Comme l’explique Jacques Sapir dans cet article, il s’est vu privé de l’accès à son blog.

C’est donc tout naturellement que Les-Crises hébergera ses prochains billets, le temps que la situation se résolve – espérons au plus vite…

Olivier Berruyer

Russeurope en exil (forcé), par Jacques Sapir

Mon carnet scientifique, ouvert en septembre 2012 sur Hypotheses.org vient d’être suspendu. Je ne puis plus installer de notes ni faire des modifications sur les textes publiés. Le communiqué, signé par Marin Dacos, directeur d’Open Edition dit :

« Le carnet que vous consultez est désormais une archive et ne sera plus alimenté. Les droits d’accès en écriture ont été retirés à son auteur par l’équipe d’OpenEdition.

À de nombreuses reprises, l’auteur du carnet y a publié des textes s’inscrivant dans une démarche de tribune politique partisane, déconnectés du contexte académique et scientifique propre à Hypothèses et constituant une condition indispensable pour publier sur la plateforme. »

Je conteste formellement cette affirmation et cette procédure, dont on peut s’étonner qu’elle survienne maintenant alors que je publie tout type de textes depuis l’ouverture du carnet, fin septembre 2012. Mais, tous les textes publiés sont en relation avec mes recherches, qu’il s’agisse d’articles scientifiques, de notes de travail, ou d’articles de réaction à l’actualité. Tous ces textes s’inscrivent dans le contexte de mes recherches. De plus, et il faut l’ajouter, de nombreux carnets réagissent eux-aussi à l’actualité.

Parme les textes qui me sont reprochés il y a les textes suivants qui servent de prétextes à ce blocage sont les suivants :

Candidats du passé, candidats du futur (8 avril 2017)

https://russeurope.hypotheses.org/5888

Ce texte est la version française de l’interview que j’avais donnée à Russia Today (RT). Je souhaitais mettre cette contribution à la disposition de mes lecteurs francophones sous une forme écrite..

Times of change for French politics (24 avril 2017)

https://russeurope.hypotheses.org/5929

Ce texte correspond à la version anglaise d’un article publié dans la revue russe Ekspert. Cette pratique de republier un texte paru dans un journal est fréquente sur Hypothèses.org . Par exemple, sur le carnet de Michel Wieviorka on trouve la version française de l’intéressant article qu’il a publié dans le quotidien espagnol La Vanguardia (L’autonomie du politique / https://wieviorka.hypotheses.org/818 ), ou encore un article publié dans le New-York Times (https://wieviorka.hypotheses.org/826 ) ou enfin dans Libération (https://wieviorka.hypotheses.org/831 ). Que Michel Wieviorka puisse publier des articles, parus dans la presse, est une fort bonne chose et, quand on ne peut pas suivre les journaux, on est fort heureux de pouvoir retrouver ces textes. Mais pourrait-on m’expliquer ce qui justifie la différence de traitement avec moi ? Est-ce la revue russe, pourtant considérée dans son domaine comme une revue de référence ? Ou alors, faut-il croire que ce sont les opinions ?

Macron, Ferrand et la « propagande » (30 mai 2017)

https://russeurope.hypotheses.org/6052

Ce texte correspond à un point d’application de mes travaux dus la légitimité et la légalité. J’ai d’ailleurs publiés de nombreuses notes sur cette question[1].

Le président Potemkine? (2 juin 2017)

https://russeurope.hypotheses.org/6067

Ce texte dresse un parallèle entre la situation actuelle et l’histoire de la Russie sur la question de la communication et des représentations, et s’inscrit à la confluence de mes travaux, tant sur la Russie que sur le couple légalité/légitimité.

La phrase du communiqué « l’auteur du carnet y a publié des textes s’inscrivant dans une démarche de tribune politique partisane, déconnectés du contexte académique et scientifique propre à Hypothèses » apparaît, alors, comme un pur prétexte. On se souvient du vieil adage « qui veut noyer son chien l’accuse de la rage ». On comprend immédiatement que pour tout auteur, et c’est mon cas, qui estime que la recherche ne se fait pas dans les limbes, les travaux scientifiques me conduisent à prendre parti dans l’agora électronique. Par ailleurs, rien dans la charte des contenus sur Open Edition ne mentionne l’interdiction d’une démarche « de tribune politique partisane ». On consultera, en annexe l’article 10 de cette dite charte.

Alors, peut-être est-ce tout simplement le succès du carnet Russeurope qui m’attire les foudres de Marin Dacos et d’Open Edition. Et il est vrai que Russeurope a connu un développement auquel je ne m’attendais pas quand je l’ai créé. Le nombre de connexions mensuelles, tout comme le nombre de visiteurs, a atteint des chiffres étonnants.

Tableau 1

Chiffres de fréquentation de Russeurope pour les 4 premiers et les 4 derniers mois

Mois Visiteurs différents dans le mois Nombre de connexions dans le mois Nombre de notes dans le mois Nombre de connexions/notes
octobre-2012 10 856 26 111 13 2009
novembre-2012 14 770 36 802 12 3067
décembre-2012 13 456 36 225 10 3623
janvier-2013 14 019 38 771 13 2982
mai-2017 134 198 315 938 33 9574
juin-2017 97 286 234 556 18 13031
juillet-2017 102 137 231 402 18 12856
août-2017 94 822 213 146 17 12538

Alors, on peut penser que ce qui aurait été toléré pour un carnet connaissant mois de 40 000 connexions par mois était devenu insupportable pour un carnet connaissant plus de 200 000 connexions mensuelles. Ne soyons pas naïf ; la jalousie, sous ses formes les plus mesquines, existe aussi dans le monde universitaire. Et ce d’autant plus qu’il était de nature publique que les articles et notes de Russeurope étaient repris sur d’autres blogs, que ce soit en France, en Belgique, en Italie. Il est, bien entendu, impossible de tenir une comptabilité précise, mais je pense que le nombre réel des lecteurs dépassait de 50% à 100% suivant les occasions les lecteurs enregistrés par Hypothèses.org. Oui, cela était de nature à fâcher les fâcheux… D’autant plus que Russeurope représentait entre 10% et 15% du flux total de la plateforme.

Graphique 1

Etat des connexions et des lecteurs, par mois, depuis octobre 2012

Graphique 2

Il y a un autre point dérangeant dans la démarche d’Open Edition. Tous les articles cités datent de 2017, et de la période dite de « campagne présidentielle », alors que j’ai publié des prises de position dès l’ouverture du carnet. Or, je constate qu’en 2017 M. Marin Dacos est devenu « Conseiller scientifique pour la science ouverte auprès d’Alain Beretz, Directeur général de la recherche et de l’innovation au Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation ». Ceci correspond à une position officielle. Elle est de nature à induire un conflit d’intérêts avec sa position de directeur d’Open Edition qui, par nature, est une plate-forme ouverte à toutes les opinions.

Surtout, elle pourrait me fonder à penser qu’il y a là la source de la mesure qui me frappe. Ce n’est point tant le fait de publier des textes politiques, ou s’inscrivant dans une lecture du politique découlant de recherches scientifiques que l’on me reproche, mais bien les opinions de ces textes. Ce serait donc un procès d’opinion, chose que l’on croyait bannie dans un pays se disant démocratique, procès sans doute mélangé des effluves de la jalousie.

Devant cet état des faits, et devant les multiples soutiens que j’ai reçus, dont celui de Dominique Lecourt et d’autres noms, que ce soit en France ou en Italie, je demande donc solennellement à Open Edition d’annuler sa mesure arbitraire à mon encontre.

Si, vous aussi, êtes choqués par ce comportement de M. Dacos et d’Open Edition, je vous invite à le faire savoir à M. Dacos, à demander que l’usage du carnet Russeurope me soit rétabli, et à faire remonter vos commentaires à M. Alain Beretz, le supérieur hiérarchique de M. Dacos.

Par Jacques Sapir le 28 septembre 2017

===================================

Contacts (merci de rester poli et courtois, c’est très important) :

Marin Dacos : marin.dacos@openedition.org ou twitter.com/marindacos (page Wikipedia)

Alain Beretz : alain.beretz@recherche.gouv.fr ou twitter.com/alain_beretz

 

Annexe

Extraits de la charte d’OpenEdition

Article 10. Contenu

En adhérant à la plateforme électronique du portail OpenEdition du Cléo, l’Éditeur s’engage à ne pas mettre en ligne un contenu comprenant :

— un message et/ou images faisant l’apologie d’idéologies fascistes, xénophobes, racistes ou sectaires ;

— des propos diffamatoires et/ou injurieux ;

— des propos et/ou images à caractère insultant, humiliant ou portant atteinte à la vie privée d’une personne ;

— des propos et/ou images à caractère pédophile ;

— des propos et/ou images et/ou vidéos à caractère pornographique ;

— des propos et/ou images susceptibles de porter atteinte à l’ordre public, au respect de la personne humaine ou de sa dignité, à l’égalité entre les femmes et les hommes, à la protection des mineurs ;

— des propos et/ou des images encourageant, contenant ou provoquant à la discrimination, l’injure, la haine ou la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes, notamment en raison de leur origine, ou de leur appartenance ou non à une ethnie, une nation, une race ou une religion, de leur handicap, de leurs préférences sexuelles ou de toute autre différence ;

— des propos et/ou des images faisant l’apologie ou la négation ou la remise en question des crimes de guerre et/ou contre l’humanité (négationnisme) ;

— des propos et/ou images encourageant la commission de crimes et délits ou le commerce et la consommation de substances illicites, la prostitution, le terrorisme, les agressions sexuelles, le vol, le suicide, la violence, les dégradations et détériorations volontaires dangereuses pour les personnes, les atteints à l’autorité de la Justice ;

— des éléments portant atteinte à des droits de propriété intellectuelle (marque, droit d’auteur, dessins et modèles, brevets) ;

— des propos et/ou images portant au droit de la personnalité (atteinte à la vie privée, divulgation d’une image sans l’autorisation de la personne, divulgation de données privées et/ou personnelles…).


[1]
Par exemple :

http://russeurope.hypotheses.org/763 Comment sommes-nous dépossédés de la Démocratie

http://russeurope.hypotheses.org/765 Légalité, Légitimité et les apories de Karl Schmitt

http://russeurope.hypotheses.org/2300 Souveraineté et Ordre Démocratique 1

http://russeurope.hypotheses.org/2333 Souveraineté et Ordre Démocratique 2

http://russeurope.hypotheses.org/2393 Etat Social et Démocratie

http://russeurope.hypotheses.org/4263 La Société au risque de la Souveraineté

http://russeurope.hypotheses.org/4330 Tyrannies et Dictature

https://russeurope.hypotheses.org/5319 , Etat de Droit et Politique

148 réponses à [Invité] Russeurope en exil (forcé), par Jacques Sapir

Commentaires recommandés

Fritz Le 28 septembre 2017 à 18h45

Bienvenue sur Les-Crises, M. Sapir. Et merci à Olivier Berruyer.

  1. Lamarche bruce Le 28 septembre 2017 à 18h31
    Afficher/Masquer

    Merci Jacques Sapir. Scandaleux ce qui vous arrive. Mais nos médias quel qu’ils soient sont majoritairement biaisés et pire sous la coupe de nos politiques et fonctionnaires maladivement anti Russes et anti Putin. L’Europe minable, petite et qui se tire une balle ou même des balles dans les 2 pieds. Je reveins du Eastern Economic Forum de Vladivostok : 3’000 participants, 1’500 asiatiques, 50 Européens !!!


    • Bruno Le 28 septembre 2017 à 22h50
      Afficher/Masquer

      Très content de lird Sapir sur LesCrises. Je le lisais tous les jours sur Russeurope…
      Cela dit, Sapir ne publiait presque plus que des éditoriaux qui n’avaient rien à faire sur un site de publications scientifiques. En septembre en particulier, festival journalker anti-Macron dont je me régalait.

      S’il vous plait, chers internautes des Crises.fr, arretez de faire semblant de croire que la plupart des publications de Sapir avaient qq chose de scientifique !


  2. Fritz Le 28 septembre 2017 à 18h45
    Afficher/Masquer

    Bienvenue sur Les-Crises, M. Sapir. Et merci à Olivier Berruyer.


    • Chris Le 28 septembre 2017 à 20h51
      Afficher/Masquer

      Une formulation qui recueille un maximum d’adhésions sur ce blog.
      J’avoue que lire dans la presse l’éviction de Monsieur Sapir m’a causé un grand choc.
      Ce ne sont pas tant les écrits de M. Sapir qui sont en cause, mais la confiscation des débats d’idées déjà exclus dans nos médias mainstream où ne se gargarisent plus que des auto-proclamés experts et quelques journalistes dans un entre-soi inculte et binaire.
      Le choc a été aussi grand grand que le spectacle du 9/11. C’est dire ! La France s’auto-mutile : incroyable… Comment en est-on arrivé là ? Qu’est-ce-qui ne tourne pas rond chez nous ?


      • Kiwixar Le 28 septembre 2017 à 21h24
        Afficher/Masquer

        « Qu’est-ce-qui ne tourne pas rond chez nous ? »

        La passivité du plus grand nombre. « Pour que le mal prédomine sur Terre, il suffit que les gens de bien ne fassent rien ». Sapir et Berruyer font partie des courageux, il y en a peu.


        • François Lacoste Le 29 septembre 2017 à 08h38
          Afficher/Masquer

          Faisons quelques choses, par exemple:

          Messieurs,

          Nous avons découvert il y a quelques jours que Openedition.org n’abritait plus désormais le blog de Monsieur Jacques Sapir, RussEurope.
          Nous ne pouvons que croire à une erreur qui sera vite corrigée.

          En effet depuis des années, la lecture attentive et studieuse des articles mis en ligne par Jacques Sapir contribue d’une façon remarquable à la compréhension du monde contemporain, en particulier de la Russie et biens sûr de la France.
          Que l’on soit ou non d’accord avec le contenu de ces articles et il est pour le moins évident de les aborder avec un esprit critique, ils contribuent à la reconnaissance à l’étranger de la vitalité et de la qualité de la recherche en France, d’autant plus qu’ils sont souvent traduits dans de nombreuses autres langues.

          Il est certain que votre portail, OpenEdition, a tout à gagner à réintégrer Jacques Sapir parmi ses blogs.

          Je suis convaincu qu’il en sera ainsi car notre pays, sa recherche et ses centres de réflexion dont vous faites partie, ont toujours (presque toujours) accueilli les chercheurs à l’esprit critique avec le plus grand intérêt et dans son plus grand intérêt. C’est précisément une des caractéristiques de notre culture, ce n’est pas à vous que nous l’apprendrons.

          Respectueusement et en vous remerciant pour votre attention,

          François Lacoste, lecteur assidu…


          • Idomar Yasagof Le 29 septembre 2017 à 15h27
            Afficher/Masquer

            Pas mal et courtois, je fais mienne cette lettre qui est adressée de ce pas aux deux destinataires indiqués plus haut.


          • Yvon Le 30 septembre 2017 à 12h57
            Afficher/Masquer

            Merci pour la rédaction de votre lettre.

            Impec, j’ai tout de suite aimé
            Dupliquée et envoyée. Mais, je suis persuadé que ça aura moins d’effet qu’une miction sur un bosquet (faut rester poli ici …)
            Si j’avais du rédiger ce type de lettre je n’aurais pas été aussi courtois et en fin de compte aussi optimiste
            Cordiales salutations
            Yvon


        • Crapaud Rouge Le 29 septembre 2017 à 09h23
          Afficher/Masquer

          @Kiwixar : “La passivité du plus grand nombre. « Pour que le mal prédomine sur Terre, il suffit que les gens de bien ne fassent rien ».” : toujours et partout, cette vieille idée d’Étienne de la Boétie qui se résume ainsi : “puisque y’a ka se révolter pour se débarrasser du tyran, (ou du “mal”), pourquoi on ne le fait pas ?” Peut-être que “les gens de bien” savent que ce n’est pas avec une telle naïveté que l’on se révolte avec succès. Ou peut-être que, quand les “gens [qui se croient] de bien” se révoltent, le résultat n’est pas si bien que ça, (islamistes).


          • Kiwixar Le 30 septembre 2017 à 21h29
            Afficher/Masquer

            Il y a tout une gamme d’actions possibles entre « ne rien faire » (passivité totale) et la révolte (active, violence). Si le plus grand nombre sortait de sa passivité totale pour une passivité partielle, ou premisses d’activité, on verrait quelques progrès.


      • [§] Le 29 septembre 2017 à 19h44
        Afficher/Masquer

        C’est très très bien cette histoire lamentable d’interdiction de liberté d’expression au final. Continuez, les gars et merci encore, vous préparez notre venue ! L’Histoire se répète apparemment. Cette fois-ci alors, il n’y aura pas de quartier (d’hiver).

        On verra alors qui l’emportera entre les apprentis sorciers de pacotille et les autres (tous les autres…)

        {Soutien total à Jacques Sapir et au site Les Crises, malgré des divergences notables qu’il n’est pas l’heure de relever}.


      • Dante Le 07 octobre 2017 à 17h51
        Afficher/Masquer

        Chris ce qui ne tourne pas rond c’est que la Médiocritude Globaliste au Pouvoir partout ne supporte pas de contestation, ce qui en dit long sur sa faiblesse. Hilarant pour ceux qui vivent loin, on a comme une vue en perspective…


  3. Stella2b Le 28 septembre 2017 à 18h45
    Afficher/Masquer

    C’est une occasion supplémentaire de constater que nous ne sommes plus en démocratie et qu’il est dorénavant interdit de s’exprimer autrement que dans le cadre fixé par Big Brother.
    Il est à craindre que M. Sapir dont la mesure et l’objectivité ne sont pas à remettre en cause soit la continuité de toutes les mises au ban tels Daniel Mermet ou Daniel Schneidermann. Leur sont préférés les BHL, Eintowen et tant d’autres moutons soumis au capital , tellement complaisants avec le pouvoir en place.
    Est-ce que nous allons laisser faire ou défendre notre liberté de penser?


    • Manuel Le 28 septembre 2017 à 21h43
      Afficher/Masquer

      Cela valide bien les théories de fabrication du consentement de Chomsky. Je ne sais pas si Macron est activement responsable de cette situation, mais ce Marin Dacos qui rentre au gouvernement et qui supprime des discours qui ne vont pas dans sens, c’est clairement une atteinte de liberté d’expression. C’est un toutou… Et ils osent s’appeler OpenEdition…

      D’ailleurs, c’est qui ce mec Marin Dacos ?


    • Catalina Le 28 septembre 2017 à 23h18
      Afficher/Masquer

      la démocratie française est tombée très malade sous Sarko, avec un cancer médiatique fulgurant, a subit les soins palliatifs sous hollande et se meurt avec le tout petit macron !!!


  4. Patrique Le 28 septembre 2017 à 18h47
    Afficher/Masquer

    Tout cela n’est pas surprenant et s’inscrit dans la déchéance progressive de l’Université française qui se referme de plus en plus sur elle-même et refuse de plus en plus le débat, la controverse, l’accueil des cerveaux étrangers, la pluralité d’idées.
    C’est ainsi qu’on voit des recteurs ou des nervis style “antifa” empêcher des débats. A l’identique de ce qui se passe dans les médias contrôlés par les journalistes.
    L’université est, à l’image de la France, de moins en moins démocratique, de plus en plus intolérante. Pour beaucoup, l’Université ne doit pas être un lieu où on pense mais un lieu où on travaille ; et mal en plus, vu les conditions matérielles.


    • Fritz Le 28 septembre 2017 à 18h50
      Afficher/Masquer

      J’aurais pu entrer à l’université en 2001 ou 2002, j’ai renoncé et je m’en félicite.


    • Sandrine Le 29 septembre 2017 à 09h04
      Afficher/Masquer

      Apparemment, ce n’est pas qu’un problème français. Saul Frielander faisait état recemment sur France Culture du meme problème dans les universités américaines. Il parlait de violence physiques systématiques contre des conférenciers pour les empêcher de tenir la conférence prévue.


  5. Arcousan09 Le 28 septembre 2017 à 18h59
    Afficher/Masquer

    La seule et unique question à se poser c’est: Qui a fait pression pour fermer ce blog, quel politique, quel organisme car je serais très surpris qu’il s’agisse de la seule initiative de monsieur Dacos ou Beretz …..
    Ecrire des billets qui ne vont pas dans le droit fil de la pensée unique est répréhensible …
    “démocrature” quand tu nous tiens !!!!

    Bienvenue à J.Sapir sur ce blog, le suivre aussi sur la Russie francophone


    • step Le 29 septembre 2017 à 10h27
      Afficher/Masquer

      oulà il ne faut pas sous-estimer l’esprit de larbin qui anime certains humains. Un système bien huilé n’a pas besoin d’ordre. Pour flatter et se promouvoir, on peut aussi obtenir ce genre de décisions attentatoire à la liberté de penser.

      Bienvenue, Mr Sapir et merci pour les années passées et à venir à nous fournir de la matière d’autodéfense intellectuelle devant l’utopie anesthésiante et liberticide qui nous est vendue, matin, midi et soir.


    • Kilsan Aïtous Le 29 septembre 2017 à 16h48
      Afficher/Masquer

      On ne dit “démocrature”, mais “démocraceuse”, c’est une machine à broyer bien concrète.
      On peut l’écrire aussi avec deux s.


  6. Hegemon Le 28 septembre 2017 à 19h00
    Afficher/Masquer

    L’évidente guerre menée contre les idées souverainistes et/ou hétérodoxes monte chaque jour d’un cran .Les aventures de Romaric Godin , Natacha Polony , Aude Lancelin et d’autres a qui on a montré la porte , les mots doux du président de la région France , les unes “mesquines” des médias main-stream ou des fact-chekers qui s’enchaînent et flirtent de plus en plus avec le caniveau voir carrément des insultes de journalistes pseudo polémistes, tout cela témoigne d’une guerre ouverte…D’un côté parfois j’en rigole, en me disant que c’est la panique à bord du Titanic globalibéral et de l’autre je souris jaune en me demandant jusqu’où ils iront.


    • Le Rouméliote Le 28 septembre 2017 à 23h46
      Afficher/Masquer

      Sans oublier Philippe Verdier débarqué dans le silence assourdissant de ses confrères ! Alors qu’il a fait une enquête sur des faits extérieurs à la théorie scientifique admise par l’establishment.


  7. Max Le 28 septembre 2017 à 19h00
    Afficher/Masquer

    Il y a des alternatives a Facebook notamment VKontakte, il faut migrer.
    Personnellement, j’y pense.


    • Kiwixar Le 28 septembre 2017 à 21h38
      Afficher/Masquer

      La difficulté c’est de convaincre les lemmings de suivre notre panache blanc… 🙂


      • Max Le 29 septembre 2017 à 08h21
        Afficher/Masquer

        J’ai franchit le pas hier, pour aller sur le site d’Olivier, je passe par VK.


      • Alfred Le 29 septembre 2017 à 17h13
        Afficher/Masquer

        Je vous ai cherché sur vk et je ne vous ai pas vu..


        • Max Le 29 septembre 2017 à 18h18
          Afficher/Masquer

          Je ne suis pas sur VK avec Max comme pseudo


    • brigitte Le 28 septembre 2017 à 22h51
      Afficher/Masquer

      Vu récemment dans les micellanes, une hackeuse interviewée par thinkerview évoquait les velléités du pouvoir russe de faire passer à la trappe le concept o combien obsolète de secret de la correspondance. C’est le moment d’y aller, les gars!


    • Catalina Le 28 septembre 2017 à 23h25
      Afficher/Masquer

      en plus sur vk vous n’êtes pas harcelé en permanence !! c’est bien plus propre que fb, rien qu’au niveau visuel, VK est bien plus reposant, mieux fait, en plus et vous avez les mêmes possibilites qu’avec fessedebouc.et vous n’avez pas d’invitations à payer, à consommer, enfin tous ces sales trucs ricains !!


      • Kiwixar Le 29 septembre 2017 à 00h36
        Afficher/Masquer

        Ce qui serait pas mal c’est que tous les commentateurs d’ici puissent se trouver sur VK. Encore faut-il avoir des pseudos reconnaissables.


  8. sans a priori Le 28 septembre 2017 à 19h03
    Afficher/Masquer

    Bienvenu sur le Blog d’Olivier Berruyer que je suis depuis longtemps… donc nous pourrons continuer à vous lire ici et ailleurs (car on peut rééditer…et diffuser)… Bonne continuation … on organise la “résistance” !


  9. Jmk011 Le 28 septembre 2017 à 19h04
    Afficher/Masquer

    Excellente initiative d’O. Berruyer d’héberger J. Sapir dans “les crises” suite à son éviction immonde de son site originel. Raison de plus, s’il en fallait, de rester abonné !! Résistance !! Et merci à Olivier.


  10. Cédric Le 28 septembre 2017 à 19h08
    Afficher/Masquer

    ça s’appelle le fascisme je crois 🙂


  11. zirgel Le 28 septembre 2017 à 19h08
    Afficher/Masquer

    Merci Olivier d’accueillir Jacques Sapir sur votre blog. Et aussi pour ce beau geste de solidarité.

    Lorsque j’ai lu, il y a quelques jours, cette phrase dans l’une des dernières chroniques de M. Sapir,

    “…Emmanuel Macron a, quant à lui, bien prononcé les phrases qui lui seront à jamais reprochées. Qu’il ne s’étonne pas, alors, de susciter la haine et la rage. Qu’il ne s’étonne pas si, par malheur, sa tête devait finir au bout d’une pique…”

    je me suis dit : ouh la la, ça va rester en travers de certaines gorges, et il y aura certainement des suites. Ben voilà, c’est fait. Voilà où nous en sommes aujourd’hui, en France. Mais de telles pratiques laissent aussi entrevoir la faiblesse et la médiocrité de gens qui se croient puissants.

    Macron = un type qui A réussi (avoir), mais qui N’EST rien (être). Finalement, il pensait nous insulter, mais il s’agissait d’une simple projection de sa part, donc d’un auto-portrait parfaitement juste. CQFD.


  12. Owen Le 28 septembre 2017 à 19h17
    Afficher/Masquer

    Chouette, un blog Olijacques Sapruyer ?

    Le début d’une université libre pour les fatigués du zonzon médiatique ?


  13. Nayte Le 28 septembre 2017 à 19h25
    Afficher/Masquer

    Pour moi c’est un plaisir de trouver sur ce site à la fois des écrits de Berruyer et de Sapir. Gardez un oeil sur vos vues, elles devraient décoller je l’espère en tout cas !


  14. Long Jone Silver Le 28 septembre 2017 à 19h38
    Afficher/Masquer

    Bonsoir,
    Bienvenu sur le site les Crises Monsieur Sapir. A ce que je vois les libertés les plus simples garanties par la Constitution et les Droits de l’Homme sont violées au nom de certaines règles mal tournées. La France va vraiment mal.
    Une bonne soirée


  15. Renaud Bouchard Le 28 septembre 2017 à 19h51
    Afficher/Masquer

    Merci à Olivier Berruyer!

    Les mises à l’écart n’ont jamais empêché qui que ce soit de s’exprimer, qu’il s’agisse de Daniel Mermet, de Daniel Schneidermann, de Richard Labévière, de Romaric Godin , de Natacha Polony , d’Aude Lancelin, de Jacques Sapir et d’autres moins connus et encore à venir.
    En avant, calme et droit!


  16. LG Le 28 septembre 2017 à 19h56
    Afficher/Masquer

    Je suis un des lecteurs de votre carnet, M. Sapir, sans toutefois m’être jamais vraiment intéressé à la plateforme qui vous hébergeait….jusqu’à la fermeture dudit carnet.
    Et c’est vrai qu’en regardant les ‘statuts’ et vocation de cette plateforme d’un peu plus près, ça fleure bon la science, la recherche et l’universitaire. Donc pas vraiment le lieu pour ce qui peut effectivement ressembler à des prises de position politiques partisanes (convenons-en).
    Il faut bien admettre que Macron en prend pour son grade sur votre carnet, et vous n’êtes d’ailleurs pas très loin de la ‘fixette’ à son sujet (et c’est quelqu’un qui conchie Macron qui vous le suggère).
    Qu’a cela ne tienne! Sortez de votre zone de confort, prenez votre indépendance et ‘auto-hébergez’ vous, plutôt que de demander l’aumône à ceux qui vous ont fermé la porte. J’irais vous lire, sans nul doute….;-)


  17. Antoine Le 28 septembre 2017 à 20h02
    Afficher/Masquer

    Eh bien, on en fait des tonnes ici. Il n’est pas contestable que la plateforme hypotheses.org est dédiée au suivi de travaux scientifiques. On peut certainement trouver un ou deux carnets qui s’écartent de cette règle, mais ils tiennent de l’exception. À chacun de se faire une idée sur la liste des carnets publiés : http://www.openedition.org/catalogue-notebooks

    Donc, Jacques Sapir publie très régulièrement des tribunes politiques sur une plateforme qui n’est pas vouée à cet usage. Je comprends que cela pose problème. Quand on tire à boulets rouges sur Hollande, Macron, etc., ce n’est pas un travail scientifique, même quand c’est pour de justes raisons.

    Parler de censure est évidemment sans objet. La censure s’entend comme interdiction légale d’un texte quel que soit le moyen de publication. Ici, rien n’empêche Jacques Sapir de créer son propre support (nul doute qu’il trouvera des gens pour l’y aider), ou à rejoindre un support existant. Il ne restera plus qu’à populariser la nouvelle URL, ce qui devrait aller assez vite…


    • christian BERNARD Le 28 septembre 2017 à 21h11
      Afficher/Masquer

      Cher Monsieur Antoine,
      Si je comprends bien, vous pensez qu’on peut faire de l’économie sans faire de politique.
      Il s’agit là du mythe fondateur d’une idéologie.. politique : le néolibéralisme.
      Ainsi donc, la décision d’interdire des articles économico-politiques au nom d’une prétendue neutralité scientifique de l’économie, n’est qu’une pure décision politique camouflée.
      Bien à vous.


      • Antoine Le 28 septembre 2017 à 21h50
        Afficher/Masquer

        > Si je comprends bien, vous pensez qu’on peut faire de l’économie sans faire de politique.

        Non, ce n’est pour moi pas la question. Certes, l’économie interagit avec le politique et vice-versa. Ce qui est reproché n’est pas le *sujet* des billets de Jacques Sapir, mais le caractère polémique et éditorialisant (plutôt que scientifique) de certains d’entre eux.


        • Sandrine Le 29 septembre 2017 à 09h13
          Afficher/Masquer

          Et selon vous cela suffit à interdire à J. Sapir l’acces à son blog du jour au lendemain sans prévenir?


        • tepavac Le 29 septembre 2017 à 12h02
          Afficher/Masquer

          ” Ce qui est reproché n’est pas le *sujet* des billets de Jacques Sapir, mais le caractère polémique et éditorialisant (plutôt que scientifique) de certains d’entre eux.”

          La remarque d’Antoine est pertinente, elle soulève la question de légitimité!

          ” OpenEdition est développé par le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo – UMS 3287), un centre associant le CNRS, l’université d’Aix-Marseille, l’EHESS et l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse…”

          En résumé, elle se présente d’emblée comme l’amphithéâtre “officiel” de le science “et” des recherches.
          A ce titre, elle est leur porte-voix, leur messager, et de ce fait, elle n’a aucun rôle, aucun autre titre que celui-ci.
          Que ce soit dans le domaine de la recherche ou de la science, on oppose toujours un scientifique à un scientifique, un chercheur à un autre chercheur.

          Monsieur jacques Sapir, Professeur, a lancé une recherche sur les liens “politico-économique” à la fois sur le tissu sociale régional et leurs dynamiques planétaire. Il en est horrifié et le dit clairement.
          Saine réaction du blog, merci Olivier!


        • moshedayan Le 29 septembre 2017 à 13h09
          Afficher/Masquer

          A Antoine Vous vous trompez sur le qualificatif de “polémique”, l’état d’esprit de Jacques Sapir a deux penchants : la controverse, le contre-pied et je l’ai entendu aussi admettre des choses avec ses contradicteurs ou les compléter. Ceci est bien une démarche scientifique de “curiosité” . Quant à l’aspect “éditorial” vous avez “un poil” raison – mais c’est un chouia -donc en rien cela ne justifiait une censure. Vous semblez être de concert avec la “pensée dominante” qui est tellement sûre d’elle – qu’elle s’inquiète des moindres “contestations intellectuelles” (car enfin Jacques Sapir restait dans une audience très modérée…) et crie au loup à l’annonce de l’arrivée de Russia Today – quelle France pitoyable ! bien loin de l’esprit des Lumières.


  18. Louis Robert Le 28 septembre 2017 à 20h17
    Afficher/Masquer

    Surpris? Pas du tout, seulement profondément humilié de voir la France et les Français traiter et/ou laisser traiter ainsi un honnête homme de l’envergure d’un Sapir. Il est humiliant que des hommes de cette qualité croient aujourd’hui devoir s’expliquer de penser et de s’exprimer à des gens qui jamais ne les vaudront. Mais enfin… présidence à 18%, abstention majoritaire, guerre perpétuelle, attentats terroristes répétés, état d’urgence permanent, lois MEDEF, censure de toutes teintes, culte de l’Empire, sujétion aux abus de pouvoir quotidiens de l’UE, rejet des réfugiés, etc., la France en est bien là. Au risque d’avoir l’honneur d’être censuré une fois de plus, je répète que la France n’est même plus l’ombre de ce qu’elle fut.

    Je n’écrirai donc pas aux messieurs Dacos, Beretz et cie. Depuis longtemps déjà, j’estime qu’il n’est plus temps de procéder ainsi. Temps d’exil et logique de guerre. Nous devons agir en conséquence.

    Mes hommages renouvelés à Jacques Sapir.


  19. theuric Le 28 septembre 2017 à 20h20
    Afficher/Masquer

    Ben mon vieux, v’la t’y pas que le père Sapir se retrouve censuré.
    Hou là, la censure arrive au grand galop, je crois que je vais récupérer fissa les textes de mon blog, demain je ne peux pas mais après-demain ce sera fait.
    Tiens, ça me fait rire, d’ici à ce que l’on doive balancer des tracts dans la foule pour se faire entendre, il n’y a pas des kilomètres.
    Çà avec les 22 million que le gouvernement a dépensé pour acheter des grenades lacrymogènes et tout un tas d’autres truc du même genre, c’est-y pas qu’ils auraient la trouille, les du R.E.M.?
    Mais vous savez quoi, ils nous offre une magnifique opportunité, parce que maintenant nous allons pouvoir nous faire entendre.
    Et oui, vous savez, le fameux attrait du fruit défendu, et bien le voilà.
    Mieux que les drogues, allez voir les sites interdits, ils ne sont pas cochon, oh que non, ils montrent juste que ce que raconte le gouvernement et les médiats en vue ne sont pas vraiment, vraiment, vraiment, descriptif de la réalité, c’est le moins que l’on puisse en dire.
    Tiens, auriez-vous vu, Emmanuel 1er guérit les écrouelles.
    Ça, c’est vrai, c’est de la fausse nouvelle, en français dans le texte.


    • Kiwixar Le 28 septembre 2017 à 21h49
      Afficher/Masquer

      Je pense aussi qu’il vaut la peine de se réclamer d’un classement « écarlate » par le decodex, à arborer fièrement sur le fronton (bandeau du haut) du blog.


  20. bm607 Le 28 septembre 2017 à 20h30
    Afficher/Masquer

    Je me joins au concert pour vous souhaiter bienvenue, M. Sapir.

    Dans cette dictature intellectuelle qu’est devenu notre pays, car quand bien même une nation serait la plus égalitaire et la plus juste qui soit, si elle n’accepte pas la contradiction elle n’est qu’une dictature qui ne dit pas son nom, et où des Aude Lancelin ou Romaric Godin sont éjectés sous des motifs fallacieux mais “bien présentés”, où un M. Onfray qui a refusé les “avances” de Jupiter se voit maintenant dénigré par ce même Jupiter, où même de parfaites courroies de transmissions du pouvoir comme D. pujadas sont remplacés par la journaliste que l’on sait, épouse de l’ami de qui on sait, en cette même période hasard sans doute, il était attendu qu’il vous arrive quelque chose du même genre, sous un motif quelconque mais qui “sonne juste”.

    La presse actuelle française, digne de l’époque du maccarthysme (si on a des affinités avec les u$A) ou de la Pravda des années 60-80 (si on est plutôt orienté ex-URSS) est devenue maintenant une sorte de boussole qui indique le sud, qu’il faut donc lire à l’envers, dans un miroir, pour avoir de l’information. Il est donc plutôt réconfortant de voir que l’on trouve chez vous ce qu’on voit dans la presse vue dans ce miroir.

    Pour ma part que vous soyez hébergé ici ne changera rien, je continuerais à vous lire, ici, sur RT, ou dans vos livres.

    Merci à vous.


  21. Gier13 Le 28 septembre 2017 à 20h31
    Afficher/Masquer

    En visite au camp des Milles mardi, un arbre fait de mots explique, depuis le terreau, les racines, le tronc, les branches comment on arrive au génocide. Cette création graphique est le résultat d’une recherche de sociologues et historiens longue de 10 ans.
    Tout ce qui relève de la censure, de la presse muselée, ou de la presse soumise et complice du pouvoir est à la frontière entre la seconde et la dernière étape avant la grande catastrophe.

    Sommes-nous en marche… vers un Vichy2 ?

    L’autoritarisme croissant que l’on voit dans la rue et dans la violence avec laquelle est diffusée la pensée unique ou avec laquelle sont attaquées les idées qui contredisent le macronisme nous laissent envisager le pire.


    • Sandrine Le 29 septembre 2017 à 09h27
      Afficher/Masquer

      Personnellement c’est le ton et le langage utilisés par les députés/représentant LREM que l’on entend sur les radios qui terrifie. Une morgue, un discours stéréotypé, calqué sur celui que l’on entend à longueur de temps dans les grosses boites… Les pires ce sont les femmes (la voix haut perché, des répliques cinglantes et condescendantes pour l’interviewer…)


  22. Kapimo Le 28 septembre 2017 à 20h31
    Afficher/Masquer

    Cher Jacques Sapir,

    Je trouve que vous le prenez très mal, et que vous devriez au contraire vous réjouir de cet exil. Rien de plus beau que l’exil, et la migration.
    Tenez, nos enfants sont bien plus sages. Aujourd’hui, ma fille a du chanter, dans le cadre du “parcours culturel” de CM1, une nouvelle chanson (pas d’auteur identifié) baptisée “Nation”.
    Cette jeune pousse est donc revenue toute contente de l’école, ayant appris ce qu’était une Nation. Lisez ce texte de haute facture, partiellement en anglais qui plus est (je ne met que la fin, qui est du meme tonneau que le reste), et prenez en de la graine:

    “REFRAIN:
    we are from the North
    we came from the south
    we are the Nation
    Bis
    Yes we are, yes we are

    Est-ce que tu le sens le bonheur,
    Qui se dessine à l’horizon,
    Est-ce que tu la sens la chaleur
    La nation devient ta maison

    Tout se donner
    Embrasser le monde entier

    REFRAIN”

    Mr Sapir, vous avez du fuir votre chez-vous, mais sachez que pour être heureux comme dit dans la chanson, il vous suffit d’épouser le mondialisme, une nouvelle Nation vous attend.


  23. Manu Le 28 septembre 2017 à 20h42
    Afficher/Masquer

    Il faudrait surtout exiger un droit de réponse affiché sous le billet de Marin Darcos.


  24. Spectre Le 28 septembre 2017 à 20h43
    Afficher/Masquer

    La censure est l’arme des crétins. Une fois le carnet rétabli, il aura encore plus de lecteurs…


  25. Alfred Le 28 septembre 2017 à 20h43
    Afficher/Masquer

    D’abord bravo à Berruyer pour la réaction de soutien pratique à Sapir.
    Ensuite j’espère que cela ne durera pas. Je crains la “concentration” fragile et appréhende le moment où ce blog ci sera la cible. J’espère que vous avez un plan B.
    Longue vie aux crises. Et bon retour à Sapir sur son carnet.


  26. Homère d'Allore Le 28 septembre 2017 à 20h48
    Afficher/Masquer

    Imagine t’on, en leur temps, Jean-Paul Sartre ou Pierre Bourdieu rejetés d’une revue universitaire en raison de leur ”démarche de tribune politique” ?

    Ils ne s’en privaient pourtant pas.

    Mais un blog, selon Marin Dacos, ça doit ressembler à ça:

    http://homo-numericus.net/article212.html

    On remarquera l’admiration de la vacuité et la mise au pinacle de l’inanitė individualiste. Ce type s’est revendiqué, en son temps du Parti Pirate ”luttant pour la rédaction d’un Pacte pour les libertés numériques”.

    Tel Henry Morgan, ce pirate anobli devenu gouverneur de la Jamaïque, on voit que l’ancien libertaire devient persécuteur lorsqu’un bon poste s’offre à lui…


  27. christian BERNARD Le 28 septembre 2017 à 21h08
    Afficher/Masquer

    Je viens d’adresser le courriel suivant à Monsieur Dacos :

    ” Monsieur,
    Je consultais tous les deux jours le blog de Monsieur Sapir, où je trouvais des informations et analyses toujours motivées et rarement susceptibles d’être lues ailleurs.
    A l’inverse de ses billets, votre décision de ne plus héberger son blog est très pauvrement motivée, au point de nourrir la présomption de conflit d’intérêt que Monsieur Sapir croit devoir constater dans votre chef.
    En effet, comment ne pas vous voir “en marche” vers le totalitarisme intellectuel et au service de l’oligarchie eurocratique ?
    Je ne vous félicite pas Monsieur.”


  28. Ignotus Le 28 septembre 2017 à 21h11
    Afficher/Masquer

    Merci M Berruyer pour cet hébergement
    Merci M Sapir pour votre travail

    Je vous souhaite beaucoup de courage.


  29. Nietil Le 28 septembre 2017 à 21h16
    Afficher/Masquer

    Je me demande à quel point les autres contributeurs de hypotheses.org vont en pâtir. Je suppose qu’une bonne partie des visiteurs sont comme moi : je clique de temps en temps sur le lien vers la page d’accueil après avoir lu les notes de russeurope pour voir s’il y a des choses intéressantes mises en avant sur les autres carnets, mais je ne vais jamais les voir directement.


    • joe billy Le 28 septembre 2017 à 21h33
      Afficher/Masquer

      Vous avez raison. M. Sapir représente entre 15 et 20% du trafic de ce petit hébergeur. Virer les pages de M. Sapir revient à se couper de sa principale source de lecteurs. Ce qui est pour le moins étonnant! à moins que le donneur d’ordre vienne de plus haut et que le lectorat soit moins important qu’un éventuel retour d’ascenseur.


  30. Marco Le 28 septembre 2017 à 21h19
    Afficher/Masquer

    Tout simplement merci et bravo a Olivier et les-Crises.fr.
    En fait, je m’y attendais.
    Pour ceux qui ont exclu Jacques Sapir des carnets RussEurope, je suppose qu’ils ont la peau du ventre et des genoux bien tannée.
    Il faudrait qu’ils relisent la tirade de Cyrano “Non merci”, “Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul !”
    http://www.auteur-roman-nouvelles.com/la-tirade-du-non-merci-cyrano-de-bergerac-edmond-rostand/

    Jacques Sapir, c’est avec plaisir que je vous lirai sur ce site.


  31. laurent Le 28 septembre 2017 à 21h34
    Afficher/Masquer

    encore un beau signe de démocratie. On a voulu nous faire défiler sous la bannière de “je suis Charlie” pour la liberté d’expression, on voit ce que cela donne concrètement au quotidien. L’opinion muselée, la propagande politico médiatique sur tous les sujets de société et internationaux. On nous jette des voiles devant les yeux en nous demandant de croire et d’approuver certains faits, certains évènements (croire au réchauffement climatique, croire que la sortie de l’euro entraînerait l’apocalypse, croire que la Corée de Nord, l’Iran, la Russie sont dangereux pour le monde et donc nos futurs ennemis, croire à la version “officielle” du 11 septembre….., sans avoir d’autres sons de cloche). Je parle exprès de ce dernier point pour dire que je ne suis pas d’accord avec tous les articles Des Crises, cela ne m’empêche pas de suivre le blog très régulièrement, car, avec d’autres sites, il nous apporte le fameux deuxième son de cloche dont nous avons tous besoin pour sortir de la pensée unique.
    sincèrement désolé pour J. Sapir et merci à Olivier B. pour son travail


  32. anne Le 28 septembre 2017 à 21h42
    Afficher/Masquer

    Merci à Olivier.
    je n’aurais jamais pensé que le blog de jacques Sapir serait fermé… j’en suis estomaquée. En meme temps, je ne suis pas trop étonnée


  33. theuric Le 28 septembre 2017 à 22h02
    Afficher/Masquer

    Il fut une époque lointaine où, pour se moquer du roi, puis de l’empereur, certains facétieux s’asseyaient par terre puis se tapaient plusieurs fois les fesses au sol en criant à chaque coup vive le roi, puis quelque temps plus tard, vive l’empereur.
    Je crois que nous pourrions reprendre cette vieille et railleuse gausserie.
    N’est-ce pas?


  34. theuric Le 28 septembre 2017 à 22h24
    Afficher/Masquer

    Le problème, pour un pouvoir, que pose la censure c’est son coût.
    D’autant plus lorsque le système politique qui le met en place n’a qu’une légitimité limité tendant à se réduire rapidement, ce qui génère, bien entendu, un coût accrue de cette censure.
    Plus encore, cette censure ne peut que s’appuyer sur une propagande onéreuse qui, naturellement, ne peut, elle aussi, que devoir s’intensifier.
    Dans un cas comme celui qui nous occupe, ce phénomène se double de l’obligation de générer censure et propagande à partir, non pas de pas de rien, toutes deux s’étant développées sous le quinquennat de Monsieur Hollande, mais dotées d’une puissance sommes toutes limitée.
    Une telle monté en puissance de ces deux moyen de contrôle du citoyen nécessitant un apport d’argent important.
    Certes et comme tous système totalitaires, les enfants ne peuvent qu’en être des agents précieux, encore faut-il que ce pouvoir puisse être entièrement sûr de ce que peuvent transmettre les instituteurs à leurs élèves, ce qui, ici, est loin d’être assuré.


    • theuric Le 28 septembre 2017 à 22h42
      Afficher/Masquer

      De plus, censure et propagande ne peuvent que s’appuyer sur un ensemble de mensonge.
      Or, quand bien même ces deux mesures seraient bien faites, la réalité des faits vécue par la majorité de la population ne peut que la mener à un doute logique de la réalité de ce qui est relaté et à un attrait poussé pour des discours parallèles et pour ceux qui les portent.
      Ceux-là même qui se retrouvent victimes de ces censures.
      Le temps venant, plus ou moins court ou long suivant le régime politique et la situation, un ou plusieurs espaces d’expressions se font jour, les églises en Pologne ou les temples protestant et les camps de nudiste en R.D.A. par exemple.
      Ces espaces se libérant en raison même de ce coût, ne permettant plus au-dit pouvoir de surveiller tous les lieux et les milieux.
      Quoi qu’il en soit, cette sorte de violence, comme toute violence d’un pouvoir illégitime, démontre en effet sa faiblesse et, au-delà, nous pouvons considérer que le taux de violence d’un état ne peut qu’être qu’égale au niveau de sa faiblesse.


      • theuric Le 28 septembre 2017 à 23h09
        Afficher/Masquer

        Enfin et pour terminer là-dessus (pour l’instant), les personnes qui viennent au pouvoir au sein d’un système politique hautement fragilisé prennent un risque immense.
        D’autant plus, comme c’est le cas aujourd’hui, quand c’est l’ensemble des structures économiques internationales qui, dans un état d’extrême fragilité, peuvent à tout moment s’effondrer en entrainant avec elles, entre-autre, le-dit système politique, mais aussi journalistique.
        Or, comme naturel, la population fera surtout cas des symboles de ce qui représente leurs douleurs, de ceux qui sont les plus visibles.
        D’autant plus qu’à leur colère corseté peut très bien émerger de la rage.
        C’est pourquoi je considère qu’il a été et est folie d’avoir et de participé autant à cette censure et propagande que d’être de ceux qui ne peuvent qu’être considéré que de leurs commanditaires.
        De mes aphorismes: L’histoire ne donne que rarement des leçons, quand elle le fait personne n’écoute, ensuite tout le monde a oublié.


  35. Denis Monod-Broca Le 28 septembre 2017 à 22h25
    Afficher/Masquer

    Voici le texte de mon mail à ce M. Dacos :
    “Et voici le macronisme en marche : il ne faut “rien céder, rien, rien !”, ce sont ses mots, à ceux qui sont dans la haine et le repli sur soi, autrement dit à ceux qui ne pensent pas droit.

    Nommé par lui, directement ou indirectement, M. Dacos, vous vous devez d’appliquer la consigne. Donc vous ne cédez rien : vous fermez le blog de M. Sapir qui, c’est sûr, ne pense pas droit, ayant en particulier une fâcheuse tendance à défendre avec ardeur, quelle horreur !, la souveraineté française.

    Vous vous êtes livré là à une bien mauvaise action.”


  36. Xavier Le 28 septembre 2017 à 22h45
    Afficher/Masquer

    « Tant que les informations seront entre les mains de quelques-uns, que leur diffusion se fera de haut en bas, après filtrage, et qu’elles seront reçues à travers les grilles imposées par ceux qui ne désirent pas, pour la satisfaction de la dominance, que cette grille soit contestée ou qu’elle se transforme, la démocratie est un vain mot, la fausse monnaie du socialisme ».

    Henri Laborit


    • Kiwixar Le 28 septembre 2017 à 23h44
      Afficher/Masquer

      Internet permet la diffusion d’informations et d’opinions de manière transversale, sans filtrage…

      La priorité actuelle de l’oligarchie, c’est de :
      – trouver un moyen de filtrer/bloquer/ralentir les sites et blogs gênants
      – de leur couper les moyens financiers (fermeture du compte bancaire)
      – mise en place de lois punissant de manière large les idees dissidentes (exemple : propos anti-EU = propos anti-paix donc pro-guerre = négationnisme)

      On y vient peu à peu, et les chocs à venir (prix des hydrocarbures, migrants, terrorisme) vont permettre la mise en place d’une tyrannie tranquille, avec des Sapirs embastillés sous des prétextes fallacieux (fraude fiscale, apologie de propos alternatifs, trouble à l’ordre public, etc).

      Il faut que les 50% qui n’ont pas voté commencent à se faire entendre face aux 15% qui ont voté Micron, et sans trop tarder, parce que l’eurogendarmerie a déjà le droit de tirer dans le tas.


      • Louis Robert Le 29 septembre 2017 à 10h40
        Afficher/Masquer

        “La priorité actuelle ” du Pouvoir?

        C’est l’imposition de sanctions à tous ceux qui remettent en cause le Pouvoir. C’est d’étrangler tous les adversaires par l’imposition répétée, toujours plus sévère, d’infinies sanctions. C’est d’écraser, de ruiner sous le poids croissant des sanctions.

        Ainsi fait l’Empire, ainsi font ces nains aux petits pieds, en marche dans les pas de l’Empire.

        Le jour se lève où ce seront les peuples qui sanctionneront le Pouvoir.

        “Populisme”? — Non, nous n’avons encore rien vu. Il nous faudra renouveler le vocabulaire…


  37. Hgoerg Le 28 septembre 2017 à 23h02
    Afficher/Masquer

    Change de plate-forme et laisse les entre eux.


  38. JT Le 28 septembre 2017 à 23h14
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    Je ne suis pas du tout d’accord avec la ligne défendue par M. Sapir concernant la sortir de l’Euro. Je détaille ma pensée : je suis favorable à une sortie de l’euro, mais sans lien quelconque avec le FN (M. Sapir proposait un front commun incluant ce parti, sans parler de sa présence à université d’été du FN…). Ceci étant, la censure pratiquée est inadmissible. Que M. Sapir s’exprime ici est une bonne chose. On pourra peut-être discuter avec lui via les commentaires, ce qui n’était pas possible sur son site.


  39. peyo Le 28 septembre 2017 à 23h21
    Afficher/Masquer

    Froisser l’homme qui voulait être roi conduit à l’exécution, par censure. Surtout que le froisseur accorde des entretiens à la propagande Russe, il est perdu.


  40. Maud Le 28 septembre 2017 à 23h27
    Afficher/Masquer

    Que la censure puisse s’exercer aussi facilement et dans l’indifférence presque générale a de quoi inquiéter. Ce pays suit un très très mauvaise pente et nous sommes quelques uns (et unes) à nous sentir désarmés. Certes Jacques Sapir finira par trouver un hébergement ailleurs, nous lui souhaitons, mais là n’est pas la question. Dans quel type de société sommes-nous sous couvert de “démocratie”.Plus rien n’arrive à provoquer une révolte généralisée. Le chloroformage tend à la perfection. Le plus triste est de constater le peu de solidarité de tous ces organes d’informations qui prétendent à la liberté d’information (journaux en ligne, blogs en tous genres etc…° : rien. N’est-ce pas là le plus grave;


  41. Le Rouméliote Le 28 septembre 2017 à 23h41
    Afficher/Masquer

    Jacques Sapir rappelle que la jalousie, sous ses formes mesquines, existe aussi à l’université. On peut dire SURTOUT à l’université où la règle de la cooptation a fait passer cette docte institution du champ clos des guerres d’égos entre mandarins sélectionnant leurs poulains, mais maintenant une certaine qualité de l’enseignement et de la recherche en champ de ruines aux mains des apparatchiks chasseurs de financement et soumis aux diktats des financeurs désormais “européens”.
    Un exemple avec M. Lussault débarqué du ministère de l’éducation nationale et pape de la géographie française désormais morte et enterrée : https://www.challenges.fr/politique/michel-lussault-l-ancien-responsable-des-programmes-scolaires-a-demissionne-avec-fracas-de-l-education-nationale_502522


  42. Marc Michel Bouchard Le 28 septembre 2017 à 23h47
    Afficher/Masquer

    La suspension du carnet de J.Sapir est effectivement injustifiable et démontrerait en terme encore d’hypothèse que le pouvoir à l’Élysée aurait voulu faire taire l’universitaire de par la critique logique et articulée que fait J.Sapir de l’idéologie fédéraliste et néolibérale qui anime le nouveau président.

    J.Sapir pense en termes de fondamentaux sur la démocratie, la souveraineté et la laïcité et comment l’une repose sur l’autre ou vice versa. Pendant que le pouvoir en France créé de l’idéologie et se détermine à ce que les réalités se soumettent à l’idéologie.

    Jacques Sapir dérange en mettant en garde contre le tout légalisme et sa transposition bureaucratique, technocratique réduisant la légitimité démocratique par le peuple à une chose accessoire qui serait dépassée supposément par l’automatisme de l’économie qui serait la seule mise en pratique du fonctionnement des sociétés.

    La liberté d’expression n’a pas par sa réduction à subir le rouleau compresseur de cette dérive démocratique.

    Grand merci à Olivier Berruyer pour son soutien à J.Sapir, partagé probablement par des milliers d’internautes.


  43. Catalina Le 28 septembre 2017 à 23h56
    Afficher/Masquer

    qui est la première victime de la guerre ? la vérité. Il me semble clair que notre gouvernement est en guerre contre les gens qui parlent de vérité..;en attendant, la guerre, la vraie, celle que les mlis de ce m^me gouvernement nous concoctent pour cacher leur dette honteuse et leur gestion économique débile et débridée ainsi que meurtrière.


  44. Marc Michel Bouchard Le 28 septembre 2017 à 23h59
    Afficher/Masquer

    Copie de mon courrier en deux exemplaires aux responsables d’Open edition.

    Bonsoir. Je ne comprends pas l’expulsion de monsieur Sapir de son blogue.

    La liberté d’expression est une des libertés fondamentales obtenue depuis la révolution de 1789, elle n’est pas entravée par de supposés principes qui la brimerait. La liberté de parole renforcée au niveau de la citoyenneté par la technologie d’internet qui permet à des gens dits ordinaires de pouvoir s’exprimer en principe et en pratique est suspendue seulement par l’usage de paroles nauséabondes et pensées incitant à la haine.

    Jacques Sapir de par sa position scientifique et ses principes n’a jamais joué à ça.

    Les prises de positions d’un auteur universitaire liées par surcroit à ses recherches ne sauraient être l’objet de soupçons, de surveillance et de mise à l’index.

    Je demande au nom des libertés fondamentales de redonner à Jacques Sapir son blogue.

    Merci.


  45. caliban Le 29 septembre 2017 à 00h14
    Afficher/Masquer

    C’est la honte absolue. Interdiction pure et simple d’accéder à son propre travail et sans qu’aucune solution de replis ne soit proposée (export de base de données ou autre).

    Voici le message pour M. le censeur que je salue

    M. Dacos,

    Je lis avec surprise et quelque déplaisir que l’accès de M. Sapir vient fermé sur le site hypothese.org Il semble que vous soyez le responsable de cette décision.

    Lien :
    https://russeurope.hypotheses.org/6303
    https://leo.hypotheses.org/13527

    Cette décision ne me semble en aucun cas justifiée. Les raisons que vous invoquez, le non respect de la Charte de publication d’OpenEditions, sont très fragiles puisqu’il n’est nulle part mention dans ladite charte d’une interdiction d’exprimer des opinions politiques. A ce propos, il eut été sinon courtois, du moins intelligent d’en discuter au préalable avec l’auteur.

    La brièveté de votre billet annonçant la suspension du compte de M. Sapir renforce encore davantage mon doute quant à la légitimité de votre décision.

    Le blog de M. Sapir est probablement d’un des plus lus de la plateforme, vous devriez probablement par respect pour vos lecteurs, prendre le temps de davantage motiver votre décision, exemples et citations à l’appui.

    Merci d’avance pour votre réponse.
    En absence de réponse, je me réserve bien entendu le droit de transmettre ce courrier à M. Beretz.

    Cordialement,


  46. Galvan Le 29 septembre 2017 à 00h22
    Afficher/Masquer

    Les tenants du néolibéralisme doivent être particulièrement inquiets de la montée du souverainisme et du renouveau des thèses économiques Keynésiennes en France (et dans d’autres pays d’europe) pour ressortir de bonnes vieilles méthodes soviétiques de censure …
    Les Diafoirus néolibéraux qui prônent les saignées économiques et l’ouverture aux 4 vents des flux financiers, de marchandises et des personnes commencent à sentir que leur maison brûle.

    Le peuple cherche à comprendre ce qu’il se passe réellement au niveau économique (voir l’audience énorme de la dernière émission d’Elise Lucet sur les conditions de travail dans certaines entreprises) et ça, ça ne va pas faire les affaires des tous les privilégiés de l’oligarchie …

    Fermer un blog ne va faire taire le blogueur, cela va tout au plus retarder sa diffusion mais Jacques Sapir retrouvera bientôt une nouvelle plateforme.
    Un conseil : Qu’il fasse du WordPress avec son propre domaine, ça ne coute que quelques euros par mois chez un bon hébergeur (il y en a plusieurs en France).


  47. Catherine Le 29 septembre 2017 à 00h22
    Afficher/Masquer

    Nous avons bien compris que Micron n’aimait pas le démocratie.

    D’ailleurs il a clairement exprimé qu’il voulait la transférer au niveau européen c’est à dire à néant.

    Il est dans la mouvance du ” saut fédéral “.

    Il faut s’attendre à ce qu’il cherche avec assiduité, et avec lui son PM, à hypnotiser les français avec cette idée.

    Le saut fédéral prépare le paradis pour les puissants et les riches (même chose) et l’anéantissement de la politique et de la démocratie.


    • caliban Le 29 septembre 2017 à 00h37
      Afficher/Masquer

      @Catherine

      Plutôt que d’épiloguer sur le monde comme il va ou ne va pas … est-ce que vous avez pris le temps d’écrire à M. Dacos ?

      C’est une question, un brin moqueuse mais … j’espère que c’est le cas. Car M. Sapir ne le précise pas mais ce sont des années de travail, un travail de vulgarisation (c’est à dire destiné aux non initiés que nous sommes), qui sont menacées.

      La moindre des choses est de prendre 5 min. pour écrire pour protester (avec politesse). L’expérience prouve que cela peut fonctionner, et que c’est même le nombre qui fait la force.

      my two cents 🙂


    • Kiwixar Le 29 septembre 2017 à 00h48
      Afficher/Masquer

      Le saut fédéral implique la péréquation = les Allemands qui paieraient pour les européens du sud. L’AfD sera à 51% avant que ça arrive. Donc la France va continuer à se cocufier pour rien, sans obtenir rien en échange, à part l’appauvrissement progressif, la désindustrialisation puis le passage de son armée (et de sa dissuasion nucléaire) sous pavillon bruxello-allemand.

      Et les hauts-traîtres qui nous dirigent argueront « on ne pouvait pas prévoir que les Allemands diraient nein ».


      • Le Rouméliote Le 29 septembre 2017 à 11h34
        Afficher/Masquer

        … Et cela tout comme les thuriféraires de Vichy après la guerre ! Macron est l’exacte réplique de Laval, en réalité.


  48. Marvelal Le 29 septembre 2017 à 00h52
    Afficher/Masquer

    Il y a le tribunal administratif pour ce genre d’incident, d’autant plus que le préjudice est certain.


  49. Trololo Le 29 septembre 2017 à 00h55
    Afficher/Masquer

    Je vais jouer les casses noisettes mais un hébergement + nom de domaine çà coute 100 euros par an maximum.

    Ce qui me sidère c’est que M. Sapir soit hébergé sur un serveur universitaire. Un peu comme si Olivier Berruyer se faisait héberger sur l’espace “blogs” du Monde…lol…

    Ce n’est en effet pas la structure adaptée à un polémiste et économiste et cette mésaventure était prévisible.


    • nonrien Le 29 septembre 2017 à 20h48
      Afficher/Masquer

      Mais… Jacques Sapir n’est pas un polémiste, c’est un directeur d’étude de l’EHESS et un chercheur. Il rend accessible ses travaux en reliant son analyse universitaire et des événements d’actualités ou de communication sur son carnet de recherche sur la plateforme publique openédition prévu à cet effet. On ne voit donc pas en quoi sa scientificité pourrait être remise en cause. Sur la forme certains articles ressemblent un peu à des éditos, mais il suffit de se pencher sur le nombre de notes en bas de pages et le caractère universitaire de ses références, pour voir que sur le fond ce ne sont pas des éditos, mais bien des articles sur les implications concrètes de ses travaux de recherche. Je croyais qu’il fallait que les chercheurs sachent passer du fondamental à l’application? C’est ce que fait Mr Sapir. C’est donc bien la structure adaptée. De plus, on ne peut déclarer qu’un propos n’est pas scientifique sans amener d’arguments, ni de spécialiste dans la balance, c’est trop facile


    • caliban Le 29 septembre 2017 à 20h52
      Afficher/Masquer

      Content que vous soyez informé des prix du marché de l’hébergement web (quoique …), mais là n’est pas la question.

      La mise en ligne de dizaines et dizaine d’articles a pris des années à M. Sapir, il n’y a plus accès. Une publication de ces données sur un nouvel espace seraient certainement encore plus long car il lui faudrait récupérer les données de manière “artisanale”, en bricolant et avec beaucoup d’huile de coude. Bref, c’est exclu.

      Par ailleurs, ce qu’il demande de manière explicite, c’est que l’accès lui soit rendu car il estime cette interruption de service non justifiée.


      • Patte blanche Le 30 septembre 2017 à 00h58
        Afficher/Masquer

        Jacque a pu récupérer ses données, M.Dacos ayant transmis une archive de l’ensemble des billets à l’auteur (cf fin du message complet dans Russeeurope).
        Mais Jacques souhaite néanmoins conserver son accès, l’expulsion de l’espace d’échanges universitaires n’étant pas acceptable.
        Sinon cette interruption n’est pas du tout justifiée, bien d’accord avec vous, les critiques de M.Dacos étant manifestement hors-charte.

        De même que tout le monde, soutien moral à J.Sapir dans cette épreuve et bravo à Olivier.


      • caliban Le 30 septembre 2017 à 01h42
        Afficher/Masquer

        @Patte blanche

        Merci pour ces précisions, je n’avais pas l’info.

        Du coup, je crois que notre “protestation” collective est encore plus importante : il n’y a plus que cela qui puisse faire revenir M. Dacos / hypotheses.org sur la décision de fermeture du blog de M. Sapir.


    • Greg Le 01 octobre 2017 à 10h54
      Afficher/Masquer

      Premier commentaire censé.
      Il faut arrêter de se raconter des histoires, le blog de Jacques Sapir est clairement partisan. Je le visite beaucoup, et certains articles ou conclusions n’ont rien à faire sur un site universitaire, il y a même des appels à la violence.
      Ca me rappelle quand Olivier Berruyer a fait 50 articles essayant de montrer l’injustice quand le monde l’a classé orange.
      Il faut assumer.


      • nonrien Le 01 octobre 2017 à 15h32
        Afficher/Masquer

        Qu’appelez-vous partisan? Partisan est-il opposé à scientifique? Souverainiste est-il devenu un parti sans que je m’en rende compte? Pensez-vous que les sciences humaines sont scientifiques par objectivité ou par rigueur analytique/synthétique? Les carnets de recherche ne sont pas un site de publication universitaire, mais rendent accessibles informellement ce qui accompagne la recherche en sciences humaines au-delà de la stricte communauté des chercheurs. Un versant applicatif de la recherche, si l’on veut, le ton y est donc différent. Sapir a maintenu le lien entre travail universitaire et implications (ici) politiques concrètes de ce travail. Pour savoir ce qu’ est un carnet de recherche, je vous renvoie à la synthèse que propose des thésards travaillant à sa définition: http://enthese.hypotheses.org/1519 Dans les non-dits de la recherche, on peut penser : tous les scientifiques ont des opinions politiques étroitement mêlé à leurs travaux qu’ils l’assument (comme Sapir) ou non…


  50. DUGUESCLIN Le 29 septembre 2017 à 05h14
    Afficher/Masquer

    “Open Edition” qui signifie “édition ouverte”.
    Ouverte à qui? A un cercle sélectionné? Fermé aux non sélectionnés?
    “Close Edition” pour Jacques Sapir.
    En attendant les recherches de Jacques Sapir m’aident à la réflexion et je continuerais à le suivre. Merci Olivier.


    • Kilsan Aïtous Le 29 septembre 2017 à 17h24
      Afficher/Masquer

      Oui, ça fait penser à l’Open Society. Ouverte à qui ?



Charte de modérations des commentaires