Les Crises Les Crises
6.mai.20206.5.2020
Article LesCrises

Didier Raoult : les graves manipulations scientifiques – par Olivier Berruyer

Merci 3688
J'envoie

Avant de vous proposer une nouvelle série de billets sur la mortalité du Covid-19, nous tenions à finaliser notre analyse du travail purement « scientifique » de l’équipe de Didier Raoult.

Rappel : Consternés comme beaucoup par la lecture de l’essai clinique de Raoult, Gautret & al. sur la chloroquine, nous avions décidé d’enquêter. Notre enquête nous a ainsi amenés à rédiger les billets suivants :

  1. Didier Raoult : Rebelle Anti-Système ou Mégalomane sans éthique ?
  2. Ne vous laissez pas avoir par le compteur trompeur de Didier Raoult
  3. Les mensonges de Didier Raoult pour promouvoir la chloroquine
  4. Les énormes failles éthiques et méthodologiques dans l’essai Raoult
  5. Azithromycine + Chloroquine : les dangers du protocole de Raoult

En résumé, pour reprendre les mots des médecins spécialisés :

  • L’essai est « un échec total », « une honte scientifique » « pathétique »
  • « Tout ce que Raoult publie sur le Covid-19 doit être pris avec beaucoup de précautions ».

Et voici le Best-Of de toutes les prévisions erronées de Didier Raoult :

Par ailleurs, ce dernier a de nouveau frappé récemment :

Précisons : même dans le cas où Raoult aurait éventuellement raison, le fait de tenir de tels propos à la veille du déconfinement ne peut que favoriser la démobilisation des citoyens quant au respect de la distanciation sociale et des gestes barrières (puisqu’après tout, il n’y aura pas de 2e vague…) et donc provoquer des comportements qui, à terme, sont susceptibles de générer une nouvelle crise.

Bref, une fois encore, son attitude est totalement irresponsable et les grands médias continuent de surfer sur la vague en relayant tout cela…

Plan du billet :

I. Trump s’en mêle et Raoult lance son Twitter

A la suite de l’essai Raoult, Gautret & al. sur la chloroquine, la presse s’est rapidement emparée du sujet, et ce alors que l’essai avait été mené dans des conditions déplorables. Puis, avec un peu de lobbying, de duperie et d’inconscience, la rumeur a traversé l’Atlantique jusqu’à contaminer la Maison-Blanche (source) (voir cet article en anglais qui raconte cette folle histoire) :

Ainsi, pour Trump, cette association de médicaments « a une vraie chance d’être un des plus gros « game changer » de toute l’histoire de la médecine« .

Trois jours plus tard, le 24 mars – soit une semaine après la publication des résultats provisoires de l’essai clinique (au 6e jour) – Raoult décide de se créer un compte Twitter (444 000 abonnés). Sans doute trop occupé à tweeter, l’équipe n’a pas publié les résultats définitifs de l’essai au 14e jour (soit le but initial de cet essai…).

II. Nouvelle étude sur 80 patients

À défaut de finir son essai clinique sur ses 26 patients, Raoult décide de sortir une nouvelle étude le 27 mars. Regardons donc cette nouvelle étude de plus près :

2-1 Une étude « observationnelle »

Ici, il s’agit d’une pré-publication (= elle n’a pas été acceptée dans une revue à comité de lecture), et elle est présentée comme une « étude observationnelle » (sources ici et ; archive).

Une étude observationnelle est une étude empirique mais non expérimentale des effets causés par un médicament. Ce type d’analyse scientifique présente un faible niveau d’intérêt, mais cela peut (par exemple) permettre de mettre en lumière certains biais.

Il fallait bien (à nouveau) 28 auteurs pour un tel bijou…

L’étude observe donc 80 patients hospitalisés à l’IHU pour Covid-19 entre le 3 et 21 mars :

Il faut préciser une chose importante : l’IHU dispose au total d’environ 75 lits (source), sans un large service de réanimation adapté :

Pendant un maximum de 10 jours, ces 80 patients ont reçu de l’hydroxy-chloroquine et de l’azithromycine (dont la dangereuse association a déjà été évoquée dans ce billet).

Les patients les plus atteints ont eu droit à un second antibiotique à large spectre d’action : la ceftriaxone.

Puisque Didier Raoult affirme haut et fort que ce sont « les Chinois qui font la science actuellement pour les virus« , regardons ce qui figure dans leurs recommandations officielles (source : eng / cn) :

« Traitement (des malades du Covid-19) avec des antibiotiques : il faut éviter l’utilisation aveugle ou inappropriée d’antibiotiques, en particulier en association avec des antibiotiques « à large spectre« . »

Ainsi, alors qu’il déclare s’en inspirer largement, Raoult ne respecte pas les recommandations officielles chinoises qui sont pourtant claires : pas d’antibiotiques à large spectre avec les antiviraux.

2-2 Changement de critères

Au cours des 18 jours de l’étude, le critère qui justifiait la sortie des patients de l’hôpital a changé 2 fois !

Dans un premier temps, les patients devaient être négatifs au prélèvement nasopharyngé pendant deux jours de suite. Puis cela a été réduit à 1 jour, puis finalement au simple fait d’être en bonne condition clinique !

2-3 Les résultats

– « La majorité des patients a eu une issue favorable (65/80; 81 %) » ;
– « Trois patients ont été transférés aux urgences » ;
– « Un patient de 86 ans qui n’a pas été transféré en réanimation est décédé à l’IHU. »

L’IHU s’intéresse principalement à l’évolution de la charge virale au fond du nez. Comme on le voit sur le graphe ci-dessous, celle-ci diminue avec le temps. Cependant, rien n’indique à quoi correspond le « Day Zéro » : est-ce le premier jour d’hospitalisation ou le premier jour du traitement ?

Sur le tableau ci-dessous, on remarque le traitement a démarré au « Day0 » pour 49 patients, au « Day1 » pour 26, au « Day2 » pour 3 et enfin au « Day3 » pour 2 derniers patients.

Dès lors, il n’y a plus de doute, « Day0 » correspond bien au premier jour d’hospitalisation.

On calcule donc que le délai moyen entre l’hospitalisation et le début du traitement est d’au moins 0,5 jours.

Cependant, sur les tableaux ci-dessous, il est écrit qu’il s’est écoulé 4,8 jours entre l’apparition des symptômes et l’hospitalisation et 4,9 jours entre l’apparition des symptômes et le début du traitement. Comme tous les traitements ont concerné des hospitalisés, il se serait donc écoulé 0,1 jour en moyenne entre l’hospitalisation et le début du traitement (soit 3 heures…).

Bref, il y a manifestement une erreur dans ces deux tableaux parlant de 4,8 et 4,9 jours… Cela nécessite une explication des auteurs.

Par ailleurs, si l’on croit ces tableaux, les patients étaient symptomatiques depuis environ 5 jours (4,8) avant d’être hospitalisés. Et comme le précise l’étude, les 65 patients sortis de l’IHU y sont restés en moyenne 4 jours et demi (4,6) :

Pourquoi sont-ils sortis en si peu de temps ? Parce que le traitement est miraculeux ? Non, tout simplement parce que 69 patients sur 75 avaient des symptômes légers :

2-4 Une étude (à nouveau) non conclusive

Sur les cas problématiques, nous avons le bilan suivant :

– 12 cas nécessitant une oxygénothérapie
– 3 transferts en soins intensifs
-1 décès

Comme le scientifique et médecin Axel Kahn l’a fait remarqué… :

Ainsi, avec ou sans chloroquine + azithromycine, on trouve exactement la même proportion moyenne de cas graves…

Pour la charge virale, comme les patients sont arrivés en étant infectés depuis près d’une semaine, il est peu surprenant de constater une diminution de la charge virale au cours du temps :

Rappelons aussi que le suivi de la charge virale est un mauvais indicateur. Cette étude de 2016 (source) nous apprend en effet que, pour le SRAS de 2003, la charge virale diminuait quand la gravité de la maladie augmentait :

Quant au procédé de mesure de la charge virale, l’hôpital universitaire de Genève (sources : ici et ) indique dans son analyse de l’essai que celle-ci comporte des « biais nombreux » :

En effet, l’équipe de Raoult a choisi un seuil de détection très haut pour considérer que quelqu’un n’a plus le virus (30 fois plus haut que le Ct de 40). Dès lors, cela réduit mécaniquement la période de portage viral…

Bien sûr, cette histoire de seuil n’aurait aucune importance si l’équipe Raoult respectait les principes scientifiques de base, dont, en l’espèce, la constitution d’un groupe témoin, c’est-à-dire un groupe de malades non traités avec la substance étudiée, pour voir s’il est efficace – ou néfaste.

En l’espèce, cette étude ne montre qu’une chose : « le portage viral des patients traités par Raoult en mars 2020 était de 9 à 10 jours, suivant la norme de détection de l’IHU ». Et comme il n’a pas de données de personnes non traitées, on ne peut strictement rien en conclure sur l’efficacité. Du moins, si l’on s’évertue à faire de la science…

Cependant, rien n’arrête l’IHU : l’équipe Raoult compare son étude avec l’étude chinoise déjà mise en avant pour l’essai – qui avait un seuil de détection de Ct = 45, soit 1 000 fois plus faible qu’à Marseille (donc avec une détection bien plus précise). Cette comparaison n’a aucun sens :

On en vient à se demander si l’équipe ne cherche pas tout simplement à manipuler les données pour arriver au résultat escompté – à savoir promouvoir son protocole et non pas savoir s’il fonctionne réellement :

« 6 mars : Voir si on arrive rapidement, parce que c’est ce que les Chinois ont dit, à faire diminuer le portage viral, c’est-à-dire que quand le portage viral naturel se situe apparemment autour de 12 jours, M. Zhong a rapporté que sous chloroquine, le portage viral était réduit à 4 jours donc on espère confirmer ces données.

16 mars : Dans le dernier papier, ils disent que la charge virale moyenne, c’est 20 jours.« 

Ainsi, selon ses dires, le portage viral moyen du virus dans le monde serait passé en une semaine de 12 jours à 20 jours… et cela ne pose aucun problème à Raoult…

Pourtant, dans cet article de The Lancet du 19 mars, une étude sur des patients un peu plus malades que chez Raoult conclue avec 90 % de patients testés négatifs au 10e jour.

Bref, cette nouvelle étude de Raoult est (à nouveau) non conclusive.

Pourtant, la conclusion des rédacteurs de l’étude est bien différente…

Et voilà tout le danger de Raoult et de son équipe : faire passer pour solides des conclusions qui ne le sont pas du tout.

Mais qu’attendre d’autre de quelqu’un ayant dit ceci :

« C’est contre-intuitif, mais plus l’échantillon d’un test clinique est faible, plus ses résultats sont significatifs. Les différences dans un échantillon de vingt personnes peuvent être plus significatives que dans un échantillon de 10.000 personnes. Si on a besoin d’un tel échantillonnage, il y a des risques qu’on se trompe. Avec 10.000 personnes, quand les différences sont faibles, parfois, elles n’existent pas. » [Didier Raoult, Marianne, 19/03/2020]

2-5 Effets secondaires et décès

Notons également ceci : les auteurs indiquent que les effets secondaires ont été « rares et mineurs ».

Pourtant, lorsque l’on regarde les annexes, on note ceci :

Un patient a donc eu une « vision trouble » – ce qui est inquiétant vu que la chloroquine s’attaque aussi à l’œil.

Donc pour Raoult, 1 effet secondaire sur 80, c’est « mineur » et « rare »… Pourtant en pharmacologie, un effet secondaire « rare », c’est généralement 1 sur 10 000 ; au-delà de 1 sur 100, on parle d’effet secondaire « fréquent »…

Enfin, un dernier point : on voit qu’une personne de 86 ans est décédée en étant toujours hospitalisée à l’IHU, sans passer par la réanimation.

Et dans le premier essai de Raoult, il y avait aussi eu un décès, et il était indiqué ceci :

Ainsi, il y a apparemment eu deux morts à l’IHU, sans passer par la réanimation. Il faudrait donc que les autorités enquêtent pour savoir de quoi sont morts ces deux patients. En effet, une défaillance cardiaque brutale pourrait avoir été causée par le protocole médicamenteux, comme nous l’avons déjà expliqué.

2-6 Étude observationnelle ou essai clinique ?

L’étude observationnelle de Raoult conclut donc à nouveau sur l’efficacité de son traitement. Se pose dès lors une question importante. Comme nous l’avons vu dans le billet précédent, toutes les autorités médicales déconseillent un traitement hydroxychloroquine+azithromycine en dehors d’essais cliniques. Aucune étude robuste et sérieuse n’a montré l’efficacité de ce traitement.

On est donc en droit de se demander si l’on n’a pas affaire à un essai clinique, plutôt qu’à une étude observationnelle – vu que les patients reçoivent un traitement non homologué, et même sans doute dangereux.

À tel point que l’équipe a même demandé à son « comité éthique » interne d’approuver le protocole :

Mais ce n’est pas ce qu’impose la loi… De plus des « primary endpoints » (critères principaux) ont été définis pour cette étude, alors qu’ils sont habituellement réservés aux essais cliniques :

On apprend également qu’il y avait 4 asymptomatiques sur les 80 :

Pourquoi le contribuable finance-t-il une hospitalisation de patients asymptomatiques ? Si ce n’est pour un essai clinique ?

Or, il est évidemment illégal de procéder à un essai clinique sans accord des autorités, c’est pénalement réprimé :

« Est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende le fait de pratiquer ou de faire pratiquer une recherche impliquant la personne humaine […] Sans avoir obtenu l’avis favorable d’un comité de protection des personnes »

Et nous ne sommes pas les seuls à nous poser la question – il y a aussi, excusez du peu, le Quotidien du Médecin (source) :

« En qualifiant ses recherches d’observationnelles (RIPH3) et non d’interventionnelles (RIPH1) l’équipe du Pr Raout s’exonère de l’autorisation qui doit être donnée par l’ANSM après un examen détaillé, de la sécurité de l’essai et de sa méthodologie. De plus, et quelle que soit la catégorie de recherche, le protocole aurait dû être soumis à Comité de protection des personnes (CPP) institué par la loi.

Or sur ce point, le travail du Pr Raoult et de ses collègues ne rentre pas dans les clous, puisque le protocole n’a été révisé que par un comité d’éthique local interne à l’IHU dirigé par le Pr Raoult et que l’ANSM n’a donc pas été avisée comme elle l’est par le CPP, même pour les recherches observationnelles.

« S’il s’agit d’un essai de médicament sur l’être humain, le comité d’éthique local n’est juridiquement pas compétent pour autoriser ce travail, résume Philippe Amiel, juriste, membre du Comité d’évaluation éthique de l’Inserm, et auteur d’un livre sur le sujet*. « Pour le juriste, l’article de l’équipe du Pr Raoult ressemble fort au compte rendu d’une recherche impliquant la personne humaine. Il faut observer que les auteurs affirment que leur étude est conforme à la déclaration d’Helsinki. Or cette déclaration est le texte de l’Assemblée médicale mondiale qui fixe, précisément, les principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains. Ce qui laisse penser que les auteurs sont conscients que leur étude est bien une telle recherche. C’est assez troublant ». »

Troublant en effet…

Surtout pour une étude triplement financée par le contribuable, national, régionale et européen :

2-7 Press(qu)e de qualité mais étude publiée

Pour finir sur cette étude, nous citerons simplement ces 3 exemples de rendus de la presse :

Dans ces conditions, ne pas publier le publireportage de Raoult était aussi une option…

Et finalement, l’étude a été publiée le 11 avril dans la revue « Travel Medicine and Infectious Disease » (source) :

Et donc Philippe Gautret, signataire de « l’étude Raoult » publie dans une revue où le Rédacteur en chef adjoint n’est autre que… lui-même (source) :

« Il y a 2 types de scientifiques : ceux qui connaissent bien la science, et ceux qui connaissent bien l’éditeur. » [d’après Coluche]

Le 27 mars, l’IHU a également sorti une autre pré-étude analysant l’efficacité de l’association Hydroxy-chloroquine+Azithromycine sur des cellules in vitro…

Pour accéder à la partie 2 du billet, cliquez ICI

467 réactions et commentaires - Page 2

  • jp // 06.05.2020 à 11h53

    Comme plusieurs hôpitaux Français ont appliqué le protocole Raoult il suffit d’en rassembler les données et de comparer avec les autres hôpitaux. En fait dans cette tragique histoire de surmortalité et d’effondrement de notre économie, les deux ayant sans doute pu être atténués , si on s’en réfère à la conduite plus intelligente d’autres pays européens, l’histoire Raoult n’est en fait la que pour amuser le petit peuple, via les médias aux ordres. La seule chose importante pour un pouvoir surtout de type jacobin comme chez nous est d’être obéi aveuglement, même s’il se trompe. Après avoir été fortement contesté par l’épisode Gilets Jaunes, il ne pouvait pas se permettre que ses choix de santé publique soient contestés. Cette épidémie a d’ailleurs permis de vérifier une fois de plus qu’un peuple est très facilement manipulé par la peur. C »est de la Politique très basique et cela marche à tous les coups… La Preuve !

  • Loxosceles // 06.05.2020 à 11h58

    Prochain article : « la preuve que la chloroquine ne peut pas ressusciter les morts ! »

    Tout ça est carrément au discrédit du site, car absolument à charge, et dévoilant la méthode avec laquelle les articles ici sont conçus : en portant une attention absolue à certains aspects, et aucune aux aspects contradictoires. Il est très facile, en écumant les journaux, les réseaux sociaux et certains sites spécialisés, d’y dénicher des « avis d’experts » en ne sélectionnant unilatéralement que tous ceux qui vont dans un sens, tout en ignorant tous les autres.

    Lorsque l’on considère le cas Raoult avec recul, on s’aperçoit certes qu’il a des torts, tout comme tous ceux qui le critiquent. Nul n’a « absolument raison », ni « absolument tort », car tout ça est aussi une question de choix, de visées (thérapeutiques, philosophiques), mais aussi de situation : ceux qui critiquent Raoult et les médecins qui font le choix d’agir ne sont pas, pour l’immense majorité, sur le terrain, en train d’essayer de sauver des vies. C’est pourquoi, en dépit de ce qu’on peut lire, faire le choix de mépriser la méthodologie intouchable, en est un parfaitement noble et défendable, lorsque l’on considère les circonstances où il est fait, et les arguments avancés pour le justifier. Il faut être prisonnier d’une idéologie pour ne pas être capable d’admettre cela.

    • Wakizashi // 06.05.2020 à 18h40

      « Il faut être prisonnier d’une idéologie pour ne pas être capable d’admettre cela. »

      Dans certains enseignements zen, l’accent est mis sur l’identification au mental comme cause principale de la souffrance (et comme l’illusion fondamentale). L’identification au mental signifie croire être l’image mentale que nous avons de nous-mêmes. Cette image mentale est constituée de notre corps, de notre sexe, de notre histoire personnelle, de notre culture, de notre statut social, bref de tout un tas de choses qui sont en fait des pensées. Et parmi ces pensées, il y a nos croyances.

      Être identifié à ses croyances signifie que si on nous les enlève, ou si elles s’avèrent fausses, c’est à notre identité que l’on enlève quelque chose ; c’est un bout de nous-mêmes qui est amputé. Tout le monde ou presque est identifié à son mental, mais à des degrés divers. Et fatalement, quelqu’un de fortement identifié à son mental sera d’autant plus identifié à ses croyances, au point de verser dans l’idéologie.

      Dit comme ça, ça paraît banal, presque tautologique, genre merci le bon gros truisme. Et pourtant, seule la réalisation que celui qui défend son idéologie défend en fait sa propre identité, donc sa vie face à une mort symbolique (mais inconsciemment appréhendée comme on ne peut plus réelle), permet de mesurer la puissance de l’emprise de l’idéologie… et donc l’impuissance de tout discours rationnel à y changer quoi que ce soit.

      La complexité humaine est fascinante…

  • chris // 06.05.2020 à 12h01

    Je constate que vous êtes parti en croisade contre le druide Raoult. Ok, je ne suis pas son avocat et c’est comme vous voudrez. Il reste une chose, je constate que tous les politiques, les artistes et même beaucoup de médecins ont utilisé le traitement de Raoult pour se soigner eux-même lorsqu’ils étaient atteins du covid 19. C’est à dire que faute de traitement existant, ils ont utilisé le seul truc disponible pour se donner une chance. Cette chance à 5 euros est refusée aux simples français. Ils sont je pense assez grands pour en décider eux-même et les quelques morts issus de l’automédication sont une goutte d’eau si on les compare aux 25 000 décès actuels.

  • Karim Wilmotte // 06.05.2020 à 12h28

    Si toute personne qui ressent les symptômes prend cette médication sans consultation médicale et suivi sérieux:
    1- On ne sait pas si ça va les soigner.
    2- On aura une hécatombe (cardiaque).

    Et CA, c’est l’état de la connaissance scientifique (au moins jusqu’ici).

  • BA // 06.05.2020 à 12h56

    Mercredi 6 mai 2020 :

    Les plus grands virologues du monde s’opposent.

    D’un côté, Didier Raoult dit : « C’est terminé. »

    Dans l’autre camp, des virologues allemands disent : « Il y aura une deuxième vague. Il y aura également une troisième vague. »

    Des virologues allemands prédisent « avec une grande certitude » une deuxième vague de Covid-19.

    https://fr.sputniknews.com/international/202005061043726507-des-virologues-allemands-predisent-avec-une-grande-certitude-une-deuxieme-vague-de-covid-19/

    • Séraphim // 06.05.2020 à 13h09

      Les virologues (cette spécialité complètement surfaite, de mon temps y’avait des médecins, puis quelques experts en maladies infectieuses, mais faut bien inventer des professions pour caser les charlatans comme Lacombe) se targuant aussi d’être linguistes, faut se méfier ! Y’a une grosse différence entre ‘vague’, deuxième ou troisième peu importe, et ‘rebond’. La vague est au rebond ce que le tsunami est à la tempête. Apparemment. Mais bon, faut voir, j’ai pas vérifié la distinction en allemand…

    • Francois Marquet // 07.05.2020 à 13h35

      Deuxième vague ou rebond? rebond, non, ça ne se passe habituellement pas comme ça, en partie parce que la virulence tombe (saisonnalité?), en partie parce que la population produit des anticorps, sans doute aussi parce que la population prend certaines mesures après la première vague. Deuxième vague l’hiver prochain, peut-être, ça dépendra du virus et personne n’en sait rien.

  • Olivier D // 06.05.2020 à 13h05

    Bon j’essaie.
    Serait-il possible que:
    – les études publiées par le Pr Raoult soient scientifiquement et méthodologiquement de véritables torchons, et qu’ainsi notre hôte, de par son expérience et sa profession, soit scandalisé – à juste titre – que des torchons pareils aient un impact prescriptif aussi gigantesque… et qu’ainsi OB décide de le débunker à tout va…
    – et qu’EN MEME TEMPS, pour d’autres raisons, sa longue expérience du sujet, sa lecture des autres études, sa communication avec d’autres médecins, l’étude des quelques cas… aient persuadé le Pr. Raoult de l’efficacité – ou au pire de l’innocuité – d’un traitement à la chloroquine. Et qu’ainsi le Pr. Raoult pense bien faire, en toute bonne foi, lui qui s’est toujours battu pour l’usage de traitements connus de longue date et pour lesquels le brevet a expiré… D’ailleurs peut-être a-t-il raison, nous verrons bien.

    Notons enfin que le Pr Raoult présente un biais de confirmation assez important… largement partagé par ses fidèles ET ses contempteurs.
    Amour et prenez soin de vous

    • Armiansk // 06.05.2020 à 23h08

      Personnellement, ça me paraît parfaitement plausible : il n’est jamais, pour ainsi dire, possible de prouver qu’une personne réalise sciemment une fraude intellectuelle (scientifique). Les exceptions sont rares : il faudrait une preuve matérielle confondante d’une malhonnêteté volontaire. Or, une partie des points signalés par OB provient directement des publications elles-mêmes, comme s’il n’y avait pas (du moins au début, j’ai l’impression) volonté de cacher.

      Même ici, où les réécritures successives des articles confinent à la méconduite, on ne peut exclure qu’il le fasse de bonne foi, persuadé d’avoir raison contre les faits. Et j’ajoute que la réponse est parfaitement indifférente pour la santé des personnes traitées.

      On peut s’aveugler fortement. Deux exemples sans enjeux pour détendre l’atmosphère :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Chasles#Une_mystification
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Rayon_N

  • Regulus // 06.05.2020 à 13h15

    M. Berruyer,

    encore une fois, vous avez construit votre article avec rigueur, et vous êtes donné du mal pour porter la voix de personnes peu audibles auprès du grand public. Je vous remercie pour cet effort, qui vous vaut aujourd’hui de multiples accusations, comme ce fut le cas antérieurement sur d’autres sujets.

    Beaucoup d’observateurs avisés ont compris la situation dans laquelle se trouve notre monde aujourd’hui : la corruption rampante des élites politiques a engendré un pouvoir qui ne veut plus regarder la réalité en face, et s’est mis à nier la science et toute expertise empirique, au nom de son idéologie. En cela, Macron n’est pas si éloigné que ça de Trump. C’est alors que surgissent, du fond des abysses intellectuelles, de nouveau les charlatans. Puisque les autorités n’ont plus la science ni la raison de leur côté, il est aisé de rallié les déçus du côté de ceux qui clament avoir la vérité depuis le début. La suspension de l’esprit critique concernant les travaux de Raoult est à la mesure de l’exaspération envers le pouvoir Macroniste.

    • Regulus // 06.05.2020 à 13h16

      Heureusement que vous, et quelques autres êtes toujours là pour rester droit, rester digne, quand tous les mythes s’effondrent les uns après les autres. Raoult a nié l’importance de l’épidémie, 25 000 morts maintenant en France, c’est 3 fois plus que la grippe en un an. Raoult, dans ses dernières interventions, fait comme si le confinement n’avait aucune influence sur la propagation de l’épidémie. C’est pourtant la seule arme qu’ait utilisé de nombreux pays contre cette maladie. Raoult a proposé dès le début de faire des tests systématiquement. Il ne tient aucun compte de cette donnée quand il parle des bons chiffres à Marseille, alors que c’est précisément la mesure recommandée partout dans le monde pour combattre efficacement l’épidémie. Il faut pourtant apparemment toujours en jeter plus, parce que l’hystérie collective s’est déjà emparée des esprits.

      Ne désespérez pas, on sera toujours plus nombreux à rester de votre côté, celui de la recherche factuelle et méticuleuse de la vérité.

      • Catalina // 07.05.2020 à 08h29

         » Raoult a nié l’importance de l’épidémie, 25 000 morts maintenant en France, c’est 3 fois plus que la grippe en un an » factuellement, 3 fois plus est faux. Allez voir les chiffres de la grippe.
        CDLT

        • Francois Marquet // 07.05.2020 à 10h09

          Raoult a un peu navigué au gré des réalités du virus qui apparaissaient
          Le 14 janvier, il titrait « une peur raisonnable »
          https://www.mediterranee-infection.com/coronavirus-une-peur-raisonnable/
          C’est normal, c’est la confrontation en temps réel avec la réalité des choses. Aujourd’hui d’hui, ce sont les séquelles pulmonaires des lésions des patients infectés même asymptomatiques qui inquiètent.

          • Subotai // 09.05.2020 à 05h10

            J’ai bien fait de ne pas m’être jeté sur les déclarations de Raoult dès le début, sinon je n’aurais pas annulé mon voyage en Extrême-Orient programmé pour la fin de cette année (2020), dès la 2e semaine de janvier, je n’aurais pas commencé mes réserves dès la 1er semaine de février, je ne me serais pas confiné volontairement une semaine avant la date officielle, je ne l’aurais pas respecté drastiquement 4 semaines. 🙂
            En fait je suis allé voir les déclarations et vidéo de Raoult suite au premier article d’Olivier sur le sujet, pour remonter aux sources 🙂
            J’ai trouvé pertinent et instructif la série. C’est vrai que je trouve le taulier un brin vindicatif et je ne sais pas si ça tient à son caractère, à sa profession ou les deux. Je m’en accommode; une opinion argumentée étant toujours bonne à écouter.
            Les tombereaux de conneries, de non sens, de biais et autres joyeusetés rhétoriques surgies de l’esprit sont stupéfiants quand tout le monde prétend à la rationalité, mais tellement |normaux|.
            Ce qui m’étonne le plus est plutôt l’ignorance des références basiques du comportement des sociétés que l’histoire et la sociologie nous enseigne. Pour dire différemment , je m’étonne que les gens ne souviennent pas de leur propre passé personnel pour le mettre en perspective avec ce qu’ils voient du comportement des autres…

    • Sword // 06.05.2020 à 14h45

      Excellente réponse, merci.
      La science est connue dans les livres d’histoire, mais assez peu dans le présent.
      Et les gens découvrent qu’elle est un combat pour faire émerger des connaissances.
      Mais un combat difficile et laborieux…

    • Bobby // 08.05.2020 à 09h02

      Présenter la critique de Raoult comme « peu audible auprès du grand public », c’est juste merveilleux d’aveuglement.

      Quant à la « recherche factuelle et méticuleuse de la vérité », je me suis étranglé une deuxième fois en vous lisant.
      C’est effectivement ce que je pensais avant la crise du coronavirus, mais si vous reprenez les articles de M.Berruyer depuis le début de la crise et vous donnez la peine de les comparer ce qu’il y affirme avec les connaissances scientifiques sur le sujet, vous ne pourrez que constater que ses articles sont truffés de contre-vérités.

      Que Raoult soit ou non un charlatan, finalement, c’est pas le problème. Le problème c’est que le fait que Raoult puisse l’être vous aveugle sur le fait que Berruyer l’est totalement sur le sujet.

      Si vous faisiez sur Berruyer le même travail critique qu’il fait sur Raoult, vous en arriveriez à la conclusion suivante: les deux sont des charlatans.

      • Armiansk // 08.05.2020 à 17h52

        «Si vous faisiez sur Berruyer le même travail critique qu’il fait sur Raoult, vous en arriveriez à la conclusion suivante: les deux sont des charlatans.»
        Voulez-vous dire que Berruyer aurait, comme le Pr Raoult, produit des textes ne passant pas l’examen critique ?
        C’est envisageable, et dans ce cas je pense que tous ses lecteurs doivent connaître cela. Pour ma part, sur les (très, très rares) sujets où j’ai une petite compétence, je n’ai pas vu d’articles très erronés.
        Si vous en avez remarqués, il est de votre devoir de le partager avec nous !

        • Armiansk // 08.05.2020 à 20h36

          Merci de votre réponse. Sur la sélection des textes proposés ici, sur l’impression de «psychose», je ne juge pas ; je trouverais d’ailleurs passionnant d’en discuter sérieusement, voire de décortiquer tout ça, mais je ne vois pas quelle méthode avancer pour ne pas tomber dans un débat stérile d’opinions.

          • Bobby // 09.05.2020 à 10h27

            Ce qui me dérange dans le contexte général, c’est que je constate partout (donc parfois ici), c’est que les raisonnements sur la politique à mener actuellement repose sur la peur des risques de cette maladie et non sur les connaissances qu’on a désormais établies.
            Au départ, tant qu’on n’avait pas d’études, ça pouvait se tenir.
            Si je devais résumer mon sentiment, c’est que j’ai l’impression d’entendre partout « JE ne sais pas si il y a des risques donc soyons prudents ». Sauf qu’on a désormais suffisamment d’expériences variées qui rendent ce discours sur le principe-de-précaution-quand-on-ne-sait-pas assez intenable.
            Et puis, simplement, j’entends tellement de parents qui flippent de peur que leurs enfants meurent à cause du covid que ça me semble juste un devoir d’informer (ne serait-ce que pour les rassurer) que ce risque est minime. Bien plus faible que pour tant de maladies qu’ils considèrent ordinairement bénignes.

  • F C // 06.05.2020 à 13h57

    Cet acharnement polémique me surprend, pourquoi tant d’énergie dépensée alors que le problème est simple c’est celui du pari de Pascal où ça ne marche pas et comme il n’y a pas d’autres traitements, on a rien à perdre ou ça marche et alors je pleins tous les polémistes parce qu’ils auront à rendre des comptes !
    Quand aux effets secondaires, cardiaques en particulier ils peuvent être prévenus par un contrôle cardiologique préalable et en cours de traitement avec un dosage du potassium, c’est tout
    Mais pourquoi tant d’acharnement à qui profite le crime? Je suis déçu par ce site qui jusqu’ici m’avait appris beaucoup de choses

  • NiG // 06.05.2020 à 14h05

    Je suis de plus en plus gêné par tous ces articles …
    Raoult ou pas Raoult, mais quel intérêt ? Tant de travail, toujours à charge, qu’est-ce que cet acharnement (contre-productif sur des gens comme moi), cache-t-il exactement ?

    Raoult … niveau scientifique indéniable d’un coté … mais énorme âneries de l’autre. Quand il explique que le confinement n’a peut-être pas eu beaucoup d’effets, on peut se marrer. Donc oui, il a deux facettes, ça n’est un secret pour personne … on passe à autre chose ?

    – Pourquoi cet acharnement contre Raoult, qui s’acharne le plus et quels sont leurs liens avec des labos comme Gilead ?
    – Pourquoi ne relever de ce que dit Raoult que les incohérences ? N’est-ce pas ce qu’il dit d’intelligent qui devrait être mis en avant pour aider tout le monde ?
    – Pourquoi avoir interdit la Chloroquine/Azithromycine, pourquoi n’avoir autorisé les tests que sur les malades pour lesquels on sait que ça ne servira plus à rien (trop tard), combien de temps faudra-t-il pour avoir une vraie étude, pourquoi personne ne la fait ?
    – Rédemsivir ou autres … quelles études, quels résultats, pourquoi aucun acharnement ?

    Si on veut parler de traitements, parlons de ce qui est intéressant … c’est ce qu’on peut attendre de Les Crises, non ?

    • Loxosceles // 06.05.2020 à 16h17

      Si vous êtes si sûr que le confinement a été efficace, vous qui jugez péremptoirement des âneries de Raoult (et non, je ne suis pas un disciple de Raoult), écoutez donc ça et réfléchissez-y avant de rejeter :

      https://www.youtube.com/watch?v=an41RRMdEIM&feature=emb_logo

      On peut ne pas être d’accord sur tout ce que dit un Raoult, rechercher la critique équilibrée, sans tomber dans la facilité de dire que Raoult est à la fois noir et blanc, à la fois nul et excellent. Raoult a une vision et une culture de ce sujet qu’aucun commentateur n’a, et OB non plus. Mais tout le monde a son opinion… rarement éclairée, mais bon.

      • NiG // 07.05.2020 à 18h17

        Ce que dit Toussaint c’est que si on arrive a mettre en place des mesures barrières efficaces, on arrive à enrailler la contagion, ce qui est une évidence. La preuve est justement l’absence de deuxième vague : quand on est au courant et qu’on fait ultra gaffe, ça marche.
        Mais sans masques, et après avoir expliqué aux gens que ce n’était qu’une petite grippe, comment on fait pour faire respecter des mesures barrières ?
        On ne peut pas, et c’est pourquoi le confinement au moins des zones touchées était absolument indispensable.
        D’autant plus qu’on a pratiquement fait explosé le système de santé française quand même …

        Pour moi, confinement des zones touchées bien trop tardif, et confinement des zones non touchées peut-être inutile.

        Ce que Raoult explique est complètement différent, il dit qu’avec ou sans confinement, ça aurait peut-être été pareil, parce que la maladie n’est pas si contagieuse qu’on croit. Et ça, c’est parfaitement ridicule, je n’en démordrais pas.

        De toute façon, aucun d’eux ne prend de gros risque, car tout le monde a tellement peur que tout le monde va faire hyper gaffe, donc on ne saura jamais ce qu’il serait arrivé en ne faisant rien. Comme pour certaines études, il n’y a pas de groupe référence …
        🙂

      • NiG // 07.05.2020 à 18h30

        Je vois sur la carte que seule 1/3 de la carte est touchée vraiment, et il est évident que c’est grace au confinement, sans ça, on aurait du rouge partout. Donc 26 000 morts sur seulement un tier du pays … on pourrait assez facilement en déduire que le confinement a sauvé au moins 50 000 personnes.

  • Christian Gedeon // 06.05.2020 à 14h18

    C’est devenu une véritable OBsession ma parole. De grâce Cher Olivier parlez nous d’autre chose! La fameuse étude Discovery qui devait mettre à bas les thèses du Pr Raoult pedale dans la choucroute,entre autres. Ça ne veut pas dire qu’il a raison sur tout, mais ça veut certainement dire que ça prend du temps pour se faire une opinion fondée. De toute façon depuis le début de cette histoire il y a autant de médecins que de français semble t il. Et en tous cas il y a trente versions pour trente professeurs. Ça devient carrément burlesque.

  • Bruno // 06.05.2020 à 14h47

    Merci M. BERRUYER de consacrer votre vie à la lutte contre le Pr. Raoult.

    C’est un beau combat qui mérite d’être mené nuit et jour jusqu’à ce que la VERITE nous éblouisse enfin !!!

  • Incognitototo // 06.05.2020 à 14h57

    C’est vraiment étonnant tous ces phénomènes de croyance. C’est fascinant parce qu’on y constate à quel point les êtres sont fondamentalement irrationnels, mais c’est aussi effrayant parce qu’on sait qu’ils sont tout également capables de s’entretuer pour leurs croyances.
    Olivier ne fait que rapporter des faits, mais c’est toujours impossible que ceux qui avaient mis leurs espoirs en Raoult modifient d’un iota (ne serait-ce que pour dire : finalement je ne sais pas) leur position. Si encore ceux qui continuent à croire en Raoult apportaient des éléments concrets pour étayer leurs croyances, on pourrait avoir un vrai débat ; mais ce n’est pas comme ça que ça se passe…
    Depuis toujours les hommes s’entretuent pour des croyances religieuses. La nouveauté de ces dernières décennies c’est qu’ils sont capables de le faire également pour des croyances scientifiques… alors même que les certitudes sont antinomiques avec ce terme qui ne devrait recouvrir que des faits vérifiables et reproductibles.

    • Incognitototo // 06.05.2020 à 14h58

      (suite)
      Le plus navrant, c’est que je discute depuis longtemps sur les sites, les blogs, avec des amis, avec des politiques… je ne peux que constater qu’en réalité ça ne sert à rien d’essayer de convaincre quelqu’un. Personnellement, face à des arguments irréfutables, j’ai changé de position sur certains sujets, mais je n’ai pas le souvenir d’avoir jamais réussi à convaincre quelqu’un… et le fonctionnement de ceux qui croient au lieu de raisonner à partir de faits irréfutables reste un vrai mystère pour moi.
      Une des sentences d’Albert n’a pas fini d’être vrai : « C’est la théorie qui décide de ce que nous sommes en mesure d’observer. », qu’on pourrait paraphraser en « Ce sont les croyances qui prédéterminent ce que nous sommes en mesure de défendre politiquement. »

      Bon courage Olivier, il en faut pour combattre tous les faux prophètes et surtout supporter les assauts de leurs adeptes.

      • Loxosceles // 06.05.2020 à 16h22

        Tout ce que vous écrivez n’a guère de sens, vous parlez de croyances, mais c’est le testament d’un convaincu. Personnellement, j’écoute Raoult comme j’en écoute d’autres, et les soi-disant « faits » dont vous parlez concernant Raoult ne sont que des opinions et ragots de réseaux sociaux répandus par des plus ou moins experts patentés, parmi lesquels on opère une sélection drastique.

        Cela vous convainc, mais cela ne convainc pas nécessairement ceux qui ont une vision plus étendue des choses, qui notamment se refusent à ce manichéisme qui consiste à estimer qu’il y a d’un côté ceux qui savent et qui ont un véritable esprit critique (comme vous) et de l’autre ceux qui n’ont aucune jugeotte, aucun esprit critique et ne sauraient être rien de plus que des croyants (les autres).

        « S’entretuer pour des croyances. » Un magnifique truisme de pseudo-sceptique en croisade contre l’obscurantisme qui ne saurait être qu’à l’extérieur de lui.

        Je vous rejoins sur un seul point : la science peut effectivement faire l’objet d’un caractère religieux pour beaucoup. Votre discours en est cependant non une critique, mais une illustration.

        Joyeux monologue.

        • Incognitototo // 06.05.2020 à 16h57

          Merci d’illustrer jusqu’à la caricature mes propos en les déformant comme savent si bien le faire les croyants et ceux qui comprennent tout à travers le prisme de leurs préjugés.
          Ragots et opinions face aux certitudes de Raoult ? Vous avez besoin d’une sérieuse remise à niveau sur les méthodologies scientifiques et même sur son éthique… mais je ne pense pas que ça changerait grand chose dans votre cas.

          • Wakizashi // 06.05.2020 à 18h56

            Juste une petite question : qu’un débat soit mené uniquement à charge, cela vous semble-t-il objectif et à caractère rationnel ?

            • Incognitototo // 06.05.2020 à 19h47

              C’est quoi la question initiale de ce soi-disant débat ? (Qui en plus, n’aurait jamais dû atterrir sur la place publique et ne concerner que les spécialistes. Ce qu’a fait Raoult à ce niveau-là et surtout la façon dont il l’a fait sont déjà répréhensibles en soi. )

              Rappel du « débat » : Est-ce que les thérapeutiques proposées par Raoult fonctionnent significativement pour diminuer la mortalité et les effets morbides du Covid-19 ?

              Je veux bien lire les études qui démontreraient que Raoult ne se trompe pas ; le problème c’est qu’on n’en trouve pas et la réalité c’est qu’on n’en trouve qu’infirmant ses thèses.

              Alors non, ça ne me choque pas qu’Olivier continue à démonter les croyances de ceux qui préfèrent les miracles aux faits.
              Bien que je pense que c’est beaucoup d’énergie dépensée peut-être pour pas grand-chose, c’est quand même faire œuvre de salubrité publique de déconstruire toutes les opinions qui reposent sur l’irrationnel.

              Je vous rappelle en outre qu’un des principes scientifiques, c’est que les résultats obtenus soient reproductibles. Je suis sûr que dès qu’il y aura une étude qui démontrera irréfutablement que les thèses de Raoult étaient fondées Olivier ne manquera pas de nous en faire part, mais je crains qu’on attende longtemps ce miracle…

            • Wakizashi // 07.05.2020 à 07h51

              Vous êtes aussi crédibles qu’une baleine qui grimpe aux arbres tous les deux, entre l’un qui assume le débat à charge et l’autre qui esquive la question. C’est bien de se réclamer de l’esprit scientifique, de la raison, de la connaissance, de l’objectivité, des faits, et puis du beau et du bien aussi tant qu’à faire, ça ne coûte pas cher. Mais se contenter d’une vision unilatérale tout en accusant les autres d’être dans la croyance incapable de se remettre en question, ça me rappelle irrémédiablement une histoire de paille et de poutre…

              Pour rappel, l’instruction à charge ET à décharge, c’est le B-A-BA de l’objectivité. C’est pas pour rien que c’est une obligation constitutionnelle en matière judiciaire. Et en science, un chercheur qui émet une hypothèse doit toujours chercher à la réfuter lui-même avant d’y accorder du crédit (en la testant) ; ce n’est que lorsqu’elle a résisté à cette épreuve qu’elle devient crédible.

              Au passage, je note qu’à l’instar d’OB, ça n’a pas l’air de gêner beaucoup les anti-Raoult de répéter en chœur les discours du gouvernement et des médias de nos chers milliardaires. Et après, les mêmes vont tirer sur l’ambulance au prochain article sur Macron… bon, autant aller se faire une pétanque hein.

            • Incognitototo // 07.05.2020 à 19h22

              @Wakizashi
              Vous vous trompez, je ne suis pas « anti- Raoult », tout juste « légèrement » anti-croyant (voir ma réponse plus bas).
              Et pour instruire à décharge encore faudrait-il qu’il y ait des éléments pour cela… On les attend toujours, c’est juste ça le problème, qui inclut le vôtre qui jugez sans apporter le moindre élément concret.

              Pour votre information, au cours de leur évolution, les mammifères marins ont d’abord été terrestres, certains montaient donc très probablement aux arbres. Mais vous êtes sûrement trop jeune pour avoir connu ça.

            • Wakizashi // 08.05.2020 à 08h14

              @ Incognitoto

              Je vous l’ai déjà dit, vous n’êtes pas crédible. Pas crédible de prétendre être agnostique sur cette question alors que votre parti-pris saute aux yeux. Et surtout, pas crédible de prétendre que le débat serait binaire avec des faits allant tous dans le même sens, malgré les nombreuses études (chinoises notamment) qui vous démentent.

              A ce sujet, vous semblez ignorer que selon la façon dont on le présente, un même fait peut signifier tout et son contraire, d’où l’importance de l’approche objective. Et puis… pas d’articles scientifiques allant dans l’autre sens dites-vous plus bas ? C’est une aimable plaisanterie là aussi, qui en dit long sur votre propre perméabilité à la croyance soit dit en passant, vous qui êtes si condescendant sur la question.

              D’ailleurs si Didier Raoult a prescrit la chloroquine au départ, c’est sur la base d’un essai clinique chinois antérieur à tous ces débats sans queue ni tête qui ont lieu en France. Au passage, le problème qui est posé est bien plus large que la validation expérimentale de l’efficacité de la chloroquine. Il est aussi question de réponse stratégique face à une urgence, d’un désaccord méthodologique, et plus globalement encore, d’un débat de société sur l’EBM et sur le poids des lobbies en médecine. Mais tout ça semble vous royalement vous échapper.

            • Incognitototo // 10.05.2020 à 23h22

              @Wakizash
              Vous voulez que je vous dise, je me fous totalement de vos jugements sur moi. C’est en outre totalement inutile de répéter ce que vos coreligionnaires n’arrêtent pas de seriner, que tout le monde connaît et qui ne constitue pas pour autant des PREUVES. Et ce n’est pas en le répétant encore une fois de plus que cela deviendra vrai pour autant…
              Si tout ce que je dis ne vous a pas convaincu que je suis cependant agnostique, je n’y peux rien.
              Je remarque cependant, qu’il n’y a que des croyants comme vous qui s’autorisent à déformer les propos et à croire à ce qu’ils sont incapables de démontrer, y inclus sur les autres. Il n’y a pas de hasard et on connaît bien le phénomène, ce sont les mêmes qui forment le gros des troupes de tous les fanatiques du monde.
              À méditer ou pas, je m’en fous totalement également :
              « Tout le problème de ce monde, c’est que les idiots et les fanatiques sont toujours si sûrs d’eux, tandis que les sages sont tellement pleins de doutes. » – Bertrand Russell
              « L’élément le plus meurtrier de l’histoire de l’humanité est sans doute l’illusion d’une réalité « réelle » avec toutes les conséquences qui en découlent logiquement. » – Paul Watzlawick

          • Jean-Michel // 07.05.2020 à 08h16

            Vous écrivez un peu plus bas que vous « voulez bien lire les études qui démontreraient que Raoult ne se trompe pas ; le problème c’est qu’on n’en trouve pas et la réalité c’est qu’on n’en trouve qu’infirmant ses thèses ». Pas d’études confirmant l’approche du professeur Raoult ????Que pensez-vous de la toute récente étude chinoise qui montre que l’hydroxychloroquine divise par trois le risque de décès chez des patients COVID-19 hospitalisés en réanimation (étude rétrospective sur 568 patients de Wuhan- https://www.mediterranee-infection.com/lecture-critique-de-letude-de-yu-et-al-medrxiv-2020-freng/). Et celle-ci : en 2005 déjà les services du Dr Fauci (si vous êtes documenté, vous savez qui c’est) soulignaient l’efficacité de la chloroquine contre le coronavirus : La chloroquine est un puissant inhibiteur de l’infection et de la propagation du coronavirus du SRAS (« Chloroquine is a potent inhibitor of SARS coronavirus infection and spread / official publication of Dr. Fauci’s National Institutes of Health in 2005 » -https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1232869/). L’article, publié dans le Virology Journal, évoquait le coronavirus qui a sévi en Chine en 2003, déclenchant le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), mais il faut rappeler qu’il était très semblable à l’actuel (origine animale, identique génétiquement à 80%, responsable d’infections pulmonaires). Et puisque « vous voulez bien les lire » et sans doute en vérifier la validité, les liens sont là.

          • Jean-Michel // 07.05.2020 à 08h42

            En complément à ma première réponse, vous ne trouvez pas absurde et dérisoire cette volonté de démontrer l’incompétence des nombreux pays et des centaines de milliers de médecins qui utilisent ce traitement dans le monde entier, celle de gens comme les professeurs Marescaux (: « Le Pr. Jacques Marescaux (IRCAD) défend le Pr. Raoult en preuves et avoue qu’il l’admire : « Un géant ! » – https://www.youtube.com/watch?v=jrBVdBfLvkw), Peronne, ou de Philippe Douste Blazy, du Dr. Charbonier (https://www.youtube.com/watch?v=3iancr6DXCY).Ou encore des savants coréens (professeur Kim Woo-joo -https://www.youtube.com/watch?v=gAk7aX5hksU), et chinois (professeur Zhong Nanshan – chef du groupe d’experts de haut niveau de la Commission nationale de la santé et membre de l’Académie chinoise d’ingénierie (http://french.china.org.cn/foreign/txt/2020-03/13/content_75810310.htm), qui ont souligné l’efficacité de la chloroquine. Le professeur belge Marc Van Ranst, autre spécialiste reconnu mondialement, souligne lui aussi l’efficacité de la chloroquine ((https://www.rtbf.be/info/dossier/epidemie-de-coronavirus/detail_la-chloroquine-molecule-miracle-contre-le-coronavirus?id=10442845, voyez la vidéo qui accompagne l’article). Mais tout cela n’a sans doute que peu de valeur face au savoir gigantesque des infaillibles détracteurs du professeur Raoult.

            • Incognitototo // 07.05.2020 à 16h09

              Merci.

              Il y a cependant quelques problèmes pour les références que vous donnez.

              Le seul article scientifique qui démontrerait l’efficacité est signé… Didier Raoult. Désolé, mais ça ne va pas suffire, car je vous demandais un article scientifique qui ne soit pas de lui qui aurait reproduit ses résultats (c’est comme ça qu’on fait dans le monde scientifique en général pour valider une thèse). Aussi, si vous en trouvez un, je suis toujours preneur.
              L’efficacité de la chloroquine sur le SRAS, même si elle pouvait apparaître comme prometteuse, n’a au final jamais été démontrée, car la pandémie s’est arrêtée avant que les études cliniques puissent aboutir.
              Après que des VIP se comportent comme des supporters de foot (j’évite le mot « adepte » qui semble en froisser certains) ne donnent pas plus de crédibilité à Raoult… ils démontrent juste que l’irrationalité et le besoin de croire ne sont pas des syndromes réservés aux personnes lambda…
              Demandez-vous quand même si c’est une attitude « normale » que Raoult ait porté sur la place publique ses convictions et de cette manière-là. Même si au final la science validait ses thèses, c’est presque du jamais vu et ça dénote une absence totale d’éthique scientifique, mais aussi de respect de tous ceux qui souffrent en attendant une solution.

              Bien cordialement.

            • Armiansk // 08.05.2020 à 18h02

              « des savants coréens (professeur Kim Woo-joo)[…] ont souligné l’efficacité de la chloroquine»

              Les mots du professeur, d’après votre lien :
              «Kaletra, un médicament pour le sida, et la chloroquine, un médicament pour le paludisme, ont été testés et se sont avérés quelque peu efficaces pour le COVID-19. Ils sont donc utilisés en ce moment sur des patients critiques.»

              Il y a une certaine différence par omission dans vos propos. Avez-vous vous une référence plus fiable ?

          • Jean-Michel // 07.05.2020 à 13h01

            Une petite question moi aussi: vous êtes un scientifique, un expert des études et de leur méthodologie, vous êtes capable de mettre le doigt sur les faiblesses méthodologiques d’une étude et de les démontrer ? Par ailleurs, vous traitez à tout bout de champ les autres de croyants, avec beaucoup de condescendance (du haut d’une expertise scientifique quelconque?) Relisez-vous à tête reposée et vous serez peut-être étonné !

            • Incognitototo // 07.05.2020 à 17h38

              Oui, est la réponse à votre première question. Démontrer les biais des études statistiques est un hobby permanent depuis 50 ans… Mais, je ne pense pas avoir jamais utilisé un argument d’autorité (celui que pourrait me donner mon diplôme de 3e cycle) pour affirmer que j’aurais raison.
              Si je souligne que la nature de ce débat me fait penser à des discussions entre croyants, c’est que je suis frappé par la façon dont les personnes qui soutiennent Raoult parlent. C’est-à-dire, sans recul par rapport à leurs convictions, sans distanciation par rapport à des faits qu’ils sont (comme moi) dans l’incapacité de vérifier. C’est à dire clairement comme des croyants qui ressentent la foi sans pouvoir rien démontrer.
              Depuis le début de cette affaire, pour ma part, je suis donc agnostique. Je ne sais pas, je n’ai aucun moyen de vérifier les dires de Raoult et donc il n’y a aucune raison que je prenne parti pour ou contre.
              C’est donc bien de l’attitude des gens qui le soutiennent dont je parle, qui ne sont même pas choqués par l’attitude de ce personnage qui se présente à eux comme un guru.
              Après si Olivier a plus d’éléments rationnels que moi pour démonter sa parole, c’est bien qu’il le fasse. Ça n’est jamais perdu de pourfendre les phénomènes de croyance.
              Et s’il se trompe sur le plan scientifique, je pense qu’il nous le dira aussi, mais en aucun cas il n’aura eu tort de dénoncer l’attitude du personnage qui n’en est pas à son coup d’essai au niveau des manquements éthiques.

        • Euls // 06.05.2020 à 19h32

          « les soi-disant « faits » dont vous parlez concernant Raoult ne sont que des opinions et ragots de réseaux sociaux »

          Incroyable d’avoir l’impudence de commenter ce genre de choses sous un article extrêmement détaillé et fourni. Vous ne vous donnez même plus la peine de lire les articles qui ne collent pas à votre représentation du monde ?

      • pas touche au grisbi // 06.05.2020 à 20h22

         » le fonctionnement de ceux qui croient au lieu de raisonner à partir de faits irréfutables reste un vrai mystère pour moi…

         » Bon courage Olivier, il en faut pour combattre tous les faux prophètes et surtout supporter les assauts de leurs adeptes. »

        rassurez vous après ces envolées lyriques strictes et objectives, vous êtes un autre mystère pour moi, vous les adeptes de vrais prophètes à l’assaut des faux….

      • Bobby // 08.05.2020 à 09h15

        @ Incognitototo. Ce que vous ne semblez pas (vouloir ?) comprendre, c’est que la critique qui est portée à O.Berruyer n’est pas de lui reprocher de pointer les limites de Raoult.
        Ce qui est très très gênant, c’est que, à travers Raoult, il cherche à décrédibiliser toutes les thèses, pourtant tout à fait pertinentes pour certaines, qui relativisent les risques liés au covid par rapport à ce qui est diffusé à longueur de journée dans les médias.
        Vous parlez de « croyances » mais qui est dans la « croyance » à part Berruyer et ceux qui le suivent dans ses délires quand il appelle à la prudence dans la réouverture des écoles en raison des risques pour les enfants alors que toutes les études qui sortent en ce moment montrent que le risque pour les enfants est bien plus faible pour le covid que, par exemple, la grippe. Ca, on le sait. Ca heurte peut-être vos croyances, mais on le sait.

        • Incognitototo // 08.05.2020 à 16h16

          Voir ma réponse plus bas… Non, le Covid n’est pas aussi peu dangereux que la grippe. SI vous croyez ça, vous n’êtes pas en accord avec vos propres chiffres.

          • Bobby // 08.05.2020 à 19h08

            « Non, le Covid n’est pas aussi peu dangereux que la grippe » = lisez-moi bien svp.Je vais me citer « toutes les études qui sortent en ce moment montrent que le risque pour les enfants est bien plus faible pour le covid que, par exemple, la grippe ». Mon affirmation portait donc bien unqiuement sur les enfants.
            Ce que vous appelez « mes » chiffres sont ceux d’études scientifiques qui estiment la létalité des moins de 10 ans à 0,001/0,002 pour le covid; à 0,01 pour la même tranche d’âge pour la grippe.
            Sinon, « mes » chiffres s’accordent à reconnaître la plsu grande létalité du covid pour les 80 ans et + (8%) par rapport à la grippe (0,9%).
            Ca va, je suis assez en accord avec mes propres chiffres ?

            lusieurs études chiffrent le risque létal pour les enfants

            • Incognitototo // 08.05.2020 à 21h13

              Oui, et alors, qu’est-ce que vous voulez démontrer ? Vous voulez vraiment pinailler sur les chiffres, alors qu’il y a encore tant d’incertitudes ?

          • Bobby // 09.05.2020 à 10h06

            @incognitoto. Vous voyez, ce qui est gênant dans votre réponse, c’est que vous mettez en avant l’argument de l' »incertitude » et que quand je vous apporte des précisions sur les connaissances qu’on a vous me dites que je pinaille.
            C’est tout le contraire, quand on a peur de l’incertitude, la priorité c’est d’identifier les données fiables.
            Je vous dis donc que des études ont été réalisées et qu’elles confirment 1) le risque est beaucoup plus fort pour les personnes à risques; 2) qu’il est en revanche plus faible pour les moins de 30 ans.
            Ce qui me pose problème dans votre discours, c’est que dans l’estimation de la létalité du covid, vous semblez dire que les estimations à 3,4% ou 0,5% sont tout aussi crédibles. Or, si vous vous renseignez sur les méthodes d’estimation, vous ne pourrez que convenir que le taux de 3,4% ne repose pas sur une méthode scientifique d’estimation de la létalité de la maladie.
            Comprendre les données, ça vous permet justement de réduire cette incertitude : je suppose que vous n’allez pas me reprocher ça?
            Et, surtout, si vous le faisiez, cela m’apparaîtrait totalement contradictoire avec votre propos qui est parti des « croyances » des gens. Si on veut sortir des croyances, il faut justement faire le tri entre les chiffres.

            • Incognitototo // 09.05.2020 à 15h33

              Et qui décide que c’est fiable ? Vous ? Vous avez étudié et maîtrisez les méthodologies ? La représentativité de l’échantillonnage ? La façon dont ont été recueillies les données ? Vous savez vérifier les calculs ? Vous maîtrisez toutes les chaînes de conséquences des résultats (y incluses celles des autres études en désaccord ou qui tempèrent contextuellement les conclusions) ? Vous êtes en plus garant de la crédibilité et fiabilité des scientifiques qui ont fait l’étude, c’est-à-dire vous avez vérifié s’ils n’étaient pas notamment en conflit d’intérêt et/ou des chercheurs de bas étage ?…

              Ce qui nous différencie, c’est que je n’ai pas de problème pour dire « je ne sais pas », « je me suis trompé », relativiser mes propos ou faire des constats sans prendre parti… Vous, vous êtes absolument persuadé que ce vous avancez est vrai, tant mieux pour vous, ou plus probablement tant pis puisque cela vous conduit en réalité à croire sans savoir.

              Je vous conseille vivement de prendre toute la mesure de cette sentence d’Albert Einstein qui n’a jamais été prise en défaut : « C’est la théorie qui décide de ce que nous sommes en mesure d’observer. ». À ce propos le taux de létalité que vous avancez pour « la grippe » est complètement à côté de la plaque, renseignez-vous correctement.
              Et qu’est-ce que vous pensez de ça : https://www.doctissimo.fr/sante/news/mutation-coronavirus-contagieuse ; ça rentre en ligne de compte dans votre volonté à peine voilée de minimiser les problèmes ?
              Mais, je n’ai absolument aucun doute sur le fait que ça ne vous fera pas bouger d’un iota sur vos certitudes.

    • Roman // 08.05.2020 à 12h15

      @Incognitototo
      Entièrement d’accord avec vos propos.
      Je suis encore plus sévère que vous sur le Pr Raoult qui est totalement un charlatan malgré ses nombreux défenseurs.
      Je nuancerai légèrement sur les croyances en disant que toute personne n’ayant pas de connaissances sur l’analyse ou la méthodologie scientifique ne pourra qu’être dans la croyance pour juger un quelquonque fait scientifique. Je suis moi-même chercheur dans le domaine de la génomique, je peut donc juger de façon scientifique ce sujet et avoir un esprit critique aguerri sur des domaines s’en rapprochant dans les sciences de la vie. Par contre sur un sujet portant sur l’histoire au moyen-âge je ne pourrai qu’être dans la croyance d’un historien ou d’un autre. Malheureusement le Pr Raoult a été reconnu par ses pairs (même si il l’était de moins en moins à cause de fraudes scientifiques avant le covid-19) et il utilise ce fait pour faire argument d’autorité.
      Les non scientifiques ne savent pas que de grandes sommités peuvent être à la fois reconnues et incompétentes, et que les fraudes sont très répandues. Un seul exemple sur l’incompétence mais j’en ai pleins d’autres, j’ai connu un directeur de recherche chef de labo qui ne savait pas utiliser power point et encore moins utiliser la moindre technique de son labo ou comprendre totalement les expériences qui y sont réalisées. Quand il faisait une présentation il demandait à une ingénieur d’étude de lui faire son diaporama. La triche pour pleins d’autres (pas pour lui) n’en parlons même pas…

      • Incognitototo // 09.05.2020 à 03h40

        Oui, la fraude scientifique (volontaire ou par incompétence) est une vraie calamité, toujours en augmentation d’ailleurs. On remarquera en outre qu’elle concerne très majoritairement les sciences de la santé (47 % des fraudes détectées). Je suis aussi d’accord sur les incompétents ; j’en ai également connu un certain nombre (une majorité, en fait 🙁 ) placés à de très hautes fonctions…
        Je ne suis cependant pas d’accord sur le terme d’incompétent ou de charlatan pour Raoult. Je pense plutôt (comme je l’explique plus bas) qu’on a à faire à quelqu’un qui ambitionne d’être un sauveur de l’humanité (sa référence absolue, c’est Pasteur), bref un guru, ou un prophète et par voie de conséquence peut-être un charlatan… ça, l’histoire le dira.
        En attendant, le cirque médiatique qu’il a généré et les passions qu’il suscite chez des gens qui n’ont absolument aucun moyen de vérifier quoi que ce soit à ce qu’il raconte (comme moi d’ailleurs) sont proprement stupéfiants.
        Il y a une différence entre croire et faire confiance. Vous faites confiance (comme moi) à un historien parce que ce n’est pas votre domaine et c’est a priori normal. Mais est-ce que vous partiriez « en croisade » pour défendre ses thèses ? Je ne pense pas, non. Et c’est quand même à ça qu’on assiste avec Raoult, d’où le fait que je souligne autant son manque d’éthique (parce que c’est lui qui a provoqué ça) et que la plupart de ceux qui le défendent ont perdu tout recul, comme un supporter de foot ou un dévot d’une quelconque religion. Ça, ça fait peur, comme tous les phénomènes de croyance d’ailleurs.

        • Catalina // 12.05.2020 à 15h26

          Bonjour,
          Si je peux me permettre, dans un « monde » anormal, surgissent les anormalités…de comportement, il faut avoir vécu dans un pays en guerre pour le savoir, ou avoir survécu à un attentat ou….aucun ou presque aucun être humain ne sait comment il va réagir devant un danger imminent. ET ce covid a été médiatisé comme LE MONSTRE-HORRIBLE-QUI-VA-TOUS-NOUS-TUER !
          Excusez ceux qui ont eu un espoir, ceux qui étaient malades et qui ont utilisé le « truc » comme le dit Raoult et qui ont survécu.
          Autre question qui je le pense à son importance : Comment s’est installé ce binaire sur le site ? parce que certains abrutis ont envenimé de leur narrative pro et anti, si facile et ont mis tous ceux qui même doutaient dans les fanatiques-pour-le-gourou, le mot était lancé pourrissant tous les commentaires et même parfois sur des articles ne traitant pas de Raoult. Ce sont les commentaires sur ce blogue qui en sont le fleuve culturel et l’un des principaux intérêts, en fait. Merci à Bobby d’avoir remis l’église à sa place à maintes occasions.

    • Jean-Michel // 09.05.2020 à 08h27

      3e essai après deux suppress!ons de ma réponse !
      Il existe d’autres études que celles de Didier Raoult. Une première étude avait été menée en Chine au plus fort de l’épidémie sur 100 patients, à travers une dizaine d’hôpitaux à Wuhan, Pékin et Shanghai. Elle montrait que le médicament était efficace pour « contenir l’évolution de la pneumonie, améliorer l’état des poumons, pour raccourcir la durée de la maladie et pour permettre au patient de redevenir négatif au virus ». Et surtout, que pensez-vous la toute récente étude chinoise sur 568 patients qui montre que l’hydroxychloroquine divise par trois le risque de décès chez des patients COVID-19 hospitalisés en réanimation (« étude rétrospective sur 568 patients de Wuhan- https://www.mediterranee-infection.com/lecture-critique-de-letude-de-yu-et-al-medrxiv-2020-freng/). L’analyse vient du site de l’IHU, je sais. Et je trouve plus que légers vos propos sur ceux que vous appelez les « VIP ». Moi je vois surtout là des gens qui soignent depuis de longues années et qui doivent un peu savoir de quoi ils parlent. Vous seriez donc le centre de la vérité et de la rationalité, une sorte de phare dans la nuit ? Et je trouve très simpliste d’assimiler à des benêts crédules et idolâtres, les gens qui ont plutôt tendance à faire confiance à des experts qui ont démontré leur savoir et leur expertise. Même si je ne suis ni médecin, ni chercheur, je suis capable de m’informer et de réfléchir, vous savez, et j’ai un diplôme universitaire moi aussi.

  • Jean // 06.05.2020 à 14h57

    Bonjour
    Je suis « les crises » depuis la creation de ce blog, mais je un suis un peu perplexe….c est devenu le blog anti-Raoult….
    Je me demande ce qui justifie cela

  • Jean-Michel // 06.05.2020 à 14h58

    Monsieur Berruyer, je sais pas ce qui vous prend, mais votre obsession est devenue totalement délirante. Ce que vous faites relève de la diffamation et de la calomnie. C’est honteux et vous discréditez totalement votre site. On débarque, on voit ça et on a simplement envie de partir et d’aller voir ailleurs.
    Cela vous intéressera peut-être de savoir, mais j’en doute, qu’en 2005 déjà les services du Dr Fauci soulignaient l’efficacité de la chloroquine contre le coronavirus (« Chloroquine is a potent inhibitor of SARS coronavirus infection and spread (official publication of Dr. Fauci’s National Institutes of Health in 2005) » https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1232869/). L’article évoquait le coronavirus qui a sévi en Chine en 2003, déclenchant le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), mais il faut rappeler qu’il était très semblable à l’actuel (origine animale, identique génétiquement à 80%, responsable d’infections pulmonaires). « La chloroquine est efficace pour inhiber l’infection et la propagation du CoV du SRAS en culture cellulaire. Le fait que le médicament ait un effet antiviral inhibiteur significatif lorsque les cellules sensibles ont été traitées avant ou après l’infection suggère une possible utilisation prophylactique et thérapeutique », peut-on lire dans les conclusions. Bizarre comme les discours peuvent changer.

    • Armiansk // 06.05.2020 à 17h12

      «en culture cellulaire»

      Justement. De la même manière que la chloroquine avait un effet positif in vitro contre le chikungunya, et un effet néfaste in vivo.
      https://www.les-crises.fr/science-3-etudes-montrent-que-la-chloroquine-aggraverait-le-sida-le-chikungunya-et-la-grippe

      • Jean-Michel // 07.05.2020 à 07h46

        Ma réponse a une fois de plus disparu ! C’est une plaisanterie ou quoi ? La revoici !
        Votre réponse, par contre, est un peu simple. Nous parlons du coronavirus. Vous ne lisez que ce qui vous convient. Pourquoi par exemple ne pas vous focaliser sur le titre: « Chloroquine is a potent inhibitor of SARS coronavirus infection and spread » (bévue journalistique, non contrôlée par les auteurs de l’étude, sans doute?). Et donnez-vous la peine de parcourir l’étude. Vous croyez à chaque fois clore le débat avec une petite astuce supposée imparable. Voici quelques semaines, je vous avais envoyé un lien vers une vidéo où le professeur belge Marc Van Ranst soulignait l’efficacité de la chloroquine. Et vous aviez essayé de me faire croire qu’il n’avait pas dit cela. J’ai plusieurs fois visionné la vidéo, ses propos sont on ne peut plus clairs. Revoici le lien: https://www.rtbf.be/info/dossier/epidemie-de-coronavirus/detail_la-chloroquine-molecule-miracle-contre-le-coronavirus?id=10442845 (la vidéo accompagne l’article).
        Et je suppose que la toute récente étude chinoise (L’hydroxychloroquine divise par trois le risque de décès chez des patients COVID-19 hospitalisés en réanimation : étude rétrospective sur 568 patients de Wuhan- https://www.mediterranee-infection.com/lecture-critique-de-letude-de-yu-et-al-medrxiv-2020-freng/) n’a aucun impact sur vos convictions ?

        • Armiansk // 07.05.2020 à 11h03

          L’étude que vous citez montre un effet in vitro de la chloroquine sur le SRAS. Sur cette base, vous déduisez que les discours aurait changé bizarrement, et vous accusez l’article de «diffamation» et de «calomnie».
          Je rappelle que l’effet in vitro ne garantit pas l’effet in vivo, et l’illustre par un exemple.

          Si vous en êtes d’accord, je vous laisse conclure que le seul argument que vous donniez ne suffisait pas à étayer vos propos. Et alors nous pourrons éventuellement regarder vos nouveaux liens. Incidemment, ils ne paraissent toujours pas corroborer un changement de discours du Pr Fauci.

          • Jean-Michel // 07.05.2020 à 13h20

            Il y a en effet une polémique en ce moment aux Etats-Unis sur le lien entre le Dr Fauci et l’étude de 2005 (difficile d’y voir clair). J’ai donc peut-être parlé trop vite. Cela n’enlève rien à la valeur de l’étude elle-même, qui montre que l’on avait pris conscience de l’importance de la chloroquine en 2005 (reste à savoir ce que le DR Fauci en pensait alors).
            Mais cela n’enlève rien à l’importance de la nouvelle étude chinoise sur 568 patients citée dans mes commentaires.

  • Pierre-Yves // 06.05.2020 à 15h11

    J’espère qu’Olivier Berruyer n’aura pas besoin du protocole du Dr Raoult s’il tombe malade .
    Je ne comprends pas cet acharnement contre ce protocole qui a déjà fait ses preuves à travers le monde , c’est de l’obscurantisme…..ou alors vous êtes subventionnés par les labo .
    D’ailleurs depuis qq temps je n’ai plus de plaisir à vous lire ,quelque chose à changé dans le ton et les expressions de vos articles….?

    • lairderien // 07.05.2020 à 01h52

      Vous avez remarqué également la différence qui date d’avant cette lamentable charge contre Raoult. Depuis un bon moment je suis persuadé qu’il y a disons, un effet « décodex » et donc une certaine volonté de rentrer dans le rang pour ne plus risquer d’être ostracisé.

      • Bobby // 08.05.2020 à 09h27

        Je fais aussi le constat de cette dégradation, mais si vous avez raison sur le fait que c’est par peur d’être ostracisé, ça serait juste flippant. Si le O.Berruyer d’avant en vient à avoir des rhétoriques à la R.Reichstadt par peur d’être ostracisé, c’est que la démocratie est déjà très très loin.

  • Leterrible // 06.05.2020 à 15h30

    Un état des lieux pas encore posté , je crois…:

    https://www.bbc.com/afrique/monde-52262179

  • Claude rolland // 06.05.2020 à 16h43

    Je ne vous comprends pas du tout. J’ai l’impression que vous cherchez des poux sur la tête de Raoult. Il n’a jamais dit qu’il ne croyait pas à une épidémie au tout début mais simplement qu’elle ne valait pas un tel confinement. En 1968, 35 000 français sont mort sans que cela provoque une quelconque hystérie sanitaire et que les grippes dans le passé récent ont été tout autant meurtrières que celle-là. N’empêche la région PACA est au vert, que sont protocole thérapeutique a été suivi par une majorité de médecins dans cette région mais également dans d’autres hôpitaux en France et dans le monde. Qu’il a toujours dit qu’il fallait prescrire ce traitement au tout début de la maladie. Autant j’aime votre site autant,avec cette affaire, je me pose la question de l’objectivité de l’ensemble à présent.

    • Armiansk // 06.05.2020 à 17h19

      «Il n’a jamais dit qu’il ne croyait pas à une épidémie»
      «je ne me sens pas tellement concerné», «ça devient délirant», «c’est tellement dérisoire» (Pr Didier Raoult)

      Il faut arrêter d’écrire sans avoir vérifié un minimum. Vidéo de l’IHU MI
      https://www.youtube.com/watch?v=qoBoryHuZ6E

  • mike // 06.05.2020 à 17h22

    -« Une étude observationnelle est une étude empirique mais non expérimentale des effets causés par un médicament. Ce type d’analyse scientifique présente un faible niveau d’intérêt, mais cela peut (par exemple) permettre de mettre en lumière certains biais. » : vous connaissez certainement les principales bases de référencement d’études scientifiques médicales; les études en double aveugles aléatoires sont très loin de représenter une majorité des papiers…doit t’on pour autant purger 80% des publications ?
    -« Un patient a donc eu une « vision trouble » – ce qui est inquiétant vu que la chloroquine s’attaque aussi à l’œil  » : disons que l’on a 50 ans de recul de pharmacovigilance sur la chloroquine…..juger de son efficacité est une chose, de sa nouvelle dangerosité supposée par contre est absurde et ridicule.
    -« Ainsi, il y a apparemment eu deux morts à l’IHU, sans passer par la réanimation. Il faudrait donc que les autorités enquêtent pour savoir de quoi sont morts ces deux patients » : on peut mourir hors d’un service de réanimation !!!?? Quelle nouvelle ! Que les « autorités enquêtent »…que voulez vous dire ? Une autopsie judiciaire ? S’il devait y avoir une « enquête » à chaque mort dans un hôpital il va y avoir du travail….
    Je m’arrête là car je ne dispose plus de place, mais ce papier est truffé d’exemples de ce type. Je ne doute pas que l’auteur soit un grand professionnel de la statistique et de l’analyse du risque en Assurance, en ce qui concerne la médecine il y a un métier pour cela et c’est celui de médecin…

  • lecrabe // 06.05.2020 à 19h02

    Je trouve dommage de n’avoir plus à lire sur ce site que des charges contre un médecin ou le traitement qu’il propose.
    J’aimerais savoir pourquoi en Allemagne ou en Chine il y a moins de morts qu’en France. Ont-ils des traitements? A ma connaissance non, donc je ne crois pas qu’il soit essentiel de se focaliser sur les traitements opposables au covid-19 pour le moment et qu’il serait autrement plus instructif de comprendre pourquoi et comment ces fortes variabilités en terme de létalité de la maladie.

    Et sinon, je me rappelle le dossier sur les particules fines. Alors quand j’entends qu’on a 20000 décès suite à une épidémie provoquée par un nouveau virus, je me dis qu’effectivement on a un problème de cohérence dans cette histoire de covid. Est-ce qu’on interdit les voitures, l’agriculture, les avions ou le chauffage pour endiguer ces 48000 morts tous les ans? Est-ce qu’on interdit le tabac? le pétrole ou le glyphosate? rien de tout ça. Par contre un virus qui va comme toute épidémie faire beaucoup de cas puis disparaître il faut tout arrêter ?
    Demain le covid va s’éteindre de lui-même, mais il continuera à y avoir des dizaines de milliers de morts de toutes ces causes connues contre lesquelles on ne fait rien. Ca me laisse dubitatif.

    • Incognitototo // 06.05.2020 à 21h04

      Sauf contextes particuliers, il n’y aurait pas de différence de létalité entre les pays. Les différences proviennent des méthodologies appliquées pour faire les tests. Par exemple : comme en France, on ne teste que ceux qui ont des symptômes qui posent des problèmes médicaux, forcément, notre taux de mortalité est en conséquence énorme (autour de 18 %)

      À pyramide des âges identique, le taux de mortalité du Covid-19 tourne plus probablement autour de 4 %, pour tous les pays toutes tranches d’âge confondues (plus de 12 % pour les personnes âgées). On en déduit que (si on n’avait rien fait) potentiellement ce virus aurait pu faire jusqu’à 2,7 millions de morts pour la seule France… sans parler des séquelles (semble-t-il nombreuses) qu’un certain nombre de malades auraient continué à subir.
      Ce terrifiant chiffre est donc sans commune mesure avec toutes les autres causes de mortalité, dont la première due aux différents cancers qui ne tuent eux « que » 147 500 personnes pas an (26 600 pour le seul cancer du poumon).
      Vous vous imaginez un pays comme la France qui perdrait d’un coup, en un an, 2,7 millions de ses habitants ? Soit, proportionnellement au nombre d’habitants, presque 3 fois plus que le nombre de morts civils et militaires de la guerre 39-45 ? Presque autant proportionnellement que celle de 14-18 ? Un vrai désastre humain aux conséquences incalculables…

      Il ne me semble donc pas anormal de faire face au Covid, ce que malheureusement on ne fait pas toujours face aux autres causes de mortalité.

      • Armiansk // 06.05.2020 à 21h58

        La mortalité tourne plutôt autour de 0,4%, selon les quelques éléments disponibles
        https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/04/10/coronavirus-une-etude-allemande-revoit-a-la-baisse-le-taux-de-mortalite_6036206_3244.html
        bon, à 260 000 morts, ça reste un score honorable pour la covid.

        • un citoyen // 06.05.2020 à 22h27

          Sauf que l’Allemagne ne compte pas forcément les morts et les personnes infectées de la même façon que nous et a aussi un meilleur système de santé. Ce taux de 0,4% ne peut donc pas être généralisé (mais le notre n’est pas à 18%, c’est beaucoup trop haut, l’estimation du nombre de personnes infectées serait à ré-étudier et pas que ça), sans compter que les résultats de cette étude sont provisoires, que l’épidémie n’est pas terminée, etc.

          • Armiansk // 06.05.2020 à 23h19

            Je répondrais : pas faux.

            Verity et coll. 2020, sur le Húběi, donne 0,32% *pour les moins de 60 ans*,
            l’Islande, qui dépiste le plus, affiche un taux autour de 0,3%

            Les statistiques sont floues et les biais nombreux, néanmoins *,4% me semble une hypothèse de travail pas trop hardie.

            • Incognitototo // 07.05.2020 à 00h54

              Oui,c’est vrai j’y ai été un peu fort 🙂 en annonçant 4 % (de mémoire), d’autant qu’il y a une vraie et incroyable bataille de chiffres sur la létalité de cette saleté.

              Cependant, le problème avec ce genre d’étude, c’est qu’à moins d’avoir accès aux sources, les journalistes n’en donnent jamais les détails ; par exemple pour ce qui concerne Gangelt :
              – si la pyramide des âges des populations testées à Gangelt est très majoritairement inférieure à 60 ans, forcément le taux de létalité va baisser en conséquence,
              – ils fondent leurs conclusions sur 15 % de personnes atteintes (75 % ne l’ayant pas contracté). Là encore ils ne disent pas comment ils peuvent en conclure que ce qui est vrai pour 15 % de la population le serait pour 100%,
              – pas plus qu’ils ne disent s’ils ont testé tous les morts depuis l’apparition de cette pandémie dans cette ville, ce qui pourrait encore singulièrement modifier le taux à la hausse (puisqu’en plus l’Allemagne jusqu’à une période récente ne testait pas les morts de leurs EPADH),
              – on sait maintenant que certains profils génétiques sont bien plus « résistants » à l’infection ; ceux qui ont fait cette étude ont-ils vérifié cette donnée pour les habitants testés, afin que leur échantillonnage ne soit pas un leurre statistique qui serait faux pour l’ensemble des populations ?
              Bref, il reste énormément de zones d’ombre dans toutes les études produites sur la létalité réelle moyenne du corona.

              Wuhan a fait le même type d’étude rétrospective et ils sont à 1,4 %.

              L’OMS qui compile les données mondiales donne 3,4 %

              Quoi qu’il en soit au final, en attendant qu’ils se mettent d’accord, restons aux abris.

            • Bobby // 08.05.2020 à 11h20

              @Incognitototo. Veuillez m’excusez, mais vous vous prétendez critique des statistiques, mais en réalité vous renvoyez dos à dos des statistiques produites de manière extrêmement différentes.

              Le taux de 3,4% que vous évoquez est par exemple un calcul rapportant des morts du covid à des personnes diagnostiquées; dès lors qu’on teste peu, ça ne veut un peu rien dire.

              Je pourrais m’accorder avec certaines de vos réserves, mais ce qui est certain c’est que les dernières études scientifiques convergent absolument toutes pour conclure que le taux de létalité réel est inférieur à 1%; et qu’il est sans doute plutôt à 0,5%.

              La présentation que vosu faites des statistiques tend à surestimer les doutes qu’on a actuellement: non, aujourd’hui, on n’a plus aucune étude qui chiffre la létalité du covid à 2%.

            • Incognitototo // 08.05.2020 à 16h06

              @Bobby,
              Je ne pense pas avoir dit autre chose que ce que vous soulignez : les taux de létalité avancés dépendent des méthodologies appliquées, dans lesquelles rentrent de nombreux paramètres » qui peuvent faire augmenter, mais aussi baisser le résultat obtenu (Cf. mes hypothèses sur l’étude de Gangelt).
              Le problème , c’est que pour ma part, je n’ai pas accès aux données méthodologiques des études produites, je ne serai donc pas aussi affirmatif que vous. Même si je suis totalement d’accord pour considérer que les chiffres de l’OMS sont probablement très surestimés, c’est cependant un peu rapide d’en conclure qu’une étude serait plus juste qu’une autre, d’autant que l’histoire est très loin d’être terminée.
              En tout état de cause, même si au final, on constatait qu’on tourne à 0,5 %, ça fait quand même 335 000 morts pour la seule France (18 fois plus que la plus haute estimation concernant la létalité des grippes saisonnières), 37 millions pour le monde, sans même compter toutes les séquelles qui ne manqueraient pas d’en résulter. Vous êtes prêt à les assumer, vous ? Moi pas.

            • Bobby // 08.05.2020 à 19h19

              @incognitototo. Non désolé, je ne dis pas seulement que cela dépend des méthodologies, je dis que les estimations qui évaluaient à 3 ou 4 % % ne s’appuyaient justement sur aucune méthodologie d’échantillonage (en gros, cela dépendait de la POLITIQUE en matière de dépistage), à la différence des études statistiques qui l’évaluent à 0,5 % (voire moins comme en Islande) qui ont justement des méthodes permettant de mesurer de manière fiable le nombre de personnes infectées. Ce qui change donc tout.

              Sinon, vous confondez létalité et mortalité. Le taux de létalité est le nombre de décès sur le nombre de personnes infectées et non sur la population. Votre estimation n’aurait de sens que si toute la population était touchée ce qui n’arrive absolument jamais.

              Et je confirme après relecture que, non, je ne me suis pas contredit dans mes chiffres. C’est bien vous qui m’avez mal lu.

        • Karim Wilmotte // 06.05.2020 à 23h46

          Si le système de santé s’effondre, les cas très sévères ont de grande chance de passer à : morts.
          C’est difficile à quantifier pour l’instant (peut-être avec les données italiennes ou new-yorkaises?)
          Et il faudrait alors rajouter aussi les pertes de chances des personnes nécessitant des soins.

          • Incognitototo // 07.05.2020 à 03h27

            Pas que pour le système de santé pour l’effondrement… imaginons que 50 % de la population soit malade en même temps (et même successivement), c’est à dire majoritairement les actifs (puisque plus on est jeune moins il y a de risque), il reste qui pour nous faire manger et tous nos besoins vitaux ? On retournerait aussi sec à l’âge de pierre…

            • Karim Wilmotte // 07.05.2020 à 16h51

              La situation italienne était une situation d’effondrement au moins partiel.

  • Perjovem // 06.05.2020 à 19h03

    Ps: pour les études si chères à OB; étant hospitalisé à cause d’une hypertrophie des glandes surrénales, les médecins du CHR de Metz, me prescrivirent un tout nouveau médicament : le Rasilez, si nouveau, que mon toubib ne connaissait pas, et la fiche du médoc, était encore sous film, car il venait de la recevoir.
    Avant que quelques années plus tard, il me téléphone pour me demander de stopper, tout de suite le rasilez, car on s’était aperçu, que ce médoc était néfaste pour les reins. Pourtant, il avait eu droit à de belles études, avant sa mise sur le marché…

  • francois // 06.05.2020 à 20h09

    Merci les crises. Vous devez avoir peur du pouvoir profond pour enterrer le Pr Raoult et ses études.
    Ma fille de 15 ans a bien compris que les écrits de Raoult était mal construits mais elle a compris qu’il était le seul à proposer une solution globale et qui les a mise en place. Tester, isolé, traiter.
    Les labos n’ont rien proposé et rien mis en place de solutions sérieuse… Elle l’a compris.
    Chers lecteurs, passez a l’action collective juridique pour demander aux soignants de soigner et aux patients d’être soignée.
    Des solutions existent même si elles ne sont pas parfaites.
    [modéré]

  • jp // 06.05.2020 à 20h42

    Tout ce déluge d’artillerie contre un seul individu, c’est peu commun. On se demande d’ailleurs bien pourquoi.
    A sa place je serais flatté. Notre Professeur national a, vu son curiculum vitae, une telle expérience dans la navigation dans les eaux tourmentées du petit monde scientifique politique institutionnel qu’il ne peut pas ne pas avoir d’ennemis. C’est humain.

  • Leterrible // 06.05.2020 à 20h57

    « Le long fleuve tranquille » des aventures des tests « doubletruc »…

    https://www.liberation.fr/france/2020/05/06/tocilizumab-l-essai-clinique-de-l-ap-hp-caviarde-brise-mais-libere_1787566

    Et tant pis pour ceux qui attendent…depuis des mois…qqch de +- sûr et efficace qui les éloigne des la « Réa » …

  • consterné // 06.05.2020 à 22h22

    les crises est un site indépendant? jJen doute de plus en plus, il rejoint la meute mainstream contre Raoult, 800 000 médecins dans le monde préconisent le traitement, des médecins comme peronne et douste blazy également, mais non , vous vous attardez sur les non respect des protocoles, mais bon sang , on est dans un pays de cons ou quoi ?

  • jp // 06.05.2020 à 22h28

    Une immense majorité de médecins de terrain essayent de pratiquer la Médecine du mieux qu’ils peuvent et toujours dans l’intérêt des patients. Malheureusement pour les patients qui croient légitimement en cette pratique médicale et pour l’idée que tout un chacun veut avoir de la Médecine, force est de constater que vécues de l’intérieur et à certains niveaux des considérations totalement étrangères à la vraie Médecine peuvent se manifester jusqu’à être très néfastes pour des patients ou même pour toute la population. Cette remarque désabusée repose sur 40ans de pratique hospitalière ou privée. Un simple médecin n’est pratiquement rien dans ces jeux de pouvoirs.

  • Jubaka // 06.05.2020 à 23h10

    Merci Ob, bon article, précis et factuel.

    • Francois Marquet // 07.05.2020 à 00h00

      Mais dont certaines critiques argumentées ne passent pas la modération.
      Les 67 comprimés de Plaquénil vont rester dans les annales, le professeur Molimard nous aura bien détendus.

  • Surcouf // 07.05.2020 à 00h43

    Il ne s’intéresse pas au shamanisme seulement en tant qu’anthropologue ( voir même pas du tout), il organise des conférences où il promeut une médecine alternative. Il est philosophiquement à rebours de la médecine « occidentale » . Si pour vous l’opinion, intéressée, d’un anthropologue sur la valeur scientifique des travaux de Raoult est plus valide que l’analyse d’OB (un actuaire qui comprend les chiffres et formé à l’analyse « forensic ») c’est votre problème. Michel à une approche à priori, idéologique et intéressée des travaux de Raoult; OB, lui, fait un travail d’analyse. Mais bon, visiblement vous avez la foi, il est donc bien inutile de raisonner avec vous.

  • Joe // 07.05.2020 à 03h48

    Mr OB dit dans son billet :
    « Traitement (des malades du Covid-19) avec des antibiotiques : il faut éviter l’utilisation aveugle ou inappropriée d’antibiotiques, en particulier en association avec des antibiotiques « à large spectre« . »
    pour traduire :
    « 2.5 Antibiotic drug treatment: Blind or inappropriate use of antibiotic drugs should be avoided, especially in combination with broad-spectrum antibiotics. »

    « devrait être évité » se transforme en « il faut éviter », c’est pas un conditionnel « should » ?
    Comment arranger la traduction pour démontrer ce qu’on a envie de démontrer…

    Mais bien sûr, il ne met que ce qui l’arrange du document, il oublie ce qu’il y a avant et après :
     »
    X. Treatment
    1. Treatment venue determined by the severity of the disease
    1.1 …
    1.2 …
    2. General treatment
    2.1 …

    2.4 …
    2.5 Antibiotic drug treatment: Blind or inappropriate use of antibiotic drugs should be avoided, especially in combination with broad-spectrum antibiotics.
    3. Treatment of severe and critical cases

     »

    Dans le texte de Raoult, « For patients with pneumonia and NEWS score >=5 », je crois que ça correspond à « Severe case », non ?
    Mais je peux me tromper et contrairement à OB, j’accepte tout à fait de ne pas être parfait et j’accepte bien entendu les critiques constructives…

  • Joe // 07.05.2020 à 03h56

    Ce qui est surprenant depuis le début de ce déchaînement contre Raoult, des gens qui se prétendent être l’élite intellectuel et scientifique de ce pays oublient certaines choses de base en médecine :
    pour simplifier, dans le corps, il y a un tas de choses qui cohabitent, l’équilibre est fragile et quand tu as les poumons atteints de manière importante (à cause d’un virus dans ce cas mais ça peut être une bactérie), ton système immunitaire est fragile et ton corps est à la merci de la moindre merde qui passe et même souvent la bactérie qui te tuera est déjà présente dans ton corps.
    La connerie de la sécu pour dire « les antibiotiques, c’est pas automatique » fait croire aux gens : virus donc pas d’antibiotique. J’ai envie de dire, mais ma pauvre Lucette, ça dépend de l’état clinique de la personne…

    Bien entendu et comme dans toutes circonstances, je peux me tromper et je serai heureux si quelqu’un me démontre mes erreurs…
    Sinon ce serait bien de modifier le billet… Je sais, j’adore rêver…

  • Manu38 // 07.05.2020 à 06h16

    Le plus intéressant dans ce billet, que je n’ai d’ailleurs pas lu (le Raoult-bashing m’insupporte), ce sont tous les commentaires.

  • Baldox // 07.05.2020 à 08h02

    Si l’étude de Raoult n’est pas dans les standards des critères de la recherche, elle n’en reste pas moins un retour d’expérience de médecins (il n’est pas seul) traitant des patients sur la base d’analyses.
    Si la charge virale est réduite à zéro en 6 jours avec les médocs alors qu’elle persiste 20 jours sans soins c’est qu’il y a bien un effet.
    Les arguments de l’article sont soit des citations d’opinions dont le sérieux n’a pas été davantage démontré par des études correctes (ils sont cependant acceptés pour une critique d’une démarche équivalente !) soit des contestations de chiffres dont il existe sans doute une explication qui n’a pas été demandée aux intéressés.
    On attend un même enthousiasme critique d’OB à l’égard du bidule remdesivir qui est aujourd’hui envisagé comme traitement après que toutes les interdictions possibles ont été prononcées contre l’hydroxychloroquine.
    De plus si toute l’énergie qui a été déployée pour taper sur Raoult l’avait été pour faire une étude « sérieuse » démontrant ou invalidant son traitement on saurait de quoi il retourne. Et je ne parle pas d’étude orientée avec application du protocole aux seuls cas marginaux ou désespérés. Mais étrangement, rien n’a été fait dans cette voie. Peur de constater que ça marche ? On serait tenté de le croire !

  • GregP // 07.05.2020 à 08h20

    Je partage cette interview d’un anthropologue de la médecine très critique face à la gestion de la crise en Suisse et en Europe. Je le trouve très intéressant et très clair. Un poil polémique mais très factuel et il s’exprime avec précision et prudence. Il évoque notamment l’utilisation de la chloroquine et les différences entre science et médecine.
    Un point de vue de plus pour nourrir notre réflexion sur cette période compliquée.

    https://1dex.ch/2020/04/anatomie-dun-desastre-selon-jean-dominique-michel/

  • Calounet // 07.05.2020 à 08h29

    Quand on a 63 % de pneumonie prouvée par scanner dans les patients de l’étude on ne peut pas dire que c’est comme dans la population…
    Ça se saurait si 63% des français avaient une pneumonie…

  • Thaïs // 07.05.2020 à 08h53

    Le cardinal de Lugo, alors général des jésuites, vante les mérites du quinquina auprès de son ami Mazarin, lui-même atteint des fièvres, ce qui va introduire le quinquina à la cour de France. Mais la réputation de ce traitement s’installe mal dans le corps médical parisien, car la Faculté de médecine reste un bastion d’obscurantisme, en particulier son doyen Guy Patin, qui est le type des médecins fustigés par Molière.
    Le quinquina devint un sujet de querelle médicale à Paris, en liaison avec des querelles religieuses : les jésuites sont favorables au quinquina, mais les protestants et les détracteurs des jésuites opposés. Des polémiques et des pamphlets en résultent ce qui fera dire plus tard à Voltaire : « le quinquina seul remède spécifique contre les fièvres intermittentes et placé par la nature dans les montagnes du Pérou, mit la fièvre dans le reste du monde ». Le quinquina est alors utilisé sous forme de vin ou de teinture et des marchands malhonnêtes falsifient la drogue avec des écorces appartenant à des espèces différentes, certaines parfaitement inactives ce qui alimente la controverse.
    Texte de Christian Camus
    Et aujourd’hui, en 2020, alors que nous sommes confinés, des jaloux et des envieux, qui se pensent plus intelligents que les autres, entretiennent une polémique stérile sur un traitement simple et ancien, qui fonctionne depuis longtemps….il n’y a qu’un mot à leur dire: MERDE!

  • Nymbus // 07.05.2020 à 09h14

    Voici le fond de l’opinion d’OB sur Raoult: même si Raoult a raison et qu’il s’avère que ça marche, il aurait pu avoir tord parce que ses études étaient imparfaites, donc on ne pouvait pas savoir qu’il avait raison.
    – Si ça marche OB dira donc qu’il avait quand même raison car ça aurait pu ne pas marcher
    – Si ça ne marche pas, OB dira qu’il l’avait bien dit

    Donc OB gagne à tous les coups ! Ceux qui perdent bien sûr, ce sont les morts.

  • Charles // 07.05.2020 à 09h38

    A constater cet acharnement qui me semble pour le moins incongru – comme si le sujet de la chloroquine était ce qui était capital actuellement, entre un régime qui tourne fasciste et l’économie réelle qui s’effondre, il me vient ces 2 citations :

    Et pourtant elle tourne ! & Ceci n’est pas une pipe.

    Ce n’est pas parce qu’il y a de très mauvaises études prouvant quelque chose que ce quelque chose n’existe pas. L’étude n’est pas la réalité, l’étude est un discours sur la réalité.

    Pas vu passer ici les analyses de Jean-Dominique Michel, qui pourraient donner un contrepoint, histoire que chacun puisse juger avec un maximum d’ouverture des données du débat actuel.

  • jmrr // 07.05.2020 à 09h54

    Je lis quelques phrases et déjà un ramassis de c….. !
    Il veut rester dans els clous des professeurs-chercheurs en mal de subventions, rester dans les « régles » … sur un médoc qui existe depuis 70 ans, distribué sans ordonnance, classé récemment « vénéneux », et oubli les essais de tous poils dont les essais placébo. Il imagine que les dits professeurs obtiennent le consentement « éclairé » des malades qu’ils ont l’intention de laisser mourir, sans traitement, avec un placébo.
    Et question remdesivir, ras tout est bon. Rivotril, mort sur arrété et ordonnance, sans AMM, ras, tout va bien. Refus d’hospitaliser les malades des EHPAD ? c’est la norme. refus de tester les malades des EHPAD et les autres résidents ? tout va bien ! etc ….. des milliers de morts « volontaires ».
    Bref article à charge, encore un. du Délire ! On croirait du BFM.
    Quant à Raoult. lui proposait un traitement. Pas cher. Qui semble réussir. Là où les autres proposent rien : la mort pour les uns, le renvoi à la maison avec au petit bonheur retour à la normale ou décés. Non comptabilisé !
    Cette crise démontre que le système de santé le « meilleur du monde est devenu pillé, parasité de toutes parts, en interne et par l’extérieur !
    Et sinon, on parle aussi du fiasco intégral de dicovery. Et des annonces des uns et des autres.
    Et de la gestion des peurs par le trio Macron, phillipe, véran, sans oublier inénarrable Salomon ? non. Vaut mieux pas !

  • Jerome // 07.05.2020 à 10h04

    Bonjour,

    J’avais énormément de respect pour ce blog jusqu’à cette chasse au sorcière anti-Raoult. J’avais vraiment apprécié à l’époque votre prise de position sur le conflit ukrainien.

    Le professeur Raoult est loin d’être un imbécile :
    – son protocole a été adopté par de nombreux pays
    – Il est un des meilleurs dans son domaine et reconnus par ses pairs
    – les effets négatifs de la chloroquine sont connus (sphère cardiaque) et sont pris en compte dans le protocole. Ce médicament a été utilisé pendant des dizaines d’années à des millions de doses
    – le taux de mortalité du Covid-19 n’est pas plus élevé que la moyenne des grippes saisonnières
    – l’hystérie collective autour du sujet, la médiocrité des actions des gouvernants, le confinement entrainent un écroulement économique, médical, sociétal, psychologique
    – comme toutes les autres crises sanitaires, les prévisions sont totalement absurdes et aucunes n’a été atteintes

  • Tallis // 07.05.2020 à 10h18

    Fichtre, déjà 295 commentaires au moment où j’écris celui-ci !
    Que de passions pour un article qui a le mérite de proposer un petit guide de défense intellectuelle permettant de lire de manière critique une étude scientifique et qui montre à quel point celle-ci a été bâclée.

    Après, la chloroquine, ça marche, ça ne marche pas, personne ne sait vraiment le dire à l’heure actuelle. La seule chose qu’on puisse dire, c’est que ce n’est pas cette étude qui va permettre de trancher et que la publier en l’état relève de l’escroquerie intellectuelle.

    • Séraphim // 07.05.2020 à 12h28

      Quand vous avez un voisin qui clame des sornettes avec son barbecue et ses trois potes, tout le voisinage hurle à tour de rôle au balcon. Ce n’est pas de la « passion », juste envie que le sans-gêne et la c… s’arrêtent. Pas forcément pour dormir, mais quand y’a la dose, y’a la dose.

  • Macarel // 07.05.2020 à 10h21

    La pseudo-science derrière l’assaut contre l’hydroxychloroquine

    « En d’autres termes, après plus de 50 ans d’utilisation efficace, HCQ et AZ ont prouvé leur innocuité et leur efficacité. Il n’y a aucune raison de craindre, sauf la peur elle-même. Mais certaines personnes peuvent être vulnérables, alors l’article explique comment calculer un score de risque individuel pour les prolongateurs QTc. Les individus avec un score de risque plus élevé pourraient avoir besoin d’une surveillance de l’intervalle QTc. De plus, les auteurs suggèrent d’éviter d’autres médicaments prolongeant le QTc pendant le traitement par HCQ + AZ. »

    L’article complet en anglais

    https://wattsupwiththat.com/2020/05/02/pseudo-science-behind-the-assault-on-hydroxychloroquine/

    Le site en question semble un site consacré au « climat », mais de tendance climatosceptique.

    Tout comme le Pr Raoult d’ailleurs. Y-aurait-il une corrélation entre supporters de HCQ+AZT et climatosceptiques ?

    Et vice versa supporters de IPCC (GIEC en français), et détracteurs de HCQ+AZT

    « Science institutionnelle consensuelle » versus « électrons libres sceptiques par principe » ???

    Tout cela mériterait un débat plus général sur le monde scientifique dans son ensemble et ses liens avec le reste de la société. Le monde de la recherche en particulier, qui de plus en plus dépend de crédits venant d’intérêts privés, ce qui forcément oriente la recherche dans certaines directions, plutôt que d’autres. Tout cela au dépends d’une recherche publique indépendante.

  • Alain // 07.05.2020 à 10h47

    A quand une étude sur Big Pharma, !!!
    Rome ne s’est pas construite en un jour, laissons le Pr Raoult avancer dans son travail!!!!

  • mimie // 07.05.2020 à 11h11

    il suffit d’aller sur le site du « Quotidien du médecin », bien nommé , où les médecins ordinaires sur le terrain font part de leur désarroi devant les affirmations péremptoires des officiels et des scientifiques patentés ajoutés à leur incompréhension de ne pouvoir prescrire ce qu’ils ont toujours prescrit. Certains autres médocs ordinaires ont même été retirés de la vente (lire tous les témoignages qui suivent l’article) : https://www.lequotidiendumedecin.fr/specialites/infectiologie/etude-lappui-un-collectif-de-medecins-plaide-pour-la-liberte-de-prescrire-en-ville

  • Fabricius // 07.05.2020 à 11h33

    Ce n’est pas de la manipulation, c’est de la médecine de terrain : une médecine curative tout simplement conforme au serment d’Hippocrate. Pourquoi continuer d’affoler la population ? Pourquoi justifier ainsi un confinement illimité qui, par l’effet de la catastrophe économique, fera encore plus de morts ?

  • Jib // 07.05.2020 à 11h34

    J’ai souvenir d’un livre « Le mandarin aux pieds nus » d’Alexandre Minkowski.
    Prévention, hygiène, puis soigner autant qu’on peut. Cela supposait une médecine sociale, dans les écoles, les entreprises et aussi la présence de nombreux assistants para-médicaux, infirmières scolaires, praticiens de terrain.
    Souvenir, souvenir…
    C’est la mortelle comédie qui nous est proposée entre les médecins de Molière : purgare saignare et les médecins de ville, interdits de prescrire ce que leur expérience leur a enseigné, dépourvus de masques et protections, désavoués, marginalisés par leurs hiérarques politico-scientifiques.
    Aujourd’hui confinare et doliprane. Avant tout le malade doit se soumettre, jusqu’à l’absurde, au pouvoir médical, aujourd’hui la caste les grands professeurs hospiltalo-universitaires et des big pharma.
    Raoult a montré la voie, pas le premier, pas le dernier, mais il a su se bâtir une forteresse, son navire de guerre comme il l’appelle, duquel il peut défier ou ignorer les Tartuffes, les Nérons qui nous disent d’attendre et de bien vouloir mourir en suivant les règles dictées par la faculté et le pouvoir.

  • Helios // 07.05.2020 à 14h39

    Comme je l’avais indiqué avant d’être censuré, les preuves venant d’un nombre croissant de pays, du succès de la méthode de traitement de Raoult s’accumulent.
    Bientot ça va être dur de nier l’évidence.
    Maintenant l’Italie

    https://www.corrierece.it/notizie-zone/notizie-italia/2020/05/06/coronavirus-terapia-con-idrossiclorochina-da-nord-a-sud-ce-stato-un-crollo-dei-ricoveri.html

  • Olivierhk // 07.05.2020 à 16h54

    Le traitement est utilisé à travers le monde et à fait ses preuves.Ce n’est pas le traitement miracle mais ça fonctionne plutôt bien, surtout pour les personnes à risques, et c’est le traitement au monde le plus utilisé en ce moment..
    Personne n’oblige l’auteur de cet article à prendre le traitement . Pourquoi empêcher les autres de le faire si c’est leur choix en accord avec leur médecin ?
    Est ce que j’empêche mon voisin de fumer ? Et pourtant la cigarette tue, c’est prouvé.

  • Roman // 07.05.2020 à 19h57

    En tant que scientifique biologiste et soignant, merci OB de toute la série d’articles qui dénonce ce charlatan. Je pèse mes mots pour le dire, c’est pas mon genre de juger aussi sévèrement les personnes, mais c’est exactement ce qu’il est. Je suis abasourdi par le nombre de personnes qui continue à le soutenir surtout sur ce site sans qu’un seul n’apporte des arguments crédibles. [modéré] (que ce soit sur n’importe quel forum sur n’importe quel sujet y compris plus superficiels comme le sport, de plus en plus de sites ferment les commentaires tellement les gens ne savent pas analyser des faits sans raconter n’importe quoi).

    [modéré] En tant que chercheur je peux témoigner que le Pr Raoult n’est pas le seul chercheur à utiliser sa notoriété tout en étant un charlatan complet. Il y en a malheureusement des milliers d’autres rien qu’en France et rien que dans le domaine des sciences de la vie (mais ils ne se sont pas autant médiatisés exactement comme l’était Raoult avant le covid). C’est pour ça que cette situation polémique ne m’étonne pas du tout.
    Courage à OB et bonne continuation dans la rigueur des analyses que vous faites!
    Merci

  • Louis // 07.05.2020 à 22h55

    Je suis d’une famille coloniale, j’ai pris de la nivaquine (on appelait ça comme ça nous) tous les jours pendant 10 ans, mes parents pendant 30 ans et mes grand parents toute leur vie. Et tous nos amis aussi. Personne n’a jamais été malade aussi loin que je me rappelle.

    Et toute personne ayant vécu assez longtemps en Afrique vous dira la même chose.

    Donc au pire la chloroquine est un placebo. Et de mon point de vue il vaut mieux prescrire un placébo que rien du tout. Le fait de penser qu’on va guérir a un effet positif sur le corps et aide à guérir.

    Au delà de ça, Raoult est un médecin brillant et reconnu pour son travail, avec une forte personnalité comme tous les personnages brillants. Souvent ça ne rend pas très sympathique, c’est vrai.

    Il est peut être également brouillon dans sa manière de rédiger certains papiers de recherche mais il est inconcevable de penser qu’il soit mal intentionné ou qu’il place son égo au dessus de la santé de ses patients.

    2 choses enfin :
    – Les médecins n’ont pas attendu la découverte des molécules pour soigner les gens. L’histoire des sciences est remplie de cas ou on a mis au point quelque chose et on a compris pourquoi cela marchait des siècles plus tard.
    – Un spécialiste guidé par une longue expérience peut intuitivement trouver la solution d’un problème là ou une personne très forte sur la théorie mais sans expérience va passer plus de temps. Je pense que Raoult appartient à la première catégorie.

  • Jean-François91 // 07.05.2020 à 23h01

    Il y a aussi des médecins qui tiennent des blogs, même dans le Quotidien du Médecin, comme le Dr Maudrux, qui écrit ceci le 6 mai :

    « En ce qui concerne le traitement du Covid-19, officiellement, il n’y en a pas. Aucun médicament n’a d’Autorisation de Mise sur le Marché dans cette indication. Cela a été rappelé aux médecins et aux Français, parfois par décret, et le Conseil de l’Ordre des médecins menace quelques médecins contrevenants. Seuls quelques hôpitaux ont le droit de tester certains traitements, et le temps que l’AMM soit délivrée, il y a encore de l’eau qui coulera sous les ponts. Un traitement est toutefois autorisé et conseillé par les autorités, sans AMM ( ! ) : le Doliprane. Voilà la situation aujourd’hui, circulez il n’y a rien à voir. »

    Le reste de l’article est très intéressant, de même que le reste du blog, et dans les commentaires, ce sont les praticiens qui abondent et partagent leur expérience.
    https://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr/2020/05/06/traitement-du-covid-le-bal-des-hypocrites/

  • Le Spectre // 08.05.2020 à 00h37

    L’Evidence Based Practice (trompeusement traduite par démarche fondée sur les faits/les preuves) que prônent les labos, les zététiciens et les chercheurs corrompus ou abrutis contre Raoult et par extension contre l’équipe de Marseilles n’est en rien une démarche scientifique mais une démarche de financier et d’assureur.

    Les peer review (trompeusement traduit par « évaluation » par les pairs) n’est en rien une évaluation mais une sélection afin de satisfaire les faits qui arrangent le capitalisme tout en excluant et calomniant les faits opposés dérangeant le capitalisme.
    => https://fr.wikiquote.org/wiki/%C3%89valuation_par_les_pairs

    Les méta-analyses qui sont au sommet de l’EB n’est en rien néant de biais d’autant plus si on élimine tous les articles qui ne satisfont par l’ordre.
    => https://www.dur-a-avaler.com/les-problemes-avec-les-meta-analyses/

    L’Evidence BAsed Practice a été institutionnalisé depuis les années 70/80 afin de donner une légitimité à la planification néolibérale de casse sociale et destruction du service public au profit du Privé de la propriété des moyens de production et de services.

    Cette merde touche tous les domaines : médecine (Gorski), psychologie (Dehaene), éducation (Blanquer), pédagogie (Ramus), économie (Thatcher, Friedman Cahuc, Zylberberg), statistique, kinésie, pharmacie, pédiatrie, management …

    C’est cette démarche qui a généré cette situation politique, économique, sociale et sanitaire que vous voulez que Raoult et son équipe appliquent ?!!

    • Armiansk // 08.05.2020 à 08h11

      Quelles méthodes avanceriez-vous ? et surtout comment s’assurer qu’elles soient au moins aussi efficaces ?

      • Le Spectre // 08.05.2020 à 23h57

        Le terme efficace est à proscrire. Par ex, les politiques fondées sur les faits ont été très efficace pour le Capital au détriment du Social. L’efficacité est un jugement de valeur. Il faut préférer le terme d’efficience selon la pensée matérialiste dialectique chinoise.

        Sinon, une méthode (cheminement d’un pt de vue étymologique) passe notamment par
        * Par La transdisciplinarité. Il y a par ex, interpénétration entre le biologique, le psychologique et le sociologique, entre l’écologie, l’organisme et la cellule, entre l’astrologie, la géologie, le climat, entre le sociétal, le collectif l’individuel….
        * Par la reconnaissance des contradictions et des stades (devenir) . La «« psychologie scientifique »» a fait l’erreur de ne pas reconnaître les stades de développement, les conflits, les zones proximales d’efficacité et d’émergence… au profit d’une vision mécaniste. C’est comme renier les étages et les crises en géologie.
        * Ne pas être sceptique mais plutôt douter pour paraphraser Claude Bernard.

        Malheureusement, les chercheurs et les ingénieurs (matheis, techne) qui usent de méthode labos (aujourd’hui prosélyte de l’Evidence based et souvent zététicien) détestent les méthodes de terrain ou d’abstration. Or comment peut-on définir une stratégie si on cherche à fixer des paramètres et des faits qui sont changeants et incontrôlables sur le terrain ?

      • Le Spectre // 09.05.2020 à 00h05

        On peut faire remarquer que la polémique sur la méthode Raoult et la même que celle sur la méthode Decroly (méthode globale) et du pragmatisme de Dewey (qui a été traduit en français par Decroly. Dewey est un des rare pragmatiste dialecticien. Ce qui fait de lui sans le savoir l’équivalent de Marx pour la société US).

        On retrouve le même phénomène communaliste au sein de la communauté scientifique contre la théorie de Wegener, de Marx, de Freud, de Piaget, d’Alexandre Zinoviev entre autres.

        • Armiansk // 09.05.2020 à 09h46

          Merci. Quand je parlais d’«efficaces» («efficients» me convient), je voulais dire «qui sauve le plus de vies».

          Comment les méthodes que vous évoquez amélioreront-elles le résultat sur la santé des personnes ? comment s’intercroisent-elles avec la médecine sur preuves ?

          Quelles parallèles voyez-vous entre la polémique raoult et, par exemple, la méthode Decroly ?

          Au plaisir de vous lire

          • Le Spectre // 10.05.2020 à 00h55

            Les chercheurs de labos, les ingénieurs, les politiciens doivent prendre aux sérieux les méthodes de terrains ou d’abstraction. C’est en effet elles qui donnent un cadre théorique qui permet d’appréhender et d’expliquer la mesure vers le « bon bout de la raison » (Raoultabille) ou le « bon sens » (Descartes).

            Mais, bizarrement ça fait fi de la théorie probablement à cause de Platon (mathéis et techne) qui l’a réduite à de la spéculation bien qu’étymologiquement theoria c’est contempler et regarder le réel dans sa complexité. Toutes les conclusions issues d’étude d’Evidence Based comme les neurosciences sur la lecture, comme le DSM se veulent a-théorique.

            Ça oppose la contemplation (expérience-regard globale) – qui est accusée de subjectivité – à la mesure (expérimentation-observation en détail) – que ça croit pleinement objectif.

            Or, en faisant fi d’une couche géologique insignifiante pour les ingénieurs, le polder de l’aéroport de Kansai s’est tassé en quelques mois au lieu des plusieurs années ans prévu par le calcul.
            Certes l’aéroport fut une réussite technique mais c’est scientifiquement un échec. Ça fait à peine 40 ans que des cours de géologie sont intégrés aux programmes des géotechniciens. Mais, les contre-maîtres et certains géotechniciens ont encore du mal aujourd’hui.

          • Le Spectre // 10.05.2020 à 01h56

            On retrouve les mêmes mauvaises fois et les mêmes critiques de la part des anti-Raoult et anti-Globale. On accuse tous les deux de charlatanisme. On accuse l’IHU et les écoles de l’Éducation Nouvelle de sectarisme bien que des plus ouvertes au monde. On accuse la Chloroquine et la méthode globale de tous les maux de la terre tandis que le glysophate et le béa-ba c’est excellent pour la santé. Ça cherche a invalidé le traitement HCQ-AZ en l’usant en dehors de sa « zone proximale » d’efficience et la MG en la caricaturant à outrance.

            Pour paraître moderne, les traditionalistes comme Blanquer mettent en avant la péda Montessori validée par Evidence Based par Dehaene. Or, ça exclut l’aspect progressif (l’actif) de la péda au profit de son aspect mécaniste (sensualisme) et individualiste (spiritualisme). Cet aspect techniciste et individualiste de la péda Montessori a été moult fois invalidée sur le terrain de manière indépendante par les psychologues (Vygotski, Stern, Wallon, Piaget), les pédagogues (Hamaïde, Freinet) et aujourd’hui par le sémiologue, mentor et entrepreneur Yves Richez.

            Contre Raoult, pour paraître objectif, les zététiciens et les technoscientistes prônent la dite « démarche fondée sur les faits » (l’Evidence based) bien que les réussites sont clairs sur le terrain avec un taux bas de cas grave à l’IHU de Marseille.

            Si l’AFIS critique la méthode de com et la démarche hétérodoxe de Raoult. Elle est bcp moins radical qu’Olivier et soutient tout de même du bout des doigts par défaut la pratique de Raoult dans cette lutte.

    • jc // 09.05.2020 à 10h41

      Tout ça est sociologiquement passionnant. Je suis content de voir que parallèlement au procès « Raoult » instruit par Olivier Berruyer s’instaure ici, encore trop timidement à mon goût, un procès d’un scientisme en rapport étroit avec « une démarche de financier et d’assureur », comme le dit Le Spectre, et très loin d’un rapport avec le savoir telle que je le conçois depuis quelque temps déjà. Je me permets de reproduire ici un propos tenu par Wakizashi le 06.05.2020 à 18h40:

      « Être identifié à ses croyances signifie que si on nous les enlève, ou si elles s’avèrent fausses, c’est à notre identité que l’on enlève quelque chose ; c’est un bout de nous-mêmes qui est amputé. »

      Ce qui a valu pour moi à un moment de ma vie -délicat à passer- vaudra peut-être aussi un jour pour l’actuaire Olivier Berruyer.

  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications