit guère plus de quelques minutes hors d’un organisme

      Un point très intéressant est la probable immunité des tranches d’âge ayant été exposées aux coronas précédents
      J’ai eu une sale grippe en Asie en 2009, la pire de ma vie. Probablement le corona de l’époque (« grippe porcine ») … Mais aucune idée sur mes anticorps

        +0

      Alerter
    • ektin // 14.03.2020 à 16h58

      Donc vous êtes en train de confirmer que nos dirigeants ont choisi de condamner à mort 1,4 millions d’Allemands* et 1,2 millions de Français, pensant sans doute être plus malins qu’en 1918.
      Pour info, personne ne connait exactement le nombre de morts de la grippe espagnole, les historiens oscillent entre 20 et 100 millions de morts.
      * 2,5% des 56 millions d’Allemands prévus d’être infectés (nombre d’infections donné par Merkel elle-même lors de sa conférence de presse de mercredi)

        +1

      Alerter
      • Arthur Lepic // 14.03.2020 à 19h33

        Je n’affirme rien mais puisque vous parlez des dirigeants, Merkel a affirmé que probablement 70-80% de la population seraient exposés, Elle a cependant été maladroite en ne précisant pas que cela pourrait prendre plusieurs saisons : 2 ou 3 ans
        Donc oui, ça implique potentiellement des millions de morts, en incluant les autres malades privés de soins, mais la question étant, étalés comment (« flatten the curve ») ? La principale terreur des autorités actuellement est le débordement des services médicaux : certains médecins italiens doivent choisir qui vivra et qui mourra faute de matériel (respirateurs artificiels…)

          +1

        Alerter
  • Renaud // 14.03.2020 à 15h19

    Pour remettre les pendules de l’ – émotion – à l’heure, voici 3 liens apaisants :
    C’était le 6 février 2019, février deux mille dix neuf. Qui s’en souvient? Il n’y eut pas alors de vacarme médiatique ni de décisions gouvernementale au 20h…

    https://www.capital.fr/economie-politique/lepidemie-de-grippe-sintensifie-et-a-deja-fait-plus-de-mille-morts-1326536

    Ci-après le Docteur Didier Raoult avec un étudiant en thèse sur ce sujet, intéressant non? :

    https://www.youtube.com/watch?v=pb8Q1yr2cjo&feature=youtu.be&fbclid=IwAR2g02IbFf4YA8SQ0Iy21eLGHqZwKZKf0FNm6HqD1og5744f2Sar467lqos

    D’ici un mois ou un mois et demi, voilà où nous devrions en être :

    http://www.leparisien.fr/societe/epidemie-de-coronavirus-et-si-les-bonnes-nouvelles-venaient-de-chine-09-03-2020-8275989.php

      +0

    Alerter
  • Bonaventure // 14.03.2020 à 15h22

    10 députés contaminés au 13 mars. Et combien de mains serrées en meeting ? Les super-contaminateurs sont probablement parmi ces sortes d’individus, mobiles, sociaux. Pas seulement le personnel politique. Les commerciaux, négociants, visiteurs médicaux, etc aussi.

      +1

    Alerter
  • Loup Rebel // 14.03.2020 à 16h09

    Si les estimations du nombre de contaminés indiquées ici sont proches de la réalité (100.000), alors il n’y a pas lieu de conduire une campagne de « terrorisme sanitaire » au nom des 65 morts (à la date de l’article), car on aurait un taux de létalité inférieur à 0,065%… soit du même ordre de grandeur que la grippe saisonnière (< 0,1%).

    Et si les politiques au pouvoir (en France et ailleurs) mènent cette "propagande de la peur", il serait naïf de croire qu'ils le font pour des raisons sanitaires et pour protéger les populations, car jamais un gouvernement n'agit pour autre chose que dans l'intérêt de la puissance économique et financière. Là, c'est sûr que les mesures sanitaires prises semblent porter un coup possiblement fatal à ladite puissance économique et financière, mais on peut aussi penser que sans ces dispositions, l'agonie, voire l'effondrement du monstre capitaliste, serait certes plus long, mais pas moins fatal au bout du compte.

    Cette "crise sanitaire" serait donc, de mon point de vue, une aubaine dont se sont emparés les grands psychopathes qui se prennent pour les "maitres du monde". Une opportunité pour instaurer, sous le régime de la peur, le "nouveau monde" dont ils rêvent, dans lequel les établissements scolaires et universitaires seraient remplacés par le télé-enseignement, et où l'être humain serait réduit à un esclave docile et parfaitement soumis.
    Ce sont les prophéties d'Aldous Huxley et Georges Orwell qui se réalisent…

    PS. Mon commentaire ne cherche pas à remettre en question la réalité sanitaire du coronavirus. Je cherche seulement à pointer les manipulations politiques qui l’accompagnent

      +3

    Alerter
  • Chris // 14.03.2020 à 19h26

    Les dividendes des EPAHD vont drastiquement tomber !

      +1

    Alerter
  • Méc-créant // 14.03.2020 à 19h49

    Merci pour cet énorme travail, bien repris sur « bribes d’info » où je signalais déjà que le professeur Raoult, virologue, jusque là ignoré, a été nommé au conseil scientifique qui vient d’être créé (peut-être parce que le virus a osé s’en prendre à des ministres?). Apparemment, reporter les municipales, ce qui ne nécessitait aucune mobilisation, pas de nouveaux moyens ou financement,…semblait impossible à réaliser au cerveau élyséen. Si on a bien tout lu Freud, comme disait Coluche: évitez tout rassemblement mais allez voter en masse! Parce que si une nouvelle équipe municipale était élue cela faciliterait la prise en charge des problèmes locaux? Ce que c’est que d’avoir des gouvernants honnêtes, visionnaires et soucieux du bien-être de la population!
    Méc-créant.

      +1

    Alerter
  • VR // 14.03.2020 à 21h17

    Pourquoi les hôpitaux Italiens sont débordés? et pourquoi ce sera la même chose en France et dans la majorité des pays européens. –> Plus de précisions au niveau démographique

    Comparer la pyramide des âges (données 2018), CHINE (http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMPagePyramide?codePays=CHN&annee=2018) vs ITALIE/FRANCE/ALLEMAGNE (http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMPagePyramide?codePays=ITA&annee=2018).

    En proportion de la population: il y a environ 3 fois plus de 80+ (taux de mortalité ~15%) et 2 fois plus de 70-80 (~8%) en ITALIE/FRANCE/ALLEMAGNE qu’en CHINE.

    Alors que les 60-80+ représentent 16.6% de la population totale en Chine, en Italie les 60-80+ représentent presque ~30%, en France nous sommes un peu plus chanceux les 60-80+ représentent « seulement » ~26% et en Allemagne ~28%.

    Pour préciser l’article: « La différence vient du fait qu’il y a beaucoup plus de personnes âgées contaminées en Italie – en raison d’un âge moyen de la population plus élevé. » En fait en Italie les 60-80+ sont quasiment 2 fois plus nombreux qu’en Chine.

    Je crains que les 5000 lits en réanimation vantés par notre ministre de la santé ne suffisent pas…surtout avec 10 à 15 jours d’hospitalisation (https://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/coronavirus-la-france-dispose-de-5000-lits-de-reanimation-dans-les-hopitaux-1184328).

      +1

    Alerter
    • LibEgaFra // 15.03.2020 à 11h00

      « En fait en Italie les 60-80+ sont quasiment 2 fois plus nombreux qu’en Chine. »

      C’est faux, car il faut raisonner en nombres absolus et non en nombres relatifs.

        +1

      Alerter
  • claude Visinand // 15.03.2020 à 08h11

    A quand des recommandations concernant les super-marchés? qui sont bourrés, les gens font des heures de queue aux caisses tous agglutinés….Pourquoi ne pas faire rentrer les gens par groupes de 50 p.ex.?
    claude

      +0

    Alerter
    • Benny // 15.03.2020 à 19h44

      Ça va se préparer apparemment… possible lundi ?

        +0

      Alerter
  • LibEgaFra // 15.03.2020 à 08h42

    « la quarantaine actuelle de 14 jours semble appropriée. »

    et

    « une excrétion du coronavirus est observée chez un tiers d’entre eux jusqu’à 4 semaines après les premiers symptômes. La détection de l’ARN viral est observée en médiane pendant 20 jours (16 à 23 jours) après le début de la maladie. »

    Tout simplement non, la quarantaine de 14 jours est insuffisante.

      +2

    Alerter
  • Nolwenn // 15.03.2020 à 08h46

    Bonjour,

    Merci pour ce super bilan !

    Est ce que quelqu’un aurait des explications sérieuses à donner sur POURQUOI l’Allemagne n’aurait que 8 morts quand on en a 10 fois plus chez nous ?? Ils laissent des morts cérébraux sous respirateur ? Ils comptent différemment ? Ou c’est le symptôme du manque de moyen des hôpitaux français ?? Merci aux journalistes mainstream de ne jamais se poser la question……

    Merci !

      +0

    Alerter
    • rafades // 15.03.2020 à 13h17

      Le mensonge
      Tout simplement.
      L’Allemagne fait partie de l’Europe et qu’elle annonce si peu de cas, me semble être du mensonge ou de la mésinformation.

        +0

      Alerter
  • rafades // 15.03.2020 à 12h11

    On devrait vraiment présenter l’addition à la Chine. On se doute bien qu’elle ne payera pas. Mais on devrait quand même lui présenter l’addition.

    Et quand je parle de la Chine, je ne mets pas en cause, les citoyens de ce pays, simplement ses autorités.

    Je note que le virus a été importé en France, par des voyageurs français ou autres. Je note que les gens qui voyagent sont souvent des gens avec les moyens de le faire. Je note qu’ils se sentent partout dans le monde chez eux et en totale sécurité, dont sanitaire. Je note qu’ils ne prennent en général, aucune précaution sanitaire, lorsqu’ils rentrent chez eux. Tellement heureux qu’ils sont de nous montrer leurs photos et de clamer haut et fort, qu’eux, ils voyagent ! (parce que voyager en France, pour eux, ce n’est pas du voyage)

    C’est beau le monde globalisé. Avec des citoyens voyageurs qui voyagent pour l’inutile. Qui polluent la planète pour l’inutile. Tout cela est beau et bien et devrait quand même nous faire réfléchir, car après l’urgence sanitaire actuelle, une autre urgence nous menace : l’URGENCE CLIMATIQUE.

      +1

    Alerter
  • Estrada // 15.03.2020 à 19h27

     » La Chine est donc la source de l’épidémie, son « pays-zéro »  »

    Ce n’est pas certain : https://www.globalresearch.ca/china-coronavirus-shocking-update/5705196

    Merci de ce travail d’information

      +2

    Alerter
  • Benny // 15.03.2020 à 19h42

    https://www.infectiologie.com/UserFiles/File/formation/desc/2018/septembre-2018/vendredi-21.09/conf-2-expose-principes-de-lutte-contre-une-epidemie-a-risque-de-diffusationalecrapp.pdf

    Plan anti-on-sanitaire français … vous verrez ce que Macron fait ou pas ! Surtout de la communication pour nous éclairés mais avec du retard 🤬😂😭😤

      +1

    Alerter
  • Patrick // 15.03.2020 à 20h53

    La situation est vraiment grave , même les terroristes ont pour consigne d’éviter l’Europe.

    https://www.thetimes.co.uk/article/isis-issues-coronavirus-travel-advice-terrorists-should-avoid-europe-5m89dvjjw

      +1

    Alerter
  • Alfred // 15.03.2020 à 21h02

    Des conséquences de se confiner tot ou tard en un graphique (italie):
    https://twitter.com/donmoyn/status/1239239417715396609/photo/1

      +2

    Alerter
  • Salva // 15.03.2020 à 21h42

    On vous l’ avait bien dit que ça serait l’ apocalypse après le brexit !

      +3

    Alerter
  • Denis // 16.03.2020 à 16h31

    J’adore ce gouvernement!

    En laissant passer le message: si on ne fait rien, on peut avoir 600 000 décès.
    Mais en faisant un minimum, on aura moins,voire beaucoup moins.
    Conclusion: on vous a bien protégé.

    Merci qui? ……

      +1

    Alerter
  • woiliwoilou // 16.03.2020 à 23h03

    on m’interdit d’aller voir mes amis ok, mais on m’oblige à aller travailler car je ne peux pas faire de télétravail…
    on m’interdit d’aller manger dans le restaurant le soir, mais on m’oblige à déjeuner avec mes collègue de travail à la cantine…
    on m’interdit de changer de ville, mais les camions et leurs chauffeurs qui livrent mon usine traversent l’Europe sans problème…
    tout comme il a fallut des nettoyeurs à Tchernobyl, j’ai l’impression qu’on va sacrifier des travailleurs pour éviter le plongeon de l’économie…

      +1

    Alerter
  • Jean-Charles // 16.03.2020 à 23h30

    Bravo pour ce dossier très instructif.

    En complément des informations concernant l’évolution de la pandémie en Italie et la situation au 16 mars 2020 à 18h
    27’980 positifs au test du Covid19
    moins 2’749 guéris
    moins 2’158 décédés ( moyenne d’âge 81 ans)
    égal 23’073 positifs

    Une augmentation relative entre le 15 mars et 16 mars ( 18h) de 3’233’/'( 27’980-3233) x 100= 13,1%

    En diminution ( à confirmer) au vu du graphique  » La variation percentuale giornaliera » ( Variation journalière en %)
    Espérons.

    https://lab24.ilsole24ore.com/coronavirus/

      +1

    Alerter
  • Jean-Paul B. // 17.03.2020 à 21h54

    Que devons nous penser de cette « Europe qui nous protège » (cf. slogan cher à tous les européistes) quand nous voyons comment elle s’est comportée quand l’Italie en avait le plus besoin?
    Quel paradoxe, c’est le pays considéré ici comme étant une vilaine dictature,la Chine, qui s’est porté au secours du peuple italien dès que son gouvernement l’a appelé à la rescousse, pendant que les gentilles « démocraties » (US et UE) ne levaient pas le petit doigt pour aider ce pays pourtant membre de l’OTAN et de L’UE!
    J’attends de voir l’ampleur des « dégâts » que cela va provoquer à terme dans l’esprit des italiens quand ils prendront conscience de l’attitude des uns et des autres pendant cette grave crise sanitaire.

      +1

    Alerter
  • PesteàClichy1920 // 17.03.2020 à 22h55

    Haute Cour de Justice pour Buzyn (même si on sait que cela ne sert jamais à rien)?

    Agnès Buzyn : « J’ai quitté le ministère en sachant que les élections n’auraient pas lieu »
    (…) « Je pense que j’ai vu la première ce qui se passait en Chine : le 20 décembre, un blog anglophone détaillait des pneumopathies étranges. J’ai alerté le directeur général de la santé. Le 11 janvier, j’ai envoyé un message au président sur la situation. Le 30 janvier, j’ai averti Édouard Philippe que les élections ne pourraient sans doute pas se tenir. Je rongeais mon frein. »
    https://www.lexpress.fr/actualite/politique/agnes-buzyn-j-ai-quitte-le-ministere-en-sachant-que-les-elections-n-auraient-pas-lieu_2121141.html

    21 janvier : Coronavirus : «Le risque d’introduction en France est faible mais il ne peut être exclu», selon Agnès Buzyn
    http://www.leparisien.fr/societe/sante/coronavirus-le-risque-d-introduction-en-france-est-faible-mais-il-ne-peut-etre-exclu-selon-agnes-buzyn-21-01-2020-8241345.php

    9 février : (…) « Il n’y a aucun risque quand l’on croise les gens dans la rue, ce n’est pas cela être en contact avec une personne contaminée. Il faut être en contact étroit et soutenu. Donc aujourd’hui, les risques de contamination sont très faibles pour la population. » (…)
    https://www.francebleu.fr/infos/societe/coronavirus-1581249496

      +3

    Alerter
  • Myrkur34 // 18.03.2020 à 11h29

    Extrait: lettre service public.

    .Pour répondre à la demande et combattre la forte augmentation des prix de vente des gels ou solutions hydroalcooliques depuis l’apparition du coronavirus en France, plusieurs décrets sont parus au au Journal officiel entre le 6 mars 2020 entre le 15 mars 2020. Ils réglementent les tarifs de ces produits jusqu’au 31 mai 2020 et élargissent les autorisations de fabrication afin de lutter contre la pénurie.

    Purée, la vitesse de réaction des pouvoirs publics, cela aurait du être fait fin janvier si l’on voulait se targuer du titre de décideur public. Aucune prévention ce gouvernement, juste en mode réactif, éruptif….quant aux stocks de masques….Supprimé en 2015 car trop cher du fait de la date de péremption et dont du renouvellement obligatoire !

      +0

    Alerter
  • Julie // 19.03.2020 à 21h47

    Peut-on rejoindre la plainte du collectif c19 en tant que partie civile associée?
    http://www.leparisien.fr/politique/coronavirus-edouard-philippe-et-agnes-buzyn-vises-par-une-plainte-19-03-2020-8283960.php
    Il y a d autres raisons de porter plainte: interdiction du sport, même si l’on respecte les distances recommandées (1,5 m ou 2m), fermeture des parcs alors qu’on pourrait filtrer et laisser les gens entrer par secteur, par horaire, et en nombre limité; exemple de nonchalance montré par nos politiciens bien après que l’OMS ait annoncé une alerte rouge en Janvier (salon de l’agriculture et j en passe); et enfin, élections municipales après fermeture de lieux de rassemblements (et alors qu’on sait à ce moment-là que le virus peut rester dans l’air 3 heures) et pire encore, validation du 1er tour rendant impossible que les équipes en place et connaissant le terrain puisse gérer les questions de solidarités par ville ou quartier qui vont se poser (comme justement celles des courses ou de la possibilité de sortir s’aerer par secteur et par heure en contingent limité).

      +0

    Alerter
  • Demetrios // 20.03.2020 à 10h55

    la lenteure est mortel je ne suis pas scientifique , seul une lecture et écoute sérieuse de ceux et celles qui savent me semble important et plus ceux qui nous informent , donc vous faite un boulôt sérieux , a 86 ans on prend du recul en observant et en etant prudent !! avec milles excuses pour les erreurs de gram ,

      +0

    Alerter
  • Subotai // 20.03.2020 à 22h37

    Pour info et pour valoir ce que ça vaut
    L’épidémie se propage dans mon ile.
    Nous passons en confinement strict stade 3 ce vendredi à minuit…
    J’essaierai de poster le plus longtemps possible. 🙂
    Je dis ça, parce que dans une petite ile, ça peut chier grave, nulle part à fuir…

      +0

    Alerter
    • Fab Faber // 20.03.2020 à 23h08

      Pardon, mais de quelle île s’agit-il ? Antilles ? île hexagonale ?

        +1

      Alerter
  • VVR // 21.03.2020 à 22h29

    Olivier, il y a une petite erreur sur le graphique présentant la chronologie en chine: Le 23 ce n’est pas un confinement de Wuhan (et d’autre villes), mais une quarantaine: les habitants reste libre de faire ce qu’ils veulent dans la ville, il ne peuvent juste plus entrer ou sortir librement. L’objectif est uniquement d’empécher la propagation au reste de la chine.

    Ce n’est que le premier février que le premier confinement est décrété a Huanggang, mesure stricte peut être lié au fait qu’une gigantesque chasse au sorciére vient d’être lancé sur les membres « négligeant » du partit (https://www.zaobao.com.sg/special/report/politic/cnpol/story20200202-1025551).

    Ce qui est amusant, c’est que d’aprés vos calculs, ces mesures sont arrivées bien après le pic de contamination. Les mesures initiales (grandement facilitées par le nouvel an et une auto-quarantaine de beaucoups d’habitants) auront donc probablement été largement suffisantes.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications