Les Crises Les Crises
26.décembre.201726.12.2017 // Les Crises

[RussEurope en exil] Le Pluralisme, voilà l’ennemi ? Par Jacques Sapir

Merci 0
J'envoie

Billet invité

La prise d’antenne par RT-France, le lundi 18 décembre 2017, a suscité beaucoup d’intérêts chez les téléspectateurs, mais aussi bien des critiques et des commentaires dans le monde des médias[1]. On avait observé le même phénomène, mais l’hystérie antirusse en mois lors du lancement de Le Médias quelques jours auparavant. Ces comportements sont révélateurs de la perte de confiance dans ce que l’on appelle les « médias traditionnels » ou « mainstream ». Cette perte de confiance peut d’ailleurs se mesurer dans divers sondages. Mais, derrière cette perte de confiance se profile aussi un autre problème : celui de la censure dont des sources d’informations qui ne sont pas alignées sur la « pensée unique » font l’objet. Une censure que certains, auto-proclamés « spécialistes de la Russie » aimeraient bien voir appliquer à RT-France semble-t-il[2].

Un bilan « globalement négatif »

Un sondage, donc, a été réalisé par l’IFOP-Fiducial [3] et portait sur Les moyens de l’audiovisuel public et les menaces pesant sur la liberté d’expression. Les résultats de ce sondage sont extrêmement intéressants. Il montre tout d’abord que les réponses distinguent bien les menaces dans les médias traditionnels et celles pesant sur les « réseaux sociaux ».

Tableau 1

« Diriez-vous qu’aujourd’hui en France, la liberté d’expression est

menacée… ? » (en % des réponses)

Dans les médias dits traditionnels: (télévision, radio, presse) Dans la société d’une manière générale Sur les réseaux sociaux
Oui, tout à fait 25 24 17
Oui, plutôt 42 43 30
TOTAL: Oui 67 67 47
Non, plutôt pas 27 27 40
Non, pas du tout 6 6 13
TOTAL Non 33 33 53

On voit que, pour les personnes ayant répondu au sondage, les menaces se concentrent ainsi sur les « médias traditionnels » et dans la société. Ce qui est aussi très intéressant est le nombre très faible de personnes répondant qu’il n’y a pas « du tout » de menaces sur la liberté d’expression : 6% de l’échantillon.

Cela se comprend au vu des affaires qui ont agitées la sphère médiatiques ces derniers mois, comme, et ce n’est qu’un exemple, le licenciement abusif de Mme Aude Lancelin du Nouvel Observateur, fait pour lequel ce journal a bien été condamné, en première instance, à une amende de 90 000 euros.

Comment se répartissent les opinions

Le deuxième point intéressant est la répartition par « préférences partisanes » de ces réponses. On constate que les sympathisants de France Insoumise et du Front National considèrent massivement quant à eux que la liberté d’expression est menacée. Les pourcentages pour les sympathisants du PS ou des « Républicains » sont proches de la moyenne nationale cependant, et l’on peut penser que si on retirait de l’échantillon les sympathisants FI et FN, le taux de réponses dépasserait en fait la moyenne nationale. En fait, seuls les sympathisants du parti au pouvoir LREM ne considèrent qu’à 44% (ce qui reste cependant un chiffre élevé) que la liberté d’expression est menacée.

Figure 1

Répartition par préférences partisanes

Il y a donc bien un problème avec la liberté d’expression en France, ou à tout le moins il y a bien une perception de ce problème, perception qui devient d’autant plus forte que l’on se trouve exclu du pouvoir.

Ce n’est pourtant pas le seul problème.

Si l’on regarde maintenant la structure par âge des réponses, on constate que les moins de 35 ans sont de loin les plus nombreux à penser que la liberté d’expression est menacée. Ils sont 78% à le penser (contre 67% en moyenne pour l’échantillon) et même 84% pour la tranche 18 à 24 ans.

Figure 2

Répartition par âge

La perte de confiance des moins de 35 ans dans les « médias traditionnels » apparaît donc comme massive.

Enfin, si l’on regarde les Catégories Socio-Professionnelle et l’origine régionale, les résultats ne sont pas moins intéressants.

Figure 3

Répartition par CSP et par régions

(sources des figures 1, 2 et 3: https://www.fiducial.fr/fr/Actualites-FIDUCIAL/Les-moyens-de-l-audiovisuel-public-et-les-menaces-pesant-sur-la-liberte-d-expression )

On constate que les salariés du secteur privé et les chômeurs sont les plus nombreux à penser que la liberté d’expression est menacée, ce qui traduit l’engagement d’une grande partie des « médias traditionnels » pour les réformes comme la « loi travail », réformes qui sont perçues comme des menaces directes pour ces populations. De même, les populations vivant en province, et dans des communes rurales ou des petites villes, semblent aujourd’hui bien plus sensibles aux menaces pesant sur la liberté d’expression que celles vivant dans l’agglomération parisienne.

On peut supposer que c’est bien la « France périphérique » qui se sent exclue des « grands médias ».

Un sentiment justifié ?

Ce sentiment de menaces pesant sur la liberté d’expression et d’opinion rejoint d’autres sondages quant à la confiance que faisaient les français à diverses institutions[4]. Les journalistes, et plus généralement les « médias », arrivent à un niveau particulièrement bas.

Le manque de pluralisme de la presse (écrite ou audio-visuelle) explique très probablement ce phénomène. Ce manque de pluralisme ne s’exprime pas uniquement par l’exclusion des « voix dissonantes », mais aussi par des commentaires toujours orientés dans le même sens, et surtout par la confusion constante entre le commentaire et l’information elle-même. De trop nombreux « journalistes » se transforment en commentateurs. Cela est probablement à relier à l’extrême concentration de la presse en France et au fait que la plupart des organes dits « d’information » appartiennent à un groupe réduit d’oligarques[5].

Mais, ce phénomène, qui est à l’origine de la décision de créer Le Média, ou qui est avancé par les responsables de la chaîne RT-France pour justifier de sa création, n’est pas le seul. Le développement de médias ou de quasi-médias « non-conventionnels », développement qui est une réaction à la situation étouffante dans les médias conventionnels, a engendré aussi une forme de réaction de la part des tenants de la pensée unique. On a assisté aussi, sous couvert de lutter contre la « radicalisation » et le « terrorisme » à la montée d’une forme de censure touchant aussi les médias non-conventionnels. On pourrait ainsi rattacher à cette forme insidieuse de censure celle qui a frappé mon carnet RussEurope publié jusqu’au 26 septembre sur hypotheses.org[6].

C’est dans ce contexte qu’il convient donc d’apprécier la levée de bouclier dans les milieux médiatiques contre tant Le Média que contre RT-France. On est plus ici dans la défense d’une rente que dans celle de la liberté d’expression. Et, la concentration de ses attaques montrent bien la peur de ceux qui avaient pris l’habitude de « désinformer en paix » et qui se voient potentiellement confrontés, que ce soit dans le monde des médias conventionnels ou dans celui des médias dits « non-conventionnels » à une offre pluraliste. C’est bien en réalité la peur du pluralisme qui anime ces censeurs, qu’ils soient virtuels ou effectifs.

Jacques Sapir

Notes

[1] https://www.les-crises.fr/rt-bashing-l-angoisse-de-nos-medias-face-a-la-perte-de-leur-monopole-de-la-propagande/

[2] http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/12/20/monsieur-schrameck-suspendez-l-attribution-de-la-licence-de-diffusion-a-russia-today_5232472_3232.html

[3] https://www.fiducial.fr/fr/Actualites-FIDUCIAL/Les-moyens-de-l-audiovisuel-public-et-les-menaces-pesant-sur-la-liberte-d-expression

[4] Voir https://delitsdopinion.com/1analyses/les-francais-et-la-politique-desinteret-ou-crise-de-confiance-2633/

[5] Par exemples :

* Serge Dassault: Le Figaro

* Bernard Arnault: Les Echos, Le Parisien, L’Opinion

* Patrick Drahi: Libération, L’Express, BTM-TV & RMC

* Xavier Niel & Matthieu Pigasse et Pierre Bergé (décédé en Septembre): Le Monde, L’Obs

* François Pinault: Le Point

* Vincent Bolloré: Canal Plus, Direct Matin, Direct Soir

* Martin et Olivier Bouygues: TF1

* Claude Perdriel: Challenges, L’Obs (minoritaire), Rue89

[6] Voir l’article dans Counterpunch, https://www.counterpunch.org/2017/11/17/the-censorship-of-jacques-sapir-french-dissident/

ou la vidéo de Marco Zanni au Parlement européen (https://www.youtube.com/watch?v=CCCf3iAHEpA), ou encore le récent éditorial dans la revue Historiens et Géographes https://www.aphg.fr/EDITORIAL-L-annee-17

Commentaire recommandé

Pepin Lecourt // 26.12.2017 à 09h05

maintenant qu’ils vont se prendre dans les gencives la CSG de Macron, les retraités qui l’ont propulsé au pouvoir vont se mordre les doigts !

En fait ce n’est pas uniquement le statut de retraité qui joue, mais sur le fait que les personnes âgées sont les plus accros à la télé et aux médias traditionnels comme journaux et radios et dont les plus soumis au lavage de cerveau.

Le sondage ne montre pas le rôle du niveau éducatif car on découvrirait ce que Emmanuel Todd a constaté en parlant des ” crétins éduqués “, processus par lequel l’éducation évolue plus vers le formatage idéologique que vers le développement de la culture et de l’esprit critique, qui aboutit à ce que les plus diplômés en général aux revenus les plus élevés sont aussi les plus conformes à la pensée des dominants du fait de la conjonction qu’ils sont à la fois les plus formatés et les mieux protégés par le système

59 réactions et commentaires

  • Fabrice // 26.12.2017 à 05h59

    Le gros défi pour les journalistes traditionnels c’est de maîtriser ce qui est admis par leur profession, mais le problème c’est que la multiplication des sources d’information a fait explosé ce consensus sur lesquels les journalistes se référaient et sur lequel on pouvait agir souvent grâce à une forme de mainmise sur les rédactions.

    Mais voilà les sources extérieures à la profession on commencé à déborder cette ligne éditoriale que l’on peut voir aussi dans le milieu universitaire, la menace se faisant de plus en plus grande la réaction de ces corpus se fait d’autant plus violente, tout ce qui n’est pas de ce concensus corporatiste est forcément une fake news car ne répond pas au déroulement de l’histoire tel que ces métiers l’ont convenu.

     42

    Alerter
    • Fougnard // 26.12.2017 à 07h21

      Tout à fait. Un des angles d’attaque des media mainstream est l’assimilation des nouveaux concurrents (RT, Le Media, …) à des diffuseurs de fake news. Toute personne émettant un avis n’ayant pas reçu le tampon du ministère de la vérité, alias miniver, est taxé de complotisme.
      Bien évidemment, le lis et regarde RT et Spoutnik. C’est salvateur face aux peids nickelés de BFM, CNEWS, LCI, France-Info. Savoir que Miller et Mamère vont être sur “Le Media” ne me réjouit pas car je les considère comme des suppôts du libéralisme.

       31

      Alerter
      • James Whitney // 26.12.2017 à 13h43

        C’est quand-même bien que quelques “suppôts du libéralisme” font partie de “Le Média”, réputé proche de La France Insoumise. Un peu de débat contradictoire rend beaucoup plus intéressant les émissions, et j’anticipe avec espoir le début le mois prochain.

         7

        Alerter
        • Chris // 26.12.2017 à 14h46

          J’envisage Le Media plus comme un moyen de dériver et canaliser le rejet du lectorat pour sauver ce qui peut encore l’être de la propagande otanienne.
          Quant à FI, hum, comment dire ? Changer le bandeau du borgne renforce-t-il son acuité visuelle ?

           8

          Alerter
  • Fritz // 26.12.2017 à 08h21

    La défiance envers les médias traditionnels est plus forte dans la France rurale et périphérique. Cela peut se comprendre : ces grands médias n’ont quasiment pas parlé en 2013-2014 de la réforme du scrutin municipal, qui a supprimé le vote plurinominal dans les communes de 1000 à 3500 habitants, autrement dit la liberté pour l’électeur de rayer des noms, d’ajouter des noms de citoyens qui n’étaient pas forcément candidats, et de panacher les listes.

    Ajoutée à la parité obligatoire, qui a singulièrement compliqué la composition de listes d’opposition, cette réforme a conduit à une absurdité : dans de nombreuses communes, il n’y avait qu’une seule liste, la liste sortante, et il suffisait d’un seul vote pour lui donner 100 % des suffrages exprimés. Ce fut le cas dans ma commune, où la participation est restée assez élevée (plus de 70 %), mais où la proportion de bulletins blancs et nuls atteignit 26 %.

    Les médias citadins de la France parisienne ont complètement ignoré cette injustice, tout en l’avalisant. Et je pourrais parler de leur approbation de la loi de saccage des cantons, de leur position délirante en faveur de la prolifération du loup… Un fossé de haine se creuse entre notre France et leurs médias.

     36

    Alerter
  • Jujube // 26.12.2017 à 08h23

    Où l’on voit que LREM concentre les ravis de la crèche. Où l’on voit aussi que les retraités sont les moins inquiets(sauf pour leur p… De pension) et ce sont eux qui votent massivement. Jeunes, pauvres, VOTEZ!!!! B…. de..,.. m…..

     21

    Alerter
    • Pepin Lecourt // 26.12.2017 à 09h05

      maintenant qu’ils vont se prendre dans les gencives la CSG de Macron, les retraités qui l’ont propulsé au pouvoir vont se mordre les doigts !

      En fait ce n’est pas uniquement le statut de retraité qui joue, mais sur le fait que les personnes âgées sont les plus accros à la télé et aux médias traditionnels comme journaux et radios et dont les plus soumis au lavage de cerveau.

      Le sondage ne montre pas le rôle du niveau éducatif car on découvrirait ce que Emmanuel Todd a constaté en parlant des ” crétins éduqués “, processus par lequel l’éducation évolue plus vers le formatage idéologique que vers le développement de la culture et de l’esprit critique, qui aboutit à ce que les plus diplômés en général aux revenus les plus élevés sont aussi les plus conformes à la pensée des dominants du fait de la conjonction qu’ils sont à la fois les plus formatés et les mieux protégés par le système

       44

      Alerter
      • some // 26.12.2017 à 11h05

        c’est encore un peu plus pervers que cela. Ils sont confortés dans ce que leurs intelligences performantes leurs octroient louanges et récompenses, ce qui en seconde instance, leurs permet de justifier une tyrannie intellectuel indépassable. Ou dit autrement, d’être sourd à toute tentative de correction cognitive du savoir.

         9

        Alerter
      • Raphaël // 26.12.2017 à 16h03

        Rassurez vous, les plus diplômés comportent aussi leur lot de brebis galeuses se régalant à mettre leurs collègues dans l’embarras avec des des sources fiables. Les diplômes n’annulent pas la réactance.

        Le doute se construit sur le long terme, mais une fois éclairé, un intellectuel est une arme redoutable.

         5

        Alerter
      • fox 23 // 26.12.2017 à 18h41

        Mon cher Pépin, pour faire bref (bon, oui, je sais) vos approximations me semblent plus dignes de BFM TV que des Crises !
        Je suis retraité, je n’ai pas voté Macron et votre grand plaisir avec un certain Jujube vous ayant précédé de nous voir payer plus de CSG rejoint bien la cohorte des macronistes;
        Oubliiez vous que notre retraite, au moins pour les gens du privé, nous ne l’avons pas volée et qu’elle n’est que le résultat des intérêts des sommes prises mensuellement sur nos revenus ?
        Faites attention qu’un jour on ne vienne pas rire de vos problèmes, se tromper d’adversaire ne peut que nuire à la cause générale.

         18

        Alerter
        • Pepin Lecourt // 26.12.2017 à 23h11

          J’ai l’impression que vous n’avez pas compris le sens de mon message !

          En aparté je suis également retraité mais pour autant je ne risquais pas de voter Macron !

           4

          Alerter
        • rbaia // 27.12.2017 à 00h19

          Je suis infirmière a la retraite des hôpitaux psy publiques,ma rente est mince et je ne l’ai pas volee,g cotise,pr d’autres.. Et je n’ai pas vote Macron, vos raccourcis et cette façon de designer l’autre comme responsable de vos,nos, déboires,est petit,si petit… Bien a vs

           8

          Alerter
        • kasper // 27.12.2017 à 00h34

          votre retraite vient surtout des cotisations des gens qui travaillent en ce moment.

           8

          Alerter
          • retraitepauvre // 27.12.2017 à 12h35

            La mienne aussi.
            Et Alors? Votre salaire vient surtout du pays que les retraités vous ont laissé…
            Ainsi il appararaîtrait que la tentative trés PS d’opposer les jeunes au vieux a marché pour vous…Je ne vous félicite pas.

             4

            Alerter
          • plplalbe // 27.12.2017 à 15h31

            Oui et alors?
            J’ai cotisé pour ceux qui étaient a la retraite avant moi et je n’ai pas voté Macron

             3

            Alerter
      • Walty // 30.12.2017 à 08h46

        Je suis navré de vous contredire mais je suis retraité ( français moyen) et je n’ai certainement pas voté pour Macron et sa bande de prédateurs
        Mais plutôt pour la sortie de l’UE et de l’OTAN
        L’intérêt général de la France et la liberté passe avant tout

         2

        Alerter
    • some // 26.12.2017 à 11h13

      > Jeunes, pauvres, VOTEZ!!!! B…. de..,.. m…..

      justement non, au diable ces appels aux votes. Aux diables ces appels à prendre part, à fournir l’alibi du decorum. Nombreux sont les exemples qui illustrent l’incapacité de la démocratie à faire émerger le bon dans la participation commune et indifférenciée.
      Tant que la démocratie sera le dogme indépassable du prétendu consensus commun il faut tout faire pour ne pas y prendre part car toute participation, ne serait ce que pour exprimer son refus de participer, est un soutient à sa tyrannie.

      Si vous vous souciez du bordel ambiant, prenez vous en charge, sortez du système et fédérez vous pour dépasser les dogmes pourvoyeurs de fausses louanges et fausses solutions.

      Devant l’implacable il ne peut y avoir d’autres réponses que le refus intégral.

       10

      Alerter
      • Duracuir // 26.12.2017 à 13h01

        Pendant qu’on attend le refus intégral, et on attendra fort longtemps, l’implacable avance lui. Et il se fout d’être intégral. Il lui suffit d’être plus fort.
        Le mieux est l”ennemi du bien.

         10

        Alerter
        • some // 26.12.2017 à 13h38

          merci de cette mise en lumière intéressante.

          J’ai envie de compléter votre citation de la sorte, “le mieux est l’ennemi du bien dans la croyance de l’existence d’une meilleure solution”

          Hors, en l’occurrence, je ne crois pas à l’existence d’une meilleure solution. Je crois que tout ce qui viendra désormais sera moins bien que ce que nous avons connu. Face à cette situation notre meilleure comportement et de choisir la moins mauvaises des solutions.

          Si je pouvais corriger mon précédent message j’aurais précisé “démocratie représentative nationale” car c’est celle ci qui est indépassable, elle nous enchaîne dans l’immédiateté de ces réclamations, pire encore, elles enchaînent notre descendance à subir nos faiblesses.

          Rechercher l’idéal de son refus absolu c’est démarrer la dynamique d’un renouveau.

          L’absolu est un idéal, aucun idéal n’est atteignable, aussi sa mise en application sera pavée de déceptions, cependant, c’est en tentant d’atteindre l’idéal que l’on s’en rapprochera le plus.

          Pour tenter d’être plus terre à terre, je crois que c’est reconquérant notre pouvoir citoyen que l’on sauvera le concept démocratique. Appeler à se fédérer n’est jamais qu’appeler à trouver un consensus commun dans l’affrontement des forces en actions, hors re-devenir indépendant, c’est, je crois, reconquérir ce pouvoir perdu.

           4

          Alerter
        • vinel // 01.01.2018 à 21h53

          Le libéralisme de Macron,de l’UE,a terne le libertarisme est une projection totalitaire sur l’avenir.
          TINA chere a Thatcher est dans les fondements ,à moyen terme ,du libertarisme qui nous est imposé.
          J’allais dire’ proposé.’
          La promotion de l’individu entrepreneur est l’image la plus séduisante.
          Les médias mainstream,Macron ,en sont les porte-parole et n’évoquent jamais à ma connaissance les conséquences réelles et pratiques et détaillées sur le principe de cette idéologie.
          La référence ,les USA,ne sont jamais décrits,même lorsqu’on développe des commentaires sur l’emploi,comme le pays où les inégalités sont les plus importantes,le pays où 30% des gens en age de travailler n’a pas d’emploi soit 50 millions de personnes,le pays poteur de cette idéologie en faillite…
          Les médias répètent sans cesse que le chômage est très bas(5%),de fait ils nous font croire délibérément qu’un tel monde sera meilleur.
          Ils me laissent penser que leurs travail pernicieux constitue une forme de crime contre l’humanité

           0

          Alerter
      • Tunkasina // 26.12.2017 à 13h55

        N’importe quoi…. Ne vous en faites pas “some”, avec ou sans vous, les élus sont élus et les lois sont votées.

        C’est pourtant simple : Lors de chaque élection, il s’agit d’identifier celui ou celle qui partage le plus d’idée avec vous et à défaut, se présenter. C’est le concept. Il n’y a aucune tyrannie là dedans. Aucun dogme. Aucune formule magique ou tour de passe passe. Il faut juste prendre le temps de réfléchir, et de discerner du mieux qu’on le peux avec ses moyens.

        Les manipulations qui permettent d’obtenir un vote en un sens ou un autre, voir une abstention existent quand a elle bel et bien. C’est là qu’est le vrai combat. Connaitre les techniques avancée de manipulation (effet d’exposition, soumission au costume, amorçage… ) permet de détecter en un tour de main les candidats insincères.

        Ce n’est pas parce que l’on monte sur un ring les yeux bandés dix fois et que l’on perd qu’il faut en déduire qu’il y a un problème avec les règles du jeu.

         2

        Alerter
        • some // 26.12.2017 à 15h47

          n’à t’on pas déjà décrit, décortiqué, analysé et expliqué mille fois les techniques de manipulation des grandes élections (grandes dans le sens du nombre de personnes impliquées) ?

          n’à t’on pas déjà constaté, confirmé, ressentit mille fois notre incapacité à changer le cours du vote malgré une base d’argumentative forte et de constructions logiques, que ce n’est plus la politique qui décide, mais l’économie qui dicte car son horizon de l’enrichissement par l’endettement est indépassable.

          Oui les élus seront élus, et les lois seront votées, mais il ne suffit plus d’expliquer et d’attendre que son prochain ingurgite, comprenne et accepte, il faut lui offrir dès aujourd’hui une échappatoire raisonnable à son mal être par l’exemple. Car l’exemple est la preuve la plus irréfutable qui détruit les dogmes et croyances que les esprits se refusent à ré évaluer.

          Bref, je n’ai pas dit d’aller vivre dans une grotte en autarcie, je n’ai pas appelé à la répudiation du progrès, si je devais appeler à quelque chose c’est de prouver que nous pouvons prendre un chemin différent et que notre opiniâtreté aura raison de toute les fausses vérités.

          Encore faut il vouloir croire.

           6

          Alerter
        • rbaia // 27.12.2017 à 00h27

          Macron/ Lepen au second tour… Et vs appeler au vote ??? Pr qui ? Et pourquoi ??

           4

          Alerter
      • Chris // 26.12.2017 à 14h55

        “sortez du système et fédérez vous pour dépasser les dogmes pourvoyeurs de fausses louanges et fausses solutions”
        En effet, mieux sortir et s’organiser volontairement (donc être préparés !), car le système expulsera de toutes façons une grande frange de la population.

         2

        Alerter
      • Raphaël // 26.12.2017 à 16h08

        Oui, votez Macron contre la bête immonde, puis révoltez vous devant votre clavier quand il est trop tard.

         16

        Alerter
    • Rémi BRARD // 26.12.2017 à 19h16

      Doucement..! doucement quand même! la pension de qui? Renseignez vous

       0

      Alerter
  • Fritz // 26.12.2017 à 08h24

    Une petite correction au début du texte de M. Sapir : “mais l’hystérie antirusse en mois lors du lancement de Le Médias quelques jours auparavant”. Lire “mais l’hystérie russe en moins lors du lancement de Le Média (ou du Média)”

     2

    Alerter
    • Joseph // 26.12.2017 à 11h13

      Par soucis de clarté, il vaut mieux dire “de Le Media” je pense… Mais ce nom est idiot, soyons franc, probablement issu des mêmes cerveaux qui ont pondu “Les Républicains” ; je serais mauvaise langue, je dirais “Wanadoo”.

       4

      Alerter
      • Fritz // 26.12.2017 à 11h23

        Par souci de clarté, on ne fait plus les contractions : “la rédaction de Le Monde”, “l’aire de Le Parc” (sur une autoroute), en attendant “les 24 h de Le Mans”…
        Même souci qui nous vaut “aujourd’aujourd’hui”, “véritablement” au lieu de “vraiment”, “en intégralité” pour “en entier”…

         3

        Alerter
        • vinel // 01.01.2018 à 22h11

          Il faut tout d même rappeller qu’un nom propre est non modifiable ni réductible.
          Il doit tout simplement être respecté parce qu’il est la définition l’expression exacte de la personne morale et privée qu’il représente.
          Heureusement!
          Il ne nous restera que cela qui nous appartiennent dans le temps et l’espace.

           0

          Alerter
  • Perso // 26.12.2017 à 08h27

    Les journalistes des medias en place avancent dans leur vie comme les personnages de 1984, en surveillant chaque mot de leur discours et chaque mimique de leur face. Bienvenue au pays de la libre expression! Cette profession s’est construite son propre enfer, il est grand temps que de vents frais viennent lui redonner vie. Bienvenue a RT et Le Media!

     17

    Alerter
  • BA // 26.12.2017 à 09h23

    A New-York, lors d’un banquet, le 25 septembre 1880, le célèbre journaliste John Swinton se fâche quand on propose de boire un toast à la liberté de la presse :

    « Il n’existe pas, à ce jour, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul d’entre vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des puissances de l’argent. Nous sommes les outils obéissants des puissants et des riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi. »

     41

    Alerter
  • BA // 26.12.2017 à 09h24

    Source à propos du journaliste John Swinton ci-dessus :

    (Labor’s untold story, de Richard O. Boyer et Herbert M. Morais, 1955)

    https://en.wikipedia.org/wiki/John_Swinton_(journalist)

     8

    Alerter
  • BA // 26.12.2017 à 09h25

    Entre les deux tours de l’élection présidentielle de 2017 :

    La journaliste Ruth Elkrief fait un check avec Emmanuel Macron sur BFM TV.

    Une “rapide poignée de main” : le soir qui suit son intervention à l’usine de Whirlpool d’Arras, le mercredi 26 avril 2017, Emmanuel Macron tenait un meeting dans la ville même.

    Surpris par le direct, Emmanuel Macron prend discrètement mais affectivement la main de Ruth Elkrief alors qu’il passe près des caméras.

    https://www.youtube.com/watch?v=6MkgJ9AJjVA

     10

    Alerter
    • Guadet // 26.12.2017 à 13h45

      Merci pour ce Magnifique exemple d’impartialité journalistique. On parle de retour à l’ORTF, il s’agit plutôt d’un retour à l’Union soviétique stalinienne.

       6

      Alerter
  • LBSSO // 26.12.2017 à 09h42

    Anticipation du consentement ?
    Face à un système médiatique traditionnel défaillant, existe une forte exigence de démocratie.. Tout cela est reconnu.
    Je suis surpris par la capacité du pouvoir politique actuel à anticiper habilement les attentes, les mouvements en apparence erratiques de la population à un moment précis; à lire et décrypter les signaux faibles , à y répondre.
    Aussi, des « réponses » gouvernementales semblent « tomber », comme par enchantement, au bon moment. Certes, cela est dû aux travail des équipes autour d’EM mais est-ce la seule raison ? Pour ma part je suis convaincu, intuitivement, que sont utilisés de manière beaucoup plus fines et massives des techniques d’analyse des réseaux sociaux et d’internet.
    En résumé , la pression (l’épisode de l’affaire Tex ,évoquée ici, en est une illustration) conduira à davantage d’ autocensure dans les media traditionnels. Par réaction, internet apparait alors comme un solution alternative, une soupape que certains s’empressent d’étudier. C’est pour cette raison que j avis écrit un jour qu’après la dictature du « ferme-la » puis de la démocratie du « cause toujours » nous vivions à l’époque , avec les nouvelles technologies, du « dis moi tout ».Je t’écoute.
    Aussi, nous n’en serions plus à « la fabrique du consentement » mais à l’ère de « l’anticipation du consentement » ce qui serait encore plus efficace.

     9

    Alerter
    • Raphaël // 26.12.2017 à 16h16

      C’est vrai que faire monter le FN pour s’assurer une victoire au second tour était d’une telle finesse que personne n’y avait pensé. D’ailleurs il faudra certainement une IA ou des big data pour remettre ça en 2022.

      Le pouvoir actuel sait très bien à qui il a affaire : Un pays de couillons prêts à se faire mener par le bout du nez pour garder ses maigres avantages. Et les journalistes pleutres ne s’y sont pas trompés en faisant la promotion du candidat des milliardaires.

       12

      Alerter
      • LBSSO // 26.12.2017 à 23h07

        “C’est vrai que faire monter le FN pour s’assurer une victoire au second tour était d’une telle finesse que personne n’y avait pensé. D’ailleurs il faudra certainement une IA ou des big data pour remettre ça en 2022.”
        Je ne parle pas de cette période :”des « réponses » gouvernementales semblent « tomber », comme par enchantement, au bon moment.” . Je répète , j’ai écrit: “réponses gouvernementales….”.

         3

        Alerter
  • some // 26.12.2017 à 11h00

    vous ne vous interrogez pas sur la nature et la qualité des questions.

    que veut dire “une menace sur la liberté d’expression” dans la tête des gens. A t’on la même définition ? Ou est elle biaisée par des raccourcis intellectuels eux même appuyés par des faits d’armes non représentatifs du cas général ?

    Moi je ne serais pas étonné d’apprendre que dans ce pêle-mêle, ce fatras, on découvre que, pour certains, la menace envers la liberté d’expression est de laisser libre des personnes tels que dieudonné.

    Je sais bien que cela peut sembler abscons, mais si il n’y a une chose à ne pas douter, c’est du gouffre de compréhension qu’il existe entre des personnes parlant la même langue. Particulièrement en ces temps de novlangue et désinformation. [Modéré.]

    bref autant je comprend la tentative de mr sapir de prendre appui sur un tel sondage pour rebondir sur tel sujet, autant je reste sur ma faim quand aux conclusions réel à en tirer.

     3

    Alerter
    • some // 26.12.2017 à 12h37

      par curiosité, j’aurais aimé comprendre.

      Peut être que vous vous souciez de ne pas prêter le flanc aux critiques à la simple évocation de son nom (cf mr D) ?

      Ou peut être cela concerne le simple fait de linker une vidéo ?

      du coup je retentes le coup avec un lien que j’espère plus consensuel, pour les plus curieux voici une alternative au contenu modéré qui était une présentation du livre de JC Michéa “Notre ennemi le capital”

      https://www.youtube.com/watch?v=z_WvYnRjQWU

      ‘fin bon, désolé de faire autant d’histoires.

       2

      Alerter
  • Patrique // 26.12.2017 à 11h12

    Il s’agit moins de liberté d’expression que de liberté d’opinion.
    En effet on peut exprimer des avis différents des avis tamponnés “officiel” ou “vu à la télé” ; par exemple on peut organiser un colloque dans une salle introuvable où on va dire son désaccord avec le discours du GIEC. On peut dire qu’on est opposé au capitalisme ou qu’on souhaite le retour de la royauté ou la sortie de l’UE.
    par contre la pluralité d’opinion n’existe pas puisque les français ne connaissent pas les avis non transmis par les journalistes et animateurs “officiels”. Il ne peut y avoir de liberté d’opinion que si on connait les opinions différentes sur un sujet. Or ce pluralisme d’opinion n’existe pas sur de nombreux sujets puisque les journalistes, dans leur grande majorité, refusent de diffuser des opinions différentes des leurs ou de leurs patrons.

     9

    Alerter
    • Raphaël // 26.12.2017 à 22h29

      Pas seulement les journalistes, le conditionnement mental est si efficace que nombre de gens refusent catégoriquement d’aborder certains sujets par simple réflexe pavlovien et deviennent violents ou appellent à la censure quand la liberté d’expression les choque. Choqués par des idées mais scotchés aux images de morts et de guerre devant la télé. L’inversion des valeurs, c’est maintenant !

       5

      Alerter
  • Le Joker // 26.12.2017 à 12h33

    Ou l’on voit sur le premier graphique que ceux qui continuent a prendre des vessies pour des lanternes (entendez par la ceux qui ont une proximité politique avec les deux parties à la pensée antediluvienne) continuent a croire qu’il y a des endroits ou la liberté d’expression n’est pas entravée par les tenants des rennes…

     3

    Alerter
  • petitjean // 26.12.2017 à 13h07

    Désarmer intellectuellement “la masse” est le but premier de l’oligarchie mondialiste

    Tous les médias sont des organes de propagande
    et n’oublions pas que nos enfants sont pris en charge par le Système dès leurs entrées à l’école

    à partir du moment où , l’immense majorité des personnes n’a aucune conscience politique, aucune culture économique, aucune culture historique, rien n’est possible

     9

    Alerter
  • petitjean // 26.12.2017 à 13h10

    il suffit de lire ou relire la Charte d’éthique professionnelle des journalistes (SNJ, 1918/38/2011)

    pour mesurer à quel point cette “profession” nous trahit !

     5

    Alerter
  • petitjean // 26.12.2017 à 13h11

    Cette citation de Voltaire lorsqu’il débattait sur la nécessité ou non d’éduquer le peuple.

    On constate que la déliquescence de l’Education nationale correspond aux desseins de nos grands démocrates européistes (disparition de la culture classique, de l’apprentissage de l’Histoire de manière chronologique, de la géographie nationale, ….) :

    “Il est à propos que le peuple soit guidé et non qu’il soit instruit. Il n’est pas digne de l’être, il me paraît essentiel qu’il y ait des gueux ignorants”

     10

    Alerter
  • petitjean // 26.12.2017 à 13h13

    Les journalistes sont intouchables

    “Quelle responsabilité s’exerce sur le journaliste, ou sur un journal, à l’encontre de son lectorat, ou de l’histoire ? S’ils ont trompé l’opinion publique en divulguant des informations erronées, ou de fausses conclusions, si même ils ont contribué à ce que des fautes soient commises au plus haut degré de l’État, avons-nous le souvenir d’un seul cas, où le dit journaliste ou le dit journal ait exprimé quelque regret ? Non, bien sûr, cela porterait préjudice aux ventes. De telles erreurs peut bien découler le pire pour une nation, le journaliste s’en tirera toujours.”

    Alexandre Soljénitsyne, Le Déclin du courage, Harvard, 8 juin 1978

     13

    Alerter
  • petitjean // 26.12.2017 à 13h14

    « La liberté d’opinion est une farce si l’information sur les faits n’est pas garantie et si ce ne sont pas les faits eux-mêmes qui font l’objet du débat.»
    [Hannah Arendt.]

     13

    Alerter
  • Raphaël // 26.12.2017 à 15h03

    Pourtant même sur ce blog qui est un bol d’air pour la liberté d’expression, les appels à la censure sont légions (la crimepensée est souvent évoquée, voire caviardée à l’ancienne). Certains qui s’estiment très ouverts et bien pensants ne verraient pas d’un mauvais œil qu’on puisse être condamné pour ses idées et forcé au silence, y compris pas le biais des lois iniques taillées sur mesure par des censeurs du gouvernement qui n’ont rien à envier à des périodes peu glorieuses de notre histoire. Parler de liberté d’expression c’est bien, l’appliquer c’est mieux.

    La liberté d’expression c’est accepter de débattre de tout et sans entraves, partout et tout le temps. Le reste n’est que tartufferie de salons.

     6

    Alerter
  • Marc Michel Bouchard // 26.12.2017 à 20h36

    Un nombre de 64% de parisiens croient que la liberté d’expression se porte mal. Considérant le statut de privilégiés qu’ils connaissent, on pourrait croire que le chiffre d’inquiétude sur le pluralisme des idées ne devrait pas dépasser 45%? L’explication se trouverait du côté d’une bourgeoisie de gauche qui se garde une gêne devant l’hyper libéralisme de la présidence Macron? En considérant le nombre de vaches sacrées qu’il ne faut pas toucher dans les médias comme le caractère supposément évolué de l’U.E, le rejet viscéral qui doit être fait des nations, la gauche sociale qui devrait n’être plus qu’une archive historique. On comprend que la pensée unique libérale intégrale domine et que sa seule ouverture concerne son petit cousin transhumaniste californien qui promet le dépassement de l’homme dont la condition reposerait sur un nouvel eugénisme qui par le choix des naissances refuserait tout ce qui rapprocherait de -la maladie-. Dans un monde où l’emploi humain sera réduit par l’automation complète, il est déjà important de contrôler la nouvelle.

     2

    Alerter
  • A. F. // 26.12.2017 à 21h10

    Malgré tout, c’est rassurant de voir que le problème gravissime de la liberté d’expression en France commence à être posé, dans l’ensemble de la population.

     10

    Alerter
  • Etienne2 // 26.12.2017 à 22h12

    Par conséquent, il y aurait de l’espoir dans la jeunesse actuelle.. mais ces statistiques ne tiennent pas compte de l’évolution des opinions changeantes au fil des années et qui plus est (ou sera) demain une génération de “crétins”(je reprends un post précédent) peu lettrés donc forcément plus manipulable où leurs conforts et leurs ventres conditionneraient leurs opinions ou plus précisément leurs consciences avec en échange l’acceptation d’une société conditionnée,régulée par un pouvoir totalitaire sans tête.

     3

    Alerter
  • Subotai // 27.12.2017 à 00h45

    Je pense qu’on a un gros problème avec le concept de “Liberté d’Expression”.
    Heu… nous l’avons… TOUS!. Dès que nous savons parler! (A moins de se faire couper la langue)
    La “liberté d’expression est devenue “judiciable” et sujet à réclamation à partir du moment où les moyens de communications se sont développés pour atteindre les masses. Au fur et à mesure qu’il a été facile de diffuser et d’échanger des idées, la capacité s’est étendue à des groupes sociaux susceptible de remettre en cause l’organisation élitiste des sociétés établies. Les moyens de contrôles (juridiques et physique) ont progressé de pair dans un équilibre précaire.
    Aujourd’hui, je pense que la réalité de la liberté d’expression n’est pas un problème. La panique des autorités est plutôt le signe d’un “déséquilibre” en sa faveur.
    Je ne suis pas sûr de blablater sur le Droit à “Liberté d’Expression” soit plus efficace que de l’utiliser réellement. Et l’utiliser réellement commence par ne pas se bloquer à priori sur les sources et ses propres limites. Faites jouer votre discernement, utilisez votre cerveau 🙂

     3

    Alerter
    • petitjean // 27.12.2017 à 12h58

      Hélas la masse n’utilise pas son cerveau !

      et pour en finir avec la “liberté d’expression”, à partir du moment où celle ci est strictement encadrée par la loi, il n’y a plus de liberté d’expression !
      Le droit à une totale liberté d’expression devrait être inscrit dans la Constitution !

      Dois je rappeler que la première loi liberticide, la redoutable loi PLEVEN, a été promulguée en 1972 par Pompidou. Prélude à l’organisation de l’invasion migratoire

      Nous sommes dans une dictature que ne dit pas son nom………………..

       4

      Alerter
  • kasper // 27.12.2017 à 04h58

    dans le theme “liberte d’expression”: http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/12/26/israel-pas-un-vrai-pays-le-magazine-pour-enfants-youpi-retire-des-ventes_5234439_3224.html

    Youpi magazine, publication destinee aux 5 a 8 ans, a du retirer de la vente, suite a une demande du CRIF, un numero qui enoncait le fait tout afait verifiable que certains pays ne reconnaissent pas Israel.

    j’entend deja les cris d’indignation des Charlies descendant dans la rue pour defendre la liberte d’expression…

     9

    Alerter
    • Alfred // 27.12.2017 à 13h38

      Le CRIF aurait pu appeler au boycott de Youpi… Ah mais non le boycott c’est pour les faibles et les vaincus. Les vainqueurs ont la justice pour eux. Ou bien elle ne s’applique pas à eux.

       6

      Alerter
  • Alesan // 27.12.2017 à 22h25

    L’ignorance crasse de certain commentaire contre les retraités laisse penser que la manipulation est à l’œuvre dans tout les partis qui participent au système par leur adhésion aux votes anti democrates.

     2

    Alerter
  • keg // 28.12.2017 à 10h00

    La Censure…. C’est nouveau!
    Avant c’était du pouvoir aux médias.
    Maintenant c’est des médias vers les lecteurs…
    et variante opportuniste de pékin à pékins.. (avec ses rackets et pas forcément de tennis)

    Au fait, C’est quoi le contraire de la censure.. ?

    https://wp.me/p4Im0Q-2ef

     0

    Alerter
  • Lui2Lille // 28.12.2017 à 16h00

    Encore une fois tout le monde se plaint, déverse son fiel. Mais le papier de Sapir est très instructif. Il y a des tas de médias indépendants comme les Crises aujourd’hui – et au passage merci pour toutes les traduc’ – et les jeunes se dirigent vers eux. Allez voir nos voisins belges de la RTBF ou suisses de TSR ou bien radio Canada, tous francophones. Il me semble qu’ils n’ont pas le même problème de journalisme de cour que chez nous. Et chez nous, nous avons toujours “le Canard Enchaîné”, source de divertissement et de révélations chaque semaine, avec des papiers courts les mieux écrits de la presse française.

     0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications